Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le fleuve, le barrage et les poissons

 | 
Bernard de Merona

Résumé

Texte intégral

1Les grands barrages induisent dans l’écologie des cours d’eau de profonds changements qui, le plus souvent, s’avèrent contrebalancer les effets positifs attendus sur le développement des pays concernés. La capacité à prévoir ces changements permet de limiter les impacts négatifs en mettant en œuvre des aménagements adaptés. Or le développement de modèles prédictifs suppose l’existence d’un grand nombre de données d’observations, couvrant une large gamme de situations. Bien que de nombreuses études aient été menées sur les poissons des barrages tropicaux, les connaissances sur ce compartiment de l’écosystème demeurent fragmentaires.

2Cet ouvrage constitue une synthèse des recherches effectuées entre 1990 et 2002 sur les peuplements de poissons dans le bassin du Sinnamary, en Guyane française, avant et après la fermeture du barrage hydroélectrique de Petit-Saut. Le sujet est d’abord situé dans son contexte géographique, historique et humain. Il en ressort une homogénéité géographique de la région du plateau des Guyanes, opposée à une disparité certaine de l’environnement humain qui a, et aura vraisemblablement de plus en plus dans le futur, des conséquences sur le milieu naturel.

3Le Sinnamary est un fleuve de moyenne importance, typique des cours d’eau guyanais, avec une forte variabilité temporelle alliée à une hétérogénéité des milieux. Dans cet environnement de type équatorial, les peuplements de poissons sont très riches en espèces : 136 ont été recensées dans le Sinnamary, qui n’a que 250 km de long. La répartition des ressources alimentaires et le développement de stratégies de reproduction particulières sont décrits comme des processus contribuant à rendre possible la coexistence de ce grand nombre d’espèces.

4Le barrage a rompu le continuum du cours d’eau et provoqué d’importantes modifications physiques et chimiques qui ont profondément perturbé le fonctionnement écologique du fleuve et, en particulier, le comportement des peuplements de poissons. À court terme, pendant la phase de remplissage de la retenue, la situation s’apparentait à une catastrophe écologique : un changement brutal des conditions environnementales. À l’aval, du fait d’une désoxygénation de l’eau, on a noté quelques mortalités de poissons, mais il s’est avéré plus vraisemblable que la plupart des poissons se sont réfugiés dans des zones plus propices à la vie. De plus, la suppression de la crue annuelle a perturbé la reproduction de beaucoup d’espèces. Dans le réservoir, au contraire, en dépit d’une désoxygénation initiale de la masse d’eau, un certain nombre d’espèces a pu profiter de l’inondation prolongée des zones marginales favorisant la survie de leur progéniture et, rapidement, la densité et la biomasse de poissons ont augmenté de manière spectaculaire.

5Dans les années qui ont suivi, le milieu a retrouvé progressivement un certain équilibre et les évolutions observées sur les peuplements de poissons ont été plus lentes. Dix ans après la fermeture du barrage, on a noté une perte d’une dizaine d’espèces dans les captures à l’aval. Une analyse basée sur les stratégies écologiques des espèces a permis de déterminer que celles qui se nourrissaient à partir de sources terrestres ont été défavorisées dans les nouvelles conditions. Dans le même temps, dans le réservoir, les captures se sont stabilisées à des niveaux proches de ceux observés dans le fleuve, alors que la diversité des peuplements était significativement plus faible. La transformation du fleuve en lac constitue ce qu’on appelle un filtre environnemental qui retient les espèces incapables de s’adapter au nouveau milieu du fait de stratégies écologiques incompatibles avec les nouvelles conditions. L’analyse a montré que les omnivores ont été favorisés dans la retenue aux dépens des végétariens. Elle a montré également que les espèces de petite taille avec de petits œufs et une forte fécondité ont été majoritairement retenues par le filtre.

6En conclusion, l’ensemble de ces résultats contribue à la connaissance des réponses de l’ichtyofaune face à la perturbation majeure induite par la construction d’un barrage en milieu tropical. Cette connaissance revêt une importance capitale pour anticiper les impacts de ce genre d’ouvrage, et, en particulier, pour tenter d’en limiter les conséquences environnementales et sociales.

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site