Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Restauration de la productivité des sols tropicaux et méditerranéens

 | 
Éric Roose

Partie 1. La dégradation de la productivité des sols tropicaux par divers types d'érosion

La dégradation de la productivité des sols tropicaux par divers types d’érosion

Texte intégral

< © IRD/É. Roose – Dégradation d’un massif marno-calcaire par divers types d’érosion après une longue histoire d’exploitation par l’homme : Mascara, Nord-Ouest de l’Algérie.

1Les sols, issus de l’altération des roches et des activités biologiques, forment un milieu complexe aux propriétés très particulières. La perte d’une ou plusieurs de ces qualités des sols, suite à leur défrichement et à leur système de production, entraîne la dégradation de leur capacité à produire de la biomasse.

2Mais pour restaurer efficacement la productivité de ces sols dégradés, il faut connaître les processus et les facteurs en cause. Lors d’une enquête parmi les producteurs maliens de coton et de céréales, nous avons essayé de préciser comment ils ressentent la dégradation de leur terre ?

  1. Les sols deviennent plus clairs : ils ont perdu de l’humus.
  2. Ils sont plus vite secs : le ruissellement est abondant et le stockage de l’eau décroît.
  3. La surface du sol est plus vite battante et encroûtée : la stabilité de la structure du sol a diminué, ainsi que leur porosité.
  4. Le sol devient plus sableux : l’érosion en nappe emporte sélectivement les particules légères et les plus fertiles (MO + argiles + limons).
  5. Le sol retient moins bien les engrais et nutriments : perte des MO et des argiles.
  6. Les cultures sont plus sensibles à la sécheresse et donc aux maladies.
  7. Finalement, le sol est envahi par les mauvaises herbes plus résistantes.

3La cause primaire semble la baisse de teneur en matière organique des horizons superficiels du sol qui entraîne plus ou moins vite les autres effets de la dégradation : effondrement de la structure et appauvrissement en nutriments du sol. Mais les processus sont complexes : érosion en nappe sélective, décapage de l’horizon humifère, minéralisation rapide des MO du sol par les microbes, lixiviation des solubles par les eaux de drainage, faible retour de biomasse au sol par les cultures, encore aggravé par la vaine pâture en saison sèche.

Malgré des pentes faibles (< 2 %), ce versant dénudé pour les cultures et battu par les pluies, ruisselle énormément au point de provoquer un ravinement important des meilleures terres dans la région de Ouahigouya, Nord-Burkina Faso.
© IRD/É. Roose

4Dans cette partie sont réunis quelques exemples montrant que l’érosion en nappe, beaucoup moins abondante que le décapage par le ruissellement linéaire ou par les mouvements de masse, entraîne sélectivement les particules les plus légères (MO + argile + limon + agrégats, les plus fertiles) et réduit durablement le potentiel de production des terres dégradées malgré divers apports de fertilisants organiques et minéraux. Le deuxième facteur est l’abondance et la qualité de la couverture végétale, ainsi que la fraction de la biomasse produite qui est restituée au sol.

5Enfin, les catastrophes naturelles, ravines profondes, glissements de terrain et inondations, dépendent de l’abondance des pluies, mais aussi des systèmes de culture couvrant le sol des bassins versants. La dénudation des terres des collines entraîne la dégradation des états de surface, le développement de fines croûtes de battance sur le sol réduisant l’infiltration sur le bassin à moins de 2 à 10 mm/heure. Il s’ensuit des crues très abondantes des rivières lors des averses de fréquence rare et un étiage réduit en saison sèche, au moment où on a le plus besoin d’eau. La croissance démographique entraînant l’extension des surfaces cultivées a un impact profond sur la dynamique hydrique des rivières et l’inondation des plaines les plus productrices.

6Enfin, le Dr Shaxson montre comment tenir compte du fonctionnement écologique du milieu pour restaurer durablement la productivité des sols.

Table des illustrations

Légende < © IRD/É. Roose – Dégradation d’un massif marno-calcaire par divers types d’érosion après une longue histoire d’exploitation par l’homme : Mascara, Nord-Ouest de l’Algérie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24138/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 709k
Légende Malgré des pentes faibles (< 2 %), ce versant dénudé pour les cultures et battu par les pluies, ruisselle énormément au point de provoquer un ravinement important des meilleures terres dans la région de Ouahigouya, Nord-Burkina Faso.© IRD/É. Roose
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/24138/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 351k

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540