Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'énigme et le paradoxe

 | 
Mireille Razafindrakoto
, 
François Roubaud
, 
Jean-Michel Wachsberger

Éléments chronologiques

Texte intégral

PÉRIODE PRÉ-COLONIALE

1807

Le commerce d’esclaves est déclaré illégal par le Parlement britannique.

1808

La Grande-Bretagne prend possession de l’île Maurice.

Radama I

1817

Marche de Radama Ier sur Tamatave. Traité avec la Grande-Bretagne : interdiction de l’exportation d’esclaves.

1820

LMS.

Ranavalona I

1828

Mort de Radama Ier. Accession au trône de Ranavalona Ire.

1836

Expulsion des missionnaires de la LMS d’Antananarivo.

1861

Mort de Ranavalona Ire. Accession au trône de Radama II. Libéralisation du commerce. Autorisation aux missionnaires d’acheter des terres.

1863

Assassinat de Radama II. Rasoherina devient reine.

Ranavalona II

1868

Accession au trône de Ranavalona II. Rainilaiarivony Premier ministre. Promulgation du code royal de 101 articles. Traité franco-malgache (liberté religieuse, liberté du commerce, droit d’établissement, protection des Français, reconnaissance de l’autorité de la reine sur tout Madagascar).

1869

Conversion au christianisme de Ranavalona et de Rainilaiarivony. Christianisme adopté comme religion d’État.

1876

Scolarisation obligatoire pour les garçons et les filles de 8 ans dans la région des hautes terres (Service royal obligatoire). Service militaire obligatoire pour 5 ans.

1877

Libération des « Mozambiques », esclaves importés. Gouvernement d’Antananarivo reconnu internationalement comme la capitale de l’État souverain de Madagascar.

1881

Code royal de 305 articles. Interdiction de vendre la terre aux étrangers.

Ranavalona III

1883

Couronnement de Ranavalona III. Début des expéditions militaires françaises.

1885

Traité mettant fin à la guerre contre les Français. Madagascar devient protectorat français.

1890

Accord franco-anglais. Les deux puissances se reconnaissent respectivement les mains libres à Madagascar et à Zanzibar.

PÉRIODE COLONIALE

1896

Annexion par la France de Madagascar. Interdiction de l’esclavage. Gallieni nommé gouverneur de Madagascar. Début de la révolte des Menalamba.

1897

Abolition des privilèges des Tompomenakely seigneurs féodaux de l’Imerina et suppression des Vodivona (fiefs). Création de l’école Le Myre de Vilers.

1900

Le Parlement français adopte une loi obligeant les gouvernements des colonies françaises à se financer sur leurs propres ressources. Commencement de la ligne Tananarive-Côte est.

1904

Institution du code de l’indigénat à Madagascar.

1909

Décret permettant l’accès à la citoyenneté française pour tout Malgache parlant français et possédant solide instruction.

1913

Création du VVS : organisation politique clandestine.

1916

Procès de la VVS. Création de la Banque de Madagascar.

1926

Début des travaux de la ligne Fianrantsoa-Manakara. Institution du Smotig (service de la main-d’œuvre pour les travaux d’intérêt général).

1927

Mise en place des six régions administratives.

1929

Manifestation à Tananarive pour la naturalisation en masse.

1930

Décret instaurant un délit de presse.

1937

Suppression du Smotig. Abrogation du délit de presse. Application d’une première législation syndicale : droit syndical aux Malgaches sachant lire et écrire.

1938

Retour à Madagascar des cendres de Ranavalona III, morte en exil à Alger en 1917. Élargissement de l’accession des Malgaches aux droits des citoyens français.

1940

Blocage économique de l’île par la Grande-Bretagne.

1942

Prise de contrôle de l’île par la Grande-Bretagne.

1944

Conférence de Brazzaville. Restauration du gouvernement colonial français.

1946

France : nouvelle Constitution instituant l’empire français soit la reconnaissance de citoyenneté française à tous les sujets des colonies. Établissement du Fonds d’investissement pour le développement économique et social (Fides). Création à Paris du MDRM. Création du Padesm. Proposition de loi Ravoahangy et de Raseta à l’Assemblée constituante pour l’érection de Madagascar en État libre au sein de l’Union française.

1947

Mars : insurrection contre l’autorité coloniale réprimée dans le sang. Dissolution du MDRM et du Panama (parti national malgache).

1950

Création du Crédit de Madagascar. Création des Communes autonomes rurales (CAR).

1951

Réforme de l’éducation ; fin de la ségrégation entre les écoles indigènes et européennes. Création de la SIM (Société immobilière de Madagascar).

1952

Création de la SEM (Société d’électricité de Madagascar). Élection d’un dirigeant dans les 105 communes malgaches.

1956

France, loi-cadre : premier suffrage universel et élections au collège unique (fin de la distinction colonisé/colonisateur) avec conseil exécutif. Décentralisation administrative sous le contrôle d’assemblées élues. Éclatement du Padesm en deux partis : le PSD par Tsirinana. Tsirinana élu député de Madagascar à l’Union française sous l’étiquette SFIO.

Ire RÉPUBLIQUE

Tsiranana

1958

Référendum : Madagascar devient une République autonome au sein de la Communauté française. Monima par M. Jaona. Création à Tamatave de l’AKFM par le pasteur R. Andriamanjato pour une indépendance immédiate.

1959

P. Tsiranana est élu président de la République par l’Assemblée constitutive. Élections municipales consacrent la victoire de l’opposition à Tsiranana. AKFM à Antananarivo et diego-Suarez ; A. Bezaka (ancien AKFM) à Tamatave ; Monima à Tuléar.

1960

Indépendance proclamée le 26 juin. Tsiranana premier président de la République. Accords de coopération avec la France : défense ; politique étrangère ; politique monétaire, financière et économique ; enseignement supérieur. Création d’une armée.

1961

Création de l’université d’Antananarivo. Madagascar admise comme membre des Nations unies.

1963

Adhésion au FMI.

1965

Tsiranana est réélu président de la Ire République par suffrage universel direct. Ouverture de l’académie militaire d’Antsirabe (Acmil).

1971

Avril : insurrection paysanne dirigée par M. Jaona. Réprimée violemment par le commandant de gendarmerie R. Ratsimandrava. Le ministre de l’Intérieur, A. Resampa, arrêté pour tentative de coup d’État et exilé à Sainte-Marie.

Ramanantsoa

1972

Tsiranana (seul candidat à l’élection présidentielle) réélu à 99 %. Avril-mai : grèves estudiantines et grève générale réprimée dans le sang par les FRS (40 morts). 18 mai : Tsiranana remet le pouvoir à G. Ramanantsoa. Octobre : référendum pour soutien au gouvernement provisoire. Substitution à l’Assemblée nationale et au Sénat d’un Conseil national populaire pour le développement. Politique fondée sur la doctrine du Fokonolona. Abolition de la taxe de capitation et de la taxe sur le bétail. Les Forces républicaines de sécurité sont réorganisées et deviennent le groupe mobile de police. Création de l’USM (Union socialiste malgache) déclarant agir pour l’intérêt des « côtiers » Décembre : émeutes anti-Merina à Tamatave et Diégo.

1973

Madagascar quitte la zone franc. Création de la Sinpa (Société d’intérêt national de commercialisation des produits agricoles). Suppression du budget provincial.

Ratsiraka

1975

Tentative de coup d’État avortée. Conflit entre État et le GMP. Le général Ramanantsoa dissout le gouvernement et remet le pouvoir au colonel R. Ratsimandrava. Février : assassinat de R. Ratsimandrava Mars-juin : procès « du siècle ». Juin : D. Ratsiraka est nommé chef d’État par le directorat militaire. Décembre : nouvelle Constitution adoptée par référendum. Charte de la révolution socialiste malgache. Création de l’Arema.

IIe RÉPUBLIQUE

1976

Instauration d’un Front national pour la défense de la révolution : Arema, Vonjy (scission du PSD), AKFM, UDECMA Juin-août : première vague de « malgachisation » : nationalisation des banques, assurances et de la compagnie marseillaise de Madagascar, des sociétés pétrolières et d’import-export. Nationalisation. Création de l’Omnis (Office militaire national pour les industries stratégiques).

1977

Chartes des entreprises socialistes. Nationalisation de la Sosumav, de la société Denis Frères, du comptoir Coroi. Ralliement du MFM au FNDR. Premier recours aux DTS (droits de tirages spéciaux auprès du FMI).

1978

Investissements publics dans les secteurs industriels et agricoles. Formation du FFKM (conseil chrétien des églises de Madagascar).

1981

Premier Plan d’ajustement structurel (PAS). Dévaluation de 10 % du FMG.

1982

D. Ratsiraka est élu président au suffrage universel. Inauguration du barrage hydroélectrique d’Andekaleka (58 mégawatts) financé entre autres par la Banque mondiale, des Fonds koweitiens, la Badea.

1983

Libéralisation partielle du commerce du riz (sauf pour le riz dans la région d’Alaotra et Marovoay). D. Ratsiraka se proclame Amiral devenant ainsi l’officier au rang le plus élevé dans l’histoire de Madagascar.

1984

Affrontement entre les Kung Fu et les TTS.

1985

Libération totale du prix du riz à la demande des institutions financières internationales (IFI). Dévaluation du FMG de 20 %. L’AKFM perd les élections municipales à Antananarivo. Première privatisation : l’entreprise d’État Tamalu (Société tamatavienne d’aluminium) est vendue à une entreprise privée.

1986

Première vague de privatisation des entreprises publiques. Suppression de la censure.

1987

Libéralisation totale des exportations, à l’exclusion du café, vanille et girofle, dans le cadre du Caspic (Crédit d’ajustement structurel de la politique industrielle et commerciale). Suppression de la taxe à l’exportation du poivre, suppression de la caisse de stabilisation du poivre. Dévaluation du FMG de 55 %.

1988

Suppression du fonds de stabilisation du café et girofle. Allégement significatif des taxes à l’exportation. Libéralisation des échanges intérieurs et extérieurs sauf pour la vanille. Disparition de la situation de monopole de l’État sur les exportations. Programme de réforme des entreprises publiques avec le Casep (Crédit à l’ajustement structurel des entreprises publiques). Remboursement exceptionnel de la dette de Madagascar par le Club de Paris.

1989

D. Ratsiraka est réélu. Processus de privatisation des entreprises nationalisées. Glissement de la parité du FMG. Dissolution du FNDR.

11990 Liberté de création des partis politiques.

Transition

1991

Avril : Conseil des Forces vives.
Juin : établissement d’un gouvernement provisoire par le Conseil des Forces vives.
Juin-octobre : série de manifestations exigeant une révision de la Constitution et le départ de D. Ratsiraka. Grève générale.
Lors d’une marche vers le palais d’Iavoloha, l’armée tire sur les manifestants et fait 12 morts.
Juillet : pouvoir parallèle du Conseil des Forces vives (Hery Velona).
14-15 septembre : première conférence nationale des États fédérés.
31 octobre. convention du Panorama.
Novembre : A. Zafy est proclamé président de la Haute Autorité de l’État (HAE) tandis que D. Ratsiraka reste président de la République.

1992

Août : Référendum sur une nouvelle Constitution. Dirigeants politiques désignés par le terme de raiamandreny.

Zafy

1993 Fevrier :

A. Zafy gagne les élections présidentielles contre D. Ratsiraka.

IIIe RÉPUBLIQUE

1994

Taux de change flottant pour le FMG.

1995

Libération du prix de la vanille à la demande des IFI.
Adhésion à l’OMC.
Septembre : référendum pour le pouvoir de nomination du Premier ministre par le président de la République.

1996

Deuxième vague de privatisation
Septembre : destitution parlementaire et démission de A. Zafy. N. Ratsirahonana est nommé président par intérim.
Décembre : D. Ratsiraka gagne les élections présidentielles contre A. Zafy.

Ratsiraka

1998

Révision de la Constitution par le président Ratsiraka (Référendum). Création des provinces autonomes.

1999

Décembre : M. Ravalomanana élu maire d’Antananarivo.

2001

Naissance du Sefafi. Décembre : premier tour des élections présidentielles dont les résultats sont contestés.

Ravalomanana

2002

Janvier : manifestations et grève générale à Antananarivo, Mahajanga et Fianarantsoa.
Février : premières barricades sur la route entre Antananarivo et Toamasina par les partisans de Ratsiraka.
Avril : la HCC proclame la victoire de M. Ravalomanana.
Mai : investiture de Ravalomanana. Juillet : Ratsiraka quitte Madagascar. Cessation des opérations militaires. Décembre : élections législatives remportées par le TIM.

2003

Juillet : Madagascar est réadmis dans l’Union africaine (UA).
Décembre : D. Ratsiraka condamné à 5 ans de prison.

2004

La Banque mondiale et le Fonds Monétaire International annoncent l’annulation d’environ la moitié de la dette de Madagascar.

2005

Premier État à recevoir une aide au développement des États Unis au titre du programme « Millennium Challenge Account ». L’Ariary remplace le FMG.

2006

M. Ravalomanana est réélu président de la IIIe République au premier tour. Lancement du MAP. Création des Pôles intégrés de croissance. Création, sous l’égide de la Banque mondiale, d’un guichet unique pour les investisseurs étrangers (EDBM).

2007

Juillet : M. Ravalomanana dissout le parlement.
Septembre : élections législatives remportées par le TIM en partie boycottées par l’opposition ; révision constitutionnelle.
Suppression des provinces autonomes. Décembre : élection de A. Rajoelina maire d’Antananarivo.

2008

Novembre : affaires Daewoo et Boeing.
Décembre : fermeture de la station Viva d’A. Rajoelina, suite à la diffusion d’une entrevue avec D. Ratsiraka.

Rajoelina

2009

Janvier : manifestations pour réclamer un nouveau gouvernement. 26 janvier : pillages des entrepôts de Tiko et des chaînes de télévision nationale et MBS. Création de la HAT par A. Rajoelina.
Février : le 7 du mois, les forces de sécurité ouvrent le feu sur une manifestation de l’opposition : au moins 30 morts. M. Roindefo nommé premier ministre de la HAT.
Mars : mutinerie des soldats de la Capsat. Démission de M. Ravalomanana. Directoire militaire transfère le pouvoir à A. Rajoelina.
L’UA et la Southern African Development Community (SADC) suspendent l’adhésion de Madagascar.
Juin : condamnation de M. Ravalomanana par contumace à 4 ans de prison.
Août : négociations à Maputo pour un accord de partage du pouvoir.
Décembre : A. Rajoelina annonce l’abandon de l’accord de partage du pouvoir.

IVe RÉPUBLIQUE

2010

Février : A. Rajoelina reporte les élections parlementaires.
Mars : l’UA impose des sanctions ciblées à A. Rajoelina et à son administration
Novembre : nouvelle Constitution adoptée par référendum instaurant un système semi-parlementaire.
Juin : l’UE suspend l’aide au développement à Madagascar en l’absence de progrès démocratiques.

2011

Septembre : signature d’une feuille de route entre les différents protagonistes politiques visant la désignation d’un nouveau gouvernement représentatif des différentes tendances et différente régions.
Octobre : nouveau gouvernement. J. -O. Beriziky nommé Premier ministre

2013

Janvier : condamnation à 3 ans de prison ferme pour deux journalistes d’opposition.
Décembre. premier tour des élections présidentielles.

Rajaonarimampianina

2014

Janvier : élection de H. Rajaonarimampianina.
Juin 2014 : fondation du parti HVM, parti du président.
Octobre : retour de M. Ravalomanana. Assigné à résidence.
Novembre : la peste fait son apparition dans la capitale.
Décembre : abolition de la peine de mort.
Morondava : pillages et heurts avec la gendarmerie lors d’un conflit entre les dirigeants et les employés d’une usine tenue par des Chinois.

2015

Mai : fin de l’assignation à résidence de M. Ravalomanana.
Mai : motion de déchéance du président votée par les députés, mais rejetée par la HCC
Juin : alliance politique Armada des perdants de l’élection présidentielle.
Juillet : mise au vote d’une motion de censure du gouvernement rejetée à sept voix près. Seuls 17 députés ont voté contre.
Juillet : élections municipales. L. Ravalomanana élue maire d’Antananarivo (56 % des suffrages exprimés ; taux de participation : 29 %).
Décembre : adoption d’une loi de réconciliation nationale. Loi sur la lutte contre le trafic de bois de rose.

2016

Mai : les évêques lancent un cri d’alarme face aux violences, à la pauvreté et aux détournements de richesses naturelles.
Mai-octobre : mobilisations populaires à Soamahamanina contre l’autorisation d’exploitation d’une mine d’or par une compagnie chinoise.
Novembre : la mairie d’Antananarivo est encerclée pendant plusieurs heures par des militaires en arme.

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540