Version classiqueVersion mobile

Interactions insectes-plantes

 | 
Paul-André Calatayud
, 
Frédéric Marion-Poll
, 
Nicolas Sauvion
, 
et al.

Partie 1. Le monde fascinant des insectes

Chapitre 9. Le cerveau de l’insecte

Jean-Pierre Rospars

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Structure du cerveau

On appelle ganglions cérébroïdes ou cerveau (Dethier, 1964 ; Osorio et al., 1995) la partie du système nerveux central (SNC) située dans la tête, à savoir le ganglion supra-œsophagien et le ganglion sous-œsophagien, qui sont reliés entre eux et au reste du SNC par des connectifs (fig. 9-1). Mais on appelle le plus souvent cerveau le seul ganglion supra-œsophagien. C’est ce sens restreint que nous utiliserons par la suite. Le volume limité de la capsule céphalique impose au cerveau des contraintes sévères sur son organisation et le nombre de ses cellules. La plus grande dimension du cerveau va de 150 µ m, chez la fourmi africaine du genre Oligomyrmex (Hyménoptères, Formicidés), à 1 cm chez les plus grands insectes.

Les composants nerveux sont les neurones et les cellules gliales1 La caractéristique la plus frappante de l’organisation du cerveau de l’insecte, en contraste avec le cerveau de vertébré, est la séparation tranchée des corps cellulaires, situés à la péri...

Auteur

jean-pierre.rospars@versailles.inra.fr
Inra, directeur de recherche
UMR 1272 (Inra-univ. Pierre-et-Marie-Curie) PISC, Physiologie de l’insecte, signalisation et communication, Versailles

© IRD Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search