Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un défi pour la planète

 | 
Patrick Caron
, 
Jean-Marc Châtaigner

Partie 4. Faire face aux défis environnementaux

Chapitre 17. L’accès à l’eau, une question de justice pluriscalaire

Thierry Ruf

Résumé

L’eau est une entrée incontournable du développement durable. Les accès aux ressources et leurs partages font couler beaucoup d’encre depuis vingt-cinq ans. Les énoncés des Objectifs actuels s’inscrivent dans des déclarations déjà anciennes et finalement peu novatrices depuis la conférence de Dublin de 1992. Le constat reste pessimiste, faute d’avancées visibles. Pour aller vers des progrès, les dimensions géographiques, historiques et sociales permettent d’aborder la complexité des questions à traiter aux différentes échelles du maillage territorial. Il faut orienter les parties prenantes de la gestion de l’eau vers des modèles alternatifs, pluriels et adaptatifs, en fonction des contextes sociaux et des cultures locales, dans des approches renouvelées introduisant des notions de justice sociale et environnementale.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

ODD 6 : « Garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau »

Dans le domaine de l’eau, les bases environnementales, économiques et sociales du développement durable sont toujours évoquées depuis la conférence internationale de Dublin en 1992 (PFE, 2008). Quatre principes guident constamment les forums mondiaux de l’eau (Conférence de Dublin, 1992) : l’eau est une ressource finie, elle doit être gérée par les planificateurs, les décideurs et les utilisateurs sur la base des bassins versants, elle doit inclure les femmes et elle constitue un bien économique. Si tout le monde adhère au premier principe de nécessité de protection de l’eau, les trois autres alimentent des controverses. La notion de bassin versant est insuffisante pour aborder tous les aspects de la gestion durable de l’eau qui se déclinent à des échelles micro-, méso-et macroscopiques. Le rôle des femmes est une dimension sociale essentielle, mais cela ne doit pas...

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540