Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La chute d’un Eden éthiopien

 | 
Sabine Planel

Partie 2. Intégration, amharisation et autres mutations

Introduction

Texte intégral

« C’est de l’Amhara, et plus particulièrement du Shoa, que vient l’initiative et c’est encore lui qui, jusqu’à maintenant, donne en modèle à toute l’Éthiopie sa langue et ses traditions. »
(Bureau, 1985 : 1384)

Mariam Church, église devenue musée, à Entoto, un quartier d’Addis-Abeba.
© IRD/A. Aing

1La naissance d’un territoire éthiopien, ni tout à fait wolaita ni simplement amharisé, se joue dans un continuel affrontement entre des dynamiques de transformations endogènes et exogènes. L’analyse des recompositions territoriales s’inscrit dans une dialectique du dedans et du dehors qui, si elle facilite la compréhension des mutations territoriales au niveau local, peut conduire à de grandes simplifications au niveau national. La possibilité de définir exactement une réalité, ou une identité, éthiopienne demeure en effet une gageure. C’est pourquoi nous utiliserons ce terme dans son acception la plus réduite : est éthiopien tout mouvement impulsé par le gouvernement central et qui s’étend plus ou moins bien sur l’ensemble du territoire national, sans autre considération. En revanche, est amhara tout mouvement qui porte en lui une connotation culturelle issue du modèle de civilisation amhara et tigréenne.

2S’il est certain que l’histoire politique de l’Éthiopie fait converger les deux mouvements, ils sont pourtant porteurs de deux dynamiques territoriales bien différentes : l’intégration et l’amharisation, qui correspondent à deux temps de l’appropriation territoriale, mais coexistent tout au long du xxe siècle. L’intégration d’un territoire s’apparente à une appropriation législative, l’empire éthiopien se rendant maître du territoire wolaita, alors que l’amharisation traduit un niveau d’appropriation plus profond, puisqu’il s’agit d’une assimilation : le but est alors de faire du territoire wolaita un territoire éthiopien – amhara à ses débuts –, et non plus seulement d’Éthiopie. Or, les outils qui visent à la réalisation de ces deux fins ne sont pas de même nature.

Table des illustrations

Légende Mariam Church, église devenue musée, à Entoto, un quartier d’Addis-Abeba.© IRD/A. Aing
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2400/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 645k

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site