Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La chute d’un Eden éthiopien

 | 
Sabine Planel

Annexes

Texte intégral

Annexe 1 : composition du matériel documentaire

1Les enquêtes et les entretiens furent réalisés entre février 2000 et juin 2002.

2Les enquêtes furent menées auprès de responsables d’unités domestiques, elles renseignent donc sur un nombre d’individus plus étendu mais variable selon les critères retenus. D’après nos enquêtes, le nombre moyen d’individus composant une unité familiale est de 6,5 personnes, sachant que chez les migrants la proportion de célibataire augmente.

Annexe 2 : impact du programme d’adduction d’eau d’InterAide à Kindo-Koïsha

Annexe 3 : redécoupages administratifs du Wolaita

3La forte identité naturelle du Wolaita facilita l’identification du territoire et du groupe wolaita, dans les premiers temps de son intégration à l’empire. Après avoir perdu son statut de madbét, le territoire wolaita devint un gezat (« gouvernorat ») qui prit le nom de Wolamo. Ce gezat, divisé en wereda pour en faciliter la gestion, fut associé en 1942 au gezat voisin du Sidamo/Borena pour devenir un awraja dans le gezat Sidamo (capitale Awasa), qui prit en 1946 l’appellation de teklay gezat (« gouvernorat général »). Le Wolamo demeura ainsi un awraja de la région Sidamo, même pendant le Derg qui entreprit peu de transformations dans la structure administrative à petite échelle et concentra ses efforts sur la restructuration des communautés locales, avec la création des qebelé. Le seul changement significatif apporté par le Derg concerna le nom des régions et des peuples, et le Wolamo redevint Wolaita. De même, les teklay gezat furent rebaptisés en kifle hager (« région d’un pays »). Les 14 teklay gezat mis en place au début des années 1970 perdurent sous ce nom jusqu’en 1987.

4L’intégrité du territoire wolaita fut ainsi respectée jusqu’en 1987, comme sous-région administrative du Sidamo, puis à partir de 1987 comme sous-région du Gamu-Gofa. En 1992, le gouvernement de transition recomposa la réalité administrative du Sud éthiopien et créa une région regroupant les peuples ométo, équivalente au Semen-Omo, mais qui portait le nom de Wolaita. Elle correspondait en effet à peu près à l’aire d’influence du Grand Wolaita.

5Avec la mise en place de la nouvelle constitution fédérale, les régions devinrent des régions-États – les kellel – dotés d’une autonomie beaucoup plus grande que par le passé, et les Zones remplacèrent les awraja. Le 11juillet 1992, la Région des peuples du Sud éthiopien (future SNNPR) fut créée en rassemblant les kellel du Grand Wolaita, du Debub-Omo, du Sidama, du Kafa et ceux du Guragé, Hadiya et Kambatta déjà associés. Le Wolaita intégra alors la SNNPR et son territoire disparut des cartes administratives : les sept wereda qui le composent furent alors mêlés aux autres wereda de la Zone du Semen-Omo, jusqu’en 2000. L’intégrité du territoire wolaita n’apparaissait plus nulle part, les wereda wolaita n’étaient pas même regroupés dans les listes du recensement de la population qui présentait ceux de Humbo et d’Ofa avec des wereda gamo et daoro.

6En décembre 2000, chacun des trois principaux peuples ométo retrouva une certaine autonomie régionale et la Zone du Semen-Omo fut ainsi scindée en trois Zones nationales : le Wolaita, le Gamo-Gofa et le Daoro-Konta, plus un « wereda spécial » semblable à celui qui existait précédemment.

Annexe 4 : le wogagoda

7À l’automne 2000, une violente querelle opposa les autorités officieuses du Wolaita (intellectuels et fonctionnaires divers) à propos de la langue officielle du Wolaita. Elle donna lieu à de nombreuses manifestations estudiantines dans Soddo réprimées par les soldats du gouvernement régional. Depuis le Derg, les questions linguistiques jouent un rôle fondamental dans la reconnaissance des ethnies, et même des territoires.

8Dans les années 1970, le Wolaita, choisi pour tester le programme du WADU, bénéficiait d’une importante aura régionale qui n’était pas sans rappeler pour les autres peuples ométo l’ancien impérialisme wolaita. À l’occasion des campagnes d’alphabétisation (zemecha) engagées par le gouvernement central, les instituteurs wolaita firent preuve d’un tel prosélytisme qu’ils commencèrent à diffuser l’enseignement du wolaitigna en dehors des limites du territoire wolaita, au sein même des pays gamo et daoro. Pour mieux résister au zèle des Wolaita, les Gamo et les Daoro, trop peu nombreux et incapables de se doter rapidement d’un encadrement scolaire local, mirent au point, à l’initiative de quelques députés amhara du gouvernement central, un espéranto composé des principales langues ométo : le wogagoda qui devait mélanger les langues wolaita, gamo, gofa et daoro. Mais les Wolaita refusèrent d’adopter ce nouveau langage et le gouvernement accepta l’édition d’un dictionnaire wolaita/amharique, entérinant par là même la reconnaissance officielle du wolaitigna, en échange du départ des instituteurs wolaita des régions gamo et daoro.

9Après l’indépendance érythréenne, le gouvernement de transition eut à cœur de régler le problème des diverses revendications autonomistes. Les membres du parti au pouvoir d’EPRDF (Ethiopian People’s Revolutionary Democratic Front) estimèrent ainsi que l’instauration du wogagoda était une bonne réforme qui aurait permis l’unité politique et économique de la Zone du Semen Omo. Le programme fut donc remis en application en 1999 et les manuels scolaires réimprimés en wogagoda arrivèrent à Soddo au mois de septembre2000.

10Conscient des réticences de la population wolaita à accepter ce langage, le gouvernement central décida de l’envoi d’officiers de l’armée nationale pour organiser la distribution des manuels et « calmer les esprits échauffés ». Mais, malgré les nombreuses réunions d’information sur la question, la majorité des Wolaita concernés (enseignants, notables, anciens et riches marchands de Soddo) refusèrent ce programme, en ne souhaitant pas que les jeunes parlent une autre langue qu’eux. Les Wolaita tentèrent alors plusieurs recours auprès des autorités compétentes. Tous échouèrent, faute de savoir de qui relevait exactement le pouvoir décisionnel en matière linguistique : le Premier ministre, le ministre de l’Éducation et ses responsables pour la région Sud rejetant tour à tour la responsabilité d’une telle décision. La situation s’envenima et les premiers « activistes » wolaita (essentiellement des professeurs) furent emprisonnés. Les autorités espéraient ainsi calmer l’ardeur des revendications estudiantines que les responsables wolaita avaient pris soin de diffuser le plus largement possible en prévenant l’ensemble des organes de presse, BBC y compris.

11L’emprisonnement des professeurs transforma l’agitation des élèves en véritables émeutes et les rues de Soddo virent défiler pendant le mois de novembre des manifestants armés de pierre faisant le siège des prisons et s’en prenant aux forces de l’ordre. Les nouveaux manuels furent brûlés et les bureaux des wereda du ministère de l’Éducation furent incendiés. La répression fut sévère et le contingent militaire envoyé par le gouvernement central investit les sept wereda : 300 nouvelles personnes furent emprisonnées et 230 déplacées dans d’autres régions du Wolaita ou chassées de la région. Le nombre exact de tués est inconnu, les victimes officielles étant au nombre de cinq. Mais les « déplacements » furent nombreux ; ainsi avons-nous rencontré des professeurs du lycée de Soddo rétrogradés, à la suite de ces mouvements, dans des écoles élémentaires des wereda les plus périphériques du Wolaita.

12Parallèlement, les Wolaita expatriés dans les régions voisines furent victimes de la vindicte des autres peuples qui voyaient dans la résistance wolaita une nouvelle preuve de leur prétention à l’hégémonie politique. Ils tentèrent de préserver leurs régions des troubles en chassant certains migrants ; les départs forcés furent nombreux en région gamo. Ces divers mouvements de population déstabilisèrent complètement le Wolaita et la situation s’envenima jusqu’à ce que Melles Zénawi y mette fin le 15 novembre 2000 par une allocution radiophonique et télévisée où il reconnaissait aux Wolaita le droit à refuser ce projet. Avec toutes ses excuses, il conféra au territoire wolaita, jusqu’alors composé de sept wereda, le statut de Zone.

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540