Version classiqueVersion mobile

Restauration de la productivité des sols tropicaux et méditerranéens

 | 
Éric Roose

Partie 2. La restauration des sols par la gestion des matières organiques et minérales des agrosystèmes

Chapitre 7. La jachère bananière en milieu agroforestier montagnard tropical densément peuplé du Burundi (Mumirwa central)

Hervé Duchaufour

Résumé

Les paysans burundais ont su se préserver des nombreuses crises en développant la bananeraie agroforestière. Les agronomes belges considéraient déjà la « jachère » à bananiers comme une technique de conservation de l’eau et de restauration de la fertilité des sols qui présente le double intérêt d’être productive et totalement endogène. Les essais de l’Isabu, réalisés en milieu réel, montrent que la bananeraie a des répercussions économiques importantes sur l’exploitation et la préservation de la fertilité organo-minérale des sols. Une gestion optimale de tout le stock organique excédentaire de la bananeraie réduit en moyenne de 60 % le ruissellement et les pertes en terre par rapport à la bananeraie dont les déchets sont exportés vers la caféière. Les travaux de l’Iraz soulignent que la conservation des sols ne suffit pas pour maintenir la productivité. Une fumure organique de 3 à 9 t/ha/an de MS, complétée par des compléments minéraux, est apparue nécessaire pour réduire les carences du sol et produire plus de 4 t/ha/an de maïs.
D’autres études menées par l’Adeprina démontrent la forte valeur ajoutée/actif de la bananeraie. La caféière immobilise de trop grandes quantités de biomasse en raison du paillage obligatoire et consomme une quantité de main-d’œuvre (5,2 jours/are/an) bien supérieure à la bananeraie qui ne demande que 1,7 jour/are/an. La production fumière a toujours suscité l’intérêt des exploitants par laquelle ils valorisent leur journée de travail essentiellement par la concentration de la fertilité dont bénéficient les parcelles. Les associations arbre-bananier-culture-élevage, pratiquées depuis des siècles, sont paradoxalement les plus utilisées par les agriculteurs des régions où l’emprise sur la terre est la plus forte (300 à 600 habitants/km2). Par le jeu de la densification du couvert végétal, notamment à travers la juxtaposition des jardins multi-étagés qui ceinturent les habitations, les terres se trouvent mieux protégées et plus productives jusqu’à un seuil où peut s’amorcer un processus de décapitalisation irréversible, notamment dans les zones péri-urbaines (1 000 hab/km2), faute de capital productif et de moyens monétaires suffisants.

Texte intégral

Introduction

1Soumis à des conditions climatiques tropicales chaudes et humides, mais tempérées par l’altitude, le Burundi possède des conditions agroécologiques favorables au développement d’une agriculture prospère. La population, essentiellement paysanne (92 % de la population totale, soit 7,2 millions d’habitants), est cependant totalement dépendante des productions vivrières de ses terres et peut se trouver en rupture avec son milieu : diminution des surfaces cultivées par exploitation, disparition des jachères, mise en valeur des terres de plus en plus marginales aux pentes fortes et aux sols moins riches.

2Cette évolution pourrait avoir des conséquences dramatiques si les paysans burundais n’avaient su adapter leurs méthodes de production au rythme des changements du milieu, la densité de population n’étant pas un facteur défavorable à l’environnement. Si la manifestation de l’érosion et la baisse de fertilité des sols ont été souvent décriées, il n’en demeure pas moins que la mise en valeur des terres est devenue pour les paysans burundais un enjeu dont peut dépendre leur propre avenir. Ainsi, poussés par leurs propres initiatives, avec ou sans l’aide des chercheurs et des projets, les paysans burundais ont démontré qu’ils pouvaient adapter et faire évoluer leurs pratiques culturales traditionnelles en les perfectionnant dans leur arrangement structural (différentes strates de production) et leur complexité (associations arbres-herbacées-cultures dans un même espace).

Le cumul du « capital fertilité du sol » par la bananeraie

3Les chiffres sur la densité de population présentent de fortes variations interrégionales : certaines provinces approchent 500 habitants au km2, alors que d’autres sont encore en dessous de 100 ; certaines collines dépassent même 1 000 habitants/km2. À en croire de nombreux écrits, la relation entre la densité de population, l’érosion et les systèmes agraires devrait suivre une logique : habitat très dispersé, agriculture « de rapine » extensive peu productive, surpâturage, pratique déplorable des feux de brousse et déforestation dans les régions les moins peuplées et inversement habitat regroupé dans un paysage dégradé par la surexploitation des terres et exode vers les pools urbains dans les régions à fortes concentrations humaines. Si cette version peut être facilement contredite, c’est qu’il existe au sein des ménages ruraux burundais des capacités d’adaptation remarquables qui contrecarrent tous les pronostics des experts.

4Depuis longtemps, les Burundais ont en effet surmonté les nombreuses crises en gérant mieux leurs ressources sans épuiser le sol. Ils ont augmenté la productivité par une gestion élaborée du « capital fertilité du sol » en intensifiant la bananeraie agroforestière (Cochet, 1993, 2004). Cette dernière permet de faire vivre des familles malgré les pentes fortes ; par sa couverture protectrice, elle prévient les risques graves d’érosion hydrique. Elle est entretenue avec tous les excédents organiques de l’exploitation, enfin elle permet de regrouper et réduire les charges de travail lorsqu’elle est associée au vivrier. Il n’est d’ailleurs pas rare d’observer sous le couvert des plus belles bananeraies agroforestières, des systèmes de culture complexes associant sur la même surface jusqu’à sept cultures différentes. D’autres exploitations, de plus en plus rares, ont su préserver tous les avantages de l’association agriculture-élevage malgré la réduction des surfaces pâturables. Cochet affirme même qu’au fur et à mesure de l’extension de la bananeraie, le bétail devient moins indispensable au maintien d’un capital-fertilité du sol : « Tout se passe comme si l’extension de la bananeraie supplantait progressivement la multiplication du troupeau comme mécanisme fondamental d’accumulation du capital ». Des planteurs disent souvent que « la bananeraie représente symboliquement leur vache » (Bendjeffal et al., 1993 ; Cochet, 2004).

5Les ingénieurs agronomes belges du temps de la colonie avaient remarqué également les bénéfices de la bananeraie sur l’évolution de la fertilité des sols. À la station de Malungu (Congo RDC), les sols des bananeraies de 10 ans étaient meilleurs que la majorité des terres laissées en friche (Hendrickx et Hendrickx, 1948). Ils présentaient tous une couche arable très humifère, spongieuse constituant un obstacle efficace à l’érosion et maintenant un état de fraîcheur remarquable. L’épais horizon grumeleux sous-jacent très humifère et très frais est parcouru par une multitude de racines ; il représente l’ancienne couche arable. Sous la brousse naturelle, l’horizon de surface est relativement grumeleux et humifère, mais sec et l’horizon sous-jacent forme une couche compacte, sèche et sans racine.

6Ces auteurs en concluent que la bananeraie présente d’importants avantages par rapport à la friche :

  • apport considérable de matières organiques en surface (accumulation de 10 cm de terreau en 10 années, soit 1 cm par an !). Cet enrichissement superficiel constitue un obstacle puissant à l’érosion et une garantie contre l’incinération ;
  • couche arable plus épaisse ;
  • horizon d’infiltration nettement caractérisé dans le profil sous bananiers. Il est dû vraisemblablement à la pénétration en profondeur de matières humiques formées en grandes quantités par la décomposition des déchets organiques qui recouvrent le sol ;
  • présence de racines à 80 cm de profondeur sous le profil de la bananeraie, alors que le profil de la friche naturelle, les radicelles sont présentes en grand nombre dans la couche arable, mais rares dans les horizons inférieurs.

Image

Bananeraie traditionnelle peu dense mais sol couvert par plusieurs cultures associées.
© H. Duchaufour

7La conclusion de cet examen va donc nettement en faveur de la bananeraie. Les auteurs soulignent même, alors qu’à l’époque les éclaircies étaient recommandées, que de toutes les cultures pratiquées par « l’indigène », celle du bananier abîme le moins le sol. Ainsi, après avoir pris soin d’observer les effets de la bananeraie sur le terrain, ces auteurs proposent « la jachère à bananeraie » comme une technique de préservation du sol à l’érosion et de cumul de fertilité. Il s’agit en effet d’une technologie endogène à l’exploitation burundaise que les agriculteurs burundais ont adaptée à leur manière dans l’idée, bien entendu, de cumuler la fertilité. Hendrickx et Hendrickx suggèrent une mise en valeur d’une friche par débroussaillement suivie de la mise en place de bananiers tous les 2 mètres, lesquels précèdent toute autre plantation. Les cultures suivant une rotation se font entre les bananiers durant deux années en terminant par le haricot si le couvert des bananiers n’est pas encore trop dense.

La bananeraie et son couvert

8Dans les régions à forte densité humaine (Mumirwa, Buyenzi et Kirimiro de la figurre 1), la bananeraie occupe une place prépondérante de l’espace agricole. Elle correspond à un système cultural complexe où sont associés généralement bananiers, colocases et arbres agroforestiers pour les plus denses, haricots et céréales pour les bananeraies les plus éclaircies et toutes cultures vivrières pour les bananeraies juvéniles. Cependant, il existe des différences importantes selon l’état qualitatif des sols rencontrés. Il faut en effet une fertilité naturelle de départ prépondérante pour obtenir un effet optimal de la jachère améliorée. En conditions desséchantes (sols superficiels) et peu fertiles, la restauration par la bananeraie ne sera pas aussi rapide ni bénéfique qu’en sol profond et naturellement humifère. Les agriculteurs savent parfaitement qu’un bananier ne répondra dans ce cas qu’après avoir apporté massivement de la matière organique. Le bananier s’accommode en revanche parfaitement d’une terre moyenne, s’il fait l’objet d’un minimum de soins culturaux. Les expérimentations réalisées sur parcelles d’érosion en milieu contrôlé confirment ce constat.

Les différentes conduites de la bananeraie et leur impact

9De nombreuses études sur plusieurs continents et sous différents climats ont démontré que sous couverts denses, l’érosion est toujours négligeable. Sous forêts ombrophiles, jachères naturelles épaisses ou prairies permanentes non dégradées, elle est de l’ordre de 0,01 à 1,5 t/ha/an avec des ruissellements compris entre 0,5 et 5 % en moyenne, exceptionnellement plus pour les averses décennales (Roose, 1994). L’écran total est donc bien le meilleur moyen de protéger le sol.

Image

Figure 1. Carte des différentes régions naturelles du Burundi.

10Dans un souci de mesurer l’effet protecteur de la bananeraie dans les conditions moyennes de pentes observées (45-50 %) du Mumirwa central, les chercheurs de l’Isabu l’ont comparé aux deux autres couvertures pérennes : une pineraie avec sa litière d’aiguilles de pin et une caféière protégée d’un paillis épais de 7 cm, tel qu’imposé par la législation burundaise.

11Les essais réalisés dans une bananeraie d’une vingtaine d’années en milieu réel donnent des résultats intéressants en ce qui concerne l’évolution de l’érosion en milieu rural, puisque cette culture imprime de plus en plus le paysage agraire burundais. Le sol de la station expérimentale (Rushubi I/II dans le Mumirwa central) est constitué d’un épais colluvionnement de sable de 35 cm (pH ≈ 4,5 à 5,0 et CEC ≈ 8 méq/100 g de terre en surface) recouvrant un horizon B argileux ferrallitique développé sur un substrat schisteux.

Tableau 1. Comparaison de l’indice du couvert végétal (C) de trois principaux couverts permanents burundais (bananeraie, caféière paillée et plantation de pin).

Pédo-paysages

Cultures pérennes

Indice C du couvert végétal

Rushubi I/II

• Bananeraie suivant conduite paysanne

0,03 à 0,24

Rushubi I (pente 50 %)

• Caféière avec paillis épais de 7 cm d’épa sseur

0 à 0,002

• Boisement de Pinus kesiya avec sa litière d’aiguilles

0 à 0,006

• Manioc de 1re année sur buttes isohypses sous pineraie fortement éclaircie et rangement des aiguilles en courbe de niveau

0,02

Conduite paysanne non intensive avec exportation des résidus (A, 1er système testé)

12On constate que la bananeraie peu intensive ne protège pas efficacement le sol. Les pertes mesurées sur des parcelles de 300 m2 montrent que le ruissellement est encore important (entre 4 et 16 %). Associées ou non à des cultures sarclées, les pertes moyennes sur cinq années expérimentales correspondent à 40 t/ha/an. En cinq années, 1,3 cm de sol est décapé ; en un siècle, c’est toute la couche arable (25 cm) qui disparaît.  ’est bien au-dessus du seuil acceptable pour ces sites vulnérables, du fait de la minceur et de la pauvreté de la couche arable de ces sols, de l’exportation des résidus de la bananeraie sur les caféières et des conditions topographique sévères (45 %).

Conduite expérimentale intensive (B, 2e système testé)

13La bananeraie est une culture affectionnée par un grand nombre d’agriculteurs burundais qui la conduisent de manière intensive autour de l’habitat en restituant une grande partie ou la totalité des résidus. Elle reçoit la majeure partie du compost et/ou du fumier disponible (Rishirumuhirwa, 1993, 1997), ainsi que les déchets de cuisine. Dans ces conditions qualifiées d’intensives, soit plus de 8 000 pieds par hectare, son couvert est plus important et le paillage plus protecteur. Nous sommes loin des résultats médiocres évoqués ci-dessus, mais proche du modèle de conduite expérimentale qui est vulgarisé par certains projets de développement (Simonart, 1992) : éclaircissement de la bananeraie pour y cultiver du vivrier en association, disposition de tous les déchets existants en bandes isohypses équidistantes de 3-4 m en prenant le soi  de changer à chaque saison leur emplacement et de pratiquer le labour en courbe de niveau. Les ruissellements sont ainsi fortement atténués (de 0,5 à 5 %), de même que les pertes en terre. Nous enregistrons en moyenne sur trois années une érosion de 12 t/ha/an, ce qui correspond à 32 % des pertes de la conduite précédente. De toute évidence, la performance de ces résultats est due à une pratique qui s’apparente à une jachère à bananeraie dense dont l’amélioration consiste, après éclaircie, en un rangement des résidus en bandes (facteur P moyen de 0,17) et en une restitution des déchets végétaux.

14Il est certain que plus on pratique le nettoyage des parcelles et plus on diminue la couverture végétale, plus on augmente les risques d’érosion et on contribue à l’appauvrissement de la fertilité de ces sols acides. Les résultats sur les deux parcelles uniformément paillées montrent que le paillage constitue indéniablement le meilleur moyen de protéger le sol contre le ruissellement : la pineraie, avec son épaisse litière d’aiguilles mortes obtenue dès la deuxième année de plantation, joue un rôle identique à celui du paillage épais de la caféière ou de la forêt dense : pas d’érosion et très peu de ruissellement (0,5 %) malgré la forte pente expérimentale (50 %), même en année très pluvieuse (R am1983-1984 = 591).

15En fin de compte, une bananeraie dense peu cultivée mais régulièrement sarclée, disposant de tout son stock organique (1 à 2 t de MS/ha/an) pour maintenir la fertilité du sol, est certainement le sous-système cultural le plus protégé de tous avec celui du café (Duchaufour, 1993). Le problème s’aggrave sérieusement lorsque cette biomasse est exportée en grande partie sur la caféière ou lorsqu’elle est destinée à l’alimentation pour le bétail. À l’inverse, les pertes dues à l’érosion peuvent être compensées par les apports organiques de l’exploitation bananière (feuilles, peaux de banane et vieux stipes de bananier) s’ils sont normalement restitués au sol et contribuent au redressement de la fertilité organique et structurale des sols.

16Les travaux de Rishirumuhirwa (1993 a et b, 1997), dans la région du Kirimiro (carte 1), donnent des résultats comparables pour la bananeraie éclaircie à condition de recourir à une gestion des résidus en bandes et non en cercle autour des bananiers. La biomasse produite dans et hors exploitation converge vers l’habitation où elle est transformée en fumier-compost et en cendres pour être ensuite redistribuée sur les cultures. Les associations bananiers-maïs-haricot permettent à une fumure unique de profiter à plusieurs cultures en même temps. Ses conclusions sont détaillées au chapitre 15.

Performance économique de la bananeraie

Les principaux résultats des études réalisées par l’Adeprina au début des années 1990 montrent que la bananeraie est parmi les mieux placés des systèmes de culture (VA/are = 730 à 4 000 ; VA/jour de travail = 200 à 1 600 Fbu) et dépasse même la caféière (VA/are = 500 à 3 000 ; VA/jour = 40 à 400 Fbu), culture de rente de prédilection (Cochet, 1993) : (en Fbu 93 Image275 Fbu = 1 €).

17Ces résultats confirment l’intérêt que l’agriculteur burundais porte à sa bananeraie. La valeur ajoutée/actif/are domine dans toutes les régions du pays, même dans le Buyenzi, région caféicole par excellence. Ajoutons à cela que la valorisation d’une journée de travail est bien plus rentable avec la bananeraie, en particulier dans les régions densément peuplées. Paultre (1992), lors de ses enquêtes dans le Mumirwa, estime pour sa part que la bananeraie ne demande que 1,7 jour/are/an alors que la caféiraie exige 5,2 et le manioc 6,2 jours/are/an. Les d nnées du programme Érosion de l’Isabu corroborent les siennes. On peut comprendre pourquoi la bananeraie monopolise tant l’intérêt des Barundi. Ils en tirent de nombreux avantages aussi bien sur le plan monétaire que sur le plan de l’accumulation du capital fertilité, sans oublier celui des relations puisque la bière de banane est le complément indispensable des fêtes et cérémonies. En outre, la part du café dans la valeur ajoutée totale des exploitations agricoles et le revenu des agriculteurs sont généralement orientés à la baisse, contrairement au cas de la bananeraie (Cochet, 1993).

La bananeraie agroforestière : exemples de gestion de la biomasse

18Au début du XXe siècle, la bananera e n’occupait pas une place aussi importante dans les exploitations agricoles burundaises. Les systèmes de culture étaient plutôt caractérisés par les céréales, les légumineuses et par les cultures associées à l’élevage bovin. À l’époque, les non-propriétaires de bétail pouvaient obtenir par l’ubugabire une ou deux bêtes en échange de services rendus. C’est ainsi que les petits cultivateurs parvenaient à maintenir la fertilité en ramassant soigneusement la bouse pour la répandre sur les terres autour de la ferme. Si autrefois les grands éleveurs disposaient d’une main-d’œuvre en suffisance avec les redevances de l’ubugabire, elle est devenue aujourd’hui la contrainte limitante pour la plupart d’entre eux. Les transferts latéraux de fertilité se cantonnent aux surfaces assolées ceinturant la ferme et le maintien des grands troupeaux commence à devenir une lourde charge : gardiennage, régression des surfaces pâturables communautaires et disparition des pâtures d’été, servitudes de passage engendrant des conflits, concurrence des élevages rationnels, etc.

19La colonisation agraire s’est ensuite rapidement développée sur les pentes du Mumirwa avec l’arbre agroforestier en tant qu’autre source d’accumulation de capital fertilité. Tous ces arbres associés au système des cultures vivrières et à une extension de la bananeraie complètent la panoplie des plantes productives dont les usages artisanaux, alimentaires et rituels sont multiples et permettent une diversification de la production sans trop affecter les plantes des basses strates. L’agriculteur connaît les arrangements qui réduisent les compétitions culturales, anticipe le comportement de son sol en effectuant les amendements suffisants lorsqu’il associe une espèce forestière avec une culture.

Image

Bananeraie agroforestière composée de trois strates autours des habitations, Mumirwa, Burundi.
© H. Duchaufour

20Les bananeraies denses associées à des pratiques agroforestières paysannes, que ce soit au niveau des choix des espèces, de leur distribution dans le paysage parcellaire, ainsi que de leurs modes de gestion, peuvent éviter les pièges d’une distribution bien ordonnée des cultures en couloir tant préconisées par la recherche, même sur terrains dégradés. Dans ces situations, tous les arrangements végétaux sont possibles et préférés, l’essentiel étant de couvrir au maximum le terrain afin d’assurer une meilleure conservation de l’eau et du sol. Le paillage inerte constitue un écran protecteur total. Une couverture de faible épaisseur (1 à 2 cm) est suffisante pour dissiper l’énergie du ruissellement. Les résidus, laissés à la surface du sol ou disposés en bandes, sont largement plus efficaces pour réduire l’érosion que les résidus qui sont enfouis dans le sol pour en améliorer sa structure. Une trop grande épaisseur (> 5 cm) est en revanche un luxe coûteux pour le seul objectif de la protection des sols contre l’érosion. L’étalement in situ de ces biomasses non transformées par compostage favorise la volatilisation de l’azote, mais la protection du sol de l’érosion hydrique et de l’insolation compense largement ces pertes azotées. Le mulch de la jachère à bananeraie est ainsi une voie simple pour restituer la totalité de la biomasse et les nutriments qui le constituent (K, Ca, Mg et C par lessivage, puis N et P par minéralisation et humification à travers la méso et microfaune). Il peut même ainsi contribuer à un léger gain en fertilisants par rapport à l’enfouissement de matériaux préalablement compostés.

21Les études de Duchaufour et Party (1988) menées dans les bassins expérimentaux du Mumirwa de l’Isabu ont montré que la fertilité des sols et leur distribution dans le paysage géomorphologique donnent une bonne idée des processus d’enrichissement qui se déroulent. On observe un début de dégradation des hauts de bassin abrupts par appauvrissement physico-chimique (acidification, désaturation du complexe absorbant, apparition d’une toxicité aluminique) et enrichissement des thalwegs concaves à profil arrondi et des replats dans lesquels les pH (6 à 7,5), les concentrations organiques (5 à 8 %) et les CEC (> 20 méq/100 g de terre, saturées) sont plus élevés. Une forte occupation du sol constituée de 5 à 7 associations culturales différentes est observée dans les zones les plus fertiles. Cette densité est encore plus remarquable dans la concavité des pentes occupées surtout par une bananeraie dense et la colocase. Elle assure ainsi un excellent couvert végétal continu dans le tiers inférieur du bassin qui absorbe l’énergie cinétique des gouttes de pluie et du ruissellement. Depuis le démarrage du suivi expérimental des bassins en 1987, la densité du couvert s’est accrue considérablement. La bananeraie couvre, au fil des ans, de plus en plus les parties sommitales et les hauts de pentes (de plus de 60 % de déclivité), tandis que les systèmes culturaux ont tendance à se complexifier. L’incidence de cette densification culturale sur l’évolution physico-chimique des sols n’a pu montrer une cohérence entre les apports réguliers de compost-fumier et l’évolution des critères chimiques et physiques des parcelles, mais il est probable que cette densification accompagnée de méthodes intensives (restitution des résidus de culture et apports réguliers de fumure organique) contribue dans le temps et dans l’espace à restaurer la fertilité des sites les plus dégradés et à maintenir le niveau de fertilité des zones les plus riches. En se référant à la description des profils pédologiques et à leur analyse physico-chimique, les sols ferrallitiques humifères acides sous couvert de bananeraie dense ont tous développé des caractères anthropiques liés aux techniques culturales associées, au mode de travail et à leur fréquence, au mode de conduite (densité de plantation, apports d’intrants, associations culturales,...) et aux critères de fertilité du milieu. À titre d’exemple, nos recherches sur le suivi de la fertilité d’une parcelle bananière de 10 ares, composée de 5 associations culturales, développée sur un sol ferrallitique très acide (pH = 4,6) chez un exploitant élevant un porc en stabulation permanente, ont montré que l’application régulière de la totalité du lisier récupéré équivalent à 2,2 t/ha de matière fraîche par saison culturale contribue à une teneur en matière organique satisfaisante (3,5 %) et au maintien de la saturation de la CEC en surface (86 %) par un équilibre très satisfaisant en calcium, magnésium et potasse. Tous ces facteurs réunis jouent sur la neutralisation de l’aluminium (pouvoir détoxifiant de la matière organique fraîche) dans l’horizon de surface (Indice de Kamprath Ik = 9 %). Au-delà de 30 cm de profondeur, l s caractères alliques apparaissent (Ik = 71 %).

Image

Importante occupation des bananeraies denses associées dans la phase juvénile à diverses cultures vivrières et fourragères, Mumirwa central, Burundi.
© H. Duchaufour

22Le fumier (ou les simples déjections animales) étant souvent le principal effluent organique restitué au sol, sa production est plus privilégiée par les agriculteurs que le lait ou la viande. Si un exploitant en dispose d’une quantité suffisante, cela lui permet (Cochet, 1993) de faire une plus-value de 450 Fbu (équivalent à 1,65 €) par panier (15 kg), soit un supplément de production deux fois plus élevé que le montant de la valeur ajoutée directement issue de l’élevage (Neuville, 1992).

23Les résultats de Rishirurmirwa et Roose (1998) ont ainsi conduit à proposer des méthodes optimisées de production et de gestion des exploitations traditionnelles basées sur la diversification des sources de résidus et l’intensification de la production agricole. Cela suppose notamment l’introduction de l’agroforesterie dans les systèmes culturaux, l’intégration du petit élevage dans le système d’exploitation, notamment pour le recours à la fumure organique et, si possible, à l’apport d’engrais minéraux. C’est le concept de la gestion durable de l’eau et de la fertilité des sols (GCES) introduit au Rwanda par Roose et al. (1988).

Conclusion

24Agrosystème typique de l’agriculture burundaise, la bananeraie agroforestière dense est composée de trois strates de végétation au sein desquelles le bananier constitue la composante principale, tandis que les arbustes de légumineuses apportent la litière riche en azote qui couvre le sol sous les cultures vivrières. Elle ceinture les habitations et reçoit tous les déchets organiques de la cuisine. Dans les conditions de fortes pentes du Mumirwa central, sa conduite intensive associée à une bonne gestion des intrants organiques (restitution et disposition de tous les déchets végétaux en andains ou en paillis léger sur toute la surface, fumure organique régulière et suffisante) en fait un couvert protecteur efficace contre l’érosion. La bananeraie constitue ainsi un capital transmis d’une génération à l’autre et permet d’offrir de nombreux produits indispensables à la vie des familles rurales ; elle contribue par ailleurs à l’équilibre économique et social sur les collines en dégageant une valeur ajoutée largement supérieure au café.

25Même si les conditions montagneuses du Burundi ne simplifient pas le développement de l’agriculture, l’agriculteur connaît, quant à lui, ses limites même si parfois dans certaines régions, comme le Mumirwa, il cultive sur des pentes que les experts qualifient d’extrêmes (≥ 60 à 80 %). La diversité culturale et biologique associée à la bananeraie présente toutes sortes d’alternatives qui sont pour certaines très simples, non coûteuses et ne demandant aucun effort particulier et dont la densité du couvert végétal, à la fois aérienne et au sol, exerce un impact améliorant sur la fertilité et positif sur l’érosion et sur le ruissellement.

26En définitive, contrairement aux recommandations de différents séminaires et missions, il s’avère parfaitement utopiste de limiter l’agriculture burundaise à un seuil d’inclinaison qu’il convient de ne pas dépasser. Si autrefois, les ingénieurs prescrivaient des pentes limites de 40 %, aujourd’hui grâce à la gestion conservatoire de l’eau et de la fertilité des sols, les familles rurales burundaises ont pu démontrer qu’elles pouvaient s’adapter aux conditions extrêmes en s’appuyant sur la gestion raisonnée de l’eau et des nutriments du sol pour maximaliser la productivité des terres et en associant la fumure organique et minérale aux techniques antiérosives.

Bibliographie

Bibliographie

Bendjeffal B., Diallo A., Duchaufour H., Lormann C., Ngouaka F., 1993 Contribution au diagnostic des systèmes de production de la province de Muyinga (Burundi). Analyse de la problématique de la fertilité des terres. Icra et Isabu Édit., 95 p. + annexes.

Cochet H., 1993 Étude sur la dynamique des systèmes agraires au Burundi. Ministère de l’Agriculture et de l’Élevage, Adeprina, 200 p.

Cochet H., 1996 – Gestion paysanne de la biomasse et développement durable au Burundi. Cah. Orstom, sér. Sci. Hum., 32 (1) : 133-151.

Cochet H., 2004 – Agrarian dynamics, population growth and resource management: the case of Burundi. Geojournal. An international journal on human geography and Environment sciences, 60: 111-122, Kluwer Academic Publishers, The Netherlands.

Duchaufour H., 1993 Stratégie de développement régional. Une approche spatiale de l’environnement rural des bassins versants de la Ntahangwa et de Muha. Montpellier, Cirad-SAR, 52/93, 70 p.

Duchaufour H., Party J. P., 1988 Étude de la conservation des eaux et des sols dans le Mumirwa. Cas de deux bassins versants. Commune d’Isale. Mission d’appui technique à l’Isabu, 42 p. + annexes + planches couleurs.

Hendrickx F. L., Hendrickx J., 1948 – « La jachère à bananiers ». Conférence Africaine des Sols, Goma, Congo Belge, 8-16 novembre : 1701-1712.

Isabu, 1988, 1989, 1990, 1991, 1992 Institut des sciences agronomiques du Burundi. Rapports annuels, Programmes Agroforesterie, Sylviculture et Érosion, Bujumbura.

Isabu, 1993 Rapport annuel 1992-1993. Atelier régional de recherche du Buyenzi, 97 p.

Neuville A., 1992 Diagnostic du système agraire du Buyenzi (Burundi). Mémoire de DAA, chaire d’agriculture comparée, INAPG, Paris.

Opdecamp L., Musoni I., Gourdin J., 1988 – Effets stimulants et toxiques de l’aluminium sur la croissance des plantes cultivées dans les sols humifères acides du Burundi. Publication Isabu, 129, 26 p.

Paultre V., 1992 – La sous-région agricole du Mumirwa central : diagnostic et alternatives de développement. Mémoire pour l’obtention du diplôme de mastère en politique, programmes et projets de développement agricole et rural, chaire d’agriculture comparée, INAPG, Paris.

Rishirumuhirwa T., 1993A – Contribution des résidus du bananier en conservation de l’eau et du sol. Bulletin Réseau Érosion, 13, Orstom Montpellier : 63-70.

Rishirumuhirwa T., 1993B – Potentiel du bananier dans la gestion et la conservation des sols ferrallitiques du Burundi. Cah. Orstom, sér. Pédol., 28 (2) : 367-383.

Rishirumuhirwa T. 1997 Rôle du bananier dans le fonctionnement des exploitations agricoles sur les hauts plateaux de l’Afrique orientale (application au cas de la région du Kirimiro-Burundi). Thèse de doctorat en sciences techniques, École polytechnique de Lausanne (EPFL, Suisse), 224 p.

Rishirumuhirwa T., Roose É., 1998 – «The contribution of banana farming systems to sustainable land use in Burundi». In Blume H., Eger H., Fleishauer E., Hebel H., Reij C., Steiner K. (eds): Towards sustainable land use, Catena publisher, Germany, Advances in Geo Ecology, 31: 1197-1204.

Roose É., 1994 – Introduction à la gestion conservatoire de l’eau, de la biomasse et de la fertilité des sols (GCES). Bulletin Pédologique de la FAO, 70, 420 p.

Roose É., Nyamulinda V., Ndayizigiye F., Byiringiro E., 1988 – La GCES, une nouvelle stratégie antiérosive pour le Rwanda. Bull. Agricole du Rwanda, 4 : 264-277.

Simonart T., 1992 La conservation des sols en milieu paysan burundais, étude et hiérarchisation des stratégies antiérosives. Université catholique de Louvain La Neuve (Belgique) et Isabu-Bujumbura, 141 p. + annexes et planches photos.

Simonart T., Duchaufour H., Bizimana M., Mikokoro C., 1994 – La conservation des sols en milieu paysan burundais. Étude et hiérarchisation des stratégies antiérosives. Cahier d’Outre-Mer, 47 (185).

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search