Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le fleuve, le barrage et les poissons

 | 
Bernard de Merona

Préface

Antoine Karam

Texte intégral

1L’étude de Bernard de Mérona sur le barrage de Petit-Saut et ses conséquences sur le peuplement des poissons prouve une fois de plus que la Guyane est une terre de vie et de recherche extraordinaire en Europe. Il nous faut donc commencer par remercier l’auteur, qui se consacre ici à l’observation d’un phénomène dont l’intérêt - nous l’avons bien compris - dépasse largement le cadre de notre territoire. Beaucoup de pays doivent en effet faire face à deux exigences apparemment contradictoires : renforcer sans cesse le niveau de leurs infrastructures, pour prendre en compte notamment la croissance de leurs populations, tout en préservant l’équilibre de leurs milieux naturels dont l’avenir de la planète est largement tributaire. Si l’ouvrage qu’il soumet à notre vigilance et à notre curiosité est si important, c'est que la conciliation de ces deux exigences s’apparente à une entreprise difficile. Celle-ci ne va pas de soi, et on le comprend bien à travers l’exemple de Petit-Saut. Faut-il prendre en compte les besoins d’énergie sans se préoccuper des dangers que la construction des barrages peut faire courir à l’environnement ? C’est une question importante. Elle risque de se poser de plus en plus alors que la flambée des dépenses énergétiques nous invite plus que jamais à aller vers des moyens alternatifs, à innover continuellement. Face à ce phénomène, l’ouvrage de Bernard de Mérona réintroduit indiscutablement le principe de précaution comme l’un des fondements majeurs de l’action et des politiques publiques. Il est rassurant pour tous que le travail d’un chercheur puisse trouver une telle destination. C’est la preuve que la science et la recherche sont des alliées indispensables à la rationalisation et l’efficacité des décisions publiques, et que nous avons tout intérêt à faciliter les transferts de connaissances, de savoirs et de savoir-faire en les mettant au service du développement global et harmonieux de nos sociétés. Mieux encore, nous avons tout à gagner à la vulgarisation des connaissances scientifiques aussi bien à l’échelle des individus qu’à l’échelle de la collectivité tout entière. Les temps ont changé. Il ne suffit plus d’entreprendre. À l’action, il convient d’adjoindre la performance et le résultat. N’ayons pas peur de l’expertise ! Elle est vitale dans certains cas. Les travaux de Bernard de Mérona le mettent parfaitement en exergue. Ils appellent un renforcement des moyens appliqués à l’étude de nos milieux naturels et de leur réaction face au changement, aux mutations de toutes sortes. Il s’agit d’une importante démarche, tant nos sociétés sont aujourd’hui soumises à l’obligation de se moderniser. Y-a-t-il encore de la place dans un tel concert pour la conservation et la protection ? Bien sûr que oui ! D’ailleurs, au-delà de la qualité de ses résultats scientifiques, l’auteur fait preuve d’une grande générosité en nous invitant à ne pas opposer modernisation et conservation, mais à les envisager comme les deux faces d’une même pièce. La Région Guyane partage complètement cette vision d’avenir. C’est pourquoi nous avons pris depuis quelque temps le parti de régler la contradiction apparente entre modernisation et conservation ou protection en investissant dans le développement durable. Cela revient à rechercher en permanence le meilleur équilibre entre les hommes, leur milieu et les mutations de notre temps. On comprend bien avec l’ouvrage de Bernard de Mérona combien la recherche est vitale pour la formation et la réussite d’un tel processus. Un ouvrage scientifique qui commet en plus l’exploit de restituer la richesse de l’environnement guyanais.

Auteur

Président de la Région Guyane

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site