Version classiqueVersion mobile

La chute d’un Eden éthiopien

 | 
Sabine Planel

Partie 1. Un Éden éthiopien

Chapitre 2. Une montagne verte et fertile

Texte intégral

Un pays de cocagne

1La contrainte démographique marque les paysages wolaita. Elle représente un facteur d’organisation de l’espace et de reconnaissance territoriale largement endogène – même s’il fut également renforcé par des interventions extérieures. L’existence et le maintien de fortes densités de population s’expliquent par la pratique d’une agriculture relativement performante. En revanche, les atouts naturels du Wolaita, objets de bien des convoitises éthiopiennes, sont certes indéniables, mais participent faiblement – quelles que soient les représentations que l’on peut s’en faire – à la singularité wolaita.

La « Suisse africaine »

2Les récits de voyage sur le Wolaita véhiculent et construisent l’image d’un pays chéri des dieux, bénéficiant d’un exceptionnel environnement naturel.

3La reconnaissance de la singularité wolaita est ancienne en Éthiopie. Bien que peu visité, le pays bénéficie précocement d’une très bonne image auprès des quelques voyageurs étrangers qui le traversent ou qui en entendent parler comme d’un véritable pays de cocagne. Avant même son départ de la capitale, l’empereur Ménélik II qui souhaitait poursuivre l’œuvre de conquête du ras Mangacha conduite autour de 1890, et s’emparer définitivement du Wolaita, émit le désir de visiter « ce pays qu’on disait [alors] beau et fertile ». Cette image du Wolaita, aujourd’hui toujours répandue, constitue un composant essentiel de son identité mais procède davantage d’une réputation que d’une réalité. L’imaginaire des voyageurs est ici le principal fondement de cette identité territoriale. À tel point qu’on en vient à se demander si cet eldorado wolaita n’est pas l’expression d’un rêve d’Européens heureux de trouver, en des terres lointaines, des paysages ordonnés, bien agencés… bref, quelque peu familiers. Ce discours est d’autant plus mythique que le pays reçut peu de visiteurs. Les explorateurs étrangers ne portèrent guère d’attention à la région, qui n’apparaît que vaguement dans la plupart des carnets de route des grands explorateurs de la fin du xixe siècle et du début du xxe.

4Les quelques voyageurs qui pénétrèrent cependant dans le Wolaita, soulignent tous l’exceptionnelle abondance de la région et s’attachent particulièrement à transmettre le degré de richesse du pays. Le Wolaita recèle ainsi toutes les richesses à profusion, qu’elles soient naturelles, agricoles et mêmes humaines, comme le décrit J.-G. Vanderheym (1896) – biographe de Ménélik II, à qui l’on doit les plus belles pages sur le Wolaita d’antan :

« Le Ouolamo [Wolaita] est extrêmement fertile, de nombreuses plantations de dourah (sorgho), de blé, d’orge, de café, de tabac, de cotonniers, de millets entourent les agglomérations de huttes et donnent au pays un riche aspect. La végétation est abondante en figuiers, palmiers, oliviers, fusains, sycomores, etc. Les chemins de hutte à hutte ou de village à village sont bordés d’euphorbes. Les rivières coulent parmi un enchevêtrement de lianes et de bambous. Les cases, en forme de ruche à miel, bien construites et proprettes, sont encombrées à l’intérieur d’objets faits par les Ouolamo… »

5Une telle abondance se retrouve à tous les étages de la montagne wolaita, et Du Bourg de Bozas (1906) qui observe les basses terres dans la région d’Humbo est séduit par la même prospérité :

« Les traces de richesse abondaient autour des villages : de grands champs de céréales les entouraient, et surtout de grandes plantations de coton. « Voilà, enfin, le pays du coton !
« Les huttes, précédées pour la plupart d’une petite pelouse fleurie, étaient propres et bien entretenues. Certaines s’ouvraient par des portes aux montants sculptés. Entourés d’une palissade de joncs ou d’arbustes, flanqués de quelques bouquets de tendres musas [littéralement bananier, ce terme désigne l’enset couramment appelé « faux bananier »] ou de quelques champs de sorgho dru, hauts et éclatants, ces petits cottages respiraient la fraîcheur et la prospérité. »

6Les petits villages étagés sur les flancs de la montagne rappellent incontestablement des paysages européens. C’est tout naturellement que s’impose à l’esprit du voyageur étranger l’image d’une Suisse africaine, pour décrire ce pays riche et « propret ». Le soin apporté à l’intérieur comme à l’extérieur des habitations frappe les visiteurs, d’autant plus qu’il semble faire défaut aux peuples voisins. J.-G. Vanderheym souligne ainsi combien les Guragé sont pauvres et misérables et accorde aux Wolaita le bénéfice d’une sympathie immédiate. Tous s’entendent effectivement à remarquer à quel point les Wolaita sont un peuple accueillant.

7Mais les impressions sur le pays wolaita poussent l’analogie beaucoup plus loin et dévoilent la vision d’un véritable jardin d’Éden qui occupe, aujourd’hui encore, une place prépondérante dans les représentations collectives sur le Wolaita. Du Bourg de Bozas souligne ainsi que « c’était un cadre tout prêt pour une vie que l’on ne pouvait s’empêcher d’imaginer idyllique et naïve » et c’est Vanderheym qui parfait la métaphore en notant qu’il s’agit « [d’]un peuple heureux, se suffisant amplement à lui-même, vivant d’une vie biblique ». Les connotations bibliques sont nombreuses dans la pensée éthiopienne et l’on peut bien penser que cette image du Wolaita est ancienne et partagée, puisque transmise par les deux explorateurs. Le tableau semble s’être d’autant mieux répandu que les voisins ne bénéficiaient pas à l’époque des mêmes avantages : l’abondance est effectivement rare dans la Corne de l’Afrique.

Pérennité de l’imagerie wolaita

8La représentation d’un Éden wolaita, si elle marque encore les esprits, est cependant très éloignée de la réalité. Il ne reste de nos jours que bien peu de manifestations de cette ancienne prospérité. Un seul aspect de la richesse passée est plus que jamais d’actualité. Le capitaine Stigand le soulignait déjà lors de son passage dans la région au début du siècle précédent :

« The country is thickly populated, and all the roads were crowded with people going to or coming from the market, as it was market-day. I have never seen such dense crowds of natives anywhere in rural Africa, for there were literally streams on every road and path. » (Stigand, 1910 : 303)

9Sa perception d’une campagne peuplée plaide en faveur de l’ancienneté du fort degré de peuplement, qui s’est sans doute accéléré dans la décennie 1970-1980 mais qui caractérisait depuis longtemps le territoire wolaita. D’après les estimations de R. Chiatti, le territoire comptait 560 000 habitants à la fin du xixe siècle, peu avant que le capitaine Stigand ne visite la région (Chiatti, 1984 : 432). Le Wolaita avait alors une densité de peuplement moyenne de 124 hab./km2.

10Enfin, on comprend aisément pourquoi une telle impression de richesse wolaita perdure encore quand on observe la continuité de paysages qui semblent échapper aux évolutions provoquées par la modernité. En comparant les dessins de l’expédition de Vanderheym à des photographies prises très récemment (Vanderheym, 1896 ; photo 1), on remarque que les petites maisons proprettes n’ont pas changé, que les jardins sont toujours aussi bien soignés et que la plantation d’enset protège encore avec autant de bienveillance ces paysans bénis des dieux.

11L’apparente immuabilité des paysages masque en réalité les profonds bouleversements que connut la région. Elle cause aujourd’hui grand tort aux paysans wolaita dont les cris d’alarmes semblent perpétuellement démentis par la factice générosité de paysages verdoyants. Ce que d’aucuns considèrent comme des faveurs prodiguées avec générosité au Wolaita repose largement sur un environnement favorable à une agriculture pluviale. En comparaison, les hauts plateaux du nord de l’Éthiopie semblent beaucoup moins pourvus (Mesfin Wolde Mariam, 1991). Le Wolaita possède, en effet, sa propre « trinité agricole » : des sols de qualité sur une moyenne montagne tempérée recevant d’abondantes précipitations.

© J.-M. Byakweli, 2000
Photo 1 – À l’exception des caféiers, que l’on voit derrière la maison, les paysages ruraux du Wolaita n’ont guère changé depuis la fin du xixe siècle, en particulier l’habitat est guère différent de ce que découvrit Vanderheym, le chroniqueur de Ménélik II, en 1894.

Le pays aux « cent collines »

12Les paysages wolaita, par leur topographie comme par leur mise en valeur, rappellent grandement les « mille collines rwandaises » (Bart, 1995 ; Cambrezy, 1984). On a depuis longtemps souligné les avantages comparatifs des montagnes tropicales par rapport aux basses terres environnantes : une plus grande salubrité, un large éventail de possibilités culturales et enfin des précipitations plus abondantes. La montagne favorise également l’émergence d’identités fortes, d’autant plus puissantes qu’elles se trouvent protégées des influences extérieures, du haut de leurs bastions montagneux. L’histoire éthiopienne, et notamment abyssine, constitue une remarquable illustration de cette « spécificité montagnarde » présentée par J. Gallais et A. Gascon.

13Le fait montagneux constitue un composant majeur de l’identité éthiopienne, et non seulement wolaita : la très grande majorité des terres nationales se situe à une altitude supérieure à 1 500 m, et 20 % dépassent le seuil de 2 000 m. Les basses terres périphériques possèdent, malgré leur diversité, une identité qui leur est propre et qui échappe un peu aux caractéristiques d’une géographie plus « éthiopienne ». Pourtant, la montagne éthiopienne n’est pas monolithique et les Éthiopiens distinguent depuis longtemps trois étages bioclimatiques, chacun d’eux représentant une catégorie d’espace distincte, autonome et complémentaire des deux autres.

Trois étages en Éthiopie, mais combien dans le Wolaita ?

14La dega et la qolla, appellation respective des hautes et des basses terres, recouvrent deux domaines distincts facilement identifiables pour un œil non averti. Les hautes terres peuplées, froides et arrosées (supérieures à 2 300 m d’altitude) s’opposent aux basses terres qui s’étendent sur de vastes étendues désertiques, inférieures à 1 500 m, et franchement repoussantes pour la majorité des Éthiopiens. Il faut dire que l’identité éthiopienne repose en partie sur l’appartenance à un espace montagnard, ce qui ne va pas sans poser problème pour les habitants des basses terres, comme nous pourrons le voir à travers l’exemple wolaita.

15Il ne faut toutefois pas se méprendre sur ce que l’on considère comme des basses terres en Éthiopie. Cela correspond, certes, aux grandes dépressions, plaines et bas plateaux de l’Afar et de l’Awash mais également à toutes les terres qui se situent à moins de 1 500 m d’altitude : c’est-à-dire à l’ensemble des piémonts et de la vallée du Rift qui, dans les régions centrales et méridionales, avoisine les mille mètres d’altitude. Les terres proches du niveau de la mer étant rarissimes dans le pays.

16L’étagement montagnard est plus complexe qu’il n’y paraît. Tripartite, il prend en compte l’étage intermédiaire de la woïna dega. L’existence de cette troisième strate ne cesse pourtant de poser problème dans le Sud éthiopien, comme le constate M. Cohen qui y souligne sa faible étendue (Troll, 1960 : 45). La woïna dega, la moyenne montagne, se définit comme un étage de transition au climat tempéré par l’altitude. C’est l’étage de la douceur climatique qui permet la culture de la vigne, puisque c’est ainsi qu’il se nomme : la dega à vigne, la woïna dega. Dans une étude antérieure sur le Wolaita (Planel, 1999), nous faisions également remarquer la faible pertinence de la tripartition montagnarde, tant il est malaisé de distinguer une dega d’une woïna dega et tant les complémentarités entre les différents étages se limitent à des rapports de proximité.

17Le Wolaita se présente en effet comme un pays de woïna dega ceint par une couronne de basses terres (fig. 2). L’étage supérieur de la dega s’y réduit à sa plus simple expression : une légère dégradation climatique qui autorise une palette culturale quelque peu différente de celle de la woïna dega. Elle ne concerne que des espaces très restreints, essentiellement le sommet du mont Damot et quelques sommets de la chaîne de Kindo. Dans le wereda d’Ofa, pourtant l’un des plus montagneux, elle n’occupe que 15 % de la superficie totale (MOA, 2000). La structuration de la montagne wolaita est donc plutôt bipartite et oppose les hautes terres (dega et woïna dega) aux basses terres.

18Si une tripartition d’ensemble cadre mal avec la réalité wolaita, on doit en revanche considérer avec davantage d’attention les étages « mineurs ». La distinction que fait ainsi J. Gallais (1989) entre les hautes qolla, aux alentours de 1 000 m, et les basses qolla, inférieures, s’avère utile dans le Wolaita où les espaces de transition entre la woïna dega et la qolla font l’objet d’un front agricole très convoité.

Fig. 2 – Les étages de la montagne wolaita.

19Il n’est qu’un pas à franchir pour affirmer que le Wolaita ne serait qu’une vaste woïna dega, légèrement dégradée en altitude mais très altérée dans les basses terres. Cette moyenne dega n’est pas celle de la vigne, comme dans le Nord, ni celle du café, comme le propose A. Gascon (bunna däga) dans d’autres régions du Sud, mais simplement celle de l’enset.

20Par la douceur de son relief et de son climat, la montagne wolaita s’apparente plus à la woïna dega qu’aux froides hauteurs de la dega. En outre, l’étage intermédiaire constitue par essence celui de l’activité agricole, celui où « les contraintes climatiques se desserrent nettement » (Gallais, 1989 : 58), quand les basses terres connaissent une sécheresse plus ou moins prononcée et les hautes terres le gel, réduisant également la période végétative. Les étages éthiopiens se caractérisent principalement par leur altitude et leur climat, desquels résultent un certain niveau de peuplement et certaines pratiques agricoles. La définition d’un étage « tempéré » favorable à l’activité agricole et à un peuplement dense correspond fort bien à la situation wolaita, bien davantage que la notion de prestige politique qui s’attache à la dega dans la culture éthiopienne et qui n’a pas tout à fait sa place ici.

21Pourtant, du fait même que les distinctions entre les étages relèvent également de considérations politiques et culturelles, nous ne pouvons pas, y compris dans le Wolaita, faire l’économie complète de la dega. À l’inverse de la réalité éthiopienne, l’étagement tripartite des montagnes constitue une règle mineure de la structuration de la montagne wolaita, qui ne permet guère que quelques nuances dans l’analyse spatiale. En aucun cas, ce modèle ne constitue une caractéristique première de l’organisation de l’espace, comme cela peut être le cas dans les montagnes plus septentrionales. Afin de se soustraire aux pièges d’une pensée « éthiopisante », faussant trop souvent la perception des variations régionales, nous utiliserons une nomenclature neutre issue des observations morphologiques de M. Raunet, qui distinguait le vaste étage des collines, de celui de la montagne et de celui des basses terres (Raunet, 1978).

Identité topographique du Wolaita

22Réduire un territoire à son identité topographique est une tentation répandue en Éthiopie où le pays est souvent assimilé à un simple bastion montagneux, alors même que ce point de vue réducteur interdit toute reconnaissance des différences régionales. Le Wolaita ne fait pas exception à la règle et, bien qu’il forme un pays de montagne, il ne saurait fonder sa singularité territoriale sur l’existence d’un quelconque bastion montagnard. Deux raisons principales font du Wolaita un « anti-bastion » : des altitudes bien peu impressionnantes et une pluralité des massifs montagneux.

23Avec son sommet culminant à 2 958 m au mont Damot, le Wolaita ne fait pas grande impression dans un pays où les plateaux septentrionaux atteignent les 4 620 m, au Ras Dashen dans les « montagnes du Nord ». En outre, les reliefs wolaita sont à ce point peu vigoureux que l’essentiel du pays possède une topographie collinaire (fig. 3). Les hautes altitudes y sont rares, et à l’exception de quelques versants pentus des monts Kindo et de Damot pouvant atteindre les 40 %, les pentes sont peu prononcées dans l’étage des collines et varient de 10 à 20 %. Les basses terres se composent soit de plaines proprement dites, soit d’un modelé collinaire extrêmement doux, organisé autour d’interfluves de 500 à 1 500 m d’altitude, à larges pentes de 3 à 8 %.

24Deux massifs montagneux, le mont Damot et les monts Kindo, surplombent les vastes étendues collinaires du Wolaita ceintes par une étroite bande périphérique de basses terres (carte 4). Au centre du territoire et culminant aux altitudes les plus élevées, le mont Damot est considéré comme le cœur montagneux de la région (photo 2). Ce sont pourtant les monts Kindo qui présentent un caractère réellement montagneux avec des dénivellations plus marquées. Ils ont ainsi pu apparaître comme une véritable forteresse (photo 3), bien qu’ils n’aient jamais fait obstacle à la pénétration humaine, comme en témoignent d’anciennes routes de crêtes. Le modelé de dissection collinaire prévaut et confère à la région une forte homogénéité topographique. Une fois encore, la ressemblance avec les paysages rwandais est frappante dans cette mer de collines qui se fond sans grands heurts dans les plaines et les massifs alentours (photo 2).

Carte 4 – Relief et précipitations annuelles.

Fig. 3 – Coupes topographiques du Wolaita.

Photo 2 – Panorama du Wolaita.

Photo 3 – Vus du pays daoro, les monts Kindo, culminant à 2 899m, donnent une impression de compacité et donnent à voir le Wolaita comme un bastion montagneux.

25S’il ne s’apparente pas à un bastion montagneux, le Wolaita est bien un « territoire des eaux », tant les cours d’eau concourent plus sûrement que les massifs à individualiser cette portion d’espace. Et pourtant, si imposants soient-ils, ces derniers ne constituent pas un obstacle à la circulation. Véritables frontières naturelles, les cours d’eau et plus particulièrement le fleuve Omo ne ferment pas le Wolaita aux influences extérieures (photos 4 et 5).

Photo 4 – Le cours de l’Omo en saison sèche, imposant et sinueux, resserré en gorge ou évasé autour d’un gué, marque la frontière entre le territoire wolaita (à droite) et le pays daoro (à gauche).

Photo 5 – Construit en 1987, le pont sur l’Omo supporte la route goudronnée qui conduit de Soddo à Jimma. Les pays wolaita et daoro sont depuis longtemps reliés par des ponts suspendus.

26Le Wolaita offre en effet un paysage ouvert, où l’enclavement et l’isolement n’ont pas leur place. Il est alors difficile de convoquer l’hypothèse naturaliste d’une « montagne refuge » (De Planhol, 1993 : 315-322) pour expliquer le particularisme wolaita et ses fortes densités. De même l’homogénéité topographique du Wolaita n’est qu’apparente puisque les basses terres possèdent une évidente spécificité.

Un volcan au bord du Rift

27La morphologie du Wolaita est déterminée par la proximité de la vallée du Rift. La région fonctionne comme un appendice de la grande Rift Valley africaine (Raunet, 1978). Elle correspond à un ensemble volcanique complexe et diversifié du tertiaire et du quaternaire qui s’est dégradé en une véritable mosaïque de sols, finement exploitée par les agriculteurs wolaita.

28Les Wolaita possèdent leur propre nomenclature pédologique qui combine trois qualités : la fertilité, la pente et la perméabilité (tabl. 3). Ces trois critères résument tout à fait l’originalité du milieu wolaita : une montagne volcanique bien arrosée. De manière un peu surprenante, le critère de la fertilité est négligeable dans cette typologie, où les sols sont considérés comme fertiles au vu de leur seule capacité à retenir l’eau, laquelle est plus ou moins déterminée par une situation topographique. Les sables et les argiles (rouges ou grises) ne valent qu’en tant qu’elles retiennent l’eau des pluies. Les terres les plus fertiles nommées womba se trouvent généralement en situation basse et retiennent les eaux d’écoulement, sans pour autant présenter le caractère boueux des terres de fond de cuvette, les torko bitta.

Source : Farm Africa, 1992.
Tabl. 3 – Les sols wolaita.

29Une étude de Farm Africa (1992) permet d’avoir une vision assez complète de la finesse des connaissances paysannes en matière de pédologie. Les caractéristiques des différents sols présentées ici sont celles émises par les paysans. Elles ne correspondent pas à la nomenclature scientifique qui identifie deux types de nithosols : les sols rouges ferrallitiques ou fersiallitiques et les sols noirs plus dégradés et hydromorphes. Seule la distinction entre les étages relève de cette norme scientifique, qui semble pourtant inadaptée puisque les catégories de sol « talla » et « gobo » se retrouvent indifféremment à tous les étages.

30Les critères de reconnaissance des sols participant au savoir-faire agricole wolaita sont assez diversifiés : ils varient de la localisation au type de production à y cultiver. Dans l’ensemble, ils s’articulent autour d’une certaine conception de la « travaillabilité » des sols, de leur humidité (degré et durabilité), de leur résistance à l’érosion et enfin de leur fertilité, c’est-à-dire de la nécessité d’un amendement. Il est vrai que les critères d’humidité et de fertilité sont indiscutablement liés. Les réponses des sols sont bien connues et chaque type de sol possède ainsi une utilité qui lui est propre ; les sols bossolo sont, par exemple, ceux qui portent les pâturages.

Le Wolaita utile

31La moyenne montagne wolaita se caractérise par un climat modérément pluvieux qui permet le développement d’une abondante végétation, entretenue par les sélections paysannes.

Lemlemitua Wolaita, le « Verdoyant Wolaita »

32Ce titre reprend celui d’un ouvrage sur l’histoire du Wolaita écrit en 1979. Il démontre une nouvelle fois combien la luxuriance des paysages est une composante non négligeable de l’identité wolaita. Il demeure que le verdoyant Wolaita possède une réalité « végétale » plus construite que naturelle.

33Le Wolaita appartient à l’ensemble morpho-climatique des lacs Chamo et Abaya (Raunet, 1978 : 20) qui se compose de différents domaines : semiaride (qolla), semi-humide et humide (woïna dega) et afro-subalpin (dega inférieure), ainsi que tous les milieux de transition. Il est pourtant délicat de présenter aujourd’hui l’environnement wolaita, tant les paysages qu’on y observe sont très largement anthropisés et les espaces épargnés par la mise en valeur agricole restreints : l’habitat et l’ager sont partout présents et le saltus se fait de plus en plus rare. C’est sur le saltus que l’on observe les quelques formes végétales considérées comme naturelles. Dépressions hydromorphes ou pentes trop prononcées supportent ainsi les derniers bois et pâturages communautaires : les dernières forêts climaciques – upland dry forest et upland rain forest – et, en altitude, les dernières prairies naturelles – Pennisetum schimperi, Andropogon sp. (Abyssinicus), Setaria sphacellata… (Raunet, 1978 : 24) (photo 6).

Photo 6 – Versant oriental du mont Damot. L’étage subalpin, caractérisé par les pins et les prairies, est colonisé par les plantations d’enset (en haut à droite) et les bosquets d’eucalyptus (centre, gauche).

34Dans le Wolaita, la forêt (wora) est une formation ancienne. J.-G. Vanderheym notait déjà au début du xxe siècle combien la progression des soldats de l’empereur était rendue difficile par la forêt. Aujourd’hui, les lambeaux forestiers sont très disséminés dans des paysages qui restent largement colonisés par des espèces plantées. Il convient en réalité de distinguer, à l’image du pays gamo (Roussel, 2001 : 34), deux catégories d’espaces forestiers : les formations plantées et les formations spontanées (photo 7). En pays gamo, les espaces plantés sont identifiés sous le terme de dane (le champ) qui s’applique également aux arbres (enset non compris) et la forêt spontanée est nommée wora, en langue dorzé (gamo) comme en wolaitigna. Chez les Gamo comme chez les Wolaita, les forêts ne sont donc pas des espaces mixtes et les deux catégories d’espace, planté et naturel, ne se confondent jamais, elles se juxtaposent. Si les espaces restreints de la wora spontanée abritent encore des espèces locales, les bois plantés sont de plus en plus dévolus à l’eucalyptus – les bambouseraies si fréquentes en pays gamo ne se retrouvant que très rarement dans les étages supérieurs.

35Dans le Wolaita, les superficies boisées ont aujourd’hui une emprise bien supérieure à celle de la forêt, dans le wereda de Bolosso-Sore le rapport entre les deux formations est de 1 à 5, et le recul des superficies forestières est ainsi encore plus manifeste qu’il n’y paraît. Seules les basses terres demeurent relativement préservées et conservent des formations végétales plus ou moins transformées par le passage des troupeaux – principal vecteur d’anthropisation du milieu à cet étage – en favorisant le développement de la strate herbacée et la raréfaction des buissons.

Photo 7 – Forêt spontanée sur le versant sud du mont Damot.

Photo 8 – Scrub à acacia de la vallée du Rift.

36Pâturées ou non, elles abritent une steppe arborée ouverte qui possède, dans le meilleur des cas, une strate herbacée pauvre et disséminée. Quelques acacias sont dispersés dans ce paysage assez bas où dominent les buissons ne dépassant pas les deux mètres (photo 8).

37L’éventail des formations végétales naturelles, commandé par l’étagement, est important dans le Wolaita : on passe en quelques heures des formations alpines aux formations xérophiles. Aujourd’hui pourtant, les conquêtes agricoles et sylvicoles réduisent de façon drastique la diversité naturelle des paysages. Il est probable que la wora originelle présente des altérations dues à l’étagement climatique, or les quelques lambeaux résiduels de forêt spontanée sur les versants incultes des collines ne permettent pas de telles observations. Seule l’existence de quelques bambous sur les sommets atteste d’une particularité montagnarde. De ce fait, dega et woïna dega font preuve d’une exceptionnelle homogénéité végétale, largement renforcée par la très grande diffusion de l’eucalyptus ou de lenset.

« La densité des arbres plantés était souvent proportionnelle au nombre de maisons : plus les maisons étaient nombreuses, plus il y avait d’arbres et plus le regroupement de population ou la ville ressemblait à une forêt. » (Mesfin Wolde-Mariam, 1991 : 41)

38La nature wolaita est une réalité construite qui privilégie les espèces utiles. On aurait même tendance à croire que les plants d’enset et d’eucalyptus constituent dans la région des espèces endogènes, tant elles sont répandues et surtout tant elles se trouvent aujourd’hui indiscutablement associées à l’identité paysagère régionale – et dans le cas de l’eucalyptus à celle de l’Éthiopie tout entière ! On sait pourtant que l’implantation de l’eucalyptus est relativement récente dans le Wolaita. Introduit, en Éthiopie, par les Égyptiens lors de l’occupation d’Harar entre 1875 et 1895 (Gascon, 2002), on suppose qu’il fut répandu dans le Wolaita lors de son intégration à l’empire, au début du siècle précédent. Son implantation date des années 1930 dans le pays Hadiya (Alemayu Lirenso, 1984), dont la proximité de situation donne à penser qu’il commença à s’étendre dans le Wolaita à la même époque.

39L’origine de l’enset est, elle, plus discutée puisqu’on ne sait s’il s’agit d’une plante endogène ou importée. Les Sidama en revendiquent la domestication et font référence à un lieu originel sacré, dans les environs de Yirga-Alem (à la même latitude que Soddo mais sur le rebord oriental de la vallée du Rift). Plus vraisemblablement, il semble que les premiers cultivateurs soient les Darassa et les Aditcho du sud-est de la vallée du Rift, ramenés comme esclaves de la région des Grands Lacs par les Sidama – cette région étant la seule du continent africain, en dehors de l’Éthiopie, où l’on retrouve la culture de l’enset. On pense également à une autre origine de la plante située dans les basses terres entre la Tanzanie et l’Ouganda (Smeds, 1955). Importée en Éthiopie par les migrations ou razzias des peuples du Sud, elle se serait ensuite répandue dans le voisinage et naturellement dans le Wolaita. On peut également envisager que les Wolaita l’aient ramenée à l’occasion de leurs migrations, même si cela reste une spéculation. J.-P. Chrétien (in Chastanet, 1998 : 213) parle ainsi à propos de l’éleusine, de l’enset, du petit pois et même du café d’un « complexe montagnard qui a trouvé son épanouissement dans le massif éthiopien, mais dont le berceau pourrait bien se situer dans les montagnes dominant le Rift occidental (du sud-ouest de l’Ouganda au Mugamba burundais) ».

40D’aucuns, au contraire, considèrent l’enset comme une plante endogène. Les différents systèmes agraires des régions qui composent l’actuelle Éthiopie auraient été, 500 ans avant notre ère, plus ou moins dominés par cette culture. Des témoignages, de prêtres ou d’explorateurs, nous renseignent sur la disparition progressive de l’enset dans le nord du pays, aux xviiie et xixe siècles. D’après S. A. Brandt (1997), les guerres et les épidémies, ayant conduit à une restructuration des systèmes agraires, expliquent une telle évolution.

41Quelle que soit la diffusion de l’enséiculture dans le pays, il apparaît avec évidence que la domestication de l’enset est très ancienne, voire multiséculaire dans le Wolaita. Dans son récit de 1896, J.-G. Vanderheym mentionnait déjà les Wolaita « blottis derrière les grandes feuilles des plants de cobas », lors de l’attaque des troupes de Ménélik – « coba » ou « koba » étant l’appellation guragé de la plante.

42Tous les paysages, qu’ils soient agricoles ou « naturels », doivent être replacés dans une dimension historique, et ce avec une nécessité d’autant plus grande que la Corne africaine et la région des Grands Lacs représentent un véritable carrefour végétal et agricole.

« Le paysage agricole décrit comme une mosaïque par les premiers voyageurs doit être déchiffré comme un palimpseste : il reflète la présence de plusieurs strates de mise en valeur. » (J.-P. Chrétien, in Chastanet, 1998 : 214)

Les caprices du ciel

43Pluvieux, mais soumis à des sécheresses occasionnelles ou à de fréquents retards dans l’arrivée des pluies, le Wolaita est à ce point « éthiopien » qu’il concilie, avec plus ou moins de bonheur, les extrêmes climatiques du pays : l’exubérance des pluies et la si familière sécheresse.

44Les isohyètes (carte 4) dessinent assez fidèlement la carte topographique et mettent en évidence le caractère orographique des précipitations : les basses terres reçoivent en général des précipitations annuelles inférieures à 800 mm, alors que les montagnes reçoivent des totaux annuels de l’ordre de 1 300 mm. En plus de l’étagement des précipitations, une dissymétrie Nord/Sud souligne le caractère plus pluvieux des régions septentrionales – qui explique notamment les très fortes densités de population observées dans la région (carte 3).

45La variabilité régionale des totaux précipités est d’autant plus importante qu’elle se double d’une forte variabilité dans la répartition annuelle de ces mêmes précipitations. Les pluies utiles, intervenant au bon moment dans le calendrier agricole, connaissent de fait de très fortes variations régionales. La situation moyenne dans le Wolaita, que nous assimilerons à la plus répandue, est celle que l’on observe à la station météorologique de Soddo (fig. 4) : une longue saison des pluies de six à sept mois que les Wolaita, comme les Éthiopiens d’ailleurs, divisent en deux périodes.

Fig. 4 – Diagramme ombrothermique de Soddo.

46La saison de pluies s’annonce ainsi dès le mois de mars et se termine tardivement en septembre ; elle ne débute néanmoins dans toute son ampleur, qu’au mois d’avril et s’assagit dès le mois d’août. En effet, c’est durant ces cinq mois que tombe l’essentiel des précipitations, soit 823 mm sur les 1 280 mm que reçoit en moyenne la ville de Soddo. Le cœur de la saison pluvieuse n’est pourtant pas homogène et la courbe des précipitations offre une répartition bimodale évidente : le mois de juin est effectivement moins pluvieux. Or, l’on a abusivement conclu de la légère chute des précipitations du mois de juin, de l’ordre de 40 à 50 mm, à l’existence de deux saisons des pluies distinctes.

47Imprégnés du modèle « abyssin », les Wolaita reprirent à leur compte la conception d’une double saison des pluies. Les petites pluies printanières de belg deviennent ainsi gaba en wolaitigna et ils nomment sila les grandes pluies estivales de keremt. Mais, dans les faits, le climat wolaita, enregistré à la station de Soddo, ne comprend pas deux saisons des pluies distinctes, mais une seule : le mois de juin ne pouvant être considéré comme un mois sec avec ses 133 mm de précipitations moyennes. Bien que l’ensemble de la littérature s’accorde à distinguer deux saisons pluvieuses dans le Wolaita, comme elles existent dans le Sud-Ouest éthiopien, la courte saison sèche n’existe pas dans le Wolaita, qui connaît donc une répartition monomodale des précipitations, comme dans le nord du pays.

48En réalité, la perception wolaita de la répartition des précipitations est plus complexe que la simple copie d’un modèle abyssin. Elle fonctionne sur un mode ternaire et non binaire et se dégage du critère strictement quantitatif qui semble présider à la désignation des saisons pluvieuses. Les paysans wolaita utilisent en effet un autre calendrier des précipitations qui détermine les pluies utiles : les pluies légères et brèves de printemps (février-mars) se nomment sapiya et les pluies denses de juin à début août, badhessa. Ils observent également un troisième moment qui correspond à la fin de keremt : balgoua, à la fin du mois d’août. Cette saison correspond à une période de fortes précipitations et de soudure, lorsque les récoltes d’octobre n’ont pas encore commencé.

49Le rôle central de la petite saison des pluies apparaît nettement dans la perception des précipitations utiles où les saisons sont décrites en fonction de la qualité de leurs pluies, légère ou lourde, et du moment où elles interviennent dans le calendrier cultural : période de soudure ou de semis. Dans cette optique, les deux premières saisons pluvieuses de semis sont d’une importance égale, quelle que soit la quantité d’eau précipitée. La différence qui existe entre la « petite » (sapiya) et la « grande » (badhessa) saison des pluies ne se mesure plus en fonction des volumes précipités. Durant la « petite » saison des pluies il tombe en moyenne 170 mm d’eau par mois, et un peu moins durant la « grande » saison des pluies : les précipitations mensuelles moyennes y sont de 161 mm.

50La différence se fait donc uniquement sur la qualité des précipitations. Les premières pluies sont fines et s’abattent en de brèves averses qui interviennent souvent en fin d’après-midi et durent rarement plus de quelques heures. De fait, elles détrempent le sol progressivement et le préparent aux travaux agricoles. Au mois de juin, les pluies s’intensifient ; les averses toujours brèves deviennent plus violentes et les précipitations de plus en plus drues. Aux mois de juillet et d’août, le sol déjà détrempé devient un vrai bourbier. Les pluies ne sont pas plus importantes, mais elles « mouillent » plus, selon les critères wolaita. Les basses températures de l’hivernage et le brouillard matinal très persistant créent effectivement une impression de « grandes » pluies. La supposée ou relative sécheresse du mois de juin ne pose dès lors plus de problème, puisque la qualité de ses pluies la situe dans la saison de badhessa. Elle ne représente donc pas une rupture dans la grande saison des pluies qui dure d’avril/mai à août.

51La typologie climatique wolaita offre le mérite de sortir d’une dichotomie, plus ou moins artificielle, qui oriente la perception des saisons pluvieuses en Éthiopie et qui, dans son « universalité, » néglige trop le caractère utile des précipitations. Il demeure que cette typologie est bien peu rigoureuse : elle s’oppose à toute mesure et ne se laisse que difficilement appréhender. Comment entendre de telles variations pluviométriques sans les avoir un jour ressenties ? Il faut alors faire confiance aux connaissances des Wolaita, dont l’observation s’avère d’une très grande finesse. Ils distinguent ainsi sept textures de pluie différentes, dont quatre pour les seules pluies fines des premiers semis : puusia désigne une pluie tellement fine qu’elle ne se voit que sur les cheveux, chichya se compose de très petites gouttes, dandriyaa de très petites gouttes également mais c’est une pluie qui dure ; difiyaa est une pluie légère et iraa représente ce qu’ils considèrent comme une vraie pluie, une pluie normale que l’on sent et qui « mouille ». À ces qualités de base, il faut encore ajouter toute une série d’adjectifs qualificatifs qui enrichissent considérablement leur perception des pluies.

52Le calendrier wolaita se divise ainsi en quatre saisons utiles (climatiques et agricoles) : une soudure sèche et une autre pluvieuse, qui font suite à deux périodes de semis, la première marquée par des pluies fines et instables et la seconde par des pluies lourdes (tabl. 4).

Tabl. 4 – Les pluies utiles du Wolaita.

53La synchronisation entre les saisons pluvieuses et le calendrier cultural sous-tend notre connaissance des climats pluvieux, de même qu’elle représente la clé des économies paysannes wolaita : elle seule garantit la sécurité alimentaire dans une région où la variabilité interannuelle des précipitations est importante. Nous serions tentées de dire que l’instabilité des précipitations, largement provoquée par les balancements de la CIT (zone de convergence intertropicale) est une constante du climat wolaita, et bien malheureusement de nombreuses autres régions éthiopiennes.

54Quels que soient les étages, le climat wolaita est marqué par une égale instabilité (fig. 5 et photos 9 et 10 du cahier couleurs). Toutefois, les contrastes sont toujours plus frappants dans les basses terres où l’instabilité climatique, et ce faisant, l’irrégularité interannuelle des précipitations sont plus importantes. Dans la vallée du Rift, le rapport entre année pluvieuse et année sèche peut s’élever à 1 pour 4. On releva ainsi 429 mm à la station d’Abela en 1980 et 1 613 en 1977 !

Fig. 5 – Les variations interannuelles des précipitations dans les hautes et les basses terres.

Fig. 6 – Irrégularité des précipitations à Soddo.

55L’instabilité des précipitations apparaît avec une grande netteté sur les diagrammes de la figure 6 et ce, quel que soit le mode de calcul. On remarque que la décennie 1980 fut particulièrement sèche, marquée par les grands déficits pluviométriques de la sécheresse de 1984, mais également par l’absence d’année véritablement pluvieuse. La décennie 1990 se singularise par une belle alternance d’une série de deux années pluvieuses et de deux autres moins pluvieuses, mais pas nécessairement déficitaires : 1990 et 1991, 1994 et 1995 et la série sèche du début de la décennie suivante, de 1999 à 2001. D’après notre expérience, l’année 2002 ne fut pas particulièrement pluvieuse, et l’année 2003 a connu un déficit important des précipitations, provoquant une sécheresse relative de printemps.

56La variabilité interannuelle des précipitations se répercute sur les pluies utiles et l’on observe la même instabilité à l’échelle des précipitations mensuelles. La figure 7 montre l’ampleur et le caractère anarchique des variations pluviométriques. Les années se suivent, mais se ressemblent rarement : les quantités précipitées en un mois peuvent varier du simple au double, voire plus, d’une année sur l’autre. Les exemples abondent en la matière.

Fig. 7 – Variations des précipitations mensuelles à Soddo, de 1988 à 2001.

Ainsi, entre 1996 et 1997 le mois de juin reçut respectivement 331 et 122 mm d’eau, ou bien encore le mois de novembre reçut 246 mm en 1997 et seulement 14 l’année suivante. Il est vrai que, devant de tels écarts, le doute demeure quant à la fiabilité des données. Néanmoins, les variations sont importantes et se marquent souvent par un rapport du simple au double.

57Seul le cœur des « grandes pluies », les mois de juillet et d’août, offre un profil plus ramassé et témoigne de variations de plus faible ampleur. Au contraire, les mois à faibles précipitations du printemps et de la saison sèche hivernale (de septembre/octobre à février) sont soumis à de brusques changements. L’année 1997 résume à elle seule deux aspects de ce phénomène. Les précipitations hivernales y sont particulièrement abondantes et celles de printemps sont exceptionnellement faibles, alors que la moyenne des précipitations au mois d’octobre est de 90 mm, il tomba 383 mm d’eau en 1997. À l’inverse, il ne plut pas en février alors que la moyenne mensuelle est de 68 mm. La « petite » saison des pluies connaît ainsi de conséquentes variations. Le mois de mars donne effectivement lieu à des précipitations particulièrement changeantes : 20 mm en 1993, 110 mm en 1994, puis 53 mm en 1995 et à nouveau 102 mm en 1996, 26 mm en 1997…, une belle alternance de bonnes et de mauvaises années.

58L’hiver et le printemps regroupent donc les mois les plus instables en terme de pluviométrie. Même si une récente sécheresse semble caractériser le mois de février, tous font preuve d’une égale instabilité. Les pluies de février et de mars ne paraissent pas soumises à d’exceptionnelles variations ; mais parce qu’elles représentent un moment déterminant du calendrier agricole, elles focalisent toutes les inquiétudes paysannes.

59L’instabilité climatique, si manifeste soit-elle sur la majeure partie de l’année, ne vaut que lorsqu’elle affecte un mois « utile », les dérèglements des mois plus ou moins secs d’hiver sont donc négligeables. Il est juste de ne considérer les précipitations qu’en tant qu’elles sont utiles, tant les impératifs agricoles contaminent, dans ce monde paysan, tous les domaines de l’analyse jusqu’à celui de la météorologie.

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search