Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le fleuve, le barrage et les poissons

 | 
Bernard de Merona

Conclusions générales

Texte intégral

1La construction d’un barrage sur un cours d’eau, comme d’ailleurs tout aménagement destiné à améliorer le bien-être de la société en général, est précédée de tout un processus de décision. Celui-ci consiste, d’une part, à évaluer la faisabilité de l’opération et, d’autre part, à tenter de prévoir son bilan coût-bénéfice. En termes économiques, ce bilan est relativement facile à réaliser, mais il n’en est pas de même lorsque l’on y inclut le coût environnemental qui est difficilement chiffrable. À l’évidence, la première nécessité est de disposer de prévisions de l’impact probable sur les différents compartiments de l’écosystème. Pour les établir, les scientifiques poursuivent deux démarches complémentaires et concomitantes. Dans une première, ils peuvent utiliser les connaissances en écologie théorique : un certain nombre de modèles et de concepts peuvent être appliqués au cas des barrages. Mais ces modèles sont souvent insuffisants pour anticiper les évolutions de systèmes complexes. Une deuxième démarche consiste à examiner les données issues d’expériences passées et de tenter de les adapter au cas actuel. Cependant, dans le passé, et particulièrement pour les grands aménagements réalisés dans les pays du Sud, les considérations environnementales étaient absentes de ce processus : les études environnementales, quand elles étaient réalisées - souvent sous la pression des organismes internationaux prêteurs - étaient limitées au suivi des modifications écologiques dans la retenue nouvellement formée pendant les quelques années qui suivaient la fermeture de la digue. Ce n’est que vers les années 1980, avec la prise de conscience par le grand public des problèmes liés à la protection de l’environnement, que des études plus complètes ont commencé à voir le jour. Ainsi les données disponibles sur les effets des grands barrages en zone tropicale sont-elles en grande partie fragmentaires et disparates. Fragmentaires, car il est rare qu’un programme environnemental lié à la construction d’un barrage couvre toute la gamme des compartiments de l’écosystème supposés affectés, et disparates, car il n’existe pas deux situations qui adoptent la même approche. Il existe cependant un grand nombre d’ouvrages ou d’articles de synthèse qui tentent d’établir des schémas généraux de conséquences des barrages sur les cours d’eau (Brooker, 1981 ; Petts, 1984 ; Straskraba et al., 1992 ; Straskraba et Tundisi, 1999 ;WCD, 2000, parmi beaucoup d’autres). Il en ressort une grande hétérogénéité des situations. En effet, les impacts dépendent d’une multitude de facteurs tels que la position du barrage dans le bassin, le débit et le régime de crue du cours d’eau, la taille du réservoir, la zone géographique dans laquelle est situé l’ouvrage, la nature de la végétation inondée, etc. Dans ce contexte, les poissons constituent le compartiment probablement le plus difficile à modéliser. Hormis quelques reptiles et mammifères aquatiques, les poissons représentent en effet le maillon le plus élevé dans les chaînes trophiques de l’écosystème aquatique et, en ce sens, le compartiment « poisson » intègre tous les phénomènes physiques et chimiques et il est affecté par eux. De plus, l’évolution du peuplement piscicole après la fermeture d’un barrage est étroitement dépendante de la faune en place (Agostinho et al., 1999).

2Toutes ces considérations mettent en évidence la nécessité de multiplier les observations, seule démarche qui permettrait d’établir des modèles multiparamètres complexes. Par ailleurs, il est important d’obtenir dans chaque situation des observations les plus complètes possible tant dans la durée (avant et après barrage) que dans l’étendue des thèmes abordés, ce qui permet de comprendre les mécanismes responsables des changements observés.

3Pour la réalisation du barrage de Petit-Saut en Guyane française, Electricité de France a voulu être exemplaire en finançant largement des recherches depuis le début de la construction de l’ouvrage. En dépit des difficultés inhérentes à la coordination d’équipes de recherche variées, travaillant sur des échelles de temps et d’espace différentes, cet effort de recherche a généré, pour la première fois en zone tropicale, un descriptif relativement complet des changements survenus dans l’organisation des peuplements de poissons soumis à la perturbation majeure que constitue un barrage.

4Bien que les considérations environnementales ne soient pas intervenues au moment du choix du site de Petit-Saut, il s’est avéré, à partir des observations avant fermeture, que ce site présentait un certain nombre de caractéristiques propres à limiter les impacts sur le compartiment biotique de l’écosystème au sein duquel les poissons sont un élément intégrateur.

  • Il n’y avait pas d’espèce connue de poisson endémique du bassin, ce qui excluait tout risque d’extinction d’espèce.
  • Le régime hydrologique du fleuve, principale source de variabilité temporelle, présentait une ample variabilité dont une grande part de caractère stochastique. Cette caractéristique avait favorisé l’émergence de stratégies écologiques plastiques chez les espèces de poissons, ce qui les rendait a priori adaptables à une transformation rapide du milieu.
  • La répartition des espèces de poissons était relativement homogène dans le bassin ; en particulier, le réservoir recouvrait une zone du cours moyen ne présentant pas de caractère particulier. Il n’y avait donc pas de risque de voir disparaître des assemblages originaux liés à des habitats particuliers.
  • On n’avait relevé aucun mouvement migratoire de masse. Ainsi, il était probable qu’aucune des espèces de poissons présentes n’aurait vu son cycle reproducteur totalement bloqué par la présence du barrage.

5Ces conditions favorables ne peuvent cependant pas éviter que l’implantation du barrage ait un impact majeur sur l’environnement aquatique. Cet impact peut être évalué sur deux plans : la diversité et la production. Et il faut distinguer les compartiments aval et amont qui sont le siège de modifications très différentes.

6À l’aval, une perte de diversité semble irréversible. Bien que Ponton et al. (2000) aient détecté une certaine récupération dans les assemblages de juvéniles dans les années qui ont suivi la mise en eau, il est clair que le régime de crue, déterminant pour la survie de nombre d’espèces, ne pourra pas être maintenu à son patron naturel. Et cela d’autant plus que les aléas climatiques naturels, tels que le phénomène El Niño, sont accentués par les exigences de fonctionnement de l’usine hydroélectrique (Ponton, 2001). Une tendance à la diminution de la production a également été détectée dans cette zone. Il est à craindre que ces tendances s’accentuent dans le futur, comme le suggèrent les modifications de l’abondance relative des espèces individuelles en relation avec leur stratégie de reproduction. À l’amont, en revanche, la situation semble en voie de stabilisation. Après une forte diminution du nombre d’espèces dans le réservoir par rapport au fleuve à l’amont, la diversité ré-augmente dans les années récentes. Cette observation suggère que nombre d’espèces parviennent à s’adapter au nouveau milieu, tant par un ajustement de leur alimentation que par leur mode de reproduction. La production, après le pic de la phase de mise en eau, se stabilise à un niveau voisin de celui observé dans le fleuve à l’amont et l’ensemble du réservoir est actuellement homogène. Dans ces conditions, il est possible de faire l’hypothèse que le système retenue/fleuve amont a atteint un certain équilibre et ne devrait varier que dans des proportions similaires aux systèmes naturels.

7En plus de leur aspect descriptif, l’ensemble de ces résultats a permis de vérifier un certain nombre d’hypothèses d’écologie théorique et, par comparaison avec d’autres situations, pourrait permettre de les tester. Ces hypothèses s’articulent autour des relations entre l’habitat et les stratégies vitales des espèces. Du point de vue du scientifique, l’implantation d’un barrage sur un cours d’eau peut s’apparenter à une expérimentation en vraie grandeur qui consiste à modifier un milieu et observer la réaction des organismes qui l’habitent. Cette situation a permis de montrer que les stratégies vitales des espèces et leur répartition au sein des peuplements (structure fonctionnelle des peuplements) jouent un rôle significatif dans leur maintien au sein d’un milieu. En d’autres termes, le milieu déterminerait dans une certaine mesure l’organisation fonctionnelle des peuplements de poissons. Cette approche par le biais des stratégies vitales permet de s’affranchir du cadre taxonomique propre de chaque bassin et ainsi d’avancer des prévisions universelles sur le devenir des poissons dans les réservoirs.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22793/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.