Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Restauration de la productivité des sols tropicaux et méditerranéens

 | 
Éric Roose

Partie 1. La dégradation de la productivité des sols tropicaux par divers types d'érosion

Conclusions de la première partie

La dégradation de la productivité des sols et les types d’érosion

Éric Roose

Texte intégral

1Pour restituer durablement la capacité de production des sols dégradés, il importe d’abord d’évaluer les processus d’érosion et les facteurs en cause.

2Dans un premier chapitre, les auteurs ont montré les liens qui existent entre les types d’érosion, les pertes de matières organiques (MO) et la dégradation du sol et de sa productivité, non seulement à court mais à moyen terme, car les sols ont une mémoire (arrière-effet de l’érosion).

3Face au risque érosif, il est donc recommandé d’entretenir des systèmes de production intensifs couvrant parfaitement la surface du sol (dissipation de l’énergie des gouttes de pluie) tant pour réduire les pertes de nutriments par érosion que pour enrichir la surface du sol en MO et entretenir les activités de la faune. Il a été démontré que l’érosion en nappe sélective vis-à-vis des particules légères (MO) et fines (argile + limons) est bien plus délétère que le décapage de la surface du sol (à érosion égale). Enfin, on a observé que la battance des pluies sur les sols mal protégés entraîne une dégradation de la structure de l’horizon de surface, le développement de croûtes de battance qui réduisent drastiquement l’infiltration des eaux de pluie, son stockage dans le sol et par conséquent, le rendement des cultures. Il est donc plus facile d’entretenir le sol plutôt que de restaurer un sol dégradé.

4Dans un deuxième chapitre, les pertes de nutriments par érosion et drainage ont été mesurées en trois zones agroécologiques : la forêt dense humide (climat humide guinéen), la savane arborée en milieu soudanien semi-humide et la savane herbacée en milieu semi-aride sahélien. Sous couvert naturel dense, il y a peu d’érosion, mais des pertes significatives de nutriments dans les eaux de drainage. Sous cultures, les pertes dépendent à la fois de l’agressivité des pluies, de la surface dénudée du sol et des pentes, ce qui explique l’acidification et la désaturation en bases des horizons superficiels des sols des zones humides et semi-humides. L’importance des pertes de fumure organique et minérale est telle, qu’en dehors des longues jachères arborées protégées, la restitution des nutriments n’est jamais atteinte sans des apports massifs de fumure organique et de compléments minéraux peu disponibles et rarement rentables.

5Dans le troisième chapitre, les liens sont rappelés entre les phénomènes catastrophiques (ravinement, glissement de terrain, inondation) et la couverture végétale cultivée des versants. Le défrichement et la dénudation partielle de la surface du bassin versant entraînent des modifications hydrologiques non seulement à l’échelle des champs, mais aussi des rivières : le ruissellement augmente et provoque des ravinements et des inondations souvent à l’origine des grands glissements de terrain. Là aussi, la mise au point de systèmes de production couvrant bien le sol et produisant beaucoup de biomasse facilite l’infiltration homogène sur toute la surface du bassin et peut apporter des solutions durables aux problèmes hydrauliques causés par les crues à l’exutoire des rivières.

6Enfin, en guise de conclusion de ces résultats et de son expérience en divers pays, le Dr Shaxson montre combien il est urgent d’analyser localement les causes profondes de la dégradation des sols, les facteurs sur lesquels on peut compter pour améliorer durablement la productivité d’un terroir dégradé. La mauvaise gestion de la biomasse semble la cause primaire de cette dégradation, mais l’érosion peut à son tour accélérer les transferts de MO. La restauration de la productivité des sols ne peut donc être durable qu’en gérant en même temps la dynamique de l’eau, l’augmentation de la biomasse, la restitution de la fumure organique et minérale. On verra dans la deuxième partie les divers modes possibles de gestion de cette biomasse : le brûlis, la transformation en fumier ou compost, le paillage, l’enfouissement des résidus de culture, les jachères forestières ou de légumineuses, etc.

Auteur

Agro-pédologue, chercheur, DR. émérite, IRD, UMR Eco& Sol, Montpellier, France. Eric.Roose@ird.fr

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540