Version classiqueVersion mobile

L'énigme et le paradoxe

 | 
Mireille Razafindrakoto
, 
François Roubaud
, 
Jean-Michel Wachsberger

Chapitre 3. Les qualités structurelles

Texte intégral

< © Rijasolo/Collateral Creations/Eces –
Enfants de l’école primaire publique,
Betioky, Madagascar, décembre 2015.

1Une dégradation quasi continue de l’économie est à l’œuvre sur longue période à Madagascar. Depuis les années 1960, les différents changements aussi bien des stratégies économiques que des systèmes politiques n’ont pas permis d’inverser la dynamique régressive. Les théories classiques et modernes du développement peinent à expliquer cette contre-performance économique sur une longue période. La relecture de l’histoire du pays tend à montrer une certaine constance des formes du pouvoir et des modes de gouvernance ainsi qu’un maintien au fil des années des mêmes groupes d’acteurs. À l’instar d’un puzzle dont on recompose les morceaux, étape par étape, les analyses qui suivent cherchent à expliciter la manière dont Madagascar fonctionne en dégageant les principales qualités structurelles de la société.

2Dans ce chapitre, nous identifions trois points forts sur lesquelles le pays peut s’appuyer : le contrôle de la violence ; les capacités des institutions formelles dont témoignent la double transition économique (avec l’arrivée d’une classe d’entrepreneurs nouveaux) et politique (avec les alternances démocratiques) ainsi que les résultats obtenus dans le champ bureaucratique, notamment en termes de lutte contre la corruption ; l’expression des aspirations démocratiques de la population.

3Notre démarche consiste à mobiliser aussi bien nos connaissances du terrain que les analyses existantes sur Madagascar. Elle combine et confronte un ensemble de matériaux empiriques issus d’enquêtes quantitatives menées sur une période allant du milieu des années 1990 jusqu’aujourd’hui, avec des interviews qualitatives réalisées auprès d’interlocuteurs clefs de la société malgache, ainsi que des résultats issus de l’analyse de l’histoire longue.

Ordre social et contrôle de la violence

4North et al. (2009, 2012a) accordent une place centrale dans leur analyse au contrôle de la violence. La stabilisation de l’ordre social est considérée comme le premier objectif des sociétés et la capacité de l’État à contenir toute forme de violence est l’élément déterminant pour caractériser aussi bien les différents stades des États naturels ou OAL (« fragiles », « basiques », « matures ») que le passage de l’État naturel à celui d’OAO (encadré 1).

5Dans les ordres sociaux d’accès ouvert, la capacité à fonder des organisations avec ou sans le consentement de l’État garantirait une compétition non violente dans tous les domaines de la société. La violence aurait ainsi été rendue illégitime et seul l’État pourrait y avoir recours de façon strictement encadrée par le système législatif. Dans les États naturels, la violence serait au contraire accessible à tous ceux qui sont assez forts et bien organisés pour en faire usage, ce qui constituerait une menace certaine pour la stabilité. C’est pourquoi il tendrait à se former dans ces sociétés une coalition dominante qui établirait des compromis rentables entre les groupes les plus puissants tout en limitant l’accès des autres membres de la société aux rentes économiques. Par ailleurs, la plupart des États naturels accorderaient aussi, par le rôle du patronage ou des réseaux clientélistes, certaines protections aux non-élites qui constitueraient des systèmes incitatifs endiguant la violence (celle des non-élites) et facilitant la coopération. Néanmoins, si North et al. (2009, 2012a) reconnaissent implicitement la possibilité d’une violence des non-élites, ils affirment que les épisodes de violence opposeraient le plus souvent des factions élitaires qui cherchent à modifier en leur faveur la nature du compromis noué précédemment. Cette thèse stimulante suscite cependant un certain nombre de questions lorsqu’il s’agit d’analyser le fonctionnement de long terme de la société malgache.

Les épisodes de violence : des dérapages et non des stratégies politiques revendiquées

6La violence politique apparaît singulièrement limitée dans l’histoire malgache depuis son indépendance. Les crises politiques et les changements à la tête de l’État qu’elles entraînent souvent, se sont déroulés jusqu’à présent avec un recours à la violence physique très faible. Contrairement à ce qui peut s’observer dans bien d’autres pays du continent africain, les conflits se sont traduits en effet par un nombre relativement faible d’atteintes corporelles, qu’il s’agisse de privation de liberté, de blessures ou de décès, et n’ont été précédés, accompagnés et/ou suivis que par un durcissement politique limité (fig. 10).

7Lors des périodes de troubles, les forces armées ont de surcroît plutôt été en retrait et ont même joué parfois un rôle d’intermédiation et d’apaisement. Enfin, la violence apparaît rarement comme une ressource politique aux mains de groupes élitaires. Au vu de l’histoire longue, la violence, sporadique, n’est ni contrôlée ni orchestrée par l’un ou l’autre groupe élitaire. Aucune stratégie collective, concertée et véritablement organisée, de contrôle et d’accès au pouvoir ne semble avoir réellement cours, sachant que les élites d’une certaine manière ont assisté sans s’y attendre aux soulèvements populaires lors des trois premières crises.

Figure 10. Évolution des violences politiques de 1996 à 2015.

Figure 10. Évolution des violences politiques de 1996 à 2015.
  • 154 On manque encore cruellement de données statistiques comparatives sur la violence dans une perspect (...)

Représentation des auteurs à partir de BAD et al. (2016)154.

8Si on peut se réjouir d’un tel constat, il suscite néanmoins des interrogations sur le sens de cette instabilité politique et, au-delà, sur la nature de l’État malgache. Comme ailleurs en Afrique, les conflits semblent certes être une forme d’activité politique « normale » (Bach et Sindjoun, 1997). En revanche, en dépit d’évolutions récentes alarmistes (Pellerin, 2014), l’allégeance à l’État s’est quasiment toujours imposée sur le territoire, l’usage de violence politique est essentiellement resté une prérogative de l’État, et cet usage n’a quasiment jamais été privatisé par l’armée. Quant aux changements politiques, ils se sont toujours parés d’une forme légaliste, même lorsqu’ils sont survenus avant le terme attendu initialement. L’État malgache montre ainsi un profil paradoxal : fragile si on se réfère à l’instabilité des gouvernements qui le représentent, mais solide si on prend en compte sa capacité à juguler la violence et à maintenir ses institutions dans le temps. Il cadre ainsi mal avec l’analyse que font North et al. (2009, 2012a) des États naturels fragiles. Ces derniers sont en effet décrits comme incapables de contrôler la violence : l’équilibre est toujours précaire, la possibilité d’endiguer la violence dépendant de l’aptitude de la coalition dominante à établir des compromis rentables entre les groupes les plus puissants et à développer des réseaux clientélistes.

9Une telle vision pourrait être considérée comme discutable, en premier lieu d’ailleurs par la population malgache elle-même, en particulier en regard de la situation depuis la crise de 2008. Toutefois, les tirs de militaires sur la foule insurrectionnelle le 10 août 1991 et le 9 février 2009, les mutineries devenues fréquentes (mais vite circonscrites car à l’initiative de petits groupes d’individus isolés) dans l’armée, l’insécurité grandissante, avec comme exemple emblématique la terreur que font régner les « dahalo » dans le sud de l’île aujourd’hui, constituent des phénomènes d’autant plus marquants pour la population qu’ils contrastent avec le fonctionnement de la société et le pacifisme mis en avant comme une caractéristique de la population malgache (voir par exemple Ottino, 1996).

10Pour souligner le recours limité à la violence politique à Madagascar, notre argument tient aussi du constat de la formidable capacité de la grande majorité des habitants à accepter les difficultés quotidiennes (pauvreté généralisée, injustice, déliquescence des institutions, querelles politiciennes, etc.) sans s’insurger de manière organisée contre ses dirigeants. Si les crises et troubles politiques peuvent venir contredire cette idée, d’une part, les mouvements initiés revendiquent leur caractère non violent, d’autre part, ils peuvent justement être les exceptions qui confirment la règle : les crises étant des épisodes d’explosion suite à des frustrations trop longtemps contenues.

Encadré 2
Anatomie de la violence : une revue des épisodes d’instabilité depuis un demi-siècle

  • 155 Les Zwam – Zatovo (jeune), Western (du fait de leur identification aux cow-boys), Andevo (esclave), (...)
  • 156 « S’il y a eu beaucoup de morts, c’est parce que vous l’avez voulu. […] Si vous ne vous arrêtez pas (...)
  • 157 La municipalité d’Antananarivo était dirigée par ce parti depuis l’indépendance. D’une manière géné (...)
  • 158 Le terme de retour fait ici allusion à la révolte des Menalamba qui, de 1895 à 1898, vont fragilise (...)
  • 159 Parti maoïste, comme le Monima, mais urbain et essentiellement tananarivien, dirigé par M. Rakotoni (...)
  • 160 Une quarantaine de morts ont par exemple été retrouvés calcinés après l’incendie du magasin Magro d (...)
  • 161 Certaines présentations des faits développées depuis prétendent que les tirs auraient pu, en réalit (...)
  • 162 L’autoproclamation comme président par M. Ravalomanana à l’issue du premier tour des élections prés (...)

De l’indépendance à la fin des années 1960, le pays ne connaît pas d’épisode marqué de violence. Celle-ci apparaît au début des années 1970 mais avec une ampleur limitée. En 1971, le soulèvement paysan dans la région de Tuléar, sous la direction du Monima (parti politique à tendance maoïste), ne concerne qu’environ 1 000 paysans qui attaquent, avec des armes de fortune, des postes militaires et des centres administratifs. C’est dire la faible capacité de mobilisation du Monima de Monja Jaona. Leur mobilisation est par ailleurs extrêmement régulée par le serment, prêté sur un bœuf sacrifié, de ne pas tuer et qui en fait une rébellion moins de violence que de menace (Raison-jourde et Roy, 2010). Il n’en reste pas moins que la répression politique est brutale et violente, rappelant les sinistres méthodes employées par le pouvoir colonial en 1947 et débouchant sur une cinquantaine de victimes selon les autorités, mais plus certainement entre 800 et 1 000 morts (Althabe, 1978 ; Raison-jourde et Roy, 2010).
En 1972, la grève générale estudiantine est essentiellement non violente, même après que les étudiants ont été rejoints par les Zwam155. Les dérapages sont en effet très rares. Là encore, c’est de l’État que viendra la violence et non de la jeunesse urbaine, estudiantine ou prolétaire. L’arrestation et la déportation, au pénitencier de Nosy Lava, de 395 étudiants déclenchent le 13 mai un vaste mouvement populaire (100 000 personnes dans les rues d’Antananarivo).
Ce sont alors les tirs des FRS (équivalent des CRS français) sur la foule qui entraînent des émeutes urbaines (incendie de voitures, barricade, destruction de trottoirs pour faire des projectiles, attaque de la radio nationale, incendie de l’hôtel de ville, etc.). En dépit des propos, eux extrêmement violents, de Tsiranana156, ces événements ne feront « qu’une quarantaine » de morts et 150 blessés, essentiellement du côté des manifestants (Blum, 2011). Dans ce conflit, les groupes élitaires apparaissent singulièrement en retrait. Ni la gendarmerie, ni la police, ni l’armée n’interviendront. L’AKFM (parti politique communisant), représentant plutôt l’élite merina évincée du pouvoir politique, se positionnera même contre les troubles, ce qui explique certainement l’incendie de l’hôtel de ville157.
La descente aux enfers de l’économie malgache sous la période Ratsiraka marque cependant, dans les années 1980, un certain retour158 de la violence sociale. Dans les zones rurales, le phénomène des dahalo, voleurs de bœufs empruntant à la tradition Bara, prend de l’ampleur, entraînant une répression féroce des gendarmes. En 1982, par exemple, sous le prétexte de les pourchasser, ils tuent « par méprise » une centaine de paysans dans la région de Tuléar. En 1989, la multiplication des opérations coup de poing de l’État avec autorisation d’ouvrir le feu (opération Tsy Mitsitsy, c’est-à-dire « sans merci ») aurait aussi fait une centaine de morts. Les troubles gagnent aussi les zones urbaines. En décembre 1984, des membres des TTS (Tanora Tonga Saina, c’est-à-dire les « jeunes conscientisés »), à la solde de l’Arema et de D. Ratsiraka, issus comme les Zwam de la période précédente des bas quartiers et pratiquant enlèvements, racket et marché noir, sont massacrés par les adeptes d’un club de kung-fu, faisant plus de 100 morts. Dans cet épisode, la violence déployée par ceux que l’on a appelés « les Kung-Fu » n’est pas a priori au service d’un quelconque groupe élitaire (même si les Kung-Fu servirent à plusieurs reprises de service d’ordre lors des manifestations du Monima et du MFM159). Elle a néanmoins une tonalité politique certaine dans la mesure où les TTS constituaient en sous-main les troupes de choc du régime. Les attaquer, c’était donc entrer ouvertement en conflit avec l’État. C’est ainsi qu’en juillet 1985, le régime répliqua en faisant détruire par des engins blindés la villa du leader Kung-Fu, provoquant des dizaines de morts suivies de nombreuses arrestations.
En 1987, sur fond de crise économique, on assiste en mars à une série de pillages de magasins tenus par des Karana (les Indiens de Madagascar), à Tananarive, Antsirabe, Tuléar et Fianarantsoa. Le caractère systématique de ces opérations (OPK, opération anti-karana) laisse cependant un doute sur leur origine. S’agit-il d’une réaction spontanée de xénophobie, face à l’enrichissement d’une minorité stigmatisée par son « origine étrangère », qui profite de la crise, ou d’une manœuvre, pour détourner la colère de l’opinion contre les « étrangers » ?
En 1991, la non-violence fut une revendication spécifique du mouvement social. Les immenses rassemblements sur la place du 13 mai ne donnèrent ainsi lieu à aucun débordement. Comme au début des années 1970, c’est de l’État que viendra en fait la violence. Une manifestation de 500 000 personnes en direction du palais présidentiel fera plus d’une trentaine de morts et plusieurs centaines de blessés, fauchés par les tirs des militaires, sur ordre de D. Ratsiraka (Lavrard-meyer, 2015). Dans ces événements, ce n’est donc pas la violence potentielle des manifestants, encadrés par les Forces vives, qui faisait leur force politique mais leur nombre. C’est en effet par le poids du nombre qu’ils tentaient d’obtenir une solution négociée avec le pouvoir en place.
En 2001-2002, la crise fut, elle aussi, peu violente. Si on a pu alors parler de guerre civile larvée en raison de l’apparente coupure en deux du pays, les affrontements ont été en réalité très peu fréquents et le nombre de morts ne s’est élevé « qu’à une centaine ». Néanmoins les combattants furent bien ici des instruments violents à la solde de groupes politiques : miliciens issus du lumpenprolétariat du côté de D. Ratsiraka, réservistes de l’armée du côté de M. Ravalomanana.
La crise de 2009 marque en revanche, sinon une rupture, du moins une inflexion avec celles qui l’ont précédée. Les mobilisations populaires furent accompagnées, dès le début, de barrages dans les quartiers populaires, assortis de phénomènes de violence interpersonnelle (agressions) puis, dans les jours qui suivirent, par des pillages un peu partout dans le pays de magasins chinois, indiens mais surtout des magasins Magro appartenant au président. Ces événements se soldèrent par au moins 68 morts, pour la plupart dus aux imprudences des manifestants160 (Vivier, 2010). Quelques jours plus tard, une marche de manifestants aux mains nus sur le palais présidentiel fut arrêtée par un tir de la garde présidentielle, faisant une trentaine de morts et plus de 200 blessés161. Enfin, la tentative de sortie de crise par la remise du pouvoir par le président à un directoire militaire (réédition de ce qui s’était fait en 1972 puis 1975) fut aussi mise en échec par la mobilisation des officiers de la Capsat qui installèrent A. Rajoelina au pouvoir, ce qui constitue le premier véritable coup d’État de l’histoire malgache162. Pour autant, la violence reste ici encore limitée et la passation de pouvoir se fait quasiment sans échange de coup ni effusion de sang.
Sous la direction d’A. Rajoelina, les nombreuses mutineries (mars 2009, mai 2010, novembre 2010, mars 2012, juillet 2012) dans l’armée ou la gendarmerie ne semblent pas être l’expression de forces politiques. Les « mutineries » n’ont en effet jamais inclus plus d’une trentaine de soldats, n’ont entraîné, lorsqu’ils ont eu lieu, que des combats de faible intensité (deux morts en mai 2010 ; trois morts en juillet 2012) et ont souvent eu uniquement comme moteur des revendications catégorielles (mai 2010, mars 2012). L’élection de fin 2013 s’est aussi déroulée avec très peu de contestations et les difficultés à gouverner dans le cadre de la IVe République (impossible accord entre le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif) n’ont pas entraîné jusque-là de violence. En revanche, la violence sociale s’accroît sensiblement. Dans les zones urbaines, l’insécurité atteint des niveaux inédits et les journaux témoignent de façon régulière de vols, cambriolages, agressions parfois mortelles et même d’attaques de banques. Dans le sud du pays et les zones enclavées, les dahalo, regroupés en bande de plusieurs dizaines d’individus parfois équipés d’armes à feu, volent les troupeaux et s’affrontent aux villageois et aux forces de l’ordre. Ces dernières réagissent souvent de façon disproportionnée, en brûlant des récoltes et des habitations et en procédant à des exécutions sommaires.

11Au vu de l’histoire longue, aucune organisation non étatique ne semble donc avoir de véritable pouvoir de mobilisation de la violence. Si la violence est bien présente dans la société malgache, elle est en bonne partie refoulée et prend plus les formes, lorsqu’elle s’exprime, d’éruptions infra-politiques manifestant un mécontentement qui n’identifie pas clairement ses causes et ne désigne pas directement des responsables. Certaines forces politiques ont certes tenté d’utiliser ces mécontentements en soutien à leur cause. C’est tout particulièrement le cas de D. Ratsiraka, qui a maintes fois utilisé les milices des bas quartiers pour assurer la stabilité de son régime et essayé, lors des crises politiques, de mobiliser à son profit les insatisfactions des Malgaches déshérités. De la même façon, certains éléments laissent penser que les pillages de 2009 (comme d’ailleurs ceux de 1987) pourraient avoir été, sinon commandités, du moins encouragés, par l’opposition à M. Ravalomanana (ou par les partisans de D. Ratsiraka en 1987). Mais ces accès de violence débordent en réalité toujours les forces politiques qui veulent les récupérer, mais ne les contrôlent pas. Tout se passe ainsi comme si la violence n’était pas ou ne pouvait pas être une ressource stratégique légitime dans le jeu politique malgache. C’est souvent l’usage même de la violence par le pouvoir en place qui précipite en effet son remplacement (P. Tsiranana en 1972, D. Ratsiraka en 1991, M. Ravalomanana en 2009) et les changements de régime, même lors des crises, se font toujours de façon très peu violente.

L’aversion pour la violence : une raison du faible recours à la violence en politique ?

  • 163 Le Global Peace Index prend en compte 23 indicateurs qui résultent aussi bien des perceptions que d (...)

12De manière générale, l’île se caractérise-t-elle effectivement par un faible niveau de violence ? Selon le Global Peace Index, qui note les pays selon leur degré de pacifisme, Madagascar fait partie de ceux qui sont les mieux classés en 2016 : à la 38e position sur 162 pays dans le monde et à la 3e place sur 44 pays d’Afrique subsaharienne (Institute for Economics and Peace, 2016)163. Ce classement ne découle pas uniquement du fait que Madagascar n’est pas touché par des conflits internationaux. En effet, si on ne retient que les indicateurs relatifs à la sûreté et à la sécurité intérieure, le pays se situe au 51e rang au niveau mondial. Même si les indicateurs globaux mobilisés par cet institut présentent des limites, ces chiffres tendent à témoigner d’un climat relativement paisible dans l’île. Dans tous les cas, aucun indicateur ne semble indiquer une situation extrême aujourd’hui à Madagascar en matière de paix et de sécurité.

13L’analyse comparative des données d’enquêtes auprès des ménages réalisées dans une vingtaine de pays africains vient également confirmer la relative faiblesse du niveau de violence politique, mais également physique à Madagascar (fig. 11). L’île se classe parmi les deux ou trois pays où la population affirme de façon largement majoritaire (à près de 80 % ou plus, contre 40 % en moyenne dans les 20 pays analysés) que la concurrence politique ne génère pas ou très rarement des conflits violents. Madagascar se singularise également par la faiblesse de la violence physique subie par la population au quotidien, avec un pourcentage très faible de victimes d’agressions physiques ou de vol à domicile comparé aux autres pays (respectivement 4 % qui ont été victimes de violence physique et 11 % de vols à Madagascar contre 12 % et 32 % en moyenne dans les pays considérés, soit environ trois fois moins qu’ailleurs).

Figure 11. Conflits violents engendrés par la concurrence entre les partis politiques.

Figure 11. Conflits violents engendrés par la concurrence entre les partis politiques.

Sources : enquêtes Afrobaromètre (2013-2014) ; calculs des auteurs.

Figure 12. Peur d’intimidation ou de violence politique.

Figure 12. Peur d’intimidation ou de violence politique.

Sources : enquêtes Afrobaromètre (2008, 2013 et 2014-2015) ; calculs des auteurs.

14Par ailleurs, comparés aux citoyens d’autres pays africains, les Malgaches se sentent faiblement menacés par les intimidations lors des campagnes électorales (fig. 12). Si la situation était mitigée en 2008 (un quart avait « assez » ou « très » peur, 23 % « un peu » peur et 46 % « pas du tout », des pourcentages proches de la moyenne des pays africains considérés), elle apparaît exceptionnelle au vu des chiffres en 2013 et 2015, qui n’autorisent aucun doute sur le niveau très limité des menaces. En 2015, la grande majorité (85,5 %) des Malgaches déclare ne ressentir aucune inquiétude en termes de violence politique durant les périodes d’élections (seuls le Cap Vert et le Niger affichent des taux plus favorables parmi la trentaine de pays africains étudiés).

15Madagascar se singularise également par la faiblesse de la violence physique subie par la population au quotidien (fig. 13). Le pourcentage de victimes d’agressions physiques ou de vol à domicile est très limité comparé aux autres pays (respectivement 4 % ont été victimes de violence physique et 18 % de vols à Madagascar, contre 10 % et 27 % en moyenne dans les pays considérés en 2014-2015).

16Constat encore plus étonnant, Madagascar une nouvelle fois se révèle un cas aberrant, se démarquant totalement de l’ensemble des pays considérés lorsqu’on analyse la relation entre expériences vécues et perceptions de l’insécurité (fig. 14). Alors que le pourcentage de victimes de l’insécurité est plutôt faible (18 % de victimes de vol à domicile et moins de 4 % de victimes d’agression physique), une part importante de la population éprouve un sentiment d’insécurité en 2014 (72 % ne se sentent pas en sécurité dans leur quartier et 60 % ont peur d’être agressés à la maison). Ces pourcentages sont beaucoup plus élevés que dans des pays où l’expérience de l’insécurité est 3 à 4 fois plus fréquente : au Cameroun, 44 % ont été victimes de vol mais 46 % « seulement » éprouvent un sentiment d’insécurité ; au Nigeria, 19 % ont été victimes d’agression physique et 31 % de vol à domicile mais 33 % « seulement » déclarent avoir peur d’être agressés chez eux.

Figure 13. Victime d’agression physique ou de vol à domicile.

Figure 13. Victime d’agression physique ou de vol à domicile.

Sources : enquêtes Afrobaromètre (2014) (31 pays).

Figure 14. Sentiment et expérience d’insécurité à Madagascar et en Afrique, 2008-2015.

Figure 14. Sentiment et expérience d’insécurité à Madagascar et en Afrique, 2008-2015.

Sources : enquêtes Afrobaromètre, pour Madagascar, Coef Ressources/Dial (2008, 2013, 2014, 2015) ; calculs des auteurs. Les losanges sont les données de 2014. Le point rond indique la position de Madagascar en 2008 pour la figure de gauche et en 2013 pour la figure de droite.

  • 164 Confronté au même type de paradoxe en France dans les années 1980, Lagrange (1984) montre d’une par (...)

17Deux faits sont ainsi à souligner quand on compare Madagascar aux autres pays d’Afrique : la perception du niveau d’insécurité est anormalement élevée dans l’absolu, et encore plus compte tenu du nombre relativement limité de Malgaches effectivement victimes d’agression ou de vol ; en dynamique, si on observe une augmentation du nombre de vol à domicile (de 12 % en 2013 à 18 % de victimes en 2014), celle-ci s’accompagne d’une montée démesurée du sentiment d’insécurité (le pourcentage de ceux qui s’en plaignent passe de 54 % en 2013 à 72 % en 2014). Cette peur de la violence qui ne se justifie pas par la confrontation effective avec l’insécurité semble témoigner d’un rapport spécifique des Malgaches à la violence164. La tendance à en exagérer le risque, la portée ou l’ampleur pourrait s’expliquer par une aversion particulière de la population pour la violence.

18On peut bien sûr être tenté d’y voir un trait culturel spécifique. Les anthropologues ont en effet maintes fois attiré l’attention sur le fihavanana, terme réputé intraduisible tant il inclut de facettes différentes, mais qui constituerait un ethos commun aux Malgaches, idéal d’harmonie et d’entente sociale qui, par cet art de vivre qu’est le fiaraha-monina (tact social, l’art de vivre ensemble), forcerait les hommes à s’autocontrôler et à se retenir d’exprimer un désaccord trop marqué (Ottino, 1996). Toute forme de conflit serait ainsi à éviter. Lors d’un débat, les orateurs malgaches n’en finissent plus par exemple de se confondre en excuses conjuratoires sur ce qu’ils vont dire. L’importance des interdits (fady) et la crainte du blâme des ancêtres (tsiny), toujours très présents, viendraient encore renforcer ce contrôle de la violence. Dans un texte de 1981, J. Dez insistait cependant sur l’« illusion » de cette non-violence dans la société malgache. Dans les campagnes, ce serait en fait le risque d’éveiller la jalousie d’autrui (fialonana) et d’être, en réaction, victime bien réelle de sorcellerie (mosavy) utilisant du poison mortel, qui constituerait l’élément régulateur principal de la violence, ce qui, du coup, se marquerait chez les Malgaches plus par un sentiment d’insécurité que de culpabilité. Cette explication culturaliste n’est cependant pas totalement convaincante. Ces modes de régulation des comportements par la socialisation et la sorcellerie ont en effet été décrits de façon identique dans bien d’autres sociétés, notamment africaines (Marie, 1997a, 1997b), lesquelles ont pu cependant parfois se révéler particulièrement violentes. Par ailleurs, la violence « antisociale » des dahalo dans les campagnes du sud, sinon contredit cette analyse, du moins la nuance fortement.

  • 165 « Le peuple malgache souverain [est] profondément attaché à ses valeurs culturelles et spirituelles (...)

19Les rapports entre culture et politique sont en réalité bien moins mécaniques et unidirectionnels que ce qui est couramment évoqué lorsqu’il est fait référence, dans le champ politique, au fihavanana. Les travaux historiographiques les plus récents (Raison-Jourde et Randrianja, 2002 ; Galibert, 2004, Kneitz, 2014) ont en effet bien montré que sa « migration », à partir de l’indépendance, d’un code traditionnel des relations sociales à l’intérieur du voisinage et de la parenté à un contrat de citoyenneté, relevait moins d’une réalité première que d’un lien « imaginaire » propre à permettre la constitution d’une nation malgache. Théorisé comme tel dès les années 1970 par P. Ramasindraibe (Rajaonah, 2014), le fihavanana est depuis régulièrement exalté par le discours politique (il a d’ailleurs été inscrit depuis 1992 dans le préambule de la Constitution de la IIIe République comme valeur essentielle de la société malgache165) et diffusé via les médias et les programmes scolaires. Ces références répétées au fihavanana comme « contrat de citoyenneté » entretiennent la fiction d’une société où prévaudrait l’égalité des conditions et pèsent ainsi sur les comportements et représentations politiques des individus.

20L’observation de la société malgache fait apparaître pourtant aisément que ce contrat de citoyenneté est pour le moins très imparfaitement réalisé. La norme véhiculée par cette notion ne joue donc pas uniquement dans le sens positif. En condamnant tout acte remettant en cause l’harmonie de la société, elle est à l’origine d’une violence structurelle et invisible qui réprime toute forme d’opposition à l’ordre établi. Ainsi, le fihavanana se traduit-il par le consentement des faibles à la soumission (Raison-Jourde, 2014).

Les formes de la violence symbolique : primauté de l’ordre social et prégnance d’un système hiérarchique

  • 166 La cérémonie de promulgation de la VIe République et d’inauguration du nouvel hôtel de ville le 11 (...)
  • 167 Le Padesm des années 1950 était d’ailleurs une tentative de créer une force politique contrant les (...)

21Une autre analyse complémentaire pourrait être plus sociohistorique. La société malgache est en effet historiquement extrêmement hiérarchisée, distinguant et classant à l’infini les individus selon un ordre inégalitaire hérité et dont la symbolique se maintient au fil du temps, en dépit des transformations politico-sociales du pays. Le système des groupes statutaires, tout particulièrement, reste ancré dans les corps et les esprits, assignant aux individus des valeurs inégales. C’est ainsi par exemple, que M. Ravalomanana, pour renforcer sa légitimité politique, a laissé courir le bruit qu’il était de descendance noble et que son successeur s’est parfois efforcé d’endosser les attributs royaux166. Au sein même des groupes statutaires supérieurs, les principes de différenciation et de classement restent aussi très prégnants. Cependant la différenciation sociale a eu tendance à se simplifier au cours du temps entre une très large majorité de mainty et une petite minorité de fotsy, instituant un système occulte dont les gens ne parlent guère ouvertement mais qui conditionne fortement leurs comportements (notamment matrimoniaux). Cette hiérarchie symbolique est donc aussi une hiérarchie réelle dans la mesure où les mainty sont « confinés dans la reproduction sociale de la pauvreté par des interdits de mariages, [et] souvent exclus du foncier rural et de propriété urbaine » (Galy, 2009). Vu sous cet angle, les rapports sociaux peuvent être décrits comme reposant sur une violence symbolique qui maintient la domination dans le temps d’un petit groupe d’individus sur la plus grande masse de population. Dans une telle configuration, le danger principal pour l’ordre social pourrait alors venir du rejet, par cette masse, de la situation inégalitaire dans laquelle elle est maintenue au fil du temps167. Une des raisons du refus, voire du tabou, de l’utilisation de la violence en politique par les élites pourrait finalement être leur peur de déclencher un désordre social dont elles auraient collectivement particulièrement à perdre, ce que révèle notamment l’extrait d’interview suivant avec un représentant de l’élite intellectuelle malgache :

  • 168 Place sur laquelle se sont déroulés les principaux mouvements populaires.

22« […] Je n’ai jamais été sur la Place sur 13 mai168, ni en 1991, ni en 2002, ni en 2009 et je ne pense pas que j’irai même maintenant, même au bout d’un ras-le-bol qui dépasserait les bornes. Peut-être que, plus que de la gabegie, plus que des scandales, j’ai trop peur de l’instabilité, du désordre, de l’anarchie. […] J’ai trop peur d’un 14 juillet 1789, d’une prise de la Bastille. Je me considère comme dans une Bastille, en quelque sorte […] » (8 février 2012).

  • 169 En 2010, 37 personnalités ont créé un groupement intitulé raiamandreny Mijoro. Par ailleurs, le pro (...)

23Le maintien d’un tel système suppose une forme d’acceptation, dans l’esprit de tous, de ces principes de différenciation accordant une inégale valeur aux individus. C’est cet esprit qui permet aux dirigeants politiques de penser souvent qu’ils peuvent agir à leur guise sans en référer à quiconque. C’est aussi ce qui permet, notamment lors des crises, à quelques descendants de grandes lignées de s’autoproclamer raiamandreny169 et d’intervenir à ce titre dans le débat politique. L’inégalité constitutive de la société malgache permet ainsi aux dirigeants politiques d’agir sans accorder beaucoup d’importance à leurs administrés. Les rois avaient en effet un droit absolu d’exploitation de leurs sujets, mais aussi de vie et de mort. Les discours des rois (kabary) se ponctuaient imperturbablement par « sinon, je vous tue tous », « j’ai seul le droit de vie et de mort sur la population » ou « si vous en venez à transgresser mes ordonnances, je vous mettrai à mort » (Galy, 2009). Ce mépris de la vie s’est retrouvé d’une certaine façon dans les régimes post-indépendance. Les émeutes paysannes ou les agissements des dahalo ont donné par exemple lieu à des répressions par les forces de l’ordre souvent meurtrières sans que cela ne déclenche de véritable émoi au sein des élites et plus généralement du monde urbain. Les propos de Tsiranana relevés plus hauts dans l’encadré 2 traduisent aussi, d’une certaine façon, le peu de prix accordé à la vie humaine des gens du peuple par les classes dirigeantes.

  • 170 Pour une analyse plus développée sur la violence à Madagascar, voir Razafindrakoto et al. (à paraît (...)

24C’est aussi l’importance de cette domination symbolique sur les mainty qui pourrait expliquer que les violences, qui apparaissent parfois dans le sillage des crises politiques, sont le plus souvent des éruptions libérant des frustrations sans qu’elles arrivent à s’exprimer clairement en termes politiques. Il en a été ainsi de la révolte de Menalamba au xixe siècle, des émeutes paysannes du début des années 1970 (en dépit de leur encadrement par le Monima), des rotaka urbaines et des OPK (opérations anti-karana) des années 1980. De la même façon, les organisations en bandes armées de dahalo d’aujourd’hui pourraient être une forme de réaction aux inégalités et à l’oubli constant des pauvres par le pouvoir central. En revanche, l’ouverture culturelle sur le monde des années 1980 est propice à des prises de conscience portées notamment par des groupes de musique tels que Mahaleo ou, dans une moindre mesure, Rossy. Cette émergence de la conscience des inégalités pourrait expliquer la progressive montée des débordements et transgressions de la violence, tout particulièrement constatés lors de la crise de 2009 et depuis170.

Les capacités opérationnelles des institutions formelles

  • 171 Dans une version récente de leur thèse, North et al. (2012) conviennent que des retours en arrière (...)

25Dans le cadre conceptuel de North et al. (2009, 2012a), la transition des pays considérés comme des États naturels (OAL) vers un ordre d’accès ouvert (OAO) est un processus hasardeux et de long terme (le nombre de pays l’ayant réussi étant réduit à peau de chagrin). Dans la typologie des États naturels, Madagascar, avec la récurrence de ses crises sociopolitiques et la situation qui perdure depuis 2009 – chaque jour le pays risquant de sombrer en situation « d’État failli » –, semble se situer en bas de l’échelle (État naturel fragile). Nous voudrions montrer que la typologie proposée pour caractériser les États naturels (États naturels fragiles, États naturels basiques, États naturels matures), censés se succéder dans le temps dans une perspective à connotation évolutionniste, pose problème171. La situation nous paraît plus complexe. Ainsi, Madagascar suivant les périodes affiche des capacités et des réalisations qui pourraient le placer à un stade supérieur des États naturels, aussi bien dans le champ économique que bureaucratique et politique. Pour ce faire nous prendrons trois exemples : le succès de la zone franche, les résultats significatifs en matière de lutte contre la corruption bureaucratique et le processus de transition démocratique. C’est finalement plutôt l’incapacité à maintenir dans la durée le renforcement et la consolidation de ses institutions qui paraît déterminante, plutôt que la possibilité d’atteindre (localement et de manière temporaire) certains niveaux de résultats caractéristiques d’ordre plus mûrs dans un temps relativement court.

Un succès continental exceptionnel : le cas des zones franches

  • 172 Sauf à se spécialiser sur des niches, ce qui n’est pas le cas de la zone franche malgache, spéciali (...)
  • 173 À l’exception du Kenya, à une bien moindre échelle.

26S’il est un secteur économique où les exigences de compétitivité pour se développer sont drastiques et peu compatibles avec un ordre social assis sur l’extraction de rentes improductives, c’est bien celui des zones franches industrielles d’exportation. Non seulement, les entreprises franches doivent disposer des facteurs de production et les combiner de manière efficiente pour pouvoir espérer maintenir ou accroître leur part sur le marché mondial, où elles sont mises en concurrence avec les entreprises les plus performantes à l’échelle globale172 (chap. 1), mais elles doivent pouvoir bénéficier d’un environnement institutionnel suffisamment développé (droits de propriétés, services publics aux entreprises, capital humain, etc.), sans lequel le seul avantage comparatif en termes de coût du travail ne saurait opérer. Madagascar a réussi ce pari, sans équivalent en Afrique ou dans des pays de niveau de développement comparable. Ainsi plusieurs dizaines de pays africains ont instauré des régimes francs (133 pays dans le monde, selon BOST, 2010), sans qu’aucun ne connaisse de résultats significatifs173. En fait, en dehors de Madagascar, le seul autre exemple de succès en Afrique subsaharienne est l’île Maurice, un pays autrement plus développé.

  • 174 Loi adoptée en 2000 par le congrès américain visant à soutenir l’économie des pays africains en leu (...)

27L’introduction de ce régime d’exception en 1990 a suivi la décision de développer un modèle de croissance tiré par les exportations, promu par les institutions de Bretton Woods dans le cadre des PAS. Des exemptions fiscales accordées, combinées à de faibles rémunérations ainsi que des accords commerciaux préférentiels avec l’Europe (initiative EBA – Everything but Arms) et les États-Unis (Agoa174 – African Growth and Opportunity Act) ont poussé la zone franche malgache à une croissance continue et exceptionnelle à l’aune du pays. Selon l’association patronale des opérateurs de la zone franche (GEFP), 180 entreprises opéraient sous ce régime fin 2004 et employaient environ 100 000 salariés.

28Le succès fulgurant des zones franches malgaches a été bien documenté par Razafindrakoto et Roubaud (1997), et Cling et al. (2005 et 2009). Il s’est traduit par de nombreuses conséquences favorables pour l’économie malgache. En premier lieu, en termes de croissance des exportations : partant d’un niveau négligeable, la part des zones franches dans l’ensemble des exportations s’est accrue pour atteindre près de 50 % en 2005-2006, une proportion inégalée dans aucun autre pays pauvre (fig. 15). Il a aussi modifié la nature des exportations, un changement que l’on pourrait qualifier de véritable transformation structurelle réalisée en quelques années : alors que Madagascar exportait essentiellement des produits agricoles au début des années 1990, la part des produits manufacturés atteignait près de 50 % au milieu des années 2000 ; et ce en dépit de l’effet catastrophique de la crise politique de 2002.

29En second lieu, la croissance des entreprises franches s’est traduite par un véritable boom de l’emploi (fig. 16). Jusqu’en 2001, les emplois créés en zone franche ont cru quatre fois plus rapidement que ceux générés par le secteur privé formel, ou par l’économie dans son ensemble. La crise de 2002 a vu l’emploi s’effondrer, mais la phase de récupération a été extrêmement rapide.

30Tous les autres indicateurs de la qualité des emplois (labour standards, protection du travail, etc.) sont également à l’avantage des entreprises de la zone franche. Non seulement elles ont progressivement formalisé leurs relations de travail, mais elles ont aussi probablement été le facteur principal de diffusion, aux autres entreprises à Madagascar, de ces nouvelles normes de contractualisation du travail, plus en cohérence avec les standards internationaux.

  • 175 On peut dès lors se demander si Madagascar a atteint un niveau d’équilibre qui ne changera plus sig (...)

31Ultérieurement, le démantèlement des accords multifibres – AMF – (2005) et la fin programmée de l’Agoa (2007), maintenu à titre exceptionnel jusqu’en 2009, ont brisé la dynamique enclenchée, avant que la crise de 2009 ne vienne encore aggraver la situation. Depuis 2010 la croissance s’est interrompue au niveau des entreprises franches, mais les niveaux d’emplois et d’exportations se maintiennent globalement depuis cette date175.

32Finalement, le succès des zones franches à Madagascar met clairement en évidence que le pays est capable de générer une dynamique d’enrichissement issue d’une réelle création de valeurs (emplois, revenus), impulsée par une classe d’entrepreneurs nouveaux (soit nationaux, soit en provenance de l’étranger), donc génératrice de développement, ce qui est le propre des OAO (Ould Aoudia, 2011), et non d’intérêts bénéficiant de leur proximité avec le pouvoir pour faire fructifier leurs rentes du fait de leur appartenance à la coalition dominante des élites en place (caractéristique des États naturels). Si l’on exclut les facteurs externes (interruption des accords multifibres et de l’Agoa en 2009 pour des raisons de sanctions politiques), confortant le rôle ambigu de la communauté internationale (chap. 4), ce succès a effectivement été interrompu deux fois par des accès de violence sociopolitique, dont seul le contrôle aurait permis de consolider la dynamique enclenchée. Mais rien ne nous permet de penser que les épisodes de violence en question ont été entraînés par un groupe élitaire exclu des bénéfices de cette nouvelle manne, ou par le pouvoir en place parce qu’il n’en aurait pas profité. L’origine des ruptures se trouve ailleurs et les pertes occasionnées n’en sont qu’un effet collatéral.

Figure 15. Le boom des exportations de la zone franche, 1995-2015.

Figure 15. Le boom des exportations de la zone franche, 1995-2015.

Sources : International Trade Centre PC-TAS database for total exports ; Otexa and Eurostat for Zone franche exports (clothing products) ; calculs des auteurs.
Note : valeurs exprimées en millions de dollars.

Figure 16. Dynamique de l’emploi formel en et hors zone franche, 1995-2015.

Figure 16. Dynamique de l’emploi formel en et hors zone franche, 1995-2015.

Sources : Enquêtes 1-2-3, 1995-2015, Madio, Dial/Instat ; calculs des auteurs. les pointillés indiquent qu’on ne dispose pas de données pour la période.
Note : base 100 en 1995.

Des performances significatives en matière de lutte contre la corruption bureaucratique

33La corruption généralisée est affichée comme une des caractéristiques structurelles et constitutives des États naturels comme Madagascar. La corrélation entre niveau de développement et de corruption observée dans toutes les études quantitatives fondées sur les grandes bases de données internationales en atteste. La faiblesse des institutions et des organisations associées rendrait quasiment impossible de réduire significativement la corruption, et les exemples de politiques ayant eu un impact positif et durable sont extrêmement limités, tout particulièrement dans les États naturels les plus précaires (fragiles et basiques), auxquels se rattache Madagascar. Cette difficulté intrinsèque à lutter contre la corruption serait renforcée par le présupposé que la corruption au quotidien en Afrique serait d’autant plus prégnante qu’elle constituerait un phénomène socialement accepté, fondé sur des valeurs et des croyances fondamentalement différentes de celles en vigueur dans les OAO. Cette thèse rejoint une ligne d’interprétation basée sur des postulats culturalistes de la façon dont l’Afrique « fonctionne ». Les logiques patrimoniales et clientélistes, le flou de la frontière entre sphères publique et privée (straddling), le primat des attaches communautaires et ethniques et les fonctions de redistribution informelle, conduiraient, dans le cadre d’une « économie morale de la corruption », (Chabal et Daloz, 1999) à faire de la corruption une pratique sociale naturelle acceptée de tous. Descendants modernes des chefferies traditionnelles, les fonctionnaires seraient légitimement habilités à recevoir des « cadeaux » de la part des administrés qui marqueraient ainsi leur allégeance à ces nouveaux détenteurs du pouvoir. L’impunité dont ils bénéficient serait largement consentie par la population, qui participerait de ce fait, par collusion, à l’entretien de ces pratiques. Même lorsqu’ils se démarquent de cette version commune, les travaux anthropologiques tracent finalement une frontière assez floue avec l’approche culturaliste. Ainsi, en mettant en avant les logiques socioculturelles favorisant le « complexe de la corruption » (logique de négociation, logique du cadeau, logique des réseaux de solidarité, logique de l’autorité prédatrice, logique de la redistribution), Olivier de Sardan (1999) conforte l’idée d’une forme de collusion à tous les échelons de l’échelle sociale. Ce qui n’empêche pas de souligner à quel point les rapports entre l’administration et les usagers sont marqués par la méfiance, l’incertitude et l’humiliation (Blundo et Olivier de Sardan, 2001).

  • 176 On notera que, à la différence de la plupart des travaux dans ce domaine, notre mesure de la corrup (...)

34Les données empiriques issues d’une série d’enquêtes répétées sur une vingtaine d’années (à notre connaissance, la plus longue existante à ce jour dans un pays en développement) ne semblent pas confirmer ces hypothèses176. Sur le front de la dynamique de la corruption, les résultats montrent une diminution significative et continue de l’incidence de la petite corruption de 1995 à 2001. Le pourcentage d’individus victimes de la corruption a chuté de 42 % à 10 % en l’espace de cinq ans. Cette dynamique peut être mise en regard avec l’évolution de la rémunération des agents de l’État, également saisie dans les enquêtes. On observe une forte corrélation négative entre le niveau de la corruption et les salaires des fonctionnaires – qui se sont accrus de plus de 60 % en termes réels sur la même période (Razafindrakoto et Roubaud, 2003b). Même si la relation de causalité ne peut être testée formellement – la série n’étant pas suffisamment longue – et que d’autres facteurs ont pu également jouer sur le niveau de la corruption (comme l’inflation, la stabilité politique, etc.), elle vient corroborer la présomption d’un lien positif entre la rémunération des fonctionnaires et la lutte contre la corruption, voire plus largement la performance de l’administration (ainsi, on a pu constater que la pluriactivité des agents publics avait également diminué sur la même période).

35Sur cette question controversée, un certain nombre de travaux sur données agrégées n’ont pas trouvé de lien significatif entre la perception de la corruption et le salaire (relatif) des fonctionnaires (Treisman, 2000 ; Swamy et al., 2001). Nos résultats viennent plutôt conforter l’hypothèse inverse d’une association significative obtenue par Van Rijckeghem et Weder (2001) sur un échantillon d’une trentaine de pays, ou encore par Di Tella et Schardgrodsky (2003). Ce lien aurait des implications majeures sur la réforme des services publics dans les PED. Il pourrait notamment expliquer en partie l’échec quasi-systématique de la première génération de réformes de la fonction publique en Afrique subsaharienne dans les années 1980 et 1990, qui s’est caractérisée par des coupes sévères dans les salaires des agents de l’État (Lindauer et Nunberg, 1994 ; Lienert et Modi, 1997 ; voir chapitre 4, le rôle ambigu des bailleurs de fonds).

36En second lieu, les résultats permettent d’établir une relation directe entre qualité des institutions et corruption. En effet, la grave crise politico-institutionnelle qu’a connue Madagascar suite au scrutin présidentiel contesté de décembre 2001 (Roubaud, 2002) s’est immédiatement traduite par une remontée spectaculaire de la corruption, dont l’incidence a doublé en l’espace d’un an. Le chaos institutionnel (grève, vacance du pouvoir, affrontements), la recrudescence de l’inflation et la baisse consécutive du salaire réel des fonctionnaires ont représenté de sérieuses incitations encourageant les pratiques corruptives. Symétriquement, le retour l’ordre, la stabilisation des institutions et le retour de la croissance des salaires publics ont joué en sens inverse. Ainsi, entre 2002 et 2004, l’incidence de la corruption a été divisée par deux et est revenue à un niveau inférieur à celui enregistré avant la crise (8 %). Le poids de la corruption dans le budget des ménages a également diminué. Le montant total de la corruption ne représente plus que 1,2 % du revenu annuel des ménages en 2004 (contre 3,3 % en 2002).

37Aux facteurs précédents, il convient de souligner que le nouveau pouvoir en 2002 a fait des politiques actives anticorruption et en faveur de la transparence un axe majeur de son action. Le Conseil supérieur de lutte contre la corruption (CSLCC) a été créé en 2003 pour commencer une sensibilisation et mettre en œuvre des stratégies spécifiques. Un Bureau indépendant anticorruption (Bianco) a été mis en place en 2004 pour le suivi et l’application de mesures concrètes. Encore une fois, si la nature des données ne permet pas d’évaluer formellement l’impact de ces mesures, la réduction de la corruption réelle incite à penser qu’elles ont joué un rôle non négligeable dans l’amélioration de la situation. D’ailleurs, plus que les mesures concrètes (ouverture de poursuites judiciaires, sanction à l’égard des fonctionnaires corrompus, etc.) qui n’avaient pas encore fait effet au moment de l’enquête, la dynamique positive est plutôt à mettre à l’actif de la crédibilité de l’engagement du gouvernement contre la corruption. Au-delà des indicateurs objectifs, ce climat favorable est corroboré par les indicateurs de perception. Ainsi, selon l’avis de la population, la situation s’est clairement améliorée sur ce front : en 2004, le solde d’opinion à propos de l’évolution de la corruption est très positivement orienté avec + 50 points pour la petite comme pour la grande corruption. La période de 2004 à 2006 montre que la croissance retrouvée et la persévérance dans la lutte anticorruption ont permis de stabiliser la corruption bureaucratique autour de 8 %, un niveau relativement faible (pour les standards locaux).

38Pour les années ultérieures, l’absence de données régulières rend l’analyse des évolutions plus délicate. En effet, depuis 2006, on ne dispose que de deux points. En 2010, plus d’un an après le début de la crise, on note que l’incidence de la corruption se situe globalement au même niveau qu’en 2006 (8 %) mais on ne peut rien dire sur la dynamique entre les deux dates. En 2015, l’incidence a sensiblement baissé (elle est inférieure à 5 %). Il convient toutefois d’interpréter ce recul avec prudence. Cette diminution pourrait résulter en partie de la revalorisation des salaires. Mais il est a priori difficile de statuer sur une amélioration de la situation : d’une part, un certain nombre d’indicateurs tendent à montrer une déliquescence continue des institutions publiques (voir infra) ; d’autre part, on constate que le pourcentage de la population qui a été en contact avec les institutions étatiques est en net recul (de 74 % en 2010 à 63 % en 2015). On ne peut donc pas exclure que la méfiance de plus en plus forte à l’égard des agents de l’État et peut-être la crainte d’être victime de la corruption aient pu conduire certains citoyens à s’adapter et à réduire leur contact avec les services publics. La diminution de l’incidence de la corruption pour cette période pourrait ainsi découler d’une baisse de fréquentation de ceux qui sont les plus susceptibles d’être touchés par le phénomène.

Tableau 2. Tolérance à la corruption selon la population et les « experts » (en %)

Tableau 2. Tolérance à la corruption selon la population et les « experts » (en %)

Sources : Razafindrakoto et Roubaud (2010a), Enquêtes 1-2-3, 2001 et Enquête miroir, 2002, Instat et Dial ; calculs des auteurs.

39Concernant la seconde hypothèse, appliquée globalement aux États naturels, selon laquelle la corruption serait un phénomène socialement accepté, elle est également battue en brèche par les résultats d’enquêtes dans lesquelles nous avons contrasté l’opinion des citoyens ordinaires avec celle des experts internationaux (tabl. 2) sur les mêmes questions (pour une présentation de l’« enquête miroir », voir Razafindrakoto et Roubaud, 2010a). Ainsi, la quasi-totalité des citoyens malgaches (90 %) déclarent que les pratiques corruptives constituent bien un comportement délictueux et socialement réprouvé. En revanche, les spécialistes rapportent une tout autre vision des choses, en accord avec les thèses savantes énoncées plus haut. Ces derniers surestiment massivement l’ancrage culturel de la corruption tout en sous-estimant parallèlement l’importance qu’accorde la population à la lutte anticorruption. Ce trait n’est d’ailleurs pas idiosyncratique, puisque des travaux similaires menés en Afrique de l’Ouest conduisent au même hiatus. La soumission de la population à la corruption aurait moins à voir avec une quelconque acceptation tacite qu’avec leur manque de ressources pour y résister et le dénoncer. Ce dénuement face aux logiques prédatrices de l’État et à l’oppression de ses agents au quotidien est directement lié à la faiblesse structurelle des contrepouvoirs et de la société civile susceptibles d’imposer à l’État de rendre des comptes (accountability). La corruption n’est en fait qu’une manifestation parmi d’autres des mauvais traitements endurés par la population de la part de leur administration (absentéisme des fonctionnaires, mépris généralisé des usagers, etc. ; Blundo et Olivier de Sardan, 2001).

Double transition et consolidation démocratique : le cas des années 1990

40Le dernier exemple que nous prendrons se situe directement dans le champ politique pour montrer que certaines caractéristiques des ordres sociaux à Madagascar peuvent avoir les traits des OAO, et que l’idée d’un « no bridge » entre États naturels et OAO ou, au mieux, sur une échelle de temps multiséculaire, ne semble pas être opératoire pour ce pays. Ainsi, dans leur définition des États naturels, North et al. (2009) identifient la présence « des régimes politiques sans consentement généralisé des administrés » comme une de leurs trois caractéristiques fondatrices. De plus, la transition d’un ordre à l’autre à travers les réformes traditionnellement mises en place (cadastre, état civil, listes électorales, système fiscal ou de retraite, institutions bancaires) aurait toutes les chances d’être vouée à l’échec car ces réformes mettent en jeu bien plus que l’ingénierie des projets et politiques publiques : elles touchent aux fondements anthropologiques même des ordres sociaux (Dufernez et al., 2010). Nombre de règles formelles et d’institutions directement décalquées des pays du Nord n’en auraient que la forme sur le papier tant les valeurs et croyances qui leur permettraient de fonctionner « normalement » sont éloignées de celles des pays où elles ont été historiquement élaborées.

41L’expérience malgache en matière électorale et démocratique montre que cette lecture n’est pas aussi tranchée qu’il est affirmé. Ainsi, la séquence électorale de la décennie des années 1990 est globalement en phase avec le fonctionnement démocratique stylisé des OAO. Si on définit la transition démocratique comme le passage d’un régime autoritaire à l’institutionnalisation de procédures libérales de gouvernement (compétition politique ouverte, multipartisme, suffrage universel, liberté des électeurs, transparence des scrutins, informations), on peut considérer que cette phase a effectivement eu lieu avec l’élection de 1992. Même en acceptant le principe plus restrictif et largement admis de la double alternance lors de deux scrutins libres successifs (Bratton et Van de Walle, 1997), Madagascar est entré dans le cercle très fermé des pays africains ayant souscrit à ce critère (élections présidentielles de 1993 et 1996 ; voir chap. 2). Plutôt que de s’opposer, les présidences successives d’A. Zafy et de D. Ratsiraka s’inscrivent dans la continuité l’une de l’autre, le second préservant les acquis obtenus sous le premier. La première décennie de la IIIe République marque donc bien un changement de fond avec la IIe République.

42Plus largement, nos analyses de la transition démocratique dans les années 1990 (Roubaud, 2000 et 2001) conduisaient à rejeter le postulat d’une exception malgache (et plus largement « africaine »). Non seulement le communautarisme et l’ethnicité sont loin de constituer les déterminants premiers du comportement électoral, mais cette dimension de l’identité n’est ni irréductible, ni incompatible avec les principes démocratiques. S’il est bien présent, le réflexe communautaire, fondé sur une crispation ethniciste ou religieuse, n’est pas le principal facteur explicatif du vote. La comparaison avec les comportements électoraux observés dans les pays développés permet d’établir que la composante structurelle et identitaire du vote à Madagascar n’y est pas plus prégnante. L’alternance politique issue des urnes et la diversification des préférences électorales sont autant d’éléments qui montrent que le suffrage universel remplit bien sa fonction de récompense/sanction des politiques menées par les hommes au pouvoir. L’absence d’électorat captif, le faible poids des lobbies d’influence fondés sur un corporatisme étroit, la diversité des préférences et des raisons du choix, confirment que les résultats électoraux comme les mouvements d’opinion sont intimement liés aux performances réelles ou attendues des candidats, ce qui constitue bien une caractéristique essentielle du principe électoral. Tout ceci concourt à démythifier « ce que voter veut dire », qu’on a trop souvent tendance à voir comme radicalement et « primordialement » différent dans les contextes exotiques comme celui de la Grande Île, ce qui a pour conséquence de discréditer les apprentissages démocratiques.

43Le second point s’attache à la question des valeurs profondes qui se situent en amont des institutions démocratiques et qui les sous-tendent, avec en toile de fond l’idée implicite qu’il existe un hiatus entre les deux dans des pays comme Madagascar. Notre analyse est centrée sur la demande des citoyens, leurs pratiques politiques, leurs valeurs, leurs perceptions et leurs attentes. D’un point de vue général, la population est-elle favorable à la démocratie et aux principes qui la fondent ? En amont, le concept même de démocratie a-t-il le même sens à Madagascar que dans les démocraties historiques ? La réponse d’ensemble à ces questions est que, contrairement aux postulats habituellement admis, les Malgaches ne sont finalement pas si éloignés des citoyens des pays occidentaux, la démocratie étant bien un concept universel (Sen, 2005) indûment approprié par l’Europe et ses « néo-colonies » dans sa tentative de « vol de l’histoire » (Goody, 2010).

44Quand on les interroge sur leur degré d’adhésion à la démocratie, neuf citoyens sur dix se prononcent pour ce type de régime politique (tabl. 3). À peine 1 % des Tananariviens rejettent la démocratie sans ambiguïté. Ce résultat est d’autant plus remarquable dans la conjoncture politique dans laquelle une telle opinion a été formulée (en 2003). On aurait en effet pu légitimement penser que les troubles politiques et économiques graves, ayant fait suite à la crise de 2002, auraient pu éroder le sentiment pro-démocratique. En fait, il n’en est rien, au contraire. C’est bien la soif de démocratie qui a conduit au mouvement de contestation de 2002, la population n’ayant pas accepté de se voir spolier par la fraude son choix librement émis dans les urnes lors de l’élection présidentielle de décembre 2001 (chap. 2).

Tableau 3. Appréciation des différentes formes de régimes politiques suivant le niveau de revenu

Tableau 3. Appréciation des différentes formes de régimes politiques suivant le niveau de revenu

Sources : Enquêtes 1-2-3, module « Démocratie » (2003), Dial/Instat/Madio ; calculs des auteurs. Les quartiles représentent un quart des revenus par tête ordonnés. Le 1er quartile est constitué des 25 % les plus pauvres, le 4e des 25 % les plus riches.

  • 177 Voir Razafindrakoto et Roubaud (2005) pour une analyse plus détaillée sur ce sujet.
  • 178 Les enquêtes réalisées à l’échelle nationale (notamment Afrobaromètre) confirment ce constat, même (...)

45Non seulement le soutien à la démocratie en général ne fait aucun doute, mais ce type de système politique est de loin plus apprécié que n’importe quelle autre forme de gouvernement. Outre la démocratie, trois autres types de régimes ont été proposés à l’appréciation des enquêtés : ils ont tous été rejetés largement. Les Malgaches se montrent fondamentalement opposés à toute forme de régime autoritaire, qu’il soit dirigé par un homme fort ou par l’armée. Près de 14 % d’entre eux jugent ces régimes de façon positive, et moins de 5 % y sont très favorables. S’ils ne cèdent pas à la tentation autoritaire, ils ne veulent pas non plus que ce soit des experts, plutôt qu’un gouvernement démocratiquement élu, qui décident de ce qui est bon pour le pays. Bien que 36 % d’entre eux soient prêts à accepter une telle mise sous tutelle, ce choix se situe très loin derrière la démocratie qui recueille plus de 88 % des suffrages. Plus surprenant encore par rapport aux idées reçues, les résultats viennent contredire la thèse selon laquelle les pauvres, du fait de leurs valeurs propres ou de leur situation économique, seraient rétifs à l’instauration de régimes démocratiques177. C’est donc bien en regard d’autres types de régimes politiques, donc dans une perspective comparative, que la démocratie, entendue comme un processus politique de désignation des dirigeants par les urnes, est considérée comme le meilleur système de gouvernement178.

46Si nous avons réussi à montrer l’appréciation générale du concept de démocratie et à établir la façon dont elle est jugée par rapport à d’autres systèmes politiques, se pose la question de savoir quelle acception plus précise en a la population. Que se cache-t-il derrière le mot de « démocratie » ? Cette question est de première importance dans la mesure où tout un courant de pensée, s’appuyant sur des thèses culturalistes, considère que la démocratie est une valeur occidentale et qu’elle prend un sens différent dans d’autres contextes historiques ou culturels. Il s’agit donc ici de cerner les contours de ce que « démocratie » veut dire pour les citoyens malgaches. Pour ce faire, un certain nombre d’attributs traditionnellement associés à la démocratie ont été proposés aux enquêtés en leur demandant s’ils les considéraient essentiels et consubstantiels à cette notion.

47Les résultats sont ici encore sans équivoque : l’idée que se font les Malgaches de la démocratie est la même que celle qui prévaut dans les démocraties historiques ; ce qui plaide en faveur d’une conception universaliste de la démocratie, à Madagascar comme au nord. Des six caractéristiques retenues, toutes sont considérées essentielles par plus de neuf Tananariviens sur dix (tabl. 4). Arrive en tête l’organisation « d’élections libres et transparentes », fondamentale pour plus de 97 %. Vient ensuite « la liberté d’expression et de la presse » (96 %), « l’égalité devant la loi » (95 %), « la liberté de culte » (95 %), « la liberté de voyager » (95 %) et enfin « la liberté politique (choix de son parti) » (91 %). Ici aussi, les pauvres ne se distinguent pas par une compréhension de la démocratie différente de celle du reste de la population, en dépit de leur situation économique particulièrement précaire : ils en partagent la vision « académique » et universaliste.

Tableau 4. Le sens de la démocratie suivant le niveau de revenu

Tableau 4. Le sens de la démocratie suivant le niveau de revenu

Sources : Enquêtes 1-2-3, module « Démocratie », 2003, Dial/Instat/Madio ; calculs des auteurs. Pour la définition des quartiles, voir le tableau 3.

48Ce consensus sur la définition de la démocratie n’est pas une exception malgache (pas plus d’ailleurs que la préférence pour les régimes démocratiques). Des enquêtes menées dans sept pays d’Afrique de l’Ouest montrent qu’il se vérifie partout (tabl. 5). Dans tous les cas, plus de 90 % de la population considèrent que chacune des six propriétés est fondamentale pour la démocratie. Seuls le Mali et le Burkina Faso se démarquent partiellement de ce bel unanimisme. Encore convient-il de relativiser cette particularité tant le décrochage est faible : quelle que soit la propriété considérée, le consensus sur son caractère fondamental n’est jamais inférieur à 85 % des citoyens.

Tableau 5. Le sens de la démocratie dans huit métropoles africaines (en %)

Tableau 5. Le sens de la démocratie dans huit métropoles africaines (en %)

Sources : Enquêtes 1-2-3, modules « Démocratie », 2001/2003, Instituts nationaux de la statistique, Afristat, Dial, nos propres calculs.

49En conclusion, il ne s’agit pas de se complaire dans une lecture béate des réussites de l’histoire malgache. Dans aucun des exemples cités, les succès n’ont été durables : la dynamique des zones franches a été interrompue par des facteurs externes et surtout internes (les crises de 2002 et 2009) et ne semble pas repartir depuis ; la petite corruption bureaucratique a bien pu reculer de manière substantielle, mais a priori sans que cette amélioration n’ait eu d’impact sur la grande corruption (même si on manque d’éléments chiffrés pour asseoir le diagnostic) ; si la transition démocratique a bien eu historiquement lieu, le passage à la consolidation démocratique n’est pas advenu. À chaque fois, ce sont des irruptions de violence (1991, 2002 et 2009), limitées mais suffisantes pour renverser les régimes en place, avec l’instabilité politique qui en a découlé, qui ont remis en question ces avancées. Il reste cependant que ces violences ont été de basse intensité et ne peuvent pas toujours être interprétées de manière négative (par exemple les mouvements de masse de 1991 qui ont débouché sur l’instauration d’un régime démocratique). En dépit de leurs limites, les capacités structurelles mises en avant ci-dessus montrent que la distance entre États naturels et OAO n’est pas infranchissable et que certaines caractéristiques fondamentales des OAO peuvent être atteintes de manière temporaire et partielle, mais relativement rapidement, même dans un pays aussi pauvre et mal classé dans la hiérarchie des ordres sociaux que Madagascar.

La population compte

Le rôle joué par la population

50La population est la grande absente des analyses de North et al. (2009, 2012a). Tout processus de développement, tout changement d’ordre social semble se jouer au sein des élites, décomposées en factions plus ou moins mouvantes, formant des coalitions pour canaliser la violence et contrôler les rentes qu’elles peuvent extraire à leur profit. C’est à notre avis le principal point aveugle de leur thèse, les « masses » et leurs représentants étant au mieux manipulés par des élites – qui tirent toutes les ficelles conduisant (ou non) au développement –, ou au pire totalement ignorés. Ce problème avait déjà été souligné par Vahabi (2011), dans sa critique des thèses de North et al. (2009, 2012a) : « Dans cette perspective, l’histoire est l’œuvre des élites et les conflits sociaux, surtout ceux qui sont menés par les masses, n’ont aucune incidence sur le changement institutionnel… D’après les auteurs, contrairement à Acemoglu et Robinson (2005), ce passage ne s’opère pas sous la pression des conflits sociaux (révolutions ou émeutes) mais en raison d’un choix délibéré de la part des élites elles-mêmes […] [or] les conflits sociaux et surtout la pression des non-élites ont joué un rôle essentiel dans l’innovation institutionnelle ».

  • 179 S’il existe de nombreux points communs entre l’école des Annales et le cadre d’analyse de North et (...)

51On rappellera incidemment qu’en histoire, l’école des Annales a justement fondé son projet scientifique sur le dépassement de l’historiographie des rois, des cours et des élites qui alimentait le cœur de la discipline. Bien avant, les auteurs marxistes ou d’autres obédiences s’étaient intéressés au monde paysan, aux jacqueries, aux classes populaires, aux révolutions et mouvements sociaux comme moteur de l’histoire (Hobsbawm, 1966). De ce point de vue, la perspective offerte par North et al. (2009, 2012a) apparaît comme un retour en arrière179. En Afrique, les tenants « du politique par le bas » (Bayart et al., 1992) constituent une tentative d’échapper à ce « prisme nobiliaire » et « ses révolutions de palais », pour paraphraser (en le détournant) le titre d’un ouvrage (Dezalay et Garth, 2002). En un mot, nous tenterons de montrer dans cette sous-partie que la population compte, même dans un pays où les inégalités de pouvoir sont abyssales et où les citoyens ordinaires sont loin de disposer des moyens d’agir (éducation, information, représentation, voice, etc.) équivalents à ceux de leurs congénères des pays développés (chap. 4). C’est même selon nous une spécificité essentielle du cas malgache, tout particulièrement pour expliquer le paradoxe malgache. Ce sont souvent des mobilisations de grande ampleur qui ont entraîné les changements de gouvernement :

  • en 1972, ce sont les inégalités et le caractère non inclusif du développement qui furent dénoncés lors des mouvements populaires même si s’ajoutèrent des motifs politiques : nouvelles aspirations « soixante-huitardes » et dénonciation de la mainmise politique et économique de la France (Althabe, 1978 ; Raison-Jourde et Roy, 2010). Les paysans marginalisés du Sud et les étudiants qui ne trouvaient pas d’emploi en furent les principaux acteurs ;

  • en 1991, le pays s’inscrivait dans une dynamique de croissance économique mais c’est la non-satisfaction des aspirations démocratiques associée à une progressive libéralisation politique qui donna lieu au soulèvement populaire, notamment au sein des classes moyennes ;

  • en 2002, la conjoncture économique n’avait jamais été aussi bonne, mais le sentiment de corruption et la fraude électorale dans un contexte de fortes aspirations démocratiques (associé à l’apparition d’un « homme nouveau ») conduisirent au soulèvement populaire (Razafindrakoto et Roubaud, 2002b) ;

  • en 2009, le scénario fut le même qu’en 2002 (dérives en termes de gouvernance et corruption), avec une conjoncture économique plutôt positive (du moins au niveau macro), mais le modèle économique était moins inclusif car basé en grande partie sur la rente minière et l’aide publique au développement qui ont beaucoup moins d’effets de diffusion. La dynamique macro-économique ne se traduisait pas par une amélioration de la situation en matière d’inégalités et de pauvreté. Le soutien populaire au coup d’État fut cependant bien moins important qu’en 2001.

L’importance des aspirations pour expliquer le paradoxe

52Notre premier point d’entrée porte sur le rôle des aspirations citoyennes dans la dynamique économique et surtout dans le déclenchement des crises à Madagascar. Nous avons déjà avancé de manière discursive que les révoltes paysannes dans le Sud en 1971 trouvaient leur origine dans la politique pro-urbaine et la déshérence des campagnes sous le président P. Tsiranana. La crise de 1972 qui a conduit à la chute de la Ire République était liée au décalage entre la politique scolaire et les possibilités d’emplois qualifiés, décuplée par des aspirations nationalistes (une bonne partie des emplois les plus qualifiés étant occupée par des Français). De même, la contestation populaire et les manifestations de masse qui ont provoqué le renversement de la IIe République en 1991 peuvent être légitimement imputées aux aspirations démocratiques non satisfaites de la population. Enfin, de manière plus controversée (et contestable), on pourrait même prétendre que la crise de 2009 s’est appuyée sur la volonté de changement face aux dérives du président M. Ravalomanana, même si la contestation populaire, largement circonscrite à la capitale, est restée beaucoup plus limitée que dans les épisodes précédents.

  • 180 Il est nécessaire de s’interroger sur les conditions du passage du mécontentement à la mobilisation (...)

53Notre objectif ici est de tenter d’étayer empiriquement ces interprétations qui, en l’absence d’éléments de preuve, restent de l’ordre de l’hypothèse ou de la conjecture. Pour ce faire, nous mobiliserons des données collectées par nos soins au cours de la décennie 2000-2010 et qui, par conséquent, couvrent les deux dernières crises de 2002 et 2009. Ce type d’approche n’a jamais été entrepris, faute d’informations adéquates. Les résultats montrent qu’en dépit d’une conjoncture économique favorable (ce qui était aussi le cas des crises précédemment citées) les aspirations évoluent plus vite que les réalisations. Ce gap est donc une source directe de mécontentement et d’insatisfactions populaires, donc un terreau propice aux crises. Ainsi, les citoyens ordinaires ne seraient pas uniquement manipulés par les politiciens pour renverser les régimes en place (même s’ils peuvent être instrumentalisés par des politiciens qui ne se soucient pas de l’intérêt de la population)180.

Les aspirations économiques

54La dérive des aspirations économiques est une première source de mécontentement possible. On rappellera que la seconde moitié des années 1990 a été une phase de croissance du revenu des ménages, inégalée dans l’histoire du pays (fig. 17). Potentiellement, cette croissance peut avoir deux effets opposés : soit les individus se satisfont de cette amélioration matérielle bien réelle et d’une certaine façon inespérée, soit le boom a pour conséquence de libérer des aspirations trop longtemps contenues et d’instaurer un décalage entre ambitions et réalisations.

Figure 17. Salaire des fonctionnaires, crise et incidence de la corruption à Madagascar, 1995-2015.

Figure 17. Salaire des fonctionnaires, crise et incidence de la corruption à Madagascar, 1995-2015.

Sources : Razafindrakoto et Roubaud (2003b) et Enquêtes 1-2-3, 1995-2015, Madio, Dial/Instat ; calculs des auteurs.
Note : le « module » corruption n’a pas été inclus dans l’enquête en 1996, 1997 et 1999. Pour la corruption, il s’agit d’un indicateur objectif ( % de la population touchée par la corruption au cours de l’année). Les données portent sur l’agglomération d’Antananarivo. Les pointillés traduisent l’absence de données.

55La comparaison des revenus effectivement perçus et du revenu minimal déclaré pour mener une vie décente (Minimum Income Question ; MIQ) permet de répondre à cette interrogation. La réponse est claire pour la période de la fin des années 1990. Alors que les revenus ont cru de 10 % de 1998 à 2001, les aspirations des individus en termes de revenu ont augmenté près de deux fois plus vite (18 %). De façon similaire, l’écart se creuse dans la phase de récupération économique, à la suite de l’avènement de M. Ravalomanana après la crise de 2002. Entre 2002 et 2004, on enregistre une nouvelle montée des aspirations de revenu, alors que le revenu stagne (le PIB est lui en revanche orienté à la hausse). On peut donc en conclure que les phases de croissance libèrent les appétits et, par voie de conséquence, les frustrations potentielles.

56Les aspirations ne sont cependant pas totalement déconnectées de la réalité. Ainsi, la crise économique de 2002 (et son impact désastreux sur les revenus) a conduit les aspirations à s’ajuster à la baisse. Identiquement, la tendance à la baisse des revenus à partir de 2004 s’est également traduite par un recul significatif du MIQ. On retrouve là un phénomène bien connu des analystes des revendications syndicales : en général, elles sont plus vives en période d’amélioration conjoncturelle.

57Les années ultérieures sont plus difficiles à interpréter par manque de données. Entre 2006 et 2010, les revenus ont baissé alors que les aspirations ont augmenté. Cette lecture contrintuitive est cependant probablement erronée, car nous disposons d’un état des lieux en 2006 puis en 2010, c’est-à-dire un an après le déclenchement de la crise, mais nous n’avons pas d’information entre ces deux dates. Si l’on s’en tient au modèle observé précédemment, on peut ainsi supposer que la croissance observée du PIB a fini par se transmettre aux ménages (au moins partiellement) jusqu’en 2008 (pic de cette période faste), et que les aspirations sont reparties à un rythme accéléré, accroissant l’écart entre les deux. La crise de 2009 serait alors venue mettre un coup d’arrêt à cette dynamique divergente, et comme en 2002 on aurait observé une contraction des revenus réels (attestée par la chute du PIB, tandis que les aspirations se seraient brutalement ajustées à la baisse).

58Le figure 18 montre aussi la différence profonde entre les deux phases de croissance (1995-2001 et 2002-2008) en termes de régime d’accumulation. Alors que la première, basée sur la croissance de secteurs intensifs en main-d’œuvre (les zones franches au premier chef) s’est traduite par une amélioration objective et subjective de la situation économique de la population, la seconde s’est avérée globalement neutre, aussi bien en termes de revenus que de bien-être perçu.

Figure 18. Évolution du PIB, du revenu des ménages, des aspirations et du bien-être subjectif, 1995-2010.

Figure 18. Évolution du PIB, du revenu des ménages, des aspirations et du bien-être subjectif, 1995-2010.

Sources : Enquêtes 1-2-3, 1995 à 2010, Projet « Madio », Instat et Dial ; calculs des auteurs.

Sortir du champ économique : les aspirations en matière de gouvernance démocratique

  • 181 Si des tendances inégalitaires y sont apparues, c’est essentiellement entre villes et campagnes qu’ (...)

59Plus peut-être encore que les aspirations économiques, l’insatisfaction des attentes en termes de gouvernance démocratique semble jouer de manière centrale sur les frustrations populaires. Les éléments chiffrés dont nous disposons pour la crise de 2002 sont parcellaires, mais néanmoins convergents avec les appréciations plus qualitatives que nous pouvons formuler. Comme nous l’avons vu, jamais auparavant les Malgaches n’avaient enregistré d’améliorations aussi substantielles de leurs conditions de vie. De plus, les indicateurs disponibles montrent sans ambiguïté que la croissance a profité à toutes les couches de la population, au moins dans les zones urbaines, écartant la question des inégalités et de l’exclusion comme facteur de troubles potentiels181.

60Restent donc des explications moins étroitement économiques. Deux facteurs ont à notre avis joué de façon déterminante. Le premier est l’attachement des Malgaches aux valeurs démocratiques, nullement inhibé par leurs piètres conditions d’existence matérielle, et leur soif de libertés fondamentales. Après s’être déplacés en masse pour aller voter, ils se sont levés pacifiquement pour condamner les fraudes électorales et défendre leur choix. Le deuxième est le rejet d’un style de gouvernement lointain et arrogant, où la corruption des hautes sphères du pouvoir, au premier rang desquelles la famille présidentielle, s’intensifiait chaque jour tout en s’affichant ouvertement et sans vergogne. En appui à cette thèse, on observe une chute marquée de l’appréciation de l’efficacité de l’administration à la fin des années 1990, ainsi qu’un solde très dégradé de la perception de la petite et de la grande corruption (fig. 19), et ce en dépit d’une amélioration réelle sur le front de la corruption liée à l’augmentation des salaires des fonctionnaires (voir supra).

61La période suivante, sous le régime de M. Ravalomanana, beaucoup mieux étayée empiriquement par les enquêtes, vient conforter ce diagnostic. Ce président a suscité un formidable espoir comme le démontre le rebond spectaculaire de tous les indicateurs de perception institutionnelle (meilleur contrôle de la grande et de la petite corruption, confiance dans l’administration, satisfaction dans le fonctionnement démocratique, etc.). Si cet espoir s’est maintenu quelque temps (jusqu’en 2004 au moins), il a rapidement été déçu.

62À partir de 2004-2005, tous les indicateurs mentionnés ci-dessus s’orientent à la baisse. Les enquêtes Afrobaromètre confortent ce diagnostic jusqu’en 2008, avec des indicateurs différents mais qui vont dans le même sens. Ainsi, le solde d’opinion concernant la liberté d’expression recule de 15 points, tandis que celui concernant l’égalité de traitement devant la loi s’effondre de près de 25 points. Donc, en dépit des succès économiques présentés dans le pays et à l’extérieur comme une success story, le mécontentement populaire, visible dès 2008, cristallisait les prémices de la crise à venir.

63Les données disponibles sur les années ultérieures montrent que les signaux restent dans le rouge. Malgré l’organisation des élections fin 2013, qui marquait formellement la sortie de la crise en permettant qu’un pouvoir légitime se mette en place, aucune inflexion n’est décelable. La dégradation des différents indicateurs de gouvernance semble se poursuivre de façon inéluctable. Pour ne prendre que quelques exemples, si 58 % de la population de la capitale se déclaraient satisfaits de la démocratie en 2006, ils ne sont plus que 20 % en 2015. De même, ceux qui accordent leur confiance à l’administration passent de 64 % à 35 % sur la même période (fig. 19). Le retour à la légitimité du pouvoir ne s’est donc pas traduit par une inversion de tendance en termes de gouvernance. Si cette dégradation se poursuit, se marquera-t-elle par une résignation de la population ou se traduira-t-elle au contraire par un nouveau mouvement populaire ?

Figure 19. Évolution du PIB et de quelques indicateurs de gouvernance, 1995-2015.

Figure 19. Évolution du PIB et de quelques indicateurs de gouvernance, 1995-2015.

Sources : Enquêtes 1-2-3, 1995 à 2015, Antananarivo, Projet « Madio », Instat et Dial ; enquêtes Afrobaromètre (2005, 2008, 2013 et 2014) ; calculs des auteurs.

  • 182 « I continue to think that people, with all their diverse identities, desires, and beliefs, should (...)

64En conclusion, le « paradoxe malgache » s’explique lorsqu’on considère la dimension de gouvernance démocratique au côté de facteurs purement économique. Ce résultat est en ligne avec les thèses de North et al. (2009, 2012a). En revanche, le rôle joué par la population, et notamment la prise en compte de ses aspirations, ne peut pas être écarté, même dans les États naturels les plus fragiles. Mais n’était-ce pas déjà une des principales conclusions de GURR (1970) dans son célèbre ouvrage Why Men Rebel ?, qui paraît toujours d’actualité 40 ans plus tard182. En dépit des différences évidentes (événement unique, pays plus développés), un parallèle instructif peut être dressé avec les Printemps arabes.

Un tiraillement entre valeurs traditionnelles et principes démocratiques

  • 183 Ce tiraillement entre les valeurs traditionnelles et la « modernité » fait partie des raisons le pl (...)

65La non-considération des aspirations des citoyens étant l’un des facteurs des crises à répétition, les raisons de ce manquement doivent être explicitées. Différentes causes peuvent être invoquées, dont l’atrophie des corps intermédiaires pour relayer les attentes d’une population qui se trouve alors isolée, atomisée et oubliée (chap. 4). Mais nous nous intéresserons ici à celles liées aux valeurs de la population malgache. En effet, pour expliquer la trajectoire du pays, une crise des valeurs – entre un attachement plus ou moins fort des Malgaches aux valeurs traditionnelles et l’aspiration et/ou les contraintes de la « modernisation » – est parfois mise en avant comme un des facteurs de blocage du développement (Urfer, 2012a)183. La société malgache semble en effet traversée de contradictions, parmi lesquelles figure l’opposition entre l’attachement au respect de l’autorité (avec une sacralité du pouvoir), et l’adhésion aux principes de la démocratie.

L’État redevable de ses actions : une idée peu partagée

  • 184 On retrouve le même constat à partir de l’enquête « Gouvernance, paix et sécurité » réalisée en 201 (...)

66En mobilisant les données des enquêtes Afrobaromètre de 2005 et 2008, des questions posées différemment d’une année à l’autre conduisent à un même constat : comparés aux citoyens des autres pays africains, les Malgaches sont parmi les moins enclins à remettre en question les actions de leurs dirigeants ou à exiger que ces derniers rendent des comptes sur leur efficacité. C’est le sentiment de respect pour l’autorité ou l’attribution du statut de « parents » (donc veillant au bien-être de la population) aux gouvernants qui tend à prédominer (fig. 20 et 21)184. Même si un pourcentage plus élevé de citoyens estime en 2013 que le gouvernement devrait être redevable devant le peuple (38 % contre 30 % en 2008), ce taux est largement plus faible comparé à la moyenne des autres pays d’Afrique pour la même année (55 %).

67Partant des entretiens qualitatifs réalisés dans le cadre de ce travail, des éléments explicatifs de ces résultats peuvent être avancés. En effet, il semble à Madagascar que l’importance du fiaraha-monina (ou l’art de vivre ensemble) conduise à éviter les affrontements ou reproches directs en particulier à l’encontre de l’autorité (locale ou nationale). Cela s’applique d’autant plus que l’« État », en malgache, se traduit par « fanjakana », terme qui est étymologiquement lié au pouvoir royal et donc qui revêt un caractère sacré. Cette sacralité du pouvoir, qui se retrouve dans le statut de raiamandreny (parents ou aînés) donné aux dirigeants n’est pas compatible avec le droit de contrôle des citoyens dans un système démocratique (chap. 4).

Figure 20. Contrôle des actions des dirigeants ou respect de l’autorité (2005). 2005 En tant que citoyens, nous devrions : A. être plus actifs pour mettre en question les actions des leaders. B. faire preuve de plus de respect envers les leaders/autorités

Figure 20. Contrôle des actions des dirigeants ou respect de l’autorité (2005). 2005 En tant que citoyens, nous devrions : A. être plus actifs pour mettre en question les actions des leaders. B. faire preuve de plus de respect envers les leaders/autorités

Sources : enquêtes Afrobaromètre, Coef Ressources/Dial, Madagascar (2005) ; calculs des auteurs.

Une forte revendication de la fonction citoyenne

  • 185 Le même résultat est constaté pour les conseillers locaux.

68Partant des données des mêmes enquêtes, et comparés au cas des autres pays africains, les citoyens malgaches se révèlent cependant être les plus convaincus du rôle qu’ils doivent jouer pour contrôler que le président ou leurs représentants à l’Assemblée nationale assurent au mieux leurs fonctions (fig. 20)185.

69À ce titre, les chiffres sont éloquents et placent Madagascar au premier rang parmi les 20 pays considérés en 2008 : 70 % des Malgaches considèrent que les citoyens devraient être les responsables du contrôle des actions des députés une fois qu’ils sont élus (contre 38 % en moyenne pour l’ensemble) ; le pourcentage correspondant est de 72 % pour le président (contre 39 % en moyenne). Ce résultat mérite d’autant plus d’être souligné que les élites à Madagascar semblent en être moins persuadées : « seulement » 54 % (et respectivement 43 %) d’entre elles placent les électeurs comme les premiers responsables pour s’assurer que les parlementaires (président) remplissent leur rôle (chap. 5).

Figure 21. Des gouvernants redevables de leurs actions ou ayant le statut de parents (2008). 2008 : Le gouvernement est comme : A. un employé, le peuple devrait être le patron qui contrôle. B. un patient, il doit prendre soin de la population

Figure 21. Des gouvernants redevables de leurs actions ou ayant le statut de parents (2008). 2008 : Le gouvernement est comme : A. un employé, le peuple devrait être le patron qui contrôle. B. un patient, il doit prendre soin de la population

Sources : enquêtes Afrobaromètre, Coef Ressources/Dial, Madagascar (2008) ; calculs des auteurs.
En 2013, la question était la suivante : « Parlons un moment du type de société que vous souhaiteriez pour ce pays. Laquelle des affirmations suivantes est la plus proche de votre opinion ? Affirmation 1 : Le gouvernement est comme un parent, il devrait pouvoir décider de ce qui est bien pour nous. Affirmation 2 : Le gouvernement est comme notre employé. Le peuple est son patron et devrait dire au gouvernement ce qu’il doit faire ».

Figure 22. Le rôle des citoyens et la possibilité de faire entendre leurs voix.

Figure 22. Le rôle des citoyens et la possibilité de faire entendre leurs voix.

Sources : enquêtes Afrobaromètre, Coef Ressources/Dial, Madagascar (2008) ; calculs des auteurs.

70Ce constat est conforté par le fait que les Malgaches sont relativement moins nombreux à déclarer qu’ils éprouvent de véritables difficultés à se faire entendre leurs voix (fig. 22). Madagascar se situe à nouveau en tête du classement des 20 pays sur la manière dont les citoyens perçoivent la réponse de leurs gouvernants à leurs attentes ou points de vue : seulement 17 % des Malgaches estiment que c’est « très difficile » de faire entendre sa voix en dehors des élections alors qu’ils sont 43 % en moyenne pour l’ensemble des pays (43 % déclarent que c’est « très difficile » ou « plutôt difficile » contre 63 % en moyenne).

71Ces résultats semblent en contradiction avec ceux obtenus précédemment sur le devoir de respect de l’autorité et ce qu’on peut appeler le « devoir de réserve du citoyen » concernant les actions des gouvernants – le citoyen devant éviter de critiquer, le pouvoir ayant un caractère sacré et/ou les dirigeants étant assimilés à des parents. Cette contradiction met en évidence les difficultés du citoyen malgache à se positionner dans le processus en cours : entre tradition et modernité, la population se trouve tiraillée entre le passé (le respect du fanjakana, « le pouvoir royal ») et ses aspirations démocratiques (demande de pouvoir de contrôle des citoyens).

72Malgré le diagnostic globalement négatif présenté dans les chapitres 1 et 2 sur la trajectoire malgache, ce pays se caractérise par un certain nombre de qualités structurelles qui sont autant d’éléments explicatifs de la manière dont il fonctionne. En effet, la Grande Île a fait montre de capacités de transformation d’autant plus exceptionnelles qu’elle est engluée dans une récession économique dans la durée. Mais, en cherchant à mettre en avant les points forts qui caractérisent la société malgache, ce chapitre soulève également quelques faiblesses inhérentes à son histoire et à sa structure.

73Parmi les atouts maîtres, en premier lieu, le contrôle de la violence est un élément qui s’avère essentiel. L’histoire malgache depuis son indépendance compte peu d’épisodes de violence politique. Les conflits ont été de faible intensité et n’ont jamais dégénéré en tueries de masse. Dans le jeu politique malgache, le pouvoir n’a jamais pu recourir à la violence sans être condamné et le plus souvent évincé pour en avoir usé. Quelles que soient les circonstances, l’usage de la violence d’État n’est pas considéré comme une stratégie légitime. Si ce tabou de la violence politique est clairement un atout, il a comme revers l’inertie à l’égard de formes de violence symbolique qui perdurent. L’aversion pour la violence que pourrait engendrer tout trouble de l’ordre social favorise le maintien d’un système hiérarchique et inégalitaire devenu immuable au fil des années.

74En deuxième lieu, Madagascar semble se caractériser par une réelle capacité opérationnelle de ses institutions formelles. D’une part, le système institutionnel était, à l’indépendance, plutôt plus solide que dans d’autres PED comparables. D’autre part, Madagascar a montré à plusieurs reprises sa capacité institutionnelle de régulation : succès continental exceptionnel des zones franches ; performances significatives en matière de lutte contre la corruption bureaucratique entre 1995 à 2005 ; double alternance lors des deux scrutins libres successifs (1993 et 1996) faisant alors entrer la Grande Île dans le cercle très fermé des pays africains ayant répondu à ce critère de transition démocratique dans les années 1990. Cependant ces succès n’ont pas pu être consolidés et on a même assisté à des retours en arrière avec une déliquescence progressive de certaines institutions.

75En troisième et dernier lieu, le rôle de la population constitue un facteur clef pour comprendre l’histoire économique et sociopolitique du pays. Le rôle des aspirations citoyennes est avéré dans la dynamique économique et surtout dans le déclenchement des crises. L’importance des attentes en termes de gouvernance démocratique semble jouer de manière centrale sur les frustrations de la population. L’expression des insatisfactions des populations dans des mouvements populaires, fut-elle sous une forme éruptive, n’a jamais, jusqu’à présent, débouché sur la mise en place durable d’une société plus inclusive et plus démocratique. Elle a cependant toujours constitué une force de rappel en empêchant les dérives autocratiques des gouvernements en place. En ce sens, son rôle apparaît tout à fait positif. Toutefois, malgré sa revendication des principes démocratiques, la population est tiraillée entre des aspirations citoyennes de type démocratique et méritocratique et des valeurs traditionnelles qui imposent le respect de hiérarchies objectives et symboliques héritées du passé. On se retrouve face à un dilemme : comment rendre compatible la sacralité du pouvoir, qui se marque dans le statut de raiamandreny (parents ou aînés) donné aux dirigeants, avec l’idée que ces derniers doivent rendre compte de leurs actions auprès des citoyens dans le cadre d’un système démocratique ?

76D’aucuns pourraient s’étonner que, au vu de la trajectoire récessive et continue de Madagascar, on puisse tirer des expériences passées des éléments structurants positifs de la société. Mais on pourrait avancer l’idée que les dynamiques positives et négatives observées sont finalement les deux faces d’une même médaille : le cercle vertueux pouvant très vite se transformer en cercle vicieux dès qu’un certain nombre de critères ou conditions ne sont pas satisfaits et réciproquement. Ainsi, expliciter les mécanismes qui conduisent à la dégradation de la situation sociale, politique ou économique de l’Île peut permettre d’identifier les conditions, les leviers potentiels à actionner, pour définir les politiques appropriées pouvant inverser la tendance récessive qui perdure sur longue période et inscrire Madagascar sur une trajectoire favorable.

Notes

154 On manque encore cruellement de données statistiques comparatives sur la violence dans une perspective de long terme. Ces graphiques sont obtenus à partir des données enregistrées par la BAfD, l’OCDE et le PNUD depuis 1996. Le deuxième est un indicateur calculé à partir du nombre de morts et de blessés lors de troubles et violences collectives. Le premier est un indicateur synthétique rendant compte de la déclaration d’état d’urgence, des arrestations et incarcérations politiques, des moyens supplémentaires pour la police et du durcissement du climat politique (expulsion, limogeage, couvre-feu, dissolution de partis).

155 Les Zwam – Zatovo (jeune), Western (du fait de leur identification aux cow-boys), Andevo (esclave), Malagasy – sont une organisation informelle de jeunes déshérités issus de quartiers populaires (« bas quartiers »). Ils vivaient hors la loi et entraient en conflit régulier avec la police. Ils marqueront leur ascension dans le combat politique en devenant Zoam – Zatovo Ory Asa (jeune sans emploi) eto Madagasikara – tout en maintenant cependant leur organisation sur la base du quartier. (Raison-Jourde, 1972 ; Althabe, 1978 ; Randriamaro, 2009).

156 « S’il y a eu beaucoup de morts, c’est parce que vous l’avez voulu. […] Si vous ne vous arrêtez pas, vos enfants mourront. Et vous aussi. Voilà ! C’est moi le président qui vous le dit. Je vous donne un conseil, parents, travailleurs, élèves, si vous tenez à la vie, ne participez pas à la grève.[…] Si c’est nécessaire, même s’il faut 2 000 morts, nous le ferons en une seule fois ! 2 000 même 3 000 ! En une seule fois ! Tsssak, Tsssak ! Voilà des morts. Après cela, même si vous êtes 5 000, 6 000, 100 000, on vous aura ! Tssak ! Tssak ! Mais cela ne se fera pas […] Soyez sage, hein ? Tirez-vous de cette histoire louche » (cité par Blum, 2011).

157 La municipalité d’Antananarivo était dirigée par ce parti depuis l’indépendance. D’une manière générale, l’AKFM dominait le champ politique dans la province d’Antananarivo.

158 Le terme de retour fait ici allusion à la révolte des Menalamba qui, de 1895 à 1898, vont fragiliser, dans l’Imerina, l’installation de l’État colonial français. Cette rébellion, que l’on a souvent présentée comme un mouvement antifrançais, fut en fait d’abord la marque d’une implosion politico-sociale se produisant dans un contexte de décrépitude de l’État merina. Dans ce cadre, la révolte des Menalamba pourrait exprimer une forme de réaction à la domination de l’oligarchie hova et aux orientations religieuses chrétiennes sur lesquelles elle s’appuyait (Ellis, 1998 ; Campbell, 1991).

159 Parti maoïste, comme le Monima, mais urbain et essentiellement tananarivien, dirigé par M. Rakotonirina.

160 Une quarantaine de morts ont par exemple été retrouvés calcinés après l’incendie du magasin Magro d’Antananarivo.

161 Certaines présentations des faits développées depuis prétendent que les tirs auraient pu, en réalité, venir d’abord de la foule, ce dont auraient pu témoigner des traces de balle sur des panneaux urbains si ces derniers n’avaient pas été changés.

162 L’autoproclamation comme président par M. Ravalomanana à l’issue du premier tour des élections présidentielles de 2001 s’apparente aussi cependant à un coup d’État même s’il est fort probable qu’il aurait été élu à l’issu d’un second tour « transparent ». Razafindrakoto et Roubaud (2002b) montrent avec une analyse serrée des résultats officiels du premier tour qu’il ne pouvait en fait avoir obtenu plus de 50 % des suffrages exprimés.

163 Le Global Peace Index prend en compte 23 indicateurs qui résultent aussi bien des perceptions que des données compilant les expériences, les comportements de la population ou des faits objectifs caractérisant les pays. Ils portent sur trois domaines : l’implication des pays dans les conflits locaux et internationaux, la sûreté et la sécurité intérieure, le degré de militarisation.

164 Confronté au même type de paradoxe en France dans les années 1980, Lagrange (1984) montre d’une part, à partir de séries mensuelles, que la perception de l’insécurité augmente quand les médias relatent des événements violents impressionnants dont les victimes sont des gens ordinaires. D’autre part, il observe une corrélation entre le niveau d’inquiétude et l’isolement ou la faiblesse des liens sociaux. Sachant que la prégnance de la peur et de la méfiance fait partie des caractéristiques souvent avancées pour caractériser la société malgache, on étudiera plus loin ces arguments pour éclairer le rapport des Malgaches à la violence et l’insécurité. Plus largement, il semble que la peur exprimée par la population traduise son doute croissant quant à la capacité du mode d’organisation collective à assurer la paix sociale, un phénomène qui est à relier avec l’instabilité politique récurrente du pays.

165 « Le peuple malgache souverain [est] profondément attaché à ses valeurs culturelles et spirituelles, notamment au fihavanana, garant de l’unité nationale ».

166 La cérémonie de promulgation de la VIe République et d’inauguration du nouvel hôtel de ville le 11 décembre 2010 est à ce titre exemplaire. A. Rajoelina, vêtu d’une tenue traditionnelle inspirée de celles que portaient les rois et accompagné de sa femme tout de rouge vêtue comme l’étaient les princesses et portant une ombrelle pour se protéger du soleil rejoignit en effet, à pied, la Place du 13 mai en partant du Palais de la reine, entouré de gardes du corps rituels, de mpiantsa (chanteuses royales) et de mille guerriers, reconstituant ainsi un fragment de la légende de Radama Ier (Carayol, 2010).

167 Le Padesm des années 1950 était d’ailleurs une tentative de créer une force politique contrant les élites dominantes en fédérant les déshérités. Mais cette construction était artificielle et ce parti était en réalité le produit d’une élite « côtière » qui avait plus à perdre qu’à gagner à l’émergence d’une prise de conscience des dominés.

168 Place sur laquelle se sont déroulés les principaux mouvements populaires.

169 En 2010, 37 personnalités ont créé un groupement intitulé raiamandreny Mijoro. Par ailleurs, le projet de Constitution de la IVe République établissant le pouvoir d’intervention des raiamandreny sur la société : « Article premier – La société malgache hérite de la sagesse ancestrale basée sur le “fanahy malagasy” qui privilégie le “fihavanana”, un cadre de vie permettant un “vivre ensemble” sans distinction de région, d’origine, d’ethnie, de religion ni de sexe. Article 2 – 1 – Le Cercle de préservation du Fihavanana (Seha-piahiana ny Fihavanana) veille à la prévention de crise et de conflit de toute nature pouvant porter atteinte aux vertus des valeurs ancestrales entre les Malgaches en vue de préserver l’unité nationale. 2 – Le Cercle de préservation du fihavanana est composé de raiamandreny ou olobe représentant, à parité égale entre hommes et femmes, les associations ou organisations traditionnelles et socioprofessionnelles de toutes les provinces autonomes de la République. Les raiamandreny, ou olobe, sont choisis en raison de leur notoriété morale et de leurs compétences en matière de valorisation de la culture et des acquis traditionnels, d’une part, et en matière de prévention et de résolution des crises et des conflits, d’autre part ». Ces mentions ont néanmoins disparu de la Constitution adoptée.

170 Pour une analyse plus développée sur la violence à Madagascar, voir Razafindrakoto et al. (à paraître [b]).

171 Dans une version récente de leur thèse, North et al. (2012) conviennent que des retours en arrière sont possibles (« LAOs often exhibit episodic crises and regression rather than continuously moving forward »).

172 Sauf à se spécialiser sur des niches, ce qui n’est pas le cas de la zone franche malgache, spécialisée dans la confection textile.

173 À l’exception du Kenya, à une bien moindre échelle.

174 Loi adoptée en 2000 par le congrès américain visant à soutenir l’économie des pays africains en leur facilitant l’accès au marché américain.

175 On peut dès lors se demander si Madagascar a atteint un niveau d’équilibre qui ne changera plus significativement, même si le contexte sociopolitique s’améliore, ou si un nouveau démarrage est possible dans le cas où le retour d’un climat de confiance entraînerait l’arrivée de nouveaux investisseurs. Nous ne disposons pas aujourd’hui d’éléments permettant de conclure dans un sens ou dans l’autre.

176 On notera que, à la différence de la plupart des travaux dans ce domaine, notre mesure de la corruption se fonde sur l’expérience réelle (variable objective) et non sur la perception du phénomène (variable subjective).

177 Voir Razafindrakoto et Roubaud (2005) pour une analyse plus détaillée sur ce sujet.

178 Les enquêtes réalisées à l’échelle nationale (notamment Afrobaromètre) confirment ce constat, même si les dévoiements du processus démocratique sont à l’origine de doutes quant à son efficacité et font augmenter le nombre de « non-réponses » entre 2008 et 2013.

179 S’il existe de nombreux points communs entre l’école des Annales et le cadre d’analyse de North et al. (histoire longue, insistance sur la dimension économique, rôle des croyances, etc.), afin de plus se limiter aux seuls aspects politiques, militaires ou diplomatiques pour les premiers, l’impasse sur l’histoire sociale et sur le rôle des groupes sociaux non élitaires pèche singulièrement chez les seconds.

180 Il est nécessaire de s’interroger sur les conditions du passage du mécontentement à la mobilisation. Il n’y a certainement pas de mouvements populaires sans mécontentement, mais tous les mécontentements ne débouchent pas sur des mobilisations.

181 Si des tendances inégalitaires y sont apparues, c’est essentiellement entre villes et campagnes qu’elles se sont cristallisées, alors que le mouvement de contestations a été avant tout urbain, et tout spécialement dans la capitale, première bénéficiaire de la croissance.

182 « I continue to think that people, with all their diverse identities, desires, and beliefs, should be central to our analyses of conflict […]. It is not enough to point to big economic and social structures as the “explanation”. We need to understand how people interpret the situations in which they find themselves. »(Gurr, 2011).

183 Ce tiraillement entre les valeurs traditionnelles et la « modernité » fait partie des raisons le plus souvent invoquées lors des interviews réalisées dans le cadre de cette étude.

184 On retrouve le même constat à partir de l’enquête « Gouvernance, paix et sécurité » réalisée en 2015 (Rakotomanana et al., 2016).

185 Le même résultat est constaté pour les conseillers locaux.

Table des illustrations

Légende < © Rijasolo/Collateral Creations/Eces –Enfants de l’école primaire publique,Betioky, Madagascar, décembre 2015.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22862/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Figure 10. Évolution des violences politiques de 1996 à 2015.
Légende Représentation des auteurs à partir de BAD et al. (2016)154.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22862/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 11. Conflits violents engendrés par la concurrence entre les partis politiques.
Légende Sources : enquêtes Afrobaromètre (2013-2014) ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22862/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 12. Peur d’intimidation ou de violence politique.
Légende Sources : enquêtes Afrobaromètre (2008, 2013 et 2014-2015) ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22862/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 13. Victime d’agression physique ou de vol à domicile.
Légende Sources : enquêtes Afrobaromètre (2014) (31 pays).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22862/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 14. Sentiment et expérience d’insécurité à Madagascar et en Afrique, 2008-2015.
Légende Sources : enquêtes Afrobaromètre, pour Madagascar, Coef Ressources/Dial (2008, 2013, 2014, 2015) ; calculs des auteurs. Les losanges sont les données de 2014. Le point rond indique la position de Madagascar en 2008 pour la figure de gauche et en 2013 pour la figure de droite.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22862/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 15. Le boom des exportations de la zone franche, 1995-2015.
Légende Sources : International Trade Centre PC-TAS database for total exports ; Otexa and Eurostat for Zone franche exports (clothing products) ; calculs des auteurs.Note : valeurs exprimées en millions de dollars.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22862/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 16. Dynamique de l’emploi formel en et hors zone franche, 1995-2015.
Légende Sources : Enquêtes 1-2-3, 1995-2015, Madio, Dial/Instat ; calculs des auteurs. les pointillés indiquent qu’on ne dispose pas de données pour la période.Note : base 100 en 1995.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22862/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 2. Tolérance à la corruption selon la population et les « experts » (en %)
Légende Sources : Razafindrakoto et Roubaud (2010a), Enquêtes 1-2-3, 2001 et Enquête miroir, 2002, Instat et Dial ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22862/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 3. Appréciation des différentes formes de régimes politiques suivant le niveau de revenu
Légende Sources : Enquêtes 1-2-3, module « Démocratie » (2003), Dial/Instat/Madio ; calculs des auteurs. Les quartiles représentent un quart des revenus par tête ordonnés. Le 1er quartile est constitué des 25 % les plus pauvres, le 4e des 25 % les plus riches.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22862/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 4. Le sens de la démocratie suivant le niveau de revenu
Légende Sources : Enquêtes 1-2-3, module « Démocratie », 2003, Dial/Instat/Madio ; calculs des auteurs. Pour la définition des quartiles, voir le tableau 3.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22862/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 5. Le sens de la démocratie dans huit métropoles africaines (en %)
Légende Sources : Enquêtes 1-2-3, modules « Démocratie », 2001/2003, Instituts nationaux de la statistique, Afristat, Dial, nos propres calculs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22862/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 17. Salaire des fonctionnaires, crise et incidence de la corruption à Madagascar, 1995-2015.
Légende Sources : Razafindrakoto et Roubaud (2003b) et Enquêtes 1-2-3, 1995-2015, Madio, Dial/Instat ; calculs des auteurs.Note : le « module » corruption n’a pas été inclus dans l’enquête en 1996, 1997 et 1999. Pour la corruption, il s’agit d’un indicateur objectif ( % de la population touchée par la corruption au cours de l’année). Les données portent sur l’agglomération d’Antananarivo. Les pointillés traduisent l’absence de données.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22862/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 18. Évolution du PIB, du revenu des ménages, des aspirations et du bien-être subjectif, 1995-2010.
Légende Sources : Enquêtes 1-2-3, 1995 à 2010, Projet « Madio », Instat et Dial ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22862/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 19. Évolution du PIB et de quelques indicateurs de gouvernance, 1995-2015.
Légende Sources : Enquêtes 1-2-3, 1995 à 2015, Antananarivo, Projet « Madio », Instat et Dial ; enquêtes Afrobaromètre (2005, 2008, 2013 et 2014) ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22862/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 20. Contrôle des actions des dirigeants ou respect de l’autorité (2005). 2005 En tant que citoyens, nous devrions : A. être plus actifs pour mettre en question les actions des leaders. B. faire preuve de plus de respect envers les leaders/autorités
Légende Sources : enquêtes Afrobaromètre, Coef Ressources/Dial, Madagascar (2005) ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22862/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 21. Des gouvernants redevables de leurs actions ou ayant le statut de parents (2008). 2008 : Le gouvernement est comme : A. un employé, le peuple devrait être le patron qui contrôle. B. un patient, il doit prendre soin de la population
Légende Sources : enquêtes Afrobaromètre, Coef Ressources/Dial, Madagascar (2008) ; calculs des auteurs.En 2013, la question était la suivante : « Parlons un moment du type de société que vous souhaiteriez pour ce pays. Laquelle des affirmations suivantes est la plus proche de votre opinion ? Affirmation 1 : Le gouvernement est comme un parent, il devrait pouvoir décider de ce qui est bien pour nous. Affirmation 2 : Le gouvernement est comme notre employé. Le peuple est son patron et devrait dire au gouvernement ce qu’il doit faire ».
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22862/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 22. Le rôle des citoyens et la possibilité de faire entendre leurs voix.
Légende Sources : enquêtes Afrobaromètre, Coef Ressources/Dial, Madagascar (2008) ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22862/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 464k

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search