Version classiqueVersion mobile

Un défi pour la planète

 | 
Patrick Caron
, 
Jean-Marc Châtaigner

Partie 6. Des intentions à la réalisation de l'Agenda 2030

Introduction

Ludovic Mollier

Texte intégral

1« Le fossé séparant théorie et pratique est souvent moins large en théorie qu’il ne l’est en pratique. » Cette citation, due à une plume anonyme, illustre bien le moment charnière dans lequel nous nous trouvons à la suite de l’adoption de l’Agenda 2030. Au cœur de cet Agenda, les Objectifs de développement durable (ODD), caractérisés par leur universalité, leur inclusivité, leur interdépendance et la quasi-exhaustivité des domaines qu’ils recouvrent, laissent entrevoir un modèle d’humanité future à la fois prospère, durable et égalitaire.

2Ces 17 Objectifs et leurs caractéristiques « transformatives » nous invitent à changer notre regard, notre analyse des situations, notre définition des priorités et notre mode d’action et de coordination. Au-delà donc de ce grand récit consensuel et « aspirationnel » se pose la question de l’opérationnalité d’un tel modèle d’humanité future. Comment transposer cet accord politique en actions ? Comment passer des grandes ambitions portées par les ODD – indivisibles et inclusifs – à leur mise en œuvre concrète ? Quels rôles pour la recherche et l’innovation dans cette mise en œuvre ?

3Les cinq textes qui suivent nous plongent dans cette problématique de la mise en œuvre effective de l’Agenda 2030. Dans le premier chapitre de cette partie (chap. 27), Henri-Luc Thibault donne le ton et nous éclaire sur les chantiers difficiles et complexes de la concrétisation des ODD, un « acte de foi » qui nécessite une plus grande politisation, territorialisation et socialisation pour que ces Objectifs deviennent réalité.

4La recherche, notamment interdisciplinaire, peut être un outil de compréhension, de mobilisation et d’actions collectives efficaces pour la réalisation des ODD. Dans cette optique, le chapitre 28 nous entraîne dans les liens étroits entre ODD, à travers une composante essentielle de l’Agenda 2030, l’agriculture. Patrick Caron, Jean-Luc Chotte, Ludovic Mollier et Frédérique Seyler mettent en exergue les interactions entre les enjeux de sécurité alimentaire, de pauvreté, de santé, de justice environnementale et climatique. S’appuyant sur des approches en « nexus », ils démontrent comment un secteur d’activité souvent considéré comme un problème peut se révéler une solution.

5Le chapitre 29 nous présente un premier état des lieux et compare l’avancement des pays dans la mise en œuvre de l’Agenda 2030 sur la base des 22 revues nationales volontaires présentées lors du Forum politique de haut niveau de 2016. Laura Brimont, Damien Demailly et Julie Vaillé explorent les différents mécanismes institutionnels, ainsi que les planifications nationales et systèmes de suivi des ODD en cours d’élaboration.

6Il est suivi de la contribution de Matthieu Boussichas et Patrick Guillaumont (chap. 30) qui porte plus spécifiquement sur le rôle clef de la science dans la réalisation des ODD. Les deux auteurs nous présentent de façon détaillée la place de la recherche pour le développement, notamment dans le paysage de l’aide publique au développement. Ils nous invitent à une réflexion autour de la science comme bien public mondial et abordent la question épineuse du financement privé de la recherche, à travers le cas des « think tanks ».

7Outre la recherche, les technologies et l’innovation qui lui succèdent sont également au cœur de l’Agenda 2030. Dans le dernier chapitre (chap. 31), Sarah Marniesse et Sébastien Treyer nous montrent la nécessité d’inscrire l’innovation dans une évolution radicale des usages, des pratiques et mode de vie pour atteindre les ODD. Au-delà des transferts de technologies souvent unilatéraux, ils mettent en lumière le besoin crucial de renforcer localement les capacités et les systèmes de recherche et d’innovation ouverts et responsables pour que les innovations et technologies soient adaptées aux usages locaux.

8Dans leur ensemble, les chapitres de cette partie traduisent le besoin de développer de nouveaux modes opératoires basés sur des approches holistiques, des compréhensions fines des situations et des besoins, et soulignent la nécessité d’une implication et d’une appropriation des ODD par une pluralité d’acteurs à plusieurs niveaux. Dans cette phase d’opérationnalisation de l’Agenda 2030, la recherche pour le développement et l’innovation qui lui succède ont un rôle clef à jouer pour combler ce fossé entre théorie et pratique, et transformer les intentions en actes.

Auteur

Chargé de mission « Objectifs de développement durable et Financement du développement », département des Relations internationales et européennes, Institut de recherche pour le développement (IRD).

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search