Version classiqueVersion mobile

Chroniques des cendres

 | 
Olivier Évrard

Partie 3. Variations interethniques

Introduction

Texte intégral

1Trop souvent, les analyses historiques du changement social dans les villages montagnards invoquent l’influence taï comme facteur explicatif, mais sans en préciser réellement la teneur. Conçue de façon abstraite et essentiellement politique, elle reste peu documentée dans ses dimensions économiques et quotidiennes. De ce point de vue, la vallée de la Nam Tha offre un contexte propice car les conditions économiques et historiques ont favorisé les échanges entre les groupes, et la formalisation rituelle de leurs relations a imprégné de nombreux aspects de leur vie courante. De plus, grâce à la maîtrise de territoires vastes et homogènes, les populations montagnardes ont conservé une position relativement favorable, comparativement aux Khmou de Luangphrabang ou de la frontière vietnamienne par exemple. Au lieu d’être assimilée à une catégorie sociale inférieure presque entièrement intégrée au müang, l’altérité montagnarde constitue ici davantage un horizon, mais (contrairement aux Wa ou aux Kachin de Birmanie, ou à certaines populations môn-khmer du Sud-Laos) un horizon pacifié.

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search