Versión clásicaVersión móvil

La chute d’un Eden éthiopien

 | 
Sabine Planel

Conclusion générale. Le wolaita est mort, vive le Wolaita !

Texto completo

1« High fever in Wolaita-Soddo » titrent les journaux d’Addis-Abeba en novembre 2000 ! De violentes émeutes éclatent dans la ville : enseignants, étudiants, fonctionnaires, responsables politiques et notables locaux manifestent violemment leur mécontentement à l’égard du gouvernement régional. Autodafé des manuels scolaires envoyés par le gouvernement, jets de pierre sur les bâtiments administratifs et défilés continuels paralysent la ville pendant plusieurs jours, jusqu’à ce qu’Awasa (la capitale régionale) envoie l’armée. Résultats : trois morts (officiellement), des centaines de prisonniers dans les prisons de la Zone, à Arba-Minch, et combien de fonctionnaires relégués dans les postes dévalorisants des périphéries du Wolaita et d’ailleurs ?

2À l’occasion d’une querelle linguistique, l’épisode témoigne d’une nouvelle étape de l’intégration territoriale du Wolaita à l’Éthiopie par la mise en œuvre du cadre fédéral à base ethnolinguistique. Après la déconstruction du Wolaita, qui imposa l’insertion d’un territoire indépendant et relativement prospère dans l’espace politiquement dominant de l’Éthiopie, et l’avènement d’une région pauvre, dépendante, mais de fait articulée au reste du territoire national, le territoire renaît au gré de revendications diverses. Si l’État éthiopien est responsable de la mort du Wolaita dans ses formes passées, il est également celui qui permet, par l’adoption de la Constitution ethno-fédérale de 1991, sa renaissance en tant que région politique d’Éthiopie : un territoire fédéré, ni soumis, ni dépendant.

3L’ambiguïté de l’Aqanna éthiopienne se manifeste plus que jamais dans la façon dont le Wolaita, fortement touché par la crise, se repositionne dans le territoire éthiopien et cherche à exploiter les quelques occasions de développement qui lui sont offertes. À côté des très relatifs eldorados de la vallée du Rift, l’espace d’expression politique ouvert par la Constitution fédérale attire tout autant les Wolaita, qui y voient un moyen d’assurer l’avenir territorial mais également économique de leur espace. La décentralisation, la déconcentration des pouvoirs et de l’assiette fiscale, le choix d’un système politique à représentation ethnique ouvrent les ressources de l’État à tous les peuples éthiopiens et mettent fin – du moins en théorie – au monopole d’une gestion amharotigréenne. Les autorités locales, du Wolaita et de toute l’Éthiopie, tentent aujourd’hui d’exploiter cette nouvelle manne de développement (Planel, 2007), occasion inespérée d’un investissement local, ne serait-ce que par le renforcement de la fonction publique.

4Deux dynamiques majeures transforment aujourd’hui l’organisation de l’espace éthiopien et participent à la construction d’une fédération, qui serait sans doute plus égalitaire si ces dynamiques n’étaient pas contradictoires. Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et le respect des nationalités, reconnus par le Derg mais garantis aujourd’hui par le système fédéral, favorisent l’autonomisation des territoires. En revanche, les impératifs d’efficacité de gestion et d’économies budgétaires qui préoccupent un État central peu doté et tenu à une meilleure gouvernance invitent aux regroupements de tous ordres et à la fédération des territoires. Au centre de forces centrifuges et centripètes dont les effets contradictoires s’annulent, les territoires d’Éthiopie demeurent sous la coupe d’un gouvernement central puissant, localement soutenu par les antennes régionales du Parti.

5La pratique éthiopienne du fédéralisme ethnique, tantôt souple, parfois contradictoire et souvent dirigiste (Vaughan, 2003), présente pourtant quelques opportunités dont la minorité wolaita se saisit. L’apparente flexibilité politique sert les ambitions wolaita ou tout du moins permet l’expression d’un discours identitaire assez libre, en accordant – parfois – certaines revendications territoriales et(ou) identitaires. La pratique fédérale à l’éthiopienne encourage les initiatives ethnico-territoriales, tout en tentant par ailleurs d’en neutraliser l’essor et l’éventuelle portée autonomiste. Entre fédération et autonomie, le Wolaita cherche la voie qui sera désormais la sienne.

6Le critère ethnique a guidé le découpage administratif du territoire éthiopien depuis la construction de l’empire à la fin du xixe siècle jusqu’à nos jours. Si le Derg paracheva l’ethnicité du maillage territorial éthiopien en reconnaissant, sans l’accorder pour autant, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, tous les gouvernements fondèrent, en tout ou en partie, leur découpage administratif sur ce critère. Les diverses délimitations administratives subirent plusieurs modifications qui tantôt renforcèrent, tantôt nièrent les réalités ethniques. Et pourtant, en dépit des fréquentes refontes du maillage administratif, l’intégrité administrative du Wolaita perdura depuis son intégration en 1894 jusqu’en 1992 et fut rétablie en 2000 : le territoire ne fut démantelé que durant huit années. La quasi-permanence d’une reconnaissance administrative de la singularité de ce territoire justifie aujourd’hui le renouveau d’un discours nationaliste qui ne s’est jamais totalement éteint.

7À partir de 1991, la reconnaissance (administrative) du Wolaita se trouve indiscutablement liée à celle du peuple ométo. Il faut y voir une conséquence directe des travaux menés par l’Institut pour l’étude des nationalités éthiopiennes (Bureau, 1994 : 501). Le lien entre wolaita et ométo n’est cependant pas tout à fait fortuit et la région Gamo-Gofa de 1987 officialisait déjà la pertinence de cette parenté, puisqu’elle rassemblait non seulement les espaces nationaux des Gamo et des Gofa mais également celui des Daoro. L’histoire administrative récente du Wolaita, qui s’écrit en réaction à l’existence plus ou moins fondée d’un territoire ométo, est tout à fait révélatrice de l’évolution de la politique ethno-fédérale du gouvernement éthiopien. Elle applique les deux lignes directrices d’une politique forgée dans le respect et la reconnaissance des groupes ethniques et l’octroi d’une autonomie régionale variable (Annexe 3).

8La question territoriale se présente en effet comme le reflet assez fidèle du souci de reconnaissance des différentes nationalités du Sud éthiopien, lequel se trouve d’ailleurs au fondement de la SNNPR. Pour une plus grande cohérence ethnique de l’organisation territoriale, le Wolaita réintègre en 1987 le versant ouest de la vallée du Rift ainsi que son aire d’influence traditionnelle dans les pays du nord de l’Omo et plus particulièrement dans les pays ométo. En effet, depuis l’intégration du territoire à l’empire éthiopien, le rattachement du Wolaita à la région Sidamo, qui s’étend essentiellement sur l’autre versant de la vallée du Rift et s’inscrit dans l’aire d’influences culturelles différentes, apparaissait comme un non-sens identitaire. Non-sens géographique également, quand on sait à quel point la vallée du Rift fonctionna comme une marche (daga) infranchissable et repoussante. Il s’agissait, par cet artifice, de préserver les anciennes régions tributaires du royaume wolaita d’éventuelles velléités hégémoniques, comme elles purent se manifester peu après l’intégration du royaume wolaita à l’empire, lorsque Tona, le roi déchu, tenta de renverser l’occupant amhara avec l’aide des peuples gamo. La défiance du gouvernement central, puis des voisins ométo, vis-à-vis de l’activisme politique wolaita – lequel était toutefois davantage craint que menaçant – expliquerait que le Wolaita ne regagne que si tardivement son aire d’appartenance culturelle. Une seconde raison d’ordre socio-économique développée par S. Vaughan (2003 : 252) rend également compte de ce rattachement surprenant. Le dynamisme agricole du Wolaita, à son apogée lors du programme du WADU, commandait l’intégration de ce grenier à la riche région sidamo, et non aux marges sous-développées du Gamu-Gofa (Annexe 3) vers lesquelles l’empereur reléguait ses administrateurs déméritants.

9Les variations du statut administratif du Wolaita illustrent, en outre, le processus d’autonomisation grandissante des régions de l’État éthiopien : en 100 ans le territoire passe du statut de madbét à celui de Zone de la SNNPR, en parcourant les différents degrés de perte et d’octroi d’une autonomie régionale. Il est vrai cependant que les compétences accordées aux régions varièrent considérablement d’un gouvernement à l’autre.

10À l’inverse, afin de viabiliser une délégation grandissante des pouvoirs au niveau régional, le gouvernement central – gouvernement fédéral davantage que le Derg – eut à cœur d’inciter les nombreux petits territoires du Sud à se fédérer. C’est notamment dans ce sens que l’on peut comprendre la réintégration prémonitoire du Wolaita dans son espace d’origine dès 1987, sous l’initiative du Derg ! Ce fut chose faite, le 11 juillet 1992, lorsque le premier congrès de la Coalition démocratique des peuples du Sud éthiopien décida le regroupement de ces régions.

11Le rôle du gouvernement central dans l’élaboration des fédérations régionales fut déterminant et multiple. Il promut tout autant la création de partis politiques régionaux, coalitions ethniques et antennes locales du parti majoritaire l’EPRDF, que des associations de développement régional qui devinrent les nouveaux outils d’une politique d’aménagement du territoire décentralisée. Ces associations gérées et financées localement eurent pour fonction de participer à l’aménagement et au développement de leur territoire (entretien et construction de routes et d’écoles, programmes sanitaires ou de développement rural…). En parallèle, le gouvernement créa des associations régionales fédérant les associations locales : la WDA (Wolaita Development Association) fut ainsi fondée sous le contrôle de la SEPDA (Southern Ethiopian People Development Association) chargée d’harmoniser les différentes politiques de développement local et, selon certains, de favoriser l’ingérence du gouvernement central dans les affaires locales.

12Quelles que furent les visées du gouvernement central, l’existence de ces deux niveaux associatifs pose problème. Il est convenu de reconnaître que l’activité des associations se borne au cadre du territoire local (wolaita, sidama, guragé…), ce que personne ne remet en cause. Mais cela implique également que la collecte de subsides se limite, en conséquence, aux résidents des territoires en question, ce que refusent les Wolaita. À l’inverse des autres nationalités, ils continuent de percevoir les cotisations versées par les émigrés wolaita, que réclame la SEPDA. Ce n’est pas tant le poids économique des migrants qui motive cet état de fait, qu’une certaine conception de la nationalité wolaita (sur)valorisant les liens d’un Wolaita à son territoire d’origine.

13Des onze branches qui constituent l’Association wolaita, quatre sont situées en dehors du territoire : celles d’Addis-Abeba, d’Arba-Minch, d’Awasa et de Shashemené. Pourtant, si l’on s’attache au rapport entre le nombre de Wolaita, hors ou dans le territoire, et le nombre de donateurs, le poids des migrants n’est pas considérable : il oscille entre 2 % et 4 % du total alors qu’il atteint 11 % dans le wereda de Bolosso-Sore. Cette répartition questionne les motivations économiques de telles revendications. En effet, la WDA représente aujourd’hui une autorité politique importante sur le territoire wolaita et le principal acteur du développement local. L’association prend à sa charge la majeure partie de l’aménagement du territoire, le reste incombant à l’État éthiopien par le biais de grandes sociétés nationales. Elle sert d’interface entre les agents de développement, notamment éthiopiens, et les autorités locales du Wolaita. Si l’association joue bien le rôle d’intermédiaire entre les différents échelons administratifs, elle semble échapper au contrôle de la SEPDA et, de fait, du kellel. Dans une certaine mesure le Wolaita procède là à un détournement des règles fédérales pour se doter d’une plus grande autonomie et se soustraire à la tutelle des kellel.

14L’indépendance de l’Érythrée, consentie par le gouvernement de transition, influence l’ensemble du projet fédéral éthiopien et lui vaut sa spécificité : il s’agit pour ce gouvernement de conserver l’intégrité territoriale de la Grande Éthiopie, rassemblant toutes ses régions, tout en satisfaisant – dans le rejet de l’inacceptable, c’est-à-dire de la sécession – les revendications autonomistes des mêmes régions, qui doivent alors trouver un intérêt à demeurer dans la fédération. La satisfaction de deux objectifs politiques opposés complique la pratique politique et explique certaines contradictions d’une constitution parfois obscure quant à la distribution des pouvoirs accordés aux régions et au gouvernement central.

15Cette confusion crée l’occasion d’une revendication politique saisie par les territoires qui ne sont pas concernés par le partage des pouvoirs : ceux des nationalités (des ethnies) éthiopiennes. En effet, les espaces nationaux, les territoires ethniques, ne coïncident pas toujours avec les réalités administratives régionales et ne sont donc pas systématiquement dotés de compétences politiques (administratives) significatives. Ils profitent alors d’autant plus volontiers de l’espace de parole reconnu par la Constitution, à travers le principe du droit des nationalités à disposer d’elles-mêmes, indépendamment de leur visibilité administrative.

16En effet, toutes les régions ne se confondent pas avec un territoire ethnique et, dans le cas de régions composites comme la SNNPR, l’octroi d’importants pouvoirs régionaux ne satisfait en rien les multiples volontés nationalistes, pourtant légitimes. Le gouvernement central encouragea donc les fédérations de petits territoires nationaux à partir de 1995, pour mieux respecter le fondement ethnique du découpage administratif. L’affaire de politique intérieure qui opposa le Wolaita aux gouvernements fédéral et régional sur la question de la langue illustre de façon exemplaire les paradoxes de l’ethno-fédération éthiopienne (Annexe 4).

17À dessein de fédérer les peuples ométo, le gouvernement central prôna une réforme linguistique qu’il imposa aux populations concernées mais réticentes, en envoyant de nouveaux manuels scolaires édités en un espéranto nouveau, mélange des langues wolaita, gamo, gofa et dorzé : le wogagoda. Insatisfaits du dirigisme dont fit preuve le gouvernement, aussi bien régional que fédéral, les Wolaita protestèrent violemment contre cette réforme linguistique à l’automne 2000 et réclamèrent un changement de statut territorial, qui seul pouvait garantir leur indépendance identitaire en les individualisant du bloc ométo et les prémunir contre de telles initiatives venues « d’en haut ». En réalité, depuis longtemps déjà les Wolaita cherchaient à améliorer leur reconnaissance administrative dans la fédération éthiopienne, afin de rendre à Soddo le statut (et les budgets !) de capitale régionale qui étaient les siens durant la fastueuse période du WADU. Régulièrement déboutés par un pouvoir central inquiet devant la prolifération des revendications autonomistes, les Wolaita surent tirer avantage de la confusion qu’entraîna le wogagoda et obtinrent effectivement le statut de Zone, à la suite des manifestations.

18Ce problème de politique intérieure révèle plusieurs éléments fondamentaux dans la structure fédérale de l’Éthiopie : le rôle de la langue comme fondement d’une identité nationale et en l’occurrence territoriale, mais surtout le partage des compétences entre les régions, le gouvernement central (fédéral) et les autres entités administratives dans la gestion des affaires courantes.

19Le respect du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes est directement responsable de certains « malentendus » entre les différents niveaux de pouvoir du territoire éthiopien. En effet, la reconnaissance de ce droit confère à ceux qui en bénéficient un véritable pouvoir politique, ne serait-ce que d’opposition, alors même que la Constitution ne leur en accorde pas en tant que tel. En outre, l’étendue de ces droits est importante puisqu’elle autorise l’expression légitime d’un droit à l’indépendance, pourtant si menaçant pour l’intégrité territoriale de l’Éthiopie.

20Le droit des peuples à administrer leurs propres affaires sur leur propre territoire peut ainsi entraîner une réelle concurrence entre les droits accordés aux peuples et les attributions octroyées aux régions qui reçoivent la totalité des pouvoirs, à l’exception des pouvoirs régaliens réservés à l’État central. La question de la langue relève ainsi de la double compétence des nationalités et des régions qui gèrent l’ensemble des problèmes de scolarisation. En revanche, de telles décisions ne ressortent pas des compétences du pouvoir central, même s’il fut à l’origine du projet du wogagoda. Il est donc possible que cette affaire soit née d’une usurpation par le gouvernement central des pouvoirs domestiques de la région, comme le laisserait entendre le rôle déterminant joué par Melles Zénawi dans le dénouement de l’affaire (Annexe 4).

21Cependant, l’affaire est plus complexe, dans la mesure où elle fait apparaître l’action du parti majoritaire à l’assemblée, EPRDF. La relance du wogagoda serait le fruit d’une décision prise par la branche régionale (SNNPR) de l’EPRDF, en application des consignes d’incitation à la fédération des petits peuples. Rappelons ainsi que le terme « wogagoda » désigna, après l’espéranto inventé sous le Derg – mais non utilisé –, une formation politique de rassemblement, le Parti de l’organisation démocratique des peuples wogagoda, émanation locale d’EPRDF. Il est vrai qu’en Éthiopie la confusion entre l’État, national ou régional, et le parti complique considérablement l’analyse. De fait, en cas de compétition des pouvoirs comme cela est apparu dans l’affaire wogagoda, la Constitution prévoit que les compétences de l’État régional l’emportent sur celles de l’État fédéral (art. 52-1). Or, dans la pratique, le poids d’EPRDF aboutit à une extension des pouvoirs de l’État fédéral. L’ambiguïté de positionnement de l’État fédéral et de son parti le plus représentatif est ancienne. Dès 1992, dans la Proclamation du gouvernement de transition, l’article 9 énumérant les pouvoirs du gouvernement central se terminait par la mention « et les autres », oh combien évocatrice de l’ingérence du pouvoir central dans les régions.

22Aujourd’hui, les inégalités d’attributions en matière de compétences territoriales mais aussi culturelles ont permis aux autorités centrales et régionales en charge des problèmes de l’Éducation de se dégager à tour de rôle de leurs responsabilités dans l’affaire du wogagoda. Ce faisant, la détérioration de la situation dans le Wolaita et la propagation des émeutes, causées par la lenteur des négociations, ont favorisé la reconnaissance effective d’un droit pour le peuple wolaita à disposer de sa langue et indirectement à décider de son statut territorial.

23La présence pluriscalaire d’EPRDF sous ses différents avatars régionaux perturbe les termes du partage des pouvoirs entre l’État central et les États régionaux, tel qu’exprimé par la Constitution. Ce hiatus permet l’octroi de pouvoirs politiques aux peuples qui ne sont pas totalement représentés par leur État régional. Une telle configuration fédérale confère une dimension véritablement politique aux territoires des peuples et nationalités diverses qui composent l’État éthiopien.

24Dès lors, le Wolaita apparaît non seulement comme une entité administrative du territoire éthiopien mais également comme un échelon effectif de prise de décision politique, un véritable espace politique. La reconnaissance empirique d’un pouvoir politique vient clore un siècle de soumission à l’État éthiopien durant lequel les Wolaita étaient totalement dépourvus d’autonomie décisionnelle, dans quelque domaine que ce soit. En novembre 2000, la promotion administrative et politique du Wolaita par l’octroi du statut de Zone a mis un terme définitif à l’existence du Wolamo.

© IRD Éditions, 2008

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search