Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le fleuve, le barrage et les poissons

 | 
Bernard de Merona

Contexte géographique général

Texte intégral

Les Guyanes : une unité géographique et géologique naturelle

1Le flanc nord-est de l’Amérique du Sud est constitué d’une vaste entité géographique et géologique de quelque 1,5 million de km2 : le bouclier guyanais, limité au nord et à l’est par l’océan Atlantique, au sud par la dépression de l’Amazone, et à l’ouest par la grande boucle de l’Orénoque. Il s’agit d’un socle de roches anciennes datant de l’époque précambrienne, c’est-à-dire d’avant la séparation des continents africain et sud-américain, il y a 2 à 3 milliards d’années. Ce socle est orienté suivant un axe WNW-ESE qui constitue la limite entre le versant atlantique et le versant amazonien du bouclier (fig. 2, cahier couleur).

2Cet ensemble est séparé en deux parties par deux échancrures de direction Générale NE-SO au niveau du fleuve Essequibo au Guyana et du rio Branco au Brésil. La partie orientale, qui inclut le Guyana, le Surinam, la Guyane française et l’État d’Amapa au Brésil, est un ensemble relativement homogène. C’est le versant atlantique de cet ensemble qu’il est convenu d’appeler « les Guyanes ». On y distingue le relief de socle ancien du bouclier guyanais, prolongé par une plaine côtière. Bien que consolidé depuis quelque 400 millions d’années, le socle est toujours soumis aux mouvements tectoniques qui affectent le nord de l’Amérique tropicale et qui se traduisent par un bombement central et des affaissements dans la zone de l’Essequibo à l’ouest et dans l’Amapa au sud-est. Ces affaissements sont le siège d’une importante sédimentation d’origine fluviale et marine. À ces phénomènes s’ajoutent les effets d’une érosion qui a vraisemblablement été continue et intense et qui a modelé le relief actuel.

Le socle ancien

3Très schématiquement, depuis le centre du Guyana jusqu’à l’Amapa, ce relief du socle ancien est constitué d’une pénéplaine dont l’altitude moyenne diminue du sud au nord de 500 m à 100-150 m, entrecoupée de chaînes montagneuses transversales dépassant rarement I 000 m d’altitude. La pénéplaine elle-même n’a rien d’un plateau monotone. Elle est formée de hautes collines arrondies qui lui donnent vue du ciel un aspect dit en « peau d’orange » et elle est parsemée ça et là de dômes granitiques souvent dénudés auxquels on a donné le nom d’inselbergs car ils apparaissent comme des îles au milieu de la grande forêt. La chaîne montagneuse la plus méridionale, qui sert de partage des eaux entre le bassin amazonien et les bassins guyanais, est formée à l’ouest de la Serra do Acaraï qui culmine à 1 000 m au Guyana et s’étend jusqu’au Surinam à des altitudes voisines de 700 m. Cette chaîne est prolongée en Guyane française et en Amapa par les monts Tumuc-Humac dont l’altitude décroît vers l’est entre 500 et 250 m. Au centre se rencontrent les sommets les plus élevés. Les monts Kanuku au sud-ouest du Guyana culminent à I 020 m, les monts Bakhuis et Wilhelmine au Surinam à 1 280 m et le mont Tabulaire en Guyane française à 830 m. Enfin, plus au nord, des reliefs accusés s’observent encore, particulièrement à l’est du Surinam et en Guyane française. Ainsi les monts Lely et Nassau, au Surinam, le massif Lucifer et les montagnes de la Trinité en Guyane française.

4Toute cette zone, à l’exception bien sûr des implantations humaines qui restent très limitées, est recouverte de forêts vierges. La majeure partie est constituée de forêts de terre ferme aux arbres de grande taille et au sous-bois relativement aéré, mais on distingue localement d’autres types de forêts. Les abords des cours d’eau sont couverts de forêts ripicoles avec des essences particulières et au sous-bois plus touffu. Dans les bas-fonds, remplis d’eau stagnante, se développe une forêt marécageuse, dominée par le palmier « pinot ». À une altitude supérieure à 500 m, sur les pentes des reliefs la forêt est constituée de grands fûts rectilignes, la diversité floristique y est peu élevée et l’humidité ambiante favorise le développement de mousses et d’épiphytes en grand nombre. Enfin, les cuirasses latéritiques sont recouvertes d’une forêt de faible taille dont le sous-bois est broussailleux, envahi de jeunes pousses, de végétation herbacée et de lianes.

La plaine côtière

5La plaine côtière est constituée de sédiments d’origine fluvio-marine d’âges variés, depuis le Pléistocène (1,6 Ma à 540 000 ans BP) jusqu’à l’Holocène récent. Sa largeur est très variable. Maximale aux deux extrémités de la zone, dans la vallée de l’Essequibo et en Amapa où elle atteint 150 km, elle se rétrécit progressivement vers le centre pour ne plus s’étendre que sur 10 km de large en moyenne au niveau de la Guyane française. En certains points de ce territoire, elle est même inexistante et le socle atteint la côte (Cayenne, Kourou). On y distingue plusieurs types de faciès. Les terres les plus basses sont immergées de manière presque permanente et forment des marais ou des mangroves. Plus haut, des alternances de cordons littoraux sableux et des bassins d’accumulation de vase et d’argile supportent des savanes plus ou moins régulièrement inondées. Enfin, en contact avec le socle, s’accumulent des sédiments détritiques continentaux qui forment des sables blancs recouverts de savane sèche arborée. L’étendue de ce dernier milieu est surtout importante dans la vallée de l’Essequibo et décroît progressivement pour ne plus représenter que quelques taches en Guyane française. Les côtes sont très changeantes sous l’effet de déplacements des dépôts de vase provenant du fleuve Amazone. Ces sédiments amazoniens sont transportés le long des côtes par un courant qui les longe et provoquent localement et temporairement des envasements consolidés par le développement de mangroves.

Vue aérienne de l’intérieur de la Guyane française montrant le relief du socle ancien, très vallonné et recouvert d’une épaisse forêt.

La plaine côtière au niveau de Sinnamary : une mosaïque d’habitats et un environnement très anthropisé.

6Cette mosaïque d’habitats donne naissance à une grande diversité de formations végétales : formation herbacée des marais sublittoraux, savane arborée humide et sèche, savane basse sur sable blanc...

Le climat

7Le climat des Guyanes est de type équatorial humide. Les températures sont constantes et relativement élevées, de l’ordre de 26 °C en plaine, l’humidité relative est presque toujours supérieure à 80 % et les pluies sont abondantes, dépassant en général 2 m d’eau par an. La répartition des pluies est en moyenne bimodale. En novembre-décembre commence la « petite saison des pluies » qui dure trois mois environ. En mars, il y a le plus souvent une diminution de la pluviosité appelée le « petit été de mars », puis des pluies abondantes reprennent jusqu’aux environs du mois d’août, c’est la « grande saison des pluies ». À partir de la fin du mois d’août et jusqu'à novembre-décembre, c’est la saison sèche, caractérisée par un temps ensoleillé avec des alizés du sud-ouest qui apportent quelques précipitations brusques et éphémères. De subtiles différences existent en fonction du relief. L’influence marine est maximale dans la plaine côtière, qui bénéficie d’un climat plus agréable avec la présence continue des alizés. Dans l'intérieur, la pluviométrie est supérieure, en particulier sur les reliefs, et les périodes de calmes sont fréquentes, rendant l’atmosphère lourde.

8Ce schéma général est quelque peu modifié dans l’extrême-ouest de la zone considérée. Sur les pentes des hauts massifs du centre-ouest du Guyana, la pluviométrie est beaucoup plus importante, allant jusqu’à 5 m/an sans saison sèche marquée, alors que dans la vallée du Rupununi.au contraire, on n’observe qu’une seule saison pluvieuse d’avril à août et une grande saison sèche de sept mois.

9Le climat, et particulièrement l’abondance des précipitations, présente cependant une importante variabilité interannuelle. Le début des pluies peut être tardif, la petite saison sèche est parfois inexistante. Par ailleurs, le phénomène El Nino entraîne des déficits importants dans la pluviométrie et est en général suivi d’années très humides. Ainsi l’année 1998 a été particulièrement sèche, et l’année 2000 a vu des crues records, conséquences d’abondantes précipitations.

Le réseau hydrographique

10L’ensemble de la zone est parcouru par un réseau dense de fleuves et rivières, résultat de l’abondance des précipitations et du caractère imperméable des sols. Les bassins présentent une orientation générale perpendiculaire à la ligne de côte.

11Les cours d’eau des Guyanes présentent de nombreux points communs dans leur morphologie générale. Ils prennent leur source à des altitudes modérées, environ 600 m pour les plus grands, ce qui leur confère une pente moyenne inférieure à 0,001 p. 1000. Le profil en long montre une première zone de haut cours où la rivière est très méandreuse, où la pente est relativement élevée, et où les ruptures de pente sont nombreuses mais peu marquées. Cette zone haute est suivie par un long cours moyen de pente plus faible mais présentant des ruptures de pente accusées, appelées en Guyane française des sauts, séparées par de longs biefs calmes. En arrivant dans la plaine côtière, les fleuves s’assagissent, la pente est très faible, il n’y a plus que quelques rares rapides, la marée exerce une certaine influence. La distance sur laquelle s’observe une variation quotidienne de hauteur d’eau sous l’effet des marées est naturellement fonction de la largeur de la plaine côtière. Ainsi, dans le fleuve Corantjin, pendant l’étiage la marée se fait sentir jusqu’à 210 km à l’intérieur des terres, au niveau du dernier saut important, alors que seulement 60 km de cours inférieur du fleuve Sinnamary étaient soumis à l’influence de la marée avant le barrage de Petit-Saut.

Tableau 1. Caractéristiques des principaux fleuves des Guyanes.

Tableau 1. Caractéristiques des principaux fleuves des Guyanes.

(*) Estimations au planimètre à partir d’une carte au 1 000 000e.
(**) en incluant les bassins des Mazaruni et Cuyoni.

12Les caractéristiques physico-chimiques des fleuves et rivières des Guyanes sont également très similaires. Les eaux ont une charge minérale très faible car elles drainent des reliefs anciens peu érodables, elles sont souvent légèrement acides du fait de la formation d’acide humique provenant de la décomposition des débris végétaux issus de l'importante couverture végétale qui borde les rivières. Dans ce contexte, le Sinnamary apparaît comme un fleuve de taille modeste (tabl. 1) sans pour autant qu’il s’écarte des caractéristiques générales des cours d’eau guyanais.

Les Guyanes : une histoire récente mouvementée, marquée par le mirage de l’Eldorado et le colonialisme2

Situation à l’arrivée des premiers Européens

13Du fait de l’imprécision et du caractère fragmentaire des relations des premiers explorateurs européens des Guyanes au xvie siècle, la situation des populations autochtones des Guyanes à cette période est assez mal connue. De nombreux indices, provenant soit des traditions orales des Amérindiens actuels, soit de découvertes archéologiques ou de recherches linguistiques, permettent cependant d’établir quelques faits avec certitude. Les populations étaient réparties en groupes de petite taille (villages) n’excédant probablement pas 100 personnes. Ces groupes étaient organisés de manière assez lâche en tribus de même origine ethnique. De nombreuses ethnies étaient représentées, fruits de migrations continues, et se trouvaient vraisemblablement en conflit pour l’occupation de l’espace. Le panorama est donc celui d’une situation mouvante et confuse, mais d’une occupation complète de la région avec une densité relativement faible.

Les premiers explorateurs et le mythe de l'Eldorado : xvie siècle

14Les premiers contacts des Européens avec les Guyanes étaient le fait d’explorateurs motivés par l’aventure et l’appât de l’or. Ce fut à la suite de l’expédition de Pinzon en 1500 que naquit de l’imagination fertile de ces aventuriers le mythe de l’EI Dorado, une cité prétendument couverte d’or en bordure d’un immense lac dans l’intérieur des terres de Guyane. Plusieurs expéditions eurent lieu par la suite à la poursuite de cette chimère qui n’eurent pour conséquence que des premiers contacts avec les populations amérindiennes. Ces contacts n’eurent que peu d’implications commerciales, tant ces populations n’avaient que peu de choses à proposer en échange des quelques produits manufacturés qu’apportaient les Européens. En revanche, les conséquences sur les populations autochtones furent désastreuses. La contamination par des maladies véhiculées par les Européens et les guerres tribales amplifiées par leur intervention marquèrent le début du déclin démographique des populations indiennes.

La période coloniale et l'esclavagisme : xviie, xviiie et première moitié du xixe siècle

15Les xviie et xviiie siècles virent des luttes continues entre puissances coloniales pour le contrôle des Guyanes. Il s’agissait là d’un véritable processus de colonisation visant la mise en valeur et l’exploitation des terres et l’installation de surplus de population des pays européens. À cette période, les Anglais et les Néerlandais se disputent la région située entre l’Essequibo et le Maroni, tandis que les Français défendent avec acharnement leur implantation sur l’île de Cayenne. C’est pendant cette période troublée que, devant la difficulté à trouver de la main-d’œuvre localement, les colons font appel massivement à l’esclavage. Celui-ci est particulièrement actif et dur au Guyana et au Surinam, moins développé en Guyane française du fait de la moindre implication de la France dans le développement de ce territoire. Il est patent que si cette colonie est, à l’époque, vitale pour la Hollande et importante pour l’Angleterre, elle ne constitue pas pour la France une priorité face aux colonies d’Afrique, des Antilles et de l’Extrême-Orient. Le caractère particulièrement inique de l’esclavagisme hollandais au Surinam provoqua des révoltes et des fuites, donnant naissance à une importante communauté de noirs réfugiés au Surinam et en Guyane française. D’un autre côté, ce furent les Hollandais qui réalisèrent la mise en valeur la plus efficace des terres côtières en mettant en œuvre le procédé des polders, qui avait si bien réussi dans leur pays d’origine.

L’acheminement vers l'ère postcoloniale : fin xixe, début xxe siècle

16Le processus d’abolition de l’esclavage, entamé par l’Angleterre en 1834 pour le Surinam, suivi par la France en 1848, puis par la Hollande en 1863, a eu des conséquences variées dans les trois colonies. Dans les Guyanes anglaise et hollandaise, les autorités firent immédiatement appel à l’immigration étrangère, particulièrement en provenance de l’Inde, et, de cette manière, parvinrent à maintenir un développement agricole basé sur la canne à sucre (Guyane anglaise), le cacao, le café et le riz (Guyane hollandaise). En revanche, pour pallier la brutale déficience en main-d’œuvre en Guyane française, Napoléon III eut l’étrange idée d’y envoyer des condamnés avec l’obligation de rester sur le territoire après leur peine pour une durée au moins égale au nombre d’années d’emprisonnement effectuées. L’échec de cette initiative fut patent, la population carcérale fut drastiquement réduite du fait des maladies et des mauvais traitements, et la Guyane française y gagna une réputation déplorable qui découragea les éventuels candidats à l’immigration. Jusqu’au milieu du xxe siècle et à leur indépendance, respectivement en 1966 et 1975, Guyana et Surinam vécurent une évolution politique quelque peu chaotique, résultat de conflits interethniques incessants. La Guyane française, quant à elle, fut définitivement amputée du territoire compris entre l’Oyapok et l’estuaire de l’Amazone en 1900, à la suite de l’arbitrage de Genève. Ce territoire de l’Amapa devint en 1988 un état du Brésil. Ce n’est qu’à partir de la fin du xixe siècle que la Guyane française connut un certain développement économique, avec l’exploitation de l’or qui attira de nombreux immigrants. En 1947, elle accéda au statut de département français d’outre-mer.

La situation actuelle

17Après de nombreux troubles politiques ayant entraîné une dégradation de l’économie, Guyana et Surinam traversent actuellement une phase de relative stabilité avec une reprise certaine, basée sur une libéralisation de l’économie. Les principales activités sont liées d’une part à l’agriculture avec la production de riz, de canne à sucre et d’agrumes, et d'autre part à l’extraction minière, essentiellement de bauxite. En dépit de ces progrès, leur PIB reste bien inférieur à celui de leur voisin (tabl. 2). L’économie de la Guyane française est étroitement liée à l’économie française à travers des aides et un secteur public très développé. À côté du centre spatial de Kourou (qui représente 25 % du PIB), la pêche et l’exploitation forestière sont les principales activités économiques. L’État d’Amapa développe l’extraction minière de manganèse et la pêche, mais il est surtout impliqué dans une politique de développement durable.

18On le voit, l’histoire a contribué fortement à différencier les quatre Guyanes. En dépit d’une certaine homogénéité de l’environnement, encore dominé par la grande forêt équatoriale, les évolutions actuelles pourraient bien accentuer ces différences. Dans cet ensemble, le milieu naturel de la Guyane française apparaît relativement protégé lorsque l’on compare la situation de son environnement géopolitique à celle de ses voisins. En effet, son statut de département français et, par voie de conséquence, son appartenance à l’Europe la placent dans un cadre juridique favorable à la protection de l’environnement. De plus, et pour les mêmes raisons, des moyens financiers sont disponibles pour assurer la mise en application des directives environnementales. Bien sûr, l’éloignement de la Métropole, le contexte particulier d’un territoire largement inhabité, le manque d’infrastructures limitent dans certains cas la possibilité de mettre en pratique une protection efficace de l’environnement. Cependant, la situation est plus favorable qu’au Surinam ou au Guyana, où la nécessité de développement économique conduit à favoriser une politique ultralibérale propice à une exploitation des ressources naturelles sans grande préoccupation environnementale.

Tableau 2. Principales données démographiques et économiques des Guyanes.

Population

Densité

PNB/habitant

Guyana

761 000

3,3

3 800 US$

Surinam

435 449

2,7

3 400 US$

Guyane française

186 917

2,1

14 400 US$

Amapa

475 843

3,3

~2 000 US$

Amapa : estimation IBGE 2001 ; Surinam : estimation CIA juillet 2003 (pop.) 2002 (PIB) ;
Guyana : estimation CIA juillet 2003 (pop.) 2002 (PIB) ;
Guyane française : estimation CIA juillet 2003 (pop.) 2000 (PIB)

Notes

2 Informations tirées de J.-C. Giacottino, 1984 – Les Guyanes. Paris, Presses Universitaires de France, collection Que sais-je ?

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22778/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Vue aérienne de l’intérieur de la Guyane française montrant le relief du socle ancien, très vallonné et recouvert d’une épaisse forêt.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22778/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Légende La plaine côtière au niveau de Sinnamary : une mosaïque d’habitats et un environnement très anthropisé.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22778/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre Tableau 1. Caractéristiques des principaux fleuves des Guyanes.
Légende (*) Estimations au planimètre à partir d’une carte au 1 000 000e.(**) en incluant les bassins des Mazaruni et Cuyoni.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/22778/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540