Version classiqueVersion mobile

Un défi pour la planète

 | 
Patrick Caron
, 
Jean-Marc Châtaigner

Partie 4. Faire face aux défis environnementaux

Chapitre 21. La neutralité en matière de dégradation des terres

La solution pour préserver les écosystèmes terrestres

Monique Barbut et Abdeladim Lhafi

Résumé

L’objet de ce chapitre est d’aborder l’Objectif 15 relatif à la « préservation et à la restauration des écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des sols et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité ». Après avoir brièvement rappelé l’ensemble des cibles visées, un focus est fait sur la cible 15.3 visant « d’ici à 2030, à lutter contre la désertification, restaurer les terres et sols dégradés, notamment les terres touchées par la désertification, la sécheresse et les inondations, et s’efforcer de parvenir à un monde sans dégradation des sols ». C’est dans ce contexte que la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD) s’est donné pour ambition d’enrayer et d’inverser la tendance à la dégradation des terres à travers deux voies prioritaires d’actions : la restauration/réhabilitation des écosystèmes dégradés et la gestion durable des ressources terrestres en atteignant la neutralité en matière de dégradation des terres (NDT). Après une succincte présentation de cette approche innovante, les multiples bénéfices des actions qu’elle sous-tend, entreprises à travers des projets transformatifs de grande envergure, sont présentés. Il en ressort que l’atteinte de la NDT contribue indirectement à la réalisation des autres Objectifs de développement durable en matière de pauvreté, de sécurité alimentaire, de création d’emplois… moyennant la levée d’obstacles tels que la mobilisation de financements d’une ampleur suffisante pour couvrir les besoins. Sur ce point particulier, l’engagement du secteur privé est primordial.

Texte intégral

ODD 15 : « Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des sols et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité »

Introduction

1Depuis de nombreuses années déjà, notre planète est en proie à l’aggravation de la dégradation des écosystèmes, de leur biodiversité et des services écosystémiques (nourriture, bois, fibres, eau douce, air pur, sols fertiles, énergie) qu’ils nous rendent. Cette dégradation entraîne inéluctablement la détérioration des conditions de vie des populations qui dépendent de l’exploitation des ressources naturelles et des terres en particulier. C’est dans ce contexte que l’Objectif 15 de développement durable a pour but de « préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des sols et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité ». En vue d’atteindre cet Objectif, plusieurs cibles ont été définies pour assurer la préservation, la restauration et l’exploitation durable des différents types d’écosystèmes terrestres (forêts, zones humides, montagnes, zones arides) et d’eau douce ainsi que les services connexes, tout en assurant le partage juste et équitable des bénéfices découlant de l’utilisation des ressources génétiques. Les cibles concernent aussi la préservation de la biodiversité, la lutte contre les espèces envahissantes, et la lutte contre le braconnage et le trafic d’espèces protégées, tout en appelant à la mobilisation de financements adéquats pour atteindre l’ensemble des cibles. Plus spécifiquement, la cible 15.3 vise « d’ici à 2030, à lutter contre la désertification, restaurer les terres et sols dégradés, notamment les terres touchées par la désertification, la sécheresse et les inondations, et s’efforcer de parvenir à un monde sans dégradation des sols ». À l’instar de l’effet domino, la dégradation des terres déclenche une réaction en chaîne : diminution du couvert végétal, érosion des sols, perte de la fertilité des sols, diminution de la productivité des terres… Aujourd’hui, 52 % des terres agricoles sont modérément ou fortement dégradées, alors que 2,6 milliards de personnes dépendent directement de l’agriculture. Cette situation met donc en péril leur sécurité alimentaire en raison de la perte des terres arables. Cette dernière serait de 30 à 35 fois plus rapide que le rythme historique. Chaque année, 12 millions d’hectares (soit 23 hectares par minute) sont perdus en raison de la sécheresse et de la désertification, alors qu’on aurait pu y cultiver 20 millions de tonnes de céréales. 74 % des pauvres dans le monde sont touchés directement par la dégradation des terres (Pnud, 2015).

2Ainsi, les effets de l’action de l’homme sur la Terre et ses écosystèmes depuis des centaines d’années ont des répercussions allant bien au-delà de ce que nous pouvions imaginer. Néanmoins, l’homme, de par ses actions et son expérience, peut aussi trouver les moyens et les solutions pour inverser la tendance à la dégradation des terres et même contribuer à l’amélioration de la productivité de ces dernières grâce à un panel de pratiques traditionnelles ou nouvelles qui peuvent être mises en œuvre. Si ces solutions peuvent ne pas être capables de stopper complètement la dégradation, elles peuvent en réduire radicalement l’impact et modifier localement les tendances de dégradation. La modification des systèmes de production nécessite cependant une transformation de grande ampleur, qui va requérir une mobilisation forte au niveau international. L’amélioration de la planification de l’occupation des terres et de leur utilisation prenant en compte la fonctionnalité des paysages et les interactions en leur sein, ainsi que la modification de nos modes de production et d’approvisionnement peuvent promouvoir une conversion à la gestion durable des terres et à la restauration, voire à la réhabilitation, des écosystèmes dégradés.

3Ainsi, la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (CNULCD) s’est donné pour ambition d’enrayer et d’inverser la tendance à la dégradation des terres, de réhabiliter les écosystèmes dégradés et de gérer durablement les ressources terrestres en atteignant la neutralité en matière de dégradation des terres (NDT). Cet engagement constitue une véritable réponse à la réalisation de la cible 15.3 des Objectifs de développement durable. De manière opérationnelle, la Convention soutient actuellement un programme dédié à la définition des cibles nationales volontaires de neutralité en matière de dégradation des terres dans plus de 100 pays à travers le monde et à l’identification de projets transformatifs de NDT. Les programmes et projets de gestion durable des terres (TerrAfrica, Grande Muraille Verte…), de restauration des forêts et des terres dégradées (Bonn Challenge et les initiatives 20x20 en Amérique latine et dans les Caraïbes, AFR100 en Afrique…), ainsi que les initiatives pour augmenter les stocks de carbone dans les sols (initiative 4 ‰ par ex.) contribuent à l’atteinte de la NDT.

La neutralité en matière de dégradation des terres : une approche innovante

4Définie comme un état par lequel les ressources terrestres saines et productives nécessaires pour soutenir les services écosystémiques restent stables ou augmentent à des échelles temporelles et spatiales données (CNULCD, 2014), la neutralité en matière de dégradation des terres propose de développer des solutions robustes, basées sur la capitalisation des acquis, pour lutter contre la dégradation des terres, préserver la biodiversité et lutter contre le changement climatique. Cette approche innovante repose sur la mise en œuvre de solutions concrètes sur le terrain, fondées sur la nature et qui s’appuient sur les écosystèmes afin de relever les défis globaux (UICN, 2016). Ces solutions valorisent plus particulièrement le potentiel de production et de régénération des écosystèmes capables de fournir, de manière durable, à long terme, tous les biens et services écosystémiques dont l’homme a besoin. Elles se concrétisent par plusieurs types d’actions, parmi lesquels deux constituent des voies prioritaires pour atteindre la neutralité en matière de dégradation des terres :

  • la gestion durable des terres pour lutter contre leur dégradation ;
  • la restauration et la réhabilitation des terres dégradées.

5Ces solutions constituent de véritables moyens de préserver et restaurer la biodiversité, et sont aujourd’hui reconnues comme un moyen rentable de séquestrer du carbone dans le sol et dans la végétation. Elles peuvent garantir l’adaptation pour le milliard de personnes les plus défavorisées de notre monde et peuvent aider à satisfaire les besoins fondamentaux de vie pour tous. Mises en œuvre à grande échelle, ces voies prioritaires d’action pourraient aider à satisfaire la demande en nourriture, en eau et en énergie, et à garantir la stabilité et l’accès à plus d’opportunités pour tous.

Deux voies d’action prioritaires

La gestion durable des terres

6Définie comme « l’adoption de systèmes d’utilisation des terres qui, à travers des pratiques de gestion appropriées, permettent à leurs utilisateurs de maximiser les avantages procurés par les terres, tout en préservant ou en renforçant leurs fonctions de soutien écologique » (FAO, 2008), la gestion durable des terres (GDT) est une action proactive et préventive qui permet de préserver les ressources naturelles et d’augmenter la productivité des terres en les gérant durablement, avant même qu’elles ne se dégradent. L’ensemble des pratiques agro-écologiques, agroforestières, culturales traditionnelles… peuvent être améliorées ou généralisées par des technologies modernes au service d’un objectif de gestion durable des terres. Les techniques de GDT (incluant aussi la gestion durable de l’eau), qui sont aujourd’hui bien connues, ont prouvé leur efficacité. Par exemple, sur le plateau central du Burkina Faso ou encore dans la zone de Tahoua, au Niger, des techniques anti-érosives (cordons pierreux, demi-lunes, banquettes) et de restauration des sols par le zaï ont permis d’améliorer la fertilité sur des centaines de milliers d’hectares (Zoungrana, 2014). Ces différents procédés ont permis d’augmenter significativement la production agricole à l’hectare, de 40 % à 120 % (Botoni et al., 2015). En Afrique du Nord, les aménagements de conservation des eaux et des sols (jessours, tabias, foggaras ou khettaras…), la fixation des dunes mobiles, la réduction de la déforestation et le reboisement, la bonne gestion des ressources en sols, la reconstitution de terrains dégradés et la culture sans labour sont également autant d’exemples de bonnes pratiques agricoles et de mesures efficaces de préservation et de gestion responsable et durable des ressources naturelles (OSS, FAO, 2012). Au total, plus de 250 pratiques de bonne gestion des terres recommandées par la CNULCD peuvent être partagées et utilisées dans des écosystèmes variés (CNULCD, 2014).

La restauration des terres dégradées

7Les actions de restauration, voire de réhabilitation, quant à elles, sont entreprises lorsque les écosystèmes sont déjà dégradés, endommagés, transformés ou entièrement détruits du fait de l’activité humaine, dont les impacts sont aggravés par les conditions climatiques et les phénomènes naturels (sécheresse, incendie, inondation, glissement de terrain…), à tel point que l’écosystème ne peut se régénérer seul. La restauration écologique, au sens large, est donc une action intentionnelle qui initie ou accélère l’autoréparation d’un écosystème en respectant sa santé, son intégrité et sa gestion durable (SER, 2004). La réhabilitation, tout comme la restauration, se sert des écosystèmes historiques ou préexistants comme modèles ou références, mais les deux activités diffèrent au niveau de leurs buts et de leurs stratégies. La réhabilitation insiste sur la réparation des processus, de la productivité et des services écosystémiques, tandis que la restauration vise en outre à rétablir l’intégrité biotique préexistante en termes de composition spécifique et de structure des communautés. Cependant, il est possible de considérer une conception large de la restauration, qui englobe une grande part des actions précédemment identifiées comme rattachées à la réhabilitation (SER, 2004). La restauration des terres dégradées est considérée comme une priorité mondiale (Aronson et Alexander, 2013), et les actions de « restauration » au sens large sont donc des actions réactives et curatives, permettant aux écosystèmes de retrouver leurs capacités de résilience et de revenir à des niveaux de productivité suffisants pour assurer la fourniture des services essentiels au bien-être des populations.

Des bénéfices multiples

8À travers la gestion durable des terres et la restauration des terres dégradées, parvenir à la neutralité en matière de dégradation des terres entraîne de multiples bénéfices détaillés ci-après.

Préservation du capital naturel et des services écosystémiques

9Plus que partout ailleurs, les habitants des zones sèches dépendent des services écosystémiques pour couvrir leurs besoins essentiels (MEA, 2005). Le capital naturel est donc leur plus grande richesse pour vivre, voire survivre, et faire face aux changements environnementaux tels que les modifications des usages et la variabilité climatique (OSS, 2009). La gestion durable des terres et la restauration des terres dégradées constituent ainsi un moyen efficace pour préserver et/ou rétablir les capacités de production des écosystèmes concernés et les maintenir dans un bon état de santé garantissant la quantité et la qualité des services rendus.

Sécurité alimentaire et hydrique

10Les pratiques de gestion durable des terres permettent d’assurer la sécurité alimentaire et hydrique grâce à l’augmentation des surfaces cultivables récupérées et à celle des rendements agrosylvopastoraux, la restauration du couvert végétal, le remplissage des nappes phréatiques grâce à une meilleure infiltration des eaux de pluie et l’augmentation de la production de matière sèche qui contribue à l’alimentation du cheptel. La régénération naturelle assistée (approche agroforestière consistant à identifier, à matérialiser et à protéger les jeunes pousses des parcs ou des formations naturelles [Samaké et al., 2011]) au Sahel a, par exemple, permis de produire 500 000 tonnes de céréales de plus par an et suffisamment de fourrage pour alimenter beaucoup plus de bétail. À ce jour, cette technique a amélioré la sécurité alimentaire de 2,5 millions de personnes environ (CNULCD, 2014 ; CGIAR, 2013).

Séquestration du carbone dans les sols et atténuation du changement climatique

11La remise en état des sols des écosystèmes dégradés peut permettre le stockage de 3 milliards de tonnes de carbone par an, ce qui équivaut à stocker jusqu’à 30 % des émissions annuelles de CO 2 issues des combustibles fossiles (Schwartz, 2014). Restaurer les écosystèmes dégradés permettrait donc à la fois de recouvrer la capacité de production de ces derniers tout en assurant la séquestration du carbone dans les sols, et de contribuer ainsi à l’atténuation du changement climatique.

Augmentation de la résilience des écosystèmes et adaptation au changement climatique

12Il est aujourd’hui reconnu que le changement climatique accroît les risques (désastres naturels, famines, épidémies) encourus par les systèmes naturels et sociaux alors que les capacités de ces derniers à s’ajuster diminuent (OSS, 2007). Aussi, pour s’adapter au changement climatique, les populations locales doivent mettre en œuvre des stratégies leur permettant de pérenniser leur existence au cours du temps et traverser les périodes de crise. La gestion durable des terres et la restauration des terres dégradées font partie de ces stratégies qui permettent, notamment, de recouvrer voire d’augmenter les capacités de résilience des écosystèmes ainsi que leur résistance aux perturbations et aux stress qu’ils subissent (surexploitation, sécheresse, inondations…).

Création d’emplois et réduction de la pauvreté

13Les techniques de GDT éprouvées, reproductibles et maîtrisables par les populations rurales peuvent être amplifiées et mises à l’échelle avec un minimum d’investissement pour l’achat d’outils et la réalisation des activités de formation et d’encadrement nécessaires à la bonne appropriation de ces techniques par les producteurs locaux. Des emplois « verts » pourraient ainsi être créés et les activités de GDT et de restauration des terres pourraient être génératrices de revenus (développement et vente de produits non ligneux, production de plantes médicinales…).

Réduction des conflits et ralentissement des migrations forcées

14Nombre de conflits et de migrations forcées sont aujourd’hui liés aux difficultés de partage et d’accès aux ressources naturelles et à leur raréfaction dans un contexte climatique particulièrement contraignant, où les périodes de sécheresse s’amplifient et où la pression sur les ressources s’accentue en regard de la croissance démographique (Ined, 2015). La gestion durable des terres et/ou leur restauration constituent donc une réponse capable d’accroître la production durable de denrées alimentaires, d’eau et d’énergie au profit des populations locales qui peuvent ainsi retrouver leurs moyens de subsistance.

Conclusion

15Conscients que nos activités impactent fortement le capital naturel et les services écosystémiques indispensables à notre bien-être, nous devons profondément repenser nos modes de consommation des espaces et des ressources naturelles. Nous devons en particulier retrouver le lien avec notre terre nourricière : en modifiant tout d’abord nos modes de production et d’exploitation des ressources en eau et en terre pour aller vers des modes de gestion durable qui permettront de préserver ces ressources ; en procédant à des travaux de restauration, voire de réhabilitation des terres dégradées pour retrouver des niveaux de productivité suffisants afin d’assurer la sécurité alimentaire des populations, de réduire les pressions sur les terres et les tensions entre les peuples (conflits, migrations), et de diminuer la pauvreté.

16Pour ce faire, la GDT et la restauration des terres au sens large sont des solutions concrètes complémentaires pour parvenir à la neutralité en matière de dégradation des terres et satisfaire l’atteinte de l’ODD 15 et sa cible 15.3. Au-delà de l’atteinte de cet Objectif propre, la NDT contribuera aussi indirectement à la réalisation des autres Objectifs de développement durable, à travers en particulier :

  • la réduction de la pauvreté (ODD 1) ;
  • la sécurité alimentaire par l’augmentation des rendements et grâce à une agriculture durable pour éradiquer la faim dans le monde (ODD 2) ;
  • la gestion durable des ressources en eau (ODD 6) ;
  • la création d’emplois et de travail décent pour tous (ODD 8) ;
  • la séquestration du carbone dans les sols pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions (ODD 13) ;
  • la réduction des conflits et des migrations environnementales en vue d’assurer la paix entre les peuples (ODD 16).

17Évidemment, l’atteinte de l’Objectif 15 et de sa cible 15.3 et des ODD concomitants nécessite d’entreprendre les activités de restauration des terres dégradées et de gestion durable des terres. Cela implique de relever les défis liés à plusieurs obstacles, parmi lesquels nous pouvons citer la variabilité climatique, la croissance démographique galopante, la disponibilité en eau restreinte, les coûts d’investissement élevés pour les petits exploitants, la mise en adéquation de l’allocation des ressources financières avec les besoins.

18Ainsi, afin de passer à une échelle de réalisation de projets transformateurs beaucoup plus grande, l’échelle des bassins versants par exemple, de nouveaux financements innovants doivent être mis en place, notamment en mobilisant le secteur privé. À titre d’exemple, nous citerons le fonds d’investissement pour la NDT, dont la mise en place permettra de financer des projets transformateurs de restauration des terres dégradées et de développer de véritables filières durables.

Bibliographie

Références bibliographiques

Aronson J., Alexander S., 2013 – Ecosystem Restoration is now a global priority : Time to roll up our sleeves. Restoration Ecology, 21 : 293-296.

Botoni E., Ba Diao M., Subsol S., 2015 – Construire la résilience des ménages grâce à la gestion durable des terres. Grain de sel, 59-62, « Quelles politiques pour les populations rurales pauvres du Sahel ? »

CGIAR, 2013 – Climate-smart agriculture. Success stories from farming communities around the world. Research Program on Climate Change, Agriculture and Food Security (CCAFS) and the Technical Centre for Agricultural and Rural Cooperation (CTA), 44 p.

CNULCD (Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification), 2013 – The Economics of Desertification, Land Degradation and Drought : Methodologies and Analysis for Decision – Making. Document de référence, 2e conférence scientifique de la CNULCD.

CNULCD (Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification), 2014 – La terre en chiffres. Moyens de subsistance à un point de basculement. 17 p.

FAO, 2008 – TerrAfrica – A vision paper for Sustainable Land Management in Sub-Saharan Africa. FAO, Rome, Italy.

Ined (Institut national d’études démographiques), 2015 – Tous les pays du monde. Population et Sociétés, 525.

McKinsey et Company, 2009 – Pathways to a low carbon economy, Version 2 of the global greenhouse gas abatement cost curve. 190 p.

MEA (Millenium Ecosystems Assessment), 2005 – Écosystèmes et bien-être humain. Synthèse sur la désertification. 26 p.

OSS, 2007 – Adaptation aux changements climatiques et lutte contre la desertification. OSS/GTZ, Note introductive no 1, Tunis, 2e édition, 28 p.

OSS, 2009 – Indicateurs écologiques du Roselt/OSS, désertification et biodiversité des écosystèmes circum-sahariens. OSS, Note introductive no 4, Tunis, 52 p.

OSS, FAO, 2012 – Bonnes pratiques de Gestion durable des terres et des eaux en Afrique du Nord. Projet Grande Muraille Verte, 59 p.

Pnud, 2015 – Objectifs du Développement durable. http://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/

Samaké O., Dakouo J. M., Kalinganire A., Bayala J., Koné B., 2011 – Régénération naturelle assistée. Gestion des arbres champêtres au Sahel. Icraf, Technical Manual, 16. Nairobi, World Agroforestry Centre, 40 p.

Schwartz J., 2014 – Soil as Carbon Storehouse : New Weapon in Climate Fight ? Yale Environment, 360, Yale School of Forestry & Environmental Studies.

SER, 2004 – L’ABCDaire sur l’écologie de la restauration de la SER internationale. Society for Ecological Restoration International, Science & Policy Working Group (version 2, octobre, 2004).

Zoungrana P., 2014 – Techniques de maintien de la fertilité des sols : une révolution silencieuse de l’agriculture sahélienne. Grain de sel, 49, « Agriculture et aléas climatiques : du terrain aux politiques ».

Auteurs

Secrétaire exécutive de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification.

Haut-Commissaire aux Eaux et Forêts et à la Lutte contre la désertification du Maroc, président de l’Observatoire du Sahara et du Sahel.

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search