Version classiqueVersion mobile

Un défi pour la planète

 | 
Patrick Caron
, 
Jean-Marc Châtaigner

Partie 5. L'avènement d'un nouveau partenariat mondial

Chapitre 23. Les ODD sont-ils adaptés aux pays les plus fragiles ?

Serge Michailof

Résumé

Les Objectifs de développement durable, dont la vocation est universelle, sont-ils adaptés au cas des pays fragiles ? L’ODD 16 qui prévoit de « promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes à tous » correspond bien aux objectifs que doivent se fixer ces États. La difficulté en est la traduction concrète, qui exige un processus de « state building » rencontrant beaucoup de scepticisme de la part de la communauté internationale. Cette approche exige la mise en œuvre de programmes de reconstruction institutionnelle qui, pour répondre au développement fréquent de l’insécurité dans ces pays, doivent porter en priorité sur le système régalien. Cette approche est possible mais techniquement difficile, financièrement coûteuse et politiquement risquée. L’expérience montre aussi que les grandes agences d’aide, tout en reconnaissant qu’il n’y a pas de développement sans sécurité, se refusent absolument à aborder ces questions. Elles devront pourtant s’y résoudre, car les pays concernés ne pourront pas surmonter leurs faiblesses et restaurer la sécurité sur leur territoire sans un considérable appui international en ce domaine.

Texte intégral

ODD 16 : « Promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes à tous aux fins du développement durable, assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous »

1Les Objectifs du millénaire (OMD) adoptés en l’an 2000 ont servi pendant quinze ans de véritable boussole pour guider l’action des agences d’aide internationales. En sera-t-il de même pour les nouveaux Objectifs de développement durable (ODD) arrêtés en septembre 2015 ? Et ces Objectifs sont-ils d’ailleurs adaptés au cas des pays les plus fragiles, qui sont devenus des sujets de préoccupation majeure au moment où de nombreux pays du Moyen-Orient s’effondrent et où de nombreux pays africains apparaissent en grand risque, en particulier au Sahel ? Sont-ils pour ces derniers des buts réalistes qui leur permettront de surmonter les obstacles gigantesques auxquels ils sont confrontés ? Quel pourra être le rôle des grandes agences d’aide dans leur mise en œuvre ? Sans doute pour répondre à ces questions est-il utile de commencer par rappeler brièvement le cheminement historique qui a permis de concevoir les OMD puis, dans une démarche encore plus ambitieuse, de définir des objectifs à vocation universelle, les Objectifs de développement durable.

De l’ajustement structurel aux OMD

2Les objectifs des grandes agences d’aide ont grandement varié au cours du temps, et ceux qui leur sont actuellement fixés sont le produit de l’histoire. Ainsi l’aide fut-elle d’abord un instrument d’intervention dans le contexte de la guerre froide. Elle se focalisa ensuite sur le soutien aux programmes d’ajustement structurel. Ces programmes ont pour la plupart réussi au plan macro-financier, mais au prix d’un impact catastrophique sur les secteurs sociaux. Ils ont paradoxalement largement contribué à accroître la pauvreté dans nombre de pays. L’analogie avec la Grèce aujourd’hui est hélas assez frappante…

3Soumises pour cette raison à des attaques en règle, les agences d’aide ont alors décidé, vers le milieu des années 1990, de se focaliser sur la reconstruction des secteurs sociaux qu’elles avaient involontairement contribué à détruire et de se consacrer à la lutte contre la pauvreté. Tout cela se cristallisa en l’an 2000 dans les Objectifs du millénaire (OMD) arrêtés par les Nations unies. Ceux-ci fixaient des objectifs précis aux pays pauvres à échéance de 2015, et ces objectifs sont alors devenus une véritable « bible » pour les donateurs.

4Le malheur est que divers domaines pourtant fondamentaux si l’on veut lutter contre la pauvreté avaient été oubliés : en premier lieu, le développement agricole et rural, ce qui est quand même un comble alors que la majorité des pauvres se trouve au fond des campagnes et que cette question avait été correctement identifiée comme prioritaire dès le début des années 1970 par Robert Mc Namara, alors président de la Banque mondiale ; ensuite, le problème des bidonvilles et des quartiers dits « non intégrés » où réside dans des conditions souvent épouvantables la population urbaine la plus pauvre, sujet qui fut à peine esquissé ; puis, la maîtrise progressive de la fécondité, qui est pourtant indispensable pour que certains pays, tels ceux du Sahel, sortent d’une véritable trappe de pauvreté. Enfin, rien n’avait été prévu pour répondre au cas des pays brisés par des conflits internes et des guerres civiles, alors que ces situations sont précisément celles qui provoquent les misères les plus abominables.

5Un autre obstacle, auquel il fallait d’ailleurs s’attendre, fut que l’hypothèse de base soutenant la démarche des OMD, à savoir le caractère additionnel des ressources destinées aux secteurs concernés, ne s’est bien sûr jamais concrétisée. Certes, les donateurs ont fidèlement aligné leurs priorités sur les OMD. Mais le caractère non additionnel des ressources consacrées à l’atteinte des OMD a fait qu’il y a eu en réalité substitution et transfert de ressources au profit des secteurs retenus par les OMD, c’est-à-dire essentiellement des activités sociales, cela au détriment des autres domaines, et en particulier des activités productives.

6Pour résumer, les secteurs sociaux ont été abondamment financés, bien que, malheureusement, de façon irrégulière et parfois sans grand souci de qualité, mais l’agriculture, les infrastructures fondamentales urbaines ou rurales comme l’accès à l’eau et à l’électricité, la planification des naissances et les besoins liés à la reconstruction des pays ou des régions dévastés par des conflits ont été largement sacrifiés. Dans les pays très pauvres comme les pays sahéliens, ou dans des pays sortant de conflits, ce sont des déficits de financement considérables qui se sont ainsi accumulés dans ces domaines pourtant fondamentaux, mais qui ont été paradoxalement les grands oubliés de l’aide internationale.

Une approche déconnectée des préoccupations des États fragiles

  • 1 Processus participatif qui aurait impliqué la société civile et au total plus d’un million de pers (...)

7Les nouveaux objectifs fixés à la communauté internationale en septembre 2015, les « Objectifs de développement durable » (ODD), ont été adoptés au terme d’un processus piloté par les Nations unies qui relève d’une incroyable usine à gaz1, et ont une tout autre ambition. Ils ont en effet vocation à être universels et à s’imposer par conséquent tant aux États-Unis et à la Chine qu’au Niger ou à l’Afghanistan. Le résultat est, comme on pouvait s’y attendre, une longue liste de vœux, mélangeant allègrement objectifs micro-économiques mesurables, louables ambitions en matière de biens publics mondiaux et rêves universalistes, le tout débouchant sur 17 grands Objectifs que l’on a le plus grand mal à classer de manière cohérente et 169 cibles qui mettent principalement l’accent sur le développement durable, la croissance verte et le changement climatique. Je me félicite de ces Objectifs qui, en ce qui concerne les pays riches et émergents, des États-Unis à la Chine et l’Inde, sont fondamentaux pour la survie de notre planète et qui je l’espère, si les promesses de la COP 21 se concrétisent et ne sont pas enterrées par un certain M. Trump, s’imposeront un jour au monde entier.

8Mais ces Objectifs peuvent-ils aider sérieusement les pays pauvres les plus fragiles, sortant de conflits ou menacés d’y plonger ou d’y replonger, en proie à une montagne de problèmes immédiats et dont les priorités se situent ailleurs ? Pour eux, l’urgence absolue est en effet, face à une croissance démographique non contrôlée, d’abord l’emploi, qui repose largement sur le développement agricole dont se sont désintéressées depuis trente ans les agences d’aide. Une autre urgence est le développement des infrastructures économiques, en particulier dans les petits centres urbains qui devront accueillir une bonne part des ruraux chassés de leurs terres par la démographie et qui aujourd’hui sont toujours dépourvus d’électricité. Enfin, le grand oublié est le contrôle des naissances – urgence absolue –, qui ne mobilise actuellement que 0,2 % des aides internationales et qui n’est même pas mentionné dans les ODD. Rappelons qu’au Sahel, par exemple, la population double tous les 18-20 ans et que cette démographie conduit inexorablement ces pays à une impasse économique et environnementale.

9Venons-en maintenant au cas des pays les plus fragiles, confrontés à de multiples tensions, menacés par des conflits, parfois en proie ou sortant d’épisodes dramatiques de guerres civiles qui se sont accompagnées d’un cortège de destructions et de violences, comme le décrit si bien Paul Collier (2009) dans un ouvrage célèbre. Nous sommes heureusement sauvés par l’ODD 16, qui prévoit de « promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes à tous aux fins du développement durable, d’assurer l’accès de tous à la justice et de mettre en place à tous les niveaux des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous ». Comment ne pas être d’accord avec une telle proposition, qui cumule en deux lignes tant de vœux louables et de mots généreux ? Bravo donc pour les concepteurs de cet ODD 16 d’avoir ainsi répondu à une préoccupation majeure visant à la restauration de la paix et de la justice dans le monde.

Comment traduire sur le terrain les objectifs de l’ODD 16 ?

Lutter contre les phénomènes d’exclusion

10Le problème va maintenant être la phase pratique, à savoir la mise en œuvre concrète sur le terrain de ces beaux principes. L’avènement de sociétés pacifiques et l’accès de tous à la justice exigent en premier lieu l’apaisement des tensions politiques souvent liées à des phénomènes d’exclusion économique et politique qui renvoient à l’organisation du pouvoir politique, élément sur lequel la communauté internationale est en général largement désarmée. Ces phénomènes d’exclusion conduisent en effet parfois les populations ainsi oubliées ou injustement traitées à prendre les armes et à s’opposer à un État défaillant, comme on le constate encore aujourd’hui dans le centre du Mali où une nouvelle milice, le Front de Libération du Macina, est apparue pour défendre les droits des Peuls qui se sentent profondément marginalisés.

Construire ou reconstruire des institutions régaliennes efficaces

11Mais, au-delà de ces épineuses questions purement politiques, l’insécurité dans ces régions est aussi souvent liée aux carences des appareils étatiques régaliens qui sont soit absents, soit profondément inefficaces, voire corrompus. Cet ODD 16 nous renvoie ainsi au principe qui est devenu un véritable slogan, à savoir « qu’il ne peut y avoir de développement sans sécurité ni de sécurité sans développement ». Le malheur, nouveau malheur, est que beaucoup de gouvernements sont fort jaloux de leurs prérogatives vis-à-vis des questions sécuritaires, mais aussi que les agences d’aide ne s’occupent pas de sécurité.

12Comme le souligne l’ODD 16, promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques exige effectivement, au-delà de mesures d’équité économique et politique, la mise en place d’institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous, sachant que beaucoup de ces institutions relèvent du secteur régalien et donc très étroitement du pouvoir politique. Il faut ainsi construire ou parfois même reconstruire des forces armées efficaces, pluri-ethniques, soumises à un pouvoir politique démocratique, des forces de police et de gendarmerie respectant les droits de l’Homme et capables de maintenir l’ordre sans violence excessive, des systèmes judiciaires honnêtes, accessibles à tous y compris aux plus pauvres dans les zones les plus reculées, des administrations territoriales dévouées au bien public, etc. De nombreux pays fragiles ne contrôlent plus leurs régions périphériques précisément parce que l’armée n’est qu’un ramassis de brigands, la police une mafia, la justice offerte au plus offrant, et l’administration territoriale absente ou profondément corrompue.

Un défi qu’il est possible de relever

13À supposer maintenant qu’un pouvoir politique nouvellement arrivé aux affaires ou préoccupé par la dégradation de la sécurité décide de mettre bon ordre à cette situation et de reconstruire ses institutions régaliennes, est-ce possible, et sur qui peut-il compter pour l’assister dans cette tâche ? Notons ici en premier lieu le profond scepticisme de la communauté internationale vis-à-vis de ce type de démarche, allant de la critique ouverte de tout ce qui pouvait relever du « state building » par Georges W. Bush junior, avec le succès que l’on connaît en Irak, à la tentation de « laisser faire » en ce domaine, fortement suggérée par le World Development Report de 2011 de la Banque mondiale, ouvrage pourtant par ailleurs tout à fait remarquable (Banque mondiale, 2011). Ce type de reconstruction institutionnelle est pourtant possible, comme je l’explique et en cite divers exemples dans mon dernier livre (Michailof, 2015). Mais cette reconstruction de l’État et de ses fonctions régaliennes se révèle techniquement difficile, financièrement coûteuse et politiquement risquée.

14Elle est techniquement difficile, car la capacité managériale de ces gouvernements est limitée et, même avec les meilleures intentions, ils ne peuvent espérer piloter en parallèle plus d’une demi-douzaine de telles reconstructions institutionnelles. Ces reconstructions institutionnelles exigent au départ une clarification, voire une redéfinition, des principales fonctions des institutions concernées, très souvent une simplification de l’architecture institutionnelle (n’avons-nous pas connu un temps en France une joyeuse pagaille provoquée par la présence de sept ministres à Bercy…), la réalisation d’audits organisationnels approfondis débouchant sur de nouvelles définitions de postes, des analyses des compétences existantes face à ces postes, et les mouvements de personnel requis par ces ajustements, ce qui suppose des programmes de formation et de « recasement », la modification de certaines règles gouvernant les modalités de recrutement et de fonctionnement de la fonction publique, une révision des structures salariales, etc. Or la gestion d’un tel programme ne peut être déléguée à un cabinet de consultants et sera fort consommatrice de capacités managériales locales, qui sont toujours très rares en ces circonstances.

15Cette reconstruction est financièrement coûteuse, car les préparations et les études requises pour la mise en œuvre de tels programmes exigent le recours à des cabinets de consultants et par conséquent des financements extérieurs d’aide. À cet égard, si la gestion de ces programmes ne peut être déléguée à un cabinet de consultants, les multiples analyses et audits intermédiaires exigent au contraire le recours à de nombreux experts, en général étrangers. Mon expérience, en particulier en Afghanistan et en République démocratique du Congo, m’a montré qu’il est très difficile de réunir les financements nécessaires pour conduire ces travaux, du moins avant qu’il ne soit trop tard et que la dégradation tant sécuritaire qu’institutionnelle ne conduise à une complète déliquescence de l’appareil étatique. L’argent est alors abondant, comme à partir de 2009-2010 en Afghanistan, mais parfaitement inutile, car la situation s’est par trop dégradée.

16Enfin, ce type de démarche est politiquement difficile, car il faut accepter en premier lieu la coexistence de deux administrations fonctionnant à des vitesses différentes : l’une restructurée ou en voie de l’être, avec des règles managériales et salariales reposant sur le mérite, et l’autre reposant toujours sur le clientélisme. Cette démarche implique en fait une claire volonté politique de passer de systèmes institutionnels fondés sur des réseaux de clientèle ou de type clanique à des systèmes bureaucratiques anonymes fondés sur le mérite. Sans appui extérieur financier et politique, il est douteux que les pays en difficulté se lancent d’eux-mêmes dans un tel exercice. Notons toutefois une exception, qui est le Rwanda…

Des donateurs absents

17Or les bailleurs de fonds, dont ce devrait être le rôle de financer et d’appuyer techniquement de tels programmes, sont ici aux abonnés absents. Un exemple typique nous est offert par le programme d’aide pour le Mali adopté en octobre 2015. On y cherchera en vain des enveloppes financières significatives destinées à la reconstruction des institutions régaliennes maliennes, alors que les besoins sont immenses en ce domaine. On trouvera seulement une enveloppe de 7 milliards de FCFA pour le renforcement de la justice, cela sur un total de 2 356 milliards, soit 0,003 % de l’aide globale promise. Pourtant, toutes les enquêtes montrent que l’absence de justice dans les campagnes est une source de préoccupation majeure et explique en bonne part l’accueil favorable réservé aux djihadistes par les populations du centre et du nord du pays lors de l’occupation de ces régions par les groupes armés en 2012. Or ne rêvons pas. Ce type d’action ne peut être assuré et encore moins financé par le secteur privé ou la société civile.

L’aide internationale se refuse à financer la sécurité

18L’aide internationale refuse de s’occuper sérieusement de la sécurité des États fragiles. Certes, l’Union européenne finance depuis peu un programme de formation des forces armées maliennes – cas tout à fait exceptionnel –, et tant l’armée française que l’US Army apportent de leur côté quelques dons de matériel. Cependant, un programme de formation auquel s’ajoutent des dons de matériel n’est nullement un programme de restructuration/reconstruction institutionnelle, sinon la police afghane, qui a bénéficié de tels programmes depuis bientôt 15 ans, ne serait pas la mafia impliquée dans tous les trafics qu’elle constitue aujourd’hui.

Reconstruire une institution : principes et démarche à respecter

19Reconstruire une institution va bien au-delà des classiques programmes de formation. Ainsi, si l’on prend le cas de l’armée, un tel programme de reconstruction institutionnelle implique l’identification précise des menaces et la clarification de la politique de défense face à ces menaces, ce qui exige en général un exercice correspondant à la préparation d’un livre blanc. Ce livre blanc débouchera sur une remise à plat des moyens, ce qui suppose une loi de programmation militaire pluri-annuelle pour rationaliser les achats de matériel, une remise en ordre de la gestion du personnel pour passer d’un système clientéliste à un système fondé sur le mérite, et, sur ces bases, la mobilisation de financements pluri-annuels conséquents pour assurer le fonctionnement d’une armée ainsi reconstruite. Car cette armée, il faut la loger correctement, lui permettre d’acquérir les équipements requis (et non se voir imposer du matériel disparate), et elle doit disposer en temps utile des munitions et pièces détachées nécessaires, etc.

20Ces coûts à proprement parler militaires non financés par l’extérieur auxquels doivent s’ajouter le coût de la gendarmerie et celui de la police locale représentent actuellement dans un pays comme le Niger ou le Mali une charge supérieure à 6 % de leur PIB. Sachant que le rapport de la fiscalité au PIB de ces pays est de l’ordre de 17 à 18 %, on mesure l’impasse budgétaire et sécuritaire dans laquelle ils se trouvent désormais. Actuellement, ces pays financent ces coûts de leur sécurité en réduisant leurs dépenses sociales et de développement, ce qui les conduit évidemment à une double impasse sécuritaire et budgétaire.

21Résultat, quatre ans après son effondrement en 2012, l’armée malienne, qui n’est nullement passée par un tel processus, est sans doute un peu mieux formée et équipée ; mais elle ne constitue en rien la force républicaine multi-ethnique efficace et disciplinée dont le pays a besoin. Pour preuve, l’armée française préfère encore assurer elle-même la sécurité à Gao et Kidal plutôt que voir l’armée malienne s’aventurer dans ces villes et y provoquer le chaos. Le problème est identique pour la gendarmerie malienne, le système pénitentiaire et l’administration territoriale, sans parler de la justice avec ses 7 milliards de FCFA de dotation d’aide…

Les priorités sont l’emploi des jeunes et le renforcement des institutions régaliennes

22L’ODD 16 constitue donc un excellent Objectif, mais risque de ne rester qu’un vœu pieux si les agences d’aide ne se décident pas à procéder à un important changement de paradigme qui doit les conduire à accepter de s’occuper des réformes des secteurs de la sécurité et, au sens large, des secteurs régaliens, que pour des raisons évidentes elles ont soigneusement évitées depuis 60 ans. Dans un contexte où nous voyons sombrer la Syrie, l’Irak, l’Afghanistan, le Yémen, la Centrafrique, le Sud-Soudan, la Libye, le nord-est du Nigeria, et où les pays du Sahel sont confrontés à un risque djihadiste majeur, les grandes agences d’aide doivent faire preuve de réalisme et cela au plus vite, car le temps presse.

23Il sera certes important de s’occuper de la lutte contre la pauvreté et de la croissance verte dans ces pays en grave difficulté ; mais les questions majeures qui se posent ou vont se poser à eux de manière urgente dès que les conditions politico-militaires permettront d’agir sont de créer des emplois pour les jeunes, en particulier pour ceux qui ont combattu ou sont partis à l’étranger, et qui risquent de revenir en masse, et de construire ou reconstruire des États. Or, construire ou reconstruire des États implique de reconstruire en premier lieu des institutions régaliennes à la fois inclusives, démocratiques et efficaces.

La nécessité d’un changement de paradigme

24Répondre à ces deux urgences sera compliqué, coûteux et politiquement difficile. Le cas de la Libye montre à l’évidence que cela ne se fera pas tout seul, spontanément ; sans cela, ce pays ne serait pas en plein chaos et la proie des milices. Ce ne seront pas les armées, les gendarmeries ou les systèmes judiciaires occidentaux qui pourront directement apporter cet appui, même si leur soutien technique sera indispensable. La raison en est bien simple : ils n’ont pas les budgets pour ce faire, et ce n’est nullement leur vocation. Ils n’ont pas nécessairement non plus l’expérience de ce type d’appui à des institutions à la dérive, expérience que, en revanche, les grands donateurs ont développée dans d’autres secteurs, en aidant à reconstruire par exemple des ministères des finances, de l’agriculture, des banques de développement ou des sociétés d’énergie. Au total, il n’y a pas d’alternative : les grands donateurs devront accepter de mettre les mains dans le cambouis des secteurs régaliens de ces pays, car personne d’autre ne le fera.

25Cette démarche leur sera très difficile. Elle sera en effet critiquée par de nombreux acteurs, en particulier les ONG, les associations des droits de l’Homme, les Églises. Elle fera courir des risques significatifs à ces agences de développement, qui risquent en particulier de financer les forces de régimes corrompus destinées à réprimer leurs propres populations. Ces agences devront donc faire preuve de discernement et de capacité d’analyse politique. Elles ne pourront se cantonner, comme elles aiment tant, dans le pur domaine technique. Financer des prisons est moins satisfaisant et glorieux vis-à-vis de ses opinions publiques que de financer des écoles pour les filles. Malheureusement, comme on le constate en Afghanistan, mais aussi dans certaines régions du Sahel, les filles ne peuvent plus aller à l’école car il n’y a pas de gendarmerie efficace, de système judicaire honnête ni de prisons organisées pour maintenir la paix civile.

26Attention donc : un changement de paradigme est indispensable pour les agences d’aide. L’ODD 16 peut les aider à faire cette révolution interne. Pour autant, ces agences devront-elles suivre aveuglément les ODD, comme elles l’ont fait avec les OMD ? Il est certes essentiel et même fondamental de s’occuper de la croissance verte et de la lutte contre la pauvreté dans les pays riches ou émergents, et je salue ici la novation majeure que constituent ces Objectifs et leur caractère universel. En revanche, les urgences géopolitiques à nos portes au Moyen-Orient ou au Sahel ne relèvent pas de la même problématique. En réalité, il eût mieux valu pour ces pays fragiles, très pauvres ou sortant de conflits, conserver en les complétant et les corrigeant les OMD initiaux, qui n’ont d’ailleurs pas été atteints par la plupart de ces pays, car beaucoup de ces Objectifs étaient pour eux trop ambitieux et hors de portée.

Un agenda unique n’est-il pas utopique pour des pays si divers ?

27En réalité, vouloir imposer un agenda commun à des pays si divers est parfaitement utopique. Ce qui convient à la Chine, au Brésil et aux États-Unis est à l’évidence bien éloigné des soucis du Niger ou de l’Afghanistan. Des pays où seuls 10 % de la population ont accès à l’électricité devront-ils renoncer à leur charbon, alors que la Chine continuera à construire ses centrales à un rythme qui, certes, passera peut-être d’une par semaine à une par mois ? Écoutons ici les recommandations de Ashraf Ghani, actuel président de l’Afghanistan, qui avant de se retrouver à la tête de ce pays malheureux a écrit un livre passionnant (Ghani et Lockart, 2008) pour nous faire partager son expérience de ministre des Finances confronté à cette tâche terrible que constitue la reconstruction d’un État failli : « Pour répondre aux problèmes mondiaux les plus graves, en particulier la pauvreté et le terrorisme, le système de l’aide doit réorienter son action vers la tâche qui consiste à bâtir des États solides et fonctionnels. » Nous sommes ici finalement bien loin de la philosophie des ODD…

Bibliographie

Références bibliographiques

Banque mondiale, 2011 – Conflict, Security and Development, WDR. World Bank.

Collier P., 2009 – War, Guns and Votes, Democracy in Dangerous Places. Harper Collins.

Ferdi, 2016 – Allier sécurité et Développement : plaidoyer pour le Sahel. Paris, Ferdi.

Ghani A., Lockart C., 2008 – Fixing failed States. A Framework for Rebuiliding a Fractured World. New York, Oxford University Press.

Michailof S., 2015 – Africanistan, l’Afrique en crise va-t-elle se retrouver dans nos banlieues ? Paris, Fayard.

Notes

1 Processus participatif qui aurait impliqué la société civile et au total plus d’un million de personnes…

Auteur

Chercheur-associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), senior Fellow à la fondation Ferdi et consultant spécialisé sur les problématiques institutionnelles dans les États fragiles.

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search