Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le fleuve, le barrage et les poissons

 | 
Bernard de Merona

Les effets immédiats de la mise en eau : 1994-1996

Texte intégral

1Le 6 janvier 1994, le barrage de Petit-Saut a fermé ses portes après près de quatre ans de travaux. Le remplissage de la retenue s’est effectué en deux temps. Entre janvier 1994 et début juillet 1994, le niveau s’est élevé de près de 30 m puis, pour des raisons techniques, le remplissage a été arrêté et repris en décembre de la même année. Le remplissage total s’est achevé en juin 1995 lorsque la cote 35 m a été atteinte (fig. 26). Conformément à la législation en vigueur, un débit minimum de 100 m3.s-1 a été réservé à l’aval.

À l’aval : le monde est devenu fou

2Le tronçon du Sinnamary à l’aval du barrage de Petit-Saut s’étend sur une distance d’environ 60 km entre le pied de la digue et la ville de Sinnamary (fig. 18). Le lieu-dit « Combi » correspond à la limite de pénétration du coin salé (Lointier, 1990). L’onde de marée est ressentie jusqu’au barrage en saison d’étiage avec une inversion du sens du courant jusqu’à la station « Vénus ».

Fig. 18
Carte de situation de la portion du Sinnamary à l’aval du barrage de Petit-Saut.

Les modifications de l'hydrologie et de la physico-chimie

3La fermeture du barrage a provoqué la rupture du cycle naturel des saisons (fig. 19). Le flot de base a été maintenu à 100 m3.s-1 et des lâchers d’eau sporadiques ont été effectués correspondant à des tests sur les turbines. Pendant les 18 mois qu’a duré le remplissage de la retenue, il n’y a pas eu de véritable crue. La conséquence est que l’inondation des zones marginales a été considérablement réduite en temps comme en espace. De plus, le niveau constamment bas du fleuve allié à l’augmentation du débit des affluents par les pluies a provoqué un phénomène de « chasse d’eau » (Ponton et Vauchel, 1998). Après la fin du remplissage une crue est rétablie, mais selon un pattern très différent des conditions naturelles. D’importants lâchers d’eau ont lieu mais le fort débit ainsi obtenu n’est pas soutenu et le flux de base reste peu élevé. La conséquence est que l’inondation des milieux marginaux ne dure qu’un temps insuffisant pour leur utilisation par les poissons.

4Il a souvent été constaté des problèmes d’oxygénation à l’aval des barrages et particulièrement en zone tropicale. En effet, la décomposition de la végétation inondée dans la retenue provoque une désoxygénation générale de l’eau et la formation de gaz réducteurs dissous tels le méthane. Au barrage de Petit-Saut, le débit minimum de 100 m3.s-l était assuré par les pertuis de fond. Dans ces conditions, le jet d’eau tombant dans un milieu peu profond à l’aval entraîne un brassage important qui permet une réoxygénation de l’eau jusqu’à la saturation. Pourtant, il a été observé une diminution de la concentration en oxygène dissous de l’aplomb du barrage jusqu’à Pointe Combi, proche de l’estuaire, où les concentrations pouvaient descendre en dessous de la limite de 2 mg.1-1, supposée seuil de survie de la plupart des espèces de poissons (Gosse et Grégoire, 1997). Celle-ci a été attribuée à une forte demande chimique en oxygène due à l’oxydation du méthane. Le phénomène était encore amplifié lors des essais de turbinage. En effet, l’eau qui ressort des turbines est presque totalement dépourvue d’oxygène et chargée en gaz réducteurs. Pour pallier ces difficultés, EDF a décidé de construire un dispositif de réoxygénation artificielle. Celui-ci, mis en service en mars 1995, consiste en un seuil à lames déversantes, placé à l’amont immédiat du débouché des turbines. Il a permis de rendre compatible le turbinage jusqu’à la capacité maximale de l’usine hydroélectrique et la qualité de l’eau à l'aval (fig. 20).

Fig. 19
Hydrogramme du Sinnamary à l'aval du barrage de Petit-Saut entre 1991 et1997.
En grisé les moyennes journalières et en gras les moyennes mensuelles.

Fig. 20
Évolution de la concentration en oxygène dissous à l'aval du barrage de Petit-Saut entre 1994 et 1996 (données EDF).

Les conséquences sur l'abondance des poissons

5Il est connu que, en milieu tropical, la reproduction d’un grand nombre d’espèces s’effectue pendant la montée des eaux (Welcomme, 1979) et ce phénomène est confirmé dans le Sinnamary (voir chapitre 3). Des études ont donc été menées pour évaluer l’impact de la suppression de la crue durant la phase de remplissage de la retenue sur la reproduction des poissons (Ponton et Vauchel, 1998). Des collectes de juvéniles ont été pratiquées dans un petit affluent du Sinnamary (la crique Vénus) à l’aide de pièges lumineux disposés le soir et relevés le matin suivant (Ponton, 1994). Les résultats montrent que durant la saison des pluies suivant la fermeture, lorsque en conditions normales le niveau du fleuve s’élève, le nombre de jeunes poissons est considérablement inférieur à celui observé l’année précédente (fig. 21). Ce résultat suggère que la suppression de la crue a bien affecté la reproduction de nombre d’espèces.

Fig. 21
Capture par unité d'effort (CPUE) des jeunes poissons dans la crique Vénus avant et après la fermeture du barrage de Petit-Saut (adapté d’après Ponton, 1995).

Vue aérienne du barrage de Petit-Saut après construction du seuil de réoxygénation.

Le seuil de réoxygénation au pied du barrage de Petit-Saut.
Une structure en nid d’abeille qui facilite l’oxygénation de l’eau et l’évaporation des substances dissoutes toxiques.

Fig. 22
Évolution de la capture totale de poissons et de sa richesse spécifique à la station Vénus entre décembre 1991 et décembre1995.
Les lignes pointillées indiquent les moyennes pour les périodes considérées.

6En ce qui concerne les poissons adultes, avant barrage la capture est très variable (fig. 22). Dans une zone médiane de la portion aval, elle est en moyenne de 144 poissons par batterie et par nuit de pêche mais atteint 517 poissons en juin 1993 et seulement 39 en novembre de la même année. La capture de juin est dominée par une seule espèce à hauteur de 308 spécimens. Il s’agit de Anchovia surinamensis, un petit Clupeidae caractéristique des zones basses des fleuves. Cette évolution très variable est vraisemblablement due à des déplacements en masse de poissons liés au cycle reproducteur (cette capture exceptionnelle a été éliminée des analyses).

7Immédiatement après la fermeture et pendant toute la période de remplissage de la retenue, on observe une diminution importante de la capture. Elle est en moyenne de 57 individus par batterie et par nuit. Un test statistique t montre que la différence est significative au seuil de 0,02 %. Après cette phase, la capture revient à des niveaux comparables à ceux observés avant barrage. Le nombre d’espèces dans les échantillons subit lui aussi une diminution importante pendant la phase de remplissage de la retenue et, à l’inverse de la capture, continue à diminuer lors de la reprise des crues.

8On s’est interrogé sur les causes de la diminution importante de la capture observée dans la zone centrale du tronçon aval pendant la mise en eau. La diminution du succès de la reproduction mise en évidence ne pouvait être en cause. En effet, les conséquences d’une reproduction déprimée ne peuvent s’exprimer dans les peuplements d’adultes que plusieurs années plus tard. Une première hypothèse envisagée était une baisse de l’efficacité des filets maillants. En effet, rapidement après la fermeture, l’eau s’est chargée en débris d’algues qui venaient colmater les mailles des filets. Pourtant, le fait qu’une capture élevée ait été réalisée en novembre 1995 alors que la qualité de l’eau était inchangée a conduit à abandonner cette hypothèse. Il était probable que le film très fin de matière organique déposé sur les mailles des filets n’empêchait pas les poissons de se prendre. Une autre hypothèse était une mortalité en masse de poissons à cause de la dégradation de la qualité de l’eau dans le fleuve. De fait, quelques informations provenant de riverains faisaient état de poissons morts en grande quantité dans la zone la plus en aval. Pourtant, malgré une présence quasi continue d’équipes de recherche sur le terrain, des mortalités n’ont jamais été observées et aucune donnée objective n’existe sur l’importance des mortalités reportées. La dernière hypothèse était que la diminution de l’abondance des poissons dans la zone moyenne du cours aval pouvait être due à des phénomènes de fuite vers des zones plus propices à la survie. Pour le vérifier, des prélèvements ont été pratiqués en 1996 dans différentes zones du cours aval : au pied du barrage, à une dizaine de kilomètres en aval au lieu-dit « Kerenroch », très en aval dans la zone proche de Pointe Combi et dans quelques criques affluentes (fig 23). Les résultats montrent qu’il n’y a pas de grandes densités de poissons dans les criques affluentes mais, en revanche, qu’en début de crue, période qui coïncide normalement avec le début de la reproduction pour beaucoup d’espèces, il y a une forte accumulation de poissons au pied du barrage avec un gradient croissant d’abondance de l’aval vers l’amont. Cette accumulation pourrait avoir deux origines. D’une part, comme il avait été supposé, une fuite des poissons suivant un gradient d’oxygénation de l’eau et, d'autre part, un processus naturel de migration de certaines espèces pour leur reproduction, migration qui se serait trouvée bloquée par la digue du barrage. De fait, ce type d’accumulations a souvent été observé au pied des barrages nouvellement fermés (Welcomme, 1979 ; Bernacsek, 1984 ; Mérona et al., 1987).

Fig. 23
Variations longitudinales de la capture à l'aval du barrage de Petit-Saut entre novembre 1995 et décembre 1996.

Les conséquences sur la richesse spécifique

9Le cumul du nombre d’espèces dans les échantillons successifs permet d’estimer la richesse spécifique avant barrage entre 40 et 50 (fig. 24). Ce nombre est évidemment sous-estimé car, d’une part, il ne s’agit que des espèces capturables aux filets maillants et, d’autre part, les espèces à la détermination incertaine ont été éliminées des traitements. Cette estimation permet cependant la comparaison avec les périodes ultérieures. Immédiatement après la fermeture, l’estimation basée sur les mêmes critères donne un chiffre compris entre 34 et 37 espèces, puis, l’année suivante, entre 31 et 37. Ces chiffres représentent donc une perte d’environ 10 espèces par rapport à la situation avant barrage. Ces observations confirment l’hypothèse d’une fuite des poissons de la partie centrale de la zone aval dans les mois qui ont suivi la fermeture du barrage. Bien que l’examen des captures montre que les poissons ont regagné la zone centrale au cours des années qui ont suivi la mise en eau, il semble que ce retour n’a pas concerné toutes les espèces. Les collectes pratiquées jusqu’à 2002 montreront si ce phénomène est réversible ou s’il s’agit d’une perte définitive d’espèces sous l’effet du barrage.

Fig. 24
Évolution du nombre d'espèces cumulées dans les échantillons avant barrage, pendant la mise en eau et l'année qui a suivi, à l'aval du barrage de Petit-Saut.

Les conséquences sur l'écologie des espèces

10Il semble que la suppression de la crue durant les deux saisons du remplissage n’ait pas affecté de manière sensible la maturation des poissons femelles (fig. 25). Ce résultat est en contradiction avec l’hypothèse communément admise que, en milieu tropical, la crue serait le déclencheur de la maturation des gonades des poissons. Le fait qu’il y ait eu néanmoins un début de montée des eaux du fait des essais de turbinages peut expliquer cette apparente contradiction. Si on rapproche cette observation des résultats sur l’évolution de l’abondance des juvéniles dans les zones annexes, on peut faire l’hypothèse que ce n’est pas la maturation des gonades qui serait la cause du déficit de reproduction, mais la production ou la survie des larves.

11En revanche, les effets du remplissage sur les différentes espèces sont sensibles sur l’évolution de leur condition. Ces effets sont différents selon les espèces et, particulièrement, selon leur stratégie alimentaire. La condition d’un poisson est estimée à partir de la relation liant son poids et sa taille. Cette relation, de la forme P = a.Lb, est calculée pour l’ensemble des observations, puis les écarts entre les valeurs observées et calculées par la relation (résidus) sont moyennés pour chacune des périodes. Enfin un test statistique t est appliqué sur ces moyennes en vue de détecter une différence entre la période avant barrage et la phase de remplissage de la retenue. Les résultats font apparaître des effets contrastés selon les espèces (tabl. 8).

Fig. 25
Évolution de la maturation des gonades chez les poissons femelles dans le peuplement à l’aval du barrage de Petit-Saut entre décembre 1991 et décembre 1995.

Tableau 8. Moyennes des résidus de la relation longueur-poids et tests sur la différence entre périodes pour quelques espèces abondantes dans le Sinnamary aval.

Espèce

Régime alimentaire

Moyenne avant barrage

Moyenne pendant remplissage

Probabilité

Acestrorhynchus falcatus

Piscivore

1,96

-1,93

0,084

Charax pauciradiatus

Piscivore

0,141

-0,656

0,070

Auchenipterus nuchalis

Invertivore

0,131

-0,007

0,189

Bryconops caudomaculatus

Invertivore

1,652

0,560

<0,001

Curimata cyprinoides

Détritivore

1,846

9,793

<0,001

Hemiodus unimaculatus

Détritivore

0,249

-4,217

0,318

Leporinus friderici

Macrophytophage

6,862

-18,629

0,039

Piabucus dentatus

Végétarien

-2,074

1,188

<0,001

Poptella brevispina

Omnivore

2,017

2,564

0,017

Parauchenipterus galeatus

Omnivore

-3,327

0,919

0,021

Triportheus rotundatus

Omnivore

3,218

-0,469

0,003

12La fermeture du barrage a été défavorable aux invertivores, aux macrophytophages et à un omnivore. Toutes ces espèces se nourrissent d’aliments provenant des zones de bordure : insectes terrestres, fruits, graines et feuilles qui tombent de la végétation marginale. Il est aisé de comprendre que l’absence d’inondation et le niveau toujours bas du fleuve ont rendu beaucoup de ces sources de nourriture inaccessibles. En revanche Curimata cyprinoides et deux espèces omnivores (Poptella brevlspina et Parauchenipterus galeatus) voient leur condition s’améliorer durant la phase de remplissage. La première espèce, détritivore, a bénéficié de conditions d’alimentation particulièrement favorables avec le développement abondant d’algues et le dépôt de matériel organique sur tous les substrats. Les deux omnivores et particulièrement Parauchenipterus galeatus ont un comportement alimentaire extrêmement opportuniste et peuvent donc s’adapter rapidement à des changements dans la disponibilité des ressources.

Conclusions

13En conclusion, les effets immédiats de la fermeture du barrage de Petit-Saut n’ont pas été très favorables pour les poissons à l’aval. La plus grande partie des poissons s'est dispersée pour fuir la zone centrale, leur reproduction a été profondément perturbée et leur état physiologique s’est dégradé. Il y a peu d’informations précises sur cette phase dans la bibliographie internationale sur les effets des barrages en zone tropicale, l’évolution à long terme est le plus souvent jugée plus pertinente. Dans les quelques cas étudiés, des conséquences néfastes pour les peuplements de poissons ont été observées. Les auteurs ont signalé des mortalités en masse sur la Great Muhala River (Tanzanie) après le barrage de Mtera (Petr, 1981), l’échec de la reproduction de beaucoup d’espèces à l’aval du barrage de Cahora Bassa (Mozambique) (Bernacsek, 1984) et une diminution drastique de l’abondance à l’aval du barrage de Tucurui sur le Tocantins au Brésil (Mérona et al., 1987 ; Santos et Mérona, 1996). Les observations sur les effets immédiats des barrages à l’aval sont cependant du plus grand intérêt, dans la mesure où ceux-ci peuvent conditionner l’évolution future de l’ichtyofaune à l’aval.

À l’amont, c’est le paradis !

La séquence d'évènements

14Très rapidement, du fait d’une crue importante en début d’année 1994, le niveau d’eau est monté dans la retenue et, dès le mois de juin 1994, il atteignait 31 m, ce qui correspond au niveau minimum de fonctionnement des turbines (fig. 26). À cette époque, le remplissage a été interrompu du fait d’un certain nombre de contraintes techniques. Une pluviométrie plutôt faible à partir d’avril 1994 et la nécessité de maintenir à l’aval un débit de 100 m3.s-l et un taux d’oxygénation satisfaisant ont conduit EDF à stopper le remplissage jusqu’à la saison pluvieuse suivante. Le remplissage a repris en janvier 1995 pour s’achever en juin 1995 lorsque la cote maximale de 35 m était atteinte. À cette cote maximale, la retenue couvre une surface approximative de 325 km2 (Huynh et al., 1999). Elle se présente comme une vaste étendue d’eau aux contours très dendritiques et comprenant de nombreuses îles du fait de la topographie très vallonnée de la zone (fig. 27).

Fig. 26
Débit moyen entrant et cote de la retenue en 1994 et 1995 (données EDF).

Fig. 27
Carte de la retenue de Petit-Saut montrant les zones de collecte de poissons.

15La zone inondée était couverte de forêt primaire sur toute la surface de la retenue, forêt qui s’est trouvée progressivement noyée. Dans les premiers mois, les arbres et le sous-bois sont restés vivants et les zones inondées ressemblaient à ce que l’on peut voir dans les plaines inondées amazoniennes. Cependant, la végétation de terre ferme n’est pas adaptée à résister à de longues périodes d’inondation comme celle des plaines inondables et, dès octobre 1994, toute la végétation recouverte était morte et les parties en eau étaient encombrées d’arbres morts.

Forêt inondée pendant la formation du réservoir de Petit-Saut.

Vue aérienne du réservoir de Petit-Saut en 1995.
La végétation inondée est morte, mais les arbres n’ont pas perdu leurs branches.

16La dégradation de cette énorme masse végétale a eu, bien évidemment, des conséquences sur la qualité de l'eau dans la retenue. La minéralisation de la matière organique provenant de la décomposition des feuilles et de la litière consomme de grandes quantités d’oxygène et produit un certain nombre de gaz toxiques tels que l’hydrogène sulfureux (H2S) et le méthane (NH4). Ces phénomènes sont très rapides et conduisent à une désoxygénation généralisée des retenues pouvant provoquer des mortalités massives de poissons. À Petit-Saut, seuls les deux premiers mois de l’inondation ont été le siège d’une importante désoxygénation (fig. 28, cf. cahier couleur) mais il y eut peu de mortalités de poissons, ce qui montre qu’un film oxygéné était le plus souvent disponible en surface, au moins dans certaines zones. Les conditions d’oxygénation se sont ensuite rapidement améliorées, avec toutefois des variations soudaines dues soit à des épisodes pluvieux, soit à des lâchers d’eau au niveau du barrage jouant le rôle de chasse à partir des couches profondes.

L’évolution de la capture de poissons adultes

17Très rapidement après la fermeture du barrage, les captures de poissons adultes dans le lac en formation ont augmenté dans de très larges proportions. Alors qu’en rivière on capture une moyenne de 100 poissons par batterie de filets et par nuit de pêche, un même effort produisait jusqu’à 600 poissons en avril 1994 et près de 800 en avril 1995 dans le lac (fig. 29). La capture est encore plus importante en tête de retenue, particulièrement pendant la montée des eaux. On y recense plus de 1 000 poissons par batterie et par nuit en avril 1994 et près de 1 600 en avril 1995. Il y a donc une importante accumulation de poissons dans cette zone, ce qui suggère un mouvement massif en provenance de la retenue vers l’amont.

18Cet accroissement des captures dénote une augmentation de la densité des poissons dans le milieu échantillonné, mais pas nécessairement de leur abondance. En effet, la densité est une abondance par unité de volume. Pour une abondance identique, un volume réduit produira une densité plus élevée. Il est certain que, pendant les premiers mois d’inondation, les poissons étaient concentrés dans la mince couche oxygénée en surface et ce fait peut expliquer en partie la rapide augmentation des captures au début de 1994.Toutefois, en 1995, lorsque les conditions d’oxygénation se sont améliorées et que le volume disponible pour les poissons s’est considérablement étendu, les captures ont encore augmenté, et il n’est pas douteux qu’il s’agissait bien d’une augmentation de l’abondance.

19Sauf en cas de désoxygénation sévère, un rapide accroissement de la production de poissons a toujours été observé dans les lacs de barrage (Petr, 1975). La première hypothèse pour expliquer ce développement est le résultat d’une survie juvénile importante alliée à une croissance rapide. Dans la rivière, beaucoup d’espèces pondent dès le début de la crue, stratégie qui permet aux larves et juvéniles d’utiliser les milieux marginaux inondés riches de nouveaux nutriments incorporés dans le milieu aquatique (voir chapitre 3). Cependant, dans ces conditions naturelles, la survie des juvéniles est très faible. D’une part, la variabilité des débits fait que les milieux colonisés peuvent très rapidement s’assécher. D’autre part, en tout état de cause, ces milieux inondés ont une extension limitée et il y a compétition entre individus pour la nourriture. Enfin, les jeunes poissons concentrés dans un milieu relativement confiné constituent des proies faciles pour les prédateurs. L’inondation de la retenue représente, du point du vue du poisson, des conditions saisonnières idéales pour sa reproduction. Les zones inondées sont immenses, elles restent inondées durant une longue période et leur surface augmente même au cours du temps. Elles constituent donc un milieu extrêmement favorable pour la survie des jeunes, qui y trouvent une alimentation à profusion et une certaine protection contre la prédation du fait de la dilution des prédateurs dans l’espace. L’examen de l’évolution de la structure en taille des populations de poissons les plus abondantes permet de vérifier cette hypothèse de la survie juvénile (fig. 30). Dès le mois de mars 1994, des jeunes Parauchenipterus galeatus et Triportheus rotundatus sont capturés par les filets. Leur croissance est rapide jusqu’à la fin de l’année. Il s’agit vraisemblablement de poissons nés au début de la crue en novembre et décembre de l’année précédente. La première espèce va dominer le peuplement durant toute l’année 1994 et la deuxième prendra le dessus en 1995. La condition des spécimens de ces deux espèces est très supérieure dans le lac en formation par rapport à la rivière (tabl. 9), ce qui suggère la grande disponibilité des sources alimentaires dans la retenue.

Fig. 29
Évolution de la capture avant et après la fermeture du barrage de Petit-Saut (1989-1995). Les lignes continues correspondent aux ajustements des points par moyenne mobile.

Fig. 30
Structures en taille des deux espèces les plus abondantes (Triportheus rotundatus, à gauche, et Parauchenipterus galeatus, à droite) dans la retenue de Petit-Saut pendant la phase de mise en eau.

Tableau 9. Moyennes des résidus de la relation longueur-poids et tests sur la différence entre local pour les deux espèces les plus abondantes dans la retenue en 1994 et 1995.

Espèce

Moyenne dans le fleuve

Moyenne dans la retenue

Probabilité

Parauchenipterus galeatus

-13,760

+2,623

< 0,001

Triportheus rotundatus

-3,025

+4,419

< 0,001

L'évolution de la richesse spécifique

20Il n’est possible de comparer la richesse spécifique dans la retenue telle qu’évaluée par des pêches aux filets maillants qu’avec celle obtenue avec le même engin dans la rivière. Cette limitation n’apporte vraisemblablement pas de biais important dans le résultat car les observations avant barrage ont montré qu’il n’existait pas d’espèces exclusives des rapides (Tito de Morais et Lauzanne, 1994). Les ajustements du nombre d’espèces cumulé en fonction du nombre d’échantillons à une courbe logistique permettent une estimation de la richesse spécifique maximale obtenue à partir des filets maillants (fig. 31 et tabl. 10). On observe que le nombre d’espèces capturées en 1994 est beaucoup plus élevé que dans la rivière au cours de la première année de l’inondation, puis qu’il diminue les deux années suivantes. On peut supposer que la désoxygénation généralisée du milieu et l’inondation progressive ont poussé toutes les espèces à se concentrer dans la couche superficielle, seul compartiment disponible. Ainsi, nombre d’espèces, normalement non capturables par les filets maillants, se sont trouvées vulnérables. Parmi les espèces jamais capturées en rivière et figurant dans la capture de la retenue en 1994, on trouve, en effet, des espèces de milieux marginaux ou de criques telles que Dysichthys coracoideus, Helogenes marmoratus, Gymnotus carapo, Sternopygus macrurus, Characidium sp., Gasteropelecus sternicla, Polycentrus punctatus. Très rapidement, avec l’amélioration des conditions d’oxygénation, un tri pourra s’effectuer. Seules persisteront dans le réservoir les espèces qui pourront s’adapter aux nouvelles conditions.

Tableau 10. Résultats des ajustements des nombres cumulés d'espèces dans les échantillons à une courbe logistique. Estimation d’une richesse spécifique théorique.

Nombre d’échantillons

R2 corrigé

Richesse théorique

Intervalle à 95 %

Fleuve

42

0,967

60,4

59,9 - 60,9

Lac en 1994

31

0,997

72,7

72,1 - 73,2

Lac en 1995

39

0,980

58,0

57,3 - 58,8

Lac en 1996

38

0,918

43,1

41,8 - 44,5

Fig. 31
Courbes du nombre d’espèces cumulé sur les échantillons pratiqués dans le fleuve avant barrage et sur la retenue en 1994 et 1995.

La composition des captures

21Une analyse des correspondances passée sur le tableau des captures met en évidence l’évolution rapide de la composition spécifique des peuplements dans le lac de retenue (fig. 32, cf. cahier couleur). Les deux premiers facteurs de l’analyse, bien qu’ils ne représentent qu’un peu plus de 20 % de la variabilité totale, sont visiblement liés à la répartition spatiale des espèces. En 1994, le peuplement du lac s’éloigne rapidement du peuplement du fleuve, caractérisé d’abord par deux espèces benthiques peu capturables dans la rivière (Pimelodella geryi et P. cristata), puis par Parauchenipterus galeatus et Leporinus friderici, qui représentent à elles seules 31 % des individus récoltés et 67 % du poids total de la capture. Le peuplement tend à se stabiliser au cours de l’année 1995, avec toutefois un fort déséquilibre au profit d’un nombre limité d’espèces. Charax pauciradiatus et Triportheus rotundatus représentent à eux seuls plus de 45 % de tous les poissons capturés en 1995. A ces deux espèces s’ajoute, en 1996, Bryconops caudomaculatus et, cette année-là, les trois espèces constituent près de 70 % de tous les poissons capturés dans le lac de retenue. L’examen des contenus stomacaux de ces trois espèces montre qu’elles ont pu tirer avantage des nouvelles sources de nourriture qui se développaient dans le réservoir. Ces nouvelles ressources sont, d’une part, une grande quantité de termites et de fourmis qui tombent avec les branches pourrissantes des arbres, d’autre part des organismes planctoniques tels que Ostracodes et larves de Chaoboridae et enfin une faune d’invertébrés benthiques, essentiellement des Chironomides qui se développent sur le fond des milieux marginaux. Triportheus rotundatus, une espèce qui, dans la rivière, consommait végétaux terrestres et invertébrés terrestres en quantité équivalente passe à un régime presque exclusivement carnivore dans la retenue, basé sur les retombées de termites et de fourmis à partir des arbres morts et sur le plancton. Charax pauciradiatus, quant à lui, se nourrit à partir des larves de Chaoboridae et des invertébrés aquatiques benthiques, alors qu’il était surtout piscivore dans le fleuve. Quant à Bryconops caudomaculatus, il change peu son régime alimentaire : essentiellement insectivore d’insectes terrestres dans le fleuve, il complète son régime dans la retenue par des invertébrés aquatiques.

Conclusions

22Selon qu’ils se trouvaient au-dessus ou au-dessous du rapide de Petit-Saut, les poissons ont vécu la fermeture du barrage de manière très différente. Dans les fleuves tropicaux, la crue est le principal évènement qui rythme la vie de tout organisme aquatique. Sous ces latitudes, température et durée du jour sont pratiquement constantes toute l'année et ne représentent donc pas des paramètres susceptibles d’induire des changements physiologiques. Chaque année à la même période, des pluies abondantes drainent vers le cours d’eau quantité de nutriments provenant de la litière du bassin versant, le niveau d’eau s’élève, inondant des milieux terrestres marginaux. Cet évènement n’est cependant pas constant d’une année sur l’autre. Il y a des « mauvaises » années pour les poissons, celles où la crue est déficitaire, tardive, écourtée ou irrégulière. C’est à partir de ce constat que l’on peut interpréter les réponses des communautés de poissons après la fermeture du barrage de Petit-Saut. Les deux conséquences principales de la fermeture d’un barrage concernent l’hydrologie et la qualité de l’eau. Dans le cas du Sinnamary, les phénomènes de déplétion en oxygène dissous ont eu une influence réduite sur les poissons. En revanche, les perturbations dans le régime hydrologique naturel de la rivière se sont avérées déterminantes dans les transformations observées dans les peuplements. À l’aval, la suppression de la crue a considérablement affecté la reproduction et l’alimentation de beaucoup d’espèces. Ce fut pour les poissons deux « mauvaises années ». À l’amont, au contraire, l’hydrologie a été largement favorable aux poissons avec une crue très ample et de longue durée comme il n’y en avait jamais eu.

23Dans le chapitre suivant, nous verrons comment les peuplements de poissons ont évolué sur une période plus longue et dans quelle mesure les transformations immédiates, induites par les changements drastiques dans l’environnement, conditionnent l’évolution future des communautés de poissons dans les différents compartiments de la rivière.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22787/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 18Carte de situation de la portion du Sinnamary à l’aval du barrage de Petit-Saut.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22787/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 19Hydrogramme du Sinnamary à l'aval du barrage de Petit-Saut entre 1991 et1997.En grisé les moyennes journalières et en gras les moyennes mensuelles.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22787/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Fig. 20Évolution de la concentration en oxygène dissous à l'aval du barrage de Petit-Saut entre 1994 et 1996 (données EDF).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22787/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Fig. 21Capture par unité d'effort (CPUE) des jeunes poissons dans la crique Vénus avant et après la fermeture du barrage de Petit-Saut (adapté d’après Ponton, 1995).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22787/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Vue aérienne du barrage de Petit-Saut après construction du seuil de réoxygénation.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22787/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 407k
Légende Le seuil de réoxygénation au pied du barrage de Petit-Saut.Une structure en nid d’abeille qui facilite l’oxygénation de l’eau et l’évaporation des substances dissoutes toxiques.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22787/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Légende Fig. 22Évolution de la capture totale de poissons et de sa richesse spécifique à la station Vénus entre décembre 1991 et décembre1995.Les lignes pointillées indiquent les moyennes pour les périodes considérées.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22787/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Fig. 23Variations longitudinales de la capture à l'aval du barrage de Petit-Saut entre novembre 1995 et décembre 1996.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22787/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Fig. 24Évolution du nombre d'espèces cumulées dans les échantillons avant barrage, pendant la mise en eau et l'année qui a suivi, à l'aval du barrage de Petit-Saut.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22787/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Fig. 25Évolution de la maturation des gonades chez les poissons femelles dans le peuplement à l’aval du barrage de Petit-Saut entre décembre 1991 et décembre 1995.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22787/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 26Débit moyen entrant et cote de la retenue en 1994 et 1995 (données EDF).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22787/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Fig. 27Carte de la retenue de Petit-Saut montrant les zones de collecte de poissons.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22787/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Forêt inondée pendant la formation du réservoir de Petit-Saut.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22787/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Légende Vue aérienne du réservoir de Petit-Saut en 1995.La végétation inondée est morte, mais les arbres n’ont pas perdu leurs branches.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22787/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Légende Fig. 29Évolution de la capture avant et après la fermeture du barrage de Petit-Saut (1989-1995). Les lignes continues correspondent aux ajustements des points par moyenne mobile.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22787/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Fig. 30Structures en taille des deux espèces les plus abondantes (Triportheus rotundatus, à gauche, et Parauchenipterus galeatus, à droite) dans la retenue de Petit-Saut pendant la phase de mise en eau.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22787/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 31Courbes du nombre d’espèces cumulé sur les échantillons pratiqués dans le fleuve avant barrage et sur la retenue en 1994 et 1995.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22787/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site