Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les marchés de la biodiversité

 | 
Catherine Aubertin
, 
Florence Pinton
, 
Valérie Boisvert

Partie 2. Réguler l’accès aux ressources génétiques. Biopiraterie et droit

Chapitre 4. L’accès aux ressources génétiques et le partage des avantages : une question conflictuelle Exemples du Brésil et de la Bolivie

Catherine Aubertin, Valérie Boisvert et Vanessa Nuzzo

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis le Sommet pour le développement durable de Johannesburg (2002), une des principales revendications des pays du Sud dans les négociations sur la biodiversité est l’établissement d’un « régime international d’accès et de partage des avantages »1. Cette proposition a été reprise en 2004, lors de la Septième Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique (CDB). Le régime s’imposerait à l’ensemble des Parties à la CDB et encadrerait tous les échanges de ressources génétiques. Cette position n’est pas anodine, car il s’agit d’une remise en question du cadre institué par la CDB qui prônait un règlement bilatéral, sous la responsabilité directe des États concernés, du commerce des ressources génétiques. Cette proposition de retour au multilatéralisme traduit en partie la difficulté des pays du Sud à définir des législations d’accès à la fois réalistes au regard des règles du commerce international et conformes à leurs intérêts. Elle constitue également une réponse...

Auteurs

(économiste, IRD, UR 168)
catherine.aubertin@ird.fr
Elle dirige le pôle « Politiques de l’environnement » de l’UR 168 et coordonne plusieurs groupes de recherche sur les questions du développement durable et de la biodiversité. Elle a publié avec Franck-Dominique Vivien Les enjeux de la biodiversité (Economica, Paris, 1998) et Le développement durable ; enjeux politiques, économiques et sociaux (La Documentation française, 2006), et coordonné l’ouvrage Représenter la nature ? ONG et biodiversité (IRD Éditions, Paris, 2005). Elle est membre du comité de rédaction de la revue Natures, sciences, sociétés et correspondante « Développement durable » à l’IRD.

(économiste, IRD, UR 168)
valerie.boisvert@orleans.ird.fr
Économiste de l’environnement, elle travaille sur l’évolution et la mise en œuvre du régime instauré par la Convention sur la diversité biologique, auquel elle a consacré sa thèse de doctorat. Elle s’intéresse principalement à l’organisation des échanges de ressources biologiques dans une perspective d’économie politique et institutionnaliste. Elle travaille actuellement sur les filières de valorisation des ressources biologiques et sur les questions de labellisation et de certification de leurs produits.

(ingénieure agronome, AgroParisTech-Engref, IRD UR 168)
vanessa.nuzzo@ecologie.gouv.fr
Sa thèse de doctorat porte sur la valorisation de la biodiversité dans les pays du Sud. Elle s’intéresse aux partenariats mis en œuvre dans l’accès aux ressources génétiques et le partage des avantages, et aux rôles des médiateurs (centres de recherche, ONG, entreprises privées...). Son étude porte sur les contrats de bioprospection et sur des marchés de produits naturels, notamment dans le cadre du projet FFEM-Biodesa en Bolivie.

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540