Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les marchés de la biodiversité

 | 
Catherine Aubertin
, 
Florence Pinton
, 
Valérie Boisvert

Partie 2. Réguler l’accès aux ressources génétiques. Biopiraterie et droit

Chapitre 3. La biopiraterie, entre illégalité et illégitimité

Catherine Aubertin y Christian Moretti

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

La Coalition contre la biopiraterie1 définit la biopiraterie comme « l’appropriation – en général par des droits de propriété intellectuelle – de ressources génétiques, de connaissances et de cultures traditionnelles appartenant à des Peuples ou des communautés paysannes qui ont développé et amélioré ces ressources. La biopiraterie inclut la bioprospection2, les brevets sur le vivant (gènes et molécules) et la commercialisation des connaissances culturelles »3. Le refus de la marchandisation du vivant et de la privatisation des connaissances, la défense des biens collectifs et la promotion des droits des communautés autochtones et locales sont ainsi le plus souvent mobilisés. De fait, l’appellation générique de biopiraterie s’étend progressivement à une multitude de situations, réelles ou symboliques, impliquant une multitude d’acteurs.

L’accusation de biopiraterie accompagne l’histoire des relations entre pays du Nord et pays du Sud4 ainsi que l’évolution des sciences du vivant et d...

Autores

(économiste, IRD, UR 168)
catherine.aubertin@ird.fr
Elle dirige le pôle « Politiques de l’environnement » de l’UR 168 et coordonne plusieurs groupes de recherche sur les questions du développement durable et de la biodiversité. Elle a publié avec Franck-Dominique Vivien Les enjeux de la biodiversité (Economica, Paris, 1998) et Le développement durable ; enjeux politiques, économiques et sociaux (La Documentation française, 2006), et coordonné l’ouvrage Représenter la nature ? ONG et biodiversité (IRD Éditions, Paris, 2005). Elle est membre du comité de rédaction de la revue Natures, sciences, sociétés et correspondante « Développement durable » à l’IRD.

(biochimiste, IRD, US Biodival)
christian.moretti@orleans.ird.fr
Il est à la tête d’une unité de recherche qui travaille sur la flore tropicale, les savoirs traditionnels et les systèmes de bases de données. Il participe à des programmes sur l’utilisation durable de la biodiversité en Bolivie et en Guyane française : Substances naturelles d’intérêt biologique et valorisation des produits non industriels issus de la forêt guyanaise.

© IRD Éditions, 2007

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540