Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'énigme et le paradoxe

 | 
Mireille Razafindrakoto
, 
François Roubaud
, 
Jean-Michel Wachsberger

Chapitre 4. Les facteurs de blocage

Texte intégral

< © A. Biaussat/Collateral Creations/Eces –
Photo extraite du film documentaire Zana-bahoaka : le néo-rebelle malagasy,
réalisé par Alban Biaussat et Michel Tabet, Antananarivo, Madagascar, mars 2016.

1Le chapitre précédent s’est attaché à pointer les qualités structurelles de Madagascar. Ces dernières n’ont cependant pas suffi à empêcher son involution de long terme. De puissants facteurs de blocage se combinent en effet pour peser sur sa trajectoire. Ce sont ces facteurs que nous souhaitons mettre ici en évidence : atomisation de la population limitant les interactions et les possibilités d’expression collective des aspirations ou insatisfactions ; faiblesse des corps intermédiaires entre la population et les dirigeants ; maintien dans le temps d’une théologie politique accordant une légitimité a priori au chef « traditionnel » ; individualisme des élites, incapables de créer des organisations solides et de nouer des coalitions stables ; importance du clivage urbain/rural ; rôle ambigu des bailleurs de fonds et de la communauté internationale. Nous montrerons dans un premier temps que l’atomisation de la population rurale, la faiblesse des corps intermédiaires, les défauts d’organisation des élites et la forte segmentation sociale sont des traits marquants de la société malgache. Dans un deuxième temps, nous expliquerons en quoi ces caractéristiques de la structure sociale contribuent à la fois à l’instabilité politique récurrente et à l’inertie sociale de long terme en rendant propice la reproduction du système dans le temps. Enfin nous présenterons les facteurs externes à ne pas négliger : poids des bailleurs de fonds et plus généralement de la communauté internationale.

Atomisation de la population et individualisation des élites

Une population atomisée

Une paysannerie non capturée

  • 186 En Afrique subsaharienne, Madagascar se classe à la 18e place des pays les moins densément peuplés. (...)
  • 187 « En 2012, seuls 15 % des habitants sont des migrants (ne pas être nés dans le fokontany dans leque (...)

2L’atomisation de la population constitue une première caractéristique qui joue de façon déterminante sur le fonctionnement de la société malgache. Conformément à ce qui a pu être analysé dans bien des pays africains par Hyden (1980) (mais de façon peut-être plus marquée qu’ailleurs), les paysans malgaches ne sont véritablement « capturés » ni par le système politique, ni par le système économique. L’absence de véritable pression structurelle sur la terre et sur les moyens de subsistance permet en effet aux paysans de se maintenir sur leurs territoires de façon quasiment autosuffisante. La densité de population à Madagascar est en effet encore très faible (42 personnes au kilomètre carré en 2015 contre 49 au Cameroun, 66 au Burkina Faso, 71 en Côte d’Ivoire, 78 au Sénégal, 97 au Bénin et 622 pour l’île Maurice) alors même que le pays n’a pas de véritables zones désertiques186 dans lesquelles aucune population humaine ne serait en mesure de s’installer. Si le sud de Madagascar a souvent été touché par des sécheresses, cyclones ou invasions de sauterelles, provoquant de façon récurrente des difficultés alimentaires sérieuses pour les populations y habitant, ces événements n’ont jamais conduit à des déplacements massifs de population vers d’autres zones, rurales ou urbaines. C’est d’ailleurs une caractéristique essentielle de Madagascar. L’exode rural y est particulièrement faible au regard de ce que l’on constate dans d’autres pays africains et les migrants qui se dirigent vers la capitale sont en grande majorité des « lettrés » issus des villes secondaires187. Le monde rural compte ainsi aujourd’hui encore 78 % de la population malgache (Instat, 2013).

  • 188 À titre d’exemple, en 2012, 28 % des ruraux étaient encore analphabètes, contre 11 % des urbains, c (...)
  • 189 Le fokonolona a le pouvoir d’édicter ses propres règles appelées dina.« Ledina édicte des mesures q (...)
  • 190 Les enquêtes Afrobaromètre font bien ressortir ce manque d’intérêt pour les affaires publiques. En  (...)

3Les ruraux sont faiblement capturés par le système politique parce que l’État ne pénètre que de façon superficielle une bonne partie des campagnes malgaches. Les infrastructures publiques y sont souvent défaillantes, voire absentes188. Les politiques dites de décentralisation n’ont en réalité que peu relié les collectivités territoriales au pouvoir central. Plus encore, il n’est pas incohérent de penser que certaines lois, comme celle de 2001 sur la sécurité intérieure, redonnant du pouvoir aux fokonolona, favorisent une certaine organisation à distance de l’État, notamment par la possibilité d’édicter des dina en termes de sécurité189. Enfin, si l’organisation de l’État autour d’un parti dominant a pu, sous les Ire et IIe Républiques, assurer une forme d’intégration, celle-ci s’est aussi progressivement érodée avec le temps. Il résulte de tout cela que la légitimité accordée a priori par les ruraux au détenteur du fanjakana ne se traduit souvent que par un soutien de façade (Fauroux, 1999 ; Raison-Jourde et Roy, 2010). À distance du pouvoir central, les ruraux se montrent en fait peu concernés par les affaires publiques190.

  • 191 Compte tenu du fait que les ménages ruraux ne sont pas constitués que d’actifs occupés, on est très (...)
  • 192 L’abandon de l’impôt du minimum fiscal en 1972 a aussi, paradoxalement, contribué à cette mise à di (...)

4Les ruraux sont aussi faiblement capturés par le système économique car la monétarisation des campagnes reste faible. L’intégration économique aux marchés des zones rurales est limitée. Le revenu moyen d’activité en zone rurale s’élevait ainsi en 2012 à 34 000 ariary (Instat, 2013) soit environ 11 euros par mois au taux de change de l’époque. Un tel revenu de moins d’un demi-dollar par actif occupé et par jour dans l’agriculture191 indique clairement que la majeure partie de la consommation des ruraux est assurée par leur propre production192.

  • 193 Leur isolement est encore accentué par la faiblesse de la couverture télévisuelle. L’enquête Afroba (...)
  • 194 Même si la diffusion du téléphone portable peut changer les choses à la marge.

5La situation économique commune des ruraux pourrait certes les inciter à se mobiliser collectivement. Deux éléments s’y opposent pourtant. D’une part, leurs aspirations sont contraintes par leur degré de connaissance et d’ouverture sur un univers qui dépasse largement le niveau local, qu’ils peuvent considérer hors de leurs portées, mais où des décisions qui les affectent sont prises. Maintenus aux confins du monde193, ils font face à des privations qui ne se traduisent pas toujours par des insatisfactions (Gurr, 1970) et même quand celles-ci s’expriment, les solutions ne leur paraissent pas facilement relever du champ politique (fatalisme). D’autre part, l’éclatement et l’isolement géographique ne sont pas propices au développement d’une sociabilité de réseau (Tilly, 1976) propre à diffuser une prise de conscience et capable de soutenir ou d’impulser des mobilisations collectives194. Ce phénomène est d’ailleurs accentué par l’absence de confiance interpersonnelle (encadré 3).

La faiblesse de corps intermédiaires

6Cet isolement des populations à la fois favorise et est favorisé par la faiblesse des corps intermédiaires formels ou informels. Les corps intermédiaires (partis politiques, syndicats, groupes de pression, groupes communautaires…) sont des groupes sociaux, indépendants et autonomes qui peuvent assurer le lien et les interactions entre les individus et l’État. Or ces corps intermédiaires sont particulièrement faibles à Madagascar. Depuis les années 1990, le nombre de partis politiques a considérablement augmenté. Il reste que leur nombre semble inversement proportionnel à leur représentation populaire. L’enquête Afrobaromètre de 2013 révèle ainsi que seuls 30 % des Malgaches disent se sentir proche d’un parti politique (contre 56 % en moyenne en Afrique) ce qui en fait un des pays d’Afrique où les partis sont les moins représentatifs de la population. Ce taux de proximité baisse de surcroît au fil du temps. En 2005, il s’élevait à 38 %, en 2008 à 37 %, en 2013 à 30 %. (fig. 23)

Figure 23. Proximité avec un parti politique en Afrique.

Figure 23. Proximité avec un parti politique en Afrique.

Sources : enquêtes Afrobaromètre (2005, 2008, 2013), Coef Ressources/Dial, Madagascar ; calculs des auteurs. Note : la figure de gauche mobilise les données de la cinquième vague (R5) d’Afrobaromètre (2011 à 2013).

7La participation associative est par ailleurs très peu fréquente. Le taux d’adhésion à des associations était ainsi en 2014 l’un des plus faibles des pays d’Afrique dans lesquels l’enquête avait été menée : 77 % des Malgaches ont déclaré ne pas être membre d’une association (et 17 % être membre passif). Si l’on exclut les petites îles (Cap Vert et île Maurice) et les pays du Nord, l’adhésion à une association est la plus faible d’Afrique subsaharienne. De plus, si l’on ne compte que les membres actifs, Madagascar a le niveau le plus faible de tout le continent. Cette situation particulière de Madagascar est bien confirmée par d’autres sources statistiques, comme celles produites par l’International Institute of Social Studies de La Hague (fig. 24). Enfin, même localement, les individus sont peu en relation avec les représentants politiques. Plus de 70 % des Malgaches ne prennent ainsi jamais contact avec un conseiller municipal.

8Il apparaît ainsi que ni les autorités locales, ni les partis politiques, ni les organisations de la société civile n’ont de véritable pouvoir. Ils n’ont pas d’emprise sur les populations et du fait de leur faible influence, ces dernières n’éprouvent pas le besoin de les solliciter.

9Or la faiblesse des corps intermédiaires formels n’est pas compensée par l’existence de structures informelles. La primauté des modes d’organisations informelles, avec notamment le rôle et poids accordés aux chefs traditionnels, est très souvent invoquée pour expliquer le fonctionnement des sociétés en développement, notamment en Afrique. Cependant, les chefs traditionnels ont peu d’influence à Madagascar qui encore une fois se distingue en étant le pays où ces derniers sont les plus déconnectés de la vie publique en Afrique (fig. 25).

Figure 24. A. Membre d’une association ou d’un groupe communautaire en Afrique. B. Participation ou appartenance à un club ou une association en Afrique

Figure 24. A. Membre d’une association ou d’un groupe communautaire en Afrique. B. Participation ou appartenance à un club ou une association en Afrique

Sources : enquêtes Afrobaromètre (2014) ; calculs des auteurs.
Sources : International Institute of Social Studies (2012) ; calculs des auteurs.
Note : l’indice mobilisé ici est un agrégat d’indicateurs de différentes sources. Il varie entre 0 (le niveau de participation le plus faible) à 1 (niveau le plus élevé).

Figure 25. Les corps intermédiaires informels : faible influence ou inexistence des chefs traditionnels en Afrique.

Figure 25. Les corps intermédiaires informels : faible influence ou inexistence des chefs traditionnels en Afrique.

Sources : enquêtes Afrobaromètre (2008), Coef Ressources/Dial ; calculs des auteurs.

10Les chefs coutumiers sont cantonnés dans un rôle tout à fait secondaire. Non seulement ils ont peu d’influence (13 % seulement des citoyens considèrent qu’ils influent sur la gouvernance dans leur localité contre 46 % en moyenne dans les pays d’Afrique subsaharienne), mais leur faible capacité d’écoute est également dénoncée (20 % seulement déclarent que les chefs traditionnels font de leur mieux pour écouter la population contre 43 % en moyenne pour les autres pays). Si, dans certaines circonstances, leur pouvoir symbolique est évoqué (plus par souci de respect des anciens donc des « traditions » que de reconnaissance de leur rôle), globalement ces derniers souffrent de déconsidération au même titre que les autorités formelles à Madagascar. Les explications de ce fait sont à trouver dans l’histoire du pays, et notamment dans les stratégies coloniales qui ont laminé les autorités traditionnelles.

Encadré 3
La faiblesse de la confiance interpersonnelle

  • 195 Toutefois, les questions sur la confiance interpersonnelle sont moins détaillées. Notamment, on ne (...)

La « culture » est souvent invoquée pour expliquer le développement. Pour le cas malgache, la mentalité de la population figure parmi les facteurs de blocage régulièrement cités dans les enquêtes quantitatives et les interviews qualitatives qui ont été réalisées (chap. 5). Différents traits caractéristiques sont cités (individualisme, repli sur soi et/ou sur la famille, absence de notion du bien commun, incapacité à monter un projet collectif, vision de court terme, etc.) sans que ces affirmations ne soient véritablement étayées. Il convient de souligner que ces déclarations sont d’autant plus frappantes qu’elles sont a priori en contradiction avec le « fiaraha-monina » (ou « savoir vivre ensemble ») censé être une valeur culturelle malgache (URFER, 2012b).
L’individualisme ou le sens collectif au niveau sociétal sont à relier à la question de la confiance interpersonnelle mise en avant par une vaste littérature dans la lignée de Fukuyama (1995) pour expliquer l’efficience du mode d’organisation dans un pays. Partant des résultats d’enquêtes auprès de la population, nous nous proposons d’apporter des éclairages sur cette question pour le cas malgache.
La méfiance à l’égard de l’autre pourrait constituer un des facteurs explicatifs de l’instabilité et du blocage de la société malgache dans sa marche vers le développement. L’absence ou la perte de confiance serait à l’origine du sentiment individualiste, de l’impossibilité à monter et mener à bien des projets collectifs sur le long terme. De même, le fait que les alliances entre les politiciens soient mouvantes, de convenance et de court terme (voir infra) pourrait en être le résultat.
Les enquêtes Afrobaromètre permettent d’étayer empiriquement cette thèse et d’identifier les éventuelles spécificités de Madagascar. Les Malgaches ne se distinguent pas et se situent plutôt dans la moyenne africaine (fig. 26) en termes de confiance à l’égard des proches (le cercle constitué de la famille élargie). Ce résultat est en conformité avec le classement du pays parmi les sociétés traditionnelles accordant un poids important à la famille.
En revanche, Madagascar se distingue clairement en termes de niveau de confiance à l’égard de personnes en dehors du cercle familial. En 2008, année pour laquelle on dispose de données détaillées, le pays se classe parmi les pays où la confiance interpersonnelle est la plus faible : 39 % des Malgaches déclarent faire assez ou entièrement confiance à leurs connaissances (contre 56 % en moyenne pour les 18 pays étudiés, avec un maximum de 84 % pour l’Ouganda) ; 23 % des Malgaches affirment faire assez ou entièrement confiance aux personnes qu’ils ne connaissent pas (contre 40 % en moyenne, l’Ouganda se classant toujours en premier avec 77 % de niveau de confiance). En 2013, sachant qu’un plus grand nombre de pays a fait l’objet d’enquêtes195, la position de Madagascar apparaît moins extrême. Mais l’île se classe toujours parmi les pays où une appréhension à l’égard des connaissances (en dehors du cercle familial) prédomine : ceux qui accordent une certaine confiance à leurs relations ne représentent que 35 % de la population (ils étaient 39 % en 2008) et seulement 6 % déclarent leur entière confiance en 2013 (contre 13 % en 2008).
Ces résultats incitent à s’interroger sur les causes de cette méfiance et sur son caractère structurel ou conjoncturel. Même si la formulation des questions a légèrement changé, les comparaisons temporelles tendent à montrer une dégradation de la confiance interpersonnelle, une tendance qui pourrait être le résultat de l’appauvrissement de la population et de l’application d’une logique de survie dans un contexte d’insécurité et d’affaiblissement de l’État. Parallèlement, au-delà des variations annuelles, la faiblesse du niveau de confiance à Madagascar pourrait s’expliquer par l’histoire. Ainsi les divisions qui se sont créées durant la période coloniale et notamment lors des événements de 1947 pourraient être à l’origine de ressentiments toujours latents (Wantchekon et al., 2011 ; Chadefaux, 2012 ; Lahiniriko, à paraître). On pourrait également invoquer l’effet des dysfonctionnements institutionnels (soulignés plus loin dans l’analyse) sur la confiance interpersonnelle. Mais quelles qu’en soient les raisons, l’impact de cette prédominance du sentiment de méfiance entre citoyens ne peut être neutre.

Figure 26. Niveau de confiance interpersonnelle en Afrique.

Figure 26. Niveau de confiance interpersonnelle en Afrique.

Sources : enquêtes Afrobaromètre, Coef Ressources/Dial pour Madagascar (2008 et 2013).

Des élites individualistes et coupées du peuple

La faiblesse des organisations élitaires

11Le cadre de North et al. (2009, 2012a) attribue un rôle central aux élites et aux coalitions d’élites. Or, l’analyse de la société malgache fait apparaître que l’atomisation sociale est également manifeste au vu du caractère extensif des principes de classement et distinction entre les individus, y compris, voire surtout au sein des élites, pour qui ces principes de distinction et de classement hiérarchique semblent plus importants que ceux de ressemblance. Ceci explique qu’il existe plus des familles, parfois élargies en clans, que des organisations.

12Dans le chapitre 2, nous avons essayé de dresser un tableau des groupes élitaires en présence à partir d’une relecture de l’histoire malgache à l’aune de l’économie politique. On y a distingué six périodes révélant l’existence de plusieurs strates de pouvoir. Chacune des périodes est marquée par une modification de l’équilibre des pouvoirs et un renouvellement relatif de la coalition dominante. Dans le même temps, il est apparu aussi que les « groupes » de pouvoir ainsi dessinés ont des frontières poreuses. Du fait des stratégies individuelles des uns et des autres pour se maintenir au plus haut niveau (stratégies scolaires, matrimoniales, de conversion d’un type de pouvoir dans un autre, de modification des allégeances), c’est en partie à une assimilation réciproque des élites que l’on assiste (Bayart, 1989 ; Galibert, 2011a). Le monde des élites à Madagascar reste ainsi très circonscrit comme nous le verrons dans le chapitre 5 : les membres des élites apparaissent marqués par une forte hérédité sociale, qui s’accentue d’ailleurs avec le temps. Il en résulte alors que ni l’ethnicité, ni la proximité géographique, ni l’appartenance à un même groupe statutaire, ni l’identité des activités économiques, religieuses ou politiques ne déterminent des solidarités interpersonnelles suffisamment solides pour constituer des lignes figées d’opposition entre groupes. Madagascar se caractérise ainsi par l’absence de véritables organisations non étatiques ou du moins l’extrême faiblesse de ces organisations. Un petit nombre de familles domine historiquement la sphère politique et économique, mais aucune d’elles ne semble avoir un pouvoir suffisant d’organisation de la société (Galibert, 2011a ; Fremigacci, 2014b).

13Compte tenu de ce petit nombre au regard des sources de pouvoir et de richesse, les conflits sont la plupart du temps peu importants et n’impliquent pas la formation de véritables coalitions durables. Ils prennent ainsi moins la forme d’une lutte entre groupes élitaires solidement constitués que celle d’une lutte des places (ady seza) entre individus, familles ou clans.

  • 196 Il s’agit d’une alliance des partisans des trois anciens présidents (Ratsiraka, Zafy et Ravalomanan (...)
  • 197 Voir ci-dessous l’impact de cette situation sur la position des bailleurs de fonds.

14Lorsque des conflits apparaissent, il peut y avoir des arrangements temporaires, des alliances de circonstance, flexibles et hétéroclites (Forces vives, Trois Mouvances196…). Mais, comme ils résultent de négociations n’engageant que des individualités (elles ne sont pas inclusives et n’engagent pas la crédibilité d’organisations), elles ne sont pas durables. D’une certaine manière, depuis l’indépendance, les élites n’éprouvent pas la nécessité de s’organiser en l’absence de véritables conflits avec des groupes ennemis bien identifiés, qu’ils soient extérieurs au pays (cas de la Corée du Sud ; YOU, 2012), ou intérieurs (lorsqu’il y a des conflits ethniques, mais qui ont peu de prise à Madagascar ; chap. 2). Ainsi, paradoxalement, Madagascar apparaît aujourd’hui comme un pays qui souffre de son unité culturelle nationale ainsi que de sa situation, étant éloigné géographiquement et du point de vue des intérêts économiques des sources de conflits internationaux197. Aucun groupe ne se constitue ou n’a besoin de se renforcer car il n’y a jamais eu de conflit d’une ampleur suffisante. Réciproquement, le fait qu’il n’y ait pas de division en groupes constitués, pérennes dans le temps, et auxquels les individus s’identifient, peut expliquer l’absence de conflit.

La segmentation sociale et spatiale

15L’atomisation de la population et, dans une moindre mesure, des élites se double d’une forte segmentation sociale qui se marque par l’importance de l’hérédité sociale et des clivages entre les urbains et les ruraux et par une profonde déconnexion des élites par rapport au reste de la population.

16Une étude récente d’histoire économique portant sur une comparaison de la mobilité sociale dans cinq pays africains (Bossuroy et Cogneau, 2013) entre les années 1930 et la fin des années 1960 a fait apparaître que la mobilité sociale a été sur cette période particulièrement faible à Madagascar. Les enfants d’agriculteurs y sont restés bien plus fréquemment agriculteurs que dans les quatre autres pays considérés (Côte d’Ivoire, Ghana, Guinée, Ouganda) sans que cela s’explique par des évolutions fondamentalement différentes de la structure des activités professionnelles. Pour les auteurs, la forte hérédité professionnelle malgache est principalement imputable à l’hérédité scolaire, les fermiers (ruraux) profitant bien moins que les autres de l’accès à la scolarisation.

17Cette faible mobilité sociale s’accompagne également d’une très faible mobilité spatiale. C’est vrai des migrations internes, entre provinces et zones de résidence, qui sont à Madagascar au plus bas parmi les cinq pays considérés dans l’étude. Mais c’est aussi vrai des migrations internationales. Si le taux d’émigration (tabl. 6) est effectivement plus faible qu’en Afrique subsaharienne en moyenne (1 % contre 1,7 % en 2010), c’est surtout dans le très faible souhait d’émigrer que la spectaculaire immobilité des Malgaches se fait jour. Alors que près d’un Africain sur trois (32 %) émet le vœu d’émigrer un jour, ils ne sont qu’un sur dix (11 %) à Madagascar (OCDE et AFD, 2015). Non seulement, les Malgaches ont moins souvent envisagé l’hypothèse de s’expatrier, mais ils sont proportionnellement quatre fois moins nombreux à vouloir le faire de manière permanente et dans l’année, tandis qu’une proportion infime déclare avoir engagé des démarches dans ce sens (0,07 %, soit vingt fois moins que leurs homologues africains). Madagascar est le pays où la volonté d’émigration est la plus faible de nos quatre pays comparateurs, et même de tout le continent ; et de loin (les pays suivant sur ce point étant le Rwanda et le Burundi).

Tableau 6. Émigration et souhait d’émigration internationale (en %)

Tableau 6. Émigration et souhait d’émigration internationale (en %)

Sources : OCDE, AFD (2015) ; calculs des auteurs.

  • 198 La dénonciation par des urbanistes de ce qu’ils appellent le « biais anti-urbain » de l’aide au dév (...)

18Cette faible mobilité spatiale et sociale, deux phénomènes qui se renforcent, semble bien caractériser dans la durée la population malgache. Ainsi, les structures hiérarchiques comme les clivages géographiques perdurent. L’écart entre le milieu urbain et rural (qui, rappelons-le, représente 78 % de la population) se retrouve encore aujourd’hui. Si on regarde en effet les indicateurs scolaires, les chiffres mettent en exergue le fait que les villes ont été favorisées et ont bénéficié d’un effort particulier qui a permis à plus de 80 % des citadins de réussir au moins le primaire et à plus de 70 % de suivre des études secondaires, des niveaux très satisfaisants comparés aux cas de nombreux pays africains (fig. 27). Les campagnes ont en revanche été délaissées et affichent des résultats beaucoup plus faibles (respectivement 52 % et 33 %). Parmi les pays pouvant se prévaloir d’avoir une population citadine relativement éduquée, Madagascar apparaît comme le pays où l’écart entre la ville et la campagne est le plus important. Ce constat démontre à quel point les campagnes sont les grandes oubliées des politiques198.

19Le même constat peut être fait concernant certains indicateurs de développement des infrastructures (fig. 28). Comparé à une vingtaine de pays africains, Madagascar semble plutôt bien placé en termes d’infrastructures routières en ville avec un taux important de routes avec revêtement (90 %). En revanche, le pourcentage équivalent dépasse à peine les 30 % en milieu rural.

20L’île se classe parmi les pays où l’écart urbain-rural est le plus important (en 3e position après le Zimbabwe et la Namibie). Certes, un tel résultat découle directement de l’étendue des campagnes, mais, bien qu’il puisse se justifier, il n’en démontre pas moins l’importance des inégalités ville/campagne.

Figure 27. Écart de niveau d’éducation entre milieu urbain et rural.

Figure 27. Écart de niveau d’éducation entre milieu urbain et rural.

Sources : enquêtes Afrobaromètre, Coef Ressources/Dial, Madagascar (2008).

Figure 28. Pourcentage de routes pavées en milieu urbain et rural.

Figure 28. Pourcentage de routes pavées en milieu urbain et rural.

Sources : enquêtes Afrobaromètre, Coef Ressources/Dial, Madagascar (2008).

21Le dernier exemple qui illustre clairement la fracture entre les villes et les campagnes (et qui est très probablement plus accentuée entre la capitale et le milieu rural) concerne l’intérêt des citoyens pour les affaires publiques. La fig. 29 montre que Madagascar est en 2008 (devant le Kenya et la Côte d’Ivoire) le pays où l’écart entre les villes et les campagnes est le plus fort. Si plus de 70 % des urbains se déclarent intéressés par les affaires publiques, ils ne sont que 55 % en milieu rural. Un tel résultat traduit le sentiment d’exclusion (ou une auto-exclusion) qui influe certainement sur la participation politique.

Figure 29. Écart concernant l’intérêt pour les affaires publiques entre milieu urbain et rural en Afrique.

Figure 29. Écart concernant l’intérêt pour les affaires publiques entre milieu urbain et rural en Afrique.

Sources : enquêtes Afrobaromètre, Coef Ressources/Dial, Madagascar (2008).

22La déconnexion entre les élites, une infime minorité d’« instruits » qui sont liés directement ou indirectement au pouvoir (chap. 5), et la majorité de la population est un dernier trait notable de la société malgache. Cette déconnexion, source d’exclusion et de démobilisation, constitue une entrave à la consolidation démocratique. Par ailleurs, elle autorise l’instrumentalisation et la manipulation d’une population peu informée, ce qui contribue à l’instabilité politique. Les niveaux élevés de certains indicateurs dont bénéficient les urbains – qui pourraient placer Madagascar parmi les pays africains plutôt, sinon les plus, performants – rendent les inégalités entre ces élites et le reste de la population encore plus problématiques. En effet, il peut paraître surprenant qu’un groupe de privilégiés puisse bénéficier de conditions qui les rapprochent des citoyens des pays développés, sans qu’un effort soit octroyé pour améliorer la situation d’une grande majorité de la population enfermée dans des trappes de pauvreté.

  • 199 En novembre 2015, le magazine Forbes publiait le premier classement des personnes ou familles les p (...)

23Or, la dynamique à l’œuvre à l’échelle internationale accentue encore les inégalités internes. La présence d’« élites globalisées », qui réussissent à aligner leur standard de vie sur celui des pays développés, accroît encore plus l’écart avec la masse de la population en phase avec le rythme de croissance interne (stagnation et récession)199. Défiantes à l’égard de l’avenir du pays ou tout simplement par calcul économique, ces élites placent d’ailleurs bien souvent une bonne partie de leur épargne hors du pays. Analysant les données provenant d’un fichier de comptes bancaires de la filiale suisse de la banque HSBC, Cogneau (2015) établit que les placements des Malgaches entre 2006 et 2007 se situent, rapportés au PIB du pays dont ils viennent, dans les trente plus importants. Ils représentent 2,9 % du PIB du pays de 2005 ce qui fait de Madagascar le 4e pays d’Afrique subsaharienne (derrière le Libéria, le Zimbabwe et le Kenya) pour l’importance de cet indicateur.

Inertie sociale de long terme et instabilité politique

Les échelons manquants entre la population et le président

  • 200 « Les paysans parcellaires constituent une masse énorme dont les membres vivent tous dans la même s (...)

24Du fait de la faiblesse des corps intermédiaires, la société malgache se caractérise par l’absence d’échelons pouvant jouer un rôle d’intermédiation dans les négociations entre la population et ses dirigeants. Sous cet éclairage, les ruraux malgaches et les informels urbains ressemblent à la paysannerie parcellaire décrite par Marx dans son étude sur les classes sociales en France entre 1848 et 1851200. On pourrait d’ailleurs en tirer aussi la même conséquence politique que celle observée par Marx en 1851. Dans l’incapacité à défendre leurs intérêts, les catégories populaires malgaches ne peuvent se représenter elles-mêmes et doivent donc être représentées. « Leurs représentants doivent en même temps leur apparaître comme leurs maîtres, comme une autorité supérieure, comme une puissance gouvernementale absolue, […] qui leur envoie d’en haut la pluie et le beau temps » (Marx, 1969). De fait, à Madagascar, ce sont toujours les ruraux qui font l’élection en choisissant celui qui endosse le mieux ces caractéristiques (et les urbains qui les défont).

25La direction du pays est personnalisée par le président entouré de sa famille et des quelques affidés ayant noué avec lui des alliances éphémères. En dehors de son clan familial restreint, le président choisit (ou est contraint de choisir) les personnalités constituant son entourage suivant des calculs politiques de circonstance. Les alliés peuvent ainsi se retourner à tout moment sachant qu’aucun lien solide et durable comme l’appartenance à une même famille politique ou à tout autre groupe (ethnique par exemple dans d’autres pays) ne les contraint.

26A priori, le schéma proposé par North et al. (2009, 2012a), qui postule l’existence d’organisations verticales, structurées notamment en réseaux clientélistes et permettant une redistribution informelle des richesses tirées des rentes, ne s’applique pas à Madagascar. Certes, on ne peut pas nier l’existence de certaines formes de clientélisme, mais leur portée est limitée dans le temps (à une période donnée) et dans l’espace (il ne touche qu’un nombre très restreint de personnes). On ne peut parler ni de réseau, ni d’un système reliant les intérêts du sommet à ceux de la base d’une organisation bien établie (schéma 2). Il y a eu des tentatives de mettre en place un tel système pyramidal dans l’histoire malgache (notamment à travers les ramifications de l’Arema dans les années 1970 et 1980, de Tiko dans les années 2000), mais ces systèmes ne pouvaient être pérennes étant donné que leurs existences ne tenaient qu’au lien direct avec un seul homme, le président en exercice.

Schéma 2. L’absence d’échelons intermédiaires entre la population et le président.

Schéma 2. L’absence d’échelons intermédiaires entre la population et le président.

Sources : Wallis et Webb, 2010 : graphique de gauche ; élaboration des auteurs : graphique de droite.

  • 201 Le fanjakana signifie l’État, mais étymologiquement, ce mot est lié à manjaka (régner) et mpanjaka (...)
  • 202 On retrouve là un des éléments développés en son temps par Mannoni (1950). Nous ne souscrivons pour (...)

27La personnalisation du pouvoir et la « présidentialisation à outrance » font que le président est seul face à la population. Ce phénomène est amplifié par la croyance traditionnelle encore prégnante (et que les dirigeants utilisent voire contribuent à raviver) du caractère exceptionnel du fanjakana201 (l’État) et du statut de raiamandreny (père et mère de ses sujets, à qui on doit le respect) de ceux qui l’incarnent. On assiste ainsi à un certain rapport au politique, hérité du mode de constitution de l’État malgache et participant de ce qu’on pourrait appeler, en suivant Kantorowicz (1989), une théologie politique. Ce rapport au politique implique, nous l’avons vu, une tendance à accorder une valeur particulière au chef « traditionnel », tirant sa position de son ancrage dynastique, en faisant un raiamandreny. Dans la mesure où les paysans ne peuvent se représenter eux-mêmes et où ils adhèrent à cette théologie politique, ils se sentent représentés politiquement par le chef qui arrive à endosser ce caractère traditionnel202 (encadré 4). La pratique régulière des référendums plébiscitaires (Weber, 2003) par les divers chefs d’État confirme souvent cet état de fait.

28Outre le fait que l’absence de ce chainon vertical entre la population et le président signifie qu’il n’y a pas de garde-fou, il est également à l’origine de l’extrême fragilité de ce dernier. Le soutien populaire dont il cherche à se prévaloir, en particulier suite à un plébiscite électoral, est en réalité toujours assez ténu. Il ne repose que sur une dimension symbolique acceptée (statut de raiamandreny) ou contrainte (maillage administratif par le parti présidentiel) et non sur des liens clientélistes qui ancrent les affiliations au pouvoir. Le président ne peut compter sur des forces solides structurellement pour organiser, négocier, assurer un soutien et la stabilité de son pouvoir. Ainsi, toute insatisfaction populaire (sans que l’on puisse savoir si elle émane d’une minorité ou si elle est partagée par une majorité) peut être utilisée par des personnes disposant d’un minimum de capacités de mobilisation pour déstabiliser le régime. En retour, la conscience d’un tel risque conduit le président à essayer de renforcer encore plus son pouvoir, le menant à des dérives autocratiques.

Le religieux et les Églises dans la structuration de la société

  • 203 Les estimations antérieures, qui faisaient état d’un taux de christianisation d’environ 45 % à l’éc (...)

29À Madagascar, Églises et religion pèsent d’un poids déterminant sur la scène nationale. Deux enquêtes récentes réalisées à l’échelle du pays (ENEMPSI, 2012, et Enquête emploi, 2015 ; Instat, 2013 et 2015) convergent pour montrer l’emprise du christianisme puisqu’un peu plus de 70 % de la population malgache s’en réclame (31 % se déclarent catholiques, 21 % protestants FJKM, 13 % FLM, 1 % anglican, 1 % adventiste, 5 % autres protestants)203. Cette religiosité n’est pas seulement une réalité populaire. Elle transparaît aussi fortement à l’échelon le plus élevé de la nation puisque Madagascar est une République laïque dont la Constitution affirme le principe de séparation de l’Église et de l’État, mais qui souligne dans son préambule : « Le peuple malagasy souverain […] affirme sa croyance en l’existence de Dieu Créateur. »

Carte 1. Poids des religions par région ( %).

Carte 1. Poids des religions par région ( %).

Source : Enempsi (2012), Instat ; calculs des auteurs.

  • 204 Pour ne citer que quelques références sur le rôle des Églises et la manière dont les acteurs de la (...)
  • 205 Il ne fait aucun doute que la population souhaite la participation active des autorités religieuses (...)

30En plus du rôle de la religion comme principe de régulation des conduites individuelles dans la vie quotidienne, sa place prépondérante se manifeste, d’une part, par l’influence exercée par les instances ecclésiales sur la vie politique du pays à travers leurs interventions publiques204. En fonction des contextes et des périodes, ces dernières ont été par moments demandées et approuvées (voire acclamées), et à d’autres elles ont été condamnées par la population205. D’autre part, les Églises étant considérées par la population comme de potentiels contre-pouvoirs ou au moins comme des autorités morales garantes des principes éthiques et de justice sociale, les hommes politiques cherchent à s’octroyer leurs faveurs et à s’appuyer sur elles. Ainsi, parmi les stratégies utilisées par les dirigeants pour s’attirer le soutien de la population figure l’inscription de références religieuses explicites dans leurs discours ou encore l’implication directe ou indirecte de certains représentants des Églises à leur côté dans les affaires nationales pour asseoir leur légitimité.

31Cette prégnance du fait religieux conduit à s’interroger sur son rôle dans le fonctionnement de la société en général. La question se pose d’autant plus que nous avons souligné précédemment l’absence d’une organisation verticale qui puisse avoir une fonction d’intermédiation et favoriser le dialogue entre la population malgache et ses dirigeants. Les Églises, compte tenu de leur présence incontournable à tous les niveaux et sur l’ensemble du territoire, ne jouent-elles pas ce rôle de ciment qui fait tenir la société malgache ? Leur contribution à la stabilité et au développement de l’île est claire et affirmée par la population (chap. 5), entre autres à travers le soutien moral qu’elles apportent (Wachsberger, 2009), leur participation en termes d’éducation et de sensibilisation de la population, ou encore certaines de leurs prises de position ayant contribué à résoudre des situations de crise à des moments clés de l’histoire du pays (Urfer, 1993). Toutefois, leur rôle dans la structuration hiérarchique de la société malgache n’est pas sans équivoque.

  • 206 Essence invisible du pouvoir dont étaient supposés être dotés les monarques, qu’ils pouvaient trans (...)

32En premier lieu, le poids du religieux peut être mobilisé pour renforcer la théologie politique invoquée précédemment, qui confère au président, incarnation ultime du pouvoir séculier, une dimension symbolique et quasi divine (détenteur du hasina206, homme providentiel, etc.). Ainsi, plutôt que d’œuvrer en faveur du principe de redevabilité des dirigeants devant les citoyens, la religion peut être instrumentalisée et avoir une fonction ambiguë. En effet, pour une grande partie de la population, peu informée, en quête de repères et imprégnée de la crédulité religieuse, toute référence ou lien aux Églises peut octroyer aux dirigeants un statut particulier les plaçant en dehors du contrôle démocratique.

33En second lieu, les Églises ne semblent pas échapper aux principes de différenciation et de classement hérités du passé et qui restent très prégnants dans la société (chap. 3). On note un statut différentiel suivant les confessions avec, par exemple, des positions sociales (en termes de patrimoine, de revenu, d’accès à l’emploi, etc.) en moyenne plus favorables pour les ménages FJKM (Roubaud, 1999). Parallèlement, une hiérarchie implicite existe entre les paroisses en fonction de la position statutaire des familles qui les fréquentent. Certes, ces constats peuvent être la simple conséquence du phénomène déjà analysé de reproduction sociale d’une génération à l’autre. Ils n’en sont pas moins le témoin d’une structuration qui, au lieu de placer l’ensemble de la population sur un pied d’égalité, semble au contraire encastrer les hiérarchies et entériner la pyramide sociale.

Encadré 4
Mode d’accès au pouvoir et théologie politique

De 1960 au début des années 1990, les changements de chefs d’État marquent une certaine continuité du pouvoir. L’accès au pouvoir repose, au moins en partie, sur un ancrage dans une sorte de tradition politique. Tsiranana était vice-président du conseil de gouvernement sous la colonisation (après la loi-cadre) puis président. Il devint président de la République par vote au sein du Parlement. La première élection présidentielle au suffrage universel eut lieu en 1965. Il obtint alors 97 % des voix. Ramanantsoa avait reçu son pouvoir de Tsiranana avant de se faire plébisciter par référendum en 1972 (86 % des suffrages). Le directoire militaire dont Ratsiraka assurera la direction ne prend pas le pouvoir mais se le fait remettre par Ramanantsoa et Ratsiraka se fera alors plébisciter par le référendum de 1975 (95 % des suffrages). Comme le roi dans l’Europe du Moyen Âge, le chef de l’État incarne ainsi en quelque sorte un corps politique immortel.
L’adhésion des paysans à cette théologie politique facilite le maintien du pouvoir politique sans que ce maintien ne repose sur un réseau clientéliste. Les campagnes restent en effet les grandes oubliées de toutes les politiques menées depuis l’indépendance, à l’exception peut-être des mesures prises par Ratsimandrava avant son assassinat en 1975.
Cette théologie politique tend cependant à s’affaiblir depuis la fin des années 1980. Lors des élections présidentielles de 1989, si les campagnes ont bien réélu Ratsiraka, les villes, y compris Tamatave, le fief du président, ont voté massivement pour les candidats de l’opposition et D. Ratsiraka n’a plus obtenu que 63 % des voix. En 1991, le changement de pouvoir s’est fait, pour la première fois, dans la discontinuité, à l’initiative des classes moyennes et populaires urbaines. Deux ans plus tard, A. Zafy fut élu au suffrage universel mais avec « seulement » les deux tiers des voix des électeurs et tenta une modification en profondeur de l’organisation politique qui se révéla être un échec. Quant au retour de Ratsiraka en 1996, même s’il entraîna une restauration du pouvoir quasi monarchique du président, il ne fut permis qu’avec un très petit nombre de voix. Tous ces éléments montrent un certain affaiblissement de la théologie politique qui permettait de soutenir l’ordre social précédent.
L’« élection » de M. Ravalomanana consacra cependant un retour de cette symbolique politique sous une forme modifiée, le passage d’un chef traditionnel à un chef charismatique : l’homme providentiel. C’est en effet en bonne partie sur ses qualités exceptionnelles qu’il put être « élu ». Cette particularité lui a alors permis de maintenir la forme monarchique de l’État avec une nouvelle légitimité (mais tout en tentant d’ancrer son pouvoir dans une forme traditionnelle en laissant planer le doute sur ses origines nobles). Ces éléments lui permirent ainsi d’être réélu au premier tour des élections présidentielles en 2006 et de bénéficier d’une forte cote de popularité dans l’opinion (Razafindrakoto et al., 2009b).
A. Rajoelina est arrivé lui au pouvoir à la suite d’un coup d’État. Sans être dénué de charisme, son arrivée au pouvoir, soutenue par une partie de la jeunesse urbaine en mal d’espoir, ne repose sur aucune forme de légitimité. Il n’a d’ailleurs pas cessé, après son installation, de manipuler les symboles royaux en vue de susciter l’adhésion populaire. Quant à H. Rajaonarimampianina, son élection à la tête de l’État résulte plus de la théorie des jeux (Rabemananoro, 2014) que d’une quelconque légitimité. Ancien ministre des Finances du gouvernement précédent, il n’apparaissait pas au premier tour comme un favori et n’avait d’ailleurs obtenu que 15,8 % des voix (en présence de 33 candidats). S’il a finalement été élu au second tour, c’est en raison d’une chute importante de la participation (de 61,6 % à 50,7 %). Avec 53,5 % des suffrages exprimés, il n’a donc finalement été élu qu’avec 27 % des inscrits. L’affaiblissement de la théologie politique depuis la fin des années 1980 n’empêche donc pas qu’en subsistent des éléments. Les acteurs politiques d’aujourd’hui continuent d’ailleurs pour la plupart à se recruter dans les rangs des descendants des anciens dirigeants politiques (chap. 5). Les opposants à A. Rajoelina s’étaient ainsi structurés en mouvances liées aux anciens chefs d’État encore vivants. Les descendants de grandes familles continuent à intervenir en tant que raiamandreny dans le débat public. Quant aux dirigeants politiques, ils ont continué à se comporter comme des monarques en prenant des décisions unilatérales, en ne rendant pas de comptes sur leurs actions, et en usant parfois de violence sur le peuple (chap. 3 sur la violence).

Les effets de la structure sociale

  • 207 Même si les aspirations augmentent en période de croissance (comme on a pu le montrer dans le chap. (...)

34La contrepartie de l’atrophie des organisations non étatiques et de l’absence de véritables coalitions entre des groupes détenteurs du pouvoir politique et/ou économique est que le système politique n’est pas verrouillé. On peut ainsi s’interroger sur les raisons de l’inertie globale qui caractérise Madagascar, en dehors des épisodes limités (même s’ils sont devenus chroniques, se répétant avec une fréquence de plus en plus rapprochée) de troubles politiques qui visent à remettre en question le pouvoir en place. À titre illustratif, il est étonnant que la crise politique qui a débuté en 2009 ait duré cinq années. Alors qu’on observait une montée de l’insatisfaction du côté de la population, des indicateurs économiques et sociaux ayant viré au rouge, un président de la HAT qui ne pouvait s’appuyer que sur des alliances avec des individualités certes puissantes mais sans base, aucune organisation nationale non étatique n’a émergé pour forcer au déblocage d’une situation maintes fois jugée potentiellement explosive. En réalité, la majeure partie des acteurs impliqués en politique, comptant essentiellement sur la pression internationale, attendait les décisions des deux protagonistes responsables de la crise (A. Rajoelina et M. Ravalomanana, président et ex-président) (Châtaigner, 2014). Il convient alors d’essayer de comprendre les raisons de cette inertie globale de la société. La trajectoire économique du pays, caractérisée par une récession continue depuis le début des années 1970, n’est évidemment pas neutre pour expliquer l’incapacité de la population à réagir, à s’organiser et à se mobiliser. Globalement, la récession économique inhibe les aspirations207. Mais la structure sociale à Madagascar explique aussi l’absence de forces poussant au changement.

  • 208 Une analyse du mode de reproduction des élites et de l’étendue de leurs réseaux est présentée dans (...)

35En haut de la structure (schéma 3) se trouvent le président et ses affidés qui tendent à monopoliser le pouvoir et les rentes. Juste en dessous se placent les autres membres des élites. Elles sont plutôt en faveur du statu quo et peuvent redouter un bouleversement de l’ordre établi qui pourrait entraîner la perte de leurs privilèges et leur déclassement. Elles bénéficient de rentes de situation (le legs de leur ascendance, leur niveau d’éducation et leur réseau208) qui leur permettent d’assurer des conditions de vie largement au-dessus de celle de la grande majorité de la population, sans qu’elles aient besoin de s’organiser et de se mobiliser. On peut aller jusqu’à émettre l’hypothèse d’un pacte implicite entre les élites et le pouvoir en place, sachant que la majorité des membres des élites participent ou sont en lien avec des personnalités au pouvoir. Seuls les membres de l’élite qui souhaitent s’accaparer des rentes à grande échelle (ou au-dessus d’un certain seuil) ou bien ceux qui partent de plus bas (les nouveaux arrivants sur la scène publique) sont contraints de s’organiser a minima, ou plutôt de chercher des alliés (de court terme, le temps de conquérir le pouvoir) et de créer un climat d’agitation pour accéder aux rentes. Mais ce ne sont que des individualités qui agissent seules ou en petits groupes et qui ne cherchent pas ou n’arrivent pas à mobiliser de véritables organisations formelles (partis, organisations de la société civile…) ou informelles (milices, associations de service, groupes de pression…) sur lesquelles s’appuyer.

Schéma 3. Structure sociale et facteurs d’inertie à Madagascar.

Schéma 3. Structure sociale et facteurs d’inertie à Madagascar.

Source : élaboration des auteurs.

36La classe moyenne ne constitue pas non plus une force capable d’inciter à la mobilisation. Constituée entre autres par les travailleurs urbains du secteur formel (privés et publics), elle a déjà souffert d’un déclassement, leur situation s’étant massivement dégradée avec la récession de l’économie. Parallèlement à une paupérisation relative, conséquence du consensus de Washington et des politiques d’ajustement, son importance s’est trouvée réduite en nombre avec la diminution des effectifs des fonctionnaires. De plus, la succession des espoirs déçus, et la peur de subir à nouveau un déclassement dans une société clivée, ne peut que conduire à une démobilisation.

37Sous la classe moyenne, en milieu urbain, se trouvent les informels urbains. De par leur statut, ils sont marginalisés. Ne pouvant compter sur l’appui des autorités, ils se sentent exclus, et leur exclusion du système est aggravée par leur informalité qui les place en marge du système légal, hors de tout contrôle de l’État. Ils sont accaparés par un combat quotidien que chacun mène pour sa survie quotidienne. Ils évoluent dans un environnement peu propice pour initier de leur propre initiative des mouvements collectifs. Enfin, en milieu rural, la grande masse des paysans est encore moins susceptible de faire entendre sa voix. Comme nous l’avons déjà souligné, ils sont isolés géographiquement, atomisés, exclus et totalement déconnectés des affaires publiques. Ils n’ont donc aucun moyen de s’organiser et de se constituer en force de changement.

38Cette structuration sociale favorise une forme de passivité qui, à son tour, la renforce. Contrainte, mais sans doute également délibérée, elle se révèle clairement lorsqu’on interroge la population sur la nature et leur degré d’acceptation des inégalités extrêmes entre riches et pauvres à Madagascar (tabl. 7). En effet, pour la moitié de la population, cette situation s’intègre dans la normalité : 26 % pensent « c’est normal car chacun son destin », tandis qu’une proportion équivalente (25 %) affirme que « c’est normal car c’est le fruit de leurs efforts ». Au sein de l’autre moitié, qui s’inquiète des inégalités, 23 % déclarent que « ça n’est pas normal mais on n’y peut rien ». Enfin, seul un quart (25 %) déclare que « ce n’est pas normal et cela devrait être changé ». Ces résultats sont à relier avec la violence symbolique soulignée plus haut (chap. 3) qui pèse de façon invisible et durable pour réprimer toute volonté de remise en cause du système hiérarchique. La grande majorité est partagée entre fatalisme, intégration de la domination et résignation : les trois quarts de la population acceptant les inégalités criantes, soit qu’ils les trouvent naturelles, soit qu’ils les estiment légitimes, soit enfin qu’ils pensent ne rien pouvoir faire pour les résorber (WACHSBERGER et al., 2016).

Tableau 7. Perception de la nature et de la légitimité des inégalités (en %)

Tableau 7. Perception de la nature et de la légitimité des inégalités (en %)

Sources : Enquête 1-2-3 (2015), module « Pouvoir et Citoyens », Instat-Katsaka ; calculs des auteurs.

Les facteurs externes

39L’absence de développement économique et les crises récurrentes politico-économiques apparaissent avant tout d’ordre interne. D’une part, de nombreux pays soumis à un environnement international similaire, notamment en Afrique subsaharienne, la plupart moins bien dotés en facteurs de production (ressources naturelles, capital humain, etc.) s’en sortent mieux que Madagascar (cas du Burkina Faso ; Koussoubé et al., 2015). D’autre part, ces facteurs internes sont massivement perçus comme la première cause de l’échec malgache comme l’illustre le chapitre 5. Néanmoins, les facteurs externes jouent aussi de façon significative sur la trajectoire du pays. Ce sont ces facteurs que nous souhaitons mettre ici en évidence.

Le rôle ambigu des bailleurs de fonds

40Dans le cadre de North et al. (2009, 2012a), les facteurs externes sont considérés comme des chocs exogènes. Or, dans le cas d’un pays comme Madagascar, il existe des facteurs externes qui ne se présentent pas uniquement sous forme de chocs, mais comme des éléments qui fonctionnent dans la durée et dont les conséquences s’inscrivent sur le long terme : l’arrivée des entreprises étrangères dans le contexte de la mondialisation, le poids des bailleurs de fonds installés à demeure dans le pays et les choix politiques qu’ils imposent (en l’absence d’un État fort qui aurait les moyens de proposer des solutions alternatives ; voir le cas du Vietnam analysé par Cling et al., 2013).

41La littérature « orthodoxe » insiste sur les aspects positifs des facteurs externes. Pourtant, en cherchant à promouvoir les orientations générales et les « bonnes pratiques » issues des pays développés, c’est-à-dire, pour reprendre la nomenclature proposée par North et al. (2009, 2012a), en essayant de transposer mécaniquement les caractéristiques (supposées) des OAO (marchés concurrentiels, droits de propriété, démocratie libérale, séparation des pouvoirs, etc.) aux OAL, les acteurs externes, au premier rang desquels les bailleurs de fonds, génèrent des effets pervers dont les conséquences peuvent s’avérer plus destructives que positives. En un mot, marché et démocratie ne se décrètent pas.

42Ainsi, sur le front économique, il est un lieu commun de considérer la stratégie de croissance tirée par les exportations et de lutte sur les marchés mondiaux comme le meilleur moyen d’exercer une pression sur l’efficacité économique, par effet de transposition de normes productives ou d’imitation. La modernisation consécutive entraînerait le pouvoir à favoriser les entreprises performantes au détriment des entreprises rentières, souvent associées aux entreprises socialement connectées ou prêtes à payer des pots-de-vin. Ainsi, par exemple, une telle dynamique vertueuse est mise en avant (You, 2012), dans le cas de la Corée du Sud. Elle a aussi joué directement dans le cas de Madagascar comme nous l’avons développé. Un diagnostic similaire pourrait être porté sur les politiques de privatisation (mettant en concurrence entreprises étrangères et nationales, considérées par nature plus efficaces que les entreprises publiques). Sur le front politique on mettra en avant la pression mondiale à la démocratisation, exercée lors la troisième vague de démocratisation (Huntington, 1991), le discours de la Baule par le président François Mitterrand (1990) pour les pays d’Afrique subsaharienne francophone, ou encore d’autres facteurs externes caractéristiques de contextes spécifiques (comme la concurrence avec la Corée du Nord, communiste, citée également par You (2012) pour expliquer la sortie des régimes autoritaires en Corée du Sud).

43Sans nier la réalité de l’impact positif d’un certain nombre de ces facteurs externes, il nous semble nécessaire de souligner également leurs aspects négatifs, car ils sont souvent gravement sous-estimés. Les exemples que nous prendrons sont tirés d’études que nous avons menées dans le cas de Madagascar, et qui sont principalement centrées sur l’action des bailleurs de fonds.

Les programmes d’ajustement structurel

44Le premier exemple, et probablement l’un des plus importants, porte sur les conséquences de long terme des programmes d’ajustement structurel (PAS) qui ont constitué l’épine dorsale de toutes les politiques économiques appliquées à Madagascar pendant près de deux décennies, depuis la première moitié des années 1980, jusqu’à leur enterrement officiel à la fin des années 1990. On peut d’ailleurs se demander si les stratégies de lutte contre la pauvreté lancées au début des années 2000 (initiatives DSRP, PPTE, OMD, dont le Madagascar Action Plan – MAP – mis en place par le président M. Ravalomanana a représenté la déclinaison locale) ne constituent pas une façon de poursuivre les PAS par d’autres moyens. Nous ne reviendrons pas ici sur les soubassements des PAS (le fameux consensus de Washington : libéralisations internes et externes ; privatisation ; Williamson, 1990), pour nous concentrer sur leurs conséquences néfastes.

45Au-delà de leur bilan plus que mitigé en matière de croissance (chap. 2), l’impact de long terme le plus nocif a été, pour des raisons à la fois économiques, financières et idéologiques qu’il ne convient pas de détailler ici (Raffinot et Roubaud, 2001), la précarisation et la dé-crédibilisation des institutions et de l’action publiques, et, partant, des fonctionnaires chargés de la mettre en œuvre. Ces derniers ont été largement dénoncés : trop nombreux, trop bien payés, trop frileux, privilégiés, improductifs, clientélistes, tribalistes, corrompus, etc. De fer de lance du développement, ils se sont vus transformés en parasites, boucs émissaires de l’échec des politiques d’ajustement. Ajoutés à cette stigmatisation symbolique, le gel des embauches, voire les licenciements, ainsi que les compressions budgétaires ont conduit à une fragilisation, parfois dramatique, de leur statut social. Les oripeaux du « mieux d’État » ont juste servi de paravent au slogan plus classique du « moins d’État ». D’un point de vue strictement économique, cette politique a eu trois conséquences directes : la réduction du nombre de fonctionnaires, la chute vertigineuse du pouvoir d’achat des salaires publics, l’éviction des jeunes des emplois dans la fonction publique.

  • 209 Le taux d’administration, qui rapporte l’effectif de la fonction publique à la population totale, e (...)

46En premier lieu, le sureffectif de la fonction publique est posé comme un postulat dans la plupart des analyses sur les réformes en Afrique (Lindauer et Nunberg, 1994 ; Lienert et Modi, 1997 ; Banque mondiale, 2000). Or la notion de taille optimale de l’administration est très discutée. En réalité, Madagascar, à l’instar du continent, souffre de sous-administration chronique et non d’administration pléthorique (Razafindrakoto et Roubaud, 2001b). Bien que lacunaires, les données disponibles, aussi bien pour les années 1990, période d’application des PAS, que pour les années 2010, le montrent (tabl. 8). Au milieu des années 1990, le rapport du nombre de fonctionnaires à la population active est de 2 % à 3 % à Madagascar contre 24 % pour la France ; et la situation n’a cessé d’empirer depuis (le taux d’emplois public a été divisé par deux entre 1996 et 2010). Il faut remonter en 1886 pour retrouver en France le ratio de deux agents de l’État pour 100 personnes actives (de Singly et Thélot, 1988). La taille relative de l’administration malgache est donc l’une des plus faibles du monde. Les chiffres plus récents ne font que confirmer ce diagnostic : le taux d’administration209 est de 7 ‰ pour Madagascar, un niveau légèrement inférieur, mais assez similaire à celui en vigueur dans beaucoup de pays africains ; c’est toutefois le seul à être en régression ; et le taux est largement plus faible que les taux constatés pour les pays européens (entre 50 et 100 ‰).

Tableau 8. Comparaison du taux d’administration en Afrique et en Europe (en %)

Tableau 8. Comparaison du taux d’administration en Afrique et en Europe (en %)

Sources : Observatoire des fonctions publiques africaines (OFPA), OCDE/Public Management : Public Sector Pay and Employment (PSPE) ; Loi de Finances exercice 2015 des pays de la zone franc et de Madagascar ; calculs des auteurs. Une certaine prudence est nécessaire dans la comparaison des chiffres compte tenu des différences de structure et de classification entre les pays. Le taux d’administration est l’effectif de la fonction publique relativement à la population totale en %.

Figure 30. Évolution des salaires publics en termes réels (1980-2015).

Figure 30. Évolution des salaires publics en termes réels (1980-2015).

Sources : ministère de la Fonction publique, du Travail et des Lois sociales ; calculs des auteurs.
Note : La catégorie X des salaires publics est la plus élevée, tandis que la catégorie M1 1A est la moins qualifiée.

47En second lieu, la politique de désindexation des salaires sur les prix, amorcée à la fin des années 1970, a été maintenue jusqu’au milieu des années 1990. La chute a été vertigineuse. Ainsi, entre 1978 et 1996, le salaire moyen des agents de l’État a baissé de 74 % en termes réels (fig. 30). Malgré une inversion de tendance depuis cette date, les salaires publics restaient en 2000 inférieurs de 46 % à leur niveau de 1978. En 2010, ils étaient toujours au même niveau qu’au début de la décennie. Enfin, si les revalorisations tendent à faire remonter les salaires au cours des dernières années, il convient de s’interroger sur la pérennité de cette dynamique. Les fonctionnaires sont encore loin de récupérer le décrochage du début des années 1980.

48Enfin, la contraction des embauches dans le secteur public depuis trois décennies touche de manière disproportionnée les jeunes diplômés. Comme le secteur privé formel n’a pas pris le relais, ce sont eux qui souffrent du déclassement professionnel le plus aigu. Il est également social et financier : à la fin des années 1990, le salaire d’embauche des jeunes fonctionnaires avait baissé de 70 % par rapport à la période 1975-1981, qui correspond au pic des salaires publics sous le régime socialiste de la IIe République (Antoine et al., 2000). À l’inverse des évolutions observées dans le monde développé, les écarts intra-générationnels se sont réduits entre ceux qui ont su, ou qui ont pu, poursuivre leurs études, et les exclus de l’école ou qui en sont sortis de façon précoce. Si cette tendance joue plutôt dans le sens d’une diminution des inégalités, elle intervient dans un contexte global d’ajustement par le bas pour tous.

49Cette contraction des ressources humaines s’applique en fait à toutes les composantes de l’action publique ; au point qu’une étude récente s’intéressant à la performance économique de l’État indiquait qu’il a « un des secteurs publics les plus faibles du monde » (Naudet et Rua, à paraître) : aussi bien en considérant ses dépenses que ses recettes (internes et externes). Ainsi par exemple, la dépense publique par tête en volume a été réduite des deux tiers depuis 1980, soit un taux deux fois plus rapide que le PIB par tête. Le diagnostic est le même pour les recettes publiques, notamment fiscales. Ces dernières sont parmi les plus faibles du monde, avec un taux de pression fiscale moyen de l’ordre de 10 % sur une longue période, avec des variations entre 8 % et 12 % au cours des deux dernières décennies ; des chiffres en réalité certainement inférieurs du fait de la sous-estimation du PIB.

L’affaiblissement de l’État

50Le deuxième exemple que nous voudrions mettre en exergue plus brièvement est l’action effective et persistante des bailleurs de fonds dans le sens de l’affaiblissement de l’État (et pas seulement son rétrécissement) depuis le début des années 1980 avec des conséquences désastreuses (Banque mondiale, 2012 ; Urfer, 2012b). Nous retiendrons trois illustrations parmi d’autres. D’abord la promotion, sans aucune prise en compte des conditions locales, d’une stratégie basée sur le marché et le secteur privé s’est traduite dans les années 1980 par une libéralisation de la filière rizicole et le démantèlement des grands périmètres irrigués, pour compenser l’explosion des importations au début des années 1980. Cette politique s’est soldée par un échec sans ambiguïté en ce qui concerne la croissance de la production et des rendements (Roubaud, 1997b). Ces derniers ont largement chuté, et ils sont aujourd’hui parmi les plus faibles du monde (1 à 2 t/ha comparé à environ 5 t/ha au Vietnam, parti pourtant d’un point de départ similaire), alors même que Madagascar était historiquement connu pour être un exportateur net de variétés de luxe. En l’absence d’un secteur privé susceptible de lever les contraintes qui entravent la croissance de la production (irrigation, vulgarisation, accès aux semences améliorées aux intrants et aux crédits, enclavement des régions) et face à la faiblesse des organisations paysannes, toute modernisation de la filière exige des régulations et une intervention publique pour accompagner le long processus de construction des institutions de marché. Le contre-exemple vietnamien est particulièrement instructif à cet égard.

51Cette approche naïve, dogmatique et brutale peut être déclinée à l’envie. Elle a été appliquée pour les deux vagues de privatisation (années 1980 et années 1990), où trop souvent des monopoles privés attribués à des acteurs proches du pouvoir se sont substitués aux anciens monopoles publics, sans que les gains attendus de la réforme ne se manifestent de façon décisive. Dans les deux cas, l’État fit de lourdes pertes financières en permettant le rachat d’entreprises publiques à des prix largement sous-évalués, tandis que les bailleurs de fonds n’ont pas hésité à accorder des prêts à ces « entrepreneurs » dont la première qualité était leurs connexions (Zafimahova 1998 ; Jütersonke et Kartas, 2010). Les auteurs notent d’ailleurs qu’un des entrepreneurs émergeant de la première vague de privatisation fut justement M. Ravalomanana. La tentative avortée (et interrompue par la crise de 2009) de décentralisation en est une autre illustration. Promue au nom d’une plus grande proximité et « redevabilité » supposée entre autorités locales et administrés, elle montre que les mécanismes de captation de rente, loin d’être éradiqués, se déplacent des autorités nationales aux niveaux infranationaux, en favorisant le népotisme et la capture des services publics de proximité par les élites locales (Bardhan, 2006).

L’aide publique au développement

52Le troisième point qui mérite d’être souligné a moins trait au contenu des politiques préconisées par les bailleurs de fonds qu’aux modalités d’intervention dominantes et à leur mode de mise en œuvre. Ils pêchent par deux aspects principaux : absence de capitalisation sur les réussites, même fragiles et partielles, dans la durée ; effets pervers des principes d’attribution de l’Aide publique au développement (APD). Ces deux dimensions sont intimement liées.

  • 210 Déjà dénoncée il y a 20 ans par le rapport Wapenhans (1992) à propos de la Banque mondiale, elle n’ (...)

53En premier lieu, la « culture du décaissement »210, la brièveté du cycle du projet (quelques années) et les effets de mode par nature éphémères (faire du neuf à tout prix ; sur ce plan, on peut citer en exemple la promotion de la contribution des usagers aux frais de scolarité mis en place au milieu des années 1990 et vu comme la solution ultime pour améliorer la qualité de l’éducation, puis sa suppression tout aussi brutale dans les années 2000 en vue d’accroître les taux de scolarisation des pauvres) n’encouragent pas à investir dans la durée sur des programmes, même s’ils ont fait preuve d’un certain succès. Cette culture est alimentée par le système d’incitations des « opérationnels » des principaux donateurs qui les encouragent à dépenser coûte que coûte, sachant que le système de rotation des postes les déchargera de toute responsabilité car ils ne seront plus en place une fois l’impact du projet effectivement connu. Ajoutons que la recherche permanente de modèles de pays à donner en exemple (les fameux front runner et autres poster child) conduit inéluctablement à reléguer au second plan un certain nombre de dysfonctionnements tout particulièrement en matière de gouvernance, et ce malgré les principes affichés.

54De ce point de vue, la mansuétude coupable de la communauté internationale à l’égard de M. Ravalomanana lors de son second mandat (2006-2009) est emblématique, bien qu’en rien exceptionnelle : la croissance en hausse sur la période a justifié le « voile d’indifférence » sur le délitement des principes démocratiques et du marché concurrentiel. Pourtant, les méthodes employées pour étendre sans limite son empire industriel par un accaparement systématique des ressources économiques à son propre profit (ou celui de ses proches) ou, dans le champ politique, ses dérives autoritaires avaient été identifiées de longue date (Razafindrakoto et al., 2009b ; Pellerin, 2009). Les mêmes causes entraînant les mêmes effets, un scénario similaire s’était produit lors de la phase de croissance de la fin des années 1990, sous la présidence de D. Ratsiraka (1997-2001), alors même que la corruption au sommet de l’État s’affichait sans vergogne. Finalement, ce mode de fonctionnement des institutions internationales a débouché sur l’effet inverse à celui affiché en matière de développement : création de monopoles au détriment d’une structure productive plus ouverte et concurrentielle d’un côté ; personnalisation du pouvoir au détriment du renforcement des institutions de l’autre.

  • 211 Les auteurs y affirmaient ainsi que 10 milliards de dollars d’aide dirigés vers des pays bien gouve (...)

55En second lieu, le principe de sélectivité de l’APD, appliqué par les donateurs à partir de la fin des années 1990, vient aggraver l’incapacité des donateurs à capitaliser sur leurs propres expériences. Dans la lignée des travaux pionniers de Burnside et Dollar (2000), un certain nombre d’études ont cherché à montrer que l’aide était d’autant plus efficace que les pays récipiendaires étaient bien gouvernés. Si la question reste encore fortement débattue parmi les chercheurs, la relation de causalité étant difficile à établir de manière robuste, l’idée, plus connue sous le nom de « sélectivité de l’aide », a fait son chemin (Amprou et Chauvet, 2004, pour une revue de la littérature sur la question). Dans son rapport « Assessing Aid », la Banque mondiale en préconisait l’application dès 1998211. Ce principe guide aujourd’hui plus ou moins directement nombre de donateurs, comme le montre une série de travaux empiriques sur les critères d’allocation de l’aide (Berthélémy et Tichit, 2004 ; Burnside et Dollar, 2004 ; Dollar et Levine, 2004).

  • 212 D’après les calculs des auteurs, la probabilité qu’un État soit considéré comme « fragile » en 2009 (...)

56Ainsi, malgré la faiblesse empirique des travaux sous-tendant ce principe (Banerjee et al., 2006), il a été formellement adopté par les pays donateurs dans le cadre du Consensus de Monterrey en 2002, la plupart d’entre eux utilisant des formules plus ou moins ésotériques – Kanbur (2005) parle de Vodoo formula – pour allouer leurs concours dans un mixte combinant besoins (pauvreté) et gouvernance. Au-delà du problème éthique posé par une politique qui consiste à punir les populations opprimées des pays pauvres en réduisant (voire en supprimant) l’aide dont elles ont pourtant cruellement besoin (comme ce fut le cas à Madagascar après le coup d’État de 2009), des travaux récents portant sur les « trappes à fragilité » montrent que les implications de la sélectivité de l’aide peuvent être catastrophiques. On peut craindre un effet de résilience négative : un pays qui a connu une crise politique a plus de chance d’en connaître une autre (Collier et Hoeffler, 2004). Ensuite, quand un pays bascule en État fragile, il a énormément de chance d’y rester, ce qu’Andrimihaja et al. (2011) appellent low-growth-poor-governance equilibrium trap. Partant d’un modèle, en partie inspiré du cas malgache actuel, ces derniers développent un cadre théorique où la combinaison d’instabilité politique et de violence, de droits de propriétés non garantis, et de corruption débouche sur un équilibre de faible croissance et de mauvaise gouvernance, caractéristique des États fragiles (ou faillis) et duquel ils ne peuvent s’extraire. Le traitement conjoint de ces trois défaillances constitue le seul moyen de sortir de cette « trappe à fragilité ». Dans ces conditions et à rebours des conclusions de la sélectivité, l’APD peut être extrêmement productive et jouer un rôle déterminant pour éviter l’effondrement d’un pays. Il convient donc de la maintenir, voire de l’augmenter et non de la réduire, car le principal effet d’une réduction serait d’accélérer le basculement dans la situation d’État failli212, avec des effets néfastes durables. Cette analyse nous semble tout à fait pertinente pour Madagascar, où l’aide a été gelée après le coup d’État de 2009, alors qu’elle aurait pu contribuer activement à sortir de l’impasse.

  • 213 Quatre normes ont été choisies, en fonction des paramètres de population, de pauvreté et de gouvern (...)

57La part de responsabilité des bailleurs de fonds dans la trajectoire récessive de Madagascar mérite d’autant plus d’être examinée que l’île figure parmi les pays où l’APD est structurellement faible (Naudet et Rua, à paraître). Avec 21 dollars par tête, Madagascar est le pays d’Afrique (de population comparable) qui a reçu le moins d’aide en 2013 (fig. 31) ; seul l’Angola a fait moins bien. En proportion du PIB, le volume d’aide est particulièrement faible : de l’ordre de 5 % en 2013. Cette faiblesse n’est pas due au seul effet de la crise car, sur l’ensemble de la période 2000-2011, ce ratio était encore plus bas (4 %) et les quelques pays africains encore moins bien dotés étaient tous beaucoup plus riches. En fait, pour apprécier l’importance du volume d’APD, il ne faut pas seulement tenir compte de la population des pays (les pays plus peuplés reçoivent moins en moyenne), mais aussi de la pauvreté et de la gouvernance comme nous l’avons expliqué ci-dessus. Une étude de l’OCDE (2013) s’est livrée à cet exercice de manière systématique, concluant que, quels que soient les critères retenus pour définir la « norme d’APD »213, Madagascar est considéré comme un pays « sous-aidé ». Madagascar est même le seul pays à apparaître « sous-aidé » suivant les quatre normes retenues, avec le Malawi ; encore ce dernier, comparable à beaucoup de point de vue, avait reçu plus de deux fois plus d’APD par tête que Madagascar (48 dollars contre 18 dollars en 2011).

58Une telle situation s’explique en partie par des facteurs « d’offre ». Madagascar n’attire pas les donateurs car, à l’inverse d’autres pays (comme le Maghreb ou les pays sahéliens pour l’Europe), il n’est pas considéré comme une zone sensible ou à intérêt géostratégique, susceptible d’être une source d’instabilité pour les pays du Nord. De plus, le drame économique qui se joue à Madagascar s’inscrit dans le temps long : de ce fait, il n’est pas spectaculaire et moins susceptible de mobiliser les opinions publiques que les crises humanitaires aiguës ou les conflits meurtriers.

59Mais le déficit d’aide s’explique aussi par des facteurs de « demande ». Il est de ce fait largement endogène. La mobilisation pour accroître l’attractivité du pays vis-à-vis de l’aide, la faible « pro-activité » pour démarcher les bailleurs et la faible capacité d’absorption et de décaissement constituent autant d’indices que la faiblesse de l’APD est largement choisie. Au premier chef, cette volonté implicite de ne pas recourir à l’aide extérieure (tout en clamant qu’elle est insuffisante), comme de ne pas taxer ou d’investir en biens publics, est le fait du pouvoir et des élites politiques. Mais cet arrangement semble satisfaire les autres groupes élitaires qui n’exercent aucune pression pour changer la donne et, dans le cas des impôts, en bénéficient directement, par un taux de taxation réduit. Cet arrangement semble même aller au-delà, comme en atteste la fig. 32. Ainsi, en dépit d’être notoirement sous-aidé, Madagascar est un des pays d’Afrique dont la population pense qu’il est le plus aidé. Ce paradoxe s’inscrit de plain-pied dans l’équation malgache d’un choix collectif impliquant les élites et la population, au détriment dramatique de la seconde (et peut-être même des premières).

60D’un point de vue général sur cette question de l’APD, une stratégie qui vise l’accroissement du volume d’aide et son maintien à un niveau stable, plutôt que le « stop and go » qu’induit le principe de sélectivité de l’aide jouerait certainement favorablement sur la trajectoire du pays. Reste évidemment à trouver de nouvelles modalités d’intervention. Si la solution de passer par des acteurs non étatiques semble la plus évidente, des programmes ciblés devraient également viser à maintenir la capacité des institutions publiques sans cautionner le régime illégitime en place. Ce défi majeur à relever dépend avant tout du changement dans l’économie politique de la société malgache, basé sur celui des différents groupes élitaires entre eux et sur le contrat social entre élites et citoyens. C’est ce que nous nous proposons d’explorer dans le chapitre 5.

Figure 31. Aide publique au développement, recettes et dépenses publiques par habitant.

Figure 31. Aide publique au développement, recettes et dépenses publiques par habitant.

Sources : Naudet et Rua (à paraître), données CAD-OCDE ; FMI, World Economic Outlook Database ; Banque mondiale, World Development indicator. Calcul des auteurs.
Note : les pays considérés ici ont entre 10 et 30 millions d’habitants.

Figure 32. Perception des appuis extérieurs en Afrique par la population en Afrique.

Figure 32. Perception des appuis extérieurs en Afrique par la population en Afrique.

Sources : enquêtes Afrobaromètre, Coef Ressources, Madagascar (2008) ; calculs des auteurs.

61S’il est nécessaire de reconnaître le rôle des bailleurs de fonds dans la contraction des services publics et la faiblesse de l’aide, on ne saurait pourtant leur imputer la responsabilité première de cette situation. C’est ce que concluent les deux auteurs de l’étude citée précédemment : l’abandon des services publics est d’abord un choix d’organisation politique et économique, le résultat d’une forme de consensus entre élites non concernées par la poursuite du bien commun et de l’action collective. Une conclusion qu’ils présentent comme une illustration des thèses développées dans cet ouvrage. Il en est de même du cas de l’APD, emblématique à cet égard.

Déliquescence et perte de légitimité des institutions

62Nous avons vu que des éléments positifs peuvent être mis à l’actif des institutions malgaches (chap. 3). Ils donnent la preuve de leurs capacités opérationnelles ou organisationnelles lorsqu’une volonté existe, si les moyens sont mis pour les faire fonctionner. Les résultats d’entretiens qualitatifs réalisés auprès de personnalités malgaches soulignent toutefois une défaillance globale des institutions aujourd’hui : leurs faiblesses et leurs dysfonctionnements sont décriés. En mobilisant les données d’enquêtes statistiques auprès de la population où ces questions sont abordées spécifiquement (Afrobaromètre, 2008), nous avons cherché à tester la pertinence de ces affirmations. Une nouvelle fois, les enquêtes révèlent une « exception malgache ». Parmi les 18 pays où les mêmes questions ont été posées, Madagascar est le pays où la légitimité des institutions (justice, police, administration fiscale) apparaît la plus problématique (fig. 33). Seulement 39 % des Malgaches considèrent que les décisions des tribunaux doivent toujours être respectées par la population (contre 69 % en moyenne dans les 18 pays). Une petite majorité (51 %) déclare qu’elle est d’accord avec le fait que « l’administration fiscale ait toujours le droit de contraindre les gens à payer leurs taxes/impôts » (contre 65 % en moyenne). Enfin, 60 % (contre 74 % en moyenne) acceptent l’affirmation selon laquelle « la police a toujours le droit de forcer le peuple à respecter la loi ».

Figure 33. Légitimité des institutions (justice, police, administrations fiscales) en Afrique (2008).

Figure 33. Légitimité des institutions (justice, police, administrations fiscales) en Afrique (2008).

Sources : enquêtes Afrobaromètre, Coef Ressources/Dial, Madagascar (2008) ; calculs des auteurs

63Deux thèses sont avancées dans la littérature sur la confiance institutionnelle : d’une part, selon la thèse dite « institutionnelle », la confiance se détermine de façon endogène en fonction de la performance des institutions (North, 1990) ; selon la théorie « culturelle », d’autre part, la confiance se construit de façon exogène (Inglehart, 1997). On peut se demander, dans le cas malgache, si cette faiblesse de la légitimité institutionnelle relativement aux autres pays africains étudiés est due à des caractéristiques culturelles (donc structurelles) ou bien est le résultat d’une déliquescence progressive des institutions. Les enquêtes réalisées auprès de la population apportent des éléments de réponse. Le point de vue de la population de la capitale (sur lequel on dispose de données permettant un suivi sur moyenne période) révèle une nette dégradation de la situation depuis le début des années 2000 : de moins en moins de citoyens estiment que l’administration est efficace et manifestent leur confiance à son égard (fig. 34).

Figure 34. La déliquescence progressive des institutions entre 2000 et 2015.

Figure 34. La déliquescence progressive des institutions entre 2000 et 2015.

Sources : Enquêtes 1-2-3, Antananarivo, 1995 à 2010, Projet « Madio », Instat et Dial ; calculs des auteurs.
Note : les pointillés indiquent l’absence de données sur la période.

  • 214 Les questions retenues pour mesurer la légitimité des institutions ont été présentées précédemment (...)

64Les enquêtes Afrobaromètre, qui portent sur un échantillon représentatif au niveau national, viennent confirmer ce diagnostic. Les données montrent déjà une relative faiblesse de la légitimité accordée aux institutions en 2005, mais qui s’accentue dans le temps214 : les pourcentages passent respectivement de 57 % en 2005 à 39 % en 2008 pour la justice, de 55 % à 51 % pour l’administration fiscale, et de 67 % à 60 % pour la police.

65La comparaison des indices de confiance (tirés de la question « Faites-vous confiance aux institutions suivantes ? ») montre également une dégradation qui semble inexorable pour l’armée, la justice et la police de 2005 à 2014 (fig. 35). Ces constats incitent à conclure que le défaut de confiance pourrait être plus lié aux défaillances des institutions qu’à un trait spécifique de la culture malgache.

66On pourrait penser que les institutions étatiques héritées de la colonisation et greffées sans forcément tenir compte des contextes locaux (Badie, 1992) devraient progressivement acquérir une véritable légitimité. Nous ne disposons malheureusement pas de données permettant de mesurer le degré de confiance accordé par la population à ces institutions dans les années 1970 ou 1980. Toutefois, pour le cas malgache, l’impact des politiques d’ajustement structurel et du « moins d’État » a particulièrement nui à l’efficacité des institutions étatiques, ce qui a certainement conduit à la dégradation de leur légitimité.

67La défaillance des institutions est aussi à relier à la perte du sens collectif décriée par la population. Une stratégie de contournement ou d’évitement de ces dernières s’est progressivement mise en place pour aboutir à un cercle vicieux. Ce comportement de contournement touchant une part de plus en plus importante de la population, l’efficacité et la légitimité des institutions se trouvent d’autant plus mises à mal. Face à l’état de délabrement de ces dernières, et aux difficultés quotidiennes qui cantonnent la population dans des stratégies de survie, chacun à son échelle individuelle ne peut compter que sur ses propres forces. On peut ainsi interpréter la faiblesse à Madagascar de la confiance interpersonnelle, soulignée plus haut, comme la conséquence de la défiance à l’égard des institutions.

68De manière générale, la perte de légitimité des institutions qui sont censées garantir des principes et règles communs, semble avoir fait disparaître un cadre de référence. Un tel état de fait laisse libre cours à toutes les stratégies de survie individuelles du côté de la population, et de conquête ou maintien au pouvoir du côté de ceux qui souhaitent y accéder ou le détiennent déjà. Ce changement des normes a fait voler en éclat le sens de l’intérêt général et a, de façon concomitante, eu un effet négatif sur la confiance interpersonnelle. Le caractère incontrôlable des actions individuelles, des jeux d’alliance de court terme a accru la méfiance entre les individus. On assiste à un autre cercle vicieux puisque cette méfiance rend elle-même impossible la mise en œuvre d’actions collectives.

Figure 35. Une baisse de la confiance à l’égard des institutions en Afrique et à Madagascar (2005-2015).

Figure 35. Une baisse de la confiance à l’égard des institutions en Afrique et à Madagascar (2005-2015).

Sources : enquêtes Afrobaromètre, Coef Ressources/Dial, Madagascar (2005 et 2008, 2013 et 2014).
Note : « Total » se réfère à la moyenne pour l’ensemble des pays considérés par le réseau Afrobaromètre.

69On peut s’interroger sur l’existence d’une véritable stratégie délibérée de contournement des institutions formelles pour appliquer des règles informelles, suivant le cadre théorique proposé par Khan (2010). Dans le cas malgache, on assiste plutôt à une incapacité des autorités à enrayer le processus de dégradation des institutions (formelles et informelles). Une partie des élites assiste et s’arrange de la situation pour évoluer dans ce contexte de déliquescence, tandis qu’un groupe très restreint en tire profit. Personne ne se sent vraiment responsable. Les opérateurs économiques considèrent que « s’occuper des affaires du pays n’est pas dans leur mandat ». L’élite bourgeoise, agissant en sous-main, peut se prévaloir de ne pas être impliquée directement dans le pouvoir politique. Les dirigeants au pouvoir, outre leur objectif principal d’asseoir leur pouvoir économique et politique, peuvent se dédouaner en mettant en avant la pression des groupes économiques, des grandes familles et de la communauté internationale. Et la population, insatisfaite mais désemparée, continue à s’en remettre à ses dirigeants ou plus largement aux élites (fig. 36).

Figure 36. Le rôle de certains groupes d’acteurs en faveur du bien public.

Figure 36. Le rôle de certains groupes d’acteurs en faveur du bien public.

Source : Enquête 1-2-3, Madagascar (2015), module « pouvoir et citoyens », Instat, Katsaka manga ; calculs des auteurs.

  • 215 Ainsi, si l’on reprend la typologie du pouvoir établie par Weber (2003), la légitimité politique es (...)

70Ainsi, interrogés sur les personnes qui devraient intervenir pour le bien collectif (Wachsberger et al., 2016), les Malgaches désignent en premier lieu les élus. 93 % d’entre eux disent en effet que c’est leur rôle d’intervenir et 75 % l’affirment même avec force. Au-delà du statut d’élu, éducation, richesse et engagement passé sont aussi des éléments importants de légitimité politique selon la population. Les deux tiers des Malgaches pensent qu’il serait très important que les plus éduqués interviennent dans les affaires publiques, puis ils sont respectivement 61 % et 56 % à dire que les plus riches et ceux qui ont montré par le passé leur capacité à œuvrer pour la communauté devraient le faire215. Mais c’est surtout la confrontation entre les attentes d’action et leur effectivité qui met en exergue le défaut d’implication aussi bien des élites que des citoyens. Systématiquement, les interventions sont jugées insuffisantes (avec un niveau de 20 à 40 points de pourcentage inférieur aux attentes). Par exemple, alors que la grande majorité des citoyens attend des élus qu’ils interviennent, ils sont à peine plus des deux tiers à penser qu’ils le font et seuls 35 % disent qu’ils le font de façon importante. L’écart est encore plus marqué pour le rôle des plus éduqués : deux tiers des adultes estiment que les actions de ces derniers pourraient être très bénéfiques pour le pays mais ils ne sont que 23 % à penser que c’est actuellement le cas. L’insatisfaction est également manifeste concernant le degré d’intervention des citoyens, sans qu’on puisse dire avec les données de l’enquête si cela résulte d’un choix ou d’une contrainte. Alors que les deux tiers souhaiteraient intervenir, ils ne sont que 40 % à le faire (et seulement 16 % de manière significative). Ce hiatus entre attentes et prises de responsabilités témoigne d’un désarroi généralisé.

71Les blocages de la société malgache sont d’abord d’ordre interne. Ils tiennent en bonne partie au maintien dans le temps d’un ordre social profondément inégalitaire dans lequel les statuts et lieux de naissance conditionnent encore fortement le devenir des individus. Ces inégalités s’inscrivent d’abord dans l’espace et se marquent par une coupure grandissante entre le monde urbain et le monde rural. Les ruraux, oubliés voire méprisés par les élites dirigeantes, apparaissent atomisés et peu en mesure de se mobiliser. Pris dans les rets de l’imaginaire du fihavanana comme contrat de citoyenneté, ils restent également dominés par une théologie politique qui leur fait accepter a priori comme légitime les figures de l’autorité et supporter leur sort. Mais les principes de différenciation et de classement touchent aussi le monde des élites, les empêchant de s’organiser collectivement. Si les membres des élites dirigeantes nouent des alliances, celles-ci sont le plus souvent de circonstance, pour contrer une personne, une famille ou un clan prenant trop d’importance ou pour empêcher un nouvel arrivant d’entrer dans le sérail. Elles se défont sitôt le but atteint. Ces facteurs expliquent alors aussi bien l’instabilité politique que l’inertie sociale de long terme. L’instabilité politique est en effet une conséquence de cette incapacité des élites à former des organisations stables et constituer des coalitions solides en même temps que la profonde coupure entre les élites et le reste de la population favorise la reproduction dans le temps d’un système identique.

72Il ne faut cependant pas négliger l’importance des facteurs externes et tout particulièrement le rôle des bailleurs de fonds. Les Plans d’ajustement structurel des années 1980 et les politiques libérales suscitées depuis ont accentué les inégalités et contribué à un rétrécissement et un affaiblissement de l’État et, partant, à sa délégitimation. La faiblesse structurelle du niveau de l’APD, qui se conjugue avec les effets du principe de sélectivité de l’aide, n’est pas par ailleurs dénuée d’effets pervers lorsqu’elle favorise le maintien d’un régime autoritaire ou lorsqu’elle accentue la décadence d’un gouvernement illégitime et l’ensemble du pays à sa suite.

Notes

186 En Afrique subsaharienne, Madagascar se classe à la 18e place des pays les moins densément peuplés. Parmi les pays où la densité est significativement plus faible, on retrouve la Namibie, la Mauritanie, le Botswana, le Tchad, le Niger, le Mali et la Somalie.

187 « En 2012, seuls 15 % des habitants sont des migrants (ne pas être nés dans le fokontany dans lequel ils habitent). Il s’agit avant tout de migration de proximité puisque 56 % des migrants viennent d’un autre fokontany d’une même commune tandis que 24 % viennent d’une autre commune du district. La migration interdistrict est de 5,3 %. Quant à la migration inter-province, elle constitue 14,5 % des migrations ». (Instat, 2013)

188 À titre d’exemple, en 2012, 28 % des ruraux étaient encore analphabètes, contre 11 % des urbains, ce qui traduit la carence d’encadrement étatique en la matière.

189 Le fokonolona a le pouvoir d’édicter ses propres règles appelées dina.« Ledina édicte des mesures que la population concernée juge nécessaires à l’harmonisation de la vie sociale et économique […] dans le cadre d’une structure basée sur l’autogestion populaire de la sécurité […] et instaure une discipline collective afin de préserver l’ordre et la sécurité publics » (loi n ° 2001-004 portant réglementation générale des dina en matière de sécurité publique). Le non-respect des dina entraîne l’application du vonodina qui consiste en des réparations, pécuniaires ou en nature, au profit de la victime et du fokonolona.

190 Les enquêtes Afrobaromètre font bien ressortir ce manque d’intérêt pour les affaires publiques. En 2013 par exemple, 60 % des ruraux se sont déclarés peu (29 %) ou pas intéressés (31 %) par les affaires publiques contre 40 % en moyenne dans les 33 pays participant à l’enquête. Seuls les Ivoiriens affichent un taux plus élevé (65 %).

191 Compte tenu du fait que les ménages ruraux ne sont pas constitués que d’actifs occupés, on est très en dessous du seuil d’extrême pauvreté défini par la Banque mondiale à 1,25 $ par jour (quand bien même ce seuil est calculé en parité de pouvoir d’achat).

192 L’abandon de l’impôt du minimum fiscal en 1972 a aussi, paradoxalement, contribué à cette mise à distance des campagnes en levant une contrainte à l’entrée dans un système marchand (chap. 2).

193 Leur isolement est encore accentué par la faiblesse de la couverture télévisuelle. L’enquête Afrobaromètre de 2013 établit que 77 % des ruraux n’avaient jamais suivi les informations à la télévision (contre 57 % des ruraux africains en moyenne) (voir aussi Wachsberger, 2007).

194 Même si la diffusion du téléphone portable peut changer les choses à la marge.

195 Toutefois, les questions sur la confiance interpersonnelle sont moins détaillées. Notamment, on ne dispose pas d’information sur le niveau de confiance à l’égard des personnes que l’enquêté ne connaît pas.

196 Il s’agit d’une alliance des partisans des trois anciens présidents (Ratsiraka, Zafy et Ravalomanana) durant la « phase de la transition ».

197 Voir ci-dessous l’impact de cette situation sur la position des bailleurs de fonds.

198 La dénonciation par des urbanistes de ce qu’ils appellent le « biais anti-urbain » de l’aide au développement (Guilloux, 2010 ; Helluin, 2010) n’enlève rien à ce constat. D’une part les discours des dirigeants politiques sur lesquels se basent ces travaux ne reflètent pas forcément la réalité des politiques menées (comme en témoigne par exemple la très faible extension de la décentralisation réelle ou encore les chiffres de scolarisation que nous avançons). D’autre part, l’« urbanophobie » des bailleurs de fonds dénoncée par ces auteurs n’a guère permis, jusqu’à présent, un rééquilibrage significatif entre monde urbain et monde rural.

199 En novembre 2015, le magazine Forbes publiait le premier classement des personnes ou familles les plus riches d’Afrique francophone subsaharienne : quatre familles de Madagascar apparaissaient dans ce classement, en 5e, 6e, 11e et 23e position.

200 « Les paysans parcellaires constituent une masse énorme dont les membres vivent tous dans la même situation, mais sans être unis les uns aux autres par des rapports variés. Leur mode de production les isole les uns des autres, au lieu de les amener à des relations réciproques. Cet isolement est encore aggravé par le mauvais état des moyens de communication en France et par la pauvreté des paysans » (Marx, 1969).

201 Le fanjakana signifie l’État, mais étymologiquement, ce mot est lié à manjaka (régner) et mpanjaka (le roi). Ainsi, d’une certaine manière, le président peut se considérer comme le « Roi de la République », comme l’illustrent A. Rajoelina et sa femme, habillés avec les couleurs et les tenues royales, en décembre 2010 descendant les marches du Palais de la Reine lors des cérémonies d’inauguration de la IVe république.

202 On retrouve là un des éléments développés en son temps par Mannoni (1950). Nous ne souscrivons pour autant pas à son explication essentiellement psycho-culturaliste de la société malgache et tout particulièrement à sa thèse d’un complexe de dépendance qui a par ailleurs été souvent fortement critiquée (Bloch, 1990).

203 Les estimations antérieures, qui faisaient état d’un taux de christianisation d’environ 45 % à l’échelle du pays (HÜBSCH, 1993), sous-estimaient le poids du christianisme. Par ailleurs, d’après les deux dernières enquêtes officielles, 19 % de la population déclare pratiquer le culte des ancêtres (fivavahana nentin-drazana) et moins de 2 % se déclarent de la religion musulmane.

204 Pour ne citer que quelques références sur le rôle des Églises et la manière dont les acteurs de la sphère religieuse ont pu influer sur la trajectoire sociopolitique de Madagascar, voir Raison-Jourde (1991), URFER (1993), Roubaud (1999 et 2000), Rabearimanana (2001), Rafitoson (2014).

205 Il ne fait aucun doute que la population souhaite la participation active des autorités religieuses dans la vie publique, notamment en fournissant des repères sur les grandes questions de société, mais elle considère en même temps que les Églises ne doivent pas s’immiscer directement en politique (Roubaud, 1999). À titre d’exemple, le positionnement de l’archevêque O. Razanakolona en faveur d’A. Rajoelina lors de la crise de 2009 et l’approbation de son installation comme président de la HAT par les évêques de la conférence épiscopale de Madagascar a suscité un fort sentiment de contrariété chez les fidèles (Rafitoson, 2014).

206 Essence invisible du pouvoir dont étaient supposés être dotés les monarques, qu’ils pouvaient transmettre à leur descendant et dont ils tiraient leur légitimité politique.

207 Même si les aspirations augmentent en période de croissance (comme on a pu le montrer dans le chap. 3).

208 Une analyse du mode de reproduction des élites et de l’étendue de leurs réseaux est présentée dans le chapitre 5.

209 Le taux d’administration, qui rapporte l’effectif de la fonction publique à la population totale, est l’indicateur couramment utilisé pour les comparaisons internationales.

210 Déjà dénoncée il y a 20 ans par le rapport Wapenhans (1992) à propos de la Banque mondiale, elle n’a ni disparu ni même régressé (Cling et al., 2013).

211 Les auteurs y affirmaient ainsi que 10 milliards de dollars d’aide dirigés vers des pays bien gouvernés pouvaient faire sortir 25 millions de personnes de la pauvreté, contre seulement 7 millions dans le cas d’une aide non ciblée.

212 D’après les calculs des auteurs, la probabilité qu’un État soit considéré comme « fragile » en 2009 s’il l’était déjà en 2001 est de 0,95.

213 Quatre normes ont été choisies, en fonction des paramètres de population, de pauvreté et de gouvernance évoqués ci-dessus.

214 Les questions retenues pour mesurer la légitimité des institutions ont été présentées précédemment (graphique 33).

215 Ainsi, si l’on reprend la typologie du pouvoir établie par Weber (2003), la légitimité politique est à la fois de type « légale rationnelle » (reposant donc sur les compétences des dirigeants et sur le caractère légal par lequel ils ont accédé au pouvoir), de type « traditionnel » (le pouvoir est accordé à certains individus en fonction de leur statut social) et « charismatique » (le pouvoir est accordé à certains individus en fonction de leurs qualités exceptionnelles).

Table des illustrations

Légende < © A. Biaussat/Collateral Creations/Eces –Photo extraite du film documentaire Zana-bahoaka : le néo-rebelle malagasy,réalisé par Alban Biaussat et Michel Tabet, Antananarivo, Madagascar, mars 2016.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22865/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Figure 23. Proximité avec un parti politique en Afrique.
Légende Sources : enquêtes Afrobaromètre (2005, 2008, 2013), Coef Ressources/Dial, Madagascar ; calculs des auteurs. Note : la figure de gauche mobilise les données de la cinquième vague (R5) d’Afrobaromètre (2011 à 2013).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22865/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 24. A. Membre d’une association ou d’un groupe communautaire en Afrique. B. Participation ou appartenance à un club ou une association en Afrique
Légende Sources : enquêtes Afrobaromètre (2014) ; calculs des auteurs.Sources : International Institute of Social Studies (2012) ; calculs des auteurs.Note : l’indice mobilisé ici est un agrégat d’indicateurs de différentes sources. Il varie entre 0 (le niveau de participation le plus faible) à 1 (niveau le plus élevé).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22865/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 25. Les corps intermédiaires informels : faible influence ou inexistence des chefs traditionnels en Afrique.
Légende Sources : enquêtes Afrobaromètre (2008), Coef Ressources/Dial ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22865/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 26. Niveau de confiance interpersonnelle en Afrique.
Légende Sources : enquêtes Afrobaromètre, Coef Ressources/Dial pour Madagascar (2008 et 2013).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22865/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Tableau 6. Émigration et souhait d’émigration internationale (en %)
Légende Sources : OCDE, AFD (2015) ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22865/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 27. Écart de niveau d’éducation entre milieu urbain et rural.
Légende Sources : enquêtes Afrobaromètre, Coef Ressources/Dial, Madagascar (2008).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22865/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 28. Pourcentage de routes pavées en milieu urbain et rural.
Légende Sources : enquêtes Afrobaromètre, Coef Ressources/Dial, Madagascar (2008).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22865/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 29. Écart concernant l’intérêt pour les affaires publiques entre milieu urbain et rural en Afrique.
Légende Sources : enquêtes Afrobaromètre, Coef Ressources/Dial, Madagascar (2008).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22865/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Schéma 2. L’absence d’échelons intermédiaires entre la population et le président.
Légende Sources : Wallis et Webb, 2010 : graphique de gauche ; élaboration des auteurs : graphique de droite.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22865/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Carte 1. Poids des religions par région ( %).
Légende Source : Enempsi (2012), Instat ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22865/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Schéma 3. Structure sociale et facteurs d’inertie à Madagascar.
Légende Source : élaboration des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22865/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau 7. Perception de la nature et de la légitimité des inégalités (en %)
Légende Sources : Enquête 1-2-3 (2015), module « Pouvoir et Citoyens », Instat-Katsaka ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22865/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 8. Comparaison du taux d’administration en Afrique et en Europe (en %)
Légende Sources : Observatoire des fonctions publiques africaines (OFPA), OCDE/Public Management : Public Sector Pay and Employment (PSPE) ; Loi de Finances exercice 2015 des pays de la zone franc et de Madagascar ; calculs des auteurs. Une certaine prudence est nécessaire dans la comparaison des chiffres compte tenu des différences de structure et de classification entre les pays. Le taux d’administration est l’effectif de la fonction publique relativement à la population totale en %.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22865/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 30. Évolution des salaires publics en termes réels (1980-2015).
Légende Sources : ministère de la Fonction publique, du Travail et des Lois sociales ; calculs des auteurs.Note : La catégorie X des salaires publics est la plus élevée, tandis que la catégorie M1 1A est la moins qualifiée.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22865/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 31. Aide publique au développement, recettes et dépenses publiques par habitant.
Légende Sources : Naudet et Rua (à paraître), données CAD-OCDE ; FMI, World Economic Outlook Database ; Banque mondiale, World Development indicator. Calcul des auteurs.Note : les pays considérés ici ont entre 10 et 30 millions d’habitants.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22865/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 32. Perception des appuis extérieurs en Afrique par la population en Afrique.
Légende Sources : enquêtes Afrobaromètre, Coef Ressources, Madagascar (2008) ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22865/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 33. Légitimité des institutions (justice, police, administrations fiscales) en Afrique (2008).
Légende Sources : enquêtes Afrobaromètre, Coef Ressources/Dial, Madagascar (2008) ; calculs des auteurs
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22865/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Figure 34. La déliquescence progressive des institutions entre 2000 et 2015.
Légende Sources : Enquêtes 1-2-3, Antananarivo, 1995 à 2010, Projet « Madio », Instat et Dial ; calculs des auteurs.Note : les pointillés indiquent l’absence de données sur la période.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22865/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 35. Une baisse de la confiance à l’égard des institutions en Afrique et à Madagascar (2005-2015).
Légende Sources : enquêtes Afrobaromètre, Coef Ressources/Dial, Madagascar (2005 et 2008, 2013 et 2014).Note : « Total » se réfère à la moyenne pour l’ensemble des pays considérés par le réseau Afrobaromètre.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22865/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 36. Le rôle de certains groupes d’acteurs en faveur du bien public.
Légende Source : Enquête 1-2-3, Madagascar (2015), module « pouvoir et citoyens », Instat, Katsaka manga ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22865/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 168k

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540