Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Restauration de la productivité des sols tropicaux et méditerranéens

 | 
Éric Roose

Introduction générale

Pourquoi un ouvrage collectif ?

Éric Roose

Texte intégral

Avec la croissance démographique, la dégradation des terres atteint plus de 20 %

1Dans le monde, la population ne cesse d’augmenter. Elle a dépassé 7,2 milliards de personnes en 2013 et pourrait atteindre 11 milliards en 2100 (Geneste, 2013) : elle continue à croître dans les pays en voie de développement, la plupart situés dans les régions tropicales. Bien que la FAO estime que l’on dispose de techniques modernes capables de nourrir toute la population du monde, il s’avère qu’aujourd’hui plus de 900 millions d’humains souffrent de sous-alimentation. Or, 80 % des populations malnutries sont des petits agriculteurs ! (De Schutter, 2010). Les causes des pénuries de nourriture sont multiples : les guerres, les catastrophes naturelles, la sécheresse, le désengagement des gouvernements vis-à-vis du monde rural, la pauvreté et l’augmentation du prix des intrants, en particulier des engrais minéraux, mais aussi la pression foncière des multinationales qui dépouillent les petits paysans de leurs droits à la terre (Ziegler, 2012).

2Mais à ces causes s’ajoutent la pression démographique qui entraîne le surpâturage, l’extension des cultures à des sols fragiles et la dégradation des terres cultivées où l’érosion sélective, la lixiviation des nutriments par le drainage, la minéralisation de l’humus et les exportations par les récoltes ne sont jamais compensés par des apports suffisants de biomasse et de nutriments.

3Le projet Glasod (Oldeman et al., 1990) a mobilisé 250 chercheurs pour préciser la carte mondiale des divers types de dégradation des sols. Il conclut qu’en 1990, en Afrique 3,2 millions de km², soit 24,5 % des terres, étaient dégradés et au niveau mondial 10,3 millions de km², soit 20 % des terres. En Afrique sèche, les zones arides (48 %) sont plus dégradées que les zones subhumides (26 %) : l’érosion éolienne (20 %) est plus importante que l’érosion hydrique (15 %), la dégradation chimique (3,3 %) et physique (1,7 %). Les principales causes sont le surpâturage (58 %), la culture (18 %), la surexploitation (17 %) et la déforestation (6,6 %). D’après Le Houérou (1995), la restauration de ces terres dégradées exige une mise en défens, un enrichissement en végétation pérenne seul capable d’augmenter la production de biomasse et de restaurer l’humus du sol et les propriétés qui y sont liées (infiltration et vie biologique). Pieri (1989), s’appuyant sur le bilan de trente années de recherche, estime que les terres des savanes au sud du Sahara sont dégradées en raison des pratiques culturales, de l’explosion de l’activité microbiologique des sols imposée par les alternances climatiques, de la structure instable des terres sensibles à l’érosion et de l’insuffisance des restitutions organiques et minérales. « Pourtant, ces terres sont capables de produire durablement 5 à 10 fois la production mesurée actuellement en champs paysans » (Pieri, 1989).

4La technique traditionnelle la plus courante pour restaurer la fertilité physique, chimique et biologique des sols consiste à abandonner les champs devenus trop peu productifs à la jachère pendant une période d’autant plus longue que le milieu est dégradé et aride. Mais la résilience des sols exige des temps de repos très longs (10 à 50 ans) pour retrouver une fertilité suffisante. Or depuis la période coloniale, la population africaine a doublé tous les vingt ans et les surfaces disponibles pour le développement agricole sont devenues trop exiguës. La durée de la jachère n’a cessé de diminuer au point de disparaître au profit de cultures continues et intensives soutenues par l’apport massif d’engrais minéraux et de pesticides industriels. La durée des jachères peut être raccourcie si elles sont enrichies en légumineuses fixatrices d’azote, ou prolongée si elles sont exploitées comme parcours pour le bétail, ou comme ressources en produits pharmaceutiques ou énergétiques (bois de feu pour la cuisine).

5La plupart des auteurs pensent que plus la densité de la population et du cheptel augmente, plus l’érosion et la dégradation des sols s’accélèrent (Pieri, 1989). Ceci s’avère exact pour le système de culture extensif où il faut suffisamment de temps (donc de surface cultivable) pour que la jachère restaure les principales propriétés du sol en relation avec la production végétale (Planchon et Valentin, 1999). Par contre, lorsque les terres aménagées sont abandonnées, on constate souvent une érosion croissante. Mais d’autres chercheurs ont observé que sur des terres très densément peuplées comme le Kenya (Tiften et al., 1994), le Cameroun (Fotsing, 1993), Madagascar (Boisseau et al., 1999), l’érosion reste négligeable. « Plus il y a de travailleurs, moins il y a d’érosion car plus la terre est soignée, fumée, nettoyée des adventices et des ravageurs. » (Tiften et al., 1994). Mais la relation entre la densité de population et l’érosion n’est pas toujours linéaire. En Afrique, Roose (1994) a observé des crises environnementales contraignant la population à choisir entre l’émigration ou la modification du système de production légué par les ancêtres. On assiste alors à une succession de périodes de crises et de périodes plus stables, où succèdent des systèmes de production adaptés à chaque situation foncière.

Les efforts de conservation des sols dégradés ne suffisent plus

6Dès 1939, Bennet a développé le concept de « conservation de l’eau et des sols » (CES) qui consiste à mettre en défens une partie du territoire (les parcs nationaux) et à développer des techniques culturales pour couvrir les sols cultivés et des structures antiérosives (banquettes) pour conduire les excès d’eau de pluie jusqu’aux drains naturels.

7En Afrique, depuis un demi-siècle, diverses personnalités de la recherche agronomique ont tiré la sonnette d’alarme (Van den Abeele, 1941 ; Tondeur, 1954 ; Jurion et al., 1967). Dans « Afrique Terre qui meurt » Harroy (1944) prévient que les terres fragiles de l’Afrique ne peuvent supporter les techniques culturales (labour, engrais, cultures permanentes) développées pour la production intensive sur les terres des régions tempérées. De nombreux congrès internationaux ont décrit les processus de dégradation des terres et préconisé diverses techniques de conservation de l’eau et des sols (CES).

8Dans les régions méditerranéennes de l’Afrique du Nord bien connues pour les dégâts d’érosion catastrophique lors des averses exceptionnelles, agronomes et forestiers (Putod, Plantié, Monjauze, cités dans Gréco, 1979) ont préconisé la mise en défens et la plantation d’arbres sur les hautes terres, la restauration des ravines et torrents qui transportent la majorité des sédiments et le terrassement des versants cultivés. Ce sont les principes de la défense et restauration des sols (DRS) qui se sont répandus tout autour de la Méditerranée. Cependant, dès les années 1975, de nombreuses critiques se sont élevées pour constater l’échec de ces approches technocratiques qui ne tiennent pas assez compte de l’avis des paysans et n’améliorent pas la fertilité des sols, ni le rendement des cultures (Lovejoy et Napier, 1976 ; Heusch, 1986 ; Hudson, 1992 ; Roose, 1987, 1993, 1994).

De nouvelles approches pour restaurer la productivité des sols

La Révolution verte

9Face aux famines de plus en plus fréquentes qui ravageaient les pays tropicaux à forte densité de population dans les années 1960, s’est développée une agriculture industrielle qui s’appuie sur la standardisation des facteurs de production, l’usage de variétés à haut rendement, l’irrigation et l’usage intensif d’engrais chimiques et de pesticides, la moto-mécanisation et le crédit (Allaverdian et al., 2014). Cette « Révolution verte » a permis d’augmenter rapidement la production agricole de pays émergents comme l’Inde, l’Argentine, le Brésil, mais a causé la perte de nombreux petits producteurs qui, à la suite d’une récolte catastrophique (sécheresse, maladies, parasites), ont été privés de leur lopin de terre au profit de grosses sociétés qui leur avaient prêté les moyens de production. On a vu arriver en ville quantité de paysans ruinés cherchant du travail et peuplant les bidonvilles des faubourgs industriels. La production régionale a fait un bond en avant au prix de graves pollutions, mais la pauvreté du peuple l’empêche d’acheter la nourriture produite sur leurs terres. On a vu se développer en 2009 de nombreuses manifestations de paysans affamés dans les grandes villes d’Afrique et d’Amérique latine.

La révolution doublement verte ou l’agroécologie (AE)

10Devant les échecs sociologiques et environnementaux, ainsi que le retour de la pauvreté et de la malnutrition, une nouvelle approche agricole s’est développée qui intègre mieux le bien-être de l’homme dans un milieu plus naturel. La révolution doublement verte recherche des techniques produisant des hauts rendements, tout en protégeant l’environnement (notion de durabilité des systèmes). L’agroécologie est à la fois une discipline scientifique, des pratiques agricoles imitant au mieux la nature et un mouvement social. Depuis les années 2000, les experts s’intéressent plus aux liens entre producteurs, consommateurs, société, territoire, ressources naturelles et production agricole. L’agroécologie s’efforce de comprendre la nature et de l’imiter dans les champs de culture. Elle est basée sur cinq grands principes : 1/le recyclage de la biomasse et la disponibilité des nutriments ; 2/la sauvegarde des MO du sol, des activités biotiques et des conditions favorables au développement des plantes ; 3/la réduction des pertes d’eau, d’énergie et de nutriments grâce à la couverture du sol ; 4/le renforcement de la diversité génétique, des associations et rotations ; 5/le renforcement des interactions biologiques parmi les composants de l’agrosystème (Allaverdian et al., 2014). En Europe, l’AE se matérialise à travers l’agriculture biologique. En Amérique, l’AE s’est construite sur le savoir empirique des paysans pour gérer les ressources naturelles et a donné naissance à l’agriculture de conservation, faisant appel aux techniques culturales qui protègent le sol (rotation céréales/légumineuses, semis direct sous couverture des résidus ou des légumineuses), mais aussi aux OGM et désherbants chimiques, bien loin des principes de l’AE. En Asie, l’AE se décline autour de cultures spécifiques (riz) ou de lutte intégrée contre les ravageurs. En Afrique de l’Ouest, les expériences sont limitées aux techniques traditionnelles comme le zaï, les parcs à Faidherbia, la fumure animale, le paillage, les soins phytosanitaires naturels (neem) et les plantations d’arbres ou de haies vives (Allaverdian et al., 2014).

La gestion conservatoire de l’eau, de la biomasse et de la fertilité des sols (GCES)

11Lors du séminaire de Porto Rico (1988), une nouvelle stratégie participative a vu le jour qui tente à la fois de résoudre les problèmes immédiats des paysans (valoriser la terre et le travail), tout en améliorant l’environnement (restauration des sols). Cette approche a été nommée « land husbandry » par les anglophones (Shaxson et al., 1989 ; Hudson, 1992) et « gestion conservatoire de l’eau, de la biomasse et de la fertilité des sols (GCES) » par les francophones (ROOSE, 1987, 1994 ; Laouina, 2007). Il s’agit non seulement de réduire le ruissellement et l’érosion, mais de couvrir la terre, de soigner le sol et de nourrir les plantes (Roose et al., 2010). Pour lutter contre la dégradation des sols tropicaux, les chercheurs, réunis au congrès de Tananarive (Madagascar en 1966), ont proposé que l’aide internationale corrige les carences du sol (P, N, K), tandis que les paysans ne compensent que les exportations par les récoltes. Or, la majorité des sols tropicaux (ferrugineux, ferrallitiques et sols sableux) retiennent mal les engrais (faible capacité d’échange des argiles), perdent 50 % des MO. en quatre ans sur sols sableux et en dix ans sur sols argileux, fixent les phosphates sur les hydroxydes de fer et d’alumine, et s’acidifient par lixiviation des bases et exportation de la biomasse. Au lieu de corriger les carences du sol (trop cher et trop temporaire), il faut donc améliorer le pH et le taux de MO des sols et alimenter les plantes cultivées par des restitutions organiques et minérales pour leur assurer une croissance optimale en fonction des conditions écologiques locales (Roose et Godefroy, 1968).

Le réchauffement climatique et la séquestration du carbone dans les sols

12Malgré l’importance des sols pour la sécurité alimentaire, la gestion de l’eau et le stockage du carbone, l’agriculture et les matières organiques des sols sont restés longtemps les parents pauvres des négociations internationales sur les changements climatiques, la diversité biologique et la lutte contre la désertification (Bernoux et Chevallier, 2013). Or, il est apparu que les gaz à effet de serre (vapeurs d’eau + CO2 + CH4) proviennent des activités humaines, industrielles, énergies, transports, mais aussi des modifications de la végétation et des sols suite à la valorisation agricole. Si on compte 830 GT de C dans l’atmosphère, on en trouve 600 GT dans la végétation et 2 000 à 2 500 GT de carbone organique et 950 GT de carbone minéral dans les sols, le plus grand réservoir de carbone. Or, le sol peut séquestrer 1 à 3 GT/ha/an de carbone (puits de C) et améliorer la fertilité des sols, la résilience et la durabilité de l’agriculture, ainsi que la sécurité alimentaire. Dorénavant, le carbone organique des sols est considéré comme un excellent indicateur pour suivre les qualités d’un sol et ses fonctions environnementales : toute intervention agricole améliorant le taux de MO du sol contribue à l’atténuation des changements climatiques, pas seulement la reforestation. Inversement, le réchauffement climatique entraîne l’augmentation de la respiration des microbes du sol et réduit sa capacité à séquestrer dans le sol le carbone de la photosynthèse. On devine que l’augmentation de production de la biomasse est une des voies principales pour restaurer la productivité des sols des régions chaudes : les techniques culturales (structuration et fertilisation minérale) et la gestion des eaux de surface constituent une approche complémentaire pour lutter contre la désertification, ou plus simplement la dégradation des sols.

Peu de synthèses sur la restauration de la productivité des sols

13Dans la littérature, on peut trouver de nombreux ouvrages sur la fertilisation ou la dégradation des sols et des couvertures végétales par les cultures (Pieri, 1989), sur la restauration des propriétés naturelles des sols et la résilience des végétations naturelles (approches écologique et pédologique) (Oldeman et al., 1990 ; Pontanier et al., 1995 ; Ruellan, 2010). Par contre, il se trouve très peu d’ouvrages de synthèse sur la « restauration de la capacité de production d’une terre arable dégradée » qui a perdu ses qualités essentielles par une exploitation minière, sans compensation suffisante du carbone et des nutriments exportés (approche agropédologique). Sur internet on n’a trouvé que quelques articles d’intérêt local : le compte rendu d’un colloque sur ce sujet il y a vingt ans en Inde (Singh, 1992) ou en Tunisie, (Pontanier et al., 1995), un cahier Orstom Pédologie spécial « restauration des sols » (Roose, 1993), une thèse (Hien, 1995) et un rapport de synthèse sur la restauration des sols et de la végétation du plateau central du Burkina Faso (Reij et Thiombiano, 2003). Même dans ces ouvrages, l’essentiel est consacré à la restauration des écosystèmes naturels plutôt qu’aux solutions développées pour intensifier durablement la production végétale.

Possibilité de restaurer certains sols tropicaux dégradés

14Pour la majorité des pédologues, « le sol est une ressource non renouvelable » (Ruellan, 2010). En effet, lorsqu’une roche est mise à nu par l’érosion, il faut des milliers d’années pour désagréger la roche en petits morceaux et altérer les minéraux pour produire des argiles et un vrai sol apte à accumuler les nutriments et assez d’eau dans les pores pour alimenter les cultures.

15Or en Afrique occidentale, il existe de grandes surfaces désertifiées, érodées et encroûtées (suite au labour combiné à l’érosion éolienne et hydrique) qui ont perdu une grande partie de leur horizon humifère, de leur stabilité structurale et ont développé des croûtes d’érosion capables de réduire leur capacité d’infiltration à quelques mm/heure. Les Mossi du Burkina Faso, les Dogons du Mali et les Nigériens du Sud ont développé des techniques de restauration de la productivité des sols de la région soudano-sahélienne (pluie annuelle de 300 à 850 mm) dénommées « zaï » au Burkina (Roose et al., 1993). Lorsque la pression démographique se fait durement sentir, les paysans sont capables de récupérer ces terres dégradées en captant le ruissellement et en concentrant le fumier disponible dans des petites cuvettes, en y semant une douzaine de graines de mil ou de sorgho dès les premières pluies. Grâce à cette technique traditionnelle de restauration, les récoltes dépassent la production moyenne locale dès la première année et, si on y ajoute une dose raisonnée de NPK, on peut doubler le rendement en céréale. En analysant en détail cette technique complexe, il est apparu qu’en captant les eaux de ruissellement, en gérant la biomasse et les nutriments, on favorise les activités de la microflore et de la faune, on arrive en quelques années à restaurer la capacité de production des cultures et à mettre en place un système agro-sylvo-pastoral durable. Sur des matériaux meubles on peut donc restaurer rapidement la production végétale, mais cela a un prix : beaucoup de travail, du fumier, un aménagement de gestion des eaux et des nutriments pour que les plantes choisies développent une biomasse abondante (Roose et al., 2011).

16Pour cet ouvrage, nous avons donc choisi une quarantaine d’exemples de restauration de sols tropicaux ou méditerranéens, car c’est dans les zones chaudes et humides que les sols se dégradent et se restaurent le plus vite, que l’érosion est la plus active, que les roches et les MO se décomposent rapidement par la forte activité microbienne/biologique. Dans la zone de recherche de l’IRD et du Cirad, on s’est appuyé sur les résultats d’expérimentations de courte durée, confirmés par quelques résultats d’observations sur 10 à 20 ans. Après cinquante années de recherches, il nous semble bon de faire un bilan des résultats expérimentaux acquis essentiellement en Afrique francophone et parfois en Amérique latine (Martinique, Mexique, Haïti). Face aux prédictions catastrophiques de destruction des sols, de désertification des campagnes, de famines, de désordres sociaux, nous voudrions montrer des exemples de réactions positives des populations, et analyser le potentiel et les limites de chaque technique disponible, testée seule ou combinée, en vue d’améliorer les propriétés du sol et la production végétale.

De la lutte contre l’érosion à la gestion des ressources naturelles

17Nous proposons une démarche positive : passer de la lutte contre l’érosion, le ruissellement et l’acidification des sols à la gestion des ressources naturelles, l’eau, la biomasse et la fertilité des sols, en cohérence avec le meilleur des savoir-faire paysans et dans la volonté d’élargir les moyens d’action des populations rurales.

18L’État développe des stratégies d’équipement rural (RTM, CES, DRS) et s’intéresse d’abord aux terres dégradées d’où proviennent la majorité des sédiments qui polluent les eaux indispensables aux villes, aux industries et à l’irrigation des plaines. En créant des banquettes, des fossés de diversion sur les mauvaises terres, on ne s’attaque pas aux causes de l’érosion et les terres productives continuent à se dégrader. Les paysans préfèrent investir d’abord sur leurs terres productives pour tirer le meilleur revenu de leurs améliorations foncières (Roose, 1994, Brochet et al. dans cet ouvrage). On proposera ici trois exemples.

  1. Si un versant rocheux largue beaucoup d’eau de ruissellement, au lieu de lui barrer la route (fossé, banquette), mieux vaut la freiner à travers une haie vive et l’utiliser en aval sur de bons sols pour donner un complément d’eau aux cultures arborées (ex. demi-lunes entourant un olivier dans le Maghreb).

  2. Sur les versants des collines du Burundi, un bon paillage limite suffisamment le ruissellement et l’érosion pour obtenir de bons rendements du maïs, des haricots et autres légumes cultivés à l’abri du feuillage des bananiers : il n’y a pas besoin de terrassement sur ces sols ferrallitiques argileux acides, mais d’un apport de fumier et d’un complément minéral (Rishirumuhirwa et Duchaufour, dans cet ouvrage).

  3. Sur les terres sableuses du Sud-Bénin, après dix années d’échec de diverses techniques culturales mécaniques, l’introduction d’une légumineuse sous le maïs a permis de maîtriser non seulement l’érosion, mais de reconstituer le stock de MO et de nutriments du sol nécessaires au rétablissement d’une production durable de céréales (Barthès et al., 2015).

Restauration de l’écosystème naturel ou réhabilitation des sols

19Pour les écologues, la restauration au sens strict consiste à interrompre les facteurs de dégradation pour permettre au milieu de retrouver naturellement la flore et la faune primitives (Aronson et al., 1995). Comme on ignore souvent la composition du milieu primitif, on intervient pour orienter le milieu perturbé vers ce qu’on suppose être l’écosystème équilibré. Lorsqu’on a dépassé certains seuils irréversibles, et qu’on est obligé d’intervenir énergiquement, les écologues parlent de réhabilitation d’un système dégradé ou de réallocation, si on destine la terre à un nouvel usage sans rapport avec l’écosystème dégradé, par exemple une plantation d’eucalyptus dans la savane. Le terme de « réhabilitation » des écologues correspond souvent au terme de « soil reclamation » ou de « soil restoration » des pédologues anglophones, quand il s’agit d’intervenir énergiquement pour rétablir la capacité de production d’un sol cultivé épuisé.

20Dans cet ouvrage il s’agit d’interventions dans un agrosystème pour créer les conditions biologiques, physiques et chimiques qui améliorent la croissance des plantes. L’homme intervient artificiellement par exemple pour relancer le fonctionnement hydrique des « vertisols hardés » ou des sols ferrugineux encroûtés, pour reconstituer un complexe argilo-humique des cendres volcaniques du Mexique, pour réduire la toxicité aluminique des vieux sols ferrallitiques acides du Burundi, du Rwanda et de Madagascar ou pour reconstituer le stock de matières organiques du sol (MOS) et de nutriments indispensables pour optimiser la croissance des cultures. Le sol n’est plus un objet à conserver pour lui-même, mais un milieu complexe à gérer au mieux avec l’eau, le carbone et les nutriments nécessaires pour optimiser la production végétale et faire face aux besoins des populations rurales et urbaines.

Présentation de l’ouvrage

21Après cinquante années de recherches en agro-pédologie et lutte antiérosive, nous avons entrepris de réaliser une synthèse sur la restauration de la productivité des sols en commençant par dresser le sommaire des thèmes que nous voulions traiter ; puis, nous avons proposé à des spécialistes la rédaction de chaque chapitre pour rassembler dans un ouvrage collectif l’état actuel des connaissances sur la restauration du potentiel de production des sols cultivables en régions chaudes.

22Il s’agit de montrer le potentiel et les limites de chaque technique, de chaque intervention en fonction des conditions physiques et humaines de chaque situation particulière. Trois années de dialogue avec les chercheurs ont été nécessaires pour recentrer et réduire le volume des communications. Pendant cette période nous avons aussi découvert l’importance de certaines pratiques qui n’avaient pas été programmées à l’origine de l’ouvrage.

23Cet ouvrage collectif est structuré en quatre parties.

  • La dégradation des sols en fonction des types d’érosion : l’érosion en nappe sélective, l’érosion linéaire en ravine, en masse et les inondations catastrophiques en relation avec les dégradations physiques, chimiques et biologiques qu’elles entraînent (4 chapitres).

  • La gestion de la biomasse et des nutriments : le brûlage et les cendres, l’enfouissement des résidus ou le paillage, le compostage, le broutage des parcours et la production de fumier, les jachères naturelles ou enrichies en légumineuses, l’agroforesterie, les cultures associées, les déchets urbains ou humains. Mais le volume insuffisant de biomasse disponible et leur pauvreté en nutriments entraînent la nécessité d’une fertilisation minérale complémentaire 22 chapitres).

  • Le rôle des techniques culturales : le semis direct sous litière, la couverture végétale du sol, les adaptations à l’aridité, l’enrichissement en légumineuses des parcours. Les techniques culturales interviennent dans la vitesse de l’enracinement, dans l’infiltration et l’érodibilité des sols, leur recouvrement par les cultures (8 chapitres).

  • Les techniques complexes : associant les structures de lutte antiérosive, la gestion de l’eau (ruissellement ou drainage ?), des MO et les engrais minéraux. Les causes de dégradation des sols étant multiples, il faut d’abord réduire les pertes avant d’améliorer la disponibilité en eau et en nutriments (14 chapitres).

24Aux lecteurs pressés nous proposons un parcours rapide : le sommaire, l’introduction et la conclusion générale, puis les introductions et conclusions des quatre parties. Il sera facile ensuite de sélectionner les chapitres qui intéressent particulièrement le lecteur et de les relier aux principales conclusions.

25Les résultats des recherches présentées doivent être considérés comme l’état actuel des connaissances : ils mériteraient parfois d’être confirmés plus longtemps et en d’autres régions écologiques ou de servir de base pour rénover les thèmes de la recherche agronomique tropicale.

26Ces 48 chapitres réunissent les efforts d’un large panel de chercheurs (108 coauteurs) pour apporter sous forme chiffrée leur expérience, pour la synthétiser sous une forme compréhensible par un large public scientifique et technique, de l’agronome au forestier, du géographe à l’hydrologue, des ONG aux agents des ministères, des enseignants aux chercheurs et aux étudiants, des spécialistes de l’environnement aux praticiens de terrain.

27Les conclusions remettent en cause le potentiel et les limites de certaines pratiques. Par exemple, le fumier ne peut remplacer la jachère, ni la fertilisation minérale raisonnée. La conservation des sols ne suffit pas à restaurer la productivité d’une terre. La capture du ruissellement ne peut remplacer l’irrigation, s’il ne pleut pas. La lignine des racines, des fourrages, du fumier, du paillage et des arbres est indispensable pour stabiliser l’humus du sol.

28Seule la gestion de l’eau combinée à la gestion du carbone et des nutriments permet d’améliorer substantiellement la production d’un terroir. Mais la restauration a un coût et il faut le justifier par une augmentation sensible et rapide de la production agricole. Dans une phase transitoire, on ne peut se passer d’une fertilisation organique abondante, complétée d’apports minéraux raisonnés. La fumure organique, en effet, sert de stockage de certains nutriments, mais surtout d’amendement pour maintenir les activités biologiques et un milieu physique favorable à la croissance des plantes. Depuis Liebig (xixe siècle), on sait que les plantes se nourrissent essentiellement d’éléments minéraux, d’où l’importance de maintenir la faune du sol et la vie microbienne pour structurer le milieu et restituer les nutriments sous des formes assimilables par les végétaux.

Bibliographie

Bibliographie

Allaverdian C., Ferrand P., Kibler J. F., Reynaud L., 2014 – L’agroécologie, un concept pour une diversité d’approches. Grain de sel, 63-66 : 6-7.

Aronson J., Floret C., Le Floc’h E., Ovalle C., Pontanier R., 1995 – « Restauration et réhabilitation des écosystèmes dégradés en zones semi-arides : le vocabulaire et les concepts ». In Pontanier R., M’Hiri A., Aronson J., Akrimi N., Le Floc’h E. (eds) : L’homme peut-il refaire ce qu’il a défait ?, Paris, John Libbey Eurotext : 11-30.

Barthès B., Azontonde A., Feller C., 2015 – Effets d’une légumineuse de couverture sur la production et la durabilité de systèmes de cultures à base de maïs au Sud-Bénin. In : Restauration de la productivité des sols tropicaux et méditerranéens. Contribution à l’agroécologie : 319-328.

Bennet H., 1939 Elements of soil conservation. New York, Mc Graw-Hill, 2nd edition.

Bernoux M., Chevallier T., 2013 Le carbone dans les sols des zones sèches. Des fonctions multiples indispensables. CSFD, dossier 10, Agropolis, 42 p.

Boisseau S., Locatelli B., Weber J., 1999 Population & environment relationship : a U shape curve hypothesis. Chambéry, Jardin planétaire, 4 p.

De Schutter O., 2010 – L’économie politique de la faim. Garantir le droit à l’alimentation dans un monde de ressources rares. Les leçons inaugurales du groupe ESA http://gesd.free.fr/deschut10.pdf, Angers, ed. G. ESA.

Fotsing J. M., 1993 – Diagnostic des problèmes d’érosion et éléments de solution en pays bamiléké, Cameroun. Cah. Orstom, sér. Pédol., 26 (4) : 241-254.

Geneste A., 2013 – Onze milliards d’habitants sur la planète en 2100 : la population n’est pas en voie de stabilisation. Le Monde, 27 juillet 2013.

Gréco J., 1979 La défense des sols contre l’érosion. Paris, La Maison Rustique, 163 p.

Harroy H., 1944 – Afrique, terre qui meurt. La dégradation des sols africains sous l’influence de la colonisation. Bruxelles, M. Hayez edit., 557 p.

Heusch B., 1986 – Cinquante ans de banquette de DRS en Afrique du Nord : un bilan. Cah. Orstom, sér. Pédol., 22 (2) : 153-162.

Hien F., 1995 – La régénération de l’espace sylvopastoral au Sahel. Étude de l’effet des mesures de CES au Burkina Faso. Tropical Resource Management, 7, Wageningen, 223 p.

Hudson N., 1992 Land husbandry. London, Batsford, 192 p.

Jurion F., Henry J., 1967 – De l’agriculture itinérante à l’agriculture intensifiée. Bruxelles, Publication INEAC, hors série, 498 p.

Laouina A., 2007 – GCES au Maroc. Diversité des réponses paysannes à la dégradation des terres. Publ. de la Fac FLSH, Mohamed IV, Agdal, Rabat, Maroc, 172 p.

Le Houérou H., 1995 – Dégradation, régénération et mise en valeur des terres sèches d’Afrique. In Pontanier R., M’Hiri A., Aronson J., Akrimi N., Le Floc’h E. (éd.) : L’homme peut-il refaire ce qu’il a défait ?, Paris, John Libbey Eurotext : 65-102.

Lovejoy J., Napier T., 1976 – Conserving soil : sociological insight. J. Soil & Water Conserv., 415 : 304-410.

Oldeman L., Hakkeling R., Sombroek V., 1990 World map of the status of human-induced soil degradation. Projet Glasod., ISRIC, Wageningen and Unep, Nairobi.

Pieri C., 1989 Fertilité des terres de savanes. Paris, Cirad, Min. Coopération, 444 p.

Planchon O., Valentin C., 1999 – Croissance démographique et dégradation des sols en Afrique de l’Ouest. Bull. Réseau Érosion, 19 : 157.

Pontanier R., MHiri A., Aronson J., Akrimi N., Le Floc’h E., 1995 L’homme peut-il refaire ce qu’il a défait ? Paris, John Libbey Eurotext, 455 p.

Reij C., Thiombiano T., 2003 La réhabilitation de la capacité productive des terroirs sur la partie nord du plateau central du Burkina Faso entre 1980 et 2001. Rapport de synthèse, GTZ, Usaid, Amb. Pays Bas, 82 p.

Roose É., 1987 – « Gestion conservatoire de l’eau et de la fertilité des sols dans les paysages soudanosahéliens d’Afrique occidentale ». Séminaire Icrisat/Inran, Niamey, Niger : 57-72.

Roose É., 1994 – Introduction à la gestion conservatoire de l’eau, de la biomasse et de la fertilité des sols (GCES). Bulletin Pédologique de la FAO, 70, 420 p.

Roose É., 1996 – Réhabilitation des sols et GCES. Cah. Orstom, sér. Pédol., 28, 2, 423 p.

Roose É, Godefroy J., 1968 – Lessivage des éléments fertilisants en bananeraie. Fruits, 23 (11) : 580-584.

Roose É., Kabore V., Guénat C., 1993 – Le zaï : fonctionnement, limites et améliorations d’une pratique traditionnelle africaine de réhabilitation de la végétation et de la productivité des terres dégradées en région soudano-sahélienne (Burkina Faso). Cah. Orstom, sér. Pédol., 28 (2) : 159-174.

Roose É., Albergel J., De Noni G., Laouina A., Sabir M., 2008 Efficacité de la gestion de l’eau et de la fertilité en milieu semi-arides. AUF, IRD, Enfi, 402 p.

Roose É., Sabir M., Laouina A., 2010 Gestion durable de l’eau et des sols au Maroc. Valorisation des techniques traditionnelles méditerranéennes. Marseille, IRD Éditions, 343 p.

Roose É., Bellefontaine R., Visser M., 2011 – Six rules for rapid restoration of degraded lands : synthesis of 17 case studies in tropical & Mediterranean climates. Sécheresse, 22 (3) : 1-12.

Ruellan A., 2010 Des sols et des hommes : un lien menacé. Marseille, IRD Éditions, 105 p.

Shaxson T., Hudson N., Sanders D., Roose É., Moldenhauer W., 1989 Land husbandry : a framework for soil & water conservation. USDA, Ankeny, IOWA, SWC Soc., 64 p.

Singh J. S., 1992 Restoration of degraded lands : concepts & strategies. Meerut, India, Rastogi Publications, 255 p.

Tiften M., Mortimore M., Gichouki F., 1994 More people, less erosion : environmental recovery in Kenya. Chichester, John Wiley, 26 p.

Tondeur G., 1954 Érosion du sol, spécialement au Congo belge. Bruxelles, ministère des Colonies, 240 p.

Van den Abeele M., 1941 L’érosion, problème africain. Bruxelles, Ineac, Sciences naturelles, t. XI.

Ziegler J., 2011 Destruction massive. Géopolitique de la faim. Paris, Éditions du Seuil.

Ziegler J., 2012 – Misons sur l’agriculture familiale, pas sur les prédateurs. La Vie, 17 mai 2012 : 26-27.

Auteur

Agro-pédologue, chercheur, DR. émérite, IRD, UMR Eco& Sol, Montpellier, France. Eric.Roose@ird.fr

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540