Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'énigme et le paradoxe

 | 
Mireille Razafindrakoto
, 
François Roubaud
, 
Jean-Michel Wachsberger

Introduction générale

Texte intégral

1Avec un PIB par tête de moins de 400 dollars en 2016, et un taux de pauvreté monétaire abyssal (de plus de 90 % au seuil international), Madagascar est aujourd’hui l’un des pays les plus pauvres du monde. Pourtant, rien ne le prédestinait à un tel destin dramatique, bien au contraire. Si la dernière crise politique, amorcée début 2009 et qui a trouvé une conclusion électorale fin 2013, a joué un rôle, celle-ci ne constitue qu’un épiphénomène si l’on se place dans une perspective historique. En fait, la trajectoire économique de long terme à Madagascar constitue un véritable mystère, qui au-delà du cas spécifique interroge plus largement les ressorts même de la divergence des processus de développement observés au niveau mondial. Non seulement le PIB par tête n’a cessé de reculer depuis 1960, mais, à chaque fois que le pays s’est engagé sur un sentier de croissance, celle-ci a été brutalement interrompue par une crise de nature sociopolitique venant mettre à bas les espoirs qu’elle avait suscités.

  • 1 L’expression est ici prise dans un sens commun. Si on peut y voir une référence à l’école de la ré (...)

2L’objectif de cet ouvrage est d’apporter des éléments de réponse à ce mystère dont on est bien en peine de trouver des équivalents dans le monde. Nous chercherons à fournir un cadre interprétatif à la trajectoire malgache de très long terme (près de trois siècles) en retraçant les nœuds structurants de son économie politique. Pour ce faire, nous tenterons d’analyser les phénomènes économiques en prenant en compte la diversité des acteurs sociaux et leurs organisations, la nature du ou des régimes d’accumulation1 et leurs éventuelles contradictions internes, ainsi que les modes de régulation économiques et sociales mis en place à chaque période. Tout au long de cet ouvrage, nous apporterons des éclairages thématiques ciblés, venant questionner le cadre proposé, soit pour en valider la pertinence, soit pour en montrer les limites et les failles.

3Ce livre s’inscrit dans la continuité des travaux antérieurs (y compris les nôtres), principalement centrés sur les crises récurrentes à Madagascar, tout en cherchant à les dépasser. On citera par exemple la série de numéros spéciaux de revues scientifiques consacrées à ces questions. Ainsi en 1993, Politique africaine publie un numéro sur la transition politique et l’avènement des « forces vives » (Raison-Jourde, 1993). La revue récidive en 2002 à l’occasion de la nouvelle crise à peine résolue (Madagascar : les urnes et la rue ; Raison-Jourde et Raison, 2002). La revue Afrique contemporaine n’est pas en reste : elle publie, également en 2002, un numéro double intitulé Madagascar après la tourmente : regards sur dix ans de transitions politique et économique (Roubaud, 2002). Ce numéro se distingue des deux premiers, essentiellement centrés sur la dimension politique des événements, par des analyses plus fouillées des aspects économiques de la trajectoire malgache. À partir de cette date, Madagascar disparaît des écrans radars, mis à part quelques articles ponctuels. Il faudra attendre 2012 pour qu’un premier ouvrage collectif sur la nouvelle crise soit publié (Madagascar, le coup d’État de 2009 ; Randrianja, 2012c). Comme son nom l’indique, ce recueil s’intéresse essentiellement aux événements du moment, même si un certain nombre de ses auteurs ne s’interdisent pas d’aller puiser dans un temps plus long. Enfin, Afrique contemporaine publie en 2014 un nouveau numéro spécial, coordonné par nos soins et intitulé Madagascar : anatomie d’un État de crise (Razafindrakoto et al., 2014c). Ce dernier actualise les publications antérieures en tenant compte de l’ensemble des informations disponibles jusqu’à la fin de l’année 2014, soit avec un recul de près d’un an sur le processus électoral dit de « sortie de crise ».

  • 2 Afrique contemporaine avait publié en 2010 un article qui pose la problématique en des termes simi (...)

4Mais la principale originalité du présent ouvrage et du dossier spécial d’Afrique contemporaine mentionné ci-dessus – deux projets éditoriaux étroitement imbriqués et complémentaires qui partagent une perspective commune – est d’apporter un éclairage sur la nature et l’origine de la récurrence des crises à Madagascar. Alors que les publications précédentes se focalisaient, à chaud, sur une crise en particulier (la dernière en date au moment de leur parution), nous cherchons ici à embrasser l’ensemble des crises afin d’explorer en quoi elles font système2.

5Ce qui apparaît aujourd’hui comme une évidence dans la façon d’énoncer l’équation malgache est de notre côté le fruit d’une longue maturation sur plus de deux décennies. Dans un premier temps, l’analyse de la double transition démocratique et du retour de la croissance dans la seconde moitié des années 1990 nous incitait à porter un jugement plutôt optimiste et à nous interroger sur une éventuelle exception malgache (Roubaud, 2000). La crise de 2002 nous a conduits à réviser le jugement que nous formulions en ces termes dans l’introduction du dossier d’Afrique contemporaine de 2002 : « Croissance économique et crise politique : Madagascar refuse-t-elle le développement ? » (Roubaud, 2002). Mais, au-delà des divergences d’appréciation sur le cours des événements, ces travaux reposaient sur deux piliers : l’imbrication étroite des cycles politiques et économiques ; le rôle majeur des questions de gouvernance, dans l’acception la plus polysémique du terme. Déjà, les éléments constitutifs de l’équation malgache étaient posés : la divergence de Madagascar en termes de croissance économique et la mise à bas brutale des rares moments de reprise par des contestations populaires, que nous qualifions alors de « véritable loi d’airain » et que nous fûmes les premiers à mettre en évidence (Razafindrakoto et Roubaud, 2002a).

6Bien que funeste pour Madagascar, c’est finalement la crise de 2009 qui a apporté l’élément de validation décisif à nos conjectures antérieures, une démonstration d’autant plus probante que la crise est advenue de manière inattendue pour nombre d’observateurs très majoritairement admiratifs de la dynamique insufflée par Ravalomanana. Ce coup de tonnerre nous a conduits à relire plus systématiquement l’ensemble des crises passées pour en stabiliser la caractérisation. Celle-ci repose sur trois éléments : a) l’involution de long terme de Madagascar (l’énigme) ; b) la cyclicité de plus en plus rapprochée des crises ; et c) l’imbrication entre croissance économique et crise politique (le paradoxe). C’est ce complexe que nous avons proposé d’étudier en 2010, dans le cadre d’un programme de recherche de l’Agence française de développement (AFD), intitulé Gouvernance, institutions et croissance de long terme, embrassant une dizaine de pays en développement et autant d’équipes de chercheurs.

  • 3 Alors que « Briser le cycle de crises récurrentes » est considéré comme un des défis principaux da (...)

7Cette ébauche d’archéologie des idées est d’autant plus éclairante que cet énoncé de l’équation malgache fait aujourd’hui, peu ou prou, consensus. Il s’est même institutionnalisé. Cette présentation, illustrée par la divergence du PIB par tête entre Madagascar et l’Afrique, et la corrélation des cycles économiques et des crises politiques (fig. 1 et 2) ouvre les deux derniers documents officiels en date de la Banque mondiale (2015) et du Fonds monétaire international (FMI, 2015a), tous deux censés guider les politiques d’appui des deux institutions de Bretton Woods à Madagascar. Il n’en a pas toujours été ainsi. La diffusion de cet énoncé est même très récente. On la voit apparaître dans les écrits de la Banque mondiale au début de la décennie, même si cette dernière s’interroge surtout sur les raisons du déclin économique (« l’énigme ») en mettant en avant les questions de gouvernance (Morisset, 2010). Puis l’idée est reprise dans plusieurs études de la Banque mondiale à Madagascar (2014 et 2015), ou, plus intéressant, dans différentes initiatives malgaches financées par elle (VANF, 2012 ; IEP et Banque mondiale, 2014). Ce prisme moins économiste est d’ailleurs plus général, comme en atteste le nouveau rapport sur le développement dans le monde en 2017, consacré à la gouvernance (Banque mondiale, 2017). Néanmoins, et malgré cette ouverture, les deux institutions continuent à privilégier des approches plus étroitement économiques3.

8Il convient de noter que le présent ouvrage a dû composer avec de sévères contraintes. Ainsi et à l’instar de la plupart des pays pauvres, les sources écrites disponibles sont terriblement parcellaires. S’il existe une certaine tradition historique à (et sur) Madagascar, celle-ci traite plutôt du politique et du religieux, les questions économiques n’étant abordées que de façon marginale. Par ailleurs, toutes les données quantitatives de type macro-économique (quasiment inexistantes avant 1960 et lacunaires depuis), y compris les plus récentes, sont sujettes à caution (Jerven, 2013 ; Devarajan, 2013). Il est donc nécessaire de garder ces limites en tête et de s’en tenir à une posture modeste en regard de la tâche ambitieuse que nous nous sommes fixée (c’est un autre paradoxe). En particulier, certaines de nos conclusions restent fragiles, et une partie d’entre elles ne pourra peut-être jamais être validée de manière définitive, faute de données rétrospectives adéquates.

9Pour ne pas rester sur une note pessimiste, ce travail innove dans deux directions principales. D’abord, il opère une synthèse critique, scrutée à l’aune des théories d’économie politique récentes, des travaux existants, en tentant d’articuler plus systématiquement deux histoires qui sont souvent, pour ce pays comme pour d’autres, menées séparément : l’histoire économique et l’histoire politique et sociale. Ensuite, il se propose, autant que faire se peut, de mobiliser au mieux les ressources empiriques existantes portant sur les acteurs sociaux, notamment la population et les élites. Ce recours original à des enquêtes statistiques, élaborées dans la plupart des cas à l’instigation des auteurs, présente un double avantage. À la différence des données agrégées, ces dernières sont représentatives et fiables. Elles autorisent des désagrégations, des analyses plus fines, bref un retour des acteurs « en chair et en os », qui in fine sont les véritables agents cachés derrière les concepts d’institution, d’organisation, etc. Par-là, elles permettent de dépasser le cadre habituel des faits stylisés, nécessairement approximatifs (et parfois erronés), qui caractérisent nombre de travaux d’économie politique. Elles permettent également de réintroduire sur scène les citoyens ordinaires comme acteurs à part entière, alors qu’ils sont étonnamment absents du cadre d’analyse discuté ici, centré exclusivement sur le rôle des élites et des factions d’élites comme moteur de l’histoire. D’un point de vue plus général, nous espérons que la richesse du matériau empirique mobilisé pour étayer les thèses développées dans cet ouvrage démontrera le bienfondé d’une démarche scientifique qui s’inscrit dans la durée. Ce livre est le fruit de près d’un quart de siècle d’investissements à et sur Madagascar, aussi bien dans la construction de partenariats institutionnels (l’Institut national de la statistique au premier chef, mais aussi d’autres organismes de l’administration publique, ainsi que l’université et les centres de recherche) que dans l’approfondissement de thématiques de recherche, y compris le développement d’enquêtes statistiques innovantes ; c’est une bonne illustration du modus operandi de la pratique de la recherche propre à l’IRD.

10Cet ouvrage compte cinq chapitres. Le premier présente les données du mystère malgache et cherche à en scruter les causes à l’aide des théories économiques, traditionnelles et modernes, de la croissance de long terme. Non seulement ce premier balayage ne fournit pas de réponses satisfaisantes à notre question, mais au contraire contribue à épaissir le voile d’incompréhension qui entoure la trajectoire malgache, tant la plupart des conditions paraissent favorables. Il nous conduit à opérer une incursion en économie politique, comme une potentielle solution à notre problématique. Le deuxième chapitre propose une lecture de l’histoire économique et politique de Madagascar depuis la période précoloniale en chaussant les lunettes de l’économie politique. Pour ce faire, nous mobilisons les catégories analytiques des travaux les plus récents de cette discipline. Plus particulièrement, nous nous inspirons des théories développées par North et al. (2009 et 2012b), Acemoglu et Robinson (2005 et 2012), ainsi que par Khan (2010) et nous appliquons les concepts qu’ils ont forgés (institutions, ordres sociaux, contrôle de la violence et des rentes, coalitions élitaires, etc.) au cas malgache. Dans les deux chapitres suivants, nous tentons de synthétiser les informations du chapitre précédent pour produire un cadre explicatif de la manière dont Madagascar fonctionne et des arrangements institutionnels qui le sous-tendent. Le troisième chapitre met d’abord en évidence ses atouts structurels essentiels. Le quatrième dégage ensuite les principaux facteurs de blocage. Enfin, le cinquième et dernier chapitre met en scène un acteur négligé et pourtant essentiel de la tragédie malgache, à savoir le monde des élites. À partir d’une enquête réalisée auprès d’un échantillon représentatif et qui constitue une première dans ce domaine, ce chapitre se livre à une sociographie fine des élites, de leurs stratégies de reproduction et de leurs valeurs.

11Cet ouvrage s’inscrit dans le cadre d’un projet éditorial plus vaste. Filant l’analogie avec Le Quatuor d’Alexandrie, la série de quatre romans écrits par Lawrence Durrell entre 1957 et 1960, qui tous traitent de l’amour selon plusieurs perspectives différentes sur un même ensemble d’événements et de personnages, situés à Alexandrie, on pourrait intituler notre projet Le Quatuor de la Grande Île, où les crises remplaceraient l’amour et Madagascar, Alexandrie. Outre cet ouvrage et le numéro d’Afrique contemporaine publié en 2014, il comprend également un livre collectif qui croise les regards sur la même thématique, à paraître en 2017 (Madagascar, d’une crise l’autre : ruptures et continuité), et enfin un dernier opus portant sur les élites et le rapport entre les citoyens et le pouvoir, dont le dernier chapitre du présent ouvrage offre une première ouverture.

Notes

1 L’expression est ici prise dans un sens commun. Si on peut y voir une référence à l’école de la régulation, nous n’avons cependant pas repris dans cette étude ses concepts (mode de régulation, régime d’accumulation, formes institutionnelles, etc.).

2 Afrique contemporaine avait publié en 2010 un article qui pose la problématique en des termes similaires (Véron, 2010). Mais, si celui-ci proposait quelques éléments d’interprétation quant aux crises malgaches, il restait avant tout programmatique d’une entreprise à mener, ce qui est l’objet même de notre propos général.

3 Alors que « Briser le cycle de crises récurrentes » est considéré comme un des défis principaux dans le rapport de la Banque mondiale (IEP et Banque Mondiale, 2014) à Madagascar, cette question n’est envisagée que dans une partie du rapport consacrée à la politique macro-économique et les solutions proposées sont presque toutes d’ordre économique. De même, le FMI (2015b) reconnaît dans son rapport que « les incertitudes liées à la faiblesse des institutions et la médiocrité de la gouvernance ont érodé les fondements d’une croissance économique vigoureuse, la recherche de rentes à court terme ayant pris le pas sur l’édification à plus long terme de la nation », mais l’analyse de la manière dont les rentes sont extraites et des jeux d’acteurs en présence n’est ensuite pas menée. Dans les deux cas, l’analyse s’arrête aux portes de l’économie politique, en dépit de la fécondité de ce prisme, comme nous souhaitons en faire la démonstration dans cet ouvrage.

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540