Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'énigme et le paradoxe

 | 
Mireille Razafindrakoto
, 
François Roubaud
, 
Jean-Michel Wachsberger

Glossaire des termes malgaches cités

Texte intégral

Andevo :

Descendant d’esclave dans l’ancienne société merina. Cette appartenance ancienne au groupe des esclaves est encore très dévalorisée dans la société malgache.

Andriana :

Un des groupes statutaires (ou caste) de l’ancienne société merina et qui correspond aux nobles. Bien que ce système ait été aboli, les Merina continuent à se distinguer en fonction de leur origine en termes de groupe statutaire.

Avo razana :

De haute lignée (razana désigne les ancêtres et avo signifie haut).

Dahalo :

« Voleurs de bœuf ». Le phénomène de vol de zébus, empruntant initialement à la tradition Bara, connaît une extension considérable depuis plus d’une vingtaine d’années.

Dina :

Statuts légaux établis par les membres d’un fokonolona en vue de favoriser la vie sociale et économique du quartier.

Fady :

Tabous ou interdits coutumiers hérités des ancêtres divinisés (appelés Razana). Ils restent très présents dans la société malgache et peuvent concerner toutes sortes de domaine tels que le travail, les pratiques sexuelles, l’alimentation.

Fanjakana :

L’État, le pouvoir politique.

Fanompoana :

Corvée. Sous la royauté merina, en échange de la protection du souverain, les paysans devaient fournir des prestations de toute sorte au souverain et notamment contribuer aux travaux d’aménagement collectifs agricoles tels que la construction de digues et de systèmes d’adduction d’eau.

Fialonana :

Jalousie.

Fiaraha-monina

Une dimension du fihavanana. Art de vivre ensemble.

Fihavanana :

Lefihavanana est une valeur essentielle de la société malgache inscrite depuis 1992 dans le préambule de la constitution de la IIIe République. Ce terme, réputé intraduisible, est souvent décrit comme une manière traditionnelle de vivre les relations interindividuelles, faite de fraternité, de respect mutuel, de recherche de consensus, de cordialité.

Firaisan-kina :

Solidarité.

Fivondronana :

Subdivision administrative malgache sous la IIe République, correspondant aux préfectures.

1Fiaraha-monina :

Fokonolona :

Communauté territoriale. Forme d’organisation de la vie collective sur une base communautaire et territoriale (à l’origine villageoise) impliquant une étroite collaboration entre ses membres. Les fokonolona choisissent leurs représentants dont la fonction, outre celle de collecteurs d’impôt, est de veiller aux activités de développement et de préservation du fokontany. Les fokonolona ont également le droit d’établir leurs propres statuts légaux ou dina pour assurer la sécurité intérieure.

Fokontany :

Village ou quartier. Le fokontany est la plus petite entité administrative malgache.

Fomba :

Coutumes.

Fotsy :

Blanc. Voir Mainty (2)

Hasina :

Essence invisible du pouvoir que le roi peut transmettre à ses descendants.

Hova :

Un des groupes statutaires de la société merina d’avant le xxe siècle et qui correspond en quelque sorte aux roturiers.

Kabary :

Grands rassemblements que les souverains malgaches convoquaient pour obtenir l’adhésion du peuple aux décisions politiques.

Karana :

Nom donné aux Indiens arrivés dans le pays à la fin du xviie siècle.

Lamba :

Toge. Désigne l’habit traditionnel des paysans.

Mainty :

(1) Nom du groupe des esclaves affranchis pour services rendus. À partir du règne d’Andrianampoinimerina, les mainty ont essentiellement été affectés aux services royaux (garde royale, troupes d’élite). Dès la fin du xviiie siècle un amalgame s’est fait, dans le langage, entre le groupe des mainty et celui des andevo. (2) Noir. Ce terme est alors employé dans une opposition très générale entre blancs (descendants des groupes statutaires supérieurs) et noirs (descendants d’esclaves). Cette opposition en partie symbolique entre les couleurs (distinguant le pur et l’impur) est aussi cependant indication d’une différence physique : les mainty sont souvent de type « africain » quand les fotsy sont plutôt de type « asiatique ».

Manjaka :

Régner.

Marofotsy :

Déserteurs de l’armée ou du travail forcé ou esclaves échappés qui habitaient aux confins des zones contrôlées par le royaume merina.

Menalamba

Nom donné aux insurgés qui, de 1895 à 1898, ont fragilisé, dans l’Imerina, l’installation de l’état colonial français. De mena, « rouge » et lamba, « toge » (les insurgés teintaient leurs vêtements en rouge).

Merina :

un des groupes ethniques des hautes terres centrales de Madagascar.

Mosavy :

Sorcellerie.

Mpanjaka (ou Ampanjaka) :

Souverain (roi ou reine) ; chefs traditionnels.

Mpiavy :

Les mpiavy sont les habitants d’un territoire sur lequel leurs ancêtres ne sont pas enterrés. Jugés nouveaux venus, ils sont considérés comme moins légitimes que les tompontany.

Olobe :

Type de chef traditionnel.

Olomanga :

Personnage remarquable, renommé, méritant.

Raiamandreny :

Étymologiquement, père et mère. Nom souvent donné aux dirigeants, renvoyant à une légitimité par le statut d’aîné et la sagesse et capacité à diriger qui sont censées y être associées.

Sampy :

Objets magiques associés au pouvoir du roi sous la royauté merina.

Sinoa :

Nom donné aux Chinois installés à Madagascar.

Soa iombonana :

Bien commun.

Tangalamena :

Autorité traditionnelle provinciale.

Tany :

Terre.

Tsiny :

Blâme des ancêtres en cas d’infraction aux interdits tradition

TTS :

Tanora Tonga Saina. Littéralement, « jeunes ayant pris conscience d’eux-mêmes ». Groupe de jeunes chômeurs organisés par l’État se livrant à des violences pour soutenir le régime en place.

Vatoeka :

Commission économique du fokonolona.

Vonodina :

Réparations, pécuniaires ou en nature, au profit de la victime et du fokonolona.

Zanatany :

Français établis à Madagascar depuis plusieurs générations.

Zoam :

Voir Zwam.

Zoky :

L’aîné, mais désigne aussi une personne qui est considérée comme supérieure, plus importante.

Zwam :

Zatovo Western Andevo Malagasy (« Jeunes Western – du fait de leur identification aux cow-boys – esclaves Malgaches). Organisation apparue en 1972 pour supporter les revendications étudiantes contre les les lois du président P. Tsirinana. Le goupe a ensuite transformé son acronyme en Zoam, Zatovo Orin’Asa Malagasy (« Jeunes chômeurs malgaches »).

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540