Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le fleuve, le barrage et les poissons

 | 
Bernard de Merona

Le fleuve Sinnamary

Texte intégral

Géographie physique

1Le bassin du Sinnamary occupe une position centrale dans le système hydrographique guyanais (fig. 3, cf. cahier couleur). Le fleuve prend sa source dans les reliefs peu élevés des massifs centraux de la Guyane à quelque 130 m d’altitude et s’écoule du sud au nord jusqu’à la plaine côtière (fig. 4, cf. cahier couleur). Il s’agit d’un fleuve de moyenne importance avec un bassin de 6 565 km2 et une extension d’environ 250 km. Il n’a que deux affluents de taille significative, tous deux sur sa rive gauche : le Courcibo et la crique Tigre, mais il reçoit aussi de nombreux petits cours d’eau ou « criques ».

2Son débit moyen est de 290 m3.s-l avec d’importantes variations saisonnières et interannuelles. Sur l’ensemble de son cours, le Sinnamary est bordé de forêts. Cette végétation marginale revêt une importance fondamentale dans le fonctionnement du fleuve. Il y a, d’une part, l’apport de matières organiques provenant du lessivage de la litière dégradée. Il y a, d’autre part, les apports directs de matériel végétal et d’invertébrés terrestres qui tombent de la végétation surplombante. Les principales caractéristiques physico-chimiques de l’eau du Sinnamary traduisent sa dépendance vis-à-vis du substrat géologique et de son couvert forestier (Richard, 1996). Coulant sur un socle granitique ancien peu érodable, le fleuve est pauvre en matières en suspension et très faiblement minéralisé. L’eau est relativement transparente et légèrement acide. La présence de silice en quantité non négligeable signe la contribution des latérites à la minéralisation des eaux (tabl. 3).

Tableau 3. Principales caractéristiques physico-chimiques du Sinnamary au niveau de la confluence avec le Courcibo (Données de Richard, 1996)

Paramètre

Valeur moyenne

Maximum

Minimum

Température (°C)

25,8

27,0

24,6

pH

6,0

4,9

6,7

Conductivité (ÏS)

22, 18

19,00

25,70

Oxygène (mg.1- 1)

8,01

7,40

8,60

Transparence (m)

1,05

0,60

1,40

MES (rng.1-1)

10,61

5,00

13,60

Ammonium (µmoIN.1-1)

19,65

12,25

32,13

Nitrates (µmoIN.1-1)

20,96

0,00

29,25

.Phosphates (µmolP.1-1)

0,16

0,00

0,56

Silicium (mgSi.1-1 !)

4,90

4,36

5,25

Fer total (mgFe.1-1)

1,77

0,70

4,70

3Du point de vue de la conformation de son estuaire, le Sinnamary se place dans la catégorie des fleuves à estuaire fortement inflexé vers l’ouest. Cette structure est le résultat du courant côtier amazonien qui charrie d’importantes quantités de matières en suspension, et des processus de sédimentation variables en fonction de la conformation de la ligne de côte. Ainsi, les fleuves qui ont leur embouchure immédiatement à l’ouest d’une accentuation de la courbure de la côte, comme l’Oyapok et l’Approuague à l’est, le Sinnamary et l’Iracoubo au centre, présentent un estuaire largement inflexé vers l’ouest.

4Les bassins fluviaux, du point de vue de leur faune aquatique, constituent des îles biogéographiques (Hugueny, 1989), dans le sens que les processus d’émigration-immigration sont extrêmement limités, voire impossibles. Ainsi leurs caractéristiques physiques sont-elles très contraignantes pour les communautés animales. Celles-ci peuvent être positionnées dans un cadre spatio-temporel à plusieurs échelles. Du point de vue des poissons, l’hétérogénéité spatiale peut être vue à l’échelle du bassin et à celle du bief, la variabilité temporelle à l’échelle annuelle ou pluriannuelle.

L’hétérogénéité spatiale

5Le profil en long du Sinnamary est caractéristique des fleuves de Guyane. Tito de Morais et Lauzanne (1994) y distinguent 5 zones sur la base de l’analyse des pentes et de la présence de rapides (appelés localement « sauts ») (fig. 5) :

  • la tête de bassin présente une pente très forte (0,16 %o) et des sauts peu accentués (< 2 m) ;
  • la zone amont est formée de biefs d’une dizaine de kilomètres de long présentant des aires d’inondation avec des sauts peu marqués (< 2 m pour la plupart) et une pente faible (0,04 ‰) ;
  • la zone centrale de pente relativement forte (0,07 ‰) est caractérisée par une succession rapprochée de sauts souvent marqués (> 2 m), séparés par des biefs courts (1 ou 2 km) et encaissés ;
  • la zone basse a une pente très douce (0,006 ‰), et elle est constituée de longs biefs avec quelques zones d’inondation et quelques radiers de faible dénivelé ;
  • la zone estuarienne est une zone d’environ 40 km où l’influence des oscillations de marée est sensible, d’abord par des inversions journalières de courant, puis, plus près de l’estuaire, par la pénétration d’eau salée (Lointier, 1990).

Fig. 5.
Profil en long du Sinnamary (adapté de Tito de Morais et Lauzanne, 1994).

6À l’échelle du bief, trois types principaux de milieux sont reconnus.

7• Les sauts sont les endroits où les ruptures de pente entraînent une accélération brutale du courant. Le substrat est composé de roches et la profondeur moyenne est faible, avec cependant localement de profondes dépressions creusées par le courant violent. Leurs dimensions sont très variables. Parfois, ce sont des petites dénivellations de quelques dizaines de centimètres et l’eau s’écoule sur la roche à nu. À d’autres endroits, il s’agit de chutes de plusieurs mètres de hauteur sur de grandes largeurs.

8Bien entendu, l’aspect de ces milieux est très variable selon la saison. En hautes eaux, les rapides peuvent disparaître complètement, recouverts d’une importante lame d’eau. Les grands sauts, quant à eux, sont beaucoup plus torrentiels. Ces structures sont une composante fondamentale de la navigation sur le Sinnamary, comme d’ailleurs sur tous les fleuves de Guyane. Une remontée de fleuve s’accompagne de difficiles passages de sauts avec parfois un portage de l’aval vers l’amont de l’embarcation et du matériel.

9• Les biefs sont les portions d’eau relativement calme séparant deux sauts. Le cours d’eau s’élargit et s’approfondit, il est souvent méandreux et bordé partout de forêt primaire. Les fonds sont sableux dans le haut cours et boueux à l’aval. En basses eaux apparaissent de larges bancs de sable.

10• Les criques sont les petits affluents étroits dont le lit est totalement recouvert par la végétation surplombante.

La variabilité temporelle

11En milieu tropical ou équatorial, les variations saisonnières de température et de nycthémère sont peu marquées. Le facteur essentiel de variabilité saisonnière est la pluviométrie et ses conséquences sur le débit des fleuves et rivières. En Guyane, la saison des pluies commence généralement en décembre et se termine en juin avec une petite interruption en mars, une période appelée localement « le petit été de mars ». En moyenne annuelle, le débit du Sinnamary est de 290 m3.s-l mais cette moyenne cache de grandes disparités dans les conditions hydrologiques au cours de l’année. Ainsi, entre le 1er janvier 1989 et le 1er janvier 1994, le débit minimum d’étiage enregistré à la station de Petit-Saut était de 13,7 m3.s-l alors que le maximum en crue était de 984,8 m3.s-1, soit près de 100 fois plus élevé ! La crue est le plus souvent bimodale. Un premier pic survient vers décembre ou janvier, et un deuxième, plus ample, aux alentours du mois de juin. L’étiage s’étend d’août à novembre. L’examen de l’hydrogramme des données journalières (fig. 6) nous montre que sur cette évolution régulière saisonnière des niveaux d’eau se superposent des oscillations rapides et de grande ampleur. Cet aspect est lié à une réponse rapide des débits à la pluie et donc à une très faible capacité de rétention des eaux. Les oscillations de hauteur d’eau à Petit-Saut sont pratiquement concomitantes de celles observées à saut Dalles, beaucoup plus en amont. Elles y sont également plus amples, puisque le bassin versant est plus étendu.

Fig. 6
Variations des hauteurs d’eau journalières au site de Petit-Saut en 1991.

Une crique typique dans le haut Sinnamary.

Saut Takari-Tanté, limite supérieure du futur lac de barrage de Petit-Saut.

12À ces variations saisonnières de débit s’ajoutent d’importantes variations interannuelles qui sont dues à la variabilité générale du climat planétaire. On sait que les déplacements de grande ampleur des masses d’eau du Pacifique entraînent des modifications dramatiques du climat. Durant les phases « El Nino », qui correspondent à un réchauffement superficiel de l’eau dans le Pacifique Est, l’ensemble de la zone des Guyanes souffre d’un déficit important de la pluviométrie qui s’accompagne d’une hydrologie très déficitaire. Le phénomène inverse est appelé « la Nina » et correspond à des années d’excédent d’eau dans les bassins. L’examen de longues séries de hauteur d’eau illustre bien ce phénomène (fig. 7).

Fig. 7
Variations interannuelles des débits mensuels moyens de la zone amont du Sinnamary entre 1994 et 2002 (données EDF).

Eléments d’histoire et de géographie humaine

  • 3 « Carbet » est le nom donné localement à des constructions rudimentaires en bois servant d’abris t (...)

13Aujourd’hui le bassin du Sinnamary apparaît pratiquement vide de toute occupation humaine. À l’aval, depuis la bourgade de Sinnamary on ne rencontre que quelques carbets3 inhabités, on ne croise que de rares barques de pêcheurs ou de chasseurs. La traversée de la retenue de Petit-Saut se fait dans le silence de la forêt ennoyée, au milieu des arbres morts. À l’amont, au-delà du saut Takari-Tanté, ce n’est que le long corridor de la grande forêt équatoriale, ponctué de sauts torrentueux.

14Pourtant, les expéditions menées par les explorateurs dès le xvie siècle et jusqu’à la fin du xviiie siècle font état de nombreuses communautés indigènes sur le cours du Sinnamary. Les récentes recherches archéologiques menées sur l’emprise de la retenue de Petit-Saut ont mis en évidence de nombreux sites de plein air et polissoirs qui attestent de cette présence amérindienne (Puaux et Philippe, 1997 ; Vacher et al., 1998). En 1854, c’est la découverte de l’or en Guyane, et l’exploitation dans le bassin du Sinnamary débute en 1866 sur le site d’Adieu Vat. Jusque vers les années 1950, l’exploitation est intensive. On dénombre, vers 1930, environ 1000 personnes sur la moyenne et basse vallée du Sinnamary. Cette exploitation concerne autant l’or filonien que l’or éluvial et alluvial. Ce sont surtout les deux dernières formes d’exploitation qui ont un impact important sur la qualité de la rivière. En effet, l’une comme l’autre procèdent par lavage de la terre et de grandes quantités de matière sont mises en suspension dans l’eau. De plus, l’extraction de l’or alluvial dans le fond de la rivière utilise la technique du dragage du fond, ce qui a pour effet de déstructurer les milieux benthiques.

15Dernier avatar dans l’histoire de l’occupation du bassin du Sinnamary, le bagne des Annamites a été construit dans les années 1930 et a fonctionné jusqu’à son démantèlement en 1945. Situé en rive gauche à la hauteur de la crique Plomb, il a réuni plus de 300 personnes, condamnés et surveillants inclus. Les bagnards ont contribué à la construction d’ouvrages, en particulier un pont inachevé sur le Sinnamary au niveau de saut Vata dont il restait, avant l’inondation de la zone par le réservoir de Petit-Saut, une pile au milieu du fleuve.

16Dans le même temps, l’exploitation de l’or était en plein déclin du fait de la baisse des cours et de l’épuisement des gisements alluvionnaires à la portée des moyens rudimentaires des orpailleurs de l’époque. Ce n’est qu’à la fin des années 1980 que l’activité d’orpaillage reprend, grâce à des prospections minières systématiques et à l’introduction de nouvelles méthodes d’exploitation. Aujourd’hui, sur le Sinnamary, le site de St Elie localisé entre la crique Tigre et la crique Leblond est le seul officiellement actif. Cependant, en dehors des entreprises artisanales légalement enregistrées, il existe un certain nombre d’exploitations illégales, clandestines et difficilement contrôlables, qui opèrent sans préoccupation environnementale et peuvent être responsables de contamination des chaînes alimentaires par le mercure.

17Le bassin du Sinnamary, au moins dans sa partie moyenne, a donc connu une forte implantation de population, tant sur le Sinnamary lui-même que sur le Courcibo et les criques Tigre et Plomb. Il ne reste aujourd’hui, officiellement, qu’un site d’orpaillage dans les têtes de bassin des criques Tigre et Leblond. Le haut Sinnamary est totalement dépourvu de toute implantation humaine permanente.

Notes

3 « Carbet » est le nom donné localement à des constructions rudimentaires en bois servant d’abris temporaires.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22781/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 5.Profil en long du Sinnamary (adapté de Tito de Morais et Lauzanne, 1994).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22781/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 6Variations des hauteurs d’eau journalières au site de Petit-Saut en 1991.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22781/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Une crique typique dans le haut Sinnamary.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22781/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 461k
Légende Saut Takari-Tanté, limite supérieure du futur lac de barrage de Petit-Saut.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22781/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Légende Fig. 7Variations interannuelles des débits mensuels moyens de la zone amont du Sinnamary entre 1994 et 2002 (données EDF).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22781/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site