Version classiqueVersion mobile

La chute d’un Eden éthiopien

 | 
Sabine Planel

Introduction générale. Le pays où l’on devient éthiopien

Texte intégral

1On ne naît pas Éthiopien, on le devient. Originaires d’Abyssinie, au cœur historique et septentrional de l’Éthiopie, ou des confins nuers à la frontière soudanaise, tous les hommes découvrent depuis plusieurs décennies la signification d’une telle expression. Certes l’apprentissage de la nationalité éthiopienne est plus ou moins difficile selon qu’on partage ou non les valeurs d’une civilisation chrétienne et sémite partagée par les groupes amhara et tigréens (Berhanou Abebe, 1998). Valeurs qui soutiennent l’architecture étatique de l’Éthiopie et qui, dès la fin du xixe siècle, insufflèrent aux dirigeants amhara et amharisés de la province centrale du Choa une volonté d’impérialisme territorial, sans pareil dans le reste du continent africain.

2À la fin du xixe siècle, portés par leur histoire, les Amhara allaient étendre leur contrôle en direction du sud, de l’ouest et de l’est pour donner corps à l’ambitieux projet géopolitique du souverain Ménélik II (1865-1913) : la création d’une Grande Éthiopie telle qu’elle est aujourd’hui délimitée par la conquête militaire de nouveaux espaces (carte 1 du cahier couleurs). Conquête, reconquête ou simple colonisation, la construction territoriale ainsi entamée n’en finit pas de se réaliser et vit au rythme mouvementé des soubresauts de l’histoire politique nationale. Aujourd’hui, et plus particulièrement depuis la sécession de l’Érythrée en 1993, l’avenir et l’unité d’une Éthiopie contemporaine fait problème (Levine, 1974 ; Markakis, 1974 ; Mac Clellan, 1988).

3Longue est la gestation de la nation éthiopienne, aussi lente que la construction d’un territoire national uni et unifié. L’intégration et (ou) l’assimilation de territoires variés à un espace marqué par un centralisme politique fort depuis le règne du « roi des rois » Haïlé Sellassié, de 1930 à 1974, constitue le principal vecteur de cette construction nationale. La soumission des territoires d’Éthiopie à une autorité politique moderne, la dilution progressive, et plus ou moins contrariée, des identités locales dans le creuset d’une civilisation amharo-tigréenne mouvante provoquent des recompositions spatiales et identitaires aussi profondes que déterminantes pour l’avenir du pays. C’est le lent et irréversible processus d’un espace national en construction que cet ouvrage se propose d’analyser, à travers l’exemple d’une petite région méridionale : le Wolaita.

4Si tous les peuples et tous les territoires qui composent l’Éthiopie s’adaptent à la construction d’un État moderne, les espaces conquis par l’armée de Ménélik II à la fin du xixe siècle connaissent des mutations radicales mais pas toujours très visibles. La remarque vaut particulièrement pour le Sud éthiopien qui, malgré sa pluralité, possède une identité bien distincte de celle du Nord, plus familier de la culture amhara. Cette « Éthiopie sans monuments » (Gascon, 1995 : 15), où l’écriture et la civilisation chrétienne furent longtemps inconnues, attira les convoitises du Nord, par la variété de ses jardins, promesses d’abondance. À la différence des hauts plateaux septentrionaux marqués par plusieurs siècles de céréaliculture à l’araire, les petits pays du Sud présentent des paysages originaux, toujours verts, et très certainement riches. Café, épices, coton et autres cultures méridionales aiguisèrent aussi sûrement les appétits du Nord, que les puissances coloniales européennes menaçaient de s’emparer de tels trésors.

5Prospères et naïfs, oublieux des valeurs chrétiennes qu’ils auraient jadis partagées avec l’Abyssinie, les peuples de ces jardins d’Éden furent (ré)intégrés dans le giron amhara à la fin du xixe siècle. Commença alors avec leur entrée dans l’histoire une lente transformation qui, pour certains d’entre eux, s’apparente à une chute tant leur situation s’est détériorée du point de vue économique et politique. Jardins bibliques et obscurs des origines, les pays du Sud devinrent les greniers de l’empire chrétien. Aujourd’hui, au même titre que l’ensemble des campagnes de ce pays pauvre, ils connaissent une instabilité alimentaire grandissante.

6Le Sud éthiopien forme une réalité complexe et hétéroclite : espace montagnard cloisonné, il regroupe des sociétés aux statuts et aux identités diverses. Au grand groupe Oromo qui occupe l’essentiel de la région, s’oppose une multitude de petits peuples répartis le long de la rivière Omo, parmi lesquels vivent les Wolaita. Puissance démographique et entité politique grandissante, la nation oromo pèse aujourd’hui de tout son poids dans la géographie éthiopienne qu’elle façonna en partie à la faveur de vastes mouvements migratoires entrepris au xvie siècle. En dépit de la forte hétérogénéité de ce groupe ethnique, élevé – avec les Amhara et les Tigréens – au rang des rares nations ayant actuellement droit de cité dans le paysage politique éthiopien, les Oromo écrasent littéralement de leur stature les autres formations sociales du Sud, considérées comme les membres mineurs du grand corps national éthiopien.

7Plus que tous autres, les peuples du Sud occupant des territoires restreints et enclavés, à l’écart de l’influence assimilatrice des Amhara ou même des Oromo, regimbent à toute forme de fédération et demeurent des entités négligées. Leur difficile visibilité identitaire explique la marginalité de leur position politique et leur relégation dans une entité régionale relictuelle : la Région/État (Kellel) des Nations, Nationalités et Peuples du Sud (SNNPR). Si tout les oppose : leur langue, leur histoire, leurs pratiques culturales et parfois même culturelles, on ne peut cependant s’empêcher de souligner les parentés importantes qui les rapprochent, et qui font que, dans le champ géographique, l’un d’entre eux peut faire valeur d’exemple. Il est vrai d’ailleurs que l’éclatement culturel qui prévaut dans la région fut en partie construit par la lecture holistique qu’en eurent les anthropologues anglo-saxons de la fin du xixe siècle.

8Au sein de ces « Balkans éthiopiens » (Gascon, 1995) (carte 2), le petit ensemble culturel (principalement linguistique) de la civilisation ométo regroupe les peuples omotiques vivant sur les rives nord de l’Omo, dont les Wolaita longtemps désireux de soumettre la région à leur impérialisme politique. Les Wolaita qui représentent pourtant moins de 3 % de la population éthiopienne ont beaucoup à nous dire sur les processus de construction de l’espace national éthiopien et leur voix s’avère d’autant plus intéressante qu’elle provient de la mosaïque confuse et méconnue du Sud éthiopien. Le Wolaita, petite région de 4 500 km2 située à environ 250 km au sud d’Addis-Abeba sur le versant occidental de la vallée du Rift illustre, plus qu’aucun de ses voisins, les dynamiques de recomposition(s) territoriale(s) à l’œuvre dans la construction de l’espace éthiopien.

9L’ancienneté de sa structuration politique (l’existence d’un royaume wolaita est avérée depuis le xiiie siècle) exprime la spécificité du processus de construction de l’espace éthiopien, qui ne crée pas du territoire ex-nihilo mais qui compose, d’une façon plus ou moins autoritaire, avec des réalités spatiales et culturelles préexistantes. En outre, l’historicité du territoire wolaita oblige à réviser le jugement longtemps partagé selon lequel « l’Éthiopie sans monument », sans écriture et sans religion serait également une terre sans histoire et sans croyances.

Carte 2 – Les Balkans du Nord-Omo

10Le caractère intensif de l’agriculture que l’on y pratique et la richesse de ses campagnes rendent plus patents encore les signes d’une paupérisation généralisée du monde rural éthiopien, puisqu’ils apparaissent également dans l’une des régions agricoles les plus performantes du pays. Des dynamiques internes (génie agricole et grande capacité d’adaptation des paysanneries wolaita) comme des dynamiques externes (programmes de modernisation agricole engagés par l’État central ou les ONG) obligent à considérer la dualité de l’économie, largement agricole, des Wolaita et à poser les responsabilités d’une politique d’intégration nationale partiale dans la crise que subissent aujourd’hui les populations rurales.

11Enfin, le cas wolaita met en lumière le caractère obscur et la difficulté à lire les processus de recomposition territoriale. D’un certain point de vue, ce territoire est l’un des plus méconnu de toute l’Éthiopie, en but à une incompréhension majeure qui relève à la fois de la spécificité de ses paysages mais également de l’ambiguïté de sa position vis-à-vis des autres peuples ométo, oscillant entre crainte et mépris. L’image d’un jardin d’Éden constitue, dans le monde éthiopien, le fondement le plus répandu de sa singularité territoriale, alors qu’il est le moins solide. À travers le destin du Wolaita, on découvre combien les représentations et les perceptions spatiales pèsent lourdement dans la vaste entreprise de construction d’un territoire national. Et le géographe redécouvre avec quelle subtilité les paysages peuvent induire en erreur.

12Comprendre l’évolution du Wolaita dans toutes ses dimensions et notamment dans son rapport à l’État et à l’espace éthiopiens, c’est d’abord identifier la singularité de ce territoire, une identité géographique qui lui permet de se distinguer de l’espace environnant. C’est ensuite analyser les recompositions dont il fut l’objet et observer dans ce cheminement les permanences qui justifient sa territorialité.

13L’identité du territoire wolaita découle d’une rencontre entre une moyenne montagne du Sud éthiopien, une ethnie et un État, ou plus exactement deux États : un premier wolaita, puis un second, éthiopien. L’individualisation du territoire est l’aboutissement d’un long processus historique dans un milieu géographique particulier conférant à l’espace une forte personnalité. Dans un second temps, son intégration à l’espace éthiopien le transforme peu à peu en une région d’Éthiopie. La double appropriation dont il fut l’objet, wolaita puis éthiopienne, donna lieu à toute une série de recompositions et renseigne sur les modalités d’émergence de territoires composites.

14En Éthiopie, tout particulièrement, le territoire se définit comme l’espace qui, par la volonté de certains hommes et contre celle d’autres – dans le cas wolaita – se maintient, résiste à des volontés impérialistes d’assimilation, aux effets déstructurants de la mondialisation économique ou de la pression démographique. C’est dans son rapport à l’autre, et plus encore à un autre englobant, que le territoire se révèle comme espace singulier. En un sens, tout espace serait territoire si la spécificité territoriale n’était fondée sur sa permanence. En dépit de ses recompositions, le territoire demeure puisque l’espace persiste à se distinguer de son environnement régional.

15C’est dans la longue durée braudélienne, dans le patient travail de structuration de l’espace, durant le long processus d’appropriation d’une terre par une société, que naissent les territoires. Telle l’Éthiopie, tel le Wolaita. Les multiples rebondissements de l’histoire éthiopienne montrent bien que les encadrements spatiaux changent, que les statuts territoriaux – notamment administratifs – ne sont pas toujours fidèles à une réalité géographique façonnée au cours des ans. Les territoires sans histoire n’existent pas, car c’est dans la durée que l’espace se laisse apprivoiser par les hommes. Il n’est pas de meilleur exemple pour s’en convaincre que la terre élue par les descendants du roi Salomon et de la reine de Saba : le pays des Éthiopiens.

16L’espace wolaita s’individualise dès le xiiie siècle de la gangue de l’espace omotique, formé par l’ensemble montagneux bordant le cours supérieur de l’Omo. Différentes vagues de conquêtes militaires vont permettre aux Wolaita de contrôler la vaste étendue collinaire qui compose aujourd’hui l’essentiel de leur territoire. Des siècles de conquête territoriale aboutissent d’une part à l’identification du groupe ethnique wolaita par assimilation d’individus d’origines diverses et d’autre part à la naissance d’un espace clairement délimité et contrôlé par les rois du Wolaita. En s’appropriant cette moyenne montagne, les Wolaita façonnent un espace à leur mesure et le constituent en territoire. Au xixe siècle, le royaume ainsi édifié est au sommet de sa puissance ; il résiste farouchement aux invasions des troupes choanaises.

17Le Wolaita à la forte identité politique et historique est bien un territoire dans son acception la plus courante, définie par le Littré : « L’étendue de terre qui dépend d’un empire, d’une province, d’une ville, d’une juridiction ». Il s’agit bien d’un espace approprié par un pouvoir politique, qui dans un premier temps fut celui des rois du Wolaita.

18Initiée au xiiie siècle et achevée au xixe siècle, la lente construction du royaume wolaita permit une riche stratification de l’espace. S’il est vrai que « l’espace a besoin de l’épaisseur du temps, de répétitions silencieuses, de maturations lentes […] pour exister comme territoire » (Marié, 1982, in Di Méo, 1998 : 39), alors nous pouvons dire que le Wolaita, vieux de huit siècles, est bien un territoire. Le poids des âges dans la territorialité wolaita se repère surtout par la permanence de ses frontières. L’ensemble des frontières géographiques (naturelles, historiques et culturelles) du Wolaita mis en place très précocement guide aujourd’hui encore les délimitations administratives.

19Espace délimité et contrôlé, le Wolaita témoigne d’une autre dimension de la territorialité : il s’agit d’un espace approprié par un groupe humain singulier. La société, ou plus exactement l’ethnie – en dépit de l’imprécision de ce concept – est, en Ethiopie, le principal fondement du découpage régional (Gamachu, 1994). Les territoires se présentent dès lors comme des espaces d’appartenance ethnique et les hommes qui les habitent entretiennent avec eux des liens forts et constants. Aujourd’hui, la dimension ethnique détermine, dans une large mesure, la reconnaissance du Wolaita, ne serait-ce que du point de vue politique. L’adoption d’un régime politique fédéral à base ethnolinguistique par le gouvernement éthiopien en 1991 survalorise considérablement cette dimension de la territorialité qui n’est pourtant pas la plus significative dans le cas wolaita, et peut-être ailleurs en Éthiopie.

20Certes, nous ne pouvons nier le rôle de l’ethnie dans la construction de ce territoire. Comme le souligne J. Bonnemaison (1983) : « La territorialité découle en effet de l’ethnie en ce qu’elle est d’abord une relation culturellement vécue entre un groupe d’hommes et une trame de lieux hiérarchisés et interdépendants, dont la figure au sol constitue un système spatial, autrement dit un territoire ». Mais dans le contexte politique éthiopien, sa prise en compte systématique dans la distinction et la délimitation des territoires peut poser problème (Vaughan, 2005). Les nombreuses parentés sociales et territoriales qui unissent les Wolaita à leurs voisins du Nord, les Hadiya, sont trop nombreuses pour ne pas remettre en cause le caractère uniquement ethnique des découpages territoriaux en Éthiopie.

21Les valeurs du groupe wolaita, parfois partagées avec d’autres peuples, marquent l’espace tout autant que l’appropriation politique. Les paysages témoignent de la mise en valeur d’une moyenne montagne par un peuple de paysans. Ils traduisent l’ensemble des valeurs et des techniques que le peuple impose, au sens littéral du terme, à l’espace qu’il habite. L’inscription spatiale de systèmes économiques, de techniques agraires ou de structuration sociale, confère à l’espace une dimension propre. Les paysages ouvrent une fenêtre sur le territoire et renseignent sur les hommes qui les ont façonnés. À cet égard, les paysages très fortement anthropisés du Wolaita sont particulièrement expressifs et donnent à voir quelques-uns des fondements de l’identité wolaita. À l’instar de G. Di Méo (1998 : 169), nous pensons qu’« il n’est pas excessif d’affirmer que l’instance géographique forme le substrat du territoire ». L’ensemble des « pratiques de l’espace », mais également toutes ses formes de mise en valeur, construisent l’identité du territoire tout autant que son histoire ou que sa société.

22L’intégration forcée du Wolaita à l’empire éthiopien peut se comprendre comme une dépossession territoriale : les valeurs qui vont s’y inscrire ne sont plus wolaita mais amhara. Cette perte de contrôle partielle des Wolaita sur leur territoire marque le début de son existence en tant que région, partie d’un tout éthiopien.

23Depuis l’application du projet d’unification politique des territoires conquis par Ménélik II, l’espace national éthiopien est traversé par des dynamiques communes. Les lois impériales, foncières, politiques, économiques et autres balayent l’ensemble du territoire, en dépit des multiples distinctions territoriales. Peu à peu les territoires spécifiques, aux identités singulières, se dissolvent dans le vaste mouvement d’homogénéisation de l’espace éthiopien et perdent de leur caractère.

24Les villes, les églises et les écoles promues par l’État éthiopien polarisent les territoires d’une façon similaire et favorisent l’émergence d’un vaste espace national. La ruralité dominante, l’impact d’un niveau de peuplement élevé, les politiques de modernisation agricole et de redistribution foncière regroupent toutes les campagnes d’Éthiopie dans une même aire de ruralité sous-développée. Les dynamiques politiques et économiques nationales à l’œuvre dans le Wolaita depuis plus d’un siècle impriment au territoire une identité nouvelle. La civilisation choanaise (amhara et amharisée) surimpose peu à peu ses formes d’aménagement spatial à celles de la société wolaita. Le territoire wolaita « apprend » à devenir éthiopien.

25Mais le continuum spatial du territoire éthiopien est encore embryonnaire ; il est soumis localement à d’importantes déformations culturelles, politiques ou géographiques qui font apparaître de véritables ensembles régionaux. Dans la géographie de l’espace national éthiopien, les territoires ethniques proches fusionnent et se fondent sous le coup de puissantes forces de nivellement spatial. La rencontre des dynamiques homogénéisantes d’organisation du territoire et de la nation avec des espaces géographiques variés qui composent la « Grande Éthiopie » crée des configurations régionales différenciées qui autorisent une nouvelle lecture du territoire éthiopien. La construction géographique du projet géopolitique de Ménélik II se déroule aujourd’hui sous nos yeux et les territoires des nombreuses ethnies qui forment la nation éthiopienne sont déstabilisés. Les repères culturels sont à réinventer ou à réécrire, surtout dans le cas du Sud éthiopien. Le discours identitaire et les revendications territoriales diverses connaissent un renouveau certain, naguère encouragé par le gouvernement central lors de la Révolution de 1974.

26Sous l’impérialisme culturel de la puissante civilisation amhara et sa très forte capacité d’assimilation sociale, l’identité wolaita se replie au niveau local. L’échelon administratif perd peu à peu sa fonction identitaire. L’espace local est le seul où les individus wolaita, des paysans pour l’essentiel, ont encore un pouvoir réel d’aménagement de l’espace, même s’il est de plus en plus l’objet d’interventions allogènes. Dans un contexte de forte dispersion de l’habitat, la pénétration des dynamiques éthiopiennes d’organisation de l’espace, qui utilisent principalement des vecteurs urbains ou villageois, est rendue difficile – elle existe cependant. Les communautés rurales, les aires de voisinage deviennent alors des lieux de résistance d’une identité wolaita, qui disparaît peu à peu à plus petite échelle.

27Dans l’emboîtement spatial de l’Éthiopie contemporaine, l’échelon territorial perd progressivement de son effectivité, à mesure que le Wolaita devient éthiopien et participe à une construction régionale nouvelle. Tout le succès du projet national éthiopien repose sur cet accord entre une identité wolaita en transformation et une identité éthiopienne en construction.

28Les modalités de construction du territoire national éthiopien obligent à insister sur la dynamique des territoires et des ensembles régionaux. Dans un territoire national en construction, tous les espaces subissent des recompositions profondes et particulièrement ceux du Sud éthiopien, initialement aménagés sur des modèles non amhara. Mais les recompositions spatiales sont d’autant plus profondes que le modèle amhara évolue également : les polarités changent (les capitales régionales du Sud se réveillent), le contexte économique se transforme (l’économie caféière accuse une récession)… Tous ces mouvements transforment à leur tour l’organisation de territoires aménagés sur un modèle qui se cherche. Et pourtant, en dépit de l’impact de telles recompositions, les permanences territoriales demeurent, et l’espace en s’adaptant conserve la mémoire de toutes ses mutations, dans une longue latence des territoires.

29Les deux aspects de la territorialité wolaita, l’aspect endogène du territoire proprement dit et l’aspect exogène de la région éthiopienne, coexistent et sont en constante interaction. La simultanéité des deux dynamiques territoriales souligne le caractère problématique d’un territoire intégré, comme ce fut le cas du Wolaita à la fin du xixe siècle. Aujourd’hui, les manifestations identitaires attachées au territoire s’estompent mais ne disparaissent pas et l’espace accueille des valeurs wolaita comme éthiopiennes. En ce début de xxie siècle, la réalité régionale l’emporte sur la réalité territoriale, à moins que le Wolaita soit simplement devenu aujourd’hui un territoire éthiopien et non plus seulement un territoire wolaita.

30Parmi les nombreux registres de signification du terme « éthiopien », deux sont à distinguer particulièrement : l’espace et le gouvernement. La participation du Wolaita à ces deux réalités reste très inégale et le rapport du Wolaita à l’Éthiopie, espace ou État, est ainsi variable. Le territoire wolaita appartient bien au territoire éthiopien et, à ce titre, les forces en action dans les deux espaces sont communes. Néanmoins, la plupart des dynamiques sont impulsées par un gouvernement auquel, il faut bien le dire, les Wolaita ne participent guère. De ce point de vue, la réalité éthiopienne demeure étrangère à la réalité wolaita et les grandes réorientations politiques et économiques du xxe siècle doivent être considérées comme allogènes.

31Dans certains cas, il est possible, pour plus de clarté, de remplacer le terme éthiopien, dans sa signification politique, par celui d’amhara, sans toutefois mésestimer le risque de cette simplification schématique. Ce que nous appelons civilisation amhara, par facilité de langage et parce que la géopolitique éthiopienne vue du Sud autorise quelques simplifications, fait en réalité référence à une civilisation chrétienne amhara et tigréenne, apparue dans les premiers temps de l’histoire éthiopienne. Tout au long du xxe siècle la population dite amhara assimila des individus de toute origine ethnique, notamment wolaita. La réalité dite amhara est aujourd’hui une entité sociale complexe et tout à fait composite (Donham, 1986). Dans les campagnes wolaita, elle possède pourtant une signification simple : est amhara tout groupe social politiquement dominant originaire du nord du pays.

32La place du Wolaita au sein de l’espace national et, dans une moindre mesure, de l’État éthiopien est donc ambiguë : l’identité wolaita est à la fois interne et externe à l’identité éthiopienne. Pour comprendre les relations qui unissent ces deux espaces il est préférable de ne pas considérer les choses de façon linéaire, mais plutôt d’un point de vue systémique. L’espace national éthiopien est bien un système d’intégration politique qui s’organise autour de trois pôles – et non pas simplement de deux ! Chacun des pôles correspondant à une entité politique, sociale et culturelle, mais également à un espace (Triulzi, 1994). Le système spatial éthiopien se compose ainsi d’un pôle dit amhara, d’un pôle local – wolaita dans notre étude – et d’un pôle éthiopien, qui ne se réduit pas tout à fait à la somme des deux précédents. Au centre de cette triangulation tout un ensemble de forces contraires (continuités et ruptures spatiales, dominations et résistances politiques, adoptions ou refus culturels) structure l’espace.

33En Éthiopie, les campagnes ne sont pas moins concernées que les villes par les nombreuses réformes engagées par l’État central depuis la fin du xixe siècle. L’image d’un monde rural enclavé, conservatoire de pratiques et de modes de vie d’un autre temps, largement diffusée à l’extérieur du pays, est pourtant sans fondement. Les campagnes d’Éthiopie participent pleinement aux transformations parfois brutales que connaît le pays depuis le début du xxe siècle, ne serait-ce que parce qu’y vivent 85 % de la population. Depuis les années 1970, elles sont pleinement entrées dans l’espace politique éthiopien et leur devenir se décide souvent dans la capitale, Addis-Abeba.

34Analyser l’évolution du monde rural c’est comprendre le processus et les modalités de son intégration dans l’espace national éthiopien ; un espace en construction qui se nourrit de ses campagnes, au double sens du terme. Les campagnes éthiopiennes donnent à voir un aspect rare de la ruralité, qui ne se conçoit pas en dehors d’une dimension politique, celle de leur intégration, de leur soumission à un espace national englobant. Tout l’intérêt du cas éthiopien réside dans la simultanéité et la métonymie des deux dynamiques, l’organisation de l’espace rural procède et participe à la fois à la construction d’un espace national en devenir, ou tout du moins en recomposition. Il est donc nécessaire pour comprendre ces campagnes de les aborder d’un double point de vue : à petite échelle, il faut comprendre le cheminement de la construction nationale éthiopienne et, à plus grande échelle, il faut étudier régionalement et localement l’impact d’un encadrement éthiopien sur le monde rural.

Table des illustrations

Légende Carte 2 – Les Balkans du Nord-Omo
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2392/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 177k

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search