Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les marchés de la biodiversité

 | 
Catherine Aubertin
, 
Florence Pinton
, 
Valérie Boisvert

Conclusion

Catherine Aubertin, Florence Pinton et Valérie Boisvert

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’ambition de notre recherche était d’évaluer ex ante et ex post l’émergence des « marchés de la biodiversité ». Cela revenait à nous interroger sur le modèle de conservation fondé sur un imaginaire marchand.

Au moment de l’élaboration de la Convention sur la diversité biologique, les États du Sud et du Nord, les communautés autochtones et paysannes, les industriels et les chercheurs se sont accordés sur la promotion de « marchés de la biodiversité », compromis politique minimal auquel tous pouvaient adhérer et sur lequel tous pouvaient projeter leurs attentes particulières, et parfois contradictoires. Derrière cet accord de surface, quels sont effectivement les représentations, les besoins et les stratégies des principaux acteurs engagés dans la gestion de la biodiversité ? Dans quelle mesure le compromis trouvé autour d’une « solution marchande » peut-il les satisfaire ? Peut-on parler de « ressource » à propos de la biodiversité ? Telles sont les questions auxquelles nous nous som...

Auteurs

(économiste, IRD, UR 168)
catherine.aubertin@ird.fr
Elle dirige le pôle « Politiques de l’environnement » de l’UR 168 et coordonne plusieurs groupes de recherche sur les questions du développement durable et de la biodiversité. Elle a publié avec Franck-Dominique Vivien Les enjeux de la biodiversité (Economica, Paris, 1998) et Le développement durable ; enjeux politiques, économiques et sociaux (La Documentation française, 2006), et coordonné l’ouvrage Représenter la nature ? ONG et biodiversité (IRD Éditions, Paris, 2005). Elle est membre du comité de rédaction de la revue Natures, sciences, sociétés et correspondante « Développement durable » à l’IRD.

(sociologue, Paris-X, IRD UR 168)
florence.pinton@ird.fr
Détachée à l’IRD au centre d’Orléans, ses thèmes de recherche, centrés sur la conservation de la biodiversité, associent différentes échelles d’analyse allant du local à l’international, sous l’angle des dispositifs d’action collective et de la construction de territoires, de la mobilisation des savoirs locaux et de la production de normes pour l’action sur le terrain. Une de ses entrées privilégiées est la mise en relation des pratiques agricoles et/ou savoirs locaux avec des enjeux environnementaux en France comme au Brésil. Elle a dirigé l’ouvrage La construction du réseau Natura 2000 en France : une politique européenne de conservation de la biodiversité à l’épreuve du terrain, La Documentation française (2007).

(économiste, IRD, UR 168)
valerie.boisvert@orleans.ird.fr
Économiste de l’environnement, elle travaille sur l’évolution et la mise en œuvre du régime instauré par la Convention sur la diversité biologique, auquel elle a consacré sa thèse de doctorat. Elle s’intéresse principalement à l’organisation des échanges de ressources biologiques dans une perspective d’économie politique et institutionnaliste. Elle travaille actuellement sur les filières de valorisation des ressources biologiques et sur les questions de labellisation et de certification de leurs produits.

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540