Version classiqueVersion mobile

La chute d’un Eden éthiopien

 | 
Sabine Planel

Partie 3. À la recherche du territoire perdu

Introduction

Texte intégral

Dans les quartiers de la ville de Soddo, les constructions de style wolaita cohabitent avec des maisons plus modernes.
© S. Planel

1Le territoire wolaita se construit tout au long du xxe siècle par un double mouvement de résistance aux forces allogènes ou, au contraire, d’adoption de dynamiques nouvelles impulsées par Addis-Abeba.

2L’équilibre entre les deux dynamiques semblait jusqu’alors plus ou moins maintenu et les forces wolaita d’organisation de l’espace ne cédaient en rien aux forces éthiopiennes. Depuis la mise en œuvre de la Réforme agraire et le début des années 1980, les forces centrales grandissent et se répandent sur l’ensemble du territoire éthiopien et donc dans le Wolaita dont l’intégration s’accélère. Aujourd’hui, l’équilibre dynamique entre les facteurs endogènes et exogènes semble rompu. La singularité des territoires cède peu à peu la place à une organisation de l’espace partagée par la majorité des régions éthiopiennes et façonnée par un aménagement de l’espace étatique.

3Le territoire wolaita entre ainsi dans une crise majeure qui parachève son intégration. Les structures de ce territoire paysan éclatent sous le coup du dynamisme démographique et des impératifs de l’agriculture de marché. Dans cette crise, le Wolaita perd son image de grenier agricole, c’est dorénavant une terre pauvre que l’on fuit. La crise économique provoque une émigration encore mesurée dans ses effectifs mais déjà lourde de conséquences. Tout se passe comme si le territoire perdait les moyens de sa propre survie et qu’il allait les chercher ailleurs. La dépendance du territoire wolaita envers le reste du territoire national est de plus en plus manifeste et signe en quelque sorte le succès d’une intégration territoriale qui parvient à articuler les régions les unes aux autres.

4Cette intégration par la dépendance, par la pauvreté n’est pas sans danger pour la constitution d’une nation éthiopienne. Les tensions foncières ou identitaires qui apparaissent chez les Wolaita sont importantes et participent au maintien d’un nationalisme wolaita toujours vivace. La crise économique ne provoque pas seulement un mouvement d’ouverture sur des bassins d’emplois extérieurs, elle favorise également un repli identitaire. Le discours nationaliste se fait alors d’autant plus entendre que les Wolaita se sentent mis au ban d’un essor économique dont ne bénéficient pourtant que très modestement les régions voisines.

5Le territoire, affaibli par une crise rurale qui le contraint à une seconde ouverture forcée, renaît au gré des réécritures de son histoire ou de recompositions administratives diverses. Les différents discours identitaires permettent alors de faire vivre la singularité du territoire qui, dans la réalité, est peu à peu atténuée par les puissantes forces d’homogénéisation éthiopiennes.

Table des illustrations

Légende Dans les quartiers de la ville de Soddo, les constructions de style wolaita cohabitent avec des maisons plus modernes.© S. Planel
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2405/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 309k

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search