Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'énigme et le paradoxe

 | 
Mireille Razafindrakoto
, 
François Roubaud
, 
Jean-Michel Wachsberger

Chapitre 1. La trajectoire malgache à l’aune des théories du développement

Texte intégral

<© Rijasolo/Collateral Creations/Eces –
Région Alaotra Mangoro, Madagascar, février 2016.

1Comme tout pays dont on cherche à expliciter le mode de fonctionnement, ce qui est bien l’objectif principal de cet ouvrage, Madagascar, dans toute sa profondeur historique et ses jeux subtils d’acteurs, est bien trop complexe pour se laisser dévoiler frontalement. Pour espérer avancer sur ce chemin ambitieux et a priori hors de portée, il faut trouver une clef d’entrée. En effet, en matière de recherche, c’est souvent à partir d’une question simple, dont on ne mesure pas toujours d’emblée les ramifications, que les plus grandes découvertes scientifiques ont été faites. Nous ne prétendons bien sûr pas entrer dans ce registre, mais notre démarche a suivi la même voie. Il ne fait mystère pour personne que Madagascar est « mal parti », tant les domaines abondent dans lesquels ses performances sont piètres voire catastrophiques. Mais une fois cet incontestable diagnostic posé, par quel bout l’aborder ? Dans notre cas, la question simple que nous avons retenue pour nous confronter à l’équation malgache est celle de la croissance économique. Non qu’elle soit la seule ni la plus importante, mais elle possède quelques bonnes propriétés pour ce qui nous occupe. D’une part, une simple courbe permet de s’en faire une idée claire, au moins sur les cinquante dernières années. D’autre part, la question de la croissance est probablement celle qui a le plus mobilisé les économistes, et bien d’autres avec eux, depuis des siècles. On pouvait donc espérer s’appuyer sur leurs théories pour expliquer la trajectoire économique malgache. C’est cette voie initiale très circonscrite qui nous a permis d’en ouvrir d’autres, de tirer d’abord un fil pour finalement tisser une toile bien plus large.

2La première partie de ce chapitre pose les données de l’équation malgache. Il s’agit à la fois de formuler de manière aussi concise et précise que possible ce qui est la problématique de cet ouvrage (un « mystère » constitué d’une « énigme » et d’un « paradoxe »), mais également de s’assurer que cette façon de poser la question est bien légitime. En effet, l’immense incertitude qui entoure la connaissance des phénomènes économiques et sociaux à Madagascar, tout particulièrement lorsqu’ils sont appréhendés à partir de données chiffrées, exige une confrontation et une triangulation des sources existantes pour s’assurer de la robustesse, voire même de la véracité des faits exposés. La deuxième partie se propose de balayer les théories économiques « orthodoxes » de la croissance et du développement, des plus anciennes aux plus récentes, des plus simples aux plus sophistiquées, pour trouver des éléments d’interprétation au « mystère » malgache. Force est de constater qu’aucune de ces théories n’apporte d’éléments probants, au contraire. Ceci nous conduit dans la troisième partie à effectuer une première incursion en économie politique, qui s’avère tout aussi peu concluante. Si, au sortir de ce chapitre, le lecteur ne dispose toujours d’aucune clef qui permette de comprendre la trajectoire de Madagascar, il est néanmoins moins démuni. Il peut maintenant écarter les interprétations qui ne fonctionnent pas. Il sait qu’il va devoir aller chercher ailleurs.

Les données du problème : l’équation malgache à résoudre

3La trajectoire économique malgache se caractérise d’abord par une « énigme », à savoir une tendance récessive qui perdure depuis l’indépendance, il y a plus d’un demi-siècle, et que rien ne semble pouvoir endiguer. Peu de pays, y compris en Afrique subsaharienne, peuvent se targuer d’une aussi piètre performance en termes de croissance. Si l’économie malgache fait preuve d’une constance certaine, celle-ci se manifeste avant tout par son inexorable capacité involutive. Selon les données compilées par la Banque mondiale (2017), le PIB par tête était estimé à 132 dollars en 1960 et atteignait 402 dollars en 2015 (fig. 1). Dans le même temps, le PIB par tête de l’ensemble de l’Afrique subsaharienne, parti d’un niveau légèrement inférieur (117 dollars), était multiplié par quatorze (1 588 dollars) en 2015, soit un niveau quatre fois supérieur à celui de Madagascar. Pourtant l’Afrique est loin de s’être montrée particulièrement performante. L’Asie du Sud-Est et le Pacifique, plus pauvres d’un tiers en début de période avec 90 dollars, était seize fois plus riche que Madagascar en 2015, avec un PIB par tête moyen de 6 552 dollars. Cette comparaison à prix courant cache une partie de l’histoire, que les séries longues établies par Maddison (2011) et son équipe permettent de dévoiler. En dollars constants, non seulement Madagascar décroche du continent, lui-même largement à la traîne des autres régions du monde, mais la Grande Île a vu le pouvoir d’achat de sa population amputé d’un tiers de sa valeur entre 1950 et 2015, alors que celui de l’Afrique subsaharienne a presque triplé (2,8).

4Au-delà des moyennes anonymes, la comparaison avec un certain nombre de pays d’Afrique permet de prendre une mesure plus palpable de l’échec malgache. Nous avons retenu à titre illustratif :

  • le Cameroun et la Côte d’Ivoire, deux pays de taille comparable en termes de population, également anciennes colonies françaises et qui chacun représentait le centre de développement dans leur région respective, l’Afrique Centrale et l’Afrique de l’Ouest ;

  • le Bénin, avec qui Madagascar a partagé de nombreuses similitudes du point de vue de sa trajectoire politique ;

  • enfin le Burkina Faso, l’autre pays d’Afrique francophone où la même approche d’économie politique a été menée dans le cadre d’un programme de recherche commun (Koussoubé et al., 2015).

5Madagascar se fait distancer par tous ces pays, et est le seul qui présente une trajectoire résolument régressive. L’amplitude des variations est certes plus marquée au Cameroun et en Côte d’Ivoire, sous l’impact des cours mondiaux des matières premières et de la guerre civile (pour la seconde), mais ces deux pays ont réussi à enclencher des processus durables de croissance (bien que réversibles), ce dont Madagascar s’est révélé incapable. Madagascar non seulement perd du terrain vis-à-vis de ces deux pays, mais il ne souffre pas la comparaison avec le Bénin et le Burkina Faso, pourtant infiniment moins bien dotés à tous points de vue. En dollar courant, le PIB par tête était deux fois plus élevé que celui du Burkina Faso en 1960. Cinquante ans plus tard, il lui était de 33 % inférieur. Le retard du Bénin qui était de 30 % à l’indépendance s’est transformé en un avantage de près du double en fin de période. En moyenne, ces deux pays, bien piètres performeurs à l’échelle mondiale, ont crû environ trois fois plus vite que Madagascar.

6Si la trajectoire économique de Madagascar est une « énigme », c’est aussi un « paradoxe », et là se niche la seconde composante du « mystère » malgache que nous cherchons à lever. À y regarder de plus près, Madagascar n’a pas connu qu’un long épisode de récession continu. À de nombreuses reprises, le pays a semblé enclencher un cycle de croissance. Néanmoins, à chaque fois que Madagascar a connu une telle ébauche de décollage, celle-ci s’est soldée au bout de quelques années par une crise politique majeure (pour la croissance) qui a remis en question la dynamique positive amorcée (fig. 2). Tel fut le cas au début des années 1970, 1990 et 2000, ainsi qu’à la fin de la dernière décennie (période non encore révolue). Parodiant la formule de Marx, l’histoire tragique de Madagascar se répète comme une farce, ad nauseum.

7La seconde moitié des années 1960 voit Madagascar amorcer un début de décollage, après une première moitié atone. Entre 1964 et 1971, le PIB croît de près de 5 % l’an. Pourtant, les mouvements estudiantins et urbains de 1972, qui avaient été précédés par des révoltes paysannes dans le sud du pays l’année précédente, viennent briser cet élan et conduisent à la chute de la Ire République. Ce n’est qu’à la fin des années 1980 que le pays renoue avec la croissance, qui va en s’accélérant. Entre 1986 et 1990, le PIB par tête augmente de 3 % par an. Les politiques d’ajustement structurel engagées depuis le début de la décennie semblent enfin porter leurs fruits. Las, le mouvement populaire en faveur de la démocratie, amorcé en 1991, met à bas le régime du président D. Ratsiraka et la IIe République, et brise l’élan économique à l’œuvre (Raison-Jourde, 1993). Il faudra attendre la seconde moitié des années 1990 pour voir le moteur de la croissance se remettre en marche, après une période de balbutiements et sous la houlette du président D. Ratsiraka de retour au pouvoir, mais cette fois démocratiquement élu en 1996. Pourtant les élections présidentielles de 2001 auxquelles il concourait avec une confiance soutenue par ses succès économiques seront âprement disputées par son principal opposant M. Ravalomanana. Après six mois de contestations violentes, avec ses effets catastrophiques sur l’économie du pays (le PIB par tête reculera de 9 % en 2002), le second prendra le pouvoir tandis que le premier s’exilera en France (Roubaud, 2002). À nouveau, Madagascar se relèvera de cet épisode troublé et la croissance repartira à un rythme soutenu. Entre 2004 et 2008, le PIB croîtra de près de 6 % en moyenne, en accélération progressive, tandis que les prévisions de l’époque annonçaient une croissance encore plus rapide pour les années ultérieures. Pourtant les dérives autoritaires de M. Ravalomanana conduiront à un coup d’État début 2009 (Randrianja, 2012a). M. Ravalomanana s’exilera à son tour en Afrique du Sud, tandis que les putschistes conduits par A. Rajoelina tiendront le pays en coupe réglée, dans un imbroglio juridique et institutionnel ; quant à l’économie, elle végétera ensuite et jusqu’à maintenant dans un état désastreux, faisant craindre l’effondrement du régime (et du pays) à tout moment, malgré la résolution électorale de la crise fin 2013 et l’accession par les urnes du président H. Rajaonarimampianina.

Figure 1. L’énigme malgache : un déclin économique inexorable. PIB par tête sur les périodes 1960-2015 (US $ courant) et 1950-2015 (1990 GK $ international).

Figure 1. L’énigme malgache : un déclin économique inexorable. PIB par tête sur les périodes 1960-2015 (US $ courant) et 1950-2015 (1990 GK $ international).

Sources : Maddison (2011), WDI (2017) ; calculs des auteurs.
Figures de gauche : pour l’Afrique subsaharienne et l’Asie de l’Est, il s’agit des pays en développement seulement.
Figures de droite : jusqu’en 2009, date de fin de la série de Maddison, le PIB par tête est estimé en dollars internationaux de 1990 selon la méthode de Geary-Khamis (GK $).
Pour la période 2009-2015, les taux de croissance sont issus des WDI 2017 (mesurés en dollars internationaux constants de 2011, en parité de pouvoir d’achat).

Figure 2. Le paradoxe malgache : croissance et crises sociopolitiques, 1960-2016.

Figure 2. Le paradoxe malgache : croissance et crises sociopolitiques, 1960-2016.

Sources : Instat (2014), Indicateurs du développement dans le monde (2014) ; calculs des auteurs. PIB par tête en FMG (franc malgache) constant de 1984.

8Au-delà des spécificités propres à chaque période que nous analyserons en détail dans la deuxième partie de ce chapitre, Madagascar semble donc voué à une loi d’airain difficile à entendre : toute poussée de croissance se traduit par un soubresaut politique qui en efface les traces immédiatement. À l’aune de l’histoire du pays depuis un demi-siècle, la seule exception à cette règle correspond à la période dite d’« investissement à outrance », à la fin des années 1970 ; encore convient-il d’en relativiser la portée dans la mesure où l’épisode de croissance entièrement imputable à un choc massif d’investissement public, à tous points de vue insoutenable, n’aura duré qu’un an (+10 % en 1979), immédiatement stoppé (+1 % en 1980) et suivi d’une année de récession brutale (-10 % en 1981).

9Avant de tenter d’expliquer la spécificité malgache, il convient de bien nous assurer que celui-ci est fermement établi. Notre diagnostic a été posé à partir des données de PIB calculées par l’Institut national de la statistique de Madagascar (Instat), puis compilées dans les grandes bases de données internationales, comme les World Development Indicators de la Banque mondiale, les Penn Tables ou encore les séries établies par Maddison et son équipe de l’université de Groningen, qui constituent les trois principales sources de référence à l’échelle mondiale.

10Dans le cas africain, ces données ont été très sévèrement critiquées pour leur manque de fiabilité et de transparence (Jerven, 2010a et 2011). La réévaluation du PIB du Ghana de 60 % en 2010 (permettant à ce pays d’acquérir le statut de pays à revenu intermédiaire) en est l’illustration la plus emblématique. L’incertitude qui entache les chiffres de croissance en Afrique a conduit l’un des meilleurs spécialistes de la question à intituler un de ses articles « Random Growth in Africa ? », à partir d’une exploration serrée des données du Botswana, du Kenya, de la Tanzanie et de la Zambie (Jerven, 2010b). Ce problème, que nous avions soulevé au début des années 2000 (Razafindrakoto et Roubaud, 2003c), commence à être pris de plus en plus sérieusement à l’échelle internationale (Devarajan, 2013 ; Jerven, 2013 et 2015). Madagascar n’échappe pas à la règle. Nos propres travaux, conduits à la fin des années 1990, montraient à quel point le PIB, sa croissance et plus largement l’ensemble des comptes nationaux étaient sujets à caution (Roubaud, 1999). Plus récemment, la divergence des mesures de croissance du PIB en 2009 (estimée officiellement à + 0,6 % par l’Instat, mais que le FMI établissait à-5 % ; Rakotomanana et al., 2010) montre que le problème n’a pas disparu. Quel crédit accorder aux comptes nationaux malgaches, quand on sait que des pans entiers de l’économie ne sont pas mesurés directement par la statistique (comme la consommation des ménages, le secteur informel, l’investissement privé), et que même les zones les plus visibles de l’économie, liées au secteur formel (public et privé), ne sont que partiellement appréhendées ? Même le commerce extérieur est mieux connu par les « statistiques miroir » des pays fournisseurs (pour les importations) et de destination (pour les exportations) que par les statistiques nationales.

11Il convient donc de tenter d’asseoir notre diagnostic en mobilisant d’autres sources d’information. La piste la plus fructueuse peut être tirée de la mobilisation des enquêtes sur la consommation des ménages. Elle présente un double intérêt : d’une part, les enquêtes étant totalement indépendantes de la comptabilité nationale (qui ne les a jamais utilisées), c’est une façon de trianguler, de confronter les sources d’information afin de poser un diagnostic robuste ; d’autre part, les enquêtes reflètent mieux le niveau de vie des populations que le PIB par tête, dont un certain nombre de composantes (investissement privé et public, etc.) ne reviennent pas aux ménages. Ce type d’exercice a été mené de longue date (Ravelosoa et Roubaud, 1998) et actualisé récemment (Razafindrakoto et Roubaud, 2002a et 2010a). Nous ne détaillerons ici ni les méthodes et leurs limites, ni l’ensemble des résultats que de telles approches permettent d’obtenir (pour des analyses plus complètes voir les articles mentionnés ci-dessus) pour nous concentrer sur l’essentiel en lien avec notre propos.

Figure 3. Le paradoxe confirmé.

Figure 3. Le paradoxe confirmé.

Sources : Instat, Madio, Dial, comptes nationaux et différentes enquêtes auprès des ménages ; calculs des auteurs.

  • 4 La baisse de cinq points du taux de pauvreté entre 2010 et 2012, dernière date où l’on dispose d’un (...)

12La figure 3 met en regard l’évolution du PIB sur une longue période et la consommation par tête d’une part, le taux de pauvreté d’autre part, tirés de l’ensemble des enquêtes représentatives conduites depuis l’indépendance. Deux faits ressortent de l’analyse. En premier lieu, le niveau de vie des Malgaches a effectivement baissé depuis l’indépendance. Ainsi par exemple, la consommation urbaine par tête était en 2010 moitié moindre qu’en 1962, date de la première enquête existante. Corrélativement, le taux de pauvreté monétaire urbain a explosé : estimé à 22 % en début de période, il atteignait plus du double en 2010 (54 %)4. La même tendance régressive a affecté les campagnes, quoiqu’à un rythme moins marqué. En second lieu, les périodes de reprise semblent avoir été bien réelles, et pas seulement des artefacts statistiques. La seule qui peut réellement être diagnostiquée avec précision avec les enquêtes est celle qui a précédé la crise de 2001-2002. Le régime de croissance amorcé à la fin des années 1990 s’est traduit par un rebond de la consommation des ménages urbains, particulièrement spectaculaire dans la capitale Antananarivo (Razafindrakoto et Roubaud, 2002a et 2010a). Finalement et au-delà des différences observées dans l’intensité du phénomène, les deux sources de données (comptabilité nationale et enquêtes) convergent pour confirmer l’existence réelle de l’« énigme » et du « paradoxe » malgaches que nous cherchons à comprendre dans ce chapitre.

Premiers éléments d’interprétation : les théories courantes ne fonctionnent pas

13Une fois le problème posé, tout l’enjeu consiste à proposer des éléments d’explication à la trajectoire malgache. Dans un premier temps, nous irons les rechercher dans la boîte à outils élaborée par les économistes, à savoir la théorie de la croissance et ses différentes déclinaisons. Dans un second temps, et face à son incapacité à rendre compte de la trajectoire économique malgache, nous ferons une première incursion en économie politique qui nous semble la mieux à même d’éclairer notre puzzle. Du point de vue de la méthode, deux remarques s’imposent. En premier lieu, il convient de garder en tête que le « mystère » malgache étant unique, les « causes » que nous lui recherchons doivent l’être également. Ainsi, par exemple, supposons que la corruption soit un phénomène qui inhibe la croissance. Il ne suffit pas d’observer que la corruption sévit à Madagascar (et donc que la croissance malgache est bridée par la corruption), mais il faut prouver qu’elle y est plus aiguë qu’ailleurs ; et ceci doit être vrai de n’importe quel facteur identifié. En second lieu, il ne s’agit pas ici de nous livrer à une analyse sophistiquée de la croissance. On cherchera plutôt à balayer un large spectre de déterminants possibles, pour apprécier si en première analyse la dynamique de certains d’entre eux est suffisamment spécifique et déficiente pour servir de coupable potentiel expliquant le mal malgache.

14Pour ce faire, et en commençant par les facteurs économiques traditionnels, nous mobiliserons à titre principal la base de données internationale la plus complète et la plus utilisée, à savoir les World Development Indicators (WDI), compilée par la Banque mondiale, et sur laquelle est fondée une grande part de la littérature empirique sur la croissance économique dans le monde. À mesure que nous nous éloignerons des facteurs de l’économie standard, nous mobiliserons des bases de données plus micro, bien que représentatives (enquêtes auprès des ménages) et qui paradoxalement sont en moyenne de meilleure qualité que les indicateurs macro-économiques agrégés. Dernière remarque liminaire : notre approche adoptant une perspective structurelle afin d’établir un diagnostic global et à grand trait (qualifié de global picture et de stylized features en anglais), nous ne nous embarrasserons pas à ce stade de raffinements méthodologiques, de toute manière inutiles compte tenu de la qualité des données. En particulier, chaque fois que cela est possible nous tirerons parti des séries temporelles sur longue période (un des atouts majeurs des WDI), en calculant des moyennes sur plusieurs décennies, en général un demi-siècle (1960-2015). Ce choix a pour effet d’écraser les détails, notamment le profil et la dynamique des phénomènes. Néanmoins, nous prétendons que nos conclusions générales sont suffisamment robustes pour ne pas devoir être remises en question par des approches plus fines sur un point ou un autre ; ce qui n’empêche pas que ces dernières méritent d’être conduites, à chaque fois que les conditions, d’accès aux données surtout, le permettront.

L’économie « stupid »5 ?

  • 5 En référence au slogan de campagne de B. Clinton lors de l’élection de 1992, relevant l’importance (...)
  • 6 Autrement appelée Productivité totale des facteurs (PTF) ou productivité multifactorielle.

15En bonne théorie économique classique, les premiers candidats (the usual suspects) pour expliquer le déficit structurel de croissance économique sont les facteurs de production : travail et capital physique, auxquels on peut adjoindre, dans une économie où plus de deux personnes sur trois travaillent dans l’agriculture, la terre. Il n’est bien sûr pas question ici de refaire la théorie de la croissance, un programme central qui a occupé des générations d’économistes depuis l’origine et les pères fondateurs jusqu’aux développements les plus sophistiqués de la croissance endogène (Barro et Sala-i-Martin, 2004). Une telle entreprise appliquée au cas de Madagascar n’aurait aucun sens tant les données nécessaires à sa mise en œuvre sont défaillantes. Elle nous fournit néanmoins un cadre d’analyse commode pour penser notre problématique et poser les bases de nos réflexions. La richesse produite chaque année à Madagascar (estimée en l’occurrence par son PIB) peut être conçue comme le résultat d’une fonction de production, qui mobilise travail et capital disponibles dans le pays. La combinaison de facteurs incorpore de manière plus ou moins efficace le « progrès technique », un terme entendu par les économistes comme tout ce qui permet d’accroître l’efficacité du processus de production, c’est-à-dire d’augmenter l’output à volume donné d’inputs6. Dans ce cadre heuristique, un déficit de croissance peut provenir de deux causes, éventuellement liées : soit d’un processus d’accumulation des facteurs déficient, soit d’une mobilisation de ces facteurs sous-optimale, soit des deux.

  • 7 Le prochain, maintes fois reporté, est programmé en 2018.
  • 8 Population en âge de travailler (par convention, personnes de 15 ans et plus).

16Commençons par le travail. Les décompositions traditionnelles en font un facteur essentiel de la croissance. La plupart des indicateurs convergent pour montrer que Madagascar est plutôt bien placé sur ce front, en quantité comme en qualité. En premier lieu, la croissance démographique (pour ce qu’on en sait, c’est-à-dire assez peu, le dernier recensement de la population datant de… 19937 !) est du même ordre de grandeur à Madagascar qu’en Afrique subsaharienne (tabl. 1). La main-d’œuvre8 y croit même légèrement plus vite (3,6 % par an en moyenne dans la Grande Île contre 3 % sur le continent dans son ensemble entre 2005 et 2014). En second lieu, la structure par âge de la population et le fonctionnement du marché du travail sont plutôt favorables à Madagascar, en transformant le dividende démographique en dividende économique. Ainsi le taux d’emploi, c’est-à-dire la part de la population (ici 15 ans et plus) qui occupe un emploi atteint en moyenne 84 %, soit 20 points de plus qu’en Afrique subsaharienne, et le ratio le plus élevé de nos quatre pays « comparateurs ». Enfin, ce potentiel de croissance est d’autant plus important que la force de travail y est en moyenne plus qualifiée, donc (toujours potentiellement) plus productive (effet de qualité). Par exemple, le taux d’alphabétisation des adultes (15 ans et plus) était estimé en 2000 à 71 % à Madagascar contre 57 % en Afrique à la même date (et 61 % en 2010). À nouveau, et même si l’avantage initial s’érode, la moyenne de Madagascar sur une longue période est plus élevée que dans nos quatre pays de comparaison (le Cameroun apparaissant dans la situation la plus proche), et qu’en Afrique subsaharienne en général (tabl. 1). Selon les WDI, près d’un quart de la main-d’œuvre possède au moins une éducation secondaire (malheureusement la base de données ne fournit pas d’informations pour nos comparateurs, ni pour l’Afrique en général). Non seulement la main-d’œuvre est plus éduquée, mais elle est aussi en meilleure santé, comme en atteste l’espérance de vie à la naissance (3 ans de plus en moyenne qu’en Afrique subsaharienne, tous pays confondus). C’est d’ailleurs cette combinaison de santé et d’éducation qui explique pourquoi Madagascar occupe systématiquement un bien meilleur rang dans le classement des pays selon l’Indice de développement humain (IDH) que suivant le PIB par tête. En conséquence, le stock de capital humain, en dépit d’un rythme d’accumulation très inférieur à ce qu’il aurait pu être, ne peut pas être tenu pour responsable du décrochage de Madagascar en termes de croissance économique.

17Le cas du capital physique apparaît plus problématique pour plusieurs raisons. En premier lieu, si la question des données statistiques est un enjeu majeur en Afrique (Jerven, 2013 et 2015), cette difficulté est encore plus aiguë, voire insurmontable, pour la mesure du capital physique. Il n’existe tout simplement pas de séries de capital (en stock), tandis que les flux (l’investissement) sont particulièrement mal mesurés. Nous devons donc nous contenter d’approximations grossières, à l’instar de tout ce qu’on peut trouver dans la littérature, même si ces lacunes sont trop souvent passées sous silence. Nos indicateurs partiels conduisent à subodorer un phénomène de sous-accumulation du capital. L’approximation la plus raisonnable du stock de capital que nous permettent d’estimer les WDI, avec toutes les réserves de rigueur, est la somme de la Formation de capital fixe (FCF), publique et privée, réalisée année après année, par tête et en monnaie constante. En moyenne, entre 1981 et 2015, la FCF a été de 58 dollars (de 2010) par tête à Madagascar (61 dollars entre 1960 et 2015). À titre de comparaison, le ratio équivalent a été de 228 dollars pour l’ensemble de l’Afrique subsaharienne, soit quatre fois plus qu’à Madagascar. Si l’on reprend nos comparateurs précédents, Madagascar est le pays où l’accumulation est sans conteste la plus faible. Les montants sont de 141 dollars au Bénin et 214 au Cameroun pour l’ensemble de la période ; de 81 dollars au Burkina Faso (depuis 1965) ; le cas ivoirien n’est pas très significatif puisque sans données avant 2008. Comme le niveau du capital était probablement plus élevé à Madagascar que dans d’autres anciennes colonies françaises, dont nos comparateurs font partie, du fait de l’importance supérieure accordée par la métropole à Madagascar par rapport à la plupart des autres zones d’Afrique subsaharienne, la question revient donc à s’interroger sur les raisons du déficit d’investissement dans le pays, en montant mais aussi en proportion du PIB. Avec environ 16 % du PIB (en moyenne depuis 1980), la formation de capital fixe à Madagascar est plus faible qu’en Afrique subsaharienne (18 %).

18Pour essayer de conforter notre diagnostic par l’exemple, nous avons cherché un indicateur du capital qui soit à la fois illustratif, plus parlant et surtout moins sujet aux erreurs de mesure. La densité du réseau routier nous a semblé un bon candidat. Il est bien sûr lui-même très imparfait : il est biaisé (ne compte qu’un seul type d’infrastructures, essentiellement publiques ; pas les machines, les bâtiments, etc.) et lui-même contestable (qu’est-ce qu’on compte effectivement ?). Le résultat de notre test n’est pas concluant. Avec 3 km de route pour 1 000 ha (en 2011), Madagascar est mieux équipé que l’Afrique en moyenne (2,4 km). Il se situe dans la bonne moitié au niveau du continent (31e sur 50 pays classés). Cette position moyenne se retrouve au niveau de nos comparateurs : Madagascar semble mieux raccordé que le Cameroun et surtout le Bénin, mais moins bien lotis que la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso. Ce bilan apparaît d’autant plus surprenant que la densité routière relève avant tout de l’investissement public dont on vient de souligner l’insuffisance (relative). En conclusion, sans prendre pour argent comptant les indicateurs existants, notre diagnostic qualitatif de sous-accumulation du capital, en particulier public, paraît raisonnable, et d’autant plus crédible qu’il a également été mis en avant par deux études récentes abordant cette problématique (D’hoore, à paraître ; Naudet et Rua, à paraître).

19Dans un pays comme Madagascar, la question de la terre est évidemment un enjeu crucial. Ici encore et comme toujours, la question des données et de leur qualité se pose avec acuité. Nous nous en tiendrons à ce qui se fait de mieux en la matière, à savoir les données de la FAO, recoupées avec celles plus classiques des WDI, comme dans les paragraphes précédents. Madagascar est un grand pays sous-peuplé, mais cela en fait-il pour autant un pays riche en terre ? A priori non. En effet, selon la FAO, Madagascar disposait en 2005 de 0,45 ha de terre « cultivable » par personne, soit une superficie deux fois inférieure à celle de l’Afrique subsaharienne en général (0,89), et la plus faible de nos quatre comparateurs. Le diagnostic doit cependant être nuancé. D’une part, Madagascar n’est en rien un point exceptionnel de ce point de vue : il se situe en 20e position (des 53 pays classés) des pays les moins bien lotis, entre l’Afrique du Sud (0,41) et le Ghana (0,47), mais est mieux placé que l’Éthiopie (0,18), le Kenya (0,31) ou le Sénégal (0,37), par exemple. D’autre part, si l’on tient compte du potentiel irrigable de ces terres cultivables, Madagascar se situe mieux : avec près de 20 %, cette part est trois fois plus élevée qu’en Afrique (6 %). Au total, et toujours en 2005, Madagascar se classait en haut de l’affiche pour son potentiel irrigable. Avec 0,09 ha par personne, la Grande Île arrive en 42e position continentale des pays classés par ordre de surface croissante, la moyenne africaine étant de 0,05 ha par personne ; nos quatre comparateurs se situant en deçà de ce seuil. Ici aussi, nos analyses, bien que grossières, montrent que, si Madagascar ne jouit pas d’une dotation factorielle exceptionnelle en terre, celle-ci n’est pas non plus particulièrement déficiente ; on en veut pour preuve l’importance du phénomène d’accaparement de terre, dont la fameuse « affaire Daewoo » ; en tout cas, rien sur ce plan qui explique la désastreuse performance de la croissance malgache.

20La mesure du progrès technique pose une difficulté encore plus grande que celle des facteurs de production. Nous l’avons dit plus haut, il est identifié au résidu inexpliqué de la croissance (lorsque la croissance de la production est supérieure à celle de la quantité des facteurs travail et capital employés). Il se traduit donc à la fois dans la qualité des facteurs de production et l’efficacité de leur utilisation. Les brevets déposés ou le nombre de chercheurs dans un pays constituent des indicateurs indirects du progrès technique lié à l’effort de recherche et développement. Ces données sont disponibles dans les WDI. À Madagascar, entre 1994 et 2014, 37 brevets ont été déposés chaque année par des non-résidents et à peine huit par des résidents. Les chiffres sont aussi insignifiants en termes de personnels : Madagascar comptait sur la période 65 cadres travaillant dans le domaine de recherche et développement par million d’habitants (41 chercheurs et 24 techniciens). Malheureusement, aucun de ces indicateurs n’est disponible pour nos quatre pays de comparaison, pas plus que pour l’Afrique subsaharienne (ce qui indique en creux la faiblesse de ces éléments).

21Pour pallier ce problème d’indicateurs indirects et imparfaits, la stratégie des économistes consiste à calculer la fameuse productivité totale des facteurs, c’est-à-dire le résidu qui « explique » la croissance, une fois décomptée la contribution des facteurs de production. Dans les pays en développement, ce calcul est souvent fait au prix d’hypothèses héroïques sur la forme et les paramètres de la fonction de production. Les Penn Tables, la base de données de référence dans ce domaine, proposent systématiquement une estimation de la PTF pour la plupart des pays du monde. Dans le cas malgache, les données ont été considérées comme ne permettant pas d’en fournir une estimation crédible, à l’instar d’un certain nombre d’autres pays africains. Une posture que nous avons nous-mêmes adoptée, avec comme corollaire l’impossibilité de procéder à une décomposition standard de la croissance. Dans ce contexte et le cadre de notre fonction de production simplifiée, le seul bilan que l’on peut tirer à ce stade de nos analyses est que le déficit de croissance à Madagascar provient soit d’une accumulation défaillante du capital physique, soit de gains de PTF déficients, soit des deux.

Tableau 1. L’accumulation des facteurs de production (1960-2015)

Tableau 1. L’accumulation des facteurs de production (1960-2015)

Sources : WDI (2017), FAO (2005) ; calculs des auteurs.
Pour la FCF, il s’agit de moyennes pour l’ensemble de la période. La série commence en 1965 au Burkina Faso, en 1981 pour l’Afrique subsaharienne et en 2008 en Côte d’Ivoire.

22En conclusion, Madagascar n’apparaît pas moins doté en facteurs de production, à l’exception plausible du capital physique. Néanmoins et même si cette « anomalie » était fermement établie, se pose alors la question des causes. En effet, l’accumulation du capital est largement endogène : d’une part une faible croissance, donc une demande atone, réduit l’investissement (mécanisme connu sous le nom d’effet accélérateur) ; d’autre part, les mêmes facteurs peuvent inhiber à la fois la croissance et le capital. Notre exploration a donc seulement permis de repousser d’un cran la frontière des causes : si Madagascar accumule moins de capital, quelle en est la raison ? Par ailleurs, à volume de facteurs donné, d’autres éléments peuvent expliquer pourquoi leur combinaison donne des résultats plus médiocres à Madagascar qu’ailleurs, c’est-à-dire ce fameux « progrès technique » incorporé, entendu au sens le plus large, dont on peut explorer les multiples dimensions dans le cadre d’une fonction de production augmentée. C’est ce à quoi nous nous employons dans la suite de ce chapitre.

Les circonstances : l’histoire et la géographie ?

23La contre-performance économique malgache apparaît d’autant plus aberrante si l’on prend en compte les « circonstances » exceptionnellement favorables dont ce pays (s’)est doté du fait de son histoire et sa géographie. D’une part, Madagascar est un pays riche en ressources naturelles et en capital humain, et raisonnablement doté en terres arables. Il jouit de frontières naturelles et d’une unicité culturelle et linguistique (nonobstant quelques variations locales) qui ne doivent rien au découpage colonial. Grâce à une faune et une flore endémiques exceptionnelles, Madagascar se caractérise par une biodiversité sans équivalent dans le monde. À l’instar de la plupart des régions intertropicales, son écosystème est fragile et en voie de dégradation, mais cette évolution reste circonscrite (relativement à d’autres pays) du fait d’une pression anthropique limitée. De plus, la distribution de son patrimoine naturel (minéral et agricole) est plutôt équilibrée, ce qui lui a évité jusqu’ici de souffrir de la « malédiction des ressources naturelles » (resource curse) dans laquelle tant d’autres pays ont sombré. C’est d’ailleurs probablement une des raisons pour lesquelles Madagascar n’a jamais été durablement paralysé par des conflits armés internes, pas plus qu’externes, étant donné l’absence d’ennemis potentiels aux frontières. Tous ces éléments constituent autant d’avantages structurels (agroclimatiques, humains et politiques) que de nombreux pays pauvres (notamment ceux de la zone soudano-sahélienne) ne peuvent que lui envier.

  • 9 Seules les catastrophes les plus importantes sont comptabilisées dans la base. Pour l’être, elles d (...)

24Compte tenu de son acuité à l’échelle globale, et à Madagascar en particulier, il est important de dire un mot sur la question des catastrophes naturelles. Madagascar est en effet sensible à toute une série d’événements récurrents et en augmentation au cours de la période récente, en lien avec le changement climatique : cyclones, inondations, sécheresses, invasions acridiennes, etc. Madagascar est d’ailleurs considéré comme l’un des pays les plus vulnérables aux risques hydrométéorologiques. Effectivement, la base de données internationale EM-DAT, qui recense l’ensemble des catastrophes naturelles à l’échelle du monde9, et qui fait référence en la matière, ne compte pas moins de 76 événements depuis 1968 (date du premier enregistrement dans la base). Il s’agit essentiellement de cyclones (80 % des cas) et le nombre d’occurrences semble s’accélérer avec le temps (48 des 76 ont eu lieu depuis 2000). Ces derniers ont causé près de 5 000 morts, et affecté plus de 16 millions de personnes. Il ne fait donc aucun doute que la Grande Île est sujette aux catastrophes naturelles. Néanmoins, la question qui nous intéresse ici est de savoir si elle l’est plus que les autres. La réponse est non, ou que cela dépend du type d’impact considéré. D’abord concernant le nombre de catastrophes, rapporté à la population (aujourd’hui) pour rendre l’indicateur comparable (on aurait aussi pu prendre la superficie), il est en moyenne de 3 épisodes (par million d’habitants) contre 2,4 en moyenne en Afrique, soit une prévalence légèrement plus élevée. De ce point de vue, l’occurrence d’aléas climatiques n’apparaît pas extrêmement élevée, Madagascar se situant d’une part entre le Cameroun et la Côte d’Ivoire (moins touchés) et d’autre part le Bénin et le Burkina Faso (au contraire plus affectés). Bien sûr, ces aléas climatiques peuvent être de plus ou moins forte intensité et causer des dégâts variables. De ce point de vue aussi Madagascar n’apparaît pas comme un pays spécifiquement malmené. En moyenne les aléas climatiques apparaissent plutôt moins meurtriers que dans de nombreux pays. Ainsi chaque épisode a fait en moyenne une soixantaine de morts à Madagascar contre près de 550 en Afrique. Au total, rapportées à la population, les catastrophes naturelles tuent près de cinq fois moins qu’en Afrique. En revanche, le nombre de personnes affectées est légèrement plus élevé à Madagascar : 223 000 contre 210 000 en Afrique en moyenne pour chaque catastrophe. En termes cumulés, les Malgaches ont une probabilité un peu plus forte d’être touchés que les Africains dans leur ensemble. Quant aux dommages et aux pertes économiques, on ne dispose pas d’indicateurs fiables à ce sujet, mais force est de constater que Madagascar n’a pas connu de catastrophes extrêmes. In fine, il semble que Madagascar, bien que touché par les aléas climatiques, ne soit pas (encore) dans une situation exceptionnelle dans ce domaine ; et donc que ces derniers ne puissent pas être invoqués pour expliquer la divergence du pays en termes de croissance. De plus, les dégâts (humains et matériels) des catastrophes naturelles résultent de l’interaction entre l’intensité physique d’un aléa climatique et la vulnérabilité socio-économique des ménages (Wisner et al., 2014). Ainsi, la causalité va à l’inverse de celle envisagée ici : c’est plutôt parce qu’un pays est pauvre qu’il y a beaucoup de dommages que le contraire. Une conclusion partagée par D’Hoore (à paraître) dans son exploration de l’énigme malgache. Ce qui ne veut pas dire que les catastrophes ne sont pas appelées à jouer un rôle de plus en plus important à l’avenir.

  • 10 Merina : un des groupes ethniques des hautes terres centrales de Madagascar.

25Du point de vue de l’histoire, Madagascar avait à l’indépendance tous les atouts apparents pour réussir son décollage économique. Avant l’aventure coloniale, Madagascar était en voie d’unification politique sur une base endogène. L’État merina10 en cours de création présentait de nombreux traits communs avec ceux des pays asiatiques (centralisation étatique, bureaucratie, travaux d’irrigation, fiscalité, etc.), au point que son organisation économique a pu être qualifiée de mode de production asiatique (pour reprendre la terminologie marxiste). À l’aune des expériences contemporaines de développement, cette singularité est aujourd’hui largement considérée comme un atout. Dans le même temps, Madagascar semblait absorber sans fracture majeure les éléments de transformation sociétale introduits par les premières incursions des puissances occidentales (surtout sur les fronts économique, éducatif et religieux). Ainsi, par exemple, l’école y a été déclarée obligatoire en 1876, soit cinq ans avant la France. Sans nier le traumatisme imposé par la colonisation et son caractère inique et répressif, ainsi que les bouleversements qu’elle a engendrés, la rupture y a été bien moindre que dans d’autres contextes. Durant cette période, Madagascar, considéré comme un des fleurons de l’empire colonial français, amorçait sa transformation économique. Cette attractivité peut être mesurée par la présence significative de colons établis dans la Grande Île, sans en faire toutefois une véritable colonie de peuplement. Dans les années 1930, Madagascar comptait environ 30 000 colons (essentiellement français), soit autant que l’AOF (Afrique occidentale française) et l’AEF (Afrique équatoriale française) réunies, comme le montre la comptabilité de l’Empire établie par le programme Afristory (Cogneau et al., 2017). Ce point mérite d’autant plus d’être souligné que certains travaux ont fait du taux d’installation des colons le principal facteur explicatif de la nature des institutions mises en place à l’époque (plus ou moins extractives) avec des conséquences décisives sur les institutions d’aujourd’hui d’une part, et sur le potentiel de développement de long terme de l’autre (Acemoglu et al., 2001). Au lendemain de l’indépendance, les structures productives et le tissu social et politique se trouvaient dans les meilleures conditions, en comparaison de la plupart des autres pays colonisés qui accédaient au même moment à l’indépendance.

Les politiques économiques ?

26Partant de ces indéniables avantages comparés, la désastreuse performance économique post-indépendance de Madagascar ne semble pas pouvoir s’expliquer par les seuls choix de politiques économiques. À gros traits, le pays a exploré successivement la plupart des options en présence sur « le marché » du développement au moment où il les mettait en œuvre (substitutions aux importations, ajustement structurel, lutte contre la pauvreté) sans aucun succès durable. Certains ont voulu voir dans l’expérience socialiste des années 1970 la rupture décisive ayant entraîné Madagascar sur une pente fatale. Cette interprétation nous semble caricaturale et erronée. En effet, le « socialisme à la malgache » impulsé par D. Ratsiraka dans le courant des années 1970 est sans commune mesure avec les expériences européennes, asiatiques, voire africaines en la matière. Il n’a été ni sanguinaire ni radical dans les domaines économique et politique, ne se distinguant sur ce plan qu’à la marge des politiques mises en œuvre par des pays restés dans le giron occidental (comme la Côte d’Ivoire par exemple) : rôle central de l’État, économie administrée, ivoirisation, nationalisation, domination du parti présidentiel, etc. De plus, il n’a été qu’une parenthèse de quelques années avant un revirement rapide à l’ajustement structurel, dès le début des années 1980. Enfin, d’autres pays s’étant également engagés dans cette voie de manière plus durable et plus profonde ont nettement mieux négocié leur conversion (exemple emblématique du Ghana ou encore du Bénin). Donc, si l’on veut bien faire l’économie de considérer l’épisode « socialiste » comme le deus ex machina des échecs ultérieurs, et dont il ne constitue lui aussi qu’un épiphénomène, Madagascar s’est globalement inscrit dans la lignée des politiques certes contradictoires, mais recommandées par les bailleurs de fonds (adoption des « bonnes politiques », pour reprendre le jargon en vigueur, plus ou moins au bon moment), sans déviance majeure par rapport aux autres PED (Pays en développement, africains notamment).

27Une bonne façon, partielle mais illustrative, d’asseoir et d’objectiver cette lecture de l’histoire économique de Madagascar, à partir d’éléments de preuve quantitatifs, est d’étudier les politiques de gestion des prix agricoles. En effet, un levier majeur de politique publique dans les pays en développement a été (et est toujours) le mode d’administration des filières de produits de rente. Source de premier plan de recettes d’exportation et publiques, ces filières ont été un champ d’expérimentation de premier plan des grandes orientations de politique économique, dans la double dimension : économie administrée contre économie de marché et stratégie d’import-substitution contre stratégie d’extraversion (arbitrage entre biens échangeables et non échangeables ; Banque mondiale, 2008). La création, puis le démantèlement des fameuses caisses de stabilisation agricoles, ou encore la manipulation des taux de change en sont les exemples les plus emblématiques.

28C’est probablement ce qui a poussé la Banque mondiale à lancer dans les années 2000 un vaste projet de recherche intitulé « Distortions to Agricultural Incentives ». Ce dernier a débouché sur la création d’une base de données internationale visant à mesurer le niveau d’intervention sur les marchés agricoles. À grands traits, il s’agit de calculer le différentiel entre le prix de marché et les prix, souvent administrés, effectivement payés aux producteurs, et d’estimer la perte (ou le gain) en termes de commerce extérieur ou de bien-être (PIB). Ce programme a, par ailleurs, donné lieu à de très nombreuses publications, parmi lesquelles des monographies par pays, dont malheureusement Madagascar ne fait pas partie (Anderson, 2009). La base de données initiale couvrait les principales spéculations de 75 pays avec des informations annuelles pour une période de 50 ans (1955-2005) (Anderson et Valenzuela, 2008). Dans sa dernière version, elle a été étendue à 82 pays et court jusqu’à 2010 (Anderson et Nelgen, 2013).

29D’Hoore (à paraître), dans son article fondateur, a été le premier à mobiliser ces données pour explorer le « mystère malgache ». Les informations portent sur les dix principaux produits (riz, sucre, vanille, café, cacao, poivre, clou de girofle, manioc, maïs, patate douce). Sa principale conclusion est qu’effectivement les distorsions de prix ont été très défavorables aux producteurs (parmi les plus pauvres) et plus largement à la croissance du pays durant une longue période d’une vingtaine d’années (1970-1990), même si la ponction a été (trop) lentement résorbée. Nous inscrivant dans la lignée de cette première exploration, nous avons recalculé l’indicateur de distorsions, à savoir le volume de revenu potentiel qui n’est pas revenu aux producteurs en proportion du PIB, pour Madagascar, mais aussi pour un certain nombre de comparateurs. Il convient de souligner qu’en dehors des imprécisions dues aux données elles-mêmes (un certain nombre d’hypothèses ont dû être faites par les auteurs de la base), la conception même est « idéologiquement » connotée et mériterait d’être discutée plus avant. De manière sous-jacente, elle porte l’idée que le différentiel de prix, la ponction quand il est négatif, est une distorsion et ne peut pas avoir été utilisé de manière productive, par exemple pour investir dans des infrastructures publiques susceptibles d’avoir un impact positif sur la production. C’est le défaut d’un raisonnement strictement comptable, en équilibre partiel, sans tenir compte des effets indirects et de rétractions, qualifiés d’externalités ou d’effets d’équilibre général par les économistes.

30Nous retrouvons pour Madagascar les mêmes résultats que D’Hoore (à paraître). Moyennant l’acceptation des hypothèses ci-dessus, Madagascar se caractérise par un important biais urbain. Inférieure à 5 % du PIB durant toute la Ire République, la ponction sur les paysans s’est brutalement aggravée à partir de 1972, jusqu’à atteindre près de 13 % du PIB en 1976. Après un premier recul dès 1977 et une stagnation sur un palier situé à 10 % jusqu’au début des années 1980, l’écart s’est progressivement résorbé, avec l’ajustement structurel. Mais il faudra attendre le milieu des années 1990 pour que le niveau revienne à zéro, les producteurs étant alors supposés récupérer l’intégralité du prix mondial (déduction des coûts d’acheminement). Le profil des distorsions suit directement le cycle politique. Mais, le plus intéressant, comme nous l’annoncions, est que finalement le cas malgache n’est pas vraiment spécifique (fig. 4). Nos calculs montrent que de nombreux pays africains ont suivi des orientations similaires. Le profil des distorsions pour cinq pays africains choisis de manière raisonnée (Cameroun, Côte d’Ivoire, Ghana, Kenya, et Sénégal) est proche de celui observé pour Madagascar. Pour tous, on observe la forme en U, avec un pic dans les années 1970. Si le niveau de la « ponction » semble plus élevé à Madagascar au point le plus bas (première moitié des années 1970), peut-être la plus grande spécificité de la Grande Île est la lenteur de résorption au cours des années 1980. Mais deux faits majeurs méritent l’attention. D’abord, la ponction s’est transformée en surplus dans la première moitié des années 2000, Madagascar étant le seul pays à voir s’opérer ce transfert positif. Ensuite et surtout, le volume des distorsions est infiniment inférieur à celui observé en Côte d’Ivoire, un cas pourtant longtemps considéré comme un exemple de réussite dans ce domaine (cf. l’exemple emblématique de la filière cacao). De ce point de vue, le président Houphouët-Boigny, pourtant chantre affiché du libéralisme dans le champ économique, n’a pas fait mieux que le président Ratsiraka, tenté un temps par les sirènes du socialisme et compté dans le camp des ennemis de l’Occident. Le même type de conclusion pourrait être tiré de la comparaison entre le Ghana, qui lui aussi a fait l’expérience du socialisme, et la Côte d’Ivoire, deux pays offrant par ailleurs de nombreux points de comparaison – dont celui d’avoir une frontière, une histoire et des populations d’origine commune –, mais aussi avec le Sénégal ou le Cameroun, moins extrêmes que la Côte d’Ivoire en termes d’administration des prix et toujours restés dans le giron capitaliste.

31Finalement, nos analyses comparatives montrent une fois de plus que Madagascar n’a pas suivi un cycle de politiques économiques complètement déconnecté de celui des autres pays du continent qui nous servent de comparateurs. Il faut donc chercher ailleurs les raisons du mystère malgache. Nos explorations apportent un autre élément dans la caractérisation de l’économie malgache. Si rentes il y a, il s’agit dans l’ensemble de filons de taille modeste, comparativement à d’autres pays. Nous le constatons ici pour les filières agricoles, mais c’est aussi vrai des ressources publiques, dont la fiscalité et l’aide internationale, une constante tout au long de l’histoire malgache. En conséquence les stratégies de captation des rentes seront par nature assises sur des assiettes de dimension modeste.

Figure 4. Distorsions dues aux prix agricoles à Madagascar et en Afrique, 1961-2010 (en % du PIB).

Figure 4. Distorsions dues aux prix agricoles à Madagascar et en Afrique, 1961-2010 (en % du PIB).

Sources : www.worldbank.org/agdistortions ; calculs des auteurs.
Note : moyenne mobile sur 5 ans.

La gouvernance ?

  • 11 L’émergence des indicateurs de gouvernance datant du milieu des années 1990, il n’est malheureuseme (...)

32L’échec économique de Madagascar ne peut pas non plus s’expliquer par la piètre qualité de ses institutions et de sa gouvernance, tout au moins telle qu’elle est mesurée par les indicateurs officiels existants. Comme nous l’avons vu, ces dernières étaient à l’indépendance plutôt-meilleures que dans d’autres pays de développement comparable. De plus, les indicateurs de gouvernance tels qu’ils apparaissent dans les grandes bases de données internationales ne sont pas significativement plus faibles à Madagascar que ceux, il est vrai peu satisfaisants, observés sur le continent. Les Worldwide Governance Indicators, développés par la Banque mondiale et qui constituent probablement la source la plus complète existante à ce jour sur la gouvernance (Kaufmann et Kraay, 2008), permettent d’illustrer ce propos sur la période 1996-201511. Bien que celle-ci couvre deux crises majeures (2002 et 2009), la position relative de Madagascar dans le concert des nations est en moyenne meilleure que celle de l’Afrique subsaharienne, qui elle-même est dans une situation plus favorable que l’Asie du Sud-Est.

33La figure 5 présente l’évolution de la moyenne des positions relatives de Madagascar parmi les quelque 200 pays que compte la base, sur les six dimensions prises en considération (Voice & Accountability, Political Stability & Absence of Violence, Government Effectiveness, Regulatory Quality, Rule of Law et Control of Corruption). Alors que l’Afrique subsaharienne se situe au niveau du 30e percentile sur vingt ans, Madagascar progresse du 40e au 50e percentile, avant que sa position ne se dégrade à partir de 2007, pour finalement régresser légèrement sous le niveau continental avec la crise politique de 2009 (mais la différence n’est pas significative). On notera que l’amélioration observée sur la période post-crise (2014-2016) est à peine perceptible. Pour poursuivre la mise en perspective amorcée précédemment en matière de croissance, nous reprendrons le même jeu de pays africains. Madagascar y apparaît toujours largement mieux placé que le Cameroun et la Côte d’Ivoire, sauf dans la période la plus récente où elle opère un spectaculaire rétablissement avec la fin de la guerre civile. Madagascar, qui faisait jeu égal avec le Bénin et le Burkina Faso (et même un peu mieux au début des années 2000), a décroché depuis la crise de la fin des années 2000. Pourtant, tous ces pays ont enregistré des performances économiques sans commune mesure avec celles de la Grande Île.

Figure 5. Évolution comparée de la gouvernance à Madagascar, 1996-2016.

Figure 5. Évolution comparée de la gouvernance à Madagascar, 1996-2016.

Sources : WGI, 2017 ; calculs des auteurs.
L’indicateur correspond à la moyenne arithmétique du percentile des six dimensions de la gouvernance retenues par les WGI. Pour la définition du CPIA, voir note 12.

34Le niveau moyen de la gouvernance tel que présenté dans la figure 5 est finalement assez peu informatif tant les composantes qui ont servi à son calcul sont hétérogènes. Pour aller au-delà, la figure 6 (panels 1 à 3) désagrège chacune des six dimensions individuelles sur l’ensemble de la période 1996-2015. Les conclusions précédentes en sortent confortées : Madagascar « domine » l’Afrique subsaharienne, le Cameroun et la Côte d’Ivoire sur tous les fronts.

Figure 6. Dimensions individuelles de la gouvernance à Madagascar.

Figure 6. Dimensions individuelles de la gouvernance à Madagascar.

Sources : WGI, 2017 (panel 1-3) RAZAFINDRAKOTO et ROUBAUD, 2010b (panel 4) ; calculs des auteurs.
Les indicateurs des panels 1 à 3 ; correspondent à la moyenne arithmétique du percentile de chacune des six dimensions de la gouvernance retenues par les WGI pour les années 1996 à 2011.

35Le profil moyen de gouvernance du Burkina Faso est étonnamment semblable à celui de Madagascar. Enfin, et comme attendu, le Bénin apparaît dans l’ensemble mieux gouverné que Madagascar, essentiellement dans deux domaines :Voice & Accountability et Political Stability & Absence of Violence ; il se comporte en revanche moins bien en matière de Control of Corruption. Encore convient-il de relativiser la bonne performance relative du Bénin qui s’explique largement par la dégradation de la situation à Madagascar en lien avec le coup d’état de 2009. En 2004 par exemple, Madagascar se place à la hauteur du Bénin dans les deux dimensions où ce dernier enregistre ses meilleurs scores et, en 2007, date à laquelle Madagascar se trouve encore en haut de sa courbe de gouvernance, la Grande Île est sensiblement mieux classée que le Bénin sur quatre des six indicateurs sous revue.

  • 12 Les pays qui ont l’heur de plaire aux bailleurs de fonds pour leur zèle à mettre en œuvre les jeux (...)

36À l’instar des données économiques, les indicateurs de gouvernance sont loin d’être d’une fiabilité à toute épreuve (Arndt et Oman, 2006 ; Razafindrakoto et Roubaud, 2010b). Afin de s’assurer que le classement relativement favorable de Madagascar n’était pas dû à une prime de perception de la part d’experts internationaux (comme ce fut le cas de manière avérée sous le régime de M. Ravalomanana, un des donors darlings12, bien en cour auprès de la communauté du développement), le panel 4 de la figure 6 présente l’incidence de la petite corruption bureaucratique dans huit pays africains, dont Madagascar. Certes, ce test de robustesse n’est que partiel puisqu’il ne concerne qu’une des dimensions de la gouvernance (et même seulement une de ses composantes, puisque la grande corruption n’est pas mesurée – ni mesurable d’ailleurs), mais il présente l’avantage de fournir une mesure objective (l’expérience effective de la corruption par les ménages) et non une perception par nature plus subjective.

37Le principal enseignement que l’on peut tirer de cette comparaison est que Madagascar se situe dans la moyenne des huit pays où l’expérience a été menée. Les mesures de la corruption au quotidien collectées par les enquêtes Afrobaromètre, cette fois au niveau national et sur un plus grand nombre de pays, vont dans le même sens : Madagascar y occupe une position médiane en Afrique, et même probablement plus favorable si l’on tient compte du fait que les enquêtes n’ont été menées que dans les pays engagés dans un processus démocratique, dont on peut penser qu’ils sont moins corrompus que les autres (Lavallée et al., 2010). Ces résultats confirment en tout cas que l’écart de taux de croissance n’est pas a priori dû à un déficit structurel en matière de gouvernance.

  • 13 Le CPIA (Country Policy and Institutional Assessment), élaboré par les experts de la Banque mondial (...)

38Toutes les autres bases de données internationales sont convergentes : Madagascar n’est pas un point aberrant (outlier) en termes de gouvernance. Par exemple, selon le CPIA13, Madagascar se plaçait en 2011 (au cœur de la crise), au même niveau que l’Afrique subsaharienne et n’était toujours pas considéré comme un État fragile (Banque mondiale, 2012) ; pas plus qu’il ne l’était entre 1999 et 2005, selon le CIFP Fragility Index (Naudé et al., 2012). Une première clef de l’énigme malgache est que, si l’on accepte la thèse selon laquelle le développement économique d’un pays est intimement lié à la qualité des institutions qu’il a su forger (voire en est la conséquence), les indicateurs courants de qualité institutionnelle sont incapables d’identifier la défaillance malgache. En revanche, malgré leurs limites, ces indicateurs semblent montrer que le nouveau pouvoir issu des urnes fin 2013 n’a pas réussi à redresser la situation qui s’est détériorée durant la dernière crise en matière de gouvernance, comme dans d’autres domaines, ce qui pose la question de savoir si la résilience de l’économie malgache n’est pas entamée.

L’ethnicité : la clef du mal malgache ?

39Dans leur tentative d’expliquer la contre-performance africaine (la fameuse Africa dummy), les économistes se sont massivement tournés vers une interprétation essentialiste : sa diversité ethnique. L’article fondateur d’Easterly et Levine (1997), intitulé « The African Growth Tragedy », a marqué le lancement d’une longue série de travaux mettant l’ethnicité au cœur du problème africain. Cette interprétation reste très prégnante, aussi bien dans la littérature savante que dans la vulgate sur l’Afrique subsaharienne, en présentant le grand avantage d’entretenir le sens commun. Nous ne nous interrogerons pas ici sur les critiques sévères qui ont été adressées à cette thèse, pour nous concentrer sur les caractéristiques malgaches en termes d’ethnicité.

  • 14 Le terme « Côtier » est appliqué depuis la colonisation pour caractériser les membres des ethnies n (...)

40À première vue, Madagascar n’échappe pas à la règle, au contraire : le niveau de fractionnement ethnique y est à son maximum possible et l’un des plus élevés d’Afrique subsaharienne (0,88). Ce constat vient étayer nombre d’analyses qui font de la fracture entre Merina et « Côtiers »14 la clef de lecture centrale de l’histoire malgache, et ce à toutes les époques : de la période précoloniale (les royaumes merina ayant progressivement subjugué les entités politiques « côtières ») à la période post-indépendance (jusqu’aux années 2000, l’interdiction pour un Merina de briguer la présidence était une règle tacite), en passant par la colonisation (les autorités françaises, dans leur volonté d’assurer leur domination, n’ont eu de cesse de réduire le pouvoir des élites merina au profit des élites « côtières »).

41La figure 7 montre néanmoins une première anomalie dans la composition ethno-linguistique de Madagascar. Alors que les fragmentations ethnique et linguistique sont en général hautement corrélées, ce n’est pas le cas à Madagascar, qui représente de ce point de vue une exception. Le niveau de fragmentation linguistique est de loin le plus faible d’Afrique (et l’un des plus faible du monde) puisqu’il est proche de zéro (0,02). Ceci reflète l’unicité linguistique du pays et plus largement la très forte homogénéité culturelle de la Grande Île.

Figure 7. Fragmentations ethnique et linguistique comparées de Madagascar.

Figure 7. Fragmentations ethnique et linguistique comparées de Madagascar.

Sources :Fearon (2003) ; calculs des auteurs.

42Si la fragmentation ethnique est élevée à Madagascar, ceci n’implique pas nécessairement que l’ethnicité puisse être considérée comme l’alpha et l’oméga des dynamiques politiques, sociales ou économiques. Les enquêtes Afrobaromètre permettent de tester ce postulat malheureusement trop courant… et de l’invalider. Comme l’illustre la figure 8, Madagascar est l’un des pays (sinon le pays) du continent où la dimension ethnique dans la vie politique et économique est la moins marquée (en tout cas pour la vingtaine de pays où les enquêtes ont été conduites). Massivement, les Malgaches privilégient leur identité nationale à leur identité ethnique (seuls les Tanzaniens se montrent plus attachés à l’identité nationale). Ils sont de loin les moins nombreux à considérer que certains groupes ethniques sont discriminés (à peine 10 %, et seulement 3 % pensent que c’est souvent le cas). Enfin, la grande majorité des Malgaches affirment que leur groupe ethnique n’exerce ni plus ni moins d’influence politique que les autres. Cette faible prégnance du fait ethnique à Madagascar avait déjà été identifiée dans des études précédentes (Roubaud, 2000 ; Ramamonjisoa, 2002), mais jamais de façon aussi indiscutable. Il est d’ailleurs tout à fait symptomatique que les tentatives récurrentes des hommes politiques pour activer le ressort ethnique, comme ce fut le cas par exemple lors de la crise de 2002, ont systématiquement échoué.

Figure 8. La faible prégnance de l’ethnicité à Madagascar et en Afrique.

Figure 8. La faible prégnance de l’ethnicité à Madagascar et en Afrique.

Sources : enquêtes Afrobaromètre (2008) ; calculs des auteurs.
Les questions sont formulées comme suit : « Supposons que vous ayez à choisir entre être Malgache et être de [groupe ethnique du répondant], laquelle des affirmations suivantes exprime le mieux vos sentiments ? », « Est-ce que les [groupe ethnique du répondant] sont traités injustement par le gouvernement ? », « Les membres de votre groupe ethnique ont-ils moins, autant ou plus d’influence sur la politique que les autres groupes de ce pays ? ».

Une première incursion en économie politique

43Au terme de ce premier balayage des explications possibles de la contre-performance économique de Madagascar depuis l’indépendance, le mystère s’épaissit. La plupart des facteurs explicatifs invoqués dans la littérature semblent jouer à contre-emploi. Ces derniers sont dans l’ensemble plutôt meilleurs que ceux observés en Afrique subsaharienne, alors que la croissance de long terme y est significativement plus faible. Tout l’enjeu de la suite de cette étude va consister à rechercher les fondements de ce résidu inexpliqué, pour reprendre le vocabulaire de l’économétrie de la croissance. Alors que celle-ci s’est employée à tenter de réduire la dummy africaine, nous nous trouvons dans la situation paradoxale de devoir expliquer la dummy malgache (dans le contexte africain).

  • 15 Tel était d’ailleurs l’objectif initial du projet « Madio » que nous avons lancé en 1995, qui porta (...)

44Ce constat n’est pas nouveau pour nous. La récurrence systématique des crises politiques suite aux (trop) rares phases d’expansion économique nous amenait il y a déjà dix ans, à l’occasion des événements de 2002, à nous demander si Madagascar refusait le développement, sans pour autant proposer un schéma interprétatif complètement satisfaisant. Le principal enseignement que nous tirions de ce phénomène était que l’approche économiciste qui dominait le champ des politiques de développement en cette période d’ajustement finissant était incapable d’appréhender la trajectoire globale du pays. Au minimum, l’analyse conjointe et les interactions entre transition politique et économique, caractéristique de la fin des années 1990, devaient être menées de conserve15. La nouvelle crise a rendu plus évidente cette intrication entre cycles économique et politique, et le paradoxe afférent est devenu un truisme aux yeux de la plupart des analystes de Madagascar. Mais, pour ce faire, il ne suffit pas de juxtaposer les histoires économiques et politiques, ni même d’en étudier les interactions en mobilisant les approches classiques de l’économie, d’une part, et de la science politique de l’autre, mais il est nécessaire de les dépasser pour donner du sens à l’« énigme » et au « paradoxe » malgache. C’est justement ce que les nouveaux travaux d’économie politique peuvent nous apporter.

45Dans ce registre, le cadre conceptuel proposé par North et ses coauteurs (North et al., 2009 et 2012a) sur la nature des états naturels et les ordres d’accès ouvert apparaît tout à fait stimulant (encadré 1 sur les différents types de régimes proposés par les auteurs). En effet, la concomitance entre périodes d’expansion économique et crises politiques laisse supposer qu’une des sources essentielles des difficultés rencontrées par le pays pourrait être sa faible capacité à instaurer un consensus politique stable autour des processus d’accumulation et des modes de répartition des richesses. Dans cette hypothèse, tenter de comprendre l’« énigme » et le « paradoxe » malgaches nécessite non seulement d’analyser les mécanismes économiques en œuvre, mais aussi de prendre en compte les éléments du contexte sociopolitique dans lesquels ils se déploient. Les jeux de pouvoir, les élites et les institutions qu’elles façonnent à leur profit sont évidemment au cœur de ce complexe. Il est d’ailleurs tout à fait symptomatique que, face au désarroi engendré par la « découverte » du paradoxe malgache, désarroi d’autant plus profond que, avant le déclenchement de la crise, Madagascar était (re)devenu aux yeux de la communauté internationale en mal de modèle l’un des rares poster boy du développement en Afrique, les études adoptant ce cadre d’analyse se soient multipliées bien au-delà de ce que l’on peut observer dans d’autres PED. Plusieurs études fondées sur ces prémices, en passe de devenir la nouvelle doxa, y ont été publiées depuis le déclenchement de la crise de 2009, soit explicitement (Banque mondiale, 2010 ; Urfer, 2012a), soit implicitement (Morisset, 2009 ; Jütersonke et Kartas, 2010).

Encadré 1
Présentation schématique des différents ordres sociaux du cadre North et al. (2009 et 2012a)
OAL (Ordre d’accès limité, en anglais LAO : Limited Access Order) ou état naturel (schéma 1) : coalition dominante limitant l’accès au pouvoir politique et économique ; enrichissement lié à l’accès aux rentes ; relations sociales basées sur des rapports personnels (liens, loyauté, statut, hiérarchie). Environnement peu propice au développement.
– OAL « fragile » : instabilité des organisations ; absence de contrôle de la violence ; institutions faibles ; État n’assurant pas l’offre de biens publics ;
– OAL « basique » : gouvernement bien établi et durable ; organisations stables (sous le contrôle d’une coalition dominante) ; mais violence contrôlée par des organisations éparses ;
– OAL « mature » : application de l’État de droit chez les élites ; meilleur contrôle de la violence ; renforcement des organisations non étatiques (organisations du secteur privé, opposition, société civile).
OAO (Ordre d’accès ouvert, en anglais Open Access Order) : accès ouvert permettant la concurrence dans le champ politique et économique (ce qui induit l’innovation et la création de valeurs) ; monopole du contrôle de la violence par l’État ; relations sociales régies par des échanges impersonnels, institutions fortes. Environnement propice au développement.

Schéma 1. Le cadre conceptuel de North et al. (2009 et2012a).

Schéma 1. Le cadre conceptuel de North et al. (2009 et2012a).

Source : élaboration des auteurs.

46En première lecture, le cadre d’analyse proposé par North et al. (2009, 2012a) apparaît très séduisant, aussi bien d’un point de vue général, que pour l’application qu’on pourrait en faire dans le cas de Madagascar. Au-delà du lien intrinsèque entre trajectoires économique et politique souligné précédemment, l’économie politique pointe l’importance d’autres éléments clefs. Elle permet de dépasser le carcan de l’individualisme méthodologique, en redonnant aux acteurs sociaux (organisations, groupes organisés, etc.) un espace d’intervention central dans la dynamique économique à l’œuvre. Le rôle que ces acteurs sociaux confèrent aux élites (powerful groups) et aux coalitions qu’elles nouent pour le partage des rentes économiques et le contrôle de la violence apparaît effectivement incontournable pour comprendre la dynamique politico-économique de Madagascar. Elle montre aussi que l’extrême personnalisation des institutions et leur détournement par les groupes élitaires à leur propre profit font que même les organisations formelles importées du nord ne fonctionnent en rien comme leurs homologues et, partant, ne produisent pas les mêmes résultats que dans les ordres d’accès ouvert.

  • 16 De ce point de vue, Bluhm et Szirmai (2012) s’interrogent sur le statut théorique des thèses de Nor (...)

47Nous aurons l’occasion de revenir plus en détail sur l’application de ces concepts au cas malgache et d’apprécier leur pertinence dans les parties suivantes. Néanmoins, il nous semble important dès maintenant de montrer que ces thèses sont loin de fournir le sésame pour comprendre la trajectoire malgache, au moins en ce qui concerne leurs tentatives de déclinaison en termes quantitatifs. Cette première exploration se base sur un article qui justement utilise le cadre théorique de North et al. (2009 et 2012a) pour en tester la validité par une approche économétrique (Gollwitzer et al., 2014). Une telle ambition est évidemment très exigeante16, et les auteurs sont obligés de se limiter à l’une des nombreuses hypothèses mises en avant par North et al. (2009 et 2012a), à savoir les conditions de passage d’un état naturel (ou d’un ordre d’accès limité) à un ordre d’accès ouvert (doorstep conditions). North et al. (2009) identifient trois conditions :

  • l’établissement d’une règle de droit pour les élites (rule of law for elites) ;

  • l’existence d’organisations pérennes (support for perpetually lived elite organisations) ;

  • le contrôle de la violence par le politique (political control of the organizations with violence capacity).

  • 17 Nous avons souligné dans la figure la place du Mali, en guerre ouverte entre janvier 2012 et juin 2 (...)

48En s’appuyant sur différentes bases de données internationales, et tout particulièrement l’Institutional Profiles Database (IPD) de l’AFD (Crombrugghe et al., 2010), a priori la plus appropriée pour appréhender les concepts de North et al. (2009 et 2012a), ils construisent des mesures synthétiques des trois conditions d’accès mentionnées ci-dessus (ainsi qu’un indicateur agrégé), puis tentent d’estimer l’impact causal du degré d’avancement de ces mesures sur différentes variables de performances économiques et politiques. Notre propos n’est pas ici de discuter l’approche et les conclusions de cette étude, mais d’apprécier la position relative de Madagascar. Les résultats n’apparaissent pas très convaincants. Le premier panel de la figure 9 montre que Madagascar occupe une position intermédiaire en Afrique subsaharienne, se situant grosso modo au même niveau que la moyenne continentale pour l’indicateur agrégé de conditions d’accès17. La Grande Île est mieux placée que le Cameroun et surtout que la Côte d’Ivoire, mais apparaît nettement moins performante que le Bénin et le Burkina Faso. Un diagnostic plus fin par composante (panels 2 et 3 de la fig. 9) confirme que Madagascar ne se distingue de la moyenne africaine sur aucune des trois conditions, et semble relativement plus avancé quant à la pérennité de ses institutions.

49Ce premier chapitre a dans un premier temps dressé un état des lieux de la croissance malgache sur une longue période. Il a mis en lumière ce que nous avons convenu d’appeler le « mystère » malgache, caractérisé à la fois par une tendance involutive continue (l’« énigme ») et par une récurrence systématique des crises politiques durant les rares périodes de rebond de la croissance (le « paradoxe »). Dans un second temps, nous avons balayé un large spectre de théories de la croissance et du développement économiques, y compris les plus récentes, susceptibles d’expliquer ces deux phénomènes. Le principal enseignement que l’on peut tirer de ces premières analyses, est que ces théories s’avèrent incapables de rendre compte du « mystère » malgache, qui non seulement reste entier, mais apparaît encore plus opaque qu’en première lecture. C’est à relever ce défi que s’attellent les quatre chapitres suivants, à la fois en allongeant la profondeur historique de nos analyses (chap. 2), en mobilisant les outils de l’économie politique pour recomposer l’ensemble des éléments empiriques existants mais éparpillés afin de comprendre la façon dont Madagascar fonctionne (chap. 3 et 4), et enfin en mettant un coup de projecteur sur le monde des élites, un univers aussi opaque que fantasmatique (chap. 5).

Figure 9. Madagascar et les conditions de passage à un ordre d’accès ouvert. Condition agrégéé : position relative de Madagascar en Afrique subsaharienne

Figure 9. Madagascar et les conditions de passage à un ordre d’accès ouvert. Condition agrégéé : position relative de Madagascar en Afrique subsaharienne

Sources : d’après Gollwitzere al. (2014) ; calculs des auteurs.

Notes

4 La baisse de cinq points du taux de pauvreté entre 2010 et 2012, dernière date où l’on dispose d’une enquête, est sujette à caution. De l’avis même des auteurs, cette baisse pourrait s’expliquer par le fait que l’enquête de 2012-2013 a été réalisée en fin d’année, en période de fêtes (Instat, 2015). D’ailleurs, les chiffres révisés par la Banque mondiale (2015) font état d’une augmentation de six points de la pauvreté en milieu urbain et d’une baisse de deux points en milieu rural ; mais la série reconstituée n’est pas compatible avec les données antérieures à 2001.

5 En référence au slogan de campagne de B. Clinton lors de l’élection de 1992, relevant l’importance déterminante des questions économiques, quand son adversaire G. Bush insistait sur ses succès en matière de politique internationale.

6 Autrement appelée Productivité totale des facteurs (PTF) ou productivité multifactorielle.

7 Le prochain, maintes fois reporté, est programmé en 2018.

8 Population en âge de travailler (par convention, personnes de 15 ans et plus).

9 Seules les catastrophes les plus importantes sont comptabilisées dans la base. Pour l’être, elles doivent remplir au moins une des trois conditions suivantes : avoir fait au moins 10 morts ; avoir affecté au moins 100 personnes ; avoir donné lieu à une demande d’assistance internationale ou à une déclaration d’état d’urgence.

10 Merina : un des groupes ethniques des hautes terres centrales de Madagascar.

11 L’émergence des indicateurs de gouvernance datant du milieu des années 1990, il n’est malheureusement pas possible de remonter plus loin dans le temps.

12 Les pays qui ont l’heur de plaire aux bailleurs de fonds pour leur zèle à mettre en œuvre les jeux de réformes qu’ils préconisent, au gré des modes du moment, sont souvent qualifiés de « donors darlings » (« chouchous des donateurs »), de « poster boys »(« idoles de magazines ») ou encore de « front runners » (« champions »).

13 Le CPIA (Country Policy and Institutional Assessment), élaboré par les experts de la Banque mondiale, est censé mesurer la qualité des améliorations des politiques et institutions publiques à l’aune de 16 indicateurs du développement, dans quatre domaines : la gestion économique, les politiques structurelles, les politiques d’insertion sociale et d’équité, ainsi que la gestion et les institutions du secteur public.

14 Le terme « Côtier » est appliqué depuis la colonisation pour caractériser les membres des ethnies non originaires des hautes terres (Merina et Betsileo), quand bien même leur territoire, comme celui des Bara, n’aurait pas d’accès à la mer.

15 Tel était d’ailleurs l’objectif initial du projet « Madio » que nous avons lancé en 1995, qui portait sur l’analyse du double processus de transition économique et politique à Madagascar, avec une première publication sur ce thème l’année suivante (Razafindrakoto et Roubaud, 1996).

16 De ce point de vue, Bluhm et Szirmai (2012) s’interrogent sur le statut théorique des thèses de North et al. et la possibilité de les « mettre en équation » (« It is not quite clear to the reader whether the North et al. framework is really a theory of economic development, or rather a theory of overall modernization of society, or perhaps only an insightful typology »).

17 Nous avons souligné dans la figure la place du Mali, en guerre ouverte entre janvier 2012 et juin 2015 et toujours aujourd’hui déstabilisé au Nord par les djihadistes, pour montrer toute la difficulté à appréhender la solidité institutionnelle et la piètre capacité prédictive de l’indicateur.

Table des illustrations

Légende <© Rijasolo/Collateral Creations/Eces –Région Alaotra Mangoro, Madagascar, février 2016.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22856/img-1.jpg
Fichier image/, 508k
Titre Figure 1. L’énigme malgache : un déclin économique inexorable. PIB par tête sur les périodes 1960-2015 (US $ courant) et 1950-2015 (1990 GK $ international).
Légende Sources : Maddison (2011), WDI (2017) ; calculs des auteurs.Figures de gauche : pour l’Afrique subsaharienne et l’Asie de l’Est, il s’agit des pays en développement seulement.Figures de droite : jusqu’en 2009, date de fin de la série de Maddison, le PIB par tête est estimé en dollars internationaux de 1990 selon la méthode de Geary-Khamis (GK $).Pour la période 2009-2015, les taux de croissance sont issus des WDI 2017 (mesurés en dollars internationaux constants de 2011, en parité de pouvoir d’achat).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22856/img-2.jpg
Fichier image/, 296k
Titre Figure 2. Le paradoxe malgache : croissance et crises sociopolitiques, 1960-2016.
Légende Sources : Instat (2014), Indicateurs du développement dans le monde (2014) ; calculs des auteurs. PIB par tête en FMG (franc malgache) constant de 1984.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22856/img-3.jpg
Fichier image/, 136k
Titre Figure 3. Le paradoxe confirmé.
Légende Sources : Instat, Madio, Dial, comptes nationaux et différentes enquêtes auprès des ménages ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22856/img-4.jpg
Fichier image/, 152k
Titre Tableau 1. L’accumulation des facteurs de production (1960-2015)
Légende Sources : WDI (2017), FAO (2005) ; calculs des auteurs.Pour la FCF, il s’agit de moyennes pour l’ensemble de la période. La série commence en 1965 au Burkina Faso, en 1981 pour l’Afrique subsaharienne et en 2008 en Côte d’Ivoire.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22856/img-5.jpg
Fichier image/, 152k
Titre Figure 4. Distorsions dues aux prix agricoles à Madagascar et en Afrique, 1961-2010 (en % du PIB).
Légende Sources : www.worldbank.org/agdistortions ; calculs des auteurs.Note : moyenne mobile sur 5 ans.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22856/img-6.jpg
Fichier image/, 136k
Titre Figure 5. Évolution comparée de la gouvernance à Madagascar, 1996-2016.
Légende Sources : WGI, 2017 ; calculs des auteurs.L’indicateur correspond à la moyenne arithmétique du percentile des six dimensions de la gouvernance retenues par les WGI. Pour la définition du CPIA, voir note 12.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22856/img-7.jpg
Fichier image/, 172k
Titre Figure 6. Dimensions individuelles de la gouvernance à Madagascar.
Légende Sources : WGI, 2017 (panel 1-3) RAZAFINDRAKOTO et ROUBAUD, 2010b (panel 4) ; calculs des auteurs.Les indicateurs des panels 1 à 3 ; correspondent à la moyenne arithmétique du percentile de chacune des six dimensions de la gouvernance retenues par les WGI pour les années 1996 à 2011.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22856/img-8.jpg
Fichier image/, 284k
Titre Figure 7. Fragmentations ethnique et linguistique comparées de Madagascar.
Légende Sources :Fearon (2003) ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22856/img-9.jpg
Fichier image/, 136k
Titre Figure 8. La faible prégnance de l’ethnicité à Madagascar et en Afrique.
Légende Sources : enquêtes Afrobaromètre (2008) ; calculs des auteurs.Les questions sont formulées comme suit : « Supposons que vous ayez à choisir entre être Malgache et être de [groupe ethnique du répondant], laquelle des affirmations suivantes exprime le mieux vos sentiments ? », « Est-ce que les [groupe ethnique du répondant] sont traités injustement par le gouvernement ? », « Les membres de votre groupe ethnique ont-ils moins, autant ou plus d’influence sur la politique que les autres groupes de ce pays ? ».
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22856/img-10.jpg
Fichier image/, 388k
Titre Schéma 1. Le cadre conceptuel de North et al. (2009 et2012a).
Légende Source : élaboration des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22856/img-11.jpg
Fichier image/, 132k
Titre Figure 9. Madagascar et les conditions de passage à un ordre d’accès ouvert. Condition agrégéé : position relative de Madagascar en Afrique subsaharienne
Légende Sources : d’après Gollwitzere al. (2014) ; calculs des auteurs.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22856/img-12.jpg
Fichier image/, 272k

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540