Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La chute d’un Eden éthiopien

 | 
Sabine Planel

Partie 3. À la recherche du territoire perdu

Chapitre 9. Une paysannerie pauvre et appauvrie

Texte intégral

Le manque de bétail

1Le manque croissant de terres alimente toutes les inquiétudes alors que la réduction du cheptel condamne beaucoup plus sûrement ces agricultures fondées sur une très forte intensivité en travail et grandes consommatrices de fumure animale. Or, il ne semble pas que la raréfaction des pâtures soit le principal facteur de cette réduction du cheptel qui provient davantage de l’appauvrissement généralisé des paysans.

2Le degré de responsabilité de la réduction du cheptel dans la crise économique que traversent les paysans wolaita ne fait pas l’unanimité. Dessalegn Rahmato (1992 : 19) considère ainsi que la gestion du cheptel (prêts, gardiennages, et ventes fréquentes) ne permet pas une juste estimation de la pauvreté paysanne sur ce seul critère : « Livestock ownership however may not be a good indicator of poverty level in Bolosso, or Wolaita in general. » Nous pensons, au contraire, que la réduction du cheptel par exploitant se trouve au cœur de toute une série de dégradations économiques que subit aujourd’hui le Wolaita et qu’elle entretient largement, si ce n’est provoque, la pauvreté paysanne.

La réduction du cheptel par exploitant

3Bien que le cheptel wolaita soit numériquement important, l’estimation régionale ne tient compte ni de son caractère utile, ni surtout de sa répartition entre agriculteurs. Les enquêtes ainsi que les pratiques observées dans le Wolaita montrent bien au contraire que le cheptel par exploitant est extrêmement réduit, voire de plus en plus réduit si l’on en croit les paysans. Il est vrai toutefois qu’ils regimbent à répondre avec franchise aux questions sur l’importance de leur cheptel, car celui-ci entre en compte dans le calcul de l’impôt et il est nettement plus aisé de le cacher aux enquêteurs que les champs attenants au toukoul.

4La pauvreté des Wolaita en cheptel se traduit de prime abord par l’important pourcentage de paysans totalement dépourvus de gros bétail : ainsi 18 % de ceux interrogés ne possèdent ni bœufs, ni vaches. Et le cheptel individuel moyen est de 0,8 bœuf et de 1,15 vache par paysan propriétaire. La faiblesse du cheptel moyen, notamment du cheptel bovin, réduit les aptitudes agricoles des paysans dans le cadre d’une agriculture attelée. De fait la traction animale fait cruellement défaut au monde paysan où seuls 14 % des paysans interrogés (soit 138 personnes) possèdent en propriété, entière ou partagée, un attelage au complet, 29 % ne possèdent qu’un seul bœuf et 41 % n’en détiennent aucun. Dessalegn Rahmato (1992 : 19) observe également dans le wereda de Bolosso-Sore que 56 % des paysans n’ont aucun bœuf. Le même auteur note que 41 % des paysans de Bolosso-Sore ne possèdent pas de vache. La comparaison entre les deux enquêtes semble signifier que le manque de bovins est lié à la pression foncière, très marquée dans ce wereda. Elle témoigne également de la prise en compte dans nos enquêtes des basses terres, plus riches en bétail. Enfin, les chiffres produits par le ministère de l’Agriculture du wereda de Bolosso-Sore sont encore plus alarmants puisqu’ils estiment à 70 % la part de paysans ne possédant pas de bœuf et 25 % celle n’en possédant qu’un, les rares propriétaires d’un attelage complet se réduisant à 4 % de la population totale.

5L’hypothèse de Dessalegn Rahmato selon laquelle la faiblesse du cheptel par paysan masque des pratiques plus souples qui pallient ce manque apparent est tout à fait juste, même si nous pensons ces pratiques moins répandues qu’il ne le suppose. Les prêts, les gardiennages et les propriétés partagées permettent la constitution d’un cheptel utile qui compense l’absence de cheptel en propriété pleine. Seul un petit tiers de la population est engagé dans ces pratiques alternatives : moins de 30 % des paysans ont recours à la propriété partagée (kotta) qui ne représente que 27 % du cheptel. De même, les pratiques de gardiennage ne concernent qu’une très faible minorité de paysans, les prêts étant sans doute beaucoup plus fréquents mais ils sont très difficilement quantifiables. Aujourd’hui, la pénurie de bétail atteint de tels niveaux dans certains qebelé que plus personne n’y prête ses bœufs.

6Sachant que la productivité agricole des attelages varie considérablement en fonction du degré de propriété des animaux, le cheptel utilisé ne peut remplacer strictement le cheptel possédé. De ce point de vue, la diminution du cheptel pénalise lourdement l’agriculture wolaita et participe largement à la dépendance et à l’appauvrissement des paysans. Les animaux en pleine propriété sont en effet à la disposition permanente du propriétaire alors que les autres font l’objet d’un partage : le moment de la préparation du sol est dès lors imposé par les disponibilités de l’attelage et non par les conditions pluviométriques.

7Les paysans distinguent ainsi différents degrés de propriété sur les animaux qu’ils utilisent : les animaux en gardiennage, les animaux en pleine propriété ou ceux en propriété partielle. Les derniers ne travaillent qu’à mi-temps ou tiers-temps chez leurs différents propriétaires, en fonction du nombre de participants au kotta animalier. Dans ce cas de figure, un seul des propriétaires peut labourer son champ au bon moment et donc semer dans les meilleures conditions. Les autres doivent attendre que l’attelage soit libéré – à charge pour les associés de changer l’ordre de l’emprunt à la prochaine saison culturale. L’attente peut être beaucoup plus longue lorsque les paysans associés ne possèdent pas un attelage au complet mais un seul bœuf et qu’ils sont donc obligés de faire équipe avec les membres d’un autre kotta. Ces pratiques provoquent d’importants retards dans les différents travaux agricoles et posent d’autant plus de problèmes que les faibles précipitations qui commandent les premiers semis sont très irrégulières et ne permettent pas une grande latitude dans la réalisation des travaux.

8La proportion d’animaux partagés dans le cheptel wolaita traduit non seulement la pauvreté des communautés rurales (y compris en pâturage) mais elle contribue également à l’appauvrissement de ces mêmes paysans en faisant obstacle au bon déroulement des travaux agricoles. À l’opposé, les paysans dépositaires d’animaux en gardiennage sont plus chanceux car ils peuvent utiliser à leur guise les animaux qui leur sont confiés. Les contrats de gardiennage relèvent de différentes catégories : le hara et le ulo kotta. Le hara représente la forme la plus simple de gardiennage d’un animal, le propriétaire garde la propriété mais la jouissance de l’animal, sa force de travail ou plus souvent une partie de son lait (car ce sont essentiellement les vaches qui bénéficient de ce type de contrat) reviennent au gardien. En revanche, il doit rendre le beurre, précieux dans l’économie wolaita, au propriétaire de l’animal. Le ulo kotta ou « partage du ventre » prévoit qu’en cas de naissance les veaux seront également partagés entre le gardien et le propriétaire. Ces contrats ont longtemps permis d’associer les habitants des hautes terres et ceux des basses terres.

Causes de la réduction du cheptel : la multiplication des ventes

9Bien que l’importance du cheptel soit variable du fait de sa forte commercialisation, les paysans observent tous depuis une trentaine d’années une importante diminution de leur troupeau. D’après nos enquêtes, le troupeau moyen par exploitant se composait de 13 têtes de gros bétail avant la mise en œuvre du Derg qui donna le signal des premières réductions de cheptel. Il paraît cependant probable que les paysans interrogés ont exagéré l’importance passée du cheptel.

10Les facteurs qui participent à la diminution du cheptel sont nombreux ; il faut alors prendre garde à distinguer les causes directes qu’avancent les paysans, des causes indirectes qui participent tout autant à cette réorientation de l’activité d’agro-élevage. Parmi les causes directes que sont la sécheresse, la maladie et les ventes, les paysans déplorent régulièrement les deux premières, souvent liées. La sécheresse de 1984 s’accompagna d’une épizootie de fièvre bovine particulièrement sévère, notamment dans les basses terres. Le Wolaita est également cerné par trois foyers de trypanosomiase (le bassin de l’Omo, celui de la rivière Bilate et le lac Abaya) qui attirent régulièrement les troupeaux en saison sèche. La présence de la maladie est avérée dans la région depuis 1973 et ne cesse de progresser depuis que la raréfaction des pâturages d’altitude contraint les troupeaux à transhumer vers ces basses terres. Il semble pourtant qu’en dépit des épizooties que connut le Wolaita dans les années 1980, l’augmentation de la fréquence des ventes constitue l’obstacle le plus sérieux à la reconstitution des cheptels. Dans la gestion de l’urgence à laquelle sont de plus en plus soumis les Wolaita, les bœufs représentent de moins en moins une occasion d’épargne mais un accès à des liquidités.

11Il n’en demeure pas moins vrai que la fréquence des épisodes de sécheresse favorise l’augmentation de la mortalité animale. La grande sécheresse de 1984 provoqua ainsi une surmortalité très importante chez les animaux et nombreux sont les paysans qui datent de cette époque le déclin de leurs troupeaux. Les conséquences de la sécheresse de 1984 furent d’autant plus négatives que les quelques animaux qui survécurent furent souvent vendus.

12La vente représente une des causes principales de la réduction du cheptel individuel. Très répandues dans ces sociétés d’agro-éleveurs où le bétail permet une épargne financière, les ventes de bétail semblent se multiplier depuis quelques années et réduisent considérablement le troupeau wolaita. La fonction trésorière du bétail le destine tout particulièrement à être vendu en période de difficultés financières et alimentaires et les Wolaita l’utilisent ainsi depuis longtemps déjà. Mais la force de travail que représentent les bovins leur commande également la préservation minimum du cheptel, au moins d’un des deux bœufs de l’attelage. Or, l’état actuel des troupeaux montre bien que celle-ci n’est plus assurée et que les ventes, trop fréquentes, mettent en danger l’existence même du troupeau.

13Traditionnellement, le petit bétail et les jeunes bovins sont réservés à un usage commercial afin de préserver le gros bétail. Aujourd’hui, les animaux de trait sont également mis sur le marché. La vente quasi systématique des bœufs interdit toute reconstitution du troupeau qui, à l’exception d’un improbable enrichissement, ne peut plus se renouveler et demeure en continuelle diminution. La possession d’un petit cheptel ovin et caprin prend alors toute son importance, dans la mesure où il permet parfois d’éviter ou du mois de retarder la vente d’un bovin.

En 1997, afin de nourrir sa famille, Bakela Banta vendit sa dernière vache pour la modique somme de 100 birrs. La majorité de cette somme fut aussitôt réinvestie et il acheta deux veaux pour 80 birrs, qu’il vendit pour les mêmes raisons en 1998 et 1999. Ainsi quand nous l’avons rencontré en 2001, il ne possédait plus qu’une seule vache en gardiennage et avait déjà vendu son maigre cheptel.

14Il faut ainsi distinguer les ventes massives et exceptionnelles qui concernent souvent le gros bétail des ventes plus modestes et plus régulières qui s’avèrent plus dangereuses pour le cheptel paysan. Les ventes exceptionnelles laissent la possibilité de reconstruire le cheptel les années suivantes alors que les ventes régulières réduisent peu à peu les effectifs animaliers.

15Depuis les années 1970 et tout particulièrement depuis les années 1980 et leur cortège de « mauvaises années », les paysans vendent régulièrement leurs animaux. La souscription pour l’effort de guerre lancée par le Derg provoqua les premières ventes massives de bétail, et ce recours devint fréquent pour régler les dettes contractées auprès du gouvernement. Les paysans reconnaissent avoir recours à ces ventes de plus en plus fréquemment depuis les années 1985-1987. Paradoxalement, la mise sur le marché de gros bétail a tendance à diminuer et les prix augmentent : un beau bœuf coûte aujourd’hui entre 700 et 800 birrs alors qu’il n’en valait que 500 autour des années 1985. Cette hausse des prix avantage donc les Wolaita à très court terme mais interdit également la reconstitution du cheptel, autrement que par reproduction – ce qui est également rare puisque les veaux sont très souvent vendus. Dana Godillo qui possédait au début du Derg 15 têtes de bétail qu’il fut contraint de céder les unes après les autres vend aujourd’hui à chaque naissance les veaux de sa dernière vache.

16D’autres transformations de l’environnement wolaita influencent la taille des troupeaux individuels. La réduction des pâturages est une des principales causes de la diminution du cheptel et les paysans qui possèdent encore de vastes troupeaux vivent souvent dans des zones épargnées par la forte pression foncière. Pour mesure, les pâturages du wereda de Damot-Woyde sont ainsi passés de 8 470 ha à 5 470 ha entre 1998 et 2001. Les progrès dans la scolarisation des jeunes enfants et notamment des jeunes garçons ont des répercussions directes sur l’importance du cheptel et plus particulièrement sur les caprins et les ovins qui ne peuvent rester sans surveillance, sous peine de risquer la destruction d’une partie des récoltes voisines.

Conséquences de la réduction du cheptel : réduction de la force de travail

17Le manque de bœufs entraîne une diminution considérable des occasions de labour sur tous les types de terres, en propriété ou en métayage : il est ainsi impossible d’emprunter des bœufs pour cultiver une terre en share-cropping. Il en résulte que tous les paysans sans bœufs, soit 41 %, sont dans l’impossibilité de cultiver des terres supplémentaires. Cette limite aux conditions de prêts nous paraît être un argument majeur à opposer à la thèse de Dessalegn Rahmato et montre combien la propriété est importante dans l’utilisation que l’on peut avoir du bétail. De même, la possession partielle d’un animal limite l’usage qu’en a le paysan et les retards dans la réalisation des semis peuvent avoir de très lourdes conséquences sur les rendements agricoles. La récolte peut être réduite de moitié ou plus en fonction de la qualité des pluies durant la saison végétative.

18Le manque de bœufs incite également les exploitants à allouer leur terre en métayage lorsqu’ils ne sont pas capables de la cultiver eux-mêmes ; il semble même que ce soit la cause la plus répandue de prêts de terres. Le manque de force de labour constitue donc une limite à l’activité agricole tout aussi importante que le manque de terres. Pourtant, les prêts de bœufs peuvent prendre des formes assez souples et les paysans propriétaires d’au moins une tête de bétail ont la possibilité d’emprunter le bœuf manquant pour compléter leur attelage (gadoua). Dans ce cas, le prêt est gratuit, à charge pour l’emprunteur de prêter à son tour le bœuf qu’il détient à son partenaire pour qu’il puisse également disposer d’un attelage au complet. Cette solution est relativement égalitaire et n’occasionne pas de retard dans les travaux agricoles puisque les partenaires utilisent l’attelage l’un après l’autre et non pas au terme du labour.

19Pour l’instant, les emprunts d’un ou plusieurs bœufs ne font pas l’objet d’un loyer. Il est pourtant probable que de telles pratiques se développeront tant les bœufs se font rares dans le Wolaita. En effet, les paysans qui en sont dépourvus ont de plus en plus recours à la houe, et pas seulement sur les hautes terres accidentées où l’utilisation de l’araire attelé est impossible. Il est des cas où les paysans se voient refuser leur demande d’emprunt d’un attelage. La pénurie bovine est parfois si criante qu’il peut même arriver qu’un paysan en vienne à cultiver à la houe une terre en share-cropping !

20La réduction du cheptel influe également sur la disponibilité en fumure animale et explique que le recours aux engrais chimiques soit de plus en plus nécessaire à mesure que la fumure animale diminue et que les paysans la réservent au jardin de case, et surtout à la plantation d’enset. Peu à peu les espaces agro-pastoraux du Wolaita se muent en espaces agricoles, à la faveur de la vaste entreprise de modernisation de l’agriculture mais aussi de la raréfaction des bovins. Seule la force de traction animale représente encore un pilier de l’agriculture traditionnelle.

21Enfin, la diminution du cheptel entraîne l’appauvrissement des paysans en les privant d’une source de revenus complémentaires. Les produits dérivés de l’élevage sont d’un rapport intéressant en ville : le litre de lait se vend plus de deux birrs à Soddo et la livre de caillé, cinq birrs. De même, à la campagne, le beurre liquide se vend couramment sur les petits marchés. L’augmentation de la demande en produits laitiers, du fait notamment de la croissance des marchés urbains, et la diminution du cheptel par exploitant provoquent une augmentation des cours de ces produits qui renforce leur intérêt économique pour les paysans (tabl. 28).

Source : MOA de Kindo-Koïsha, 2000-2001, Rapport pour la Banque mondiale.
Tabl. 28 – Prix des produits dérivés de l’élevage (en birr éthiopien).

Une agriculture essentiellement vivrière

22La raréfaction des bœufs de trait a également contraint les paysans à réévaluer sans cesse leurs priorités en termes d’orientation agricole : les cultures commerciales sont ainsi le plus souvent sacrifiées au profit des incompressibles cultures vivrières. Un paysan expliquait que la perte de ses bœufs l’empêchait dorénavant de continuer la culture d’une parcelle de coton, puisqu’il valait mieux utiliser à meilleur escient l’attelage qu’il empruntait pour une courte période. Une fois encore nous remarquons combien les prêts de bœufs, parce qu’ils n’engagent qu’une courte période de l’activité agricole, orientent les pratiques et les choix culturaux et pèsent sur le niveau de pauvreté des paysans.

23Néanmoins, la faiblesse des superficies dévolues aux cultures commerciales ne découle pas uniquement de la réduction de la force de travail. Elle s’explique par l’ensemble des facteurs convergents qui participent à l’appauvrissement du Wolaita : le manque de terres, le manque d’argent qui réduit la capacité d’investissement des paysans (notamment dans les intrants agricoles) et la modernisation agricole engagée depuis le WADU qui a favorisé la maïsiculture. Dès la mise en œuvre du programme de développement rural du WADU, ses responsables notaient combien la pénurie foncière faisait obstacle au développement des cultures de rente et, de fait, à l’augmentation des revenus paysans.

24Et pourtant, n’avons-nous pas souligné que l’intégration du Wolaita à l’Éthiopie avait encouragé le développement d’une agriculture commerciale ? Il semble donc que la dégradation des économies paysannes commande une nouvelle organisation des terroirs qui n’est plus celle des riches Wolamo, anciens jardiniers de l’empire.

Café, gingembre, coton et herbe…diversité et déclin des cultures de rente

25L’introduction du café est ancienne dans le Wolaita mais aujourd’hui sa production a considérablement chuté et les plants âgés, malades et peu entretenus ne sont plus réellement productifs. Les paysans déplorent que les plants de caféiers ne produisent qu’une fois tous les deux à trois ans, voire une fois tous les cinq ans au-delà de 2 000 m d’altitude – alors qu’un plant peut théoriquement produire 2,5 kg de cerises par an. Sous l’effet de dégradations climatiques diverses (gel et sécheresse), de bactéries et autres maladies, les vieux plants wolaita produisent peu de fruits et de façon très irrégulière. L’estimation de la production caféière des paysans est très difficile à faire ; les récoltes trop faibles ne sont plus commercialisées et entrent dans la sphère privée de la consommation domestique où personne ne les mesure. Gardons à l’esprit cette remarque d’un paysan qui donne une juste idée du niveau de production : « tout juste de quoi acheter du sel ». Les quelques kilos produits sont en effet vendus au détail sur les marchés locaux.

26Assez modeste, la consommation caféière des paysans se limite le plus souvent à une infusion de feuilles de café. Mais les progrès de « l’amharisation » dans les campagnes wolaita et l’appropriation culturelle de la « cérémonie du café » sont tels que les paysans goûtent de plus en plus aux cerises torréfiées. Ainsi, lorsque les rendements sont trop insuffisants pour la vente, les Wolaita consomment leur propre café ; on peut penser que d’ici quelques années, cette culture passera du statut de production commerciale à celui de complément alimentaire.

La cérémonie du café qui permet de faire honneur aux invités représente aujourd’hui un marqueur de première importance de la culture éthiopienne, bien qu’elle soit récente et que son adoption date des années 1920-1930. Il est intéressant de la voir s’introduire dans les campagnes wolaita où demeurent pourtant, jusque dans la consommation du café, des caractéristiques qui témoignent d’une identité plus « wolaita ». Les cerises de café sont certes consommées torréfiées et grossièrement moulues, mais les Wolaita comme d’autres peuples du Sud y ajoutent du sel et du beurre. L’ajout de sel fait référence à l’époque pré-éthiopienne où le sucre ne pénétrait pas les campagnes et l’utilisation du beurre symbolise l’ancienne richesse alimentaire et agro-pastorale du Wolaita.

27En dépit de cette adoption culturelle, il semble bien que le café horticole reçoive de moins en moins de soins (fumure, entretien des plants) de la part des paysans, même si ce désintérêt ne conduit pas encore à l’arrachage généralisé des plants, comme il est pratiqué dans la région de Harar. Nous avons cependant rencontré quelques paysans ayant coupé toute leur plantation dans le qebelé de Gununo (Bolosso-Sore). La diminution du rendement des caféiers wolaita et la chute des cours du café expliquent largement cette tendance à l’abandon. Les paysans détournent momentanément leur attention de la plante mais gardent espoir d’un renouveau de la productivité et sans doute d’un relèvement des cours.

28En Éthiopie, les prix moyens du café acheté au producteur ont en effet considérablement chuté ces dernières années : de 13 birrs le kilo en 1997-1998, ils sont descendus à 8 birrs en 2001-2002 (Les Nouvelles d’Addis, 2003 : Ethiopian Tea and Coffee Authority et National Bank of Ethiopia). Cette perte de valeur associée à la diminution de la productivité des plants fait qu’aujourd’hui le café joue mal son rôle de culture de rente. Si la majorité des paysans en conserve quelques plants en marge de leurs plantations d’enset (les deux tiers selon une estimation basse), ils ne sont que 13 % à en faire effectivement commerce alors que cette pratique était largement répandue avant le Derg.

29Les plantations caféières ont pâti d’une négligence récente. Présentes sur l’ensemble du territoire wolaita, à l’exception des basses terres trop sèches, elles offrent aujourd’hui des profils diversifiés, largement déterminés par la date de leur constitution et le rôle de la caféiculture selon les époques. Les plus belles plantations appartiennent à des paysans âgés. Ceux qui ont aménagé leur exploitation agricole dans les années 1950-1960 peuvent avoir plusieurs centaines de plants (photo 38 du cahier couleurs). Le paiement de la taxe gouvernementale se faisait alors principalement grâce aux revenus tirés de la plantation de café ou des quelques plants accolés à la plantation d’enset. En revanche, il n’est pas rare de rencontrer des paysans âgés de 35 ans ou moins qui ne possèdent pas un seul plant. Dans leur cas, le début d’une plantation coïncidant avec la période du Derg et sa mainmise sur le commerce du café, les revenus promis par le café se sont révélés beaucoup moins attractifs.

30Le caféier participe à l’identité agricole des Wolaita au même titre que l’enset, même s’il est considéré par les paysans comme un élément amhara ; raison pour laquelle il ne servait qu’à payer la taxe. Dans les wereda suffisamment humides de Damot-Gale et de Bolosso-Sore, une plantation moyenne compte une trentaine de plants, mais il est possible de trouver quelques rares plantations qui en regroupent plus de 500. L’importance moyenne des plantations a donc diminué depuis le Derg qui en comptait alors une cinquantaine de pieds.

31Les difficultés conjoncturelles ou structurelles qui frappent aujourd’hui le café éthiopien – et pas seulement la variété Sidamo dont relève la production wolaita – n’incitent guère les paysans à renouveler leur parc arbustif et la production de café wolaita est mise entre parenthèses. Cependant, elle ne s’éteint pas, tant il est vrai que le café demeure, et de très loin, la culture commerciale offrant le meilleur rapport : 8 birrs le kilo pour 1,5 birr pour le tef, voire 2 birrs en pleine soudure, qui occupe, loin derrière, la deuxième position parmi les cultures commerciales.

32Introduit lors de la conquête amhara, le tef représente la seule céréale à vocation exclusivement commerciale, l’injera n’étant pas consommée dans les campagnes wolaita. L’adoption d’un mode de vie à l’éthiopienne qui pénètre lentement les campagnes wolaita ne s’accompagne pas encore de la consommation d’injera, sauf lors de certaines cérémonies (Pâques, circoncision). À l’inverse du café, le tef cultivé sur une parcelle du gosha souffre beaucoup de la concurrence spatiale des cultures vivrières et ce, plus particulièrement dans les petites exploitations.

33En général, les superficies qui lui sont consacrées sont réduites ; de 1 600 ha de la SAUée dans le wereda de Damot-Woyde en 1996-1997 à 300 ha en 1999-2000. Mais ce déclin ne concerne pas toutes les régions du Wolaita dans une même mesure. Les paysans des campagnes proches de Soddo semblent ainsi de plus gros producteurs de tef : en 1995, les superficies occupées par le tef étaient comparables à celles occupées par le maïs. Même si tout porte à croire que les superficies dévolues au tef sont aujourd’hui plus réduites dans le wereda de Soddo-Zuria, il semble bien que les campagnes périurbaines soient davantage investies que les autres par cette culture commerciale. La totalité de la récolte est en effet destinée aux marchés urbains permettant une meilleure valorisation : en décembre le prix de vente au quintal de 150 birrs atteint presque le double de celui du maïs (80 birrs). Sa qualité marchande incite les paysans à soigner cette culture en détournant souvent une partie de l’engrais destiné au maïs afin d’en augmenter la productivité.

34Le coton, comme le café, connaît également une baisse de production du fait de la dégradation des conditions de commercialisation, consécutive à la libéralisation de l’agriculture. Sa présence est ancienne dans le Sud éthiopien. Il existerait ainsi une variété « locale » plus résistante mais moins productive que les variétés actuelles introduites par les Italiens. Soumis à une culture intensive dès la mise en œuvre du programme du WADU puis dans le cadre privilégié des fermes d’État socialistes, les rendements de coton ont considérablement augmenté jusque dans les années 1980. Mais la fermeture de ces structures, notamment de la ferme de Mentcha, a réduit la production, y compris chez les paysans indépendants. Fournisseurs des coopératives du WADU puis du Derg, les habitants des basses terres cultivaient le coton avec un apport important en intrants (engrais et pesticides) que la fin des subventions étatiques rend plus difficile.

35L’économie cotonnière du Wolaita n’est guère florissante de nos jours. La culture du coton ne se maintient que dans le Settlement Area d’Abela où la collecte des récoltes est organisée par des marchands de Soddo qui se rendent en camion sur les lieux de production. Ailleurs, cette culture non encadrée diminue considérablement. Dans les basses terres d’Abela, il existe une véritable filière cotonnière qui dégage des revenus modestes mais presque constants et qui constitue une activité complémentaire à l’agriculture non négligeable, et rare dans le Wolaita. Seul le Settlement Area d’Abela bénéficie réellement de cette rente. Les paysans de Mentcha et de Bele rencontrant de plus grandes difficultés dans la commercialisation de leur production s’orientent moins volontiers vers cette culture.

36Les paysans d’Abela ne vendent pas la totalité de leur récolte mais en réservent une partie en prévision des mauvaises récoltes à venir, lors d’années sèches. En gérant leurs stocks cotonniers sur le long terme, ils sont ainsi les seuls à pouvoir vendre tous les ans une culture commerciale, du moins pour une majorité d’entre eux. Le stockage du coton ne pose en effet pas de problème sous le climat sec d’Abela : il est entreposé dans de grands sacs à l’intérieur du toukoul. Cette culture fait l’objet d’une commercialisation d’une double nature : les plus gros volumes sont vendus aux grossistes, alors que les femmes commercialisent tout au long de l’année sur les marchés locaux de petites quantités qui seront achetées par d’autres femmes pour être filées et à nouveau revendues sur les marchés de Soddo ou de Humbo, où d’autres paysans viendront l’acheter pour le tisser. La grande facilité de conservation du coton permet une gestion sur le long terme tout en participant à l’intendance, au jour le jour, des budgets domestiques.

37Les légumes du jardin de case, les épices et condiments divers ainsi que les fruits répartis un peu partout dans l’exploitation représentent également des sources de revenus complémentaires non négligeables. Ils sont destinés soit à l’autoconsommation (ils complètent alors le régime carencé en vitamines des paysans wolaita), soit à la commercialisation sur les marchés urbains, lorsque la production est suffisante. Il arrive que les légumes de jardin de case soient plantés dans les petits champs qui entourent le devant du toukoul – l’arrière étant occupé par la plantation – où ils donnent des récoltes plus importantes. La vente s’effectue par petites transactions de l’ordre de 2 à 3 birrs et selon une fréquence de deux à trois fois par semaine, ce qui autorise un revenu total de 20 birrs pendant chaque mois de récolte. Toutefois les périodes de récolte sont assez brèves. Seule la récolte du chou s’échelonne sur deux périodes de trois mois (de juillet à septembre et de janvier à mars), ce qui permet aux paysans de bénéficier de revenus complémentaires, sans doute plus faibles que ceux des autres légumes, durant les six mois de soudure annuelle (celle de saison sèche et celle de saison des pluies).

38L’avantage de cette petite culture de rente n’est donc pas négligeable mais reste l’apanage de quelques habitants des hautes terres. Les autres, à l’exception de ceux qui résident dans les basses terres, peuvent néanmoins cultiver des condiments – essentiellement ail et oignons, ou gingembre dans les basses terres – qui se vendent 3 birrs le kilo sur les marchés urbains. Mais leur culture est réservée à une catégorie relativement aisée d’exploitants. Les bulbes d’oignons devant être plantés au mois d’août, en pleine saison des pluies, les paysans ne peuvent conserver ceux qu’ils ont récoltés depuis décembre sans risquer de les laisser pourrir. Ils doivent donc être suffisamment solvables pour acheter des bulbes en provenance d’autres régions, essentiellement de Shashemené, et ceci en pleine période de soudure. Les difficultés d’approvisionnement motivent souvent l’abandon de la culture de l’oignon ainsi que la sécheresse qui fragilise grandement les récoltes.

39Dans les basses terres, le gingembre cultivé en plein champ représente une importante culture de rente, même si ses cours ont considérablement chuté depuis quelques années, selon un rapport de un à dix. Les paysans réduisent donc les superficies qui leur sont allouées et le gingembre, présent sur les marchés wolaita, est pour l’essentiel issu des régions voisines (pays gamo et daoro).

40Les cultures fruitières apportent également un petit revenu complémentaire quand elles sont vendues par les enfants sur les marchés ou le long des routes. La variété des espèces fruitières autorise des récoltes quasi continues tout au long de l’année mais en très faibles quantités. Il faut également souligner le manque de débouché de ces produits qui ne sont achetés que sur les grands marchés urbains – les paysans consommant les produits de leur exploitation. Dans les exploitations les plus pauvres, les fruits représentent la dernière et la seule production de valeur en période de soudure. Et souvent les paysans, désireux de nous inviter à partager un repas qu’ils ne prenaient plus, nous offraient des fruits. Il arrive toutefois que l’on trouve, dans les exploitations les plus riches, de véritables petites plantations d’arbres fruitiers : la possession d’une dizaine d’arbres assure des revenus suffisamment élevés pour payer la taxe foncière et participer aux frais courants de la famille. Avocats, bananes, canne à sucre, mangue, papaye, orange et autres agrumes sont ainsi les fruits le plus souvent consommés.

41Les bois ou les haies d’eucalyptus qui se situent en bas ou en limite des exploitations sont également considérés par les paysans wolaita comme une culture de rente (photo 39). Traditionnellement dévolu à la seule utilisation domestique (bois de chauffe et de construction), le bois est aujourd’hui vendu. Les gros propriétaires fonciers ne sont plus les seuls à investir le marché car la dégradation du contexte économique incite tous les paysans propriétaires de quelques arbres à en faire commerce. En fonction de leur maturité, les arbres seront vendus par tronc comme bois de construction pour les arbres d’au moins cinq ans, tandis que les plus jeunes seront débités et vendus sur les marchés (petits et gros) comme bois de chauffe. La vente d’une centaine de perches de bois de construction peut rapporter 150 birrs dans les régions peu boisées et densément peuplées du wereda de Damot-Gale, alors que le bois est meilleur marché dans le wereda de l’Ofa où les perches s’échangent pour moins d’un birr (0,80 centimes de birr l’unité).

Photo 39 – En route vers le marché de Humbo, les paysans des basses terres d’Abela vont vendre le bois sec qu’ils ont récolté sur les terres non allouées par le qebelé.

42En dernier recours, les paysans les plus démunis vendent de l’herbe cultivée ou plus souvent simplement ramassée. L’herbe ne constitue en effet une culture de rente que dans les très grosses exploitations. La plupart des paysans cultivent dans le jardin de case quelques plants de l’herbe qui leur sert à couvrir le toit et qu’ils destinent à leur propre habitation. Plus rarement, de gros propriétaires fonciers la cultivent sur les marges du gosha et peuvent alors en faire le commerce (photo 40). À l’inverse, l’herbe que vendent les plus pauvres est ramassée sur les communaux, elle est destinée à la nourriture des animaux et non à la réfection des toits. Seuls les paysans des basses terres parviennent à retirer de cette activité un complément de revenus. Une veuve de Dubo vend tous les jours sur le marché d’Areka pour 1,5 birr d’herbe et pour deux de bois. Ayant cédé sa terre en contrat pour pouvoir payer les funérailles de son époux, ce petit commerce représente sa seule source de revenu.

43En général, toutes les cultures commerciales connaissent un déclin qui ne résulte pas uniquement de la diminution des superficies cultivées et qui oblige les paysans à vendre les seules productions qu’ils cultivent encore : les productions vivrières.

Photo 40 – Bourdjan Shamo, un riche exploitant de Damot-Woyde cultive de l’herbe en bas de versant de son exploitation. Il a ainsi transformé son mitta gadya en parcelle d’herbe. Cette herbe, servant à la réfection des habitations, est vendue sur les marchés.

Quand le vivrier devient marchand

44Deux tiers des paysans (63 %) sont contraints de vendre une partie de leur récolte vivrière pour pouvoir faire face à diverses dépenses et la très grande majorité (90 %) commercialise du maïs. Le dévoiement des cultures vivrières en culture commerciale participe pour une bonne part à la paupérisation grandissante des paysans. Parmi les piliers alimentaires wolaita (tubercules, légumineuses et céréales), les céréales font plus souvent l’objet d’une commercialisation. Les cultures secondaires dans l’alimentation sont également commercialisées, comme c’est le cas de la pomme de terre (irish potatoes) dans les hautes terres.

45La nature de la parcelle influe aussi sur la nature de la culture. Les céréales récoltées sur les parcelles de l’exploitation principale sont plutôt destinées à l’autoconsommation, alors que celles produites sur les champs supplémentaires cultivés en métayage sont davantage considérées comme des cultures de rente – comme l’ensemble des cultures qui y sont produites.

46On imagine aisément que les agriculteurs qui ne pratiquent pas le share-cropping ou que ceux qui cultivent de trop petites superficies sont contraints de mettre en vente leur récolte principale, en tout ou en partie. La vente du maïs marque un tournant dans la situation économique des paysans wolaita, elle annonce des ventes annuelles ou au moins très régulières. Les proportions de la récolte de maïs commercialisées traduisent bien le niveau de pauvreté des paysans. À l’exception de ceux des basses terres, ils ne vendent jamais moins de la moitié de leur récolte et très souvent même les trois quarts, voire la totalité. Sur des récoltes qui varient de 1 à 4 quintaux de maïs (pour une exploitation moyenne de 0,45 ha, partiellement semée en maïs), ils ne conservent en général qu’un quintal à des fins alimentaires (pour une famille de 10 personnes en moyenne). Cette quantité de maïs représente pour la famille une réserve vivrière de cinq semaines avec un bon niveau d’alimentation (autres apports vivriers compris, pour un apport calorique de 2 000 calories quotidiennes) et peut-être de 7 à 8 semaines avec une mauvaise nutrition, voire plus en période de disette quand la sous-alimentation s’ajoute à la malnutrition. Dans tous les cas, ils disposent là d’un stock alimentaire très insuffisant pour les nourrir à peu près correctement de la fin du mois de septembre, au moment de la récolte du maïs de grande saison des pluies, jusqu’au mois de juin quand ils récolteront le maïs de petite saison des pluies.

47Certains paysans contraints à vendre annuellement leur récolte de maïs ne considèrent même plus cette céréale comme une culture vivrière mais uniquement comme une production destinée à la commercialisation, l’alimentation se restreignant dans leur cas à l’enset et aux patates douces. Seuls les paysans des Resettlement Areas considèrent légitimement le maïs comme une culture de rente, tant les quantités qu’ils récoltent sont importantes.

Le cas d’Alamo Anjulo permet de prendre la juste mesure des conséquences de la commercialisation des cultures vivrières et notamment du maïs, laquelle appauvrit considérablement les paysans et les amène souvent à s’endetter. Alamo cultive un yok de terre dans le qebelé de Dubo (Bolosso-Sore). N’ayant plus de bœuf, il ne pratique plus le share-cropping et compte donc sur sa seule exploitation pour nourrir sa femme et ses six enfants. Il possède bien quelques plants de café dont il vend les fruits tous les deux ou trois ans mais il est régulièrement obligé de céder une partie de sa récolte de maïs – l’enset, la patate douce et les quelques plants d’igame qu’il cultive étant réservés à la consommation familiale. En 2000, afin d’acheter de l’engrais et de s’acquitter de sa « dette » gouvernementale (soit 46 birrs de taxe foncière et 37,5 de crédit pour l’engrais), il dut vendre trois quintaux de maïs sur une récolte de quatre, pour la somme de 180 birrs. Sur cette somme il lui resta un surplus de 30 birrs.
Or, la vente de telles quantités de maïs le prive de toute source de revenus ultérieurs et l’oblige à s’endetter auprès de la communauté paysanne pour faire face aux dépenses à venir. Il ne lui reste en effet qu’une trentaine de birrs pour couvrir l’ensemble des dépenses qui incomberont au ménage jusqu’à la récolte suivante du mois de juin. En supposant que les quantités de patate douce récoltées soient suffisantes pour procurer à sa famille un apport nutritif correct – soit environ 100 kg par personne pour les six mois à venir (Byakweli, 2000 : 106) –, encore faut-il que la famille se procure 3 quintaux de maïs – l’apport alimentaire du qotcho étant déjà pris en compte dans cette estimation. Si l’on considère que le quintal de maïs qu’ils ont conservé les nourrira pendant deux mois, voire trois mois s’ils sont sous-alimentés comme c’est souvent le cas en période de soudure, ils auront donc épuisé leurs ressources céréalières à la fin du mois de février ou au début du mois de mars. Enfin, dans la mesure très improbable où entre-temps leur capital de 30 birrs n’ait pas été assigné à une autre charge (frais de solarisation, frais médicaux, vêtement, frais domestiques divers), ils ne peuvent, à cette époque de l’année, où les prix sont les plus élevés, acheter qu’une vingtaine de kilos de maïs, soit de quoi se nourrir au grand maximum pendant quinze jours à trois semaines. Ce qui les amène à la deuxième quinzaine de mars, au moment des premières pluies, mais bien avant les récoltes de juin. De mars à juin, seul l’enset assure alors leur alimentation.

48La récente vocation commerciale du maïs qui en fait la première culture de rente du Wolaita est liée à la modernisation agricole de la région et à la vocation de grenier éthiopien que les Amhara lui attribuèrent. L’augmentation des rendements en maïs, effective dès les premières heures de l’application du WADU, permit aux paysans moyens de dégager des surplus de production, jusqu’alors apanage des « seigneurs » et ils furent ainsi invités à en commercialiser une partie. L’intérêt qu’ils eurent à commercialiser une partie de leur récolte fut d’ailleurs largement déterminé par les formes d’une modernisation agricole basée sur l’achat d’intrants.

49La commercialisation du vivrier et l’impossibilité de constituer des réserves alimentaires entraînent une modification des comportements alimentaires lourde de conséquences sur la production agricole. En fin de période de soudure ou dès le début pour les plus pauvres, les paysans dépourvus de stocks alimentaires sont obligés de se nourrir des cultures sur pieds avant même qu’elles ne soient récoltées. Le maïs est ainsi consommé de plus en plus jeune, en liaison avec cette urgence alimentaire.

50Dans le Wolaita, le stock vivrier a non seulement tendance à être vendu mais encore diminue-t-il sous le coup d’habitudes alimentaires plus prédatrices, pratiques qui contribuent fortement à la détérioration de la situation alimentaire. Un paysan du qebelé de Sadoyé (Ofa) estimait ainsi que sur les 800 habitants du qebelé (il y en avait en réalité 6 000 lors du recensement de 1994), seule une centaine disposait encore de quoi se nourrir au printemps 2000. La gestion des réserves alimentaires forme donc le nœud de la crise agricole qu’affronte le Wolaita. De même, le rôle de l’enset et la véritable nature de sa consommation se dévoilent plus amplement. Pour l’instant, la plante résiste encore à la modernisation agricole et demeure le dernier pilier alimentaire des populations rurales. Comme il le faisait sans doute encore au début du siècle dernier, l’enset supporte à nouveau les paysans wolaita.

L’enset, la dernière culture vivrière

51De toutes les qualités de la plante, sa très faible commerciabilité est son plus grand atout ! Trop fréquent dans le Wolaita et déprécié dans le reste du pays, l’enset rapporte peu sur les marchés et les paysans ne le vendent que très rarement. Négligée par les différentes politiques de modernisation agricole, la plante subit depuis quelques années les conséquences d’une nouvelle gestion de l’exploitation paysanne. La plantation d’enset se trouve menacée au même titre que la terre, le bétail ou le maïs et c’est bien à tort qu’on impute trop souvent aux parasites ses baisses de rendement – les paysans ne s’y trompent d’ailleurs pas.

52Les difficultés grandissantes que rencontrent les paysans, et qui se traduisent par un déficit alimentaire chronique et marqué, soumettent les plantations d’enset à une forte pression et fragilisent leur renouvellement. Les paysans assistent ainsi à l’inéluctable diminution de la superficie des plantations et au rajeunissement des plants, qui sont consommés avant maturation. Les plants d’enset arrivent à maturité au terme d’une période variant selon l’altitude de 5 à 7 ans. Or, une équipe de chercheurs (Tibetu Habte-Wolde et al., 1994) remarquait dès 1994 que les plants étaient plus régulièrement consommés au bout de 2 à 3 ans seulement. Les besoins en nourriture . de cette pratique. La réduction des autres ressources alimentaires oblige les paysans à puiser abondamment dans les stocks d’enset, beaucoup plus souvent que pendant la soudure ou les célébrations religieuses comme c’était le cas auparavant. Les vieux plants disparaissent donc rapidement et les jeunes plants, dépourvus de l’ombre des aînés, sont beaucoup plus sensibles à la sécheresse. En rajeunissant leur plantation, les paysans la rendent vulnérable et l’on observe des situations toutes nouvelles pour les paysans wolaita : les plantations apparaissent totalement dévastées (photo 41 du cahier couleurs).

53L’état de dénuement des plantations d’enset transforme considérablement les paysages qui présentent ainsi un double visage : verts et riches lorsqu’il pleut, mais de plus en plus pauvres et secs en période de soudure. Ce n’est pas tant le jaune des feuilles extérieures que la petitesse des plants et des plantations qui frappe le voyageur : J.-M. Vanderhyem ne reconnaîtrait sûrement pas là le pays de cocagne qu’il traversa au début du xxe siècle.

54L’affaiblissement des plantations résulte de différents facteurs : le manque d’eau, les maladies et l’augmentation de la consommation. Les paysans considèrent néanmoins que la dernière cause est la plus importante et nombreux sont ceux qui déplorent cette récente régularité dans la consommation de l’enset, du fait de la réduction des autres apports vivriers. L’enset devient donc un élément crucial des exploitations wolaita et certains paysans rapportent des comportements impensables il y a encore quelques années, comme le vol de l’enset à la nuit tombée. Les paysans expriment très nettement qu’ils sont en train de consommer leurs dernières réserves, condamnant par là même le renouvellement de leur plantation. D’après nos enquêtes, les exploitations se composant d’une plantation d’enset jeune ou en renouvellement représentent 40 % du total. Cette situation motivée par l’urgence des besoins alimentaires paysans menace véritablement l’ensemble du système agricole.

55Ainsi assiste-t-on à une réorientation complète du système agricole wolaita : l’enset perd peu à peu son rôle de garant de la sécurité alimentaire et son utilité dans l’amélioration de la fertilité des sols est minorée par le recours massif aux engrais chimiques. Il semble que la crise économique que traversent les paysans marque un moment de l’évolution des systèmes agricoles qui se transforment peu à peu, et non sans heurts, en une agriculture modernisée et marchande.

56D’autres facteurs participent également à la rapide dégradation des plantations d’enset. En plus des rongeurs, les plants sont touchés par une maladie bactérienne (bacterial wilt) essentiellement transmise par voie mécanique qui se traduit par le flétrissement des feuilles et la mort prématurée des plants (Le Pommelec, 2000 : 53). Ces épidémies bactériologiques aggravent les conséquences de la trop forte sollicitation des plants d’enset et peuvent déclencher un processus de réduction de la plantation, comme ce fut le cas à l’occasion de la sécheresse de 1984. En revanche, la régularité du phénomène presque continu de surexploitation depuis le milieu des années 1980 traduit bien une évolution plus structurelle dans la gestion des plantations – même si les explications sanitaire ou climatique sont principalement avancées par certaines autorités wolaita.

57Quelques paysans estiment que la taille de leur plantation a commencé à décroître sous le Derg mais ils sont beaucoup plus nombreux à observer une diminution notable depuis la sécheresse de 1984 et qui s’accentue vraisemblablement depuis les années 1997-1998. Plus de la moitié des exploitants (52 %) date ainsi de la fin des années 1990 la dégradation de leur plantation d’enset. Les paysans sont d’autant plus vigilants sur la réduction des plantations qu’ils l’engagèrent par la réorientation de leur agriculture. Depuis la période du WADU, les innovations culturales se sont multipliées, plus particulièrement pour les productions céréalières ou pour les cultures du jardin de case ou des espaces bordant la plantation d’enset. L’introduction des fruits et légumes et du maïs en culture intensive a conduit à une réduction des superficies des plantations d’enset et des autres tubercules : « WADU’s planned development of consumption crops involved expanding production of grain crops and reducing production of ensete and other root crops. » (Dessalegn Rahmato, 1992 : 25). Le rôle aujourd’hui dévolu à l’enset dans l’alimentation wolaita découle également des orientations du WADU. Le peu d’intérêt porté aux tubercules a considérablement réduit le spectre des cultures vivrières non céréalières qui se limitent aujourd’hui principalement à l’enset et la patate douce. Le ministère de l’Agriculture semble avoir récemment corrigé ces orientations : découvrant le déclin de l’enséiculture, il tente de vulgariser des variétés de pomme de terre et de patates douces à maturation rapide.

58Les politiques de développement agricole influencées par des standards agricoles internationaux ont fait preuve d’une réelle incompréhension du rôle des tubercules dans les économies wolaita, et pas uniquement dans les systèmes agraires. En favorisant le développement d’une céréaliculture marchande, elles ont provoqué des mutations profondes et négatives dans ces économies rurales. La nuisance économique qu’impliquent ces adoptions culturales ne vient pas tant de l’inadéquation de ces pratiques aux systèmes agricoles antérieurs que de leur incompatibilité à un environnement rural qui se caractérise à la fois par la faiblesse des superficies cultivées et par l’absence généralisée de revenus complémentaires à l’agriculture.

Faiblesse des activités secondaires

59À la fin du Derg, une enquête comparative conduite par Farm Africa sur les paysanneries wolaita et dorzé illustrait nettement la prédominance de l’activité agricole chez les Wolaita et la faible diversification de leurs activités en milieu rural. Les paysans occupés par l’agriculture et le petit commerce représentaient 96 % de la population interrogée dans le qebelé de Wareza-Gerera (Soddo-Zuria) alors qu’ils ne représentaient que 56 % de la population dans le wereda de Chencha (pays dorzé). À l’inverse, le pays dorzé abritait de nombreux artisans, 28 % de tisserands, 8 % de charpentiers et 2 % de potiers occupés à plein-temps par ces activités, quand la société wolaita, fidèle à sa vocation agricole, ne possédait qu’une petite communauté d’artisans atteignant à peine 2 % de la population totale.

60Les pratiques agricoles wolaita n’interdisent pourtant pas la conduite d’une activité secondaire à temps partiel pendant les quelques périodes où les travaux des champs se relâchent. Commerce et artisanat sont ainsi présents dans le monde agricole wolaita mais se réduisent considérablement sous le coup de la crise économique. D’après nos enquêtes, 59 % des paysans se consacrent entièrement à l’agriculture et 41 % pratiquent une activité complémentaire, 31 % dans l’artisanat et 10 % dans le commerce. La diversification des revenus générés par les épouses sera traitée dans le développement suivant.

Des pratiques commerciales en diminution

61Le commerce d’appoint pratiqué par les paysans wolaita correspond davantage à une valorisation des marchandises sur de courtes distances qu’à l’exploitation d’un différentiel de prix entre des zones éloignées. Les deux tiers des agriculteurs/commerçants achètent sur les petits marchés de leurs qebelé des produits qu’ils revendront sur les grands marchés du Wolaita. Seul un tiers de ces agriculteurs pratique une forme de commerce qui ressemble davantage à celle de leurs homologues urbains – véritables commerçants du Wolaita mais qui sont rarement wolaita. Ceux-ci achètent leurs marchandises dans des lieux ou à des époques où elles sont moins chères et les revendent ailleurs afin d’en tirer une plus-value maximale : un mouton, par exemple, coûte 50 birrs sur le marché de Soddo mais peut être revendu 55 sur celui de Boditi. Outre les productions agricoles ou les produits issus de l’élevage, ces commerçants échangent des biens de consommation divers : vêtements, savons, pétrole et autres marchandises à destination des petits marchés ruraux.

62De telles formes de commerce, et plus particulièrement la première, sont accessibles à l’ensemble des paysans, seul l’investissement requis en capital en limite la pratique. Dans le Wolaita, l’affaiblissement des activités commerciales provient la plupart du temps d’une réduction ou d’une perte du capital paysan. La diminution de ces activités depuis le Derg traduit certes les soubresauts historiques de l’économie éthiopienne mais également la paupérisation continue de la société wolaita qui se ferme peu à peu les portes du commerce – ce qui est loin d’être le cas de toutes les sociétés rurales éthiopiennes.

63Les paysans âgés ayant commencé une activité commerciale au début du Derg, ou plus précocement dans les années 1960 pratiquaient beaucoup plus volontiers un commerce d’appoint. D’après nos enquêtes, la proportion de marchands à temps partiel dans la société paysanne était alors de 30 %, contre 10 % aujourd’hui. L’activité commerciale de l’époque semblait beaucoup plus développée, non seulement du fait du nombre des gens qui s’y consacraient mais surtout de la nature de ce commerce. À la fin du règne d’Haïlé Sellassié, le Wolaita connaissait une activité commerciale plus élaborée qu’actuellement. Les flux commerciaux de l’époque s’organisaient sur de plus longues distances et les paysans possédaient les moyens d’un tel commerce : les mules, les ânes ou parfois les chevaux n’étaient pas rares, alors qu’aujourd’hui ces animaux de bât sont très peu nombreux (on compte un âne pour dix exploitations dans le wereda de Damot-Gale et un pour trente dans celui de Kindo-Koïsha). La raréfaction des animaux de bât a impliqué la réduction des distances et parfois l’arrêt définitif du commerce pour les plus âgés.

64Les techniques commerciales ne tiraient pas exclusivement parti d’un différentiel spatial de prix. Certains paysans spéculaient également sur la valeur des marchandises, notamment des productions agricoles, en conservant leurs stocks pendant plusieurs mois. Aujourd’hui, ces pratiques sont l’apanage des commerçants urbains à l’exception de rares et riches fermiers qui appliquent ce principe à leurs propres récoltes. On peut aussi considérer que les paysans des basses terres qui stockent une partie de leur production de coton appartiennent à cette catégorie.

65Les raisons de la disparition du négoce d’appoint sont multiples mais toutes s’apparentent peu ou prou à l’appauvrissement des paysans. Le déclin du commerce d’appoint date de la fin des années 1980 et du début des années 1990 et, comme pour la diminution des plantations d’enset, le phénomène semble prendre de l’ampleur depuis la fin des années 1990.

Peu d’artisans chez les jardiniers wolaita

66Un tiers de la population paysanne pratique, à temps partiel, une forme plus ou moins apparentée à de l’artisanat (cottage industry), tisserands et menuisiers charpentiers étant les mieux représentés. Néanmoins, les promesses d’une rémunération d’appoint s’éloignent aujourd’hui de l’artisanat proprement dit pour se porter sur des secteurs plus variés, requérant moins de savoir-faire ou un savoir plus courant. Les petites activités de transformation des produits de la ferme par les épouses ou les manœuvres journaliers forment les catégories d’activités secondaires les plus représentées.

67Le rôle des femmes est déterminant dans l’alimentation quotidienne du foyer et la recherche de sources de revenus. Outre leur participation aux travaux agricoles et domestiques, elles pratiquent souvent une petite activité secondaire : fabrication d’alcools divers (plutôt araqé que tejj, le miel subissant aujourd’hui la concurrence du sucre), de beurre, d’injera, de qotcho ou d’autres produits dérivés de l’enset, destinés à la vente. Les femmes des basses terres du Rift filent également volontiers, elles achètent sur les marchés locaux de petites quantités de coton brut et les revendent filées.

68Les paysans les plus démunis qui ne possèdent d’autres richesses que leur force de travail vont s’employer sur les marchés urbains pour pouvoir régler leurs dettes ou leurs dépenses courantes. Ces manœuvres journaliers trouvent plus ou moins facilement du travail dans les villes du Wolaita. Pour un salaire de deux à trois birrs par jours, ils travaillent dans la menuiserie, le bâtiment ou charrient des charges diverses depuis les gares routières. Les rares qui possèdent un savoir-faire particulier (peinture ou torchis des habitations) pourront espérer un salaire supérieur de cinq birrs. Bien entendu, ces rémunérations potentielles ne concernent que les plus jeunes des paysans et ceux qui résident suffisamment près des centres urbains pour ne pas avoir à passer une nuit en ville. Outre la pénibilité des travaux, l’offre d’emploi est très variable alors même que la demande ne cesse de croître. Ces travaux considérés, il y a peu, comme ceux de la morte-saison agricole se déroulent maintenant tout au long de l’année tant la faiblesse des superficies arables raccourcit le séjour des hommes sur leurs terres.

69Les autres activités artisanales qui permettent une meilleure rémunération nécessitent également un minimum de savoir-faire, lequel se transmet essentiellement dans le cadre familial. Il existe des familles, des villages ou des clans d’artisans mais à l’exception de quelques formations proposées par des ONG, il est difficile pour un non-initié de faire partie de la confrérie. Le nivellement social que promurent les Amhara par la démocratisation de l’accès au foncier fit peu à peu disparaître les castes d’artisans (Freeman et Pankhurst, 2003). Aujourd’hui, les villages d’artisans ont presque disparu, ils se réduisent au regroupement de quelques toukoul un peu à l’écart des autres habitations. De même, les clans originels de forgerons ou de potiers ont éclaté en différents groupes : le clan matriciel de tous les forgerons se nommait Wogaché, mais il possède aujourd’hui de si nombreuses ramifications que les paysans forgerons ne les connaissent pas et ne savent plus se reconnaître en dehors des marchés où ils commercialisent leur production. La plupart de ces artisans sont avant tout des agriculteurs et pratiquent donc ces activités à temps partiel, à l’occasion d’une mauvaise récolte ou d’un besoin particulier, ou plus régulièrement pendant la morte-saison agricole.

70La valeur dégagée par les productions artisanales peut varier considérablement. Un menuisier nous disait ne pas commercialiser ses productions trop bon marché et les potiers n’utilisent les revenus de leur travail que pour les dépenses courantes (alimentaires) du foyer. En revanche, un charpentier architecte qui dirige la construction des maisons dans le wereda de Damot-Gale gagne 80 birrs pour réaliser la construction d’une maison wolaita et 70 birrs pour une maison de type djaguira (Kambatta) – il va d’ailleurs parfois louer son savoir-faire en pays kambatta. La réalisation de ce travail peut prendre trois semaines et nécessite l’aide de trois apprentis avec lesquels il partage la somme totale. Parallèlement, un paysan des hautes terres qui fabrique les cloisons de bambous tressés qui compartimentent les toukoul peut vendre deux ou trois « canisses » par semaine durant la morte-saison agricole, ce qui lui rapporte approximativement entre 6 et 15 birrs par semaine, pendant deux ou trois mois. Il peut aussi occasionnellement vendre de grandes pièces qui recouvrent le sol, 70 birrs l’unité. Seules les pratiques réellement artisanales qui supposent un savoir-faire peu répandu permettent un relatif enrichissement des paysans, les autres sources de revenus ne dégageant que de très faibles profits.

71Les activités salariées, pratiquées par les paysans résidant près des villes ou dans les Settlement Areas, constituent toutefois une exception qui vient confirmer cette remarque. Les agriculteurs pratiquant une double activité à temps plein sont à l’abri des dangers alimentaires qui menacent leurs voisins. Ils représentent néanmoins une minorité au sein de la communauté paysanne : sur les 142 paysans interrogés sur ce point, seuls quatre pouvaient se prévaloir d’une activité de ce type, tel Israel Tanga.

Israel Tanga qui vit dans les basses terres de Mentcha est employé par le bureau de l’hydrologie pour pratiquer différents relevés hygrométriques (saturation de l’air ou profondeur de la nappe). Il perçoit un salaire de 127 birrs par mois. Sous le Derg, il travaillait déjà à l’entretien du moulin à mil de la coopérative, il était alors payé en nature.

72Si toutes ces activités secondaires présentent un indéniable avantage financier pour les paysans qui les pratiquent, leur nature ne favorise pas un réel enrichissement. La proportion de foyers ne possédant pas de bœufs est exactement la même, 40 %, dans les deux catégories de population paysanne pratiquant ou ne pratiquant pas une activité secondaire. En outre, ces activités requièrent un investissement en temps de travail non négligeable qui fait parfois obstacle à leur pratique. La forte intensivité en travail de l’agriculture wolaita, renforcée par la modernisation agricole, est donc directement responsable de cette moindre diversification des activités.

73Le manque de débouchés ruraux et urbains dans le Wolaita, la concurrence de produits meilleur marché, comme les productions textiles gamo, expliquent le faible développement des activités secondaires parmi les paysans et laissent percevoir l’attractivité des migrations saisonnières.

74Les paysans pauvres n’ont donc d’autres recours que l’endettement pour faire face à leurs besoins financiers qui vont croissants. La modernisation agricole pratiquée de façon exclusive a ceci de pervers qu’elle prive les paysans d’autres sources de revenus alors qu’elle augmente leur besoin d’argent, en nécessitant l’achat d’intrants agricoles.

L’endettement paysan

75L’endettement des paysans est à la fois la cause et la conséquence de la pauvreté rurale. Le niveau d’endettement des Wolaita détermine le processus actuel de paupérisation des sociétés paysannes et traduit la nature de cette crise qui n’est pas uniquement agricole mais touche tous les secteurs d’activités.

76L’analyse de l’endettement paysan soulève plusieurs difficultés qui relèvent à la fois de la mesure du phénomène comme de son explication. Toutes les analyses portant sur la pauvreté rurale du Wolaita s’accordent à considérer l’endettement comme un facteur participant au mécanisme de déconstruction rurale (Dessalegn Rahmato, 1992 ; Byakweli, 2000). Plus que cela, l’endettement, conséquence plus ou moins directe de l’intégration du Wolaita à l’espace économique éthiopien, est moteur de la paupérisation.

77Il n’est pas question de traiter de l’ensemble des frais auxquels ont à faire face les paysans, et notamment ceux de la gestion courante des exploitations – dont nous savons peu de chose – mais d’insister sur les mécanismes plus particuliers d’un endettement moderne. Les paysans wolaita sont en effet soumis à deux formes d’endettement : un endettement contracté au sein de la communauté paysanne de façon occasionnelle et dans l’ensemble relatif à de petites sommes, et un endettement annuel souscrit auprès du MOA, qui met en jeu des sommes importantes. Le premier niveau d’endettement traditionnel est un élément de l’adaptabilité de cette société rurale, alors que le second, très récent, met en péril les exploitations les plus fragiles. Nous nous intéresserons plus particulièrement aux effets de cette seconde forme d’endettement née de la modernisation agricole et qui devrait à terme concerner l’ensemble des paysans wolaita. Elle témoigne d’une évolution économique lourde de conséquences pour l’espace rural wolaita.

78Le recours à l’emprunt au sein de la communauté est très fréquent dans une société rurale où l’entraide constitue la principale réponse aux divers aléas économiques. Dessalegn Rahmato (1992 : 22) estimait ainsi que 48 % des paysans de Bolosso-Sore étaient endettés auprès de leurs voisins et 30 % auprès de l’État. Il soulignait en outre que 20 % de la population relevait des deux catégories, ce qui grevait lourdement leur budget. Les raisons de cet endettement traduisaient la pauvreté rurale puisque 40 % des paysans interrogés avaient emprunté de l’argent pour pouvoir se nourrir et se soigner. Les résultats des enquêtes réalisés dans le Wolaita révèlent une autre forme d’endettement qui ne prend pas en compte les impératifs de la vie quotidienne. L’endettement auprès de l’État concernait déjà 29 % des paysans sous le Derg pour le paiement des impôts divers, dont 16 % pour les contributions publiques. Aujourd’hui que ces contributions ont disparu, la libéralisation des intrants agricoles maintient la nécessité d’un endettement auprès des pouvoirs publics et en alourdit le poids. Le renforcement de la dette gouvernementale, parce qu’il conditionne l’augmentation des rendements agricoles, change le rôle joué par l’endettement dans la paupérisation des Wolaita : l’endettement n’est plus seulement une manifestation de la pauvreté, il en devient le moteur.

Budget d’un paysan wolaita

79La mesure exacte de l’endettement paysan et de la comptabilité des exploitations wolaita est difficilement réalisable pour plusieurs raisons : d’une part, parce que les ressources d’un ménage sont sujettes à une gestion au jour le jour dont les femmes sont les principales responsables et qu’elles ne tiennent pas à rendre des comptes publiquement sur leurs affaires ; d’autre part, parce qu’elles ne peuvent communiquer des informations sur le long terme. Mais c’est surtout la paupérisation elle-même qui bouscule cette comptabilité en perturbant le rapport entre les productions vendues et celles qui sont autoconsommées. Ainsi les revenus, agricoles ou autres, dégagés par les exploitants et leur famille ne sont plus uniquement destinés au remboursement des dettes, ils servent également à l’entretien du foyer.

80Les charges fixes, qui sont principalement celles que chaque paysan doit au gouvernement éthiopien, grèvent lourdement les budgets des ruraux. Malgré la réduction globale de l’impôt mise en place par l’actuel gouvernement, la rapide diffusion du paquet technologique Sakasawa/Global 2000 place à nouveau les Wolaita dans une grande dépendance financière vis-à-vis de l’État éthiopien. Si en 1984-1985 un tiers de la population rurale de Bolosso-Sore (Dessalegn Rahmato, 1992 : 45) n’ayant pu verser l’impôt avait été incarcéré, ce sont aujourd’hui les dettes contractées auprès du ministère de l’Agriculture qui conduisent les paysans en prison. La pratique de l’emprisonnement pour dette était déjà pratiquée sous le Derg quand les autorités locales enfermaient les hommes ou le bétail ; les animaux confisqués n’étant pas nourris, l’exploitant avait intérêt à rembourser les sommes au plus vite s’il ne voulait pas voir son cheptel dépérir. La continuité de telles pratiques entretient la confusion dans les mentalités paysannes, qui font peu de différence entre l’endettement auprès du gouvernement central et celui issu de la modernisation agricole, contracté auprès du MOA.

81Aujourd’hui, la taxe foncière moyenne prélevée dans le Wolaita est de 35 birrs, mais son niveau peut varier considérablement. Les gros « propriétaires » fonciers des basses terres de Humbo ou de Bele qui possèdent des droits sur 5 ha de terre dans les Settlement Areas peuvent payer le double alors que certains paysans ne détenant que leur plantation d’enset, comme on en rencontre dans les hautes terres peuplées de Damot-Gale ou de Bolosso-Sore, peuvent en être dispensés.

82À cela il faut ajouter les 150 birrs que coûtent les 25 kg de semences de maïs amélioré Global et d’engrais qui sont annuellement vendus à la plupart des paysans. En dépit de l’interdiction du crédit, le gouvernement autorise les personnes solvables (sur les listes du qebelé) à s’acquitter d’un premier versement forfaitaire de 69 birrs qui leur permet d’avoir accès à 50 kg d’engrais, nécessaires à l’ensemencement de deux à trois yok de terre. Après la récolte ils sont tenus de payer le solde, le montant total du demi-quintal d’engrais atteignant les 300 birrs (309 en 2000 à Bolosso-Sore). Les gros propriétaires fonciers qui possèdent des droits sur un hectare de terre sont ainsi obligés de payer plus de 600 birrs. Dans ce cas, seule la vente d’une tête de bétail pourvoit au remboursement direct des frais. Toutefois, en cas de bonnes précipitations, les rendements permis par l’utilisation de l’engrais seront suffisants pour honorer un remboursement indolore du crédit.

83Ces deux prélèvements doivent être payés au mois d’octobre, après les grandes récoltes de Mesqel, mais le remboursement de l’engrais est souvent retardé jusqu’en décembre/janvier. Le cumul des deux taxes représente un fardeau économique très lourd pour les paysans et les sacrifices financiers ou alimentaires que constituent les remboursements les incitent à retarder leur paiement au maximum.

84Ajoutons à cela que les emprisonnements consécutifs au non-paiement débutent au mois de février : la période de soudure est décidément une période difficile pour les paysans.

85D’autres frais annexes viennent grossir les dépenses d’un ménage wolaita : les vêtements, les frais médicaux, l’entretien des toukoul et les dépenses engagées pour les célébrations religieuses, notamment la très coûteuse fête de Mesqel qui impose l’abattage de bétail que le paysan doit acheter s’il n’en possède pas… Le montant même approximatif de ces dépenses est difficilement quantifiable. Les frais relatifs aux dépenses alimentaires devraient être nuls mais ce n’est pas le cas puisqu’une part de la production vivrière a priori destinée à l’autoconsommation est parfois commercialisée dans l’urgence. Les dépenses annuelles d’une famille pour l’alimentation seraient de 998 birrs (Byakweli, 2000 : 106) mais la proportion des aliments achetés et non produits varie considérablement en fonction des familles et des saisons culturales.

86D’après nos enquêtes, la moyenne des revenus issus de la commercialisation ponctuelle de productions agricoles et(ou) du bétail est de 177 birrs, pour cinquante-deux paysans de toutes catégories. Sachant que les chiffres retenus dans nos enquêtes correspondent majoritairement à un remboursement de dette et ne prennent pas en compte les petites commercialisations quotidiennes qui concernent l’ensemble des dépenses annexes auxquelles doivent faire face les Wolaita, nous estimons le niveau d’endettement annuel à 200 birrs environ. Deux niveaux d’endettement se détachent nettement des enquêtes : l’un autour de 80 à 100 birrs et l’autre autour de 200, voire plus.

87Les variations du niveau d’endettement révèlent certes la différence de richesse des exploitations agricoles mais aussi le prolongement des dettes favorisé par la pluralité des prêteurs (famille, voisin ou État) qui déstabilise grandement les exploitations agricoles. La dette court ainsi sur plusieurs années jusqu’à ce que le débiteur soit mis en demeure de la régler. Même les agents du MOA ne peuvent obtenir dans l’année un remboursement de tous les paysans. La dette atteint alors facilement des sommes comprises entre 500 et 700 birrs, qui obligent les paysans à vendre un élément essentiel de leur exploitation : terre ou bétail.

88Les dettes courantes se remboursent souvent partiellement par la vente de produits de rente, ou de production vivrière, mais, cumulées, elles forment une dette plus importante dont le règlement ampute les exploitations agricoles déjà fragilisées par les dettes courantes.

89Ce double niveau d’endettement se révèle à la fois cause et conséquence de la paupérisation du Wolaita. Si la dette court, c’est avant tout parce que les paysans sont incapables de rembourser leurs créanciers. Cette permanence de l’endettement fait obstacle à un quelconque investissement dans les structures de l’exploitation agricole.

Endettement et paupérisation

90L’endettement appauvrit véritablement les paysans à partir du moment où il devient reconductible en permanence, et où chaque perte d’un élément de l’exploitation handicape davantage par les conséquences qu’elle implique que par le manque immédiat qu’elle occasionne. Cet enchaînement de facteurs multiples qui entraîne les paysans dans une véritable « spirale de l’endettement » peut prendre dans le Wolaita des formes dramatiques. D’autant plus que la paupérisation massive des paysans est relativement récente, du moins dans les formes qu’elle connaît aujourd’hui. Rares sont les paysans à rencontrer de telles situations depuis plusieurs décennies, la plupart constatant une détérioration de leurs conditions de vie depuis la seconde moitié des années 1980.

91La vente d’une partie du cheptel ne constitue pas en soi un marqueur irréfutable de la déstabilisation des économies rurales. En revanche, la vente de l’attelage, en tout ou en partie, représente à nos yeux une transaction d’une autre nature : le paysan perd alors un des moyens de production de son exploitation et pas seulement une partie de son épargne. Cette réduction de la force de travail est effectivement lourde de conséquences puisqu’elle marque l’entrée du paysan dans une dépendance agricole toujours plus grande.

92La première conséquence de la perte (en tout ou en partie) d’un attelage est la difficulté à avoir recours au share-cropping. Kassa Idoto qui vendit en 2000 l’un de ses deux bœufs pour les frais de scolarisation de ses enfants et pour faire face à la disette printanière se voit aujourd’hui interdit de share-cropping. Les propriétaires fonciers lui refusent désormais l’accès à leur terre dans le qebelé densément peuplé de Bibosso-Olola (wereda de Damot-Gale) où les contrats sont âprement négociés et le profil des candidats longuement étudié. Ainsi, ceux qui ne détiennent plus un attelage au complet sont-ils éliminés.

93L’un des principaux facteurs d’appauvrissement des économies agricoles provient de la dévalorisation des marchandises provoquée par la trop rapide commercialisation des productions. Or, cette précipitation avec laquelle les agriculteurs vendent leur récolte tient au caractère inflexible d’un État qui refuse de renégocier les termes de leur contrat. Le partenariat imposé par la modernisation agricole entre l’État, par le vecteur du ministère de l’Agriculture, et le monde paysan dessert considérablement les intérêts de ce dernier, dans le contexte inchangé d’une agriculture pluviale et relativement fragilisée. En effet, loin d’encourager la production agricole par une politique de soutien des prix ou tout au moins de maintien de subvention des intrants, le gouvernement impose indirectement une stagnation, voire une baisse de la valeur des productions agricoles. L’impact sur l’agriculture de la brusque libéralisation d’une économie jusque-là très encadrée est assez inquiétant dans le Wolaita.

94Le niveau d’intégration des paysans dans les programmes de modernisation agricole joue un rôle considérable dans ce processus d’endettement et condamne plus sûrement les paysans que la seule perte de leurs récoltes en cas de mauvaise pluviométrie. En dépit des mauvaises récoltes de la première saison culturale de 2000, les paysans qui n’utilisaient pas d’engrais ne furent pas obligés de vendre une partie de leur cheptel ou de leur production et purent emprunter de la nourriture à des voisins plus fortunés, ou attendre l’aide du gouvernement. Ceux qui, au contraire, avaient participé au programme Sakasawa/Global 2000 furent contraints d’obtenir des liquidités le plus rapidement possible.

95En effet, le ministère de l’Agriculture pénalise lourdement les retards de remboursement. Une pénalité de cinq birrs supplémentaires par mois de retard (à partir de la récolte) aggrave le montant de la dette paysanne. De même, l’emprisonnement menace les paysans les plus en retard qui ne sont libérés qu’en échange d’un remboursement complet de la dette. Ces conditions de libération imposent aux proches du prisonnier de contracter auprès des rares personnes solvables de leur entourage un nouvel emprunt et nombreux sont aujourd’hui les paysans dont la dette court toujours. L’emprisonnement du bétail est toujours pratiqué et les autorités proposent aujourd’hui aux paysans dépossédés les services d’un berger officiel, qu’il convient toutefois de rémunérer deux birrs par jour. Le bétail n’étant libéré que lorsque le montant complet de la dette est entre les mains du comptable, opération qui peut à elle seule prendre une semaine, les paysans ont donc intérêt à rembourser leur dette au plus tôt afin de limiter les frais de gardiennage – si possible avant même les premières confiscations de bovins qui débutent parfois au mois de novembre.

96En obligeant les paysans à s’acquitter de leur dette sitôt les cultures récoltées, le ministère de l’Agriculture influe sur les cours des céréales qui sont les premières cultures concernées par le remboursement de la dette. Cédées en masse au mois d’octobre, les céréales se vendent alors à bas prix. Au printemps, quand les stocks régionaux ont considérablement diminué, les prix à l’achat sont beaucoup plus élevés. Sur les marchés wolaita, les prix du maïs sont relativement stables entre octobre et janvier : ils varient selon les années de 40 à 50 birrs le quintal en octobre à 60-70 birrs en janvier, pour atteindre les 140-160 birrs au mois de mars en pleine période de soudure, quand l’ensemble des paysans devra s’en procurer sur les marchés.

97Le gain de productivité permis par l’utilisation de l’engrais chimique ne parvient pas à compenser les effets négatifs de la dette souscrite auprès des agents du MOA, et notamment de la diminution de la valeur marchande du maïs. Les paysans conscients de la dépréciation de leurs cultures tentent de retarder au minimum la vente de leur récolte et c’est au mois de février, quand les premiers emprisonnements interviennent, que les quelques paysans qui conservaient leurs stocks les mettent en vente.

98Le mois de janvier constitue une date butoir dans les calendriers de mise en vente : seuls 30 % des paysans vendeurs de céréales sont capables de retarder leur vente jusqu’à cette période, ce qui représente un gain de 20 à 30 birrs par quintal – en général, ils ne vendent qu’un seul quintal à cette époque. À l’exception des habitants des basses terres qui, au vu de l’importance de leur récolte, sont, pour certains, capables de commercialiser des céréales jusqu’au mois d’avril, nous n’avons rencontré qu’un seul homme fort riche qui vendait encore des céréales en février et mars. Il possédait d’ailleurs dans sa maison construite en dur, près d’Imbetcho, une pièce spécialement destinée à la conservation des céréales. Nous avions remarqué que les techniques de stockage céréalier des paysans wolaita étaient particulièrement limitées, mais tout bien considéré, elles ne sont que le reflet de leur très faible capacité à conserver sur l’exploitation le fruit de leur récolte.

Différents niveaux d’endettement

99Comme les paysans se trouvent dans des situations économiques diverses, l’endettement ne touche pas de la même manière l’ensemble des exploitations. Se distinguent trois catégories d’exploitants déterminées en fonction de l’impact de l’endettement sur leurs moyens de production ou de subsistance : les plus touchés, qui demeurent minoritaires et qui alimentent largement l’émigration définitive, ont perdu leur principal outil de production : la terre. Viennent ensuite ceux qui n’ont plus d’attelage, situation partagée par la moitié des exploitants wolaita. Et enfin ceux qui ne perdent qu’un peu de nourriture sont malheureusement loin de constituer la moitié restante de la population paysanne. Ces derniers, les individus les plus aisés de la communauté, ne sont quasiment pas touchés par l’endettement moderne.

100Il existe bien une relation entre la richesse des paysans et leur niveau d’endettement mais celle-ci n’est pas aussi directe qu’il y paraît et des paysans moyens, relativement aisés, peuvent subir un endettement plus ou moins lourd, comme le montrent les réponses de deux paysans à la disette du printemps 2000.

Yayna Lorisso est tout à fait représentatif de la majorité des exploitants wolaita au regard de son endettement alors que son niveau de richesse le situerait plutôt dans la catégorie des paysans moyens qui ne représente selon Dessalegn Rahmato que 33 % à 40 % de la paysannerie de Bolosso. Âgé de trente ans, il a déjà à charge une famille de 5 jeunes enfants qui certes consomment peu mais ne constituent pas des actifs à part entière, d’autant plus que l’aîné des garçons est scolarisé. Yayna cultive aujourd’hui une terre de 0,75 hectare dans les hautes terres de Washi-Gale (Damot-Gale). Cette superficie, tout à fait correcte en comparaison des autres exploitations, ne l’oblige pas à pratiquer le share-cropping. Il ne possède d’ailleurs pas de bœuf et emprunte l’attelage qu’il a dû vendre pour nourrir sa famille. Il espère néanmoins reconstituer son troupeau puisqu’il venait de s’acheter un veau quand nous l’avons rencontré. Cultivant le maïs Global 2000 depuis les premières heures du programme, il arrêta en 1999 n’ayant plus les moyens de payer l’engrais. Il cultive donc aujourd’hui les deux variétés de maïs (local et Global) mais, sans engrais, ses rendements restent assez faibles. En dépit de cette décision, il est toujours endetté auprès de certains de ses voisins, pour des dettes qu’il a contractées à l’époque où il participait encore au programme mais également pour les dépenses courantes de sa famille.
Jusqu’à présent, il faisait commerce de berbere (piment) qu’il achetait en petites quantités dans la région d’Alaba (Kambatta) et revendait sur les marchés de Boditi et de Soddo, mais depuis deux ans il n’a plus le capital suffisant pour commercer. De même, il allait travailler dans les fermes agricoles de l’Awash pour la récolte du coton en période de morte-saison agricole quand sa récolte était insuffisante ou lorsqu’il manquait d’argent ; il continue toujours cette activité épisodiquement.
N’ayant plus de revenus complémentaires réguliers, il fut donc contraint de vendre une partie de sa récolte pour rembourser ses dettes. Très pauvre en maïs du fait de ses choix culturaux, il ne vendit que la moitié de sa récolte de pommes de terre, soit 1,5 quintal pour 35 birrs le quintal, mais cette trop faible somme ne lui permit pas de rembourser sa dette dont les intérêts courent encore. Il vend donc régulièrement des carottes cultivées dans son jardin de case mais ces ventes occasionnelles ne lui permettent pas de rembourser ses dettes. Son veau représente donc son dernier recours possible. S’il ne l’a pas vendu entre 2000 et 2001, il y a fort à parier qu’il l’a fait à l’occasion de la disette de 2003.

101L’instabilité de la situation de Yayna Lorisso est tout à fait conforme à la situation de la majorité des paysans wolaita. Son appauvrissement est progressif depuis ces dernières années, mais sa situation n’est pas encore alarmante et il peut continuer à faire vivre sa famille, même difficilement, sur son exploitation en s’adaptant aux nouvelles conditions économiques (arrêt du programme Sakasawa/Global 2000). En revanche, différentes tendances apparaissent, notamment à travers le poids de l’endettement, qui invitent à davantage de pessimisme en ce qui concerne son avenir. Combien d’années encore avant qu’il ne rejoigne la situation d’Oukoumo Shata ?

102Oukoumo Shata appartient à la catégorie des paysans pauvres dont Dessalegn Rahmato estimait qu’ils représentaient déjà 50 % de la population rurale en 1989-1990. Aujourd’hui, son fort niveau d’endettement le place dans une situation toute nouvelle qui n’apparaît pas dans le classement de Dessalegn Rahmato datant de la période socialiste : il est en train de perdre sa terre et il ne lui reste guère plus que sa plantation d’enset.

Issu d’une famille très pauvre en terre des environs de Gununo (Bolosso-Sore), le Derg lui donna une exploitation légèrement inférieure à 0,25 hectare lors de la Réforme agraire. Faute de bœufs, il ne pratique pas le share-cropping et cultive aujourd’hui une superficie inférieure à un dixième d’hectare. Pour pouvoir rembourser le gouvernement auquel il avait acheté de l’engrais plusieurs années de suite, il dut s’endetter auprès d’un voisin. Deux ans avant que nous le rencontrions, sa dette s’élevait à 400 birrs, et son voisin en réclamait le remboursement. Ne pouvant être remboursé, le voisin se paya directement sur ses terres et le força à souscrire un contrat sur la moitié de son exploitation. Oukoumo pourrait récupérer sa terre en échange des 400 birrs. Il est néanmoins conscient que celle-ci est définitivement perdue puisque, en dépit des 200 birrs que lui rapporta la vente de sa dernière vache l’année suivante, il ne put récupérer ne serait-ce qu’une partie de ses terres.
Aujourd’hui, il n’utilise plus d’engrais pour cultiver la petite parcelle de maïs qu’il possède encore et qui occupe la surface de son ancienne plantation d’enset déjà consommée. Ne pratiquant pas d’autres cultures, il est obligé d’acheter régulièrement de la nourriture. Pour ce faire, il travaille dans la ville de Gununo où il fabrique du torchis et peint les nouvelles habitations. Ce travail irrégulier ne lui rapporte que deux birrs par jour et, n’ayant pas averti les autorités de cette spoliation, il paie encore 37 birrs de taxe foncière, ce qui représente l’équivalent de dix-neuf jours de travail ! Vivant à proximité de la petite ville de Gununo, son travail de journalier lui permet tant bien que mal de faire vivre sa famille – nous imaginons sans mal les difficultés rencontrées par une personne dans son cas vivant dans une campagne plus reculée, même si là-bas, la forte pression sociale l’aurait peut-être préservé d’une spoliation foncière.
Pour pouvoir survivre, Oukoumo a déjà dû quitter la campagne ; ses huit enfants dont ses trois fils devront sûrement, eux, quitter le Wolaita, l’émigration demeurant la dernière solution pour ce type de paysan.

103L’existence d’un lourd endettement paysan condamne les politiques de développement rural fondées sur la modernisation du secteur agricole, en ne permettant pas la création d’un pouvoir d’achat rural que le vice-ministre de l’Agriculture éthiopien appelle pourtant de ses vœux : « Soyons réalistes. Quand la quasi-totalité de la population […] dépend d’une manière ou d’une autre de l’agriculture, c’est bien sûr ce secteur qu’il faut travailler. C’est la création d’un pouvoir d’achat rural qui entraînera une dynamique économique. » (Marchés tropicaux et méditerranéens, 2002 : 1001). Comment comprendre alors que cet obstacle à la solvabilité du marché intérieur éthiopien soit aggravé par les politiques de développement agricole du même ministère !

Pauvreté et surpeuplement

104J.-M. Byakweli (2000 : 106) propose une estimation tout à fait pertinente du niveau de surpeuplement du Wolaita, basée sur un calcul de la capacité de charge de l’écosystème observé dans la moyenne montagne de l’Ofa. En prenant en compte les besoins alimentaires d’une famille de 8 personnes avec un seuil énergétique de survie estimé à 2 200 cal/personne/jour (WFP distribuait pourtant des rations de 1 800 cal/ personne/jour), il en déduit les besoins en superficies par personne pour les principales productions que sont l’enset, le maïs, la patate douce, l’eucalyptus, le café et les pâturages. Un ménage aurait besoin pour la couverture des besoins alimentaires de sa famille d’une superficie de 255 ares, ce qui revient à une densité moyenne de 207 hab./km2, largement dépassée dans le Wolaita. Par le niveau de pénurie foncière et parce que ces chiffres ne prennent pas en compte les besoins en terre nécessaires au renouvellement des moyens de production, nous pouvons dire que l’agriculture wolaita se trouve en danger et que le surpeuplement de la région semble bien avéré.

105Et pourtant une telle mesure du surpeuplement wolaita est encore minorée puisqu’elle ne prend pas en compte les prélèvements sur la production vivrière requis par le remboursement des prêts ou le paiement de frais divers. La capacité de charge des écosystèmes pèse en réalité bien peu en comparaison du contexte économique des sociétés rurales dont la dégradation ne s’explique pas uniquement par le surpeuplement.

106La forte solidarité paysanne qui soude ces sociétés a longtemps fait croire que l’économie rurale du Wolaita ne connaissait pas de crise véritable. Il est vrai que les prêts d’animaux, de nourriture et d’argent permettent une distribution optimale des moyens de production de l’économie et masquent leur raréfaction.

107Cependant, le profil des économies rurales se modifie et cette nouvelle configuration économique porte en elle des recompositions spatiales radicales : les campagnes doivent chercher ailleurs qu’en elles-mêmes les moyens de leur survie. Le recours massif à l’émigration témoigne d’une saturation de l’espace agricole wolaita qui peine à se reconvertir dans d’autres activités et met un terme à l’autonomie du territoire. En 40 ans, cette région qui avait été choisie pour sa richesse agricole comme point de départ d’une Révolution verte rejoint aujourd’hui les régions les plus fragiles du pays, touchées par des crises alimentaires récurrentes (Disaster Prevention, 2005).

Table des illustrations

Légende Source : MOA de Kindo-Koïsha, 2000-2001, Rapport pour la Banque mondiale.Tabl. 28 – Prix des produits dérivés de l’élevage (en birr éthiopien).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2407/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Photo 39 – En route vers le marché de Humbo, les paysans des basses terres d’Abela vont vendre le bois sec qu’ils ont récolté sur les terres non allouées par le qebelé.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2407/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Légende Photo 40 – Bourdjan Shamo, un riche exploitant de Damot-Woyde cultive de l’herbe en bas de versant de son exploitation. Il a ainsi transformé son mitta gadya en parcelle d’herbe. Cette herbe, servant à la réfection des habitations, est vendue sur les marchés.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2407/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 483k

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site