Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La chute d’un Eden éthiopien

 | 
Sabine Planel

Partie 1. Un Éden éthiopien

Chapitre 1. Le territoire du nombre, la montagne la plus peuplée d’Éthiopie

Texte intégral

1Le Wolaita appartient à une vaste aire de fort peuplement qui s’étend, en Afrique de l’Est, depuis la région des Grands Lacs jusqu’aux confins du Tigré et de l’Érythrée (Bart, 1995). La pression humaine y affecte essentiellement des espaces et des sociétés rurales et constitue une des caractéristiques fondamentales de l’organisation de ces régions, et bien entendu de leur singularité.

2C’est au nord de la région étudiée, entre le Wolaita et le pays kambatta, que l’on trouve les densités parmi les plus élevées d’Éthiopie (329 hab./km2 en pays hadiya en 1999, d’après l’Agence française de développement. À l’instar de J. Gallais (1989 : 43), on peut se demander, sans trop d’exagération, si le Wolaita ne représente pas aujourd’hui une des montagnes les plus peuplées d’Éthiopie. De plus, au-delà des records de concentration humaine atteints dans les montagnes des « pays de l’enset », la région se caractérise par une généralisation des fortes densités, dont le Wolaita offre un bon exemple. Le critère démographique semble ainsi le plus opérant à définir la singularité de ce territoire.

Les fortes densités humaines : « Land of plenty »

3Terre d’abondance, « land of plenty », le Wolaita est avant tout une terre d’accumulation démographique, dont on ne saurait tout à fait dire qu’il s’agit encore d’un « pays de cocagne ».

Un bastion démographique éthiopien

4Sur un territoire d’environ 4 500 km2, le Wolaita regroupait, lors du dernier recensement de 1994, 1 126 685 habitants, soit une densité moyenne de 250 hab./km2. Alors que l’Éthiopie présentait à la même époque une charge démographique moyenne de 44 hab./km2. Avec les projections actuelles, la densité de population moyenne du Wolaita s’élève à 333 hab./km2 pour une densité nationale brute de 55 hab./km2 (Gascon : 2001 : 162). Le Wolaita paraît donc six fois plus peuplé que le reste du territoire, et ce surpeuplement relatif est ancien : le rapport s’élevait déjà de 1 à 9 en 1976, en ne tenant compte que du seul espace rural (ETSM, 1983).

5Rares sont les ouvrages exprimant des densités chiffrées sur le Wolaita, et l’on ne saurait condamner cette élémentaire mesure de précaution tant les bases d’un tel calcul sont difficiles à mettre en place. On peut trouver cependant d’autres estimations que les nôtres : Tegegne Teka propose le chiffre de 304 hab./km2 (pour 1989 !) et Dessalegn Rahmato celui de 400 hab./km2 (1992 : 59). Dans l’ensemble, tous s’accordent sur des chiffres élevés et dans tous les cas beaucoup plus élevés que la moyenne nationale.

6Le Wolaita appartient donc à l’évidence aux régions les plus densément peuplées du pays que J. Gallais (1989) localise ainsi : le premier noyau se trouve dans les terres historiques du Nord, le deuxième dans le Gojjam oriental (Centre-Nord), et le troisième, qu’il considère comme le plus étendu, s’étend d’Addis-Abeba au nord à la région SNNPR, il inclut la vallée du Rift et les blocs montagneux qui l’encadrent. Le quatrième, enfin, se situe dans la région d’Harar (Est). Sans grands changements, A. Gascon propose aujourd’hui une répartition équivalente de la charge démographique et insiste sur la prévalence du pole méridional, dans lequel 33 wereda présentent des densités supérieures à 220 hab./km2 (soit quatre fois la moyenne nationale) et dont 11 abritent plus de 440 hab./km2 (Gascon, 2001 : 163-164).

7La région Sud, SNNPR, possède une densité moyenne de population de l’ordre de 94 hab./km2 mais abrite également, au sein des « pays de l’enset », des foyers de densité beaucoup plus élevés : le Kambatta et le pays hadiya ont des densités proches de celles du Wolaita comprises entre 300 et 400 hab./km2, selon les modes de calculs. Toutefois, de telles moyennes ne tiennent pas compte des fortes ruptures altitudinales dans la répartition des hommes. Le peuplement obéit en Éthiopie à un gradient altitudinal que nous synthétiserons ainsi : les montagnes regroupent la majorité des habitants alors que les basses terres connaissent une occupation humaine très lâche. Or les entités administratives, quel que soit leur niveau – et plus encore à petite échelle – associent très souvent les différents étages. Il convient donc de calculer les densités de population aux échelles les plus locales afin de minimiser la correction qui s’opère entre les deux extrêmes du peuplement. Dans des régions aux topographies contrastées, comme c’est le cas sur les bordures montagneuses de la vallée du Rift, et donc dans le Wolaita, seule l’échelle des qebelé permet une approche significative de la pression démographique.

L’entassement humain dans le Wolaita

8Le wereda oriental de Damot-Woyde qui s’étend depuis les contreforts du mont Damot jusque dans la vallée du Rift, révèle une densité moyenne de 230 hab./km2, alors que localement les chiffres peuvent varier de 41 hab./km2 dans les basses terres à 754 hab./km2 à une altitude de 2 000 m. À l’inverse, le wereda de Damot-Gale qui comporte peu de basses terres et présente un niveau de peuplement relativement homogène, offre une densité moyenne de 525 hab./km2, soit presque le double de celle du Wolaita (carte 3 du cahier couleurs).

9L’important contraste dans la répartition de la population ne doit pas masquer les formidables concentrations humaines que l’on peut généralement observer dans le Wolaita. Elles constituent, à plus d’un titre, l’une des caractéristiques principales de la région. Le wereda septentrional de Damot-Gale supporte les pressions démographiques les plus lourdes avec des chiffres de 921 hab./km2 dans le qebelé de Seyara-Mahe, ou de 1 020 hab./km2 dans celui de Zamine-Sibaye. Dans le Wolaita, les densités de populations calculées à l’échelle du qebelé expriment, du point de vue des mécanismes de répartition de la population, une situation conforme à la géographie des montagnes éthiopiennes, mais très singulière dans ses niveaux de peuplement.

10Les fortes densités humaines sont un trait marquant de la géographie wolaita, à tel point que les espaces peuplés par 150 à 250 hab./km2 apparaissent comme relativement vides en comparaison du reste du territoire et surtout des densités les plus élevées qui dépassent les 750 hab./km2. Ce ne sont pas tant les records de concentration humaine qui marquent le Wolaita mais davantage la généralisation des fortes densités, puisque seulement 10 % des qebelé se caractérisent par des densités très élevées, deux fois supérieures à la moyenne wolaita.

11On observe ainsi un triangle de fortes densités, généralement supérieures à 450 hab./km2 (à quelques exceptions près), qui pénètre le territoire wolaita depuis la frontière nord jusqu’au mont Damot, qui forme le sommet le plus méridional de ce triangle. S’opposent donc, sur un gradient de répartition de la population, un Nord et un Sud. La proportion de qebelé dépassant les 450 hab./km2 va en augmentant vers le nord (dans les wereda de Damot-Gale et Bolosso-Sore) et en diminuant vers le sud dans ceux de Kindo-Koïsha et d’Humbo. Le centre du Wolaita, aux alentours du wereda de Soddo-Zuria, présente des densités élevées mais néanmoins plus faibles que dans le Nord.

12En outre, cette opposition Nord/Sud, un peu trop schématique, est fortement contrariée par le facteur altitudinal. On observe très bien sur la carte 3 que le môle montagneux ou collinaire qui se développe à partir de 1 500 m d’altitude coïncide presque parfaitement avec le cœur peuplé du Wolaita. Ainsi peut-on noter une zone de forte densité qui prend en écharpe le territoire, depuis les monts du Sud-Ouest de Kindo-Halale, et qui va en s’élargissant jusqu’à englober l’ensemble des terres septentrionales, à l’exception des deux périphéries occidentales et orientales constituées de basses terres. L’adéquation entre altitude et concentration humaine trouve sa plus parfaite expression autour du mont Duguna (dans le wereda de Damot-Woyde) où l’on observe un îlot de forte densité pouvant localement dépasser les 550 hab./km2 ceint par une zone de basse pression démographique.

13Néanmoins, l’étagement altitudinal des populations ne se lit pas aussi nettement que dans le reste du pays : le « Wolaita peuplé » de la frontière septentrionale se situe ainsi à plus basse altitude que les montagnes méridionales de Kindo-Halale. Les deux catégories spatiales qui opposent un « Wolaita plein » et un « Wolaita vide » ne sont donc pas si homogènes qu’il y paraît et ne traduisent pas toujours la tendance au repli des populations en altitude, pourtant lourde dans la géographie du peuplement éthiopien. Les basses terres sont effectivement beaucoup plus composites qu’elles ne le paraissent et abritent localement de signifiantes densifications du peuplement, comme on le remarque dans les wereda du Nord.

14On retiendra donc deux catégories d’espaces pleins : les espaces « saturés » du Nord et les espaces pleins du Centre et du Sud montagneux. De même, il existe différents types de basses terres : celles très peu peuplées où les densités peuvent descendre en deçà du seuil de 50 hab./km2, comme c’est assez souvent le cas dans la vallée du Rift, et des espaces plus denses correspondant à des colonies de peuplement.

15L’existence de telles densités dans un monde rural encore largement dépendant de l’activité agricole renforce leur caractère problématique et permet d’entrevoir la pression humaine et alimentaire qui pèse sur les terroirs wolaita. Le corollaire de la pression démographique est bien entendu le problème de l’accès à la terre, et en l’occurrence, la faiblesse des superficies disponibles par exploitant.

Le micro-foncier : « Land of scarcity »

16Dans un monde rural encore agricole, le manque de terre, conséquence directe de la pression démographique, contraint fortement l’aménagement de l’espace. Il constitue un véritable guide paysager puisqu’il influe sur les pratiques agraires et marque de son empreinte ce « territoire paysan ».

Les petites superficies wolaita

17L’ensemble du Wolaita connaît aujourd’hui une situation de stress foncier. À titre d’exemple le wereda d’Ofa abrite, d’après les données non publiées de l’antenne locale du MOA (Ministry of Agriculture), une densité globale de 295 hab./km2, soit une densité agricole de 475 hab./km2, qui équivaut à une superficie agricole théorique par habitant de 0,21 ha. Il faut néanmoins corriger cette impression de très petites exploitations, en exprimant les superficies disponibles en fonction du chef d’exploitation (responsable de 5 à 6 personnes). L’exploitation moyenne d’un exploitant wolaita oscille alors entre 0,6 ha dans le wereda de Kindo-Koïsha et 1,9 dans celui d’Ofa. Elle est d’environ 0,77 ha à Damot-Gale et Damot-Woyde et de 1,1 ha à Soddo-Zuria et Bolosso-Sore (MOA, 1996 et 2001 ; CSA, 1998). Se dessine, à travers ces chiffres, un monde de petits exploitants, voire de très petits exploitants, où les exploitations sont en général largement inférieures à 1 ha.

Les chiffres officiels semblent surévalués en comparaison de ceux que fournissent d’autres sources. Il est ainsi délicat de dresser un portrait fidèle de la disponibilité foncière par habitant dans le Wolaita, tant les enjeux sont nombreux et les intérêts du chercheur et des paysans, contradictoires. Nous garderons donc toujours en mémoire que les superficies annoncées par les paysans peuvent être sous-évaluées dans la crainte d’une éventuelle révision de l’impôt foncier. Elles restent malgré tout conformes aux autres résultats. N’ayant pu conduire correctement une mesure topométrique des parcelles – le terrain étant trop accidenté – nous nous baserons principalement sur les estimations paysannes.
L’unité de mesure du sol dans la région – le yok – correspond à la superficie qu’un attelage de bœuf est capable de labourer en une journée, soit un quart d’hectare. Il s’agit donc là d’une unité de mesure qui ne s’applique qu’aux champs. Les plantations d’enset ou, plus rarement, de café qui ceignent l’habitation ne sont pas prises en compte dans les mesures ainsi exprimées. Cette unité de mesure pose des problèmes dans le cas des très petites superficies qui, parfois, ne comprennent pas de champs mais seulement la plantation et le jardin.
L’étude du problème foncier, abordé sous l’angle cultural, doit nous faire prendre conscience de l’hétérogénéité des données issues des enquêtes de terrain. La majorité des paysans assimilent la superficie totale de leurs exploitations à la seule superficie arable, qu’ils mesurent en yok. Mais certains, connaissant la taille globale de leur terrain – à la suite d’une campagne d’arpentage conduite par le gouvernement –, ne font pas la confusion. Malheureusement nous nous sommes rendus compte de cet état de fait beaucoup trop tardivement pour pouvoir en tenir compte dans les résultats présentés ci-dessous.

18D’après les enquêtes de terrain, regroupant 170 paysans de richesse indéterminée, conduites dans les sept wereda et quel que soit l’étage considéré, l’exploitation moyenne wolaita se situe autour de 0,45 hectare. En outre, la majorité des paysans interrogés (89 %) possèdent des droits sur une exploitation inférieure à 1 ha. Dans le système foncier éthiopien, les paysans ne sont pas propriétaires du sol au sens strict du terme, ils en possèdent seulement l’usufruit. La prédominance des petites, voire des très petites exploitations, est nette et se double d’une forte inégalité dans la répartition des terres. Parmi les petits « propriétaires », nombreux sont ceux qui cultivent les plus petites exploitations, puisque l’exploitation médiane ne couvre, d’après enquêtes, que 0,32 ha. En conséquence, les plus gros « propriétaires » fonciers exploitent des superficies relativement modestes, autour de 1,5 hectare, comme c’est le cas dans les qebelé densément peuplés de Gununo et Dola du wereda de Bolosso-Sore. En revanche, dans ces mêmes qebelé, les plus petits exploitants ne « possèdent » que le sol de leur toukoul (maison), celui de leur plantation d’enset ainsi que celui du jardin, soit environ un dixième d’hectare.

19D’autres enquêtes de plus grande ampleur viennent confirmer la structure minifundiaire de la société wolaita (Dessalegn Rahmato, 1992 : 18 ; Tegegne Teka, 1994 ; WDA, 2002, non publié). Il semble donc impossible de remettre en cause le caractère pleinement minifundiaire de ces tenures : les exploitations sont toutes très petites et la majorité des paysans se concentre sur un espace réduit. Les données du recensement agricole, produites à l’échelle de la Zone du Semen-Omo (fig. 1), poussent jusqu’à la caricature ces observations puisque l’on observe que 10 % des exploitants se concentrent sur 1,5 % de l’espace agricole utilisé, et qu’à l’inverse 1,5 % des plus gros exploitants se partagent 10 % de l’espace agricole pour une exploitation moyenne de 0,49 hectare.

20Comme le Wolaita, l’ensemble des pays de la région Sud se caractérise par une structure minifundiaire (tabl. 1) : 10 % des exploitations se partagent 1 % des terres agricoles régionales, alors qu’à l’autre extrémité de la situation foncière, 2 % des exploitants cultivent 10 % des terres. Cette très nette opposition des extrêmes se retrouve de manière tout aussi stricte dans le Semen-Omo. Moins affirmée dans les régions voisines, l’inégalité de la répartition foncière demeure une caractéristique importante de la géographie régionale. Ainsi, observe-t-on une répartition des terres un peu plus égalitaire dans le Hadiya tout comme l’existence de « gros propriétaires » fonciers, exploitant plus de deux hectares de terre ! L’écart entre les exploitations moyennes de ces Zones est suffisamment éloquent pour prendre la mesure de la pénurie foncière du Semen-Omo : il possède la plus petite moyenne, autour de 0,49 hectare, alors que celle du Hadiya s’élève à 0,82, celle du Kambatta à 0,69 et celle du pays guragé à 0,66 ha, pour une moyenne régionale (SNNPR) de 0,53 hectare, légèrement supérieure à celle du Semen-Omo.

Fig.1 – Organigramme administratif éthiopien.

En gras : pourcentage du nombre d’exploitants.
En italiques : pourcentage de la SAUée.
K.A.T. : Kambatta, Alaba, Tembaro.
- : absence de données.
Source : Agricultural Sample Survey 1997-1998, vol IV.
Tabl. 1 – La situation foncière régionale.

21Dans les petits jardins du Sud, le manque de superficies cultivables est donc important et répandu. Tous ne sont pourtant pas soumis aux frappantes inégalités que l’on observe dans les régions du Semen-Omo, et a fortiori dans le Wolaita. La relative richesse foncière des pays gamo et daoro, au sein du Semen-Omo, y tempère l’inquiétante pénurie du Wolaita.

Mesures qualitatives du « stress foncier »

22La situation de stress foncier du Wolaita s’avère encore plus marquée si l’on adapte mieux les critères de mesure des exploitations. À travers le prisme des seules cultures annuelles, la quasi-totalité des exploitants (95,5 %) possède moins d’un hectare de terre : 81 % moins d’un demi-hectare et 24 % moins d’un dixième d’hectare (CSA, 1997-1998). On remarquera que dans une telle configuration la catégorie des gros exploitants, cultivant plus d’un hectare de terre, a disparu.

En gras : la Zone Semen-Omo.
Nota : La référence à l’échelle régionale (SNNPR) n’a pas pour but de comparer des résultats, qui sont fortement similaires, mais de permettre une présentation plus complète du problème, puisque les données aux échelles des Zones font parfois défaut.
Source : Agricultural Sample Survey, 1997-1998, vol IV.
Tabl. 2 – Spécialisation des exploitations en fonction de leur superficie dans la SNNPR.

23Afin de mieux estimer les besoins en terre des agriculteurs, il convient de ne pas prendre en compte les parcelles non cultivées (bois, pâturages, pelouses...), ni celles occupées par des cultures pérennes de moindre importance au niveau des besoins alimentaires ou des besoins en terre. Lire la disponibilité foncière du seul point de vue des superficies dévolues aux cultures annuelles donne donc une bien meilleure mesure du stress foncier régional.

24Si basses soient-elles, les données chiffrées exprimant les superficies disponibles sous-estiment le stress foncier. À l’inverse, la nature des cultures pratiquées sur les exploitations donne une idée plus juste du problème foncier, en l’articulant aux pratiques agricoles en vigueur. Cette méthode d’appréhension du problème foncier et agraire met en évidence, outre une différence de taille entre une petite et une grande exploitation, une différence de nature, qui explique partiellement la survie des agriculteurs sur de si petites superficies.

25L’augmentation conjointe de la superficie totale de l’exploitation et de la part dévolue aux cultures temporaires apparaît nettement dans le tableau 2 : le maïs, la plus emblématique des cultures annuelles dans le système agricole wolaita, occupe environ 11 % des superficies dans les petites exploitations et environ un tiers dans les exploitations moyennes – nous ne possédons pas de données pour les grandes exploitations. En retour, la part des superficies occupées par des cultures permanentes, dont l’enset est la principale dans le Wolaita, demeure la plus importante et ne cesse de diminuer avec l’augmentation globale des superficies. Ainsi l’enset, qui occupe un peu plus de 20 % de la superficie totale des plus petites exploitations, n’en occupe plus que 6 % sur les exploitations moyennes. Ce qui tend à prouver que l’importance de l’espace dévolu aux cultures permanentes, et plus particulièrement à la plantation d’enset, ne dépend pas des disponibilités foncières. En effet, il ne croît pas à mesure que la superficie des exploitations augmente, à l’inverse de certaines plantations de café. Les plus petites exploitations, souvent tenues par des veuves, se réduisent ainsi à une unique plantation d’enset, alors que les exploitations les plus vastes regroupent toutes les catégories d’espace agricole : la plantation, les champs, le bois, la pâture et parfois la jachère.

26La faiblesse, voire l’absence, de superficies arables constitue une contrainte majeure pour l’agriculteur. Elle détermine la nature de son activité en la restreignant à une agriculture strictement vivrière (la plantation d’enset). Ce faisant, elle pénalise son intégration dans l’économie marchande – les produits de l’enset se vendent mal dans le Wolaita, où tous les paysans en cultivent. En revanche, il n’existe pas de réelles différences entre gros, moyens et petits exploitants qui pratiquent tous les mêmes activités agricoles, à quelques différences de degré prés. La faiblesse générale des superficies disponibles et leur inégale répartition provoquent une réorganisation des pratiques agricoles et modifient en conséquence le profil agraire de la région. La pression foncière a d’importantes répercussions sur l’orientation agricole des exploitations. En cela, elle influence fortement l’agencement des paysages et caractérise d’autant le territoire wolaita.

27Le Wolaita se présente donc comme un monde paysan plein et pauvre en terre. Certes la faim de terre y résulte en partie de la pression foncière mais elle se caractérise également par une inégalité dans l’accès au sol, dont les origines (historiques, sociales) sont multiples et ne sauraient se réduire au seul poids du nombre. La pénurie est un phénomène relativement nouveau dans le Wolaita qui bénéficie d’un milieu favorable à la pratique d’une agriculture pluviale et, surtout, de pratiques agricoles complexes et diversifiées capables de supporter une forte charge démographique. Diverses aptitudes qui ont longtemps contribué à l’exceptionnelle richesse du pays et lui ont valu une indéfectible réputation de pays de cocagne, au sein d’un ensemble éthiopien souvent moins favorisé. L’image d’un Wolaita éternellement généreux, si peu conforme à la réalité contemporaine, représente le premier fondement de son identité territoriale, et paradoxalement le moins solide !

Table des illustrations

Légende Fig.1 – Organigramme administratif éthiopien.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2395/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende En gras : pourcentage du nombre d’exploitants.En italiques : pourcentage de la SAUée.K.A.T. : Kambatta, Alaba, Tembaro.- : absence de données.Source : Agricultural Sample Survey 1997-1998, vol IV.Tabl. 1 – La situation foncière régionale.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2395/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende En gras : la Zone Semen-Omo.Nota : La référence à l’échelle régionale (SNNPR) n’a pas pour but de comparer des résultats, qui sont fortement similaires, mais de permettre une présentation plus complète du problème, puisque les données aux échelles des Zones font parfois défaut.Source : Agricultural Sample Survey, 1997-1998, vol IV.Tabl. 2 – Spécialisation des exploitations en fonction de leur superficie dans la SNNPR.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2395/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540