Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La chute d’un Eden éthiopien

 | 
Sabine Planel

Partie 2. Intégration, amharisation et autres mutations

Chapitre 6. Comment devient-on éthiopien ?

Texte intégral

« De ces processus initiés par la colonisation l’espace porte aujourd’hui des marques profondes : la géographie a été remodelée par l’État encadreur. »
(R. Pourtier, 1989 : 398)

1Le succès de l’intégration territoriale du Wolaita repose sur son degré d’assimilation politique, sociale et culturelle, laquelle passe par une recomposition territoriale capable de faire du Wolaita un territoire éthiopien.

2L’assimilation (amharisation) prônée par l’administration amhara découle davantage de l’imposition d’un modèle identitaire, social et territorial, que d’un syncrétisme entre les sociétés intégrées et la société intégrante. La définition de ce modèle, et donc de l’identité amhara, s’avère en réalité extrêmement délicate. Aussi nous parlerons de modèle amhara en référence au modèle unique imposé par le gouvernement central à tous les territoires d’Éthiopie, tout en étant conscients de l’ambiguïté de ce terme et de la pluralité des réalités qu’il recouvre.

3Si nous nous interrogeons sur la nature de ce modèle territorial et sociétal, son existence, elle, est avérée. Comme l’observe C. Mac Clellan (1988): « The goal was to transform the South into the image of Northern civilization ». Le modèle d’organisation territoriale imposé aux espaces du Sud éthiopien se veut en effet le reflet de celui qui s’applique dans les hauts plateaux septentrionaux considérés comme le berceau de la civilisation amhara.

4L’organisation amhara du territoire comprend différents processus d’aménagement de l’espace qui utilisent des encadrements variés. Les encadrements étatiques que sont la ville, l’Église et l’école doivent permettre la transformation du territoire wolamo en une région éthiopienne. L’intégration du territoire wolaita dans l’espace éthiopien dépend donc de la qualité de cet encadrement ; or celle-ci est inégale et explique que l’intégration du territoire wolaita à l’espace éthiopien soit encore incomplète.

Des relations ville/campagne qui structurent le territoire

5Le fait urbain porte en lui une forte identité choanaise (amhara et politique) qui le distingue du reste du territoire encore largement wolaita. L’identité du Wolaita se joue en effet dans un certain rapport entre la ville et la campagne : la ville amharisée et la campagne wolaita. De l’articulation entre ces deux espaces naît un territoire wolaita, plus ou moins amharisé mais indiscutablement éthiopien.

6Les formes de cette « éthiopianisation » des territoires à travers le prisme des relations villes/campagnes sont variables. En général, la pénétration de l’espace wolaita par les dynamiques urbaines est imparfaite et tout se passe comme si le territoire wolaita, de par sa ruralité, résistait à son amharisation.

7Aujourd’hui, la faible intégration de la ville dans le territoire et l’identité wolaita se modifie. Il est vrai que la ville amhara, véritable outil de contrôle territorial depuis la conquête du Wolaita, se transforme peu à peu en ville éthiopienne par fusion des identités amhara et wolaita. Mais l’« éthiopianisation » est encore timide dans cette région qui connut une urbanisation très tardive. De nombreux caractères « amhara » demeurent dans l’urbanisation qui font du fait urbain une réalité toujours un peu étrangère au Wolaita.

La ville, une réalité éthiopienne

8Tout en ville témoigne de la présence d’une culture « étrangère » : les profils ethniques et religieux, les habitudes et même la forme des agglomérations qui constituent la seule forme d’habitat groupé dans un territoire caractérisé par la dispersion de son peuplement.

9À l’inverse de la campagne wolaita qui se présente comme un espace ethnique et religieux extrêmement homogène, la ville se définit comme un lieu de rencontre entre différents groupes sociaux. Tout étranger arrivant dans le Wolaita vient ainsi s’installer en ville et non pas à la campagne.

10Les Wolaita sont aujourd’hui majoritaires en ville, mais la présence de minorités ethniques, entre 5 et 10 % de la population totale, est une composante sociale qui n’existe qu’en milieu urbain (CSA, 1998). La ville capitale de Soddo présente ainsi le degré de mixité le plus important avec près de 40 % de population non wolaita.

11L’importance relative des Amhara est constante dans les populations urbaines et plus encore à Soddo. Il s’agit d’un héritage historique traduisant, d’une façon très caractéristique dans le Wolaita, l’appropriation politique que la région a subie.

12Au tout début de la fondation de Soddo, la ville de garnison, ketema, se composait exclusivement d’Amhara. Au fur et à mesure que les représentants de l’empereur et leur domesticité indigène vinrent s’y installer, les Wolaita commencèrent timidement à la peupler. En 1967, à l’occasion d’un recensement national, on pouvait observer que les locuteurs d’amharique, à savoir les populations amhara et amharisées, représentaient à peu près 30 % de la population totale. Aujourd’hui, tous les urbains maîtrisent plus ou moins l’amharique mais la population amhara se réduit considérablement. Cette diminution de la représentativité des Amhara s’accompagne d’une augmentation des populations wolaita : Soddo abritait mois de 50 % de Wolaita en 1967, elle en compte aujourd’hui 60 %. Ce renversement de la prééminence amhara correspond à une appropriation de la ville par les populations wolaita.

13De même, le cas des petites villes apparues très récemment illustre clairement l’évolution du rapport entre Amhara et Wolaita dans les populations urbaines. Dans les villes de Bombe et de Gununo, les Amhara représentent entre 0,2 % et 2,5 % de la population totale et les Wolaita l’écrasante majorité. Effectivement, ces villes furent les seules à naître d’une densification de l’espace rural, et non d’une colonie de peuplement amhara comme ce fut le cas de Soddo.

14La lente appropriation de la ville par les populations wolaita n’empêche pas le maintien de quelques particularités urbaines qui méritent d’être soulevées. Ainsi, la présence de population musulmane et parfois même de mosquées, comme à Areka, est une spécificité strictement urbaine. Les musulmans représentent entre 7 et 8 % de la population totale des villes de Boditi, Soddo et Gesuba (CSA, 1998). La présence de cette minorité religieuse apparaît ainsi comme un élément constitutif de l’urbanité wolaita puisqu’elle représentait déjà 7 % de la population totale de Soddo en 1967.

15L’aire d’origine des populations étrangères ne se limite pas nécessairement à la région du Nord-Omo et les Éthiopiens qui viennent s’installer dans le Wolaita ne sont pas toujours des voisins. À l’exception de la colonie gamo située à Soddo, les populations des régions limitrophes peuplent peu, au contraire, les villes du Wolaita. Peu attractives au sein du Nord-Omo, ces villes n’attirent guère que les peuples de grands migrants, Amhara, Oromo et Guragé, par quelques fonctions spécifiques : politiques (administratives) et commerciales.

Le parcours de Hussein Ahmed est à l’image de celui de ces migrants régionaux qui viennent s’installer dans le Wolaita. Né à Kartaf près de Silté (pays guragé), il faisait dans sa jeunesse le commerce du pétrole lampant avec les régions du nord du Wolaita jusqu’à ce que son père lui donne une part de sa terre et qu’il se marie à Kartaf, avec une femme Silté. En 1994, rencontrant des difficultés sur son exploitation, il vint s’installer avec sa femme et ses six enfants dans la ville d’Areka chez un de ses cousins. Il loue aujourd’hui sa maison à un commerçant guragé également établi dans cette ville. Son activité a changé, il est boulanger et revend à destination des petits marchés ruraux le pain qu’il fabrique après achat du blé sur le marché d’Areka. Ce commerce n’étant pas assez lucratif, il conserve sa terre à Kartaf qu’il fait cultiver par son frère, lequel lui reverse tous les ans l’équivalent de la moitié de sa récolte en espèces.

16Dans l’ensemble, les migrants qui viennent s’installer définitivement, ou pour une longue période, dans le Wolaita sont des familiers. C’est ainsi l’importance des échanges de textile entre les pays gamo, notamment dorzé, et Soddo (grand marché de buluko sous l’empire) qui explique la forte proportion de population gamo dans la ville, bien que ce commerce commence à décliner.

17Pendant longtemps, les principales activités urbaines furent accaparées par des migrants et non par les Wolaita qui, du fait de leur ruralité, furent écartés du pouvoir politique comme des affaires. À la suite des mouvements caravaniers du xixe siècle, le commerce fut tenu par des populations dites « arabes », jusque dans les années 1950, date à partir de laquelle elles furent plus ou moins chassées du Wolaita. Les Guragé et quelques Oromo, formés par ces Arabes, prirent ensuite leur place, les Wolaita étant alors entièrement préoccupés du succès de leur Révolution verte (WADU) et totalement investis dans les campagnes où se jouait l’avenir du territoire. Aujourd’hui, si le petit commerce est tenu par des Wolaita, les gros établissements restent aux mains des Guragé, ancienne aristocratie politique amharisée. Les quelques modestes propriétaires wolaita font partie d’une classe de petits commerçants enrichis et non de riches fermiers, qui n’investissent que rarement en ville.

Le propriétaire de l’hôtel, du bar et de la station d’essence qui se trouve à l’entrée de la ville de Soddo symbolise bien la catégorie de ces riches commerçants non wolaita. Ce Silté (Guragé) naquit dans la ville d’Areka où son père faisait déjà commerce du gingembre. Il a donc débuté par ce commerce, ainsi que celui du pétrole lampant entre Soddo et Areka. Puis petit à petit, il put écouler sa marchandise directement sur Addis-Abeba, où il réside aujourd’hui. En 1997, il racheta l’établissement hôtelier à un Oromo qui retournait s’établir chez lui, dans la région de Mojjo, et confia l’établissement à un gérant guragé. Les seuls Wolaita employés dans cette entreprise occupent des postes peu qualifiés et mal rémunérés.

Des villes et des bourgs

18L’urbanisation récente et allogène du Wolaita a construit un système urbain disparate. Les villes se distinguent en fonction de leur importance numérique, de leur ancienneté, de leur fonction et de leur niveau d’équipement. On distingue de ce fait des villes et des bourgs, des capitales de wereda et des ketema (carte 11).

19La diversité des profils urbains provient largement du caractère très récent de l’urbanisation, mais aujourd’hui la diversité des critères qui définissent et caractérisent une ville est telle que cette réalité paraît bien complexe.

20La hiérarchie urbaine est très prononcée entre Soddo et les autres petits centres urbains qui sont plus des bourgs que de véritables villes. Le faible taux d’urbanisation globale du Wolaita, 6,8 %, masque quelques écarts significatifs dans la géographie régionale (tabl. 18). Soddo, Boditi et Areka représentent les trois seules véritables villes de la région, par leurs effectifs de population et par les taux d’urbanisation des wereda qu’elles dirigent, supérieurs à 5 %. Seule Soddo, qui abrite presque 20 % de la population totale du wereda, peut avantageusement se comparer aux autres capitales du Sud éthiopien. Les autres centres urbains wolaita, comme Gesuba, Humbo ou Bedessa, ne sont que des bourgades dix fois moins peuplées que Soddo et ne regroupent qu’une proportion très modeste de la population urbaine totale du Wolaita (taux d’urbanisation inférieurs à 3 %).

Source : CSA, 1998 : 27 et 43.
Tabl. 18 – Les villes du Wolaita.

21La région de Soddo se détache nettement de la trame urbaine wolaita et représente une catégorie unique d’espace, marquée par un grand dynamisme urbain. Le wereda de Bolosso-Sore, qui connaît depuis peu une densification de son semis urbain avec l’apparition de deux petits satellites à la ville d’Areka que sont les gros villages de Bombe et Gununo (Antchucho), se rapproche également de cette configuration spatiale. La carte 11 témoigne de la densité des regroupements de population de toutes catégories (villes, bourgs et villages) dans le wereda de Bolosso-Sore, où les progrès de l’urbanisation se traduisent par un éclatement des centres urbains. Ailleurs, cette dynamique peut se manifester par un étalement du centre-ville, comme c’est actuellement le cas à Soddo et à Boditi.

22La hiérarchie fondée sur les effectifs de population se double d’une différence de niveau d’équipement qui permet d’affiner la distinction entre les villes, les bourgs et les villages. Les bourgs en bas du tableau 18 souffrent ainsi d’un sous-équipement certain, souvent dû à une situation géographique peu avantageuse. Gesuba et Bedessa se trouvent en position de cul-de-sac : la route de qualité très médiocre qui conduit à Gesuba ne mène nulle part et celle de Bedessa se poursuit dans de déplorables conditions vers le petit centre de Dimtu, aujourd’hui inaccessible en voiture. Si Bele, Humbo, Boditi et bien sûr Soddo bordent un axe de communication principal (goudronné), Areka longe une piste qui mène à Hosaïna, ancien débouché du Wolaita (avant la construction de la route traversant la vallée du Rift). De même, les deux villes de Gesuba et Bedessa ne possèdent respectivement que 5 et 4 moulins à céréales, alors que Soddo en détient dix fois plus.

23De même, si les plus petites villes ne bénéficient que d’un seul « centre de santé » (tenu par des agents infirmiers du ministère de la Santé et non par un médecin), Soddo possède un équipement médical très développé : un hôpital, cinq cliniques privées – et une sixième appartenant à une ONG –, deux pharmacies privées et une clinique orthodoxe. Areka dispose également de la clinique catholique de Dubo qui se trouve à une demi-heure de marche de l’artère principale de la ville. L’ensemble des services rares, postes, télécommunications, écoles secondaires et station d’essence n’existait encore récemment que dans la ville de Soddo. Aujourd’hui, les postes et télécommunications arrivent dans la plupart des capitales de wereda mais, il y a peu encore, les habitants des autres wereda devaient se rendre à Soddo pour recevoir du courrier. À l’exception donc de Soddo, dont la situation reste encore très modeste, les autres bourgs connaissent un sous-équipement généralisé.

24Il convient néanmoins de distinguer parmi les bourgs wolaita : entre ceux de Bele et de Humbo qui offrent des paysages urbains et ceux de Gesuba et de Bedessa qui ressemblent à de gros villages. Les nouvelles villes de Bele et de Humbo, marquées par l’urbanisme monumental italien, s’organisent le long d’une voie principale bordée par quelques arbres et(ou) par divers bâtiments administratifs. En cela, elles ressemblent aux autres villes du Wolaita, telles Soddo ou Boditi (photos 24, 26 et 25 du cahier couleurs).

Photo 24 – Toutes les villes et tous les bourgs du Wolaita s’organisent le long d’une artère principale, mais c’est la ville de Soddo qui fournit l’exemple le plus accompli de cet urbanisme monumental. La route principale, dessinée par les Italiens, se poursuit jusque sur le versant du mont Damot.

Photo 26 – L’artère centrale de Humbo.

25L’ancienneté du fait urbain constitue un autre critère de différenciation des villes, puisqu’il prend en compte l’histoire urbaine et leur fonction première. L’on doit, de ce point de vue, différencier deux catégories de villes : la ville ketema de Soddo et les autres capitales de wereda, beaucoup plus récentes. Seule Soddo possède une histoire déjà ancienne qui explique sa domination sur le réseau urbain.

26L’implantation urbaine qui prit très souvent la forme de fondation exnihilo dans les campagnes du Sud obéissait à un dessein politique : urbanisation et Aqanna étaient intimement liées. Or, les visées du pouvoir central à l’égard du Wolaita mais également d’autres régions du Sud se résumaient dans un premier temps à une prédation massive, et à moindre coût, des productions des territoires récemment conquis. L’appropriation des richesses locales passait par un renforcement de la centralisation territoriale devant faciliter la collecte des productions rurales. La fondation des villes constituait donc une étape majeure de l’appropriation territoriale et ce, d’autant plus que les villes sont porteuses de valeurs politiques et culturelles qui en firent les avant-postes de la civilisation amhara en pays « barbare ».

27À l’instar de toutes les capitales et grandes villes de l’ancien empire, Soddo se situe dans l’étage obsidional de la montagne wolaita, lieu du contrôle politique et du développement de la civilisation amhara (Gallais, 1989). Cette ancienne ville de garnison n’est qu’une émanation de la conquête amhara : comme en témoigne son nom qui ne véhicule pas une identité wolaita, ni même ométo. Il fait référence aux stèles découvertes par les soldats de l’empereur sur les collines alentours, stèles qu’ils avaient déjà rencontrées dans la région de Soddo-Guragé. Aujourd’hui d’ailleurs, la capitale wolaita est communément nommée Wolaita-Soddo afin d’éviter toute confusion.

28En 1894, Soddo fut fondée au centre géométrique du territoire, à proximité de l’ancienne capitale du royaume, Dalbo, afin d’y établir une colonie militaire et administrative représentant le pouvoir de l’empereur. La proximité entre les deux capitales devait permettre à Soddo de supplanter le palais et de capter ainsi l’ensemble des flux marchands qu’il générait. Le choix d’une telle situation permit l’enrichissement de l’empereur et, surtout, condamna la renaissance économique de l’ancien carrefour marchand de Dalbo, siège du pouvoir politique wolaita. Le site fut également choisi par les Amhara pour ses capacités défensives. Les quatre collines de Soddo offrent en effet un point de vue très étendu sur les plaines wolaita et forment un léger promontoire, moins prononcé toutefois que celui de Dalbo. Il est marqué par de fortes déclivités : les trois quarts de la ville sont construits sur des pentes à 6 % qui peuvent s’accentuer le long des trois cours d’eau qui la traversent.

29Les six autres centres urbains, capitales de wereda, créés à la fin des années 1950 à l’initiative du gouverneur Wolde Semaat, furent aussi implantés au centre des wereda, au contact de différentes unités agro-écologiques, afin d’améliorer la desserte et le contrôle des campagnes environnantes. La desserte urbaine est donc assez bonne sur ce petit territoire où l’on estime que 70 % des habitants vivent à moins de 10 km d’une ville (ETSM, 1983). En réalité, seules Areka et Boditi fonctionnent comme de véritables relais pour la population rurale et desservent réellement leur hinterland, les autres souffrent de leur enclavement et de la concurrence de centres urbains plus attractifs : Humbo est ainsi situé à une demi-heure de bus de la capitale et ne dessert que les Settlement Areas des basses terres du Rift. Quels que soient les atouts des différentes villes, l’égale dispersion des services administratifs, surtout scolaires et médicaux, dans toutes les capitales de wereda oblige les habitants des environs à fréquenter les centres urbains qui sont aujourd’hui des centres de services.

30En dépit de leur fondation exogène, les villes ont une croissance qui obéit aujourd’hui à des dynamiques endogènes ; elles sont ainsi largement alimentées par l’exode rural, les migrations interurbaines étant très peu développées à l’intérieur du Wolaita. Ce n’est véritablement qu’à partir des années 1960 que le territoire, bien que politiquement intégré, commença à s’amhariser du fait de l’accroissement des populations urbaines d’origine wolaita. À tel point qu’on observe aujourd’hui l’apparition de petits bourgs endogènes, tels Bombe, Dimtu, ou Gununo, nés par simple densification de l’espace. En cela, les dynamiques actuelles d’urbanisation correspondent à un mouvement de décharge, propre aux fortes densités locales. Elles traduisent la transformation profonde du territoire dans un contexte de développement de l’économie marchande et constituent une rupture importante avec le passé.

31Quelle que soit la cause de l’urbanisation contemporaine, elle se nourrit des campagnes d’où proviennent les trois quarts des migrants. La différence entre le lieu de naissance et le lieu de résidence constitue ainsi, du moins pour les hommes, le principal critère distinctif des urbains – sachant que leurs activités sont souvent similaires à celles des ruraux. Dans le Wolaita, est urbain l’homme qui n’est pas né sur la parcelle où il réside soit qu’il soit né en milieu rural soit qu’il ait subit les fréquents remaniements fonciers qui ont marqué les principales villes ; est rural celui qui réside sur son lieu de naissance puisqu’il hérite d’une parcelle de la terre paternelle. L’héritage foncier ne concernant pas les femmes, nous verrons que même en résidant à la campagne celles-ci suivent toujours de longs parcours « migratoires » à l’intérieur du Wolaita.

32Les villes et plus particulièrement celles d’Areka et de Boditi font preuve d’une grande constance dans l’attraction de migrants : chaque année, un dixième de la population totale s’ajoute à la population urbaine. La continuité de ces flux montre bien que nous sommes encore dans une première phase d’urbanisation, majoritairement alimentée par l’exode rural. Pourtant, la fonction d’exutoire du monde rural dépend du maintien de l’attractivité urbaine dans le Wolaita, fortement compromise par des profils économiques peu favorables à l’embauche de paysans non qualifiés.

Les villes, « filles de l’État »

33L’État éthiopien demeure dans le Wolaita, comme ailleurs, le premier employeur national. Les fonctions administratives situées en villes offrent des emplois dont dépend l’ensemble de l’activité économique urbaine induite par le versement des traitements des fonctionnaires. La mesure de l’attraction urbaine en termes d’emplois permet une meilleure compréhension des migrations wolaita qui annoncent d’importantes recompositions territoriales. Il convient donc de savoir quel est le niveau d’emploi proposé en pays wolaita et quels sont les profils économiques recherchés afin de déterminer les catégories de population susceptibles d’alimenter la croissance urbaine. La question pose une alternative simple : les villes attirent soit des fonctionnaires formés et plutôt urbains, et ne constituent pas alors un débouché pour le trop plein démographique des campagnes, soit des domestiques ruraux, non formés, et captent alors ces populations démunies. Dans tous les cas, l’échec ou le succès de l’implantation économique des villes dans le territoire wolaita participe à sa recomposition.

34La définition officielle de la ville, prise en compte dans le recensement de population, repose sur plusieurs critères (CSA, 1998) : un seuil numéraire de 1 000 habitants par qebelé, ce qui a très peu de sens dans le cadre wolaita où l’ensemble des qebelé (urbains comme ruraux) dépasse aisément le millier d’habitants ; la prédominance d’activités non agricoles dans l’économie du qebelé et, enfin, son statut administratif. « Localities that had 1 000 or more persons whose inhabitants were primarily engaged in non agricultural activities were identitifed as town irrespective of whether Urban Kebele Administration has been established or not. Similary capitals of weredas were also identified as towns even if Urban Kebele Administration has not been established. ». Les capitales de wereda accèdent donc, grâce à ce dernier critère, au statut de ville alors que deux d’entre elles, voire quatre, ne sont que des bourgs.

35La caractéristique administrative des villes, commune à l’ensemble du Sud éthiopien, confère une certaine homogénéisation au système urbain wolaita : quels que soient l’importance numérique et l’équipement urbain, les différents représentants de l’État éthiopien sont également présents sur tout le territoire wolaita. Chaque ville possède des bureaux des ministères de la Santé, de l’Agriculture, de la Police, de l’Éducation et des Finances, et les employés qui y sont affectés se répartissent en nombre à peu près égal dans le système urbain (tabl. 19).

36L’homogénéité de l’encadrement administratif est frappante dans le Wolaita. En considérant le nombre d’employés de chaque secteur, on voit bien que tous les wereda, et donc tous les chefs-lieux, représentent des centres administratifs complets. Le suréquipement administratif de Soddo ne peut toutefois pas passer inaperçu, de même que le souséquipement relatif des villes ou bourgs au contact des basses terres : Humbo, Bedessa, Gesuba, et Bele. Mais la prédominance du fonctionnariat dans les économies urbaines wolaita fait obstacle à leur insertion dans un territoire encore largement rural, peuplé par des paysans peu scolarisés qui n’entrent que très rarement dans la fonction publique.

Enquêtes personnelles en 2001.
Tabl. 19 – Dispersion des services administratifs dans les villes du Wolaita.
Note 1. Incluant le personnel médical et administratif.
Note 2. Seules les antennes administratives au niveau du wereda sont prises en compte, les antennes au niveau de la Zone ne sont pas comptabilisées dans ce tableau.

37En 2002, la seule ville de Soddo offrait 2 131 postes de fonctionnaires dans les différentes branches de l’administration de la Zone ou du wereda. Sur une population en activité de 11 745 personnes (CSA, 1998), les fonctionnaires en représentaient 18 %, soit légèrement moins que la moyenne régionale. Les emplois administratifs peuvent en principe être occupés par des personnes originaires de toute l’Éthiopie et pas seulement par des Wolaita. En réalité, les lois fédérales visant à l’utilisation des langues régionales font que ces postes sont majoritairement occupés par des locuteurs de wolaitigna, donc des Wolaita. Le secteur administratif constitue donc bien une source d’emploi principalement réservée aux Wolaita – même si les postes à plus hautes responsabilités, et notamment dans le secteur bancaire, demeurent aux mains des Amhara.

38Ce contingent d’actifs solvables, malgré des retards plus ou moins importants dans le versement des traitements, génère une activité économique dominée par le commerce et les services. Le commerce de détail ainsi que les activités de l’hôtellerie/restauration (bar, hôtel et tejbet) représentent les branches les plus dynamiques du secteur tertiaire dans les villes wolaita (tabl. 20). L’industrie demeure un débouché extrêmement réduit et relève surtout du secteur de la proto-industrie (briqueteries, menuiseries, forges et minoteries).

Source : ministère du Commerce et de l’Industrie, 2002.
Tabl. 20 – Les entreprises privées dans les villes du Wolaita. Nombre d’emplois et pourcentage de la population active.

39En dépit des difficultés à quantifier le volume d’emplois engendrés par le secteur commercial, Soddo offrirait 722 emplois dans ses 71 établissements officiels (bars, hôtels et tejbet), auxquels il faut ajouter les emplois dans les petits tejbet, soit entre 2 et 5 personnes par unité pour 200 tejbet non officiels, ce qui fait un total approximatif de 1 322 emplois dans le secteur de l’hôtellerie/restauration à Soddo. Total qui demeure deux fois moins élevé que celui du fonctionnariat. Dans les autres villes, le secteur privé est encore plus limité. Pour avoir une idée de ce que représente la part de l’emploi privé des petites villes et bourgs, il faut savoir qu’Areka, pourtant troisième ville du Wolaita et bénéficiant d’un hinterland très peuplé, ne possède que 5 hôtels, 19 moulins à céréales et n’abrite qu’une centaine de petits commerces (ministère du Commerce et de l’Industrie, 2002). La situation des plus petits centres urbains pousse à la caricature cette absence d’activité économique citadine. La ville d’Humbo fait preuve d’un exceptionnel sous-équipement urbain : 2 bars et 5 tejbet, dont trois fonctionnent avec une main-d’œuvre uniquement familiale. À Humbo comme à Bele, le secteur de l’hôtellerie/restauration se compose surtout de tejbet et beaucoup plus rarement de bars, qui supposent la présence d’une clientèle aisée.

40Enfin, il faut ajouter l’ensemble des emplois occupés par les personnels domestiques qui sont souvent temporaires et dépendent largement de la solvabilité des employeurs privés. Ils constituent cependant une source de revenus non négligeable pour les jeunes campagnardes et représentaient au début des années 1980 un quart de l’emploi urbain (ETSM, 1983).

41Fonctionnaires, domestiques et commerçants se partagent donc l’emploi urbain. Mais seuls les fonctionnaires permettent un enrichissement réel de la région, les autres emplois n’entraînant qu’une redistribution des richesses allouées par l’État. La demande en personnel de maison attire régulièrement les paysans des environs et participe aux échanges entre les villes et les campagnes, mais la faiblesse de cette source d’emploi dans les villes wolaita conduit les paysans à des migrations plus lointaines, vers d’autres centres urbains plus riches.

42La fragilité de l’emploi privé tient en partie à son caractère saisonnier et au recours à des populations non wolaita. Le calendrier agricole et la fréquence des marchés influent considérablement sur la variabilité de l’emploi urbain. Les tejbet d’Humbo engagent quatre fois plus de personnel les jours de marché. Par ailleurs, et c’est bien là une des grandes faiblesses de ces villes, elles offrent des emplois pour l’ensemble des populations régionales, voire nationales et ne constituent pas une opportunité de travail pour les seuls Wolaita. Les tejbet, qui représentent le plus bas niveau de service urbain, avec les cheibet (maison de thé), recrutent de préférence des Guragé dont on apprécie le savoir-faire, les paysans wolaita ne possédant pas un profil d’activité urbaine.

Un pied dans la ville, un pied dans les champs

43À la rencontre des villes amhara et de la campagne wolaita se trouve le territoire citadin de l’Éthiopie, les villes éthiopiennes qui se forgent au contact de cette double identité et qui s’enrichissent bien souvent d’une double activité, tertiaire et agricole. Peu à peu les villes se font une place dans l’espace wolaita et engendrent de nouvelles pratiques, aussi bien en ville qu’à la campagne. Ces villes ne sont plus strictement amhara dans la mesure où les interactions ville/campagne se développent et où la ville ne représente plus un corps étranger en territoire wolaita.

44À toutes les activités inventoriées en ville (fonctionnaires, commerçants et domestiques), il faut également ajouter celle non négligeable des agriculteurs. Qu’ils cultivent des exploitations urbaines ou bien rurales, ils maintiennent un lien fort entre la ville et la campagne et permettent de nombreux échanges entre ces deux espaces.

Paysages ruraux dans des qebelé urbains

45Le paysage des villes wolaita ressemble encore beaucoup à celui des bourgs. Toutes les villes se caractérisent par le maintien d’éléments ruraux au sein même de ce que l’on ne saurait considérer comme un tissu urbain ou une agglomération, mais davantage comme une unité administrative urbaine : un qebelé urbain. Toutes les villes, y compris Soddo, Boditi et Areka, offrent, dès que l’on s’éloigne de l’artère principale, des paysages identiques à ceux des qebelé ruraux. Les fermes bordées d’enset et parfois même de champs composent ces paysages d’un genre particulier (photo 27). L’on observe sur les clichés urbains de Soddo de véritables exploitations agricoles associant une plantation d’enset et un gosha réduit. Ces « exploitations urbaines » ne se distinguent des exploitations rurales que par leur superficie plus réduite, mais guère par leur orientation agricole. Rappelons que les concessions attribuées aux urbains ne dépassent pas les 1 000 m2. De même, les espaces de progression du front d’urbanisation s’apparentent pleinement à des espaces ruraux, comme nous pouvons le voir sur la photo qui représente la limite sud de l’agglomération. Celle-ci a d’ailleurs considérablement progressé depuis que nous l’avons découverte en 1998 ! (photo 28)

46L’ubiquité des paysages ruraux est une conséquence directe du mode d’apparition des villes, le tracé des qebelé urbains venant enclore des espaces ruraux plus ou moins densément peuplés – à l’exception des basses terres où les emplacements urbains correspondaient à des zones vides. Depuis la période de fondation des villes (années 1960), le gouvernement confisqua régulièrement les terres des paysans pour loger ses employés, dans un premier temps, et les nouveaux urbains par la suite. Dans l’ensemble, tous les paysans s’accordent à dire qu’il suffit de faire une demande au qebelé pour obtenir de la terre. De fait, pour pouvoir bénéficier de réserves foncières, les municipalités pratiquent diverses formes de confiscation des droits sur le sol : les « propriétaires » absents pendant trop longtemps se voient expropriés et les « propriétés » les plus étendues sont amputées : elles passent actuellement de 500 m2 à 300 m2 dans la ville d’Areka. Il n’est alors pas rare que les anciens urbains suivent, au sein de leur ville, un parcours assez complexe : ils obtiennent souvent des concessions en centre-ville puis sont délogés pour des raisons diverses (construction d’une école à Gesuba, nécessité de loger le personnel administratif à Areka) et se retrouvent finalement en périphérie de la ville, et parfois même en périphérie du qebelé urbain.

Photo 27 – Dans la capitale, le quartier du « vieux Soddo » abrite autant d’eucalyptus que d’enset, et seule la densité des maisons et l’abondance des toits en tôle nous signalent l’existence d’une ville.

Photo 28 – En direction de Humbo, sur la route qui mène à Arba-Minch, un front d’urbanisation progresse très rapidement au sud de Soddo. Il accueille aujourd’hui de nombreux fonctionnaires, mutés dans la capitale à l’occasion de la réforme administrative de 2000, et représente donc un quartier relativement riche.

47La tenure foncière des « exploitations urbaines » est donc particulièrement instable et les nombreuses confiscations des qebelé fragilisent grandement ces agriculteurs d’un nouveau type, encore plus dépourvus que leurs frères ruraux. La pression foncière gagne peu à peu toutes les villes du Wolaita et provoque une réduction de la superficie des exploitations urbaines, ce qui oblige souvent leurs propriétaires à conserver une activité agricole en milieu rural.

Les agriculteurs à temps partiel

48La persistance de pratiques agricoles en ville est le fait de contacts fréquents avec la région de naissance des nouveaux urbains ou plus simplement de l’exercice d’une activité agricole dans les exploitations rurales. De nombreux urbains sont donc agriculteurs à temps partiel, que ce soit sur des exploitations urbaines ou rurales.

Le cas de Menza Mana, résidant à Gesuba, est particulièrement représentatif de la double activité des urbains. Cet homme est né peu après le départ des Italiens dans les hautes terres de Sadoyé. À l’âge de 15 ans, son père qui ne pouvait plus subvenir à ses besoins l’envoya chez son oncle, résidant à Gesuba. L’enfant y poursuivit ses études jusqu’à ce que ses cousins grandissent et deviennent prioritaires : le jeune homme fut invité à subvenir seul à ses besoins. Ne pouvant obtenir une terre à Sadoyé, il demanda une terre au qebelé de Gesuba et l’obtint facilement, en tant que paysan sans terre. Il s’installa donc en 1980 en périphérie de la ville, où il vécut de l’agriculture, ne sachant rien faire d’autre. D’écolier il redevint fermier et cultive aujourd’hui une exploitation de 0,25 ha.

49Les cas semblables à celui de Manza Mana sont nombreux. Les nouveaux urbains s’établissent toujours en ville pour bénéficier de services typiquement urbains : électricité, proximité des services de santé, services administratifs… Mais, quelles que soient les raisons d’une telle installation, l’agriculture représente souvent le seul moyen pour beaucoup de Wolaita de subvenir à leurs besoins, en ville comme à la campagne. Tous ceux qui ont tenté leur chance dans un secteur d’activité urbaine (commerce, scolarisation) se voient contraints, en cas d’échec, à vivre de l’agriculture. Se pose alors pour ces « paysans urbains » un problème de pénurie foncière encore plus pressant qu’à la campagne.

50Aussi souvent que possible, les urbains conservent donc leur terre à la campagne, et réclament leur part d’héritage sur l’exploitation paternelle, où ils pratiquent plus ou moins directement une activité agricole. Un tiers des personnes interrogées dans les villes d’Areka, de Bele et de Gesuba vit toujours sur l’exploitation paternelle. Devenues urbaines sans émigrer du fait de l’étalement des circonscriptions urbaines, ces personnes ne peuvent pas avoir de droits sur une terre en dehors de la ville, alors que, soumises à la législation foncière urbaine, elles voient leur parcelle diminuer. Les autres, les « nouveaux urbains », un peu plus des deux tiers, conservent une terre à la campagne que certains (une petite moitié) cultivent en faire-valoir indirect. La plupart du temps, la mère de ces exploitants y réside seule (si le père y résidait également la terre lui « appartiendrait » encore et ne pourrait être exploitée par le fils citadin), et la terre est mise en culture par un frère (aîné) resté sur place et possédant sa propre exploitation, à proximité. Les récoltes sont partagées entre les deux frères et plus rarement avec la mère. Mais ils sont presque aussi nombreux à abandonner à leur famille les produits de l’agriculture, en arguant de leur situation privilégiée de citadin – pour autant ils ne sont pas prêts à renoncer à leur droit sur le sol. Enfin, certains urbains cultivent directement leur terre, si celle-ci n’est pas trop éloignée de leur résidence et qu’ils peuvent s’y rendre à peu près une fois par semaine. Ces « agriculteurs du dimanche » ne représentent pas nécessairement les catégories de citadins les plus défavorisés puisque nous avons rencontré des enseignants se livrant à cette activité afin de compléter leurs revenus et d’être un peu moins dépendants des aléas liés au versement de leur traitement.

51L’agriculture d’appoint complète très souvent une autre activité. Ainsi, bien que les exploitations urbaines soient plus fragiles que celles de la campagne (faiblesse des superficies et instabilité de la tenure), les citadins sont mieux lotis que leurs cousins ruraux du fait de la diversification de leurs activités autorisée par le contexte urbain. D’après nos enquêtes et quelle que soit la nature de leur activité principale, 84 % des urbains pratiquent une activité secondaire, ce qui est très nettement supérieur aux faibles pourcentages observés en milieu rural. Le commerce constitue la principale source d’activité complémentaire des citadins, du fonctionnaire à l’agriculteur : 40 % des personnes interrogées disent le pratiquer. Viennent ensuite à part égale l’artisanat (couture et charpenterie) et les travaux non qualifiés de journaliers, lesquels peuvent s’effectuer dans des activités urbaines (maçonnerie, transport) comme rurales (manœuvre agricole lors des grands travaux de préparation des semis).

La ville marché, fragile exutoire du monde rural

52La richesse de la campagne se mesure à la fois par son surplus agricole, quoique fort réduit, mais surtout par l’abondance de sa main-d’œuvre, plus ou moins désœuvrée. Dans un tel contexte, la ville représente bien un marché, au sens propre du terme, un lieu de valorisation des productions agricoles, comme elle permet aussi la valorisation de la main-d’œuvre rurale. En un sens, la ville correspond à un débouché du monde rural et ne peut plus être considérée comme un élément étranger au Wolaita, même cette articulation demeure fragile.

53La personne et la fonction du delala, marchand de travail, symbolisent bien la nature des relations villes/campagnes dans le Wolaita. Le delala est un entremetteur chargé de recruter des employés pour le compte des employeurs qui font appel à lui. En réalité, ce sont surtout les demandeurs d’emplois qui lui demandent un travail, tant les termes du marché du travail sont en faveur des employeurs, peu nombreux et bénéficiant d’une abondante main-d’œuvre. En conséquence de ce déséquilibre, les delala sont rares dans le Wolaita – alors qu’ils sont nombreux dans les grandes villes de la vallée du Rift, notamment à Awasa, Shashemené et Arba-Minch. Il n’en existe qu’entre 5 et 7 dans la ville de Soddo et aucun dans les autres villes wolaita, où les personnes en recherche de travail vont directement se présenter sur les lieux d’embauche. La faible présence des delala dans la ville de Soddo témoigne d’un marché du travail en train de se structurer. De même, alors que la fonction de delala représente un métier suffisamment rémunérateur dans d’autres villes éthiopiennes, ceux de Soddo ne peuvent en vivre et la pratiquent souvent comme activité complémentaire.

La pratique de delala la plus achevée que nous ayons rencontrée est celle d’Abera, une femme gofa venue travailler à Soddo dans sa jeunesse. Séparée de son mari, elle vit avec ses cinq enfants, en périphérie de la ville, dans le « vieux » Soddo et ne possède pas même une plantation d’enset pouvant lui assurer quelques revenus. Elle pratique donc ce métier à temps complet et pour avoir suffisamment de contrats, elle loge et nourrit les demandeurs d’emploi pendant quelques jours. Ce service lui vaut d’ailleurs une certaine renommée dans la ville. Amenée fortuitement à pratiquer ce métier, à la demande de son ancienne patronne, elle le pratique depuis deux ans et réclame deux birrs à l’employé et deux à l’employeur pour tout arrangement conclu.

54Le terme de delala est un terme amharique qui ne possède pas d’équivalent en wolaitigna, tant sa fonction est étrangère aux pratiques régionales. Les pratiques sociales wolaita font que le recours à un entremetteur, dans le cadre du travail mais aussi de toutes autres relations sociales, ne se conçoit qu’au sein de la famille élargie ou du voisinage. Le delala est une réalité typiquement amhara, urbaine et moderne, puisqu’il met en relation des personnes qui n’appartiennent pas aux mêmes réseaux sociaux. Cette sociabilité urbaine témoigne de la rupture avec les attaches sociales de la campagne qui s’opère plus ou moins profondément pour le migrant.

55Si l’offre d’emploi est réduite dans le Wolaita, la main-d’œuvre est au contraire abondante : Abera reçoit entre 3 et 4 demandeurs d’emploi par jour, en période de pénurie alimentaire, surtout pendant les mois de soudure printanière. En moyenne sur l’année, les propriétaires des grands établissements de Soddo estiment le nombre de personnes se présentant spontanément à eux entre deux et cinq par jour, parfois plus les jours de marché.

56Ces migrants temporaires sont souvent jeunes et viennent tenter leur chance en ville. Le jour où nous avons rencontré Abera, elle logeait deux garçons : un de 15 ans, orphelin, ayant un peu fréquenté l’école (jusqu’au deuxième niveau) et bien décidé à rester en ville, un autre de 25 ans, en ville depuis 5 jours et résolu à retourner chez lui au plus vite s’il ne trouvait pas rapidement un bon emploi. En général, les migrants ne demeurent pas en ville plus de 3 ou 4 jours, le séjour y étant trop coûteux. Ils retournent à la campagne s’ils ne trouvent pas de travail et reviendront plus tard tenter à nouveau leur chance. Deux jeunes filles de 12 et 16 ans cherchaient également du travail ce jour-là, mais l’une d’elles s’apprêtait à retourner à la campagne. Ces jeunes travailleurs sont plus fréquemment originaires du proche arrière-pays des villes et témoignent ainsi de leur faible attractivité, à l’exception de Soddo qui attire des migrants originaires de toutes les régions du Wolaita. Néanmoins, les villes wolaita peuvent servir de débouchés pour les campagnes particulièrement peu encadrées, comme c’est le cas en pays daoro et gamo. L’émigration gamo est particulièrement exemplaire de ce rayonnement régional, favorisé par l’implantation du WADU, mais parfois plus ancien. Il n’existe pas de grande ville dans les monts gamo : les villes de Chencha et Gerese ne sont que de gros bourgs ne dépassant pas les 6 000 habitants dépourvus d’eau courante et jusqu’il y a peu d’électricité (Freeman, 2002 : 22). Certes, les Gamo bénéficient aujourd’hui du dynamisme récent d’Arba-Minch, mais Soddo constitue un débouché ancien qui continue d’être attractif.

57Les activités marchandes des villes sont les plus recherchées et l’attractivité d’une ville se mesure souvent à celle de son marché. Dans les années 1960, lorsque Wolde Semaat décida de la fondation des capitales de wereda, il attribua à chacune d’entre elles un jour de marché différent afin de limiter la concurrence entre ces centres, mais ne tint pas compte de la fréquentation des marchés ruraux, tout aussi déterminante dans les comportements paysans que celle des grands marchés urbains.

Photo 29 – Les marchés de wereda sont l’occasion d’un commerce varié. Les marchands de gros, comme les petits détaillants et les petits producteurs viennent y vendre ou y acheter des marchandises.

58Les marchés de campagne wolaita, les qotcha, se singularisent par leur mobilité et le fait qu’ils se poursuivent à la nuit tombée. Ils présentent différentes formes et fonctions liées à leur emplacement et à leur importance. De petits marchés de femmes s’organisent spontanément le long des routes. Ils rassemblent généralement entre 10 et 20 vendeuses et offrent toutes les apparences d’un débit de boisson, où les femmes vendent de la bière (talla et borde) et de l’alcool (araqé) aux hommes qui quittent les champs. Ils débutent donc en fin d’après-midi et durent jusqu’à 20 h ou 21 h, à la lumière des lampes à pétrole. À l’exception des femmes qui viennent y faire du petit commerce, ces marchés sont surtout, pour les hommes, des lieux de socialisation et de consommation.

59Le marché local de voisinage, qui correspond plus ou moins au marché du qebelé, se tient quotidiennement et rassemble des populations nettement plus nombreuses : un demi-millier de personnes, selon les densités régionales. Également tenus en fin de journée, ces marchés génèrent une activité économique plus importante et jouent un rôle considérable dans les budgets paysans. Les femmes y vendent légumes, condiments et nourriture et se fournissent en divers biens de consommation domestique courante ou en nourriture pendant les mois de soudure.

60Les marchés « villageois » et les marchés de wereda représentent le niveau supérieur (photo 29). Ils ont la même fonction mais accueillent plus de commerçants masculins et mettent en vente des produits plus rares (vêtements, bétail…). Le marché de Soddo restant, bien sûr, le plus développé, les marchés villageois, tels ceux de Bekulo-Sanyo ou de Dalbo, fonctionnent davantage comme des marchés d’approvisionnement régulier que comme les grands centres d’échange que sont les marchés des capitales de wereda. Ils se tiennent, comme les petits marchés, sur les places de qebelé, selon des fréquences plus réduites de deux à trois fois par semaine.

61Les diverses fonctions marchandes sont bien réparties dans l’espace wolaita et obéissent à une stratification précise. Les petits marchés féminins offrent la possibilité d’un approvisionnement régulier alors que les gros marchés plus fréquentés par les hommes permettent des transactions commerciales plus rares et une meilleure valorisation des produits. Le cas du marché de Dalbo est assez particulier : bien qu’il soit considéré comme un marché villageois du point de vue administratif, il revêt l’apparence d’un grand marché urbain, puisque le jour de sa tenue est connu dans tout le Wolaita. De plus, la majorité des personnes qui habitent aux limites des wereda de Soddo-Zuria et de Damot-Gale fréquentent ce marché, et très rarement les marchés de Soddo ou de Boditi, pourtant fort peu éloignés. Nous le considérons donc comme un marché urbain, car il ne fonctionne pas comme un marché « domestique ». C’est l’un des très rares lieux dans le Wolaita, avec Bekulo-Sanyo, qui soit un grand marché sans être une ville !

62Dans l’ensemble le choix du type de marché obéit à des raisons précises plus ou moins liées à la nature des produits commercialisés : Gununo est célèbre pour les ustensiles domestiques que l’on peut y trouver, Bele pour son gingembre bon marché, et Gesuba et Humbo pour la qualité de leur bétail. Mais l’environnement économique régional fait que certains marchés ruraux peuvent offrir des intérêts comparables en termes de valorisation des produits agricoles. Ainsi, les marchés d’Abela sont régulièrement visités par les acheteurs en gros de coton et de maïs.

63Hommes et femmes fréquentent différents marchés. La préférence des femmes pour les marchés de voisinage est une conséquence directe de leur charge de travail quotidienne, nettement plus lourde que celle des hommes – à l’exception de quelques périodes de gros travaux agricoles. La fréquentation d’un marché urbain ou même villageois nécessite en effet dans bien des cas de longues heures de marche.

Galcha Gadabo qui habite dans le qebelé de Sorto (Kindo-Koïsha) fréquente les marchés de Soddo, Bele et Gununo et néglige le marché local qu’il considère comme « un marché pour les femmes ». Se rendre à Gununo lui prend trois heures, soit six heures perdues dans une journée auxquelles il faut ajouter les heures passées sur le marché. Une charge horaire qui se révèle beaucoup trop lourde dans l’emploi du temps des femmes wolaita.

64Les villes abritent certes des marchés fréquentés mais demeurent des centres d’emplois relativement démunis et modérément attractifs. Cette situation contrastée provient semble-t-il de la lente appropriation du fait urbain par les Wolaita. Il est vrai que les savoir-faire agricoles des Wolaita, largement encouragés par les gouvernements successifs, réduisent les possibilités de développement urbain et que la faible articulation du Wolaita aux autres régions, depuis son intégration à l’empire, affaiblit également l’attractivité des villes, qui demeurent davantage des villes omotiques que proprement wolaita.

Sur les bancs des églises et de l’école

65L’identité éthiopienne et le positionnement des identités régionales se construisent sur les bancs des églises et de l’école. Les deux institutions représentent une forme d’encadrement des espaces et des populations éthiopiennes particulièrement bien adaptée au milieu rural, dont le rayonnement est beaucoup plus important que celui des villes. De façon assez paradoxale, l’École dispense un savoir amharisant mais véhicule depuis le Derg les fondements de l’identité culturelle et historique du Wolaita. De même, les Églises transmettent diversement une identité wolaita : l’Église nationale éthiopienne (tehawedo) est un remarquable vecteur d’amharisation, alors que l’Église protestante et les diverses Églises évangéliques, dites Églises penté, alimentent la résistance wolaita et servent parfois de matrice à l’élaboration d’une identité wolaita toujours en évolution. L’Église garantit l’intégration symbolique à un espace culturel et l’École construit tant bien que mal une intégration par la base des paysans wolaita.

État, nations, peuples et Églises du Wolaita

66La théocratie choanaise lie indiscutablement l’intégration politique et la conversion des âmes, de même que le césaro-papisme impérial détermine aussi bien les affaires du palais que les menées coloniales. L’Église nationale éthiopienne orthodoxe (tehawedo) se présente ainsi comme une véritable religion d’État dans ce Wolaita nouvellement conquis qui subit par ailleurs d’autres influences religieuses. Les appétits impérialistes occidentaux, privés du contrôle politique sur ces régions tant convoitées, se replièrent sur un mouvement missionnaire de grande ampleur qui toucha le Wolaita dans les années 1920 et qui demeure très vivace, à travers le développement de l’Église protestante et des nouvelles Églises penté.

67L’Église orthodoxe, en suivant les canaux de la pénétration amhara du Wolaita, s’adresse d’abord à des populations urbaines alors que l’Église protestante, plus clandestine à ses débuts, entra dans le Wolaita par les campagnes, ce qui lui vaut aujourd’hui une bien meilleure intégration. La diversité de statut des Églises se manifeste par une surprenante opposition entre la ville et la campagne comme si, une fois encore, la géographie démontrait combien l’implantation amhara est faible dans le Wolaita où elle négligea trop longtemps le monde rural.

68La question de la christianisation précoce du Wolaita constitue l’une des pierres d’achoppement de l’histoire du Wolaita et conditionna longtemps les rapports que la région entretint avec le pouvoir central – davantage en théorie qu’en pratique d’ailleurs. La Tradition nous apprend que le Wolaita fut converti précocement, du temps du roi Motolomé, par le saint Teklé Haïmanot (1215-1313), envoyé sur un nuage par Saint Michaël, afin d’évangéliser le Wolaita. Sans doute les Wolaita eurent-ils quelques contacts, dont on ignore la nature exacte, avec les moines errants ou établis dans des communautés des îles qui parsèment les lacs du Rift, mais une christianisation de la société tout entière ou même simplement de la famille royale semble peu probable.

69La prétendue conversion du Wolaita repose en réalité sur une transposition historique qui cache les visées annexionnistes de Ménélik II : l’assimilation du Wolaita au royaume de Damot. Il s’agit de présenter la conquête du Wolaita comme une Reconquista, ce qu’elle ne fut pas. Gébré-Sellassié, chroniqueur de Ménélik II, fait référence à la christianisation du royaume de Damo mentionnée dans l’hagiographie de Teklé Haïmanot (Bureau, 1982 : 231) dont l’existence est bien avérée mais qui ne s’est probablement jamais rendu dans le Wolaita. Ce faisant il légitime l’épisode sanglant de la conquête du Wolaita. La supposée christianisation précoce du Wolaita ne serait donc qu’un outil de revendication territoriale, sans doute plus légitime que les motivations politico-économiques de l’Aqanna.

70Le paganisme wolaita est pourtant criant dans l’absence de toute référence à la foi orthodoxe avant l’intégration à l’empire. Ni églises, ni monastères ne sont édifiés dans le Wolaita avant l’arrivée des troupes de Ménélik II, et aucun témoignage de culte chrétien n’apparaît dans l’enceinte du palais royal de Dalbo. À l’inverse, des Églises orthodoxes ont vraisemblablement été fondées en pays dorzé bien avant son intégration à l’empire. La première édification d’une église sur les hauteurs de Soddo, en lien direct avec les colonies amhara, plaide en faveur d’une christianisation qui débuta avec l’intégration politique et laisse envisager le rôle politique de cette église qui devint aux mains des gestionnaires du Wolaita un outil très efficace de contrôle territorial et d’encadrement des populations.

L’orthodoxie, l’Église d’État

71Pour toute une série de raisons qui tiennent aux remous de l’histoire politique et religieuse éthiopienne, la surveillance ecclésiastique fut longue à se mettre en place dans le Wolaita et se poursuit encore aujourd’hui sous la pression grandissante des Églises penté. La dernière église orthodoxe de Soddo-Zuria fut ainsi édifiée à Shamba Kelena, en 1998 !

72L’administration ecclésiastique orthodoxe se fonde sur le principe de l’accommodation, paroisses et diocèses se confondent avec les wereda et les qebelé. Il existe un responsable de l’Église dans chaque wereda, lequel se trouve en relation directe avec le prêtre chargé du ministère du Wolaita. Malgré l’importante centralisation de cet appareil, les fidèles sont relativement autonomes dans l’édification des bâtiments ; ils demandent au qebelé des concessions foncières, lequel répercute la demande au niveau du wereda, puis de la Zone et, parfois même, de la région. Sur les terres ainsi allouées, la communauté construit avec ses moyens, à savoir la dîme prélevée sur les fidèles, les bâtiments proprement dits – le patriarcat d’Addis-Abeba ne participant qu’à la construction des églises importantes, et non des simples églises de campagne.

73Les églises, quelle que soit leur taille, offrent peu de services aux populations ; il existe un seul dispensaire orthodoxe situé à Soddo. Avant les politiques restrictives du Derg, les églises dispensaient un enseignement général, et éduquaient un nombre important d’enfants. Aujourd’hui, elles n’enseignent plus guère que le catéchisme et ne contribuent pas à favoriser le contact entre les Wolaita et l’Église orthodoxe qui reste une Église d’État. Pourtant, en raison de son institutionnalisation politique, le réseau des églises orthodoxes témoigne d’un assez bon encadrement territorial. Le wereda de Soddo-Zuria qui est le plus anciennement christianisé abrite ainsi 31 églises à peu près également réparties sur le territoire du wereda, dont 7 se situent dans la ville de Soddo. Mais malgré cela, les églises orthodoxes restent relativement éloignées des fidèles (tabl. 21).

74Avec une église pour 7 000 personnes environ et pour 2 560 fidèles en moyenne, l’encadrement de la population – et non du territoire – est assez médiocre. Les églises ne bénéficient d’un rayonnement important que très occasionnellement, lors de cérémonies particulières. La fête de saint Gabriel, par exemple, attire en nombre dans l’Église du même nom des personnes originaires de tout le Wolaita. Alors que l’église est beaucoup moins fréquentée au moment des célébrations courantes. L’église orthodoxe n’est donc pas encore une église de proximité. Sur les 137 prêtres de tous niveaux qui servent dans le wereda de Soddo-Zuria, seuls 37 sont wolaita, les autres sont principalement amhara ou locuteurs d’amharique et nombre d’entre eux, surtout lorsqu’ils sont âgés, ne parlent pas wolaitigna !

75En comparaison, l’Église protestante et dans une certaine mesure les Églises penté font preuve d’une meilleure implantation, laquelle traduit un statut bien différent de ces Églises, davantage considérées comme autochtones, aussi extraordinaire que cela puisse paraître. Le protestantisme y est ainsi la première Église en nombre de fidèles (tabl. 22).

Source : CSA, 1998, vol. I, part I, et entretiens.
Tabl. 21 – Encadrement tewahedo (orthodoxe) de la population.

Source: CSA, 1998, vol. I, part I.
Tabl. 22 – Les religions du Wolaita (exprimées en pourcentage de la population totale).

76L’Église éthiopienne tewahedo n’encadre qu’un tiers de la population wolaita, proportion que l’on retrouve, à peu de choses près, dans toute la région SNNPR, où elle est assez mal implantée. En revanche, la confession protestante domine dans la région alors qu’elle ne séduit, comme l’Église orthodoxe, qu’un tiers des habitants de la région Sud (CSA, 1998, vol. I, Part I : 217). Le Wolaita correspond donc bien à une région de forte présence protestante, notamment parce qu’il servit de base aux missions d’évangélisation de la région ométo qui furent dirigées par la suite vers le pays gamo. Il est néanmoins regrettable que les diverses églises penté, adventistes, pentecôtistes, baptistes, luthérienne (Mekane Yesus, Jésus seul), Meserete Kristos (fondation du Christ), Mullu Wengel (tout l’Évangile) soient assimilées à l’Église protestante lors des recensements de la population. Ce qui est d’autant plus dommageable que ces nouvelles Églises connaissent aujourd’hui un essor jamais vu dans le Sud éthiopien et qu’elles mériteraient ainsi une distinction plus nette d’avec la branche protestante. Mais sans doute, le fait qu’en ville l’ensemble de ces croyants partage les mêmes cimetières autorise ce rapprochement – à la campagne, les fidèles sont enterrés sur leurs terres, les Églises n’y possédant pas de cimetières.

77Seuls les deux wereda de Soddo-Zuria et de Bolosso-Sore, précocement christianisés, offrent une bonne représentation de l’orthodoxie ; à l’inverse, les wereda enclavés de Kindo-Koïsha et de l’Ofa abritent encore des fidèles de la religion traditionnelle, et le reste du territoire semble converti au protestantisme. La diversité cultuelle s’exprime également par la grande disponibilité locale des églises, toutes appartenances confondues. À proximité d’Humbo, les fidèles ont accès à deux églises orthodoxes, deux églises protestantes, deux églises évangéliques et une église catholique.

Qale Heiwot (protestantisme), une Église pour le peuple

78L’Église protestante occupe une position très paradoxale dans l’identité wolaita. Importée au début du siècle par des missionnaires américains, elle fut adoptée en masse par les populations wolaita et constitue aujourd’hui une des facettes de leur identité.

79La Sudan Interior Mission (SIM), mission d’évangélisation protestante, pénètre le Wolaita à partir de 1919. Les missionnaires américains avaient prévu de se rendre à Jimma, mais leur route croisa à Hosaïna celle de la femme du gouverneur local qu’ils soignèrent avec succès. Le gouverneur du Wolaita (Dejazmat Gezu), assistant à l’événement, les invita alors à s’établir dans le Wolaita et leur obtint un laisser-passer pour l’ensemble de la région Sidamo. Le gouverneur Gezu leur donna également 10 ha de terre à quelques kilomètres de Soddo, dans le lieudit d’Otona, pour les maintenir à proximité. L’évangélisation demeura très discrète dans les premières années et se pratiqua en secret de l’Église orthodoxe, à la faveur des soins dispensés par les missionnaires et de préférence en dehors de la ville. L’arrivée des Italiens permit aux protestants de se montrer au grand jour mais coïncida également avec le départ des missionnaires étrangers, qui baptisèrent huit hommes et deux femmes chargés de poursuivre leur enseignement.

80Au retour des missionnaires étrangers, après 1941, l’évangélisation du Wolaita avait considérablement progressé : le nombre de fidèles s’élevait alors à une dizaine de milliers de personnes, selon le pasteur Markina Madja, qui avaient bâti environ 150 établissements. La rapidité de cette conversion et surtout sa nouvelle étendue surprirent considérablement les missionnaires qui les considérèrent comme un miracle. La parenthèse italienne avait en outre permis à l’Église protestante de devenir une Église nationale, dont le dogme était désormais prêché par des Wolaita, en wolaitigna. Cela contribua sans doute beaucoup à son succès régional, alors que l’Église orthodoxe ne s’ouvrait que très modérément aux aspirants wolaita. Le mouvement prit alors le nom amharique de Qale Heiwot (La parole de vie).

81Le foyer wolaita servit de base à l’évangélisation des régions voisines, conjointement menée par des missionnaires locaux et wolaita : le pays gamo se convertit ainsi en masse dans les années 1960, même si aujourd’hui D. Freeman estime que sa conversion demeure plus mesurée que ne l’a été celle du Wolaita (Freeman, 2002 : 36-37). De même, les régions arsi, kambatta, hadiya et daoro furent évangélisées à partir du Wolaita, et des « clergés locaux » s’y établirent très rapidement. Parallèlement, l’Église protestante conforta son assise dans le Wolaita, notamment par l’achat de terre dans la région d’Otona en périphérie de Soddo afin d’y établir des « Centres de Conférence », sièges de célèbres prêches, auxquels se rendent, au moins une fois par an, les croyants originaires de toutes les régions.

82La puissance protestante s’explique donc aujourd’hui par son ancienneté, par le nombre de ses fidèles, et par sa bonne implantation en milieu rural. Comme dans l’Église orthodoxe, le denier du culte provient directement de la poche des fidèles – les premiers baptêmes coûtaient 20 centimes au croyant –, il permit l’achat de terres supplémentaires dans la région d’Otona, la superficie totale de leur concession s’élevant aujourd’hui à 20 ha, selon le pasteur Madja. Les services que dispense l’Église protestante sont ainsi nettement meilleurs que ceux de l’Église orthodoxe : trois cliniques en plus de l’ancien hôpital d’Otona aujourd’hui nationalisé, six jardins d’enfants ainsi que des écoles bibliques, un programme de forages de puits et bien sûr une activité de foresterie en association avec le ministère de l’Agriculture. En outre, l’Église protestante dispose d’un statut quelque peu différent de celui de l’Église orthodoxe. Jusqu’au début des années 1990, quand les fidèles cherchaient à ériger un nouveau bâtiment, ils ne demandaient pas la terre aux autorités du qebelé, par peur des nationalisations abusives, leur Église ne dépendant pas du même statut foncier que l’Église orthodoxe. Les terres qui composent l’essentiel du domaine protestant ont donc été « données » par des fidèles. Notons que toutes les autres Églises, à l’exception de l’Église catholique déjà bien pourvue par le gouvernement italien, procédaient de la même façon pour obtenir de la terre. Aujourd’hui, la tolérance religieuse de l’actuel gouvernement autorise à nouveau les recours auprès du qebelé, ou du wereda, mais les cultes se multipliant – du fait même de cette libéralité –, les dons paysans sont toujours les bienvenus.

Orthodoxie et protestantisme, Église des villes et Église des champs

83Le bon niveau d’implantation rurale de son Église, la nationalité de son clergé et l’utilisation du wolaitigna font du protestantisme un dogme extrêmement accessible. À la différence de l’Église orthodoxe, l’Église protestante n’est pas organisée sur le principe de l’accommodation.

84Elle possède sa propre administration, dans laquelle le centre d’Otona est directement responsable des 17 Kefele Mahaber qui divisent le Wolaita – chacun de ces Kefele Mahaber regroupant environ une cinquantaine d’églises.

85Le territoire wolaita abrite aujourd’hui 827 églises Qale Heiwot, contre seulement 162 églises orthodoxe (photos 30 et 31) ! L’encadrement territorial dont fait preuve le protestantisme est effectivement sans commune mesure avec celui de l’Église orthodoxe. Le qebelé de Wormura (Bolosso-Sore) est particulièrement représentatif de la qualité de cet encadrement protestant : les paysans y recensent 16 églises protestantes et penté, contre une seule église orthodoxe et une seule église catholique. En moyenne dans le wereda, le rapport de représentativité entre les deux institutions est de un à quatre ou cinq, en faveur de Qale Heiwot – sauf en ville où celui-ci diminue considérablement. En effet, la sureprésentation des églises protestantes, au sens large du terme, se réduit considérablement en ville où les autres confessions officielles, ou l’ayant été, sont mieux représentées.

Photo 30 – L’Église orthodoxe urbaine affiche par son architecture un certain prosélytisme alors que les églises protestantes rurales sont plus modestes. L’église orthodoxe de Sainte-Mariam située au sud de Soddo se remarque par la richesse de son décor et la jeunesse de sa construction.

Photo 31 – Au contraire des édifices orthodoxes, l’église protestante du qebelé de Larena (Humbo) ne se distingue guère des autres bâtiments administratifs du Wolaita.

86Pourtant en termes d’encadrement de la population, les protestants ne sont guère plus nombreux que les orthodoxes, soit 546 282 protestants – desquels il faut déduire les adeptes des Églises penté – contre 457 364 orthodoxes (CSA, 1998). La différence entre les deux Églises se fait donc bien en termes d’encadrement territorial et plus particulièrement en fonction du type d’espace privilégié par les politiques d’évangélisation.

87L’orthodoxie, ancienne Église d’État, s’implante plus naturellement en ville, alors que le protestantisme, clandestin à ses débuts et quelque peu méprisé par les autorités éthiopiennes, demeure à la campagne. En réalité, les politiques foncières nationales expliquent en partie cette implantation rurale des églises protestantes et penté. En ville, les urbains sont locataires des terres du qebelé, et maîtrisent de fait assez mal la gestion de leur terrain, alors qu’à la campagne les paysans ont plus de latitude quant à l’utilisation de leur droit d’usufruit et peuvent en faire don à l’Église. À cet égard, le pasteur de l’Église luthérienne observait que les concessions urbaines sont toujours plus vastes que celles de la campagne, ce qui explique en partie l’absence de cimetière dans les églises rurales. Aujourd’hui, les fidèles urbains sont deux fois plus nombreux chez les orthodoxes que chez les protestants, et ce plus particulièrement dans le wereda de Soddo-Zuria.

88Quelle que soit l’implantation des différentes églises, orthodoxes et protestants peuvent être amenés à parcourir de grandes distances à l’occasion de célébrations particulières. Les protestants, d’où qu’ils viennent, se rendent une fois par an à Soddo/Otona, où se tient une grande « Conférence ». De même, les orthodoxes fréquentent d’autres églises que celle qui se trouve au plus près de leurs habitations, celle de Dalbo (Saint-Giorgis) est très célèbre dans le Wolaita, elle suscite les pèlerinages les plus suivis. Bien entendu le rayonnement de ces fréquentations varie d’un croyant à un autre et d’aucuns peuvent se contenter de leur église locale – en général, même les orthodoxes les plus convaincus ne fréquentent pas plus de cinq à six églises différentes. En raison de la multiplicité de patronages des églises orthodoxes – St-Michel, St-Gabriel, St-Teklé Haïmanot, le Père et le Saint-Esprit sont les plus couramment représentés dans le Wolaita –, les fidèles s’évertuent à se rendre dans différentes églises et donc à couvrir des trajets nettement plus longs que les protestants qui se déplacent peu. Les grands centres de « Conférence » protestants sont moins nombreux que les églises orthodoxes, toutes susceptibles d’être très attractives à une période du calendrier. Alors qu’il existe deux types d’églises protestantes déterminés en fonction de leur attractivité et de l’importance de la cérémonie, rare ou courante, les orthodoxes utilisent le même bâtiment dans les deux occasions.

89La distinction entre protestantisme et orthodoxie se renforce également des différences liturgiques qui opposent la ville et la campagne. Les orthodoxes prêchent en amharique et certains passages de l’office sont même récités en guèze, langue liturgique de l’Église tehawedo, alors qu’à la campagne le guèze n’est utilisé qu’à l’occasion des grandes célébrations annuelles, et jamais pour les messes hebdomadaires, comme c’est le cas en ville. Depuis 1966, certains passages de la Bible sont, au contraire, traduits en wolaitigna dans les campagnes. Le recours au wolaitigna et l’absence de référence au guèze s’expliquent par la différence d’éducation religieuse entre les citadins et les ruraux. Le responsable de l’église de Teklé Haïmanot déplore ainsi l’inculture des campagnards qui ne connaissent pas l’histoire de l’Église et qui ont parfois du mal à comprendre les subtilités de la Trinité trihypostatique. Il reconnaît qu’« à la campagne, l’Église orthodoxe n’a pas dépassé le stade de l’évangélisation, alors qu’en ville les gens sont éduqués et sont ainsi de vrais croyants » – en partie d’ailleurs parce qu’ils ne sont pas wolaita ! De tels propos confirment la portée politique de la conversion au christianisme orthodoxe et le fait que cette religion demeure pour beaucoup celle des Amhara et amharisés.

90À l’inverse, les protestants ont dépassé le stade de l’évangélisation puisque les pasteurs sont tous wolaita. Cette profonde acceptation du dogme protestant vient sans doute de certaines simplifications dont il fut l’objet, mais également d’un recours beaucoup plus précoce et complet au wolaitigna. Dès 1933, les Évangiles de saint Marc et de saint Jean furent traduits en wolaitigna par le pasteur américain Oman qui utilisa largement la forme du gospel plus adaptée aux conversions massives. Le Nouveau Testament fut intégralement traduit au début des années 1980, et la traduction de l’Ancien Testament fut terminée en 2002 – des exemplaires sont d’ailleurs édités dans les presses d’Otona ! Cet effort de traduction des textes sacrés et notamment du Nouveau Testament dans les langues vernaculaires est constant chez les missionnaires de la SIM, puisque la première traduction en orominya date de 1897 (celle en wolaitigna fut la deuxième). Il en existe aujourd’hui dans toutes les langues des peuples convertis.

91La distinction entre l’orthodoxie et le protestantisme constitue donc une manifestation politique de l’intégration du Wolaita à l’empire amhara, puis à l’État éthiopien. Nombreux sont ceux qui voient dans l’adoption du protestantisme une tentative de résistance politique à l’amharisation et pensent que cet élan pour la foi protestante correspond au choix d’une religion qui ne soit pas celle de l’« occupant », à une période où la religion des Wolaita fut mise à mal par la chute du roi Tona, gardien des rites (Freeman, 2002). Mais on peut également considérer ce choix comme une forme de résistance culturelle, une tentative de reconstruction de l’identité wolaita, en partie déconstruite après l’intégration à l’empire.

Le Wolaita, une terre d’Évangile

92L’identité actuelle du Wolaita est donc intimement liée au protestantisme. Or, cette identité se confronte à une nouvelle mutation du fait de l’attrait soudain et important des anciens chrétiens pour les nouvelles chrétientés penté.

93Aujourd’hui, le Wolaita, comme l’ensemble du Sud éthiopien, connaît un vaste mouvement d’évangélisation développé par des églises penté, baptistes et évangéliques (Fargher, 1998). Très spectaculaires, ces mouvements touchent encore peu de personnes parmi les protestants qui sont pourtant les premiers concernés par de telles conversions. Nos enquêtes ne permettent pas d’estimer précisément le nombre des nouveaux convertis, qui sont en majorité des femmes et(ou) des jeunes et seule une vision dynamique des appartenances religieuses rend compte de l’essor des Églises penté. Que l’on considère à ce sujet la religion d’hommes nés dans les années 1950-1960, celle de leur père et celle de leurs enfants (tabl. 23).

Enquêtes 2000, 2001.
Tabl. 23 – Trois générations de chrétiens wolaita.
Note 1. Les musulmans ne sont pas pris en compte dans ce tableau. Nous tenons cependant compte de la religion traditionnelle, qui bien qu’elle ne soit pas chrétienne, nous aide à mesurer la rapidité des conversions au christianisme.
Note 2. La dernière génération est moins représentée que les deux précédentes car certaines personnes n’avaient pas d’enfants à l’époque des enquêtes. Nous ne prenons pas en compte la totalité des enfants, mais l’orientation globale de tous les enfants d’un même père, la religion la plus représentée est ainsi celle que nous indiquons.

94Comme l’indiquent les résultats du recensement, les populations orthodoxes et protestantes sont à peu près équivalentes, toutes générations confondues. Néanmoins, la proportion de ces dernières s’est considérablement accrue, puisqu’elles ne représentaient que 29 % des croyants dans la première génération contre 55 % dans la dernière et déjà 50 % dans la deuxième. Le protestantisme s’installe ainsi au fur et à mesure que l’orthodoxie disparaît chez les plus jeunes. De même, la religion traditionnelle a aujourd’hui totalement disparu dans la troisième génération qui s’oriente davantage que celle de ses parents vers les Églises penté et l’Église catholique dont le renouveau s’atteste chaque jour un peu plus dans le Wolaita. Les convertis aux Églises penté recomposent l’identité religieuse du Wolaita, à mesure que les appartenances religieuses se dispersent en de multiples chapelles.

La famille de Djibo Ololo, qui vit dans les basses terres d’Abela-Paratcho, est très représentative de la structuration religieuse des paysans wolaita. Le chef de famille est un protestant des premières heures (Qale Heiwot) ; il a aujourd’hui plus de 80 ans et n’a jamais connu d’autres religions. Son père n’avait pas de religion officielle, si ce n’est celle de la Tradition. Ses enfants, par contre, font preuve d’un exceptionnel éclectisme religieux : l’un d’eux est catholique, l’autre Mullu Wengel (pentecôtiste), un autre awariat (Église apostolique) et enfin le dernier appartient à l’Église Qale Heiwot.

95On dénombre 12 nouvelles Églises, pentecôtistes, adventistes, ou baptistes dans le Wolaita. Ces mouvements ont tous en commun une origine allogène et relativement récente, puisqu’ils fleurissent depuis 1991, date de la restauration de la liberté de culte. Dans l’ensemble ils sont subventionnés, du moins dans les premiers temps de l’évangélisation, par des fonds scandinave ou américain. Mais, rapidement, ces Églises fonctionnent sur financement local, grâce aux dons des croyants, en espèces, en nature, en terre ou en travail. Aujourd’hui, la multiplication des Églises penté alourdit les prélèvements sur les économies paysannes, et parfois de façon considérable lorsqu’il s’agit de dons en terre. Certes les concessions rurales représentent de petites superficies, mais elles sont nombreuses et se multiplient rapidement.

96L’exemple de l’Église pentecôtiste de Mullu Wengel donne un aperçu de ces processus d’évangélisation et de la façon dont l’appétit pour les nouvelles âmes se traduit rapidement en besoins fonciers. Aujourd’hui, cette Église penté est, aux dires de ses consœurs, la plus dynamique et opère de nombreuses conversions dans le Wolaita et ailleurs.

Le mouvement d’évangélisation pentecôtiste arriva à Addis-Abeba en 1965 et se propagea en direction de Jimma, Harar, Gondar et Nazrét. Il pénétra le Wolaita en 1970 et prit le nom de Mullu Wengel en 1972. L’évangélisation y fut conduite par trois étudiants originaires de la région de Damot, qui y installèrent leur première « station d’évangélisation ». Cette Église s’organise autour de « stations », dépendant d’une église locale. Lorsque les stations s’étoffent, elles s’affranchissent de la tutelle de l’église centrale et organisent leur propre réseau d’évangélisation, comme c’est aujourd’hui le cas à Humbo alors que toutes les autres dépendent encore de l’église mère de Soddo. Des réseaux s’établissent ainsi dans tout le Wolaita et même hors de ses frontières (carte 13). D’après les registres de la « station » centrale de Soddo, Mullu Wengel comptait 6 683 fidèles en 2000, dont 5 456 dans le seul Wolaita. Les autres se répartissent dans les régions voisines, gamo, daoro et kambatta. L’ensemble de ces fidèles est géré par l’église locale de Soddo, qui dirige un agrégat très hétéroclite de « stations d’évangélisation » : la plus importante étant celle de Soddo même, avec plus de mille fidèles, alors que celle de Dita Daramalo en pays gofa n’en compte que cinq ! Sur les 53 stations concernées, la moitié regroupe moins de 100 fidèles et témoigne ainsi de la jeunesse de cette Église, encore peu adoptée par la population wolaita – rappelons qu’une seule église orthodoxe regroupe en moyenne 2 560 fidèles !

97Le but de toute religion étant d’étendre au maximum son influence, le choix d’installation d’une nouvelle station dépend largement du contexte religieux : les zones vierges de toute influence sont choisies de préférence, mais elles se font aujourd’hui très rares dans le Wolaita.

Carte 13 – Implantation de l’Église Mullu Wengel dans le Wolaita.

98La course aux âmes que pratiquent toutes les Églises, et pas seulement les Églises penté, s’apparente tout à fait à une forme d’appropriation territoriale d’un genre nouveau qui se traduit également par une appropriation foncière. Les espaces peuplés sont ainsi contrôlés par une confession et font toujours l’objet de convoitises de la part des nouvelles religions qui souhaitent s’y implanter.

99Les périphéries du Wolaita sont le théâtre d’une lutte d’influence religieuse à laquelle participe l’ensemble des Églises. Les paysans d’Abela-Paratcho soulignent l’activité de l’Église catholique dans cette zone, et observent l’augmentation régulière du nombre de ses convertis. Dans cette course aux populations non converties, l’Église catholique possède des moyens très attractifs puisqu’elle est la seule à pratiquer la charité, notamment la distribution de vêtements et parfois même, pour les plus pauvres, d’argent ou de médicaments. Elle maintient un lien important avec les capucins italiens qui lui versent régulièrement des subsides. Indiscutablement plus riche que les autres, elle n’en est pas pour autant plus importante, si on se rapporte au nombre de ses fidèles.

100Les espaces périphériques demeurent ainsi des lieux favorables à l’implantation des nouvelles Églises, ou des Églises en renouveau. Ils représentent le dernier lieu de conquête de l’Église Mullu Wengel. Le mouvement d’évangélisation le plus récent, entre 1995 et 2000, se fait dans une double direction : une densification de l’emprise sur les espaces centraux, notamment ceux de la périphérie de Soddo-Zuria, ainsi qu’une appropriation des basses terres périphériques, jusque dans le qebelé de Zaro, aux confins du Wolaita et du pays daoro. L’engouement pour les basses terres est aussi très net autour du Settlement Area de Mentcha-Gogara (Ofa) et tout aussi manifeste dans celui d’Abela, où il est également plus ancien. La « station » d’Abela-Paratcho (Humbo) qui comptait 39 membres en 1995 et occupait la 35e position parmi 53 stations, se situe en 2000 en 11e position avec 221 fidèles. La station de Humbo, séparée de l’église de Soddo entre les deux dates, organise aujourd’hui son propre réseau d’évangélisation.

101La forte compétition qui existe entre les différentes religions se voit aujourd’hui renforcée par les modes de conversion, pour le moins rapides, qui participent largement à cette situation de front pionnier religieux. Les conversions sont nombreuses, rapides et peu durables : elles témoignent d’une identité religieuse encore mouvante. Il n’est pas rare de rencontrer des personnes qui quittent une religion pour demeurer libres de toute attache. Cependant, la forte pression sociale qui s’exerce autour des appartenances religieuses pousse les non-pratiquants à se rallier à un mouvement, souvent protestant d’ailleurs.

102Les conversions obéissent, dans l’ensemble, aux intérêts des personnes concernées : les Qale Heiwot interdisent les remariages, ce qui n’est pas le cas des catholiques, et interdisent également la consommation de tabac et d’alcool, ce qui n’est plus le cas des orthodoxes. Ils exaltent également une idéologie de la réussite sociale individuelle qui séduit les paysans et participe sans doute à leur succès. Toutes les Églises penté sont très contraignantes en ce qui concerne les interdits religieux, certaines vont même jusqu’à interdire les chants profanes et la danse. Paradoxalement, ce rigorisme renforce l’attrait exercé par ces religions en jalonnant clairement la voie du salut. Enfin, le faible encadrement de l’Église orthodoxe semble également constituer un obstacle et certaines personnes âgées se convertissent à une religion mieux implantée dans leur région.

Alisso Ardido avait plus de 60 ans quand nous l’avons rencontré dans le qebelé de Borkoshe (Kindo-Koïsha). Souhaitant être enterré religieusement, il s’inquiétait de ce qu’il adviendrait de son corps après sa mort. Ayant observé que depuis quelque temps plus personne ne prenait en charge le transport des défunts vers l’église orthodoxe qui se situe à plusieurs heures de marche, il s’est converti, lui et ses enfants, à la jeune Église de Heiwot Berehan, présente dans le qebelé.

103Contre toute attente, les conversions à la suite d’un accident (maladie, décès d’un proche) sont peu nombreuses, rares sont les personnes à se tourner vers d’autres religions pour espérer une meilleure réponse du ciel. La plupart du temps les motifs invoqués sont sociaux et non pas religieux : pouvoir vendre de l’araqé, ne pas rester seul le dimanche quand tout le monde va à la messe, se dispenser du long jeûne orthodoxe… La prédominance des conversions à motif social témoigne à la fois de la jeunesse du sentiment religieux chez ces populations mais également de l’importance, toujours plus grande, de celle-ci dans les pratiques sociales.

104La jeunesse des Églises, leur récente implantation sur le territoire wolaita ainsi que les comportements religieux plus ou moins changeants des populations contribuent à donner du Wolaita l’image d’une terre qui reste à convertir. L’implantation orthodoxe s’y révèle beaucoup plus superficielle qu’il n’y paraît et témoigne davantage d’une contrainte politique que d’une conversion profonde. Quant à l’Église protestante, qui semble pourtant solidement implantée dans la région, elle doit aujourd’hui faire face à l’assaut continu des Églises penté.

105L’identité religieuse du Wolaita donne à voir un territoire et une société encore jeunes, en formation. Qu’il soit né au xiiie siècle ne doit pas faire croire que ce territoire est vieillissant, croulant sous le poids d’héritages plus lourds les uns que les autres. Les forces qui sont à l’œuvre dans l’espace éthiopien, dont la religion constitue aujourd’hui l’une des plus vigoureuses du point de vue social, contribuent considérablement à son rajeunissement.

L’école, une intégration par le bas

106L’alphabétisation des populations est une autre forme de dynamiques sociales, qui devait permettre à terme une transformation profonde de ce territoire de paysans. La Zemecha, campagne d’alphabétisation initiée par le Derg, a permis au Wolaita de développer un assez bon niveau de scolarisation. L’école occupe une place ambiguë dans ce processus d’intégration territoriale puisqu’elle est à la fois l’école de l’Éthiopie et le garant de la culture wolaita, notamment grâce à l’utilisation du wolaitigna.

Le cursus scolaire éthiopien se compose de trois principaux cycles. Le plus répandu est celui de l’enseignement élémentaire, du Grade 1 au Grade 6, que les enfants atteignent vers l’âge de 12/14 ans, lorsque la scolarité est suivie. L’entrée dans le cycle scolaire peut être variable, des jardins d’enfants (largement développés par les Églises ou les ONG) accueillant les plus jeunes. Le cycle secondaire (Junior High School) débute au Grade 6 et se poursuit jusqu’au Grade 12. Au-delà, on entre dans l’enseignement supérieur qui n’est pas dispensé dans le Wolaita et oblige les étudiants à migrer.
En général, l’enseignement des deux premiers cycles, du moins pour partie, est mélangé au sein d’un même établissement, à l’exception de quelques lycées (Junior High School) qui regroupent les dernières années de ce deuxième cycle. La Soddo Comprehensive High School qui délivre un enseignement du Grade 9 au Grade 12 est l’école la plus qualifiée du Wolaita ; elle rassemblait 74 enseignants et 4 564 étudiants en 2001.

107Les données recueillies dans les antennes des wereda du ministère de l’Éducation donnent une vision peu représentative du niveau et de la qualité de l’enseignement scolaire dans le Wolaita. Les données exprimées en terme de fréquentation des élèves correspondent au nombre d’élèves inscrits dans les établissements scolaires. Or, en milieu rural, la scolarisation effective des élèves est très aléatoire et dépend de l’importance des travaux domestiques. Aussi ces données représentent-elles une estimation haute de l’assiduité scolaire, tout particulièrement chez les filles qui souffrent davantage de la variabilité et de la charge quotidiennes de leur emploi du temps. Les chiffres officiels soulignent une plus faible scolarisation des filles, de l’ordre de 1,8 à 2,2 fois inférieure à celle des garçons, selon les wereda.

108Les taux de scolarisation les plus représentatifs du Wolaita sont légèrement inférieurs à 30 % de la population des moins de 19 ans. Ces chiffres sont conformes à la tendance nationale et témoignent donc du bon encadrement scolaire du territoire wolaita. En effet, le recensement de 1994 estimait le taux net de scolarisation national dans le primaire à 12 %, et à 5 % dans le secondaire. Or, les résultats wolaita expriment une réalité équivalente : 16 % pour le primaire et 3 % pour le secondaire (CSA, 1998). L’efficacité de la zemecha semble donc avérée dans le Wolaita ; elle est même meilleure qu’au niveau régional de la SNNPR.

109On observe de légères variations à l’échelle des wereda. Le wereda central de Soddo-Zuria, qui possède 8 écoles secondaires dont la moitié se trouve à Soddo, attire les élèves des environs et présente un taux de scolarisation très élevé de 49 %, lequel témoigne plus de l’attractivité de la ville que de la réelle scolarisation des jeunes du wereda. À l’inverse, le wereda de Kindo-Koïsha offre un taux assez bas, de 22 %, qui traduit le caractère largement agricole de cette région où les enfants n’ont pas le loisir de fréquenter les écoles. Pourtant en termes d’infrastructures scolaires ce wereda est l’un des mieux pourvus et abrite de très nombreuses écoles, y compris dans les très basses terres de l’Omo.

110Dans l’ensemble le bon encadrement scolaire de la population souligne l’homogénéité de la répartition des écoles (carte 14). La plupart des qebelé sont dotés au minimum d’un bâtiment qui tient lieu d’école communale, dans certains cas les bâtiments peuvent être plus nombreux. Mais, malgré ce bon niveau général, le semis des établissements cache de nettes distinctions outre l’évidente différence entre la ville et la campagne. Les espaces les plus peuplés, que l’on peut considérer comme des espaces centraux, sont les moins pourvus en bâtiments scolaires. Ainsi, le flanc nord du mont Damot comme l’ensemble du wereda de Damot-Gale apparaissent sur la carte assez pauvres en écoles. La ville de Boditi n’offre que deux années d’enseignement secondaire à l’inverse de toutes les autres capitales de wereda qui proposent, pour la plupart d’entre elles, un enseignement complet.

Carte 14 – Encadrement scolaire du Wolaita.

111Les zones peu peuplées des basses terres présentent, au contraire, un très bon encadrement, tout à fait disproportionné au regard de leur niveau de peuplement. Le qebelé de Mashinga au nord du wereda de Kindo-Koïsha dispose ainsi de sa propre école rurale. Elle dispense un enseignement très élémentaire, mais privilégie ce qebelé en comparaison de ceux situés à l’est de Duguna qui ne possèdent pas même une école. L’encadrement scolaire des basses terres de l’Omo, de la Démié, et de la région d’Abela est ainsi de très bonne qualité et les écoles contribuent considérablement à l’intégration de ces espaces nouvellement mis en valeur. Le souci de scolarisation des habitants des basses terres témoigne de l’effort d’articulation des périphéries au reste du territoire, l’école étant un représentant de l’État au même titre que les autres. Toutefois, les bâtiments scolaires bien implantés dans les basses terres sont souvent peu fréquentés et les taux de scolarisation y demeurent faibles, à quelques exceptions près. Le qebelé d’Abela-Gefata qui possède une école enseignant jusqu’au Grade 4 se singularise par un taux de scolarisation extrêmement bas (5 %).

112L’environnement des basses terres paraît directement responsable de la faible fréquentation scolaire. L’abondance des pâturages et l’importance du cheptel local obligent les jeunes enfants à garder le bétail, alors que cette tâche est moins pesante dans les autres étages de la montagne wolaita. De même, les corvées d’eau sont plus importantes dans ces régions arides et occasionnent de longs déplacements qui réduisent considérablement les disponibilités horaires des enfants. Il est néanmoins probable qu’à plus ou moins long terme la qualité de l’encadrement scolaire des basses terres donne des résultats et que celles-ci accèdent à un bon niveau de scolarisation du fait de l’accessibilité des écoles. C’est déjà aujourd’hui le cas dans la communauté de Mentcha-Gogara, qui se caractérise par une faible dispersion du peuplement, et où le taux de scolarisation du qebelé atteint les 47 %.

113Enfin, l’école, comme la ville, est un lieu déterminant de l’intégration territoriale à l’Éthiopie puisqu’elle participe à l’enseignement de l’amharique, langue officielle avec l’anglais.

114L’enseignement de l’amharique, dont la maîtrise constitue aujourd’hui le premier vecteur d’intégration sociale, est assez particulier en Éthiopie. En raison des lois fédérales à base ethnolinguistique, le respect des langues régionales est un principe fondateur du système scolaire éthiopien. À l’exception des régions qui ne possèdent pas de langue vernaculaire commune, l’enseignement se dispense dans la langue régionale, ici en wolaitigna. L’amharique n’est enseigné qu’à partir du Grade 3, comme une langue étrangère, c’est-à-dire avec des cours délivrés en wolaitigna. À l’inverse, l’apprentissage de l’anglais débute dès le premier Grade. À partir du Grade 7, l’anglais constitue la seule langue d’instruction et prend le relais des langues locales utilisées jusque-là. L’enseignement n’est de fait jamais directement délivré en amharique dans les régions non « amharophones ».

115Couramment parlé en ville, où son apprentissage ne pose pas de problème, à la campagne, l’amharique est beaucoup plus aléatoire. D’après nos enquêtes, 52 % des personnes interrogées ne le parlent pas du tout et 22 % le parlent mal et le comprennent plus ou moins bien. Dans les régions enclavées, mais néanmoins scolarisées d’Abela, aucune des personnes interrogées ne parlait l’amharique. La faible maîtrise de cette langue en milieu rural traduit bien l’intégration récente et encore modérée de ces espaces au territoire éthiopien où seul l’amharique permet des échanges avec l’extérieur. La méconnaissance de l’amharique traduit certes l’enclavement des campagnes, mais également leur plus faible taux de scolarisation ou, tout du moins, la qualité (le suivi) de leur enseignement. Rares sont les ruraux à dépasser le Grade 7 dans leur scolarisation.

Le cas de l’école élémentaire de Pang-Bolosso (Damot-Woyde, dans les environs du mont Duguna) est représentatif du manque d’assiduité en milieu rural : 298 élèves sont inscrits dans le Grade 1, il n’en reste plus que 115 au Grade 2, et 90 au Grade 3, lorsque l’enseignement de l’amharique débute. Au final, ils ne seront plus que 28 au Grade 6, dont seulement quatre filles.

Un jeune territoire d’Éthiopie

116Les processus territoriaux de l’amharisation sont à la fois les outils politiques d’une appropriation et d’un contrôle du territoire. Mais ils constituent également de formidables leviers sociaux qui font entrer le Wolaita dans l’ère de la modernité. En intégrant ces outils de contrôle, le territoire Wolaita devient peu à peu éthiopien. L’appropriation réelle mais tardive des encadrements amhara est également favorisée par la nature du fédéralisme éthiopien qui garantit le respect des identités régionales et aide grandement à la conservation de l’identité wolaita.

117Les encadrements, appropriés par les Wolaita, sont mis au service de leur identité, laquelle se nourrit aujourd’hui d’une double dynamique, en résistance par rapport à l’amharisation et en acceptation des modes d’organisation du territoire imposés à cette occasion. Ce processus d’adoption, qui permet une transformation des territoires régionaux, donne naissance au vaste territoire éthiopien, somme de toutes ces naissances disjointes et décalées dans le temps. Rien d’étonnant donc à ce que le territoire national forme aujourd’hui une mosaïque composite.

Table des illustrations

Légende Source : CSA, 1998 : 27 et 43.Tabl. 18 – Les villes du Wolaita.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Photo 24 – Toutes les villes et tous les bourgs du Wolaita s’organisent le long d’une artère principale, mais c’est la ville de Soddo qui fournit l’exemple le plus accompli de cet urbanisme monumental. La route principale, dessinée par les Italiens, se poursuit jusque sur le versant du mont Damot.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2402/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Photo 26 – L’artère centrale de Humbo.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2402/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Enquêtes personnelles en 2001.Tabl. 19 – Dispersion des services administratifs dans les villes du Wolaita.Note 1. Incluant le personnel médical et administratif.Note 2. Seules les antennes administratives au niveau du wereda sont prises en compte, les antennes au niveau de la Zone ne sont pas comptabilisées dans ce tableau.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2402/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Source : ministère du Commerce et de l’Industrie, 2002.Tabl. 20 – Les entreprises privées dans les villes du Wolaita. Nombre d’emplois et pourcentage de la population active.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2402/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Photo 27 – Dans la capitale, le quartier du « vieux Soddo » abrite autant d’eucalyptus que d’enset, et seule la densité des maisons et l’abondance des toits en tôle nous signalent l’existence d’une ville.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2402/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Photo 28 – En direction de Humbo, sur la route qui mène à Arba-Minch, un front d’urbanisation progresse très rapidement au sud de Soddo. Il accueille aujourd’hui de nombreux fonctionnaires, mutés dans la capitale à l’occasion de la réforme administrative de 2000, et représente donc un quartier relativement riche.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2402/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Photo 29 – Les marchés de wereda sont l’occasion d’un commerce varié. Les marchands de gros, comme les petits détaillants et les petits producteurs viennent y vendre ou y acheter des marchandises.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2402/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Source : CSA, 1998, vol. I, part I, et entretiens.Tabl. 21 – Encadrement tewahedo (orthodoxe) de la population.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2402/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Source: CSA, 1998, vol. I, part I.Tabl. 22 – Les religions du Wolaita (exprimées en pourcentage de la population totale).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2402/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Photo 30 – L’Église orthodoxe urbaine affiche par son architecture un certain prosélytisme alors que les églises protestantes rurales sont plus modestes. L’église orthodoxe de Sainte-Mariam située au sud de Soddo se remarque par la richesse de son décor et la jeunesse de sa construction.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2402/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Photo 31 – Au contraire des édifices orthodoxes, l’église protestante du qebelé de Larena (Humbo) ne se distingue guère des autres bâtiments administratifs du Wolaita.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2402/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Enquêtes 2000, 2001.Tabl. 23 – Trois générations de chrétiens wolaita.Note 1. Les musulmans ne sont pas pris en compte dans ce tableau. Nous tenons cependant compte de la religion traditionnelle, qui bien qu’elle ne soit pas chrétienne, nous aide à mesurer la rapidité des conversions au christianisme.Note 2. La dernière génération est moins représentée que les deux précédentes car certaines personnes n’avaient pas d’enfants à l’époque des enquêtes. Nous ne prenons pas en compte la totalité des enfants, mais l’orientation globale de tous les enfants d’un même père, la religion la plus représentée est ainsi celle que nous indiquons.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2402/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Carte 13 – Implantation de l’Église Mullu Wengel dans le Wolaita.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2402/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Carte 14 – Encadrement scolaire du Wolaita.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2402/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 280k

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540