Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les marchés de la biodiversité

 | 
Catherine Aubertin
, 
Florence Pinton
, 
Valérie Boisvert

Partie 3. Autochtonie, protection des savoirs locaux et activités marchandes

Chapitre 5. Savoirs traditionnels, populations locales et ressources globalisées

Florence Pinton et Pierre Grenand

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis la signature de la Convention sur la diversité biologique, les dimensions politiques et juridiques de la conservation de la biodiversité se sont affirmées. Parmi celles-ci, la reconnaissance des savoirs traditionnels des communautés autochtones et locales est devenue une question centrale des négociations. Ces savoirs ont été investis d’un rôle décisif dans la protection de la biodiversité et dans l’instauration d’un marché des ressources génétiques. Ils ont été pour cela requalifiés comme patrimoine culturel à respecter, information à protéger ou encore marchandise à valoriser pour une nouvelle économie de la connaissance.

L’article 8j de la CDB se réfère à la conservation in situ. Il tempère le droit souverain des États d’exploiter leurs propres ressources par la proposition de prendre en compte une catégorie essentielle d’acteurs : les communautés autochtones et locales. « Sous réserve des dispositions de sa législation nationale, [chaque Partie contractante] respecte, prés...

Auteurs

(sociologue, Paris-X, IRD UR 168)
florence.pinton@ird.fr
Détachée à l’IRD au centre d’Orléans, ses thèmes de recherche, centrés sur la conservation de la biodiversité, associent différentes échelles d’analyse allant du local à l’international, sous l’angle des dispositifs d’action collective et de la construction de territoires, de la mobilisation des savoirs locaux et de la production de normes pour l’action sur le terrain. Une de ses entrées privilégiées est la mise en relation des pratiques agricoles et/ou savoirs locaux avec des enjeux environnementaux en France comme au Brésil. Elle a dirigé l’ouvrage La construction du réseau Natura 2000 en France : une politique européenne de conservation de la biodiversité à l’épreuve du terrain, La Documentation française (2007).

(anthropologue, IRD, US Biodival)
pierre.grenand@orleans.ird.fr
Il a consacré sa carrière à l’étude des peuples des forêts tropicales en Guyane, au Brésil et dans une moindre mesure en Afrique centrale. Il travaille actuellement en Guyane et en Bolivie. Ses champs disciplinaires principaux sont les ethnosciences et l’ethnohistoire. Il a été responsable ou co-responsable de plusieurs programmes interdisciplinaires dont le programme européen « Avenir des peuples des forêts tropicales ». Il s’intéresse actuellement à l’usage et à la gestion des produits forestiers non ligneux. Pharmacopées traditionnelles en Guyane (IRD Éditions, 2005), écrit en collaboration avec Christian Moretti, est son dernier ouvrage paru.

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540