Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'énigme et le paradoxe

 | 
Mireille Razafindrakoto
, 
François Roubaud
, 
Jean-Michel Wachsberger

Chapitre 5. Les élites à Madagascar : un essai de sociographie

Texte intégral

< © Rijasolo/Riva Press –
En pleine après-midi, un essaim de criquets long de plusieurs kilomètres
envahit le centre d’Antananarivo, Madagascar, août 2014.

1La question des élites est au cœur de la problématique de North et al. (2009, 2012a), et plus largement de tous les travaux portant sur les institutions et les organisations. En effet, ces dernières sont façonnées et contrôlées par des individus et des groupes sociaux ou des coalitions, dont les élites constituent l’acteur le plus influent. La majorité des travaux récents sur les élites dans les pays du Sud porte plus sur la façon dont ces dernières affectent d’un point de vue général le processus de développement (autour de l’opposition générique entre élites rentières et élites « développeuses » ; voir par exemple Amsden et al., 2012), que sur qui elles sont et ce qu’elles font effectivement. On peut néanmoins s’interroger sur la possibilité de répondre de manière satisfaisante à la première question sans traiter la seconde.

  • 216 « The first and most fundamental impediment facing both scholars and policy makers seeking to under (...)

2Ainsi, la fréquence des recherches où le concept d’élites est mobilisé est inversement proportionnelle au matériau empirique dont elles disposent à leur sujet. Dans la majorité des cas, elles sont soit invoquées de manière discursive et désincarnée (élites prédatrices, rentières, mafieuses, éclairées… ; ou dans des approches plus thématiques : élites politiques, économiques, bureaucratiques, religieuses, etc.), soit abordées de manière anecdotique à travers des études de cas (exemples individuels, familiaux, de lignées…). Il existe une bonne raison à cela. En effet, parmi les trois principaux défis auxquels se heurte la communauté académique pour faire avancer la recherche sur les élites, le premier est justement d’en donner une définition et d’identifier qui elles sont concrètement à partir de données empiriques solides216.

3Cette spécificité n’est pas propre à la question des élites puisqu’on retrouve un débat similaire à propos du concept de classe moyenne (Darbon et Toulabor, 2011 et Jacquemot, 2013, dans le cas de l’Afrique), mais elle apparaît de manière plus aiguë ici. Du point de vue des sources, s’il existe dans les pays du Nord des banques de données biographiques mobilisables (type Who is who) pour obtenir des informations statistiques sur les élites, celles-ci sont par nature lacunaires (la sélection des individus dans ces annuaires répond à une procédure de sélection souvent opaque) et de qualité différente selon les pays. Elles concernent par ailleurs plus souvent les élites politiques ou administratives que les élites économiques (Genieys, 2011). Dans les pays du Sud et à Madagascar en particulier, ce type de banque de données est encore moins fréquent et plus lacunaire. Certaines d’entre elles ont néanmoins pu être mobilisées (Journal Officiel, annuaires biographiques : Verdier 1995, 2000 et 2002). Quant aux sources traditionnelles d’information quantitatives (principalement les enquêtes auprès des ménages), elles permettent peu ou prou d’obtenir les contours et le profil de la classe moyenne, quelle qu’en soit la définition, alors qu’il n’existe aucun élément équivalent à propos des élites, ces dernières étant par nature absentes de ces sources de données : elles sont trop peu fréquentes pour apparaître en nombre suffisant dans les échantillons habituels ; de plus, elles refusent généralement de répondre à ce type d’enquêtes pour des raisons de prestige ou de disponibilité.

4Outre les difficultés intrinsèques à « mesurer » les élites, l’agenda international du développement de la dernière décennie a participé en partie à la mise à l’écart des réflexions sur ce groupe. En se focalisant de manière quasi exclusive sur la réduction de la pauvreté (OMD, initiatives DSRP et PPTE, etc.), les pauvres et les stratégies de sortie de la pauvreté sont devenus le principal centre d’intérêt des recherches et des politiques, alors que l’étude du « haut de la distribution » (des revenus, du patrimoine ou plus largement du pouvoir) est devenue un hors-champ et a été reléguée en arrière-plan dans les PED. Certes, la question de la reconfiguration des inégalités (nationales ou mondiales) a suscité de nombreux travaux (pour une courte synthèse, voir Bourguignon, 2012). Dans les pays développés, un certain nombre d’entre eux se sont centrés sur l’analyse des quantiles les plus élevés à partir de données fiscales au niveau le plus fin (c’est-à-dire, à un tel niveau de détail que les élites – en termes de revenu – peuvent être appréhendées ; Piketty et Saez, 2006 ; Piketty, 2013). Malheureusement, l’inexistence de telles sources dans les PED (notamment les plus pauvres) fait non seulement que les élites restent une terra incognita, mais aussi que les inégalités dont elles sont la source sont massivement sous-estimées (Guénard et Mesple-somps, 2007).

5Ce chapitre se fixe un double objectif. Le premier s’inscrit en ligne directe avec l’objet de cet ouvrage, à savoir le (ou les) rôle(s) joué(s) par les élites dans le mode de régulation de la société malgache, et tout particulièrement ses heurs et ses malheurs, en un mot dans le blocage de son développement. À défaut de pouvoir attaquer frontalement ce problème, au-delà des analyses générales et stylisées proposées dans les deux précédents chapitres, le fil rouge de ce chapitre porte sur le mode de reproduction des élites, dans sa double dimension : objective (stratégies d’acteurs) et subjective (systèmes de valeur). En amont de cette question, ce chapitre vise aussi à établir une sociographie aussi précise que possible des élites à Madagascar. Il s’agit en effet d’une étape constitutive et préalable à toute tentative plus analytique mobilisant cet objet : comment mener une réflexion sur cet acteur social qualifié « d’élites » sans en avoir d’abord délimité les contours et décrit la structure interne ? Cette étape taxonomique (de description des espèces) apparaît d’autant plus incontournable qu’elle n’a à notre connaissance jamais été menée, ni à Madagascar, ni ailleurs, au moins dans les termes que nous proposons ici.

  • 217 Des présentations méthodologiques plus détaillées font (et feront) l’objet d’articles scientifiques (...)

6En effet, la principale originalité de ce chapitre repose sur le fait que les résultats présentés sont tirés d’une enquête statistique de première main et inédite, qui cherche à être représentative des élites à Madagascar depuis l’indépendance. L’enquête auprès des « élites » à Madagascar (Elimad) vise à rendre compte de la trajectoire, des réseaux sociaux et des valeurs d’un échantillon représentatif des membres des différents types « d’élites ». Elle pose un triple défi méthodologique : de définition du champ abordé (qu’est-ce que l’élite ou les élites ?), de représentativité (où trouver une liste exhaustive de l’univers en question ?) et de fiabilité des informations recueillies (comment garantir des réponses à la fois sincères et détaillées ?). L’ampleur de ces questions méthodologiques explique probablement pourquoi une opération de ce type n’a jamais été menée à bien (sinon entreprise) précédemment. Sans entrer dans les détails techniques, qui ne sont pas l’objet du présent ouvrage, nous avons apporté des éléments de réponse « acceptables » aux questions de méthode soulevées ci-dessus. Au total, 1 000 personnes considérées comme faisant partie des élites à Madagascar dans au moins une des neuf sphères embrassées (politique – gouvernementale, élective et partisane –, économie, religion, armée, société civile, organisations internationales, institutions publiques) ont été interviewées entre 2012 et 2014 dans le cadre de cette recherche. Sans éluder les questionnements légitimes (un certain nombre de précisions techniques concernant Elimad étant présentées dans les encadrés de 5 à 8)217, nous nous focaliserons ici sur les résultats de l’enquête. En complément et en articulation directe avec Elimad, une enquête spécifique a été conduite en 2013 auprès d’un échantillon de 1 200 personnes, représentatif de la population adulte vivant à Madagascar (enquête Citmad). Cette enquête « miroir » a pour objectif de mettre en regard et donc de comparer les opinions et les valeurs des élites et des citoyens ordinaires grâce à un jeu de questions communes. Elle reprend le principe déjà expérimenté par les auteurs à propos de la gouvernance et de la corruption en Afrique francophone, confrontant les points de vue des experts et celui de la population (Razafindrakoto et Roubaud, 2010a).

7Ce chapitre comprend trois parties. Dans la première, après une tentative d’estimation de leur taille, nous livrons un profil sociodémographique détaillé des groupes élitaires. Une fois le cadre posé, nous nous interrogeons ensuite sur les stratégies d’accès et de maintien dans les sphères du pouvoir, dans leurs différentes dimensions. La deuxième partie porte sur le mode de reproduction des élites, dans ses nombreuses dimensions. Elle décrypte le parcours social des élites, en s’intéressant à la mobilité inter et intra générationnelle (dans la dimension verticale), ainsi qu’aux alliances matrimoniales (dans la dimension horizontale). Mais les stratégies élitaires passent également par une occupation diversifiée de l’espace social, en investissant plusieurs champs à la fois, politique et économique, public et privé, un phénomène de chevauchement bien connu et qualifié dans la littérature africaniste de straddling. Il convient aussi de ne pas négliger la participation associative et surtout la constitution, l’entretien et la mobilisation de réseaux individuels. Cette partie s’attache aussi à en mesurer l’ampleur et à l’analyse de la structure des réseaux élitaires égocentrés. Enfin, la dernière partie aborde la question des valeurs. En effet, les élites ne se distinguent pas seulement du reste de la population par leur mode de vie et de reproduction, mais également par un système de représentations, qui peuvent être plus ou moins antagonistes avec celles portées par d’autres groupes sociaux, et également plus ou moins propices au développement. Dans cette perspective, grâce au dispositif d’enquêtes couplées décrit plus haut, nous contrasterons les réponses exprimées par les élites avec celles formulées par les citoyens ordinaires, afin de mesurer la distance qui sépare les deux groupes et de l’interpréter.

Qui sont donc les groupes élitaires à Madagascar ?

8À Madagascar, qui sont les détenteurs du pouvoir (politique, économique, militaire, religieux, etc.) ? S’agit-il d’un groupe homogène qui se reproduit dans la durée ? Le mode de reproduction des élites s’opère-t-il sur une base familiale et/ou avec des stratégies de groupes (ethniques ou statutaires) ? La dimension ethnique ou de groupe statutaire est-elle pertinente ? Le pouvoir à Madagascar est-il un « pouvoir merina » ou encore un « pouvoir andriana » ? Quelles sont les interférences entre les différentes dimensions du pouvoir à Madagascar ? Telles sont les questions sur lesquelles nous nous proposons d’apporter un premier éclairage en partant des premiers résultats de l’enquête auprès des élites.

Encadré 5
Champ de l’enquête : définir le concept d’ « élite »

Étant donné les discussions et l’absence de consensus dans la littérature sur la notion d’élite, il convient de préciser la définition que nous en avons adoptée. Nous définissons l’« élite » dans sa conception la plus large comme « toute personne ayant ou pouvant potentiellement avoir du pouvoir et/ou une influence sur les décisions et le fonctionnement de la société à Madagascar ».
Il s’agit donc de personnes travaillant ou ayant travaillé à des postes « importants » et/ou ayant un niveau de responsabilité dans différentes sphères :
1-au sein du gouvernement (ministre, directeur de cabinet, secrétaire général) ;
2-à des fonctions électives (Assemblée nationale, Sénat, mairie de grandes villes, etc.) ;
3-dans un parti politique ;
4-dans une institution publique (administration ; fonction non-politique) ;
5-dans l’armée (gendarmerie, police, armée de terre, etc.) ;
6-dans des grandes entreprises (publiques ou privées) ;
7-dans la société civile (incluant les médias ; les groupements d’entreprises GEM, JPM, etc. ; les syndicats, les associations ou comités comme KMF/CNOE, SeFaFi, CNOSC, etc.) ;
8-dans une institution religieuse ;
9-dans un organisme international (y compris les grandes ONG internationales). Ces choix conceptuels appellent deux commentaires. D’abord, le pouvoir (à mesurer) dont les « élites » sont détentrices n’est pas une variable binaire (en avoir ou pas), mais plutôt une variable continue (en avoir plus ou moins). Si cette acception ne pose pas de problème de limite supérieure (par exemple, le président de la République dans le champ politique est nécessairement membre de l’élite), il convient de fixer une borne inférieure en deçà de laquelle un individu n’est plus considéré comme faisant partie des élites. Ce seuil est par définition arbitraire. Dans Elimad, nous avons retenu un niveau propre à chacune des sphères et relativement élevé, comme en atteste la distribution des postes/positions de notre échantillon. Ensuite, notre découpage en neuf sphères (et leur agrégation en quatre champs) prétend être exhaustif des élites à Madagascar qui exercent un pouvoir au niveau national. Ce champ exclut a priori trois groupes qui peuvent être considérés comme élitaires à leur échelle : les élites locales, les élites de la diaspora et enfin les élites internationales qui exercent une influence sur Madagascar depuis l’extérieur (le président de la République française par exemple, le président de la Banque mondiale, ou encore le dirigeant d’un groupe industriel mondialisé et présent à Madagascar). Il est clair que les raisons de les exclure sont d’abord motivées par des difficultés techniques (d’accès en particulier), mais il est aussi légitime de les considérer comme des extensions de notre champ, qui mériteraient de faire l’objet d’enquêtes dans un second temps. En revanche, les principales communautés étrangères (indienne – karana –, chinoise – sinoa –, descendants de colons – zanatany) installées de longue date dans le pays font partie du champ de l’enquête. Pour les besoins de l’analyse, une identification des sphères de pouvoir auxquelles appartiennent les élites s’avère nécessaire. Comme nous le verrons plus loin, ces dernières interviennent dans différentes sphères (« straddling »). Nous avons ainsi affecté les enquêtés dans un champ principal de la manière suivante :
– champ politique (27,7 %) : afin de privilégier les responsabilités politiques, ont été classées dans cette catégorie toutes les personnes ayant occupé au cours de leur parcours (ou occupant actuellement) un poste au sein du gouvernement, celles ayant été eu un mandat électif (membres de l’Assemblée nationale ou du Sénat, y compris les membres du CST et CT au cours de la « période de transition ») et les hauts dirigeants de partis politiques ;
– champ économique (23,9 %) : ont été classées dans cette catégorie les élites issues du monde des affaires mais qui n’ont jamais occupé de responsabilité politique ;
– institutions publiques (28,1 %) : Les élites qui ont occupé (ou occupent actuellement) des postes élevés dans des institutions publiques ainsi que dans l’armée et qui n’ont eu ni responsabilités politiques, ni responsabilités dans les grandes entreprises ;
– société civile et autres (20,3 %) : Les élites qui ne peuvent être classées dans les trois catégories précédentes ont été regroupées dans cette catégorie. Il s’agit de personnalités des institutions religieuses, de la société civile, des organismes internationaux, qui n’ont exercé ni responsabilités politiques, ni responsabilités dans les grandes entreprises ou dans les institutions publiques. Dans plus de deux tiers des cas, elles dirigent des organisations de la société civile.

  • 218 La structuration sociale en groupes statutaires décrite dans le chapitre 2 a été une caractéristiqu (...)

9Pour donner un aperçu global des caractéristiques sociodémographiques des élites à Madagascar, toutes sphères confondues, on notera d’abord qu’il s’agit d’une population âgée, masculine et diplômée (tabl. 9). La moyenne d’âge est de 52 ans et 55 % ont plus de 50 ans. Seulement 20 % sont des femmes et 96 % ont fait des études supérieures. En termes de religions, la répartition est relativement équilibrée entre protestants (FJKM) et catholiques, les autres Églises représentant environ un quart du total. L’ethnie merina (ethnie de la région autour de la capitale) est prédominante (64 %), suivie de loin par les Betsileo (autre ethnie des hauts plateaux). Toutefois, un quart des élites est originaire des régions « côtières ». Enfin, la population des élites est constituée pour une majeure partie (52 %) de descendants d’andriana (les nobles du temps de la royauté).218

  • 219 Comme les membres des élites ont tous plus de 25 ans, nous les comparons à la population générale d (...)

10Pour se faire une idée plus précise de la spécificité des élites en termes de composition, il convient de la comparer avec celle de la population de la Grande Île en général219. Les élites ont 2,5 fois moins de chance d’être des femmes, et d’avoir moins de 45 ans. En termes de religion, si les catholiques sont surreprésentés parmi les élites (38 % vs 31 %), ce biais est encore plus massif pour les fidèles de la FJKM (37 % vs 20 %), au détriment des autres obédiences. Les élites ont aussi deux fois plus de chance d’être originaires des hauts plateaux. Mais beaucoup plus discriminant encore, elles ont 31 fois plus de chance d’être diplômées de l’enseignement supérieur que les citoyens ordinaires et jusqu’à 34 fois plus de chances de s’afficher descendants d’andriana ou assimilés.

  • 220 Des catégories plus détaillées ont été retenues dans le questionnaire de l’enquête. Toutefois, pour (...)

Tableau 9. Principales caractéristiques sociodémographiques des élites220

Tableau 9. Principales caractéristiques sociodémographiques des élites220
  • 221 Le 95,9 % traduit en fait ici le faible nombre de personnes interrogées dans l’enquête Afrobaromètr (...)

Sources : enquêtes Elimad (2012-2014) ; Afrobaromètre (2013 [groupe ethnique] et 2008 [groupe statutaire], Coef Ressources et IRD-Dial ; Enempsi (2012), Instat ; calculs des auteurs.
Note : population de 25 ans et plus.
Note 221221

11Ces moyennes pour l’ensemble du monde des élites masquent de grandes différences par sphère et par champ élitaires. La sphère politique apparaît de loin la plus masculine et âgée, avec 86 % d’hommes et 30 % de plus de 60 ans (tabl. 10). Cette caractéristique, bien que moins marquée, est également présente dans la haute administration publique. Les membres de la sphère économique et surtout ceux de la « société civile et autres » sont plus jeunes et plus féminisés. Mais dans aucune sphère, la proportion de femme ne dépasse 30 %.

Encadré 6
Stratégie d’échantillonnage

Assurer la représentativité du monde des élites
En l’absence de base de sondage préexistante, nous avons procédé en deux temps.
Méthode par choix raisonné
Une première vague d’enquête (une trentaine de questionnaires) a débuté par la sélection d’une trentaine de « super-enquêteurs » (eux-mêmes membres de l’élite ; voir infra) les plus diversifiés possibles. Choisis parmi les relations des membres de l’équipe, eux aussi membres de l’élite, ils ont enquêté dans leur propre réseau (après validation par l’équipe centrale). Ce système d’amorce a ensuite été poursuivi par la technique dite de « boule de neige », à partir de la mobilisation du réseau « élitaire » des premiers enquêtés, le questionnaire d’Elimad se terminant par un tableau de huit personnes que l’enquêté propose que l’on contacte pour qu’elles fassent elles-mêmes partie de l’enquête. Après une évaluation qualitative à mi-parcours (400 questionnaires) des lacunes, une seconde vague a été lancée. Celle-ci a ciblé les principales zones de sous-représentation (par exemple : la communauté indienne et encore les élites religieuses catholiques, etc.) à atteindre « par tous les moyens ». C’est à cette étape que la seconde stratégie a été mise en œuvre.
Constitution d’une base de sondage
En parallèle à la réalisation de la première vague d’enquête, nous avons procédé à une tentative d’élaboration d’une base de sondage exhaustive des élites. Pour ce faire, de nombreuses sources ont été utilisées : certaines communes et d’autres spécifiques à chaque sphère d’élites. Parmi ces sources, on peut mentionner : le Journal officiel, les différents annuaires et registres officiels, des sites internet, la presse, des entretiens directs, etc. Lorsque c’était possible, les archives de ces sources ont également été dépouillées sur la période 1960-2012. In fine, une liste de près de 10 000 noms (9 357) a pu être ainsi constituée, soit environ 7 000 une fois éliminés les doublons (individus identifiés dans plusieurs sphères).
Cette base de sondage est bien sûr imparfaite, mais elle constitue une première approximation raisonnable de l’univers élitaire. Comme éléments partiels de validation, nous avons pu vérifier que les 400 premiers enquêtés d’Elimad étaient quasiment tous dans la base. Dans la même veine, le dépouillement de la presse a permis de constater que les noms des personnalités citées par nos enquêtés étaient bien dans la base. Quand elles n’y étaient pas, elles y ont été ajoutées. Autre limitation de la base : on ne dispose souvent que du nom, sans autre information sur la personne considérée, ce qui interdit toute possibilité de stratification ex ante de l’échantillon. La constitution de cette base de sondage a deux usages. Le premier a consisté à caler (en cours d’enquête) l’échantillon d’Elimad sur la structure de la base (proportion de femmes, par exemple). De ce point de vue, on peut considérer qu’Elimad est une enquête stratifiée, selon deux critères : le sexe et la sphère. Le second intérêt de la base est à plus long terme. Cet investissement durable doit pouvoir servir de base de sondage pour toutes les enquêtes à venir sur les élites. Pour ce faire, il conviendrait de l’actualiser et de l’enrichir de caractéristiques individuelles.

Tableau 10. Caractéristiques démographiques des élites selon la sphère de pouvoir

Tableau 10. Caractéristiques démographiques des élites selon la sphère de pouvoir

Sources : enquêtes Elimad (2012-2014), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.
Note : bien qu’aucune limite d’âge n’ait été fixée, tous les membres de l’élite ont au moins 25 ans.

12La question éducative est évidemment centrale dans la problématique des élites. Au niveau général, 97 % des élites déclarent avoir suivi des études supérieures. Mais cet indicateur ne donne qu’une mesure très imparfaite de leur « sur-éducation ». Alors que, dans la population, le taux de fréquentation par cycle de l’enseignement supérieur (1er, 2e et 3e cycles) a logiquement la forme d’une pyramide, cette pyramide est inversée chez les élites (tabl. 11). Plus de 40 % des élites affirment avoir passé plus de cinq ans à l’université et 80 % plus de trois ans. Un membre des élites a environ 50 fois plus de chance d’avoir fréquenté l’université au niveau master que la population adulte en général et 200 fois plus de chances d’avoir poursuivi au-delà. De plus, la part de ceux qui ont suivi des études à l’étranger est incommensurablement plus élevée que celle des citoyens « ordinaires » ayant fréquenté l’enseignement supérieur, à l’instar de leur connaissance et de leur pratique du français, voire d’autres langues étrangères, bien que ces dernières soit encore relativement peu courantes. Les surdiplômés pèsent dans toutes les sphères élitaires, tout particulièrement parmi les élites politiques et des institutions publiques. Donc, même si les enquêtés ont probablement magnifié leur parcours scolaire, il ne fait aucun doute que l’accès aux études supérieures est une condition nécessaire (mais non suffisante) d’intégration au monde des élites.

Tableau 11. Niveau d’éducation des élites selon la sphère de pouvoir

Tableau 11. Niveau d’éducation des élites selon la sphère de pouvoir

Sources : enquêtes Elimad (2012-2014), Coef Ressources et IRD-Dial ; Enempsi (2012), Instat ; calculs des auteurs.
Note : population de 25 ans et plus.

13Si les différentes sphères montrent un profil similaire suivant la religion de leurs membres, ça n’est pas le cas selon les groupes ethniques et statutaires. Les Merina sont relativement plus présents dans la sphère économique où ils dominent massivement (76 % ; tabl. 12). Ils sont également très investis dans la sphère « société civile et autres » et dans les institutions publiques, où ils représentent deux hauts fonctionnaires sur trois. C’est dans la sphère politique qu’ils pèsent le moins, y étant même minoritaires (47 %). Le groupe statutaire offre moins de variations dans sa distribution suivant les champs de pouvoir. Les descendants d’andriana sont majoritaires partout, excepté dans les institutions publiques, où ils occupent néanmoins 48 % des postes. Les descendants de hova ont tendance à privilégier les sphères économiques et les institutions publiques. In fine, c’est chez les chefs d’entreprise que le taux de « castés » est le plus élevé, puisqu’il y dépasse 70 %.

Tableau 12. Groupes ethniques et statutaires d’origine des élites selon la sphère

Tableau 12. Groupes ethniques et statutaires d’origine des élites selon la sphère

Sources : enquêtes Elimad (2012-2014), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.

14Par définition, l’univers élitaire est profondément inégalitaire. Dans ce chapitre, nous avons défini les élites par leur pouvoir d’action sur la société. Cependant, si les membres des élites se distinguent des autres membres de la société par la « détention » de pouvoir, leur univers est, de ce point de vue, forcément différencié. Chacun y est détenteur d’un pouvoir plus ou moins important. On peut donc légitimement s’interroger sur la composition sociale des élites en fonction du pouvoir qu’elles détiennent. La connaissance précise des élites nécessite ainsi d’être capable de les distinguer en fonction de leur niveau de pouvoir.

15L’échelle de pouvoir que nous avons élaborée compte quatre niveaux (encadré 7). Les plus âgés se classent plus souvent en haut de l’échelle de pouvoir (respectivement 83 % des plus de 60 ans, 73 % des 46 à 60 ans et 63 % des moins de 45 ans se placent à l’échelle la plus élevée ; tabl. 13). S’il y a un aspect mécanique dans ce lien entre âge et niveau de pouvoir, les plus vieux ayant déjà eu le temps d’atteindre le sommet de leur carrière, il est possible qu’une composante purement gérontocratique soit aussi à l’œuvre, l’âge étant privilégié en tant que tel. Du point de vue du genre, non seulement les femmes sont sous-représentées au sein des élites mais elles sont de moins en moins nombreuses à mesure que l’on monte dans l’échelle du pouvoir. Alors qu’elles sont près de la moitié aux niveaux les plus faibles (3 et 4), elles ne sont plus que 18 % au niveau le plus élevé de la hiérarchie.

Encadré 7
Inégalités au sein de l’univers élitaire
L’élaboration d’une échelle de « pouvoir »

Dans une enquête auprès de la population, les unités d’observations sont considérées comme équivalentes, sont pondérées de la même façon, et peuvent être substituées l’une à l’autre. Ce principe statistique entre en résonance avec le principe démocratique « un homme, une voix », et reflète la relative homogénéité des individus. En revanche et à la différence des citoyens ordinaires, les élites sont profondément et intrinsèquement hétérogènes, du point de vue même de ce qui les définit, à savoir le pouvoir. Il paraît évident que le président de la République a un pouvoir d’action ou d’influence infiniment supérieur à celui du directeur général d’une administration centrale, du président d’une association de producteurs ou d’un prélat de rang intermédiaire. Cette hétérogénéité est à la fois interne (entre élites elles-mêmes) et externe (entre le groupe des élites et le reste de la population). De ce point de vue, une enquête sur les élites ressemble plus à une enquête sur les entreprises qu’à une enquête auprès des ménages : autant il convient de distinguer les entreprises en fonction de leur taille (que ce soit en nombre d’emploi ou en chiffre d’affaires), autant il est nécessaire de pouvoir identifier les élites en fonction du pouvoir qu’elles détiennent.
La mesure du pouvoir d’un individu est cependant un exercice délicat. D’une part, les sources (position statutaire, charisme, compétence, tradition) et les instruments (droit, force, influence) de pouvoir sont divers. Il est donc non seulement très difficile de les appréhender tous, mais aussi de déterminer un système de mesure qui puisse permettre de les comparer. D’autre part, le pouvoir ne peut être uniquement traité dans une approche substantialiste comme un capital mobilisable, cumulable ou dilapidable. Le pouvoir d’un individu ne réside en effet pas seulement dans ses capacités d’action matérielle ou morale mais aussi, dans la chance qu’il a de « faire triompher au cours d’une relation sociale sa propre volonté même contre des résistances » (Weber, 2003). Suivant cette approche, le pouvoir doit donc moins se comprendre comme un stock que comme une relation, puisqu’il n’exerce véritablement son emprise que dans l’interaction.
Dans l’enquête Elimad, le pouvoir ne peut être directement mesuré, ni dans sa dimension interactionniste, ni dans sa dimension substantialiste. Notre approche a donc consisté à faire l’hypothèse raisonnable qu’il était essentiellement fonction de la (des) position(s) statutaire(s) des individus. Ces derniers ont donc été classés selon leur rang suivant une échelle hiérarchique « type ». L’opérationnalisation de cette métrique théorique est loin d’être triviale. Elle suppose une double opération de classement : d’abord au sein de chacune des neuf sphères (et sous-sphères) ; ensuite entre les sphères. Pour ce faire, un travail minutieux a été entrepris en se basant sur deux informations principales de l’enquête : l’institution d’appartenance et la fonction exercée. Quelques variables auxiliaires ont également été mobilisées (par exemple la taille de l’entreprise pour la sphère économique), un diagnostic complété par un traitement manuel, au cas par cas, d’informations qualitatives déclarées en toutes lettres par l’enquêté sur son statut actuel (par exemple le nom de l’entreprise, toujours dans la sphère économique). Cette opération a permis de coder plus de 6 000 positions élitaires exercées par les 1 000 personnes enquêtés et plus de 15 000 liens de leur réseau élitaire. Trois nomenclatures emboîtées ont ainsi été élaborées. Pour les besoins de l’analyse de ce chapitre, nous ne mobiliserons que l’échelle la plus agrégée qui distingue quatre niveaux de pouvoir.

Tableau 13. Caractéristiques démographiques des élites selon l’échelle de pouvoir

Tableau 13. Caractéristiques démographiques des élites selon l’échelle de pouvoir

Sources : enquêtes Elimad (2012-2014), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.

16L’analyse en termes de groupes religieux ou ethniques n’offre pas de gradient très prononcé, aucune catégorie n’apparaissant favorisée par rapport aux autres (tabl. 14). On observe néanmoins quelques légères différences suivant le groupe statuaire. Les andriana sont un peu plus nombreux à accéder à l’échelle de pouvoir maximum, mais la différence est faible (75 % d’entre eux ont atteint le niveau 1 contre 72 % pour l’ensemble des élites).

Tableau 14. Groupes ethniques et statutaires d’origine des élites selon l’échelle du pouvoir

Tableau 14. Groupes ethniques et statutaires d’origine des élites selon l’échelle du pouvoir

Sources : enquêtes Elimad (2012-2014), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.

17Ainsi, l’élite malgache, associée par définition à la classe dirigeante, est globalement la même à Madagascar depuis l’indépendance (chap. 2). Elle est constituée en grande partie de la bourgeoisie andriana et hova, qui a hérité d’un pouvoir symbolique (avant la colonisation pour les premiers, avant et pendant la colonisation pour les seconds, ayant été responsables de la gestion des affaires publiques). Des membres de grandes familles « côtières » se sont joints à ce groupe, grâce à la place qu’ils ont acquis sur la scène nationale, entre autres en tant que représentant de leur région, depuis la période coloniale.

18Ce rôle des ethnies et des groupes statutaires (pourtant, rappelons-le, abolis depuis la fin du xixe siècle) dans la société malgache est une question lancinante et récurrente dans l’histoire du pays. Le point de vue des élites sur l’importance ou non de ces groupes apporte un éclairage supplémentaire sur la prééminence des origines dans la société malgache. Deux questions ont été posées afin de savoir, d’une part, si la personne interrogée considère ces groupes statutaires importants dans sa vie ou pour son parcours et, d’autre part, si elle pense que ces groupes sont importants pour la société malgache en général.

19Plus d’un siècle après l’abolition du principe des groupes statutaires, près de 30 % des membres des élites disent qu’ils sont encore importants pour eux personnellement et près de 50 % qu’ils le sont pour la société (tabl. 15). Ces réponses témoignent ainsi du maintien, au moins dans les esprits des élites, de ce système de classement symbolique, même si cette importance diminue légèrement chez les plus jeunes. L’analyse des réponses selon l’origine statutaire des individus permet d’affiner ce constat. Ce sont en effet les descendants d’andriana qui affirment le plus fréquemment l’importance pour eux (39 %) et pour la société (59 %) d’un système qui leur reconnaîtrait, par héritage, une valeur supérieure. À l’inverse, les personnes n’ayant pas déclaré d’origine en termes de groupe statutaire ne sont que 18 % à accorder de la valeur aux groupes statutaires même s’ils sont 38 % à estimer qu’ils sont encore importants pour la société.

20À côté des descendants d’andriana, ce sont les groupes socialement dominés chez les citoyens ordinaires (les femmes, les plus âgés ou les fidèles d’Églises minoritaires) qui font des groupes statutaires un principe structurant de la société malgache d’aujourd’hui, soit qu’ils le revendiquent à titre personnel, soit qu’ils considèrent en observer les effets. Ce paradoxe mérite d’être exploré plus avant, mais il pourrait refléter le fait que les rares élus issus de ces catégories cherchent à se distinguer en survalorisant des attributs de groupes statutaires qu’ils ne possédaient pas initialement.

Tableau 15. Opinions des élites sur l’importance des groupes statutaires

Tableau 15. Opinions des élites sur l’importance des groupes statutaires

Sources : enquêtes Elimad (2012-2014), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.

  • 222 On peut se référer à l’importance des « non-dits » comme cela a été souligné lors des entretiens qu (...)

21De manière générale, si les déclarations des élites relativisent un peu l’importance des groupes statutaires (ceux qui affirment ouvertement qu’ils pèsent encore de tout leur poids étant minoritaires), la forte présence des andriana dans ce groupe incite à penser que les stratégies de ces derniers pour maintenir leur pouvoir ou influence ne s’appliquent pas de manière ouverte222.

Encadré 8
Des questions très sensibles
Minimiser les non-réponses et garantir la fiabilité

Comment garantir un taux de réponse satisfaisant et obtenir des réponses sincères à des sujets aussi sensibles, alors que les enquêtés, situés au plus haut de l’échelle sociale, peuvent considérer qu’ils n’ont pas de temps à perdre à répondre à une enquête statistique, ou encore avoir de bonnes raisons de ne pas dévoiler leurs ressources. Des stratégies particulières, propres au champ d’étude, ont dû être mises en place.
En premier lieu, Elimad s’adresse aux élites : seule une relation « horizontale » peut être envisagée (« les élites parlent aux élites »). Les élites aimant à cultiver l’entre-soi (comme le confirme clairement l’analyse des réseaux dans ce chapitre), les enquêteurs ont été choisis parmi les membres de l’élite elle-même. Ce choix rend d’autant plus difficile à l’enquêté d’écarter d’emblée l’enquêteur, ce qui aurait été la tendance naturelle face à un enquêteur lambda. En second lieu, le questionnaire d’Elimad est particulièrement long (2 heures en moyenne). Le coût d’opportunité du temps consacré à répondre aux questions est très élevé. En conséquence, et bien que tous les enquêtés soient connectés, l’interview ne peut se faire qu’en face-à-face. Les quelques tentatives pour procéder autrement (dépôt du questionnaire, envoi par messagerie électronique) se sont soldées par des échecs. En troisième lieu, Elimad traite de questions très sensibles, notamment la question du réseau et du capital social. Il s’agit pour l’enquêté de fournir la liste de toutes ses relations et de donner un maximum de caractéristiques les concernant. Non seulement une telle procédure est terriblement intrusive, mais elle est aussi en partie négativement connotée. En effet, l’idée de la collusion des élites via leurs réseaux est assez commune. Il est donc nécessaire d’établir une relation de confiance absolue entre enquêteur et enquêté. Dans ces conditions, seul un enquêteur non seulement membre de l’élite, mais aussi connu de (ou recommandé par) l’enquêté peut obtenir des réponses sincères.
Ces trois stratégies principales ont été employées avec succès pour limiter la non-réponse totale et partielle. D’autres approches ont également été employées. Par exemple en insistant sur le côté valorisant d’avoir été choisi comme faisant partie de l’élite, à l’instar d’autres personnages publics, l’enquête constituant un marqueur de cette appartenance. Ou encore, en jouant sur la crédibilité établie de longue date de l’équipe de chercheurs, comme garantie de la confidentialité des données.
Cependant, ces consignes n’ont pas été appliquées de manière rigide. En effet, dans un certain nombre de cas, les stratégies retenues sont à double tranchant et nécessitent un arbitrage. Par exemple, pour certains enquêtés, se confier à un proche ou un membre de la famille est plus facile qu’à un inconnu ou un étranger. Dans d’autres cas au contraire, il est plus facile de répondre à un inconnu anonyme, pour éviter que des questions intimes puissent être connues de la famille et éveiller éventuellement des jalousies. La connaissance intime du « terrain » permet d’ajuster la stratégie au cas par cas, en fonction du contexte connu ou supposé. Cette approche « sur mesure » pose bien sûr la question de la reproductibilité de l’enquête dans d’autres contextes.

Les stratégies d’accès aux sphères de pouvoir ou de maintien au pouvoir

22Le profil sociodémographique des élites a d’ores et déjà laissé transparaître quelques spécificités de ce groupe quant à ses stratégies d’accès aux sphères de pouvoir. L’investissement dans les études universitaires, facilité lorsque les parents disposent de ressources financières et humaines, en constitue un des piliers. De par ce mécanisme, l’origine familiale ou l’entourage joue déjà un rôle clef dans l’accès au cercle élitaire. Mais la constitution du groupe dans un cadre relativement étanche n’opère pas uniquement à travers ce canal. La proportion significative de descendants d’andriana, le groupe statutaire le plus élevé du temps des royautés, tend à témoigner parallèlement d’une stratégie implicite ou explicite de reproduction sociale. S’appliquant de génération en génération, cette stratégie statutaire favorise la persistance de distinctions hiérarchiques dont l’ancrage dans le passé renforce le caractère sacré. L’appartenance statutaire peut alors constituer une ressource mobilisable pour contrôler le pouvoir en en limitant l’accès à des héritiers.

23La première partie a fourni quelques éclairages sur les stratégies auxquelles la classe élitaire a pu avoir recours pour atteindre sa position privilégiée dans l’échelle du pouvoir. Cette deuxième partie vise à en expliciter les mécanismes et à en mesurer les effets. Les élites forment-elles un groupe homogène qui se reproduit au fil du temps ? Le mode de reproduction des élites s’opère-t-il effectivement sur une base essentiellement familiale ? Leur accès aux sphères du pouvoir s’explique-t-il par un parcours professionnel spécifique ? Les membres de l’élite disposent-ils d’un réseau important de contacts ou de proches dans les différentes sphères du pouvoir ? Et dans quelle mesure ce capital social est-il mobilisé pour monter dans la hiérarchie ? Les réponses apportées à ces différentes questions donneront une mesure de la fluidité sociale, de la nature et de la portée des pratiques des élites pour occuper les différents champs du pouvoir.

La reproduction sociale des élites : un phénomène qui s’amplifie dans le temps ?

  • 223 L’enquête demandait aux personnes interrogées la profession précise de leurs parents. C’est la codi (...)

24En premier lieu, l’accès au statut élitaire peut découler plus ou moins directement de l’héritage parental. Dans le cas de Madagascar, le mécanisme de reproduction sociale des membres des élites sur une base familiale est avéré. Près de la moitié (46 %) d’entre eux a au moins un parent qui fait (ou a fait) partie des élites (tabl. 16). Encore convient-il de noter que ces chiffres sont largement sous-estimés du fait du mode de questionnement de l’enquête223. Ce phénomène apparaît plus marqué pour les générations les plus jeunes. Celles ou ceux dont les parents sont ou ont été membres des élites représentent respectivement 44 % chez les 46-55 ans, 60 % chez les 36-45 ans et 63 % chez les moins de 35 ans. Ce constat peut s’interpréter de deux façons qui peuvent se combiner : soit l’accès à des postes de responsabilité nécessite plus de temps pour les individus dont les ascendants ne sont pas membres de l’élite ; soit ce phénomène de reproduction s’amplifie dans le temps.

Tableau 16. La reproduction au sein des élites et son évolution dans le temps (en %)

Au moins un des parents est membre des élites

Les deux parents sont membres des élites

Moins de 35 ans

63,3

27,9

36-45 ans

59,8

18,1

46-55 ans

44,4

5,4

56-65 ans

35,9

4,2

Plus de 65 ans

38,7

2,8

Total

46,1

9,1

Sources : enquêtes Elimad (2012-2014), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.

25Toutefois, la comparaison du poids des « héritiers » (les descendants des groupes élitaires) chez les 56-65 ans et les 46-55 ans (groupes d’âge suffisamment avancés pour qu’ils puissent atteindre des postes de responsabilité dans leurs parcours) semble montrer que le mécanisme de reproduction s’applique plus fortement pour la catégorie moins âgée (36 % chez les 56-65 ans contre 44 % chez les 46-55 ans). Ce constat tend à conforter la seconde hypothèse : celle d’une prégnance accrue du phénomène de reproduction des élites au fil du temps. Mais, quelle que soit l’hypothèse retenue, dans les deux cas, l’accès au pouvoir se révèle plus aisé pour les descendants des élites, ce qui vient confirmer qu’un mode de reproduction sur une base familiale a effectivement cours.

26Ce phénomène concerne toutes les sphères de pouvoir, même si l’ascendance joue plus fortement pour l’accès à certaines d’entre elles. Notamment, le mécanisme de reproduction opère particulièrement pour l’accès au pouvoir économique (52 % des élites du milieu entrepreneurial sont descendants d’élites ; le pourcentage correspondant est de 68 % chez les moins de 46 ans ; tabl. 17). Il est également marqué pour les élites travaillant dans les organismes internationaux (avec respectivement 54 % de descendants d’élites ; 64 % des moins de 46 ans).

27Investissant dans l’école et pouvant bénéficier d’un niveau d’éducation largement supérieur à la moyenne malgache (notamment en se formant à l’étranger), il est relativement aisé pour les enfants des élites d’accéder à des positions privilégiées dans les différentes sphères du pouvoir. Dès lors, il n’est pas étonnant de constater que l’on retrouve les mêmes patronymes depuis l’indépendance au sein de la classe dirigeante. Les descendants des dignitaires de la Ire République ne sont pas rares dans la classe politique. Certes, de nouveaux noms apparaissent, mais globalement on note la place toujours importante d’une oligarchie constituée d’une élite bourgeoise, y compris « côtière », déjà présente au lendemain de l’indépendance (Fremigacci, 2014b ; chap. 2).

Tableau 17. La reproduction au sein des élites suivant les catégories (en %)

Tableau 17. La reproduction au sein des élites suivant les catégories (en %)

Sources : enquêtes Elimad (2012-2014), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.

Le chevauchement des positions de pouvoir : accroître et diversifier les sphères d’influence ?

28Une stratégie de « chevauchement » des positions de pouvoir (straddling), mise en avant notamment par Médard (1992), pourrait faciliter l’accès ou le maintien aux positions sociales les plus élevées. L’enquête auprès des élites à Madagascar donne l’occasion de tester concrètement cette hypothèse. Partant du parcours des élites, nous avons analysé dans quelle mesure ces dernières cumulent des positions de responsabilités dans les différentes sphères de pouvoir.

29Cette stratégie de straddling est clairement en vigueur chez les membres de l’élite à Madagascar. Presque la moitié (49 %) cumule, au moment de l’enquête, des fonctions de responsabilités dans au moins deux sphères distinctes et 20 % sont présents dans trois sphères différentes (tabl. 18). Si on élargit l’analyse à l’ensemble de leur parcours depuis leur premier poste de responsabilité, les élites multiplient et diversifient leur pouvoir en ayant ou en étant présents dans différentes sphères : 84 % ont occupé des postes élevés au moins dans deux sphères, près des deux tiers au moins dans trois sphères et 41 % dans au moins quatre sphères différentes. Le cumul des fonctions ou des positions s’avère non seulement une pratique généralisée mais il semble donc s’accompagner d’une stratégie de diversification des points d’ancrage dans le temps.

Tableau 18. Cumul des positions dans différentes sphères de pouvoir (en %)

Cumul dans le temps/parcours

Cumul aujourd’hui

Appartient ou a appartenu à :

Appartient aujourd’hui à :

Au moins 2 sphères

84,4 Au moins 2 sphères

48,7

Au moins 3 sphères

64,5 Au moins 3 sphères

19,9

Au moins 4 sphères

40,7 Au moins 4 sphères

6,8

Au moins 5 sphères

21,7 Une seule sphère

44,4

Au moins 6 sphères

10,7 Aucune sphère

6,9

Sources : enquêtes Elimad (2012-2014), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.

30Que ce soit dans un objectif de contrôle, de verrouillage, ou de constitution d’une assise solide, le capital social permet d’assurer pour soi-même ou pour ses proches une montée dans la hiérarchie. L’application de cette stratégie de chevauchement tend à conforter l’hypothèse d’accaparement des sphères d’influence par au moins une partie des élites. On mesure les conséquences d’une telle stratégie sur la concentration du pouvoir. Sa portée est d’autant plus marquée qu’aux positions occupées par les élites elles-mêmes viennent s’ajouter celles occupées par leurs proches comme on le verra par la suite. Le schéma 4 propose une illustration stylisée de ces imbrications entre sphères d’élites dans le cas malgache.

Schéma 4. Répartition du pouvoir et interactions entre différents groupes d’acteurs.

Schéma 4. Répartition du pouvoir et interactions entre différents groupes d’acteurs.

Source : élaboration des auteurs.

Ampleur et structure du réseau élitaire

  • 224 Associations reposant sur une origine géographique commune. Cette origine est le plus souvent une c (...)
  • 225 Sachant que le secret est la règle de la franc-maçonnerie, les élites qui ont répondu « ne se prono (...)

31Les élites se caractérisent par une très forte participation à la vie associative. La comparaison des taux d’affiliation à toutes associations confondues n’autorise aucun doute : alors que seulement 20 % environ de l’ensemble de la population se déclare membre d’une association (chap. 4), le taux dépasse 80 % chez les élites (tabl. 19). Cette intensité des activités sociales correspond-elle à une stratégie spécifique en lien avec l’accès ou le maintien au pouvoir ? Les caractéristiques des associations auxquelles participe la classe élitaire apportent un premier éclairage sur les objectifs affichés et implicites des affiliations. Un cinquième des élites participe (ou a participé) à des associations de service (Lions club, Rotary, etc.), 46 % sont (ou ont été) dans des associations d’« originaire »224 et 10 % déclarent appartenir (ou avoir appartenu) à une obédience maçonnique225. Au-delà des engagements et services proposés, ces choix des élites de s’inscrire dans des associations accessibles uniquement à un cercle restreint d’individus – puisqu’on n’y entre que par cooptation – ne sont pas neutres et témoignent d’une volonté de cultiver un entre-soi.

32Les descendants d’andriana se démarquent par une participation associative plus forte (avec un taux de participation de 83 %), en particulier dans les associations d’originaire. Ils sont surtout près deux fois plus nombreux à investir des loges maçonniques, même s’ils sont minoritaires à y adhérer (14 % contre moins de 8 % en moyenne pour les autres). Par ailleurs, le pourcentage plus élevé de membres d’associations d’originaire chez les « autres » ethnies peut s’expliquer par le fait qu’étant présent pour la majorité d’entre eux dans la capitale, ils se trouvent éloignés de leurs régions d’origine. Mais ce taux pourrait également être un facteur explicatif de leur position parmi les élites. L’implication dans ce type d’association donne en retour l’occasion de solliciter les membres susceptibles d’apporter un appui pour l’accès à un poste de pouvoir.

33La stratégie d’inscription dans le milieu associatif, et donc de constitution de réseau, est différenciée suivant le genre. Les femmes membres de l’élite sont relativement plus présentes dans les associations de service (22 % contre 18 % des hommes) et moins souvent dans les associations d’originaire (39 % contre 48 %).

Tableau 19. Participation à la vie associative selon les groupes statutaires, ethnies d’origine et sexe

Tableau 19. Participation à la vie associative selon les groupes statutaires, ethnies d’origine et sexe

Sources : enquêtes Elimad (2012-2014), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.

34Les élites ayant (ou ayant eu) un rôle dans la sphère politique se distinguent par une implication sensiblement plus forte dans les associations en général (87 % contre 81 % en moyenne), dans les associations d’originaire (67 % contre 46 % en moyenne), et dans les obédiences maçonniques (14 % contre 11 % en moyenne ; tabl. 20). Ces résultats tendent à confirmer un lien spécifique entre la participation associative et l’accès au pouvoir politique. Les élites – notamment politiques – semblent ainsi pouvoir bénéficier d’appuis ou de formes de légitimation à travers leur appartenance à ces cercles.

35Le lien entre la participation sociale et l’accès au pouvoir se trouve surtout confirmé par le fait que le degré d’implication dans des associations tend à augmenter avec l’échelle de pouvoir. En effet, chez les élites de la catégorie la plus élevée dans la hiérarchie du pouvoir (niveau 1), 83 % sont ou ont été membres d’une association, 49 % sont inscrits dans une association d’originaire et 13 % dans une obédience maçonnique (contre respectivement 46 %, 29 % et 8 % pour ceux situés au plus bas niveau de l’échelle). On peut certes s’interroger sur le sens de la causalité, la détention d’une position hiérarchique élevée pouvant faciliter l’entrée dans les cercles associatifs les plus fermés. Mais, compte tenu des contraintes de l’engagement associatif, il est plus que probable qu’une telle affiliation répond à des objectifs instrumentaux et pas seulement altruistes. Le cadre des milieux associatifs permet de renforcer des liens mobilisables dans des stratégies d’accès, de maintien ou de renforcement des positions hiérarchiques.

Tableau 20. Participation à la vie associative selon les sphères et échelles de pouvoir

Tableau 20. Participation à la vie associative selon les sphères et échelles de pouvoir

Sources : enquêtes Elimad (2012-2014), Coef Ressources et IRD-Dial, nos propres calculs.

36Les réseaux élitaires ne se limitent pas à celui créé à travers la participation aux associations précédentes. Ils peuvent aussi bien se nourrir de liens individuels, familiaux, professionnels que des contacts établis dans le cadre du milieu scolaire (association d’anciens élèves ou école des enfants), des affiliations religieuses, des activités sportives, etc. Cette diversité des lieux possibles pour créer, entretenir et développer son capital social donne une idée des relations que les élites peuvent potentiellement activer. Toutefois, la fréquentation des mêmes lieux ne se traduit pas forcément par l’établissement de relation de confiance et l’intégration d’une connaissance parmi le cercle des proches. Le développement automatique des liens est d’autant moins évident que la population malgache semble se caractériser par une faible confiance interpersonnelle (chap. 4) et que les élites, comparées aux citoyens ordinaires, se montrent encore plus défiantes (19 % des élites déclarent qu’on peut faire confiance à la plupart des gens tandis que le pourcentage équivalent est de 26 % pour l’ensemble de la population).

37Le climat de méfiance à l’égard d’autrui constitue-t-il un obstacle à la création et au renforcement de relations pour l’entretien d’un réseau ? La structure et la taille des réseaux élitaires n’autorisent aucun doute sur leur portée effective. Les élites disposent au moins d’un contact élitaire (une personne occupant une fonction de responsabilités qu’ils peuvent potentiellement appeler directement) dans l’une des différentes sphères de pouvoir. À titre d’exemple, 82 % ont, dans leur répertoire téléphonique, un contact exerçant (ou ayant exercé) des responsabilités dans les institutions publiques. Le pourcentage est de 85 % concernant les connaissances ayant ou ayant eu des fonctions gouvernementales (tabl. 21). 73 % ont des contacts dans le milieu des entreprises. Ce sont les contacts dans ces trois sphères qui sont aussi les plus mobilisés pour solliciter et obtenir une aide, témoignant de l’activation possible de ce réseau dans une optique instrumentale.

38En conformité avec le constat fait précédemment quant à la spécificité des élites politiques en matière de participation associative, ces dernières sont également celles qui possèdent le réseau le plus dense. Les élites ayant (ou ayant eu) un rôle dans la sphère politique se distinguent des autres catégories d’élites par un réseau qui apparaît encore plus riche : elles affichent en moyenne un nombre plus important de relations au sein de la classe élitaire, un plus grand nombre de personnes proches ou très proches parmi ces dernières, une plus forte diversité de sphères auxquelles appartiennent les membres de son réseau, plus de relations avec lesquelles les contacts sont très fréquents (au moins hebdomadaires), et enfin un nombre supérieur de relations dont elles ont reçu au moins une aide.

Tableau 21. Réseau de contacts élitaires dans différentes sphères de pouvoir (en %)

Contacts ou proches dans les sphères suivantes

Au moins un contact

Gouvernement

84,5

Institutions publiques

82,1

Entreprises

73,2

Armée

67,7

Organismes internationaux

60,2

Société civile

59,9

Partis politiques

58,3

Fonctions électives

54,3

Institutions religieuses

54,1

Dans au moins une sphère

100

Sources : enquêtes Elimad (2012-2014), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs. Note : 85 % des élites en général ont des contacts avec des membres du gouvernement.

39Par ailleurs, l’importance du capital social pour accéder aux plus hautes responsabilités du pouvoir se confirme. En effet, plus un individu se classe à un niveau élevé de l’échelle de pouvoir, plus il dispose d’un réseau riche, suivant les différents critères retenus pour le mesurer (nombre de relations, degré de proximité, diversité des sphères auxquelles appartiennent les membres du réseau, fréquence des contacts, et relation ou non d’entraide). Ainsi, le nombre moyen de relations citées passe de 7 à 16, du niveau le plus faible dans la hiérarchie du pouvoir à la plus haute ; le nombre moyen de relations ayant fourni une aide passe de 6 à 12,5 (tabl. 22).

40Ici encore, il convient de s’interroger sur le sens de la causalité : est-ce l’accès au pouvoir politique ou à des positions hiérarchiques élevées qui donne les moyens de développer et d’enrichir son réseau, ou bien est-ce la richesse du réseau qui facilite l’accès à la sphère politique ou la montée dans l’échelle du pouvoir ? Sans chercher à tester proprement ces hypothèses (avec les contraintes d’endogénéité inhérentes à ce type de question si on recourt aux modèles économétriques), comme précédemment à propos de la participation associative, on peut se risquer à avancer que l’hypothèse la plus probable est celle d’une double causalité. Le réseau est ainsi à la fois une ressource et une résultante dans le processus d’accès, d’entretien ou de maintien au pouvoir.

Tableau 22. Importance du réseau élitaire suivant la sphère d’appartenance et l’échelle de pouvoir

Tableau 22. Importance du réseau élitaire suivant la sphère d’appartenance et l’échelle de pouvoir

Sources : enquêtes Elimad (2012-2014), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.

Un système de valeurs et de représentations propice au développement ?

41Des analyses précédentes, il apparaît clairement que les élites à Madagascar constituent un univers très étanche, largement déconnecté de l’immense majorité de la population, et qui utilise toutes les ressources à sa disposition pour assurer sa reproduction en tant que groupe dominant au sommet de la hiérarchie sociale. Si le système respire, c’est essentiellement en interne (entre les différentes sphères de pouvoir), les individus jonglant avec une certaine plasticité d’un champ à un autre. En revanche, les frontières extérieures du monde élitaire sont bien gardées, les stratégies déployées visant à limiter et à contrôler l’accès au pouvoir de nouveaux venus. Ce mode de fonctionnement basé sur le maintien des privilèges contrevient déjà en soi aux principes de méritocratie et d’égalité des chances censés fonder les sociétés démocratiques modernes. La question qui se pose maintenant est de savoir si cet entre soi est porté par un système de valeurs spécifiques et explicitement élitistes, ou s’il agit en sous-main, derrière un paravent de représentations plus collectivement partagées. Plus simplement, quelles sont les valeurs affichées par les élites en matière d’organisation et d’objectifs pour Madagascar, et sont-elles favorables au développement ?

42Dans la lignée des analyses précédentes, nous mettons ici en regard les points de vue des élites et ceux de la population sur un certain nombre de questions clefs : l’adhésion à la démocratie, les principales entraves et les priorités en termes de développement, et l’appréciation des différentes périodes de l’histoire. Nous mobilisons les résultats de l’enquête Elimad bien sûr, mais que nous confrontons à l’enquête Citmad présentée en introduction. Un certain nombre de questions identiques, formulées exactement de la même manière, ont été posées en miroir dans les deux enquêtes. L’objectif est d’identifier aussi bien les points de divergence que de convergence entre élites et population pour faire émerger les obstacles et les bases possibles de la poursuite du processus de démocratisation et de développement.

Une adhésion mitigée aux principes démocratiques

43L’attachement à la démocratie est loin d’être massif, même s’il recueille l’assentiment de la majorité des élites. « Seulement » 55 % des élites considèrent que « la démocratie est préférable à toute autre forme de gouvernement », et ce pourcentage tombe même à 46 % chez les élites économiques (tabl. 23). Le poids de ceux qui estiment qu’« un système non démocratique peut être préférable dans certaines circonstances » est significatif (36 % pour l’ensemble des élites et 45 % pour ceux de la sphère économique).

44La question de savoir si les élites sont plus attachées à la démocratie que les citoyens ordinaires n’est pas simple. D’un côté, 26 % de la population indiquent que le type de gouvernement n’a aucune conséquence sur leur situation (contre 6 % des élites). Ces personnes semblent ainsi ne (plus) rien attendre de l’État. D’un autre côté, il reste cependant que 82 % de ceux pour qui la forme de gouvernement importe plébiscitent la démocratie, alors que ce n’est le cas que pour 60 % des membres des élites. Une plus forte proportion d’entre eux serait donc prête à accepter l’installation d’un régime non démocratique.

45Cette question générale sur la démocratie traduit en fait le degré de valorisation du principe de l’élection des dirigeants du pays par la population. Pour aller plus loin sur l’attachement démocratique, nous avons également questionné nos interviewés sur le type de liens que le gouvernement et le peuple doivent entretenir. Alors que 54 % des citoyens ordinaires valident la proposition « Les gens sont comme des “enfants”, et le gouvernement devrait prendre soin d’eux comme un parent » (une vision paternaliste du mode de régulation politique, en adéquation avec le concept de raiamandreny déjà largement analysé dans les chapitres précédents), seuls 19 % des élites ont défendu cette vision. Le principe d’un État raiamandreny semble donc paradoxalement plus accepté par les citoyens ordinaires que par les élites qui pourraient pourtant en profiter. Ce résultat n’est cependant paradoxal qu’en apparence. Il peut tout d’abord traduire en partie le fait que les réponses données par les interviewés sont influencées par la « désirabilité sociale ». Ceux-ci savent en effet que la « bonne » réponse à la question posée est que le peuple doit contrôler le gouvernement. Il peut aussi exprimer le fait que les membres des élites, qui ne sont pour la plupart pas en état de gouverner, ne souhaitent pas que le gouvernement prenne des décisions sans qu’ils puissent le contrôler.

Tableau 23. Point de vue des élites sur les principes démocratiques et la gouvernance (en %)

Tableau 23. Point de vue des élites sur les principes démocratiques et la gouvernance (en %)

Sources : enquêtes Elimad (2012-2014) et Afrobaromètre (2013), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.
Note : Le total pour chacune des deux questions n’est pas égal à 100 % car la modalité « Ne sait pas » n’est pas reportée.

La mauvaise gestion des dirigeants, principale entrave au développement : un mea culpa assumé ?

46Le rôle central de la gouvernance (qu’elle soit entendue de la façon la plus étroite, comme la mauvaise gestion des fonds publics, ou plus largement comme l’ensemble de la gouvernance démocratique), et en amont de la présence d’institutions « développeuses » (ou « inclusives »), est au cœur des travaux développés par North et al. (2009 et 2012b), mais également par d’autres auteurs qui s’interrogent sur la trajectoire divergente des nations (Khan, 2010 ; Acemoglu et Robinson, 2012). Cette thèse est largement partagée par les élites malgaches. « La mauvaise gestion des dirigeants » est considérée par les élites (quelle que soit la sphère considérée) comme de très loin la principale entrave au développement de Madagascar sur une longue période. 99 % pensent qu’elle joue de manière significative et 92 % qu’elle pèse de façon décisive (tabl. 24). Ce résultat appelle deux commentaires généraux.

47D’une part, il vient confirmer que la thématique de la gouvernance n’est pas une problématique importée d’Occident, comme cela est parfois avancé. En effet, cette attention pourrait être la marque de l’intériorisation d’un discours globalisé sur cette question, au moins pour la fraction des élites « occidentalisées ». Cependant, le fait que la population, y compris les groupes les plus marginaux, y adhère semble conforter l’idée d’un terreau commun et largement endogène. Pour certains contempteurs des bailleurs de fonds (notamment au Sud), la question de la gouvernance serait mise en avant par une « communauté internationale » en mal d’explication pour justifier l’échec du développement de l’Afrique sur une longue période. Inversement, ces mêmes bailleurs feraient de la « mauvaise » gouvernance un argument commode pour rejeter la responsabilité de leurs propres stratégies d’intervention sur des facteurs endogènes, à savoir l’influence néfaste d’élites rentières venant dévoyer les « bonnes politiques » préconisées (chap. 4).

48D’autre part, il apparaît paradoxal que les élites s’infligent elles-mêmes un tel fardeau quant à leur propre responsabilité dans l’échec du développement à Madagascar, alors qu’il eût été si simple d’invoquer les ingérences extérieures, qu’elles soient politiques (rôle en sous-main de la France lors des crises de 1972 et 2009 ; RAKOTOMALALA, 2014), ou économiques (échec des politiques d’ajustement structurel imposées par les bailleurs de fonds). On peut s’interroger sur la signification profonde de cette dénonciation unanime. S’agit-il, de la part des élites, d’un véritable mea culpa quant à leur rôle néfaste sur la trajectoire de Madagascar ou traduit-elle l’idée implicite que les « mauvais dirigeants » sont toujours les autres, chacun désengageant sa propre responsabilité ?

Tableau 24. Point de vue des élites sur les principales entraves au développement (en %)

Tableau 24. Point de vue des élites sur les principales entraves au développement (en %)

Sources : enquêtes Elimad (2012-2014) et Citmad (2013), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.

49Si la mauvaise gestion des dirigeants est considérée par les élites comme la principale entrave au développement, d’autres facteurs sont également incriminés. La question à choix multiple proposée dans l’enquête permet d’en prendre la mesure. D’abord, 86 % des élites invoquent « la mentalité de la population » (dont 56 % qui en font une cause majeure). Même si le questionnaire ne le précise pas, les entretiens qualitatifs donnent une idée de ce qui se cache derrière ce terme fourre-tout. On y trouve pêle-mêle : le poids des traditions, le respect des interdits, la mauvaise gestion du temps, le manque d’esprit d’entreprise, le manque d’éducation, etc. La thèse « culturaliste » trouve un écho certain parmi les élites, qui voient dans les travers de la masse la deuxième source de mauvais développement du pays.

  • 226 La malédiction des matières premières désigne les conséquences économiques négatives souvent provoq (...)

50L’idée que le monde extérieur d’hier et d’aujourd’hui pèse négativement sur Madagascar n’est pas écartée, loin de là. Près de deux membres des élites sur trois mettent en avant le rôle de la colonisation (65 %), et une proportion équivalente (64 %) incrimine les bailleurs de fonds et firmes étrangères. En revanche, la thèse « géographique », elle, est plutôt écartée : l’idée prévaut que Madagascar est riche en ressources naturelles, et le risque que cette richesse puisse être génératrice d’externalités négatives (malédiction des ressources naturelles et minérales : dutch disease226) n’est pas envisagé.

51Il est particulièrement intéressant de mettre en regard ce point de vue des élites avec celui des citoyens ordinaires. Si certaines similitudes se font jour dans les réponses, ce sont les divergences qui se montrent les plus intéressantes. Le principal point de convergence est la prépondérance des causes internes et du rôle des hommes dans la tragédie malgache, en premier lieu des dirigeants, dont 83 % de la population dénoncent l’incurie, mais aussi de la mentalité des Malgaches comme source des maux du pays. On retrouve ici le pendant de ce qu’on observe au niveau des élites : la population donne l’impression de s’autoflageller. Mais peut-être est-ce aussi la marque d’une forme de conscience (aux deux niveaux : élites et population) de leur ambivalence et de leurs contradictions (chap. 3 et 4) vis-à-vis de la démocratie et plus largement de la « modernité » (demandes démocratiques et pourtant respect des hiérarchies héritées, rejet des régulations étatiques, etc.).

52Deux différences significatives méritent d’être soulignées. En premier lieu, les élites sont plus de deux fois plus nombreuses à considérer les interventions étrangères comme une source de blocage. Ce résultat semble confirmer la thèse de North et al. (2009, 2012a) selon laquelle les facteurs extérieurs en bouleversant les règles du jeu (changement dans les règles d’accession au pouvoir, émergence de nouveaux acteurs, accaparement des rentes) tendent à remettre en question les équilibres internes entre les élites et la population ou entre différentes fractions d’élites. C’est également pour les élites une bonne façon de diluer leurs responsabilités, une revendication à laquelle n’adhère pas le citoyen ordinaire. En second lieu, la population est plus nombreuse à penser que la faiblesse des ressources pèse sur Madagascar. 46 % l’affirment contre seulement 25 % chez les élites. A priori, la découverte des ressources minières à grande échelle et leur mise en chantier effective à partir de la présidence de M. Ravalomanana semble donner raison au point de vue des élites.

53Si aucune interprétation évidente de cette différence ne tombe sous le sens, on peut néanmoins émettre quelques conjectures. Cette différence d’appréciation entre les élites et la population pourrait provenir du mode de gestion des ressources naturelles et minières à Madagascar. Comme il a été souligné dans le chapitre 2, ces ressources sont exploitées dans le cadre d’une économie d’enclave peu créatrice d’emploi et désarticulée du tissu productif local. Leur exploitation est donc relativement peu visible. Rappelons de surcroît que l’accès aux informations de la majorité de la population est très faible. Cette méconnaissance de l’ampleur des ressources naturelles malgaches facilite certainement l’acceptation de sa situation par la population. Une autre interprétation mobilise l’idée de système de représentation des élites. Ces dernières pourraient être convaincues de la richesse potentielle de Madagascar, mais penser qu’elles sont accaparées par les puissances étrangères, et de ce fait ne leur profitent pas.

  • 227 Nous n’avons malheureusement pas posé l’équivalent de cette question dans l’enquête Elimad (ce que (...)

54La contribution catastrophique des dirigeants du pays est l’opinion la plus partagée par tous à Madagascar, à tous les niveaux de l’échelle sociale, jetant le trouble sur les élites en tant que groupe. Néanmoins, ces dernières sont diverses, et l’opprobre ne les touche pas toutes nécessairement à la même enseigne. C’est ce que nous avons cherché à savoir en interrogeant la population sur le rôle de chacun dans la descente continue du pays aux enfers227.

55Le constat est accablant pour les élites politiques, dont le rôle funeste est massivement dénoncé (fig. 37). En revanche, tous les autres groupes sont plutôt positivement connotés. C’est le cas des élites économiques et militaires, mais surtout des responsables de la société civile et au premier chef des élites religieuses. Il est intéressant de noter que la population juge également très largement positive la contribution des citoyens ordinaires, une opinion qui vient nuancer le rôle négatif imputé à la mentalité des populations relevé précédemment. On notera qu’entre 2013 et 2014, la situation s’est globalement améliorée. Les changements sont de faible ampleur, sauf pour les élites politiques, dont la contribution fortement négative (avec un solde d’opinion de-42 points) devient légèrement positive (+7 points). Ces résultats sont très cohérents, un gage de qualité des données. En effet, 2014 marque la fin de la crise politique, avec la réalisation du cycle électoral et la mise en place d’un nouveau pouvoir issu des urnes. Il est parfaitement logique que la population accorde un plus grand crédit aux nouvelles élites politiques qu’elle vient de choisir. A contrario, le rôle des autres groupes n’ayant pas changé aussi fortement sur la période, il est tout aussi logique que leur contribution soit semblable au cours des deux années. Malgré cette embellie en 2014, les élites politiques restent toujours les plus décriées et, malheureusement et de façon prévisible, elles se verront à nouveau discréditées dès 2015. En effet, selon l’enquête « Gouvernance, paix et sécurité », deux tiers des citoyens considèrent que les membres de la classe politique ne pensent qu’à leur intérêt personnel (Rakotomanana et al., 2016). Soit une parfaite illustration de nos thèses, où « tout change pour que tout reste pareil ».

Figure 37. Contribution des différents groupes sociaux au développement de Madagascar selon la population en 2013 et 2014.

Figure 37. Contribution des différents groupes sociaux au développement de Madagascar selon la population en 2013 et 2014.

Sources : enquêtes Afrobaromètre (2013 et 2014) (questions spécifiques), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.
Notes : La question est formulée comme suit : « Selon vous, dans quelle mesure chacune des catégories de personnes suivantes contribue au développement du pays ? » Il faut toutefois préciser qu’en 2014, une modalité neutre (contribution ni positive ni négative) a été proposée en plus des quatre modalités présentées ici.

56L’enquête de 2014 introduit sur la scène un nouvel acteur que nous avons peu évoqué à ce stade : la diaspora. Du point de vue de la population, sa contribution au développement de la Grande Île est considérée comme plutôt positive (+20 points ; fig. 37). Néanmoins, il s’agit du groupe qui est le moins apprécié, en dehors bien sûr des élites politiques. Même les résidents étrangers sont largement mieux considérés (+34 points). Il n’est bien sûr pas question de prendre au pied de la lettre l’opinion des Malgaches restés au pays sur leurs compatriotes émigrés à l’étranger, tant la relation entre ces deux communautés est en général complexe, et tout particulièrement à Madagascar. Cependant, les éléments disponibles montrent que la diaspora malgache, à la différence d’autres diasporas (tabl. 25), entre autres des pays d’émigration massive, joue un rôle de second plan sur la dynamique de la Grande Île sur une longue période ; ce qui explique aussi pourquoi, dans cet ouvrage, nous n’en avons pas fait un acteur central de nos analyses.

57Bien qu’encore lacunaire, deux études récentes apportent des éléments nouveaux sur la diaspora malgache, jusqu’ici largement méconnue (Forim, 2016 ; Razafindrakoto et al., 2017). En premier lieu, avec un taux d’émigration internationale estimé à 1 %, Madagascar est le 28e sur 48 pays d’Afrique subsaharienne pour lesquels on dispose de données, largement derrière le continent dans son ensemble (1,7 %) ou à titre d’exemple le Mali et bien sûr la Côte d’Ivoire (chap. 4, tabl. 6). La diaspora malgache dans le monde est peu nombreuse, un facteur limitant son influence potentielle sur le pays d’origine. En 2015, on estimait le nombre d’émigrants à environ 170 000 personnes (United Nations, Department of Economic and Social Affairs, 2015). La diaspora malgache possède cependant deux caractéristiques propres qui jouent en sens inverse. D’abord, elle réside très massivement dans les pays riches : plus de 90 % de ses membres ont rejoint un pays de l’OCDE, et même 85 % ont rejoint la France. À titre de comparaison, en Afrique subsaharienne, l’émigration internationale est, pour près de 40 %, en direction d’autres pays du Sud. Ensuite, il s’agit d’une diaspora particulièrement éduquée. Un tiers de la diaspora malgache possède un niveau scolaire supérieur et plus de 40 % de ceux qui ont migré dans un pays de l’OCDE (la quasi-totalité) exercent une profession qualifiée. Les chiffres correspondant sont moins bons pour le continent dans son ensemble, tout particulièrement pour les diasporas issues de l’Afrique de l’Ouest. Ces caractéristiques globales font de la diaspora malgache un candidat probablement sous-estimé du monde élitaire qu’il conviendrait de mieux connaître à l’avenir.

  • 228 Tany : Association française loi 1901 se donnant pour objectif de lutter contre la spoliation des c (...)

58En résumé, le haut pouvoir d’achat de la diaspora malgache, relativement à la plupart des autres diasporas subsahariennes aurait dû constituer un puissant facteur pour faire de cette dernière un acteur majeur dans la Grande Île. En fait, il n’en est rien. On l’a vu, la diaspora est numériquement faible, mais surtout elle semble moins organisée et moins tournée vers le pays d’origine. Pour étayer et affiner ce diagnostic, de nouvelles études sont nécessaires, car les informations sur ce point sont pointillistes. Ce que l’on peut néanmoins affirmer en l’état des connaissances disponibles est que la diaspora malgache s’inscrit plus que les autres dans une logique individuelle d’intégration dans la société d’accueil. On le mesure notamment au fait qu’elle est beaucoup plus souvent naturalisée que les autres diasporas. Elle est également très féminisée, le mariage avec des ressortissants des pays d’accueil étant un motif important de migration. Le tissu associatif est bien présent, mais de moindre densité et relativement plus mobilisé par des activités d’animation de réseaux des communautés à l’étranger (notamment religieuse et… sportive) que mus par des logiques d’investissement au pays et/ou de préparation d’une migration de retour. On retrouve en quelque sorte transplanté à l’étranger (hors-sol) un certain nombre de caractéristiques propres à la société malgache décrite dans cet ouvrage ; ce qui n’est somme toute pas surprenant. Cela signifie aussi que le potentiel de mobilisation de la diaspora est important et des initiatives ont commencé à émerger (Collectif Tany, Zama, etc.228), mais il ne s’agit là encore que d’un « potentiel », venant se rajouter aux autres atouts présentés plus hauts et que la Grande Île peine à mobiliser (encore une fois, une caractéristique malgache).

Tableau 25. Poids de la diaspora malgache comparée à celle de quelques pays africains

Tableau 25. Poids de la diaspora malgache comparée à celle de quelques pays africains

Sources : pour les données sur la migration : United Nations, Department of Economic and Social Affairs (2015) ; pour les transferts (personal remittances) : World Development Indicators (2016) ; calculs des auteurs.

Stabilité sociale ou amélioration des conditions de vie : quelles priorités ?

  • 229 Cette question sur les principales priorités de développement est dérivée d’une version standardisé (...)

59Comment expliquer la récurrence des épisodes de crise étant donné l’importance accordée à la paix sociale à Madagascar ? Le contrôle de la violence prime-t-il et/ou devrait-il l’emporter sur les objectifs d’amélioration des conditions de vie et/ou de démocratie ? La même question a été posée aux élites et à la population pour savoir ce qui est considéré comme prioritaire parmi différentes aspirations : celles plus traditionnelles liées à l’objectif de stabilité ou au désir d’amélioration du bien-être matériel ; celles qui se rapportent aux valeurs démocratiques à savoir l’accroissement de la participation des citoyens aux décisions du gouvernement ou la garantie de la liberté d’expression229.

60Des quatre options proposées, « le maintien de l’ordre » dans le pays (37 %) et « l’amélioration des conditions de vie des pauvres » (28 %) occupent, dans cet ordre, les deux premières places aux yeux des élites. Les deux autres options ne sont considérées comme prioritaires que par une petite minorité. 12 % des élites ont privilégié « l’accroissement de la participation des citoyens aux décisions du gouvernement », tandis que 16 % plébiscitaient « la garantie de la liberté d’expression ». Si dans l’ensemble toutes les sphères d’élites partagent les mêmes priorités, certaines différences signifiantes peuvent être observées. La sphère politique et les hauts responsables d’institutions publiques sont les moins attentifs à la lutte contre la pauvreté. A contrario, la haute administration est la plus sensible au maintien de l’ordre. Sphère politique et sphère économique sont finalement assez proches, même si les dirigeants d’entreprise s’avèrent plus portés vers les valeurs matérielles, et parmi elles l’amélioration du niveau de vie. Le profil le plus atypique est finalement celui de la catégorie « Société civile et autres ». Ses membres sont à la fois les plus sensibles à l’amélioration des conditions de vie de la population, et en même temps les plus attachés aux droits et à la participation politique des citoyens, ou encore à la liberté d’expression. Mais, au-delà de ces différences relatives, les élites, dans leur immense majorité, sont plus tournées vers les valeurs matérialistes que vers celles de la « postmodernité », ce qui les rapproche plus de leurs concitoyens que de la population des pays développés, dont elles sont pourtant beaucoup plus proches en termes de conditions de vie.

61En effet et sans surprise, pour l’ensemble de la population, « l’amélioration des conditions de vie des pauvres » est de loin la priorité absolue (52 %), le « maintien de l’ordre » se plaçant en second (28 %), laissant peu de place aux autres options proposées (tabl. 26). Mais, au-delà de la domination de ces deux modalités prises globalement, les deux groupes s’opposent sur leur position respective. Non seulement les élites placent le « maintien de l’ordre » avant toute chose, mais elles semblent relativement peu pressées de placer la lutte contre la pauvreté en tête de l’agenda politique du pays. La proportion de celles qui y sont favorables est presque deux fois plus faible que chez les citoyens ordinaires (28 % vs 52 %).

Tableau 26. La principale priorité pour Madagascar selon les élites et la population (en %)

Tableau 26. La principale priorité pour Madagascar selon les élites et la population (en %)

Sources : enquêtes Elimad (2012-2014) et Citmad (2013), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.

Bilan sur les différentes périodes de l’histoire de Madagascar

62Parmi les points de vue exprimés par les élites, leurs perceptions et leur jugement sur les différentes périodes de l’histoire éclairent sur les modes de gouvernance et les épisodes qui les ont le plus marqués négativement ou positivement. En s’appuyant sur les analyses du chapitre 2, dix périodes historiques ont été identifiées. Ce découpage ne comprend pas la nouvelle mandature (2014 à nos jours), l’enquête ayant été conduite avant les élections de fin 2013. Le fait marquant de ce balayage de l’histoire est l’absence d’un quelconque âge d’or où Madagascar aurait indiscutablement choisi la voie d’un développement harmonieux dans l’imaginaire collectif des élites (pour les périodes les plus anciennes) ou dans le vécu des contemporains (pour les périodes les plus récentes). Quelle que soit la période considérée, jamais plus du quart des élites la juge très positivement (tabl. 27). Cette relative désillusion ne fait que refléter la faible légitimité structurelle des gouvernants soulignés précédemment, quel que soit le régime considéré.

63Les avis sur les différentes périodes sont néanmoins très fortement contrastés. Dans l’ordre des préférences, la Ire République de P. Tsiranana arrive nettement en tête (87 % des membres des élites estiment qu’elle a eu un effet positif pour le développement de Madagascar). Elle est suivie de la première présidence de M. Ravalomanana (79 %) et la période précoloniale des royautés (70 %), qui apparaissent comme les trois périodes les plus fastes pour Madagascar. Mais, en ce qui concerne le règne de M. Ravalomanana, une profonde dégradation se fait jour entre la première mandature (2002-2006) et la seconde (2006-2009), qui ne recueille plus que 41 % de satisfaits. Cette période se situe au même niveau que la fin des années 1990, sous la présidence de D. Ratsiraka ; des niveaux de défiance similaires qui, dans les deux cas, ont conduit à l’éviction des présidents en exercice par la force. Seuls font moins bien le long premier règne de D. Ratsiraka (1975-1990), la présidence d’A. Zafy, et surtout la période dite « de la transition » (2009-2013). Cette dernière est perçue comme la pire qu’ait connue le pays depuis près de trois siècles : seuls 22 % des membres des élites estiment qu’elle a eu un effet positif sur le développement du pays. Le fait que même les élites politiques, dont une partie participe (ou a participé) aux gouvernements qui se sont succédé suite à l’accession d’A. Rajoelina au pouvoir, tirent un bilan aussi critique de la situation met clairement en lumière le caractère catastrophique de cette période de transition.

64Au-delà du constat général, la désagrégation des données suivant différentes sphères d’élites met en exergue un certain nombre de traits significatifs. Les élites politiques apparaissent presque systématiquement aux extrêmes de la distribution des opinions. Elles survalorisent (en relatif) les périodes Tsiranana, Ratsiraka (socialiste ou libéral), Zafy et Rajoelina, et a contrario déprécient plus les royautés, et les périodes Ramanantsoa et Ravalomanana. Ce profil reflète la plus grande diversité régionale de la sphère politique, et notamment la surreprésentation (relative) des élites « côtières » dans ce champ. Ces moyennes sont ainsi en partie le résultat d’un effet d’optique, cette sphère étant de toute la plus polarisée, notamment suivant un critère ethnique.

65Les critères de jugement des élites économiques semblent moins guidés par des considérations ethniques ou d’équilibres politiques, mais bien liés aux performances économiques. Les périodes Rajoelina, Zafy et Ratsiraka I (1975-1990), soit les plus catastrophiques sur le plan de la croissance, sont plus décriées que dans les autres sphères. Le jugement majoritairement positif de la période coloniale (elle est la seule sphère dans ce cas), alors même que les élites économiques sont en moyenne plus souvent merina et d’origine andriana, vient confirmer cette interprétation. Celle-ci est aussi confortée par le basculement des élites de la sphère économique dans leur jugement des deux mandatures de la présidence de M. Ravalomanana, qui dévisse de plus de 40 points de pourcentage. Si le profil du président entrepreneur a pu être favorable au milieu économique durant son premier mandat, le retournement de l’opinion de cette sphère marque leur profonde déception et leur dénonciation de la mainmise généralisée de la famille présidentielle sur tous les marchés suivant l’objectif d’extension de son empire. Les « opérateurs économiques » ont certainement été les plus affectés par cette pratique déloyale.

Tableau 27. Jugement des élites sur les différentes périodes de l’histoire malgache

Tableau 27. Jugement des élites sur les différentes périodes de l’histoire malgache

Sources : enquêtes Elimad (2012-2014) et Citmad (2013), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.
Note : la question est formulée comme suit : « Pour le développement de Madagascar, entendu au sens large, comment jugez-vous les périodes suivantes ? »

66Le profil de la haute administration publique se rapproche le plus de celui de la sphère politique, marquant la porosité des frontières entre les deux sphères. Enfin, la sphère « Société civile et autres » occupe, pour la plupart des périodes, une extrémité du spectre des positions, reflétant une forme d’opposition déjà soulevée entre la société civile et la classe politique. Ce face-à-face est à son maximum pour ce qui est de l’appréciation sur la période récente de la transition. 14 % seulement des élites, qui n’appartiennent ni à la sphère politique, ni à la sphère économique et qui n’ont pas de responsabilités dans les institutions publiques, considèrent cette période comme positive (et aucun ne la juge très positive). Cette proportion est plus de deux fois plus élevée (30 %) chez les élites politiques. Le fait qu’une partie d’entre elles ont participé au pouvoir les conduit certainement à plus de mansuétude.

  • 230 Le solde d’opinion est la différence entre le pourcentage d’avis positifs et le pourcentage d’avis (...)

67Pour finir, la comparaison entre le jugement des élites et celui de la population dans son ensemble est saisissante. La présentation en solde d’opinion permet de s’en faire une idée synthétique230. Le premier mandat de M. Ravalomanana fait l’unanimité en sa faveur, avec un solde positif de près de 60 points de pourcentage (fig. 38). La Ire République est, elle aussi, largement valorisée, plus cependant par les élites que par la population (les soldes d’opinion sont respectivement de + 74 et + 50 points). Les avis sur la période royale sont en revanche nettement moins consensuels : 70 % des élites lui accordent en effet un rôle positif alors que ce n’est le cas que de 31 % des citoyens ordinaires. Si pour ces derniers le solde d’opinion reste néanmoins positif (neuf points), c’est surtout dû au fait qu’ils sont quatre sur dix à ne pas avoir répondu à cette question. De ce point de vue, le respect a priori des dirigeants politiques et la relative valorisation d’un « État raiamandreny » relevés dans le chapitre 4 de ce livre ne sont pas synonymes de regret, par la population, d’un mode d’organisation politique précolonial.

68En sens inverse, deux périodes sont unanimement considérées comme des périodes noires : la période Zafy, décriée par 70 % des élites et 54 % de la population, et la période de la transition, que rejettent 77 % des élites et 55 % de la population. Enfin, il y a aussi des périodes où les jugements s’opposent. C’est le cas du second mandat de M. Ravalomanana. Alors que, comme souligné plus haut, les élites se retournent, la population continue à lui conserver un certain crédit, bien qu’en recul massif (-24 points). Mais le plus clivant est probablement D. Ratsiraka. En dépit des époques et de leurs revirements économiques et politiques, le solde d’opinion est positif pour la population et négatif pour les élites. Cette opposition, particulièrement nette pour la première période (1975-1990), semble confirmer le grief de l’ex-président qui se plaint de manière récurrente d’être le mal-aimé des élites du pays (Lavrard-Meyer, 2015). Enfin, la période coloniale est pour les élites et la population à la fois un point de convergence (avec un solde proche de zéro) et de divergence (légèrement négatif pour les premières et positif pour la seconde). De ce point de vue, cet équilibre des opinions résonne avec l’idée de « colonisation ambiguë » proposée par les historiens Brocheux et Hémery (2001) dans leur ouvrage sur l’Indochine française.

Figure 38. Jugement comparé des élites et de la population sur les différentes périodes (solde d’opinion).

Sources : enquêtes Elimad (2012-2014) et Citmad (2013), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.

69Le rôle des élites dans la trajectoire de Madagascar, et en particulier dans la construction et l’accroissement des inégalités, une des sources identifiées de l’instabilité sociopolitique chronique, impose de mieux les appréhender. En s’appuyant sur des enquêtes statistiques, dont une spécifique et inédite sur les élites de la Grande Île, ce chapitre a permis d’établir une sociographie de ces dernières, de comprendre leurs stratégies pour atteindre le pouvoir et s’y maintenir, mais aussi de connaître leurs opinions sur le fonctionnement de la société et notamment leur appréhension des facteurs de blocage ou de développement à long terme du pays.

70Un certain nombre de résultats clefs sont à souligner. D’abord, une majeure partie des élites est issue de l’ancienne aristocratie. Au-delà de cette faible fluidité sociale se profilent des pratiques pour occuper les différents champs du pouvoir. Ainsi, l’immense majorité cumule une position dans différentes sphères d’influence, comme le gouvernement, l’assemblée nationale ou le sénat, l’armée, le milieu des affaires, les institutions publiques ou la société civile. La mobilisation du capital social (constitué d’un réseau riche par son ampleur, sa diversité et l’intensité des liens établis au sein du cercle élitaire) constitue une stratégie d’accès aux positions hiérarchiques les plus hautes.

71Ainsi, sans forcément former un groupe véritablement uni, la mobilisation des réseaux et un mode de reproduction spécifique a permis et permet toujours aux élites d’assurer et de maintenir plus ou moins directement le contrôle du pouvoir au fil des années. La revue de l’histoire longue proposée dans le chapitre 2 a d’ailleurs montré que le pouvoir dont les élites malgaches ont hérité (avant, pendant ou au lendemain de la colonisation, et qu’elles ont su utiliser pour asseoir leur emprise dans différentes sphères (politique, économique et bureaucratique, leur a conféré le statut d’acteurs incontournables dans la vie publique et, d’une certaine manière, leur a permis de s’octroyer une certaine légitimité pour influer sur les décisions.

72Enfin, cette classe dominante affiche une adhésion plutôt mitigée aux principes démocratiques. Si elle s’accorde avec la population pour dénoncer la mauvaise gestion des dirigeants successifs, elle semble chercher à s’exonérer en partie de sa part de responsabilité en invoquant plus souvent d’autres raisons de fond au mal développement et au blocage de la société malgache : les facteurs exogènes – héritage colonial, dictat des bailleurs –, d’une part ; la culture et la mentalité rétrograde de la population, de l’autre. Mais le principal désaccord entre les élites et la population concerne l’ordre des priorités dans l’agenda politique. Si pour les élites le maintien de l’ordre prime avant toute chose, pour la population c’est l’amélioration des conditions de vie des pauvres qui doit constituer la priorité. Ce hiatus entre la position de la classe élitaire et le souhait de la grande majorité des citoyens est illustratif des clivages entre ces deux groupes. Cette situation joue au détriment de la population dans la mesure où les élites détiennent le privilège du pouvoir et influent donc plus facilement sur les options politiques mises en œuvre. Ainsi, le maintien d’un ordre social inchangé permet globalement aux élites de préserver leur statut au fil du temps, depuis la période coloniale, voire la royauté, et cela indépendamment des intérêts de la grande majorité de la population.

Notes

216 « The first and most fundamental impediment facing both scholars and policy makers seeking to understand the role elites play in the process of economic development is the absence of commonly agreed way to identify who constitutes a member of the elite » (Dicaprio, 2012).

217 Des présentations méthodologiques plus détaillées font (et feront) l’objet d’articles scientifiques spécifiques (Razafindrakoto et al., 2012).

218 La structuration sociale en groupes statutaires décrite dans le chapitre 2 a été une caractéristique partagée par plusieurs groupes ethniques mais les termes employés pour les nommer ont pu différer d’une ethnie à l’autre. Les dénominations andriana (noble) et hova s’appliquaient essentiellement chez les Merina (ethnie de la région d’Antananarivo). Parallèlement, les hova regroupaient en fait aussi bien des roturiers que des clans qui bénéficiaient des mêmes privilèges que les nobles. La question posée dans les enquêtes Elimad et Afrobaromètre (pour chacun des parents) était la suivante : « S’il y avait des castes ou groupe statutaire dans l’ethnie de votre père (de votre mère), savez-vous à quelle caste ou groupe statutaire appartenait sa famille ? ». Les réponses à ces questions ont été ensuite classées lors de l’analyse en trois catégories en fonction des réponses les plus fréquentes : andriana ou assimilés, hova ou assimilés, et une dernière catégorie regroupant toutes les autres réponses y compris les non-réponses. Ce regroupement statistique nécessaire a l’inconvénient d’occulter la subtilité des principes de distinction internes à chaque groupe statutaire.

219 Comme les membres des élites ont tous plus de 25 ans, nous les comparons à la population générale de plus de 25 ans.

220 Des catégories plus détaillées ont été retenues dans le questionnaire de l’enquête. Toutefois, pour l’analyse quantitative (qui impose d’avoir des groupes avec des effectifs suffisamment importants), des catégories ont été regroupées (notamment dans la fraction « société civile et autres »). Les résultats issus de ces regroupements doivent être analysés avec prudence, sachant que leur pertinence peut être discutée. Concernant la répartition par ethnie, puisque l’information disponible porte sur les parents des enquêtés, ont été classés comme « Merina » ceux/celles dont un des parents est Merina.

221 Le 95,9 % traduit en fait ici le faible nombre de personnes interrogées dans l’enquête Afrobaromètre se revendiquant d’une origine statutaire [andriana]. Rappelons que l’enquête Afrobaromètre de 2008 a interrogé 1 200 personnes échantillonnées selon un tirage aléatoire stratifié par sexe et (anciennes) provinces soit 78 % de ruraux et 22 % d’urbain. La majeure partie des enquêtés n’a pas répondu à cette question, soit parce qu’il n’y avait pas de groupe statutaire dans l’ethnie de leurs parents, soit parce qu’ils ne savaient pas répondre car ils ignoraient à quel groupe statutaire étaient rattachés leurs parents, soit encore parce qu’ils ne souhaitaient pas donner cette information.

222 On peut se référer à l’importance des « non-dits » comme cela a été souligné lors des entretiens qualitatifs.

223 L’enquête demandait aux personnes interrogées la profession précise de leurs parents. C’est la codification de ces professions qui a permis de calculer les chiffres de cette colonne. Ce calcul sous-estime a priori le nombre d’« héritiers » du fait que la profession n’est pas le seul facteur d’appartenance au monde des élites, tout particulièrement chez les femmes.

224 Associations reposant sur une origine géographique commune. Cette origine est le plus souvent une colline, signifiant, à mots couverts, une position statutaire.

225 Sachant que le secret est la règle de la franc-maçonnerie, les élites qui ont répondu « ne se prononce pas » (plutôt qu’une réponse négative) quant à leur appartenance à une obédience maçonnique reconnaissent implicitement qu’ils en sont membres.

226 La malédiction des matières premières désigne les conséquences économiques négatives souvent provoquées par une augmentation brutale et importante des exportations de ressources naturelles par un pays.

227 Nous n’avons malheureusement pas posé l’équivalent de cette question dans l’enquête Elimad (ce que les sphères d’élites pensent les unes des autres).

228 Tany : Association française loi 1901 se donnant pour objectif de lutter contre la spoliation des citoyens et paysans malgache de leurs terres. Zama (Zanak’i Madagasikara Ampielezana), association française se donnant pour objectif d’organiser les actions de la diaspora en faveur du développement de Madagascar.

229 Cette question sur les principales priorités de développement est dérivée d’une version standardisée, utilisée par les spécialistes des théories de la modernisation et du changement culturel dans les enquêtes internationales sur les valeurs (World Values Surveys ; voir Inglehart, 1997). Quatre modalités de réponse sont possibles. Deux d’entre elles (« assurer le maintien de l’ordre » et « lutter contre l’inflation ») sont censées représenter les valeurs matérialistes propres aux sociétés en voie de modernisation et d’industrialisation, tandis que les deux autres (« accroître la participation des citoyens aux décisions du gouvernement » et « garantir la liberté d’expression ») symbolisent les valeurs postmatérialistes, dont la montée en puissance caractérise depuis plusieurs décennies la plupart des pays développés, et que ces auteurs qualifient de sociétés « postmodernes ».

230 Le solde d’opinion est la différence entre le pourcentage d’avis positifs et le pourcentage d’avis négatifs. Il s’exprime donc en point de pourcentage et peut avoir une valeur positive ou négative.

Table des illustrations

Légende < © Rijasolo/Riva Press –En pleine après-midi, un essaim de criquets long de plusieurs kilomètresenvahit le centre d’Antananarivo, Madagascar, août 2014.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22868/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Tableau 9. Principales caractéristiques sociodémographiques des élites220
Légende Sources : enquêtes Elimad (2012-2014) ; Afrobaromètre (2013 [groupe ethnique] et 2008 [groupe statutaire], Coef Ressources et IRD-Dial ; Enempsi (2012), Instat ; calculs des auteurs.Note : population de 25 ans et plus.Note 221221
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22868/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 10. Caractéristiques démographiques des élites selon la sphère de pouvoir
Légende Sources : enquêtes Elimad (2012-2014), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.Note : bien qu’aucune limite d’âge n’ait été fixée, tous les membres de l’élite ont au moins 25 ans.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22868/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 11. Niveau d’éducation des élites selon la sphère de pouvoir
Légende Sources : enquêtes Elimad (2012-2014), Coef Ressources et IRD-Dial ; Enempsi (2012), Instat ; calculs des auteurs.Note : population de 25 ans et plus.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22868/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 12. Groupes ethniques et statutaires d’origine des élites selon la sphère
Légende Sources : enquêtes Elimad (2012-2014), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22868/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 13. Caractéristiques démographiques des élites selon l’échelle de pouvoir
Légende Sources : enquêtes Elimad (2012-2014), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22868/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 14. Groupes ethniques et statutaires d’origine des élites selon l’échelle du pouvoir
Légende Sources : enquêtes Elimad (2012-2014), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22868/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 15. Opinions des élites sur l’importance des groupes statutaires
Légende Sources : enquêtes Elimad (2012-2014), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22868/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 17. La reproduction au sein des élites suivant les catégories (en %)
Légende Sources : enquêtes Elimad (2012-2014), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22868/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Schéma 4. Répartition du pouvoir et interactions entre différents groupes d’acteurs.
Légende Source : élaboration des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22868/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Tableau 19. Participation à la vie associative selon les groupes statutaires, ethnies d’origine et sexe
Légende Sources : enquêtes Elimad (2012-2014), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22868/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 20. Participation à la vie associative selon les sphères et échelles de pouvoir
Légende Sources : enquêtes Elimad (2012-2014), Coef Ressources et IRD-Dial, nos propres calculs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22868/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 22. Importance du réseau élitaire suivant la sphère d’appartenance et l’échelle de pouvoir
Légende Sources : enquêtes Elimad (2012-2014), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22868/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 23. Point de vue des élites sur les principes démocratiques et la gouvernance (en %)
Légende Sources : enquêtes Elimad (2012-2014) et Afrobaromètre (2013), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.Note : Le total pour chacune des deux questions n’est pas égal à 100 % car la modalité « Ne sait pas » n’est pas reportée.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22868/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 24. Point de vue des élites sur les principales entraves au développement (en %)
Légende Sources : enquêtes Elimad (2012-2014) et Citmad (2013), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22868/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 37. Contribution des différents groupes sociaux au développement de Madagascar selon la population en 2013 et 2014.
Légende Sources : enquêtes Afrobaromètre (2013 et 2014) (questions spécifiques), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.Notes : La question est formulée comme suit : « Selon vous, dans quelle mesure chacune des catégories de personnes suivantes contribue au développement du pays ? » Il faut toutefois préciser qu’en 2014, une modalité neutre (contribution ni positive ni négative) a été proposée en plus des quatre modalités présentées ici.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22868/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 25. Poids de la diaspora malgache comparée à celle de quelques pays africains
Légende Sources : pour les données sur la migration : United Nations, Department of Economic and Social Affairs (2015) ; pour les transferts (personal remittances) : World Development Indicators (2016) ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22868/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 26. La principale priorité pour Madagascar selon les élites et la population (en %)
Légende Sources : enquêtes Elimad (2012-2014) et Citmad (2013), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22868/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 27. Jugement des élites sur les différentes périodes de l’histoire malgache
Légende Sources : enquêtes Elimad (2012-2014) et Citmad (2013), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.Note : la question est formulée comme suit : « Pour le développement de Madagascar, entendu au sens large, comment jugez-vous les périodes suivantes ? »
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22868/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Sources : enquêtes Elimad (2012-2014) et Citmad (2013), Coef Ressources et IRD-Dial ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22868/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540