Version classiqueVersion mobile

Un défi pour la planète

 | 
Patrick Caron
, 
Jean-Marc Châtaigner

Résumés

Texte intégral

Chapitre 1. La négociation diplomatique des Objectifs de développement durable (ODD) : succès ou miroir aux alouettes ?

Jean-Marc Châtaigner, Morgane Tous

1À l’heure où les critiques et les premiers bilans se multiplient au sujet des ODD, ce chapitre retrace la genèse de ces 17 Objectifs adoptés quelque temps avant la COP 21, le 25 septembre 2015. Largement reconnu par son historicité et son succès, cet accord relève d’un processus inédit dans les négociations diplomatiques qui lui confère légitimité et universalité. Dans un contexte de désordre international, ce chapitre revient sur les principales étapes du consensus, des OMD au sommet de « Rio + 20 » (2012) en passant par l’échec de la conférence de Copenhague (2009). En revenant sur les protagonistes de cet accord onusien et, plus largement, sur les nouveaux acteurs internationaux ayant pris part aux débats, ce chapitre exhaustif vise à introduire cet ouvrage en laissant le débat ouvert : la négociation diplomatique des ODD, succès ou miroir aux alouettes ?

Chapitre 2. La nécessaire mutation des rapports Nord-Sud pour la mise en œuvre de l’Agenda 2030

Jean-Pierre Ndoutoum, Tounao Kiri

2Le Programme de développement durable des Nations unies à l’horizon 2030 illustre parfaitement tous les défis et bouleversements que soulève la mise en œuvre des nouveaux cadres de coopération internationale, notamment dans les rapports entre le Nord et le Sud. Sur le plan international, les négociations sur l’Agenda 2030 ont favorisé l’émergence d’espaces de concertation plus inclusifs, plus consensuels. De plus, le niveau insuffisant de l’aide publique au développement a causé une relative baisse d’influence des traditionnels pays donateurs et contribué à l’émergence d’autres acteurs, étatiques et non étatiques. Sur le plan national, l’intégration des Objectifs de développement durable dans les politiques sectorielles, nouvelle pour tous les pays, a suscité un grand nombre d’études, de recherches et d’outils, aussi bien au Nord qu’au Sud, avec des avantages comparatifs pour chaque groupe de pays. Ces différents travaux devront tracer les contours d’une nouvelle gouvernance mondiale, rendue nécessaire par la complexité et l’inextricabilité des problèmes à résoudre, mais qui reste à inventer.

Chapitre 3. Les ODD vont-ils façonner de nouvelles relations Nord-Sud ?

Étienne Hainzelin, Michel Eddi

3En formulant l’Agenda 2030 et ses 17 Objectifs, la communauté internationale a aussi remis en cause les découpages classiques du monde, en particulier l’opposition Nord-Sud. D’une part, devant les exigences du développement durable, tous les pays sont interpellés par rapport à leur situation propre et peuvent être donc considérés comme étant « en développement ». D’autre part, les grands défis du développement transcendent le plus souvent les frontières, et Sud et Nord sont de ce fait confrontés ensemble aux défis de la grande pauvreté, du changement climatique, de la dégradation de l’environnement et des limites de la planète. De plus, du fait de leur complexité et de leurs dimensions, ces grands défis exigeront des coalitions très larges d’acteurs – acteurs publics, acteurs de la société civile, entreprises, scientifiques, etc. – au Nord comme au Sud dans lesquelles les États, garants de la cohérence des actions au niveau national, ne seront pas toujours le moteur principal des transformations. Les ODD ont de fait refaçonné les relations Nord-Sud. Ils offrent par ailleurs également un rôle crucial à la science.

Chapitre 4. L’Agenda 2030 : un dialogue nécessaire entre science, société et politique

Teresa Ribera

4L’adoption par tous les gouvernements de la planète de l’Agenda 2030 et de ses dix-sept Objectifs de développement durable a été un grand succès diplomatique. L’heure est aujourd’hui à la mise en œuvre de cet Agenda ambitieux en matière de réduction de la pauvreté, des inégalités ou de transformation des systèmes énergétiques et alimentaires. Chaque pays, chaque gouvernement a besoin de mieux comprendre les tendances sur lesquelles il faut agir, les options politiques à sa disposition. Une science robuste et indépendante est indispensable, une science qui s’engage pour élaborer des diagnostics, proposer des solutions, suivre les progrès réalisés et, in fine, co-construire avec les décideurs politiques et la société de nouvelles trajectoires de développement. Organiser un dialogue fluide entre science et politique n’est pas facile, mais nous pouvons compter sur l’expérience accumulée par les pays qui ont institutionnalisé de tels dialogues. Il existe par ailleurs au niveau supra-national de nombreuses interfaces science-politique, sur chaque thématique ou presque de l’Agenda 2030, qui doivent être renforcées et coordonnées pour jouer pleinement leur rôle.

Chapitre 5. L’ODD 1 et l’élimination de la pauvreté d’ici 2030. Un objectif hors d’atteinte

Jean-Pierre Cling

5Ce chapitre s’interroge sur la portée et les chances de succès de l’ODD 1 consacré à l’élimination de la pauvreté, qui succède à l’OMD 1 dédié au même objectif. Nous présentons tout d’abord un bilan sommaire de l’OMD 1 sur la pauvreté, qui a atteint – voire dépassé – l’objectif de division par deux de la pauvreté monétaire extrême au niveau mondial et dans de nombreux pays. À partir de ce constat, l’ODD 1 se limite-t-il seulement à chercher à compléter le travail des OMD en matière de pauvreté, ou bien traduit-il un changement qualitatif dans l’approche de la lutte contre la pauvreté ? Nous montrons que l’ODD 1 prolonge pour l’essentiel l’OMD1, tout en l’élaguant de plusieurs thèmes (emploi, faim) qui font chacun l’objet d’ODD spécifiques ; en sens inverse, il marque un élargissement thématique à la question de la résilience des pauvres. Enfin, la multiplication des ODD ne va-t-elle pas rendre plus difficile la réalisation de cet Objectif, sachant que, comme pour les autres ODD, la question de l’atteinte de cet Objectif est indissociable du suivi de sa mise en œuvre ?

Chapitre 6. ODD2 : le choix de réunir faim, sécurité alimentaire et agriculture durable

Alain Billand, Patrick Caron

6L’ODD 2 est innovant à plus d’un titre par les connexions nouvelles qu’il propose par le biais de l’agriculture durable entre, d’un côté, la sécurité alimentaire et, de l’autre, les questions environnementales comme le changement climatique, la dégradation des terres et l’érosion génétique. Sa formulation résulte de compromis complexes entre pays, opérateurs économiques et acteurs de la société civile. Elle traduit le choix d’un lien fort entre les trois thématiques « faim, sécurité alimentaire et nutritionnelle, agriculture durable », dont l’interdépendance n’est pas a priori actuellement évidente. Les déterminants de la faim sont aujourd’hui avant tout sociaux et politiques. L’épidémie mondiale de maladies liées à l’obésité modifie quant à elle profondément la problématique de la sécurité alimentaire, en en faisant un problème majeur de santé. La mise en avant de l’agriculture est certes nécessaire, mais demeure insuffisante pour résoudre les questions de sécurité alimentaire. Pour atteindre l’ODD 2, il devient ainsi nécessaire de concevoir de nouveaux systèmes alimentaires, localement et globalement, en ne contournant pas les sujets polémiques et les controverses (intrants chimiques, concurrences pour l’usage des terres, conflits d’intérêts et risque réputationnel, etc.).

Chapitre 7. L’ODD 3, ou la nécessité d’une approche de santé globale

Jean-François Guégan, Gerardo Suzán Azpiri, Séraphin Kati-Coulibaly, Didier Nkoko Bonpamgue, Jean-Paul Moatti

7L’Objectif de développement durable 3 « Bonne santé et bienêtre » est parmi les 17 Objectifs de l’Agenda 2030 l’un des plus transversaux et interconnectés aux autres. Intervenant soit en tant que facteur, soit en tant que conséquence découlant d’actions entreprises dans l’un des autres ODD, l’ODD 3 constitue un levier démultiplié et universel sur lequel asseoir une politique de développement durable, notamment pour les pays les plus démunis. Les indicateurs de santé et de bien-être nécessaires à l’atteinte de cet Objectif impliquent l’existence de données quantitatives fiables et pertinentes qui sont aujourd’hui rares, voire inexistantes. Une véritable stratégie de recherche et de santé publique internationale, tenant compte des politiques nationales, doit ainsi être initiée pour acquérir de nouvelles données de santé, notamment celles relatives aux maladies de génération, en particulier dans les pays du Sud. À défaut de pouvoir atteindre les objectifs fixés, une réflexion générale sur les dispositifs de surveillance des populations et l’adoption de stratégies nouvelles reposant sur le choix et la mise en œuvre d’indicateurs pertinents, soutenus par des financements de recherche dédiés, garantiront l’équilibre entre la légitimité de la demande sociétale et les impératifs d’excellence scientifique et médicale. De réels effets sur la santé et le bien-être des populations sont à ce prix.

Chapitre 8. Objectifs de développement durable : quel projet pour l’éducation ?

Nolwen Henaff, Ha Thi Thai Trân, Loan Thi Bich Dinh

8L’ODD 4, prenant acte des avancées et des limites du développement de l’éducation dans le monde à la suite des conférences internationales de Jomtien en 1990, Dakar en 2000 et Incheon en 2015, témoigne d’une réelle ambition pour 2030. Mais la nécessité de trouver des fonds pour le financer conduit à faire des promesses risquées, tandis que les objectifs concrets ne reflètent pas l’ambition affichée par l’Objectif. Au-delà de la question des indicateurs retenus se pose la question de la vision de l’éducation proposée par l’ODD 4 et des attentes par rapport à l’éducation. Il est inquiétant que la question de la gouvernance de l’éducation ne soit nulle part évoquée, alors qu’elle est intrinsèquement liée à la mesure des progrès réalisés. Le développement de l’éducation n’est pas un phénomène irréversible : la question de sa durabilité se pose avec autant d’intensité que celle de la poursuite de son développement.

Chapitre 9. Analyse critique de l’ODD 5 : entre ambitions d’égalité et réalité politique

Dilek Elveren

9L’Objectif de développement durable 5 « Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles » constitue une avancée importante en faveur de l’autonomisation des femmes et des filles dans le monde. Il promeut une approche plus qualitative dans la promotion de l’égalité entre les sexes et reconnaît les multiples dimensions de l’autonomisation. Néanmoins, l’approche en matière de droits des femmes reste incomplète et des incertitudes sur les modalités de mise en œuvre de l’ODD 5 suscitent des inquiétudes légitimes quant à la faisabilité des cibles à atteindre.

Chapitre 10. Des villes durables dans les Suds : une utopie ? Réflexions à partir de l’Amérique latine

Catherine Paquette

10Les villes concentrent désormais plus de la moitié de la population mondiale et cette proportion ne va cesser d’augmenter. L’ODD 11, qui a la particularité de porter non pas sur un enjeu thématique, mais sur un type de territoire, revêt donc une importance capitale. Si les villes demeurent aujourd’hui ce qu’elles ont toujours été, un moteur de développement par excellence, elles n’en connaissent pas moins une crise généralisée qui se manifeste de multiples manières : dégradation de l’environnement, inégalités sociales et ségrégations socio-spatiales, violence et insécurité, vulnérabilité croissante face aux événements climatiques extrêmes qui tendent à se multiplier… La ville durable s’est imposée dans ce contexte comme une approche et une consigne incontournables pour l’ensemble des acteurs impliqués dans le développement urbain.

11La question de sa mise en œuvre, complexe au Nord, est toutefois encore plus hypothétique dans les Suds. Elle y rencontre en effet des difficultés cumulées, en raison de la persistance de la pauvreté, du manque de ressources, mais aussi de l’existence d’une gouvernance urbaine néo-libérale prononcée et de l’insuffisance d’une maîtrise d’ouvrage publique suffisamment forte et à même de garantir la prise en compte des enjeux sociaux du développement urbain durable. L’Amérique latine, le plus urbanisé des Suds, illustre bien ces difficultés. L’ODD 11 de même que le Nouvel Agenda Urbain, adopté à Quito à l’issue de la Conférence Habitat III, insistent certes sur la nécessaire implication des gouvernements locaux dans la construction de villes plus durables. Ils n’évoquent cependant pas du tout la question qui est sans doute la plus essentielle : celle de la place de ces derniers au sein du concert des acteurs et du rôle de protagoniste qui doit être le leur.

Chapitre 11. L’accès de tous à l’énergie est-il un Objectif durable ? (ODD 7)

Gaël Giraud

12L’accès de tous à des services énergétiques fiables et durables est-il compatible avec la poursuite de la croissance du PIB et la lutte contre le réchauffement climatique, ainsi qu’avec les 14 autres Objectifs de développement durable (ODD) ? Cherchant à répondre à cette question, nous sommes conduits à interroger plus globalement la durabilité (au sens, par exemple, de l’empreinte écologique) des Objectifs eux-mêmes et leur compatibilité réciproque. Les droits de l’Homme et le projet démocratique seraient-ils, finalement, la référence – étrangement absente des ODD – susceptible de permettre à la communauté internationale de s’orienter au sein des 17 ODD et de les articuler, une fois consenti le deuil d’une harmonie préétablie qui les concilierait tous d’emblée ?

Chapitre 12. Travail décent et croissance au cœur du développement durable

Xavier Oudin

13L’ODD 8 promeut le travail décent et la croissance inclusive parmi les Objectifs de développement de la planète. Ils n’étaient pas présents en tant qu’Objectifs dans les OMD. L’importance du travail comme meilleur instrument de lutte contre la pauvreté devrait favoriser les politiques d’accès à un emploi, notamment pour les nombreux jeunes qui arrivent en âge de travailler dans les pays en transition démographique. L’accès à l’emploi est cependant insuffisant, et l’accent doit également être mis sur la qualité du travail qui s’est parfois dégradée avec la globalisation. Mettre au travail de nombreux jeunes ne peut se faire que dans des économies en croissance, et il est logique que travail décent et croissance soient reliés. La croissance doit être inclusive, c’est-à-dire profiter à toutes les parties de la population, et notamment aux plus défavorisés.

Chapitre 13. Processus d’industrialisation et évolutions à travers l’ODD 9

Patrick-Jean Gilabert

14En 2017, la communauté internationale, à travers le « Forum politique de haut niveau pour le développement durable » (HLPF), procédera à l’examen de sept premiers Objectifs, dont l’Objectif 9. En cette même année, des politiques fortes de réindustrialisation s’affirment, tant aux États-Unis qu’en Europe, apportant une contradiction à l’universalité de l’Objectif de développement durable 9 et à sa mise en œuvre en faveur de la lutte contre la pauvreté dans le monde.

15Depuis le début de la révolution industrielle, la croissance du secteur manufacturier est un facteur important de développement. Au cours de ces dernières années, la valeur ajoutée mondiale (VAM) a atteint des niveaux sans précédent, représentant plus de 18 % du produit intérieur brut (PIB) mondial. De ce fait, de nombreux pays en développement, notamment en Asie, ont pu sortir de la pauvreté. Et pourtant, de nombreux défis s’annoncent d’ici à 2030.

16Les pays émergents ne peuvent plus rivaliser ni avec les fabricants à bas salaires des pays à faible revenu, ni avec les innovateurs de haute technologie des pays à revenu élevé et se trouvent ainsi coincés dans la trappe des pays à revenu intermédiaire. Les pays les moins avancés, dont la valeur ajoutée manufacturière par habitant est inférieure à 100 dollars par an, contre près de 5 000 dollars dans les régions développées, ont accumulé un retard structurel.

17Enfin, un nouveau volontarisme politique au sein des pays développés souhaite engager un processus de réindustrialisation, ce qui génère un risque politique de diminution de l’aide publique au développement, mettant en péril l’atteinte des Objectifs de l’Agenda 2030, et particulièrement l’ODD 9.

Chapitre 14. Réduire les inégalités dans les pays et entre pays. Enjeux conceptuels, statistiques et politiques

Sandrine Mesplé-Somps, Anne-Sophie Robilliard

18Alors que les États membres des Nations unies ont inscrit la réduction des inégalités comme un Objectif dans le nouvel Agenda international de développement à l’horizon 2030, ce chapitre interroge les enjeux conceptuels, statistiques et politiques de cet Objectif. Après avoir résumé comment la question des inégalités s’inscrit dans les débats sur le développement et la croissance, et indiqué que les multiples mécanismes à l’origine des dynamiques des inégalités sont encore trop mal connus, les auteurs relèvent que la mesure des inégalités renvoie à des questions conceptuelles complexes et qu’elle oblige à repenser les dispositifs de suivi des niveaux de vie. Enfin, les politiques de réduction des inégalités promues par l’Agenda 2030 sont analysées et leurs points aveugles débattus.

Chapitre 15. Pas de développement durable sans réduction des inégalités

Marie Duru-Bellat

19Ce chapitre défend la thèse selon laquelle les inégalités mondiales actuelles sont incompatibles avec un développement durable, pour des raisons à la fois sociopolitiques et écologiques. Au niveau des personnes comme des pays, non seulement elles rendent les relations plus tendues, mais elles poussent à une course en avant pour combler l’écart avec les plus riches, ce qui est délétère en termes écologiques. Les inégalités mondiales posent aussi un problème de justice globale, dès lors que les droits humains les plus élémentaires s’en trouvent bafoués dans certaines parties du monde, davantage concernées par les périls environnementaux alors qu’elles en sont moins responsables.

Chapitre 16. Consommer et produire durablement. La difficile construction de nouveaux modes de vie

Stéphanie Leyronas, Alexis Bonnel

20Les crises énergétiques, alimentaires, financières et économiques se succèdent, le climat continue à se réchauffer, et de nombreuses ressources naturelles se dégradent et se raréfient. Ces dérèglements, d’une ampleur sans précédent, creusent les inégalités et amènent leur cortège d’inquiétudes et d’instabilités sociales et politiques. Optimiser l’efficacité de la production de biens et services comme celle des usages ne sera pas suffisant : une évolution plus fondamentale de nos modes de vie est nécessaire. L’Objectif de développement durable 12 nous y invite, mais il a été livré sans mode d’emploi. Comment faire, alors que les enjeux sont extrêmement complexes et imbriqués, et que la notion de durabilité est elle-même bien difficile à saisir ? La construction de nouvelles utopies collectives semble devenue aussi indispensable qu’urgente pour concilier actions locales et objectifs globaux.

Chapitre 17. L’accès à l’eau, une question de justice pluriscalaire

Thierry Ruf

21L’eau est une entrée incontournable du développement durable. Les accès aux ressources et leurs partages font couler beaucoup d’encre depuis vingt-cinq ans. Les énoncés des Objectifs actuels s’inscrivent dans des déclarations déjà anciennes et finalement peu novatrices depuis la conférence de Dublin de 1992. Le constat reste pessimiste, faute d’avancées visibles. Pour aller vers des progrès, les dimensions géographiques, historiques et sociales permettent d’aborder la complexité des questions à traiter aux différentes échelles du maillage territorial. Il faut orienter les parties prenantes de la gestion de l’eau vers des modèles alternatifs, pluriels et adaptatifs, en fonction des contextes sociaux et des cultures locales, dans des approches renouvelées introduisant des notions de justice sociale et environnementale.

Chapitre 18. Faire face au changement climatique

Serge Janicot

22Le réchauffement climatique et ses dérèglements associés représentent une menace fondamentale pour le développement durable des sociétés, en particulier au Sud. Ainsi, un Objectif spécifique concernant « les mesures d’urgence à prendre pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions », l’ODD 13, a été défini. Cet ODD n’a de portée crédible que si y sont associés des politiques pour y parvenir, des financements pour les mettre en œuvre et des indicateurs pour en évaluer les résultats. Un certain nombre d’obstacles devront être franchis pour atteindre les cibles de l’ODD 13, et ce rapidement face à l’emprise de plus en plus forte des émissions anthropiques sur le dérèglement climatique et les changements environnementaux associés. La science a son rôle à jouer pour contribuer à assurer la convergence entre les enjeux sociétaux liés au climat et ceux liés au développement durable.

Chapitre 19. Le pari de l’agriculture pour relever le défi de l’ODD 13. S’adapter au changement climatique tout en l’atténuant

Emmanuel Torquebiau, Laurent Sédogo

23L’agriculture est sans doute l’activité humaine la plus liée au climat. Elle est affectée par le changement climatique, surtout dans les pays en développement, et elle est responsable d’émissions de gaz à effet de serre. L’agriculture peut aussi être l’une des réponses à la crise du changement climatique. Il est possible de diminuer les émissions agricoles et de capturer du carbone atmosphérique dans le sol par des pratiques agro-écologiques favorisant l’augmentation de la matière organique du sol, comme l’agroforesterie. Ces pratiques peuvent ainsi contribuer simultanément à l’atténuation du changement climatique et, en améliorant les propriétés du sol, à l’adaptation de l’agriculture à ce changement. L’agriculture intelligente face au climat se donne pour objectifs d’être adaptée au changement climatique et de l’atténuer, tout en contribuant de manière durable à la sécurité alimentaire. Une augmentation de la teneur en carbone de tous les sols du monde de 4 ‰ par an permettrait de compenser toutes les émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique. L’initiative internationale d’origine française « 4 ‰. Les Sols pour la Sécurité Alimentaire et le Climat » ambitionne de montrer qu’il est possible d’augmenter la teneur en carbone du sol dans ces proportions tout en assurant la sécurité alimentaire mondiale. Ces démarches constituent une réponse de l’agriculture aux objectifs de l’ODD 13. Il convient néanmoins de répondre aux questions de recherche que cela pose, par exemple pour la mesure du taux de carbone dans le sol ou les changements nécessaires dans les politiques publiques.

Chapitre 20. Les océans : un lieu de rencontre pour les Objectifs de développement durable

Frida Ben Rais Lasram, Frédéric Ménard, Philippe Cury

24Les océans jouent un rôle crucial pour la sécurité alimentaire mondiale, la régulation climatique, le cycle de l’eau et de nombreux autres services écosystémiques. L’ODD 14 entend conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable. Cet Objectif devra se réaliser en articulant les objectifs liés à la conservation et à l’exploitation des ressources marines avec plusieurs autres ODD de l’Agenda 2030. Cette perspective permet de coupler les préoccupations environnementales, mais aussi sociales et économiques, et de recentrer les thèmes de recherche dans un cadre plus intégrateur. Les problématiques environnementales, économiques et sociales ne pourront être traitées qu’avec cet effort d’intégration et de réorientation de nos objectifs.

Chapitre 21. La neutralité en matière de dégradation des terres. La solution pour préserver les écosystèmes terrestres

Monique Barbut, Abdeladim Lhafi

25L’objet de ce chapitre est d’aborder l’Objectif 15 relatif à la « préservation et à la restauration des écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des sols et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité ». Après avoir brièvement rappelé l’ensemble des cibles visées, un focus est fait sur la cible 15.3 visant « d’ici à 2030, à lutter contre la désertification, restaurer les terres et sols dégradés, notamment les terres touchées par la désertification, la sécheresse et les inondations, et s’efforcer de parvenir à un monde sans dégradation des sols ». C’est dans ce contexte que la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD) s’est donné pour ambition d’enrayer et d’inverser la tendance à la dégradation des terres à travers deux voies prioritaires d’actions : la restauration/réhabilitation des écosystèmes dégradés et la gestion durable des ressources terrestres en atteignant la neutralité en matière de dégradation des terres (NDT). Après une succincte présentation de cette approche innovante, les multiples bénéfices des actions qu’elle sous-tend, entreprises à travers des projets transformatifs de grande envergure, sont présentés. Il en ressort que l’atteinte de la NDT contribue indirectement à la réalisation des autres Objectifs de développement durable en matière de pauvreté, de sécurité alimentaire, de création d’emplois… moyennant la levée d’obstacles tels que la mobilisation de financements d’une ampleur suffisante pour couvrir les besoins. Sur ce point particulier, l’engagement du secteur privé est primordial.

Chapitre 22. Les enjeux de l’ODD16 sur la gouvernance. Dépasser les réticences pour changer la donne

Mireille Razafindrakoto, François Roubaud

26L’adoption de l’ODD 16 marque une étape majeure dans la reconnaissance par la communauté internationale du développement de l’importance des principes clés associés à la notion de gouvernance. Ils sont dorénavant reconnus comme des objectifs per se et non pas uniquement pour leur valeur instrumentale en tant que facteurs conditionnant la réussite des politiques publiques. La gouvernance, qui était vue comme une contrainte, un critère pour l’allocation de l’aide aux PED, est mise en avant comme un moyen de rééquilibrage des pouvoirs à l’échelle nationale et internationale. Mais l’ODD 16 restera sans effet en l’absence d’un dispositif adéquat de mesure et de suivi de cet objectif. À cet égard, l’institutionnalisation d’enquêtes auprès des citoyens, relayant leurs voix sur la gouvernance, dans le cadre d’un processus conduit par les pays, et non pas imposé et mené par les institutions internationales, peut permettre de concrétiser directement les principes de transparence, de participation et d’inclusion qui sont visés par l’ODD 16.

Chapitre 23. Les ODD sont-ils adaptés aux pays les plus fragiles ?

Serge Michailof

27Les Objectifs de développement durable, dont la vocation est universelle, sont-ils adaptés au cas des pays fragiles ? L’ODD 16 qui prévoit de « promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes à tous » correspond bien aux objectifs que doivent se fixer ces États. La difficulté en est la traduction concrète, qui exige un processus de « state building » rencontrant beaucoup de scepticisme de la part de la communauté internationale. Cette approche exige la mise en œuvre de programmes de reconstruction institutionnelle qui, pour répondre au développement fréquent de l’insécurité dans ces pays, doivent porter en priorité sur le système régalien. Cette approche est possible mais techniquement difficile, financièrement coûteuse et politiquement risquée. L’expérience montre aussi que les grandes agences d’aide, tout en reconnaissant qu’il n’y a pas de développement sans sécurité, se refusent absolument à aborder ces questions. Elles devront pourtant s’y résoudre, car les pays concernés ne pourront pas surmonter leurs faiblesses et restaurer la sécurité sur leur territoire sans un considérable appui international en ce domaine.

Chapitre 24. Renforcer les solidarités scientifiques internationales. Réduire les écarts et articuler enjeux locaux et globaux

Jacques Lançon, Philippe Petithuguenin, Henri-Luc Thibault

28L’ODD 17 met en avant le besoin de coordination, à toutes les échelles, pour mobiliser les moyens d’action à la hauteur des ambitions de la résolution de l’ONU. La science et les institutions publiques de recherche sont appelées à jouer un rôle majeur dans l’accompagnement de ces ambitions. Ce texte montre que les dispositifs de partenariat à l’international conçus par le Cirad et l’IRD occupent une niche originale dans l’organisation mondiale de la recherche et répondent bien à ce besoin de coordination multi-échelles. Les dP (dispositifs de recherche et d’enseignement en partenariat) dont le Cirad est membre, les LMI (laboratoires mixtes internationaux) dont l’IRD est membre et les JEAI (jeunes équipes associées à l’IRD) visent à promouvoir et soutenir durablement la constitution de communautés scientifiques mixtes et internationales du Nord et du Sud. Insérés localement, ces dispositifs permettent d’articuler des problématiques locales et des enjeux globaux. Ils s’adossent à des tutelles administratives impliquées dans la conception ou la conduite des politiques publiques. Par ailleurs, en s’interconnectant, ces dispositifs représentent une large communauté dédiée à la production de connaissances opérationnelles sur des enjeux globaux. Appropriés pour penser et réaliser le changement d’échelle, les dP, LMI et JEAI pourraient servir de pilotes pour d’autres expériences à visée sociale ou économique, reposant sur la mixité et le dialogue interculturels.

Chapitre 25. La comptabilité du capital naturel, un outil au service des ODD. Organiser localement le lien entre recherche et action

Pierre Bertrand, Edmond Roger, Pierre Jacquet, Solofo Rakotondraompiana

29Partant du constat que la formulation de recommandations ne sera probablement pas suffisante pour la mise en œuvre des Objectifs de développement durable, ce chapitre propose d’étudier plus précisément les conditions de l’action en vue d’atteindre les ODD. Il s’appuie sur les leçons d’un projet récent conduit à Madagascar consistant à élaborer une comptabilité du capital naturel pour une aire protégée et illustre comment ce nouveau type de comptabilité peut être conçu comme un outil collaboratif puissant pour mieux prendre en compte les relations entre l’environnement et les activités socio-économiques. Il en ressort que les incitations susceptibles de pousser les individus à agir individuellement et collectivement sont tributaires de l’information disponible sur les interactions entre environnement et activités socio-économiques. Pour inciter à l’action, cette information doit être perçue comme pertinente, légitime et crédible par ceux qui sont en charge de prendre des décisions, et notamment à l’échelle locale. Nos conclusions soulignent l’importance des conditions de la production de connaissances par des acteurs locaux.

Chapitre 26. Quelle convergence entre société civile et puissance publique ? Un partenariat multi-acteurs pour l’ODD 17

Philippe Jahshan

30L’agenda des ODD met fin à 70 ans d’une aide au développement unilatérale depuis un hémisphère Nord « développé » vers un hémisphère Sud « sous-développé ».

31Universels, les ODD dotent tous les pays d’une même feuille de route, exprimant ainsi l’interdépendance des situations, des problématiques et des politiques au niveau mondial. Indivisibles, ils font le lien permanent entre la réduction des inégalités, la gouvernance et l’État de droit. Pluri-acteurs, ils consacrent la fin des monopoles d’État sur la coopération et le développement. L’Agenda étant non contraignant, il aura besoin d’une appropriation politique au plus haut niveau et de sociétés civiles mobilisées. Pour sa mise en œuvre, il devra bénéficier de la tenue des engagements financiers des pays donateurs à accroître l’aide publique au développement (0,7 %), d’un engagement ferme dans l’accompagnement à l’augmentation des ressources locales et domestiques, dans la lutte contre l’évasion fiscale et la corruption, et pour l’orientation effective des investissements privés vers le développement durable. Il devra mettre au cœur de son ambition la structuration d’États de droit et le développement d’une gouvernance démocratique. Les ODD 16 et 17 sont intimement liés de ce point de vue. Complexe et ambitieux, cet Agenda représente la seule feuille de route universelle pour un monde plus soutenable à l’horizon 2030. Il est porteur d’un récit politique dont il faut se saisir, parce qu’il est le plus complet et qu’il appréhende la complexité du monde.

Chapitre 27. Pour une plus grande politisation, territorialisation et socialisation de l’Agenda 2030 et des ODD

Henri-Luc Thibault

32Les Objectifs de développement durable sont le fruit d’un compromis politique international qui peine à se traduire en engagements politiques aux différentes échelles territoriales où ils sont censés être déclinés. Car l’Agenda 2030 n’a pas encore véritablement percolé dans le corps social et ce dernier n’en est, aujourd’hui, ni le promoteur ni le véritable artisan. Le chantier de transformation qu’appelle cet Agenda gagnera, pour être mené à bonne fin, à s’appuyer sur une recherche performante, tout particulièrement dans les pays disposant de capacités encore insuffisantes, mais ne pourra s’en remettre aux seuls « experts ». Il devra, également, identifier ses « perdants » potentiels, soit pour les accompagner, soit pour les contrer. C’est à ces conditions que l’Agenda 2030 pourra aussi devenir un catalyseur du changement sociétal.

Chapitre 28. Des ODD interconnectés. L’ODD 2 et l’exemple de l’agriculture comme levier de l’Agenda 2030

Patrick Caron, Jean-Luc Chotte, Ludovic Mollier, Frédérique Seyler

33Le secteur agricole, au cœur d’un tissu d’interactions liant de manière étroite les enjeux de sécurité alimentaire, de pauvreté, de santé, de justice environnementale et climatique, d’accès à l’eau, de production durable, de climat et de lutte contre la dégradation des terres, est central pour l’Agenda 2030. Il représente à ce titre un levier d’action puissant. Pour illustrer cela, les auteurs analysent d’une part le nexus « Sécurité alimentaire – Eau – Production durable », d’autre part le nexus « Sécurité alimentaire – Actions pour le climat – Dégradation des terres ». Les exemples montrent combien les cibles de l’ODD 2 sont indissociables de celles des autres ODD. Ils permettent d’affirmer le potentiel de transformation que porte le secteur agricole pour la santé de la planète, de l’humanité et pour la stabilité politique, pour autant qu’une révolution des systèmes alimentaires se dessine. Et pour autant qu’une pluralité de voies soient mises en œuvre, adaptées à chaque lieu, et que les changements entrepris au niveau local s’accompagnent de mécanismes internationaux qui stimulent les initiatives nationales et locales, les mettent en cohérence, et qui traitent les arbitrages et les compromis à opérer.

Chapitre 29. Mise en œuvre des ODD : que font les pays ? Une revue des rapports volontaires présentés au Forum politique de haut niveau

Laura Brimont, Damien Demailly, Julie Vaillé

34Dans de nombreux pays, les ODD bénéficient d’un soutien politique de haut niveau, jusqu’au Premier ministre, et l’effort pour assurer leur mise en œuvre cohérente entre ministères est réel ; en témoigne explicitement le cas de la Norvège. Si les pays mentionnent souvent dans leurs rapports l’importance d’impliquer les collectivités locales ou les parlements nationaux – notamment par l’intermédiaire du vote budgétaire –, ils sont peu diserts sur les modalités de cette implication, ainsi que sur celle des citoyens. Cependant, à l’instar de l’Allemagne ou du Mexique, les pays peuvent donner une place importante aux associations, aux syndicats ou aux entreprises dans le suivi des ODD et dans l’élaboration des décisions publiques. Ils comptent aussi sur l’engagement de ces acteurs « sur le terrain », en tant qu’acteurs du changement.

35Les pays sont encore peu avancés dans l’utilisation des indicateurs et des cibles des ODD pour évaluer les progrès à accomplir, définir des priorités d’action publique ou suivre dans le temps les progrès réalisés. Les analyses des lacunes et des progrès à accomplir (gap analyses) se limitent généralement à des inventaires de politiques sectorielles et/ou d’indicateurs, sans réflexion prospective sur le scénario tendanciel et la trajectoire de transformation.

36La mise en œuvre de l’Agenda 2030 débute, et il est encore trop tôt pour dresser un bilan des résultats des premiers efforts menés par les États. Néanmoins, l’état des lieux réalisé dans ce chapitre permet d’explorer les mécanismes institutionnels les plus prometteurs et, ce faisant, s’inscrit dans l’objectif d’apprentissage mutuel entre les pays qui est au fondement des ODD.

Chapitre 30. Trois propos sur le financement de la recherche pour le développement

Mathieu Boussichas, Patrick Guillaumont

37Avec les ODD, la recherche pour le développement et son financement font leur apparition dans l’Agenda du développement. Le financement de la recherche est majoritairement privé et reste quasi exclusivement le fait des pays occidentaux et émergents. Même si nombre de travaux de recherche sont susceptibles de bénéficier indirectement aux pays les plus pauvres, ce constat pose la question de savoir comment ces pays peuvent bénéficier d’activités de recherche qu’ils n’ont pas les moyens de financer. L’APD apparaît comme un outil utile à cette fin, mais l’aide à la recherche pour le développement reste limitée. La volonté d’optimiser la recherche en faveur du développement implique de traiter la recherche la plus utile pour le développement comme un bien public mondial. L’exemple du CGIAR en est une très bonne illustration.

38Enfin, la diffusion des connaissances nécessite de mieux connecter la recherche à la décision politique. Cela implique de promouvoir les think tanks sur le développement. Les plus puissants financièrement sont anglo-saxons. Si les ressources publiques restent essentielles au financement de nombre d’entre eux, certains think tanks bénéficient de financements privés importants. Cela pose la question de la garantie d’indépendance et du rôle que doivent jouer les pouvoirs publics dans la bataille des idées et de l’influence.

Chapitre 31. L’innovation au cœur de l’Agenda 2030. Quels enjeux de coopération internationale ?

Sarah Marniesse, Sébastien Treyer

39L’Agenda 2030 constitue un véritable projet de transformation des activités humaines, des modes de vie, de production et de consommation. L’innovation est indispensable à ces transformations. Mais l’innovation technologique seule ne suffira pas. Même « responsable », elle ne parviendra pas, seule, à infléchir les trajectoires. L’innovation doit s’inscrire dans un véritable projet de société, qui modifie radicalement les modes d’être, d’avoir, de faire. Elle est ainsi tout autant sociale, organisationnelle, d’usage, financière ou politique que technologique. Partout sur les territoires, les innovations se multiplient, qui transforment déjà nos sociétés, et il est indispensable d’organiser un dialogue continu sur les visions d’avenir qui sous-tendent ces innovations pour que tous les acteurs soient partie prenante des systèmes d’innovation, et que ceux-ci permettent d’emprunter des trajectoires de développement durable spécifiques et pertinentes pour chaque pays et chaque société concernée.

40Cette approche va nécessairement à l’encontre d’une innovation conçue comme résultant de transferts unilatéraux de technologies. Elle plaide davantage en faveur du soutien au renforcement des capacités locales de recherche et d’innovation. La coopération internationale pour l’innovation est indispensable pour que tous les pays puissent atteindre les ODD, mais elle ne doit pas être pensée selon les termes stérilisants d’un transfert de technologies déjà existantes entre grandes régions, mais plutôt comme l’appui à la construction, dans chaque pays, d’un système d’innovation ouvert, reliant les acteurs, publics et privés, impliqués dans le changement.

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search