Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'énigme et le paradoxe

 | 
Mireille Razafindrakoto
, 
François Roubaud
, 
Jean-Michel Wachsberger

Conclusion générale

Texte intégral

1Afin de comprendre la trajectoire de Madagascar depuis son indépendance, cet ouvrage propose une réflexion sur la manière dont le pays fonctionne en adoptant une approche novatrice. Elle a consisté d’une part à relire l’histoire malgache à l’aune de l’économie politique en rassemblant les différents diagnostics tirés des données et travaux accumulés dans le temps. D’autre part, des analyses empiriques sur des données originales, la plupart du temps produites avec la participation des auteurs, ont été menées pour dégager les facteurs de blocage et les possibles leviers pour engager le pays sur une dynamique positive durable.

2La contre-performance économique malgache sur longue période n’est pas due aux facteurs habituellement mis en avant par la science économique, ou liés à l’histoire ou la géographie (enclavement, climat, conflits, ressources, etc.), à la fragmentation sociale (telle qu’elle est mesurée par les indicateurs comme le fractionnement ethnique, etc.), aux inégalités telles qu’elles sont mesurées par les enquêtes auprès des ménages (qui ne captent pas l’élite), à la qualité des institutions (telle qu’elle est mesurée dans les différentes bases de données internationales). Les choix de politiques économiques ne permettent pas non plus de comprendre la trajectoire malgache. Madagascar a en effet exploré successivement différentes options dans la lignée des politiques préconisées par les bailleurs de fonds dans des pays comparables. L’économie politique, et en particulier le cadre de North et al. (2009, 2012a), propose alors un schéma alternatif séduisant pour expliquer le fonctionnement des sociétés en développement. Ce cadre met en avant le rôle des élites qui manipulent à leur profit, accaparent les rentes et ne sont pas « développeuses » (en anglais developmental). Nous avons montré que ce schéma correspond partiellement au cas de Madagascar. Toutefois, notre analyse relève un certain nombre de spécificités malgaches qui, accumulées, font sortir la Grande Île du cadre générique proposé.

3D’une part, Madagascar a souvent donné la preuve de sa capacité de transformation. En termes institutionnels, le pays s’est illustré par exemple par la mise en place d’organisations formelles caractéristiques des OAO, et ce, sur le triple front économique, bureaucratique et politique. Ces réalisations infirment la thèse postulant l’incapacité « structurelle » des PED à faire fonctionner sans les détourner de telles institutions. D’autre part, malgré les crises politiques récurrentes, Madagascar se caractérise par un recours limité à la violence politique, la condamnation de toute forme de violence physique, qui apparaît comme un tabou, étant fortement ancrée dans la société. Pour finir et surtout, nos analyses insistent sur le fait que la population compte, et pas seulement les élites. Alors que la population est singulièrement absente de l’approche de North et al. (2009, 2012a) qui fait jouer un rôle exclusif aux luttes et aux arrangements entre fractions d’élites (rappelant « les 200 familles » ou les théories du complot invoquées dans d’autres contextes ; ou dans le cas malgache le « club des 48 familles »), nos résultats montrent que les citoyens, même les plus pauvres, jouent un rôle dans les événements et la trajectoire du pays. Ils possèdent une forme d’autonomie et ne sont pas seulement « agis ». Pour toutes les crises, le mécontentement populaire a constitué une des bases des mouvements : que la population ait été manipulée ou que les mouvements aient été spontanés, l’insatisfaction de la population apparaît toujours en toile de fond. Cette insatisfaction peut se cristalliser sur les résultats économiques, en particulier sur les inégalités dont la perception est exacerbée par les cas d’enrichissements extrêmes des proches du pouvoir, sur des cas de grande corruption et de mauvaise gouvernance connus sur la place publique ou plus directement politiques (fraudes électorales). La conjugaison d’un inégal partage des richesses produites et de problèmes graves de gouvernance apparaît à chaque crise comme un élément majeur. Malgré un attachement de la population à la stabilité sociale, cette dernière exprime et cherche les moyens de faire entendre ses demandes, aussi bien en termes d’amélioration du bien-être que de démocratie. Ainsi, la population, notamment par ses aspirations, joue un rôle même dans les États naturels les plus fragiles, alors qu’elle est singulièrement négligée dans la plupart des cadres d’analyse en économie politique.

4Plusieurs entraves structurelles au développement du pays ont cependant été mises en évidence. La structuration sociale fondamentalement statutaire et hiérarchique qui perdure depuis la période des royautés est aggravée par de nombreux clivages sociaux (distinctions au sein des groupes de même origine statutaire et défiance interpersonnelle marquée) et territoriaux (coupure ville/campagne, inégal développement des territoires, enclavement de certains d’entre eux, monocéphalie de la capitale). L’atomisation de la population et l’atrophie des corps intermédiaires ne permettent pas de relayer les attentes de la population et de contraindre les autorités à y répondre. Comme dans l’Europe moderne, les émeutes apparaissent ainsi comme les seules formes possibles de mobilisations collectives (Hobsbawm, 1966). Toutefois dans les faits, elles sont rares en raison du tabou de la violence. Malgré sa revendication des principes démocratiques, la population reste par ailleurs tiraillée entre, d’un côté, des aspirations citoyennes de type démocratique et méritocratique, en partie importées, en partie puisées du fond culturel malgache et, de l’autre, une seconde composante des valeurs traditionnelles, très prégnante, qui impose le respect de hiérarchies réelles et symboliques héritées du passé.

5Le principal « ordre social » qui se maintient au fil du temps est ainsi le clivage/la fracture entre les élites et la grande majorité de la population. Les résultats d’enquête tendent à confirmer que la mobilisation des réseaux et un mode de reproduction spécifique ont permis aux élites d’assurer et de maintenir plus ou moins directement le contrôle du pouvoir au fil des années. On ne peut cependant conclure pour autant à un contrôle total de l’accès au pouvoir, sachant que les soulèvements populaires n’ont pas été anticipés par les élites, du moins lors des trois premières crises. Le système n’est pas totalement verrouillé, comme l’a montré la double transition économique (avec l’arrivée d’une classe d’entrepreneurs nouveaux) et politique (une véritable adhésion de la population au système démocratique) qui a eu lieu dans les années 1990, même si cette transition n’a pas pu être consolidée. De même, les arrivées successives de M. Ravalomanana, de A. Rajoelina, dans un contexte contesté, et de H. Rajaonarimampianina suite aux élections en 2013 ont montré la possibilité de concurrence politique de personnalités non issues du sérail. Cette relative ouverture de la scène politique est positive, même si elle n’est pas véritablement structurée et qu’elle a été utilisée essentiellement par des personnalités (des « électrons libres » au départ) qui saisissent une opportunité pour leurs propres intérêts.

  • 231 Cette expression a été utilisée par un homme politique malgache, H. Razafimahaleo, pour dénoncer l (...)

6Les élites apparaissent de fait très individualistes et incapables de fonder des organisations solides et des coalitions durables. Un tel contexte autorise une forte concentration du pouvoir aux mains d’un petit nombre d’individus qui ne sont ni contraints ni incités à avoir une vision de moyen et long terme et à prendre en compte les intérêts de la grande majorité. Les alliances au sommet, mouvantes, fragiles et limitées aux seuls proches du président, engendrent l’exclusion et la frustration de groupes élitaires potentiellement influents et au pouvoir déstabilisateur. Compte tenu de la faiblesse généralisée des institutions et des organisations (formelles et informelles) et sachant qu’aucune faction n’a de véritable capacité de mobilisation de la violence à grande échelle, il est facile de faire tomber le pouvoir en place avec des moyens financiers et humains dérisoires. On note en conséquence l’absence d’une vision à long terme, et plus particulièrement d’une stratégie permettant d’assurer la durabilité du pouvoir. L’application du principe de PFR231 (« en position de fuite rapide ») par ceux qui se trouvent au pouvoir en est une preuve : ceux qui accumulent les richesses n’investissent pas dans le pays mais placent leurs capitaux ailleurs puisqu’ils savent et anticipent qu’ils ne peuvent durer. Certes, le système de clientélisme opère mais le système de distribution des rentes reste plutôt limité au groupe très restreint de ceux directement liés au pouvoir en vigueur. D’ailleurs et à la différence d’autres pays en développement, ceux qui accèdent au pouvoir à Madagascar n’ont jamais cherché à développer ni à favoriser particulièrement leurs régions d’origine. Ainsi, dans le cas malgache, il n’est pas clair que l’objectif premier des dirigeants soit d’assurer le maintien de l’ordre comme le postulent North et al. (2009, 2012a), car il est, finalement, plutôt bien assuré en temps normal, compte tenu de la culture du consensus et du fiaraha-monina (le « savoir vivre ensemble ») largement mobilisé. L’objectif, une fois au pouvoir, est plutôt l’enrichissement, mais a priori sans le souci d’asseoir un système durable (ou du moins sans pouvoir le faire).

7À l’issue de nos analyses, nous pensons avoir montré à quel point la société malgache contemporaine et son mode de fonctionnement sont à la fois uniques et hybrides. La démonstration de l’unicité était un impératif logique pour pouvoir prétendre expliquer le mystère malgache, lui-même unique. Mais cette unicité du cas malgache renvoie aussi à une dimension universelle. En effet, l’opposition entre élites et citoyens, le rapport au pouvoir et le questionnement de la démocratie, qui sont au cœur du nœud malgache actuel, sont aussi un mouvement de fond à l’échelle planétaire, qui travaille aussi bien les pays en développement que les pays développés.

8Le caractère hybride quant à lui est le fruit d’influences internes, elles-mêmes diverses, et externes. Même si nous avons conclu que les dynamiques endogènes mènent le bal, la configuration malgache est un assemblage d’éléments importés et locaux en constante interaction. Et c’est là que le bât blesse. Pour Fremigacci (2014b), le télescopage de conceptions traditionnelles du cru et des idées occidentales, à travers un phénomène de perversion mutuelle, a accouché d’une « chimère », une création monstrueuse qui conduit Madagascar à sa perte. Pour notre part, si nous pouvons reprendre à notre compte l’idée de chimère, tant le système malgache dysfonctionne, nous pensons que l’équation est bien plus complexe qu’un simple heurt entre modernité importée et valeurs locales traditionnelles. Sans nul doute, Madagascar est tiraillé entre des systèmes de valeurs contradictoires. On peut en brosser une liste infinie : entre le devoir de déférence à l’égard des raiamandreny et la citoyenneté démocratique ; entre la face positive du contrôle de la violence physique considérée comme tabou et son revers négatif avec le maintien d’un ordre établi sous le poids d’une forte violence symbolique ; entre les atouts d’un système non verrouillé et l’instabilité que cela entraîne ; entre la force historique des institutions et leur déliquescence ; entre la légitimité accordée aux élus et aux autorités politiques et leur total discrédit ; entre des Églises jouant d’un côté un rôle de médiateur et de l’autre une fonction de pilier de l’ordre établi ; entre des élites censées contribuer au développement et leur rôle comme principal facteur de blocage ; entre l’attachement aux procédures légales et bureaucratiques et le recours aux états d’exception (Razafindrabe, à paraître) ; la liste n’est exhaustive.

  • 232 Dans le même registre, les travaux de Graeber (à paraître) sur les monarques dans la société merin (...)

9Pourtant, cette bipolarité avérée et aigue, n’est pas seulement (ni même principalement), le résultat de normes importées, mal assimilées ou dévoyées. La « tradition malgache » est elle-même contradictoire. Nous avons insisté sur la dimension « antidémocratique » de l’héritage malgache : société hiérarchique, dynastique, ancestrale ; principes de hasina, raiamandreny, zoky, avo razana. Mais la tradition malgache porte aussi en elle des éléments endogènes que l’on peut rattacher à la conception universelle de la démocratie, comme le montre Raison-Jourde et Roy (2010). En face du fanjakana d’ascendance royale, il y aleFanjakan’ny madinika (la société des égaux)232. Pour tous les termes malgaches marquant l’ordre statutaire, on peut en opposer autant en soubassement des principes démocratiques : fokonolona, fiaraha-monina, firaisan-kina, fihavanana, soa iombonana, etc. Plus finement encore, le même mot peut porter des significations et des connotations très différentes en fonction des époques et des groupes sociaux qui le mobilisent.

10Chimère donc. Mais celle-ci ne résulte pas d’un choc frontal entre influences malgaches et étrangères. Elle est le fruit d’une intrication dysfonctionnelle entre principes horizontaux et verticaux, dans les deux cas venus d’ici et d’ailleurs. Nous citerons trois exemples, parmi d’autres, de cette combinaison néfaste. L’impôt du minimum fiscal (ancien impôt de capitation) a été aboli en 1972, dans la foulée de la réforme du fokonolona. Cet impôt pesait lourdement sur le monde rural. Associé dans les esprits à la corvée (dont il apparaissait comme le successeur) et son lot de violences, il était considéré d’autant plus inique qu’il fut instauré par la puissance coloniale (le fameux « impôt moralisateur » de Gallieni). Cet acte libérateur fut donc accueilli avec un immense soulagement par la population. Mais cet impôt portait en même temps une autre signification symbolique : celle de l’État (le fanjakana), la marque du caractère sacré (hasina) du lien de sujétion à l’égard du pouvoir. Son abolition, au-delà de la sidération, a donc été interprétée comme la fin de l’État, du règne de la loi. Elle a immédiatement conduit à des comportements jusque-là interdits, comme les feux de brousse, aux conséquences dramatiques (Raison-Jourde et Roy, 2010). D’un point de vue plus général, on peut dater de ce moment l’abandon progressif des campagnes malgaches par l’État, la fin de la « capture » des paysans pour reprendre la terminologie de Hyden (1980) ; une dynamique sans retour jusqu’ici.

11Deuxième exemple : le tabou de la violence est sans nul doute, à l’échelle d’une société humaine, une qualité rare. Pourtant dans le cas malgache d’aujourd’hui, ce tabou est aussi en partie responsable de l’instabilité politique, le prix (en violence) des tentatives séditieuses étant particulièrement bas ; que ce soit parce que le pouvoir légal ne possède pas de forces de dissuasion crédible ou parce que la population se laisse facilement intimider par des menaces qui, sans ce tabou, seraient considérées comme de basse intensité. La troisième illustration porte sur la question des élites et de leurs stratégies, sinon explicites, au moins implicites. Pourquoi ces dernières (ou au moins pourquoi la résultante des forces entre groupes élitaires hétérogènes et aux intérêts potentiellement divergents) conduisent-elles à choisir in fine une plus grosse part d’un plus petit gâteau (préférence pour l’inégalité sur la croissance), plutôt qu’une plus petite part d’un plus gros gâteau (résultat d’une croissance inclusive plus forte) ? Un choix qui mène, en toute probabilité, à une rente élitaire plus faible en valeur. Seul, l’avatar contemporain d’une société malgache hiérarchisée et faite de classements infinis, soutenue par l’entretien de la théologie politique évoquée ci-dessus, permet de faire tenir un édifice aussi contre-productif pour tous, et avant tout pour l’immense majorité de la population. L’inversion du cycle de régression engagé depuis au moins un demi-siècle passe nécessairement par un changement dans la combinaison des différents éléments à l’œuvre dans la dynamique sociale.

  • 233 Ceux-ci ont connu depuis un ralentissement, du fait de l’instabilité politique, du ralentissement (...)

12Cet ordre social n’est pas immuable. Un certain nombre d’éléments déjà à l’œuvre sont en effet susceptibles de changer la donne à plus ou moins brève échéance. Trois éléments méritent d’être soulignés : l’émergence de nouvelles rentes, l’affaiblissement de la théologie politique, et, dans une moindre mesure, les évolutions écologiques. En premier lieu, les rentes « économiques » ont été, dans l’histoire, peu concentrées et d’ampleur limitée. La découverte de nouvelles ressources rares (associée au boom du prix des matières premières) tend cependant à introduire une nouvelle donne, à la fois chance (du fait de l’ampleur des ressources en jeu), mais aussi risque (du fait des tensions que les tentatives d’accaparement de ces ressources peuvent générer, des pressions sur les terres qu’elles entraînent et des risques écologiques qui y sont associés) pour le pays (Raharinirina et al., à paraître). Les découvertes de sables minéralisés contenant de l’ilménite et du zircon près de Fort Dauphin, du nickel et cobalt à Ambatovy ont entraîné un afflux très important d’investissements étrangers entre 2007 et 2009 (DG Trésor, 2011)233. La montée progressive en puissance de l’exploitation de ces mines constitue d’ores et déjà un apport majeur en devises (dépendant néanmoins de l’évolution des cours mondiaux), ressources fiscales et emploi. L’exploitation de bauxite (dont le gisement de Manantenina pourrait être l’un des plus grands de l’océan Indien) et, à plus long terme, celle du pétrole et du gaz onshore et offshore (Madagascar a été classé en 2016 deuxième meilleure destination africaine pour ces investissements par l’initiative Africa Oil & Power) pourrait encore accroître dans l’avenir l’importance de ces rentes minérales. Madagascar apparaît par ailleurs comme un des pays cibles pour les terres dites rares (terres contenant des minerais stratégiques pour les industries de hautes technologies), notamment pour le tantale (presqu’île d’Ampasindava). Rentes plus anciennes, l’or et le bois de rose font depuis quelques années l’objet de tentative d’exploitation à plus grande échelle du fait de l’augmentation de la demande mondiale (et tout particulièrement chinoise). Enfin, les terres malgaches constituent en elles-mêmes une ressource pour des projets agraires. Les contrats signés avec des investisseurs étrangers représentaient par exemple 3 millions d’hectares en 2013 selon Raharinirina et al. (à paraître). De ce point de vue, Madagascar, jusqu’ici relativement épargné par la malédiction des ressources naturelles, pourrait pâtir des maux qui affectent les pays les plus richement dotés, notamment en Afrique subsaharienne (criminalisation des activités économiques, dégradation écologique, conflits pour l’occupation des terres : autant de phénomènes dont on constate les prémices).

13La stabilité sociale de long terme de la société malgache repose sur une théologie politique faisant du recours à la violence un tabou et du respect des dirigeants et de l’ordre hiérarchique une donnée essentielle. Cette théologie politique tend cependant à s’affaiblir avec le temps. La crise de 2009 fut déjà accompagnée de nouvelles manifestations de violence interpersonnelle, de pillages (comme le phénomène des dahalo dans les campagnes du Sud ; Pellerin, 2014 ; Tarabey, 2014) et de remise en question des hiérarchies sociales (Vivier, 2010 ; Galibert, 2009). La dégradation du climat social se marque par ailleurs, par l’essor du sentiment d’insécurité, la multiplication des cas de justice populaire entraînant souvent des heurts avec la police ou la gendarmerie ou encore la montée des litiges fonciers et autres manifestations sociopolitiques témoignant d’une grogne sociale. À cette augmentation de la violence de droit commun vient s’ajouter le risque de dérèglement pathogène de la violence d’état. Historiquement cantonnée à l’arrière-plan et plutôt légaliste, l’armée montre des signes de délitements comme en témoignent les mutineries, certes de basse intensité mais en croissance notable. Dans un contexte d’instabilité qui perdure, l’éventualité d’une junte qui accéderait au pouvoir n’est sans doute pas à écarter (Fremigacci, 2014b).

14Enfin, la combinaison de ces éléments associés aux chocs naturels auxquels Madagascar est particulièrement exposé (UNISDR, 2009) pourrait faire basculer le pays dans un cycle infernal de déliquescence institutionnelle, de régression économique et d’appauvrissement des populations. D’ailleurs, la dégradation économique, la recrudescence de l’insécurité et le développement des activités illicites dans un contexte d’instabilité politique ont fait passer Madagascar dans le groupe des « États fragiles » (FMI, 2014). L’état de chaos est l’un des scénarios possibles pour Madagascar. Il est clair à l’issue de cet ouvrage que la nouvelle période amorcée avec le cycle électoral de 2013 n’a en rien changé la donne structurelle de l’équation malgache. Le déclenchement d’une nouvelle crise peut intervenir à tout moment, selon les mêmes ressorts que les crises précédentes, mais sur un terreau chaque fois plus fragile. Dans de nombreux domaines, économiques ou de gouvernance démocratique, un faisceau convergent d’indices suggère que la grande capacité de résilience dont a fait montre Madagascar suite aux crises précédentes pourrait être atteinte. Face à une telle dérive néfaste, la perspective d’une tyrannie militaire envisagée comme alternative au chaos par Fremigacci (2014b) n’est guère réjouissante.

15Ces menaces sérieuses et réelles ne dessinent pourtant pas forcément une trajectoire inéluctable, compte tenu de la capacité de réaction et d’institutionnalisation de la société malgache démontrée par le passé. D’autres perspectives pourraient en effet s’offrir à Madagascar. Suivant la terminologie du cadre proposé par North et al (2009, 2012a), ce pays se classe plutôt parmi les OAL fragiles. Mais nous avons vu qu’il présente également certaines caractéristiques des OAL matures, voire des OAO, aussi bien dans le champ économique, bureaucratique que politique.

16Deux autres voies moins dramatiquement régressives sont alors possibles. La première suit le schéma des transformations positives des sociétés mises en avant dans le cadre implicitement évolutionniste de North et al. (2009 et 2012a). Il s’agirait du passage de Madagascar à un AOL basique, grâce essentiellement à la restauration de la stabilité (schéma 5). Les élites s’organiseraient alors en factions pour asseoir leur pouvoir avec des formes d’ancrage au sein de la population, à travers notamment un système de clientélisme plus organisé, du sommet à la base. Elles mettraient en place des institutions solides et pérennes garantissant l’accès aux rentes et la stabilité dans le temps du système politique, tout en assurant des formes partielles de redistribution. Le monopole et la menace de l’usage de la violence par les factions d’élites boucleraient le système en empêchant les éventuelles mobilisations contestataires. Un tel schéma permettrait l’instauration d’un ordre social stable, mais signifierait un abandon du processus démocratique. Il apparaît conforme à la priorité accordée par les élites au maintien de l’ordre avant tout autre souci d’amélioration des conditions de vie ou de la participation politique des citoyens. Une telle option pourrait également avoir la faveur des bailleurs de fonds contraints de composer avec les membres de l’élite et suivant l’impératif de disposer de résultats rapides.

Schéma 5. Perspectives d’avenir : trois configurations institutionnelles possibles pour Madagascar.

Schéma 5. Perspectives d’avenir : trois configurations institutionnelles possibles pour Madagascar.

Source : élaboration par les auteurs.
Note : voir l’encadré 1 pour une présentation de la nature des états naturels et les ordres d’accès ouvert.

17Cette voie n’est toutefois pas aisée à mettre en place et les évolutions politiques récentes ne semblent pas dessiner ce scénario. En dépit des invocations récurrentes à la « réconciliation nationale » (comprendre la réconciliation entre élites) et l’adoption en décembre 2016 d’une loi censée enfin garantir la stabilité du pays, tout porte à croire que les alliances d’aujourd’hui sont, comme celles d’hier, de pure circonstance (la loi de 2016 précédemment citée pouvant être interprétée comme le moyen de mettre hors course pour l’élection présidentielle de 2018 les deux précédents présidents de la République). Rappelons que les conflits entre élites se sont traduits, depuis l’élection d’H. Rajaonarimampianina, par de multiples blocages (difficultés à désigner un Premier ministre, changements d’affiliation politique des députés, motions de défiance à l’égard du président et de censure à l’égard du gouvernement) et des changements d’affiliation politique. Les tentatives d’institutionnalisation apparaissent par ailleurs fragiles et sujettes à remise en cause au gré des évolutions sociales (comme le montrent les conflits autour de l’instauration d’un nouveau code minier en 2015 ou d’un nouveau code de la communication en 2016).

  • 234 Le taux de participation à l’élection municipale d’Antananarivo en juillet 2015 s’est élevé à 29 % (...)

18La deuxième voie, profitant de l’absence d’organisations solides du côté des élites susceptibles de verrouiller l’accès au pouvoir économique et politique, pourrait, elle, passer par une organisation et mobilisation de la société civile. Celle-ci permettrait alors la consolidation d’institutions de contre-pouvoir et le développement de corps intermédiaires donnant plus de voix à la population. Elles permettraient ainsi de porter dans la sphère publique ce qui est encore souvent actuellement de l’ordre de la contestation silencieuse (Biaussat et Tabet, 2016). La consolidation de la démocratie passerait alors par une dynamique sociale, politique et économique inclusive. Les aspirations démocratiques restent fortes à Madagascar, même si les dévoiements du processus démocratique sont à l’origine de doutes quant à son efficacité et d’une tendance au recul de la participation politique234. L’importance numérique et la durée des mobilisations populaires de 2016 à Soamahamanina contre l’autorisation d’exploitation d’une mine d’or par une compagnie chinoise témoignent par exemple de ces aspirations. Par ailleurs, le rôle pris depuis quelques années dans le débat public par certaines associations de la société civile telles que le Sefafi ou Justice et paix, la mobilisation citoyenne d’associations de la diaspora telle que le collectif pour la défense des terres malgaches (Tany) ou encore l’émergence plus récente du mouvement contestataire pacifique Wake Up indiquent aussi qu’une telle voie n’est pas improbable. Les réseaux sociaux et les journaux, au sein desquels s’exprime la parole critique vont également dans le même sens. L’enquête auprès des élites montre d’ailleurs que celles appartenant à la société civile ont un profil et des valeurs spécifiques.

19Si on adopte une approche dynamique et non statique, on peut estimer que Madagascar suit sur longue période un processus de démocratisation, avec des avancées et des phases de recul. L’instabilité politique résulte finalement de l’absence de coalition entre élites, du fait que le système n’est pas verrouillé, un facteur ou un élément qui devrait être vu positivement. Malgré le bilan globalement négatif dressé dans cet ouvrage, en particulier sur la période actuelle, l’instabilité politique n’est peut-être pas la marque d’une rupture décisive, mais d’une crise de transition, une crise d’apprentissage, s’inscrivant dans un processus de consolidation non linéaire, marqué par les soubresauts de l’ordre ancien. À Madagascar, les prises de pouvoir se font presque toujours, malgré tout, sur une base démocratique, les dirigeants cherchant une légitimité démocratique à travers la mise en place d’un processus électoral. D’ailleurs, depuis l’indépendance, les dirigeants ont eu à cœur de s’assurer directement le soutien du peuple. Le nombre particulièrement important de référendum dans l’histoire malgache (huit depuis l’indépendance) en témoigne. Aucune remise en question officielle des principes démocratiques ne peut être constatée. En dehors de quelques intellectuels, aucun groupe ou parti se déclare ouvertement antidémocratique, comme le font l’extrême droite en Europe ou des fondamentalistes dans le monde musulman. Et finalement, sachant que la construction de la démocratie est un processus qui s’inscrit sur un temps long, les quelque 50 années depuis l’indépendance pourraient être considérées comme une courte période dans l’histoire de la nation malgache. Dans une telle perspective, Madagascar pourrait passer de son statut d’État naturel fragile à celui de « mature » (sans transiter par la phase « basique »), puis à un ordre d’accès ouvert permettant à l’ensemble des acteurs de la société de participer et jouer pleinement leurs rôles dans le processus de développement.

  • 235 En référence à notre projet éditorial évoqué en introduction et intitulé Le Quatuor de la Grande Î (...)

20Cette seconde voie est possible, plus désirable, mais aussi plus difficile à emprunter et surtout elle nécessite du temps. Cette préférence, ce choix, n’est bien sûr qu’un point de vue, qu’une opinion. Néanmoins, qu’il nous soit permis pour conclure cet ouvrage de nous départir de la posture scientifique et analytique adoptée jusqu’ici pour revêtir brièvement nos habits de citoyens engagés, nous autoriser en quelque sorte un supplément d’âme, et pourquoi pas prendre parti et le parti d’un certain optimisme. Il ne s’agit pas de développer ici un plan d’actions détaillé, un catalogue de politiques et de mesures à prendre pour renverser la vapeur et s’extirper de la spirale infernale dans laquelle Madagascar s’enfonce chaque jour un peu plus. C’est d’abord et avant tout aux citoyens malgaches, à tous les niveaux de l’échelle sociale, de s’atteler à cette tâche. Nous sommes convaincus que les analyses développées ici permettent de mieux comprendre le « mystère » malgache, d’en dévoiler les ressorts et, partant, qu’elles offrent des pistes pour l’action. Nous espérons que cette occasion sera saisie. De notre côté, et parmi la multitude d’entrées possibles, il en est une qui nous paraît essentielle et pourtant délaissée. Il s’agit de redéfinir la relation entre pouvoir et citoyens, entre élites et population autour d’un nouveau contrat social et d’un avenir partagé. Sur le front de la recherche, nous consacrerons le dernier opus de notre Quatuor235 à cette question, dans le prolongement du chapitre 5 de ce livre.

  • 236 Si un tel programme mérite certes la création d’une organisation propre, il est plus réaliste de p (...)

21Sur le front des politiques, nous reprenons la proposition dont nous avons jeté les bases lors du dernier sommet de la francophonie, à Antananarivo en novembre 2016 (Razafindrakoto et al., 2016), et qui était portée officiellement par son Comité national d’organisation. Il s’agit de créer un espace de dialogue institutionnalisé pour des échanges et débats citoyens avec pour unique objectif de contribuer à réduire la fracture grandissante entre les élites et la population, dans ses multiples dimensions. Cet espace de dialogue, nourri par les résultats de la recherche scientifique, devrait permettre de faire émerger des propositions d’aide à la décision. Il serait ouvert par une institution pérenne236 et son action serait évaluée et jugée.

22Au sein de cet espace de dialogue, un premier chantier d’application nous semble devoir être ouvert en priorité parce que particulièrement fécond. Il consisterait à réexplorer un certain nombre de notions et de principes considérés par tous comme proprement malgaches. Aujourd’hui, tous s’accordent pour reconnaître aux termes fihavanana, fiaraha-monina, firaisan-kina, fokonolona, soa iombonana, raiamandreny, fanjakana, hasina, olomanga cette qualité essentielle. Pourtant comme nous l’avons montré tout au long de ce travail, leur acception, parfois dévoyée, n’est pas partagée par tous. L’usage pratique qui en est fait sert souvent d’instrument de domination et d’oppression de la minorité sur la majorité, et leur combinaison a débouché sur cette chimère funeste que nous avons mise au jour. Pourtant le sens contenu dans tous ces termes n’est en aucun cas immuable. Ils sont labiles, polysémiques et en constante évolution au cours du temps comme en attestent les travaux présentés sur ce point dans l’ouvrage de Kneitz (2014), dans le cas du fihavanana, ou encore ceux de Raison-Jourde et Roy (2010) pour le fokonolona. Il conviendrait donc de choisir une batterie de « mots-concepts » et de les questionner, afin d’en faire évoluer la signification, d’en reconfigurer l’articulation en un système de valeurs malgaches propices au développement partagé et équitable, tout en restant ancré dans l’histoire. Sans tomber dans un culturalisme naïf, ce processus de réappropriation nous paraît à la fois pouvoir faire l’objet d’une large adhésion et servir de base à un processus de reconstruction, de renaissance pour échapper à ce destin de pays qui tombe au ralenti, sans bruit, et se regarde tomber dans l’indifférence générale. Il viendrait mettre un terme à des décennies d’humiliation, résultant de la divergence entre la trajectoire économique et sociale dramatique depuis l’indépendance et la conviction unanime que Madagascar est une grande nation, à nulle autre pareille.

Notes

231 Cette expression a été utilisée par un homme politique malgache, H. Razafimahaleo, pour dénoncer le fait que les membres de l’élite malgache font en sorte d’être prêts à quitter le pays à tout moment, soit en raison d’actions répréhensibles dans l’exercice de leur fonction, soit, s’ils n’ont rien à se reprocher, pour « éviter de couler avec le pays ».

232 Dans le même registre, les travaux de Graeber (à paraître) sur les monarques dans la société merina du xixe siècle questionnent la hiérarchie et le caractère absolu de leur pouvoir. Ses analyses montrent que la conception du pouvoir royal permettait son contrôle puisque les rois étaient considérés comme des enfants : ils étaient fortement dépendants de leurs sujets qui pouvaient prendre des mesures à leur encontre, renversant ainsi les positions hiérarchiques.

233 Ceux-ci ont connu depuis un ralentissement, du fait de l’instabilité politique, du ralentissement mondial du prix des produits de base, mais aussi du passage de la phase de mise en place à la phase de production des entreprises QMM et Ambatovy (DG Trésor, 2015 ; Banque mondiale, 2016).

234 Le taux de participation à l’élection municipale d’Antananarivo en juillet 2015 s’est élevé à 29 % alors même que la candidature de L. Ravalomanana, épouse de l’ancien président empêché de se présenter, aurait dû en faire un enjeu symbolique. Elle n’a ainsi été élue que par 16 % des inscrits sur les listes électorales.

235 En référence à notre projet éditorial évoqué en introduction et intitulé Le Quatuor de la Grande Île. Portant sur Madagascar, il est composé de quatre ouvrages, dont celui-ci constitue la colonne vertébrale.

236 Si un tel programme mérite certes la création d’une organisation propre, il est plus réaliste de penser qu’il pourrait être abrité de manière pérenne dans une institution existante ou prévue, comme par exemple le CESC (Conseil économique, social et culturel) ou encore le HCDDED (Haut Conseil pour la défense de la démocratie et de l'État de droit), dont la création a déjà été entérinée.

Table des illustrations

Titre Schéma 5. Perspectives d’avenir : trois configurations institutionnelles possibles pour Madagascar.
Légende Source : élaboration par les auteurs.Note : voir l’encadré 1 pour une présentation de la nature des états naturels et les ordres d’accès ouvert.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22871/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 218k

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540