Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le fleuve, le barrage et les poissons

 | 
Bernard de Merona

Avant-propos

Patrice Cayré

Texte intégral

1L’ouvrage qui nous est proposé par Bernard de Mérona et les résultats qui y sont présentés peuvent être qualifiés d’exceptionnels en raison de la démarche suivie et du contexte de cette parution.

2Les sociétés – et celle de Guyane en particulier – ont pris hautement conscience, au cours de la décennie passée, de la nécessité de prévoir et de prévenir l’impact de leur développement sur l’environnement.

3La biodiversité et sa préservation, parties intégrantes de ce souci environnemental, ont ainsi été érigées en priorités au cours des sommets mondiaux de Rio 1992 et Johannesburg 2002. Depuis lors, cette même biodiversité est un thème majeur retenu par les multiples programmes internationaux, européens ou nationaux. Cette démarche de préservation et de prévention anime également les entreprises des secteurs public, parapublic ou privé, à l’instar d’EDF, lorsqu’elles envisagent la construction d’infrastructures qui peuvent affecter l’environnement dans son acception la plus large. Cette préoccupation environnementale favorise le partenariat actif tant attendu entre la recherche publique et ces entreprises.

4Le projet de construction du barrage de Petit-Saut sur le Sinnamary en Guyane française a été conçu dès le milieu des années 1970. Dès que le projet s’est concrétisé, la recherche publique a été sollicitée pour mener des études d’inventaires dans un premier temps (1981), études qui se sont poursuivies notamment sur la faune aquatique jusqu’à la fermeture du barrage en 1994, et pendant toute la phase de mise en eau.

5Les résultats présentés ici couvrent donc toute cette période, mais ont été prolongés jusqu’en 2002, pour vérifier les hypothèses initiales faites quant à l’impact potentiel de ce barrage sur les peuplements de poissons dans le fleuve Sinnamary.

6Comme l’indiquent de manière détaillée les inventaires de la faune ichtyologique avant la construction du barrage, ce fleuve d’une dimension modeste (environ 250 km) présente une biodiversité de poissons particulièrement élevée. Il était donc très pertinent d’évaluer l’impact de la construction que ce barrage pourrait avoir sur cette diversité, compte tenu du bouleversement écologique qu’un tel ouvrage induit.

7La biodiversité joue un rôle tout particulier dans cet écosystème du Sinnamary qui supporte les activités de pêche indispensables à la survie de différentes communautés. Ce qui est clairement abordé dans cet ouvrage est donc bien la question de l’impact du barrage sur les fonctions et les services rendus par la diversité ichtyologique dans l’écosystème du Sinnamary, ce dernier incluant les hommes et leurs activités.

8Cette démarche scientifique soutenue et financée par les autorités locales et par le maître d’œuvre de la construction du barrage de Petit-Saut est donc aussi novatrice qu’exemplaire. Les résultats qui nous sont présentés ici contribuent à améliorer nos connaissances fondamentales sur les réponses de l’ichtyofaune à la perturbation majeure induite par la construction d’un barrage. Extrapolables à d’autres situations, ils représentent, de ce fait, un intérêt qui va au-delà de ceux réels, mais ponctuels, généralement issus d’une étude d’impact. Cet ouvrage, au-delà de son intérêt intrinsèque, illustre ainsi au mieux ce que peut être une recherche pour le Développement.

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site