Version classiqueVersion mobile

La chute d’un Eden éthiopien

 | 
Sabine Planel

Postface

Alain Gascon

Texte intégral

1La chute d’un Éden éthiopien, titre original et sainement polémique, résume, somme toute très bien, la thèse de Sabine Planel. Ce livre en effet soutient, avec force, une thèse. Son diagnostic, empreint d’« éthio-pessimisme », est plus qu’une variante régionale de l’afro­pessimisme et s’appuie sur une démarche rigoureuse et argumentée qui emporte la conviction. Pour ma part, je qualifierai l’auteure d’éthioréaliste ; en effet, elle va à l’encontre de représentations que partagent Éthiopiens et étrangers quant aux régions méridionales de l’Éthiopie. Pour Sabine Planel, après d’autres, l’opposition d’un bloc, entre une Éthiopie des catastrophes, au nord, et une Éthiopie « heureuse », au sud, est une idée reçue. Remarquons qu’elle-même contredit déjà une autre idée reçue qui dépeint l’Éthiopie du Sud, l’Éthiopie sans monuments, comme une réserve de populations primitives, de culture orale, guidées vers la lumière des langues sémitiques, de la culture écrite et du monothéisme, par l’Éthiopie du Nord, des monuments, des manuscrits, des icônes… et qui justifiait son assujettissement politique. Ainsi, a-t-on admis jusqu’à l’invasion italienne de 1935 que l’Éthiopie « historique » avait, à l’instar des puissances européennes, le devoir de civiliser, de coloniser les peuples soumis par Menilek II (1889-1913) et annexés à la Grande Éthiopie.

2Au sud de l’Éthiopie, les conquérants venus du nord, les voyageurs européens et, par la suite, les anthropologues, historiens, géographes, agronomes, étrangers comme éthiopiens, furent, et sont toujours, surpris et décontenancés quand ils découvrent les paysages agraires élaborés par les peuples planteurs de l’ensät. Aussi, devant les plateaux couverts de lopins céréaliers, d’où l’eucalyptus était alors absent, les Européens évoquaient spontanément une « Europe africaine » (Reclus) ou même une « Suisse africaine » (Rimbaud). Peu sensibles, dans un premier temps, à l’aspect de jardin soigné bocager et arboré des faux-bananiers (ensät) et, pour les Éthiopiens, dédaigneux de la nourriture, impure, fournie par la « plante miracle », les chercheurs ont fini par remarquer que ces régions, pourtant les plus densément peuplées d’Éthiopie, échappaient aux famines tout en affichant les taux de croissance parmi les plus élevés. De plus, alors que, pendant la saison sèche, les hautes terres du Nord dévoilent des pentes, des tables et des échines jaunâtres, grises, nues et décharnées, les montagnes et plateaux des pays Guragé, Hadiya, Känbata, Sidama, Wälayta, Gamo éclatent d’un vert insolent et immuable. L’image d’un pays d’ensät, pays de cocagne, s’est imposée comme une évidence. Parmi ces pays, le Wälayta – appelé Wällamo jusqu’à la Révolution de 1974 – était le type même du « pays vert », de l’abondance et de la prospérité : Lämlämawi Wälayta (Wälayta vert, verdoyant, frais, prospère) dit-on en amharique. Or, Sabine Planel entreprend la déconstruction de l’image du Lämlämawi Wälayta et démontre qu’il est devenu, au tournant du xxie siècle, un Éden déchu.

3La démonstration est étayée par des enquêtes de terrain fouillées et un gros effort de documentation et de bibliographie dans plusieurs langues. Sabine Planel a surmonté l’obstacle de la langue wälayta, largement inconnue en dehors de la région, à l’aide de ses informateurs, en tout point remarquables. Pour avoir eu la chance de les rencontrer lors d’une mission de terrain, menée en 2000 au Wälayta avec Roland Pourtier, j’estime qu’avoir trouvé de tels auxiliaires est sans doute l’un des mérites de Sabine Planel. Elle est presque trop discrète sur les circonstances difficiles qui ont accompagné son travail, notamment les émeutes de 2000.

4Prolongeant des enquêtes menées dans les villes et les campagnes du Wälayta, même les plus éloignées et les plus enclavées, elle a réuni et utilisé, en dépit de la méfiance parfois maladive de l’administration éthiopienne, des données statistiques et cartographiques abondantes. Elle a su vaincre les réticences des acteurs locaux souvent impliqués dans des histoires personnelles douloureuses : soldats vaincus et démobilisés de l’armée de Mängestu Haylä Maryam, migrants forcés et dépossédés de droits sur la terre, paysans endettés, menacés d’emprisonnement et contraints de se séparer de leur attelage ou de leurs lopins…

5Enquêtes et lectures ont permis de retracer les étapes et les conséquences de l’intégration du Wälayta à la Grande Éthiopie. Sabine Planel montre comment la réputation, qu’elle juge usurpée, d’Éden s’est constituée dans les années 1950-1960 sous l’Ancien Régime et comment elle a perduré par delà la Révolution. Les Wälayta opéraient une conversion miraculeuse : le royaume qui avait résisté le plus longtemps à Menilek et subi une répression et une exploitation féroces, devenait une région modèle tournée vers la modernisation. Un peuple de guerriers farouches se muait en agriculteurs réputés et inventifs qui accueillaient les missionnaires catholiques et protestants et leurs programmes de développement régional Agri-Service Ethiopia. Ce projet, devenu le Wällamo Agricultural Development Unit (WADU) fut promu au rang de projet exemplaire si bien qu’il traversa la tourmente révolutionnaire. L’Ancien Régime et la Révolution ont décerné aux Wälayta et à leur territoire, un brevet d’ouverture au « progrès. » Étant allé, avant la Révolution, au Wällamo et ayant rencontré les missionnaires catholiques, acteurs du programme Agri-Service Ethiopia, j’avais été sensible à l’atmosphère quasi enthousiaste qui régnait chez les développeurs émerveillés par la capacité réceptive « exceptionnelle » des Wälayta aux objectifs du « développement. » Miracle ? Plutôt esprit de revanche d’un peuple qui domina ses voisins au sein d’un « empire » dont l’organisation ressemble à celle de l’empire éthiopien. Toutefois, avant Agri-Service et le WADU, le gouverneur, Gärmané Näway, l’un des auteurs du coup d’État de décembre 1960, avait déjà installé des paysans sur des terres de la couronne. Dès lors, Haylä Sellasé l’avait limogé au bout de six mois.

6L’analyse rigoureuse et originale des rapports entre identité et territoire en Éthiopie, à travers l’exemple du Wälayta, est sans doute la plus convaincante et la plus neuve. Sabine Planel détaille et explique de façon très précise, notamment à l’aide de courtes biographies, la déchéance de l’Éden-Wälayta. L’exacerbation de la pression démographique et foncière et la paupérisation de la population entraînent des départs saisonniers vers les fermes du Rift et des migrations plus longues vers Addis Abäba. Quand on sait l’attachement profond des Wälayta à leur territoire et à l’ensät, plante emblématique de leurs systèmes agraires, on se demande ce qu’ils deviendront, une fois déracinés, séparés de leurs terroirs et d’avec leurs paysages agraires. Peut-on demeurer Wälayta hors du Wälayta ? Doit-on quitter l’Éden déchu au risque de la déchéance ? Peut-on abandonner l’ensät pour le maïs ? A-t-on le choix ?

7Sabine Planel apporte une contribution de qualité à la connaissance d’une région d’Éthiopie, en fait ignorée, et qui est, paradoxalement, victime de sa bonne réputation. L’auteure s’interroge, elle nous interroge et, espérons-le, les autorités du Wälayta s’interrogeront sur l’effet nocif des représentations véhiculées sur le Wälayta, pays de cocagne, pays vert. En effet, le vert des paysages peut signifier paupérisation, migration, déprise, départ. Admises sans examen et répétées à l’envie, ces idées reçues ont oblitéré et caché l’état d’une région qui perd sa population et ses ensät. L’habileté extraordinaire des planteurs, contraints d’intensifier leur production tout en intégrant des cultures de rente dans leurs systèmes agraires, a longtemps permis de faire face à l’accroissement de la pression démographique sur les terroirs. Au Wälayta, toutefois, n’a-t-on pas franchi le seuil au-delà duquel le renouvellement de la fertilité des sols ne se fait plus ainsi que le montre Marion Le Pommelec dans sa récente thèse d’agronomie sur la région ? Pourtant, la combativité et l’esprit de résistance des Wälayta demeurent élevés, même quand ils sont touchés par la disette. Ils se sont farouchement opposés à l’enseignement, imposé par le pouvoir central, d’une langue nouvelle, un espéranto fait du mélange des idiomes locaux, à la place du wälayta et en concurrence avec la langue nationale. Ils ont gagné le rétablissement d’une zone du Wälayta, disparue à la suite de la réforme fédérale de 1991, et obtenu la construction de silos.

8Sans doute, les Wälayta devront-ils tirer les leçons de l’expérience de leurs voisins Guragé ou Dorzé qui furent, plus tôt, confrontés ou prirent conscience des menaces qui pèsent sur leurs territoires. Les premiers ont trouvé dans le commerce du Mercato d’Addis Abäba et les seconds dans l’artisanat textile « authentique » des revenus importants qu’ils réinvestissent au pays dans l’amélioration de l’habitat, du réseau routier et dans la construction d’écoles ou de dispensaires. Espérons qu’ils ne se reconvertiront pas, comme les paysans à l’est d’Addis Abäba, dans la culture du tchat, un excitant dont la consommation s’accroît dangereusement dans la Corne et au Yémen et qui atteint, déjà, les pays Guragé et Känbata, à l’ouest de la capitale.

9Paris, le 1er décembre 2007

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search