Version classiqueVersion mobile

Un défi pour la planète

 | 
Patrick Caron
, 
Jean-Marc Châtaigner

Partie 3. De nouveaux modèles pour une économie équitable et durable

Chapitre 16. Consommer et produire durablement

La difficile construction de nouveaux modes de vie

Stéphanie Leyronas et Alexis Bonnel

Résumé

Les crises énergétiques, alimentaires, financières et économiques se succèdent, le climat continue à se réchauffer, et de nombreuses ressources naturelles se dégradent et se raréfient. Ces dérèglements, d’une ampleur sans précédent, creusent les inégalités et amènent leur cortège d’inquiétudes et d’instabilités sociales et politiques. Optimiser l’efficacité de la production de biens et services comme celle des usages ne sera pas suffisant : une évolution plus fondamentale de nos modes de vie est nécessaire. L’Objectif de développement durable 12 nous y invite, mais il a été livré sans mode d’emploi. Comment faire, alors que les enjeux sont extrêmement complexes et imbriqués, et que la notion de durabilité est elle-même bien difficile à saisir ? La construction de nouvelles utopies collectives semble devenue aussi indispensable qu’urgente pour concilier actions locales et objectifs globaux.

Texte intégral

ODD 12 : « Établir des modes de consommation et de production durables »

1Les Objectifs de développement durable (ODD), issus d’une mobilisation considérable et d’un processus de négociation internationale savamment orchestré par l’ONU, ne sont pas uniquement une « suite logique » des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Fixés en 2000 avec une échéance pour l’année 2015 et concernant exclusivement les pays en développement, les OMD ont avant tout été un grand succès en termes de regain d’intérêt de l’opinion, permettant une reprise de l’aide au développement après une décennie de « fatigue ». Les ODD fixent des objectifs communs vers lesquels tous les pays de la planète s’engagent à progresser ensemble pour le bien-être des générations actuelles et de celles à venir : l’accord s’est donc construit au-delà d’un agenda d’aide au développement, et il promeut une humanité future qui serait à la fois prospère, durable et égalitaire. L’accomplissement politique est non négligeable. Peu de choses ont été oubliées. L’ordonnancement en seulement 17 ODD est un exercice de synthèse remarquable. Il s’accompagne en revanche d’un grand nombre de cibles (169) et d’indicateurs correspondants (230).

2Les ODD sont porteurs d’une triple universalité (de Milly, 2015). La première universalité est géographique : les ODD sont « globaux [c’est-à-dire mondiaux] par nature et applicables de façon universelle » (§ 18). La deuxième universalité est sectorielle : les ODD entendent refléter la complexité du monde autour d’une présentation intégrée et systémique, qui dépasse les 17 Objectifs pris individuellement. La troisième universalité est celle des acteurs et des niveaux : les ODD reposent sur des actions locales, nationales, régionales et mondiales, et sur l’engagement des gouvernements mais aussi des autres acteurs, économiques, privés à but non lucratif, associatifs, publics, et même des individus.

3L’ODD 12, qui reconnaît le rôle essentiel et transversal des modes de production et de consommation dans le développement durable, relève d’initiatives spécifiques, portées par le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) depuis plusieurs années. Le sommet de la Terre sur l’environnement et le développement, tenu à Rio en 1992, préconisait déjà d’éliminer les modes de production et de consommation non durables pour ceux profitables à tous. La Déclaration de 27 principes et les 2 500 recommandations de l’Agenda 21 adoptées à cette occasion restent des références communes à tous les pays signataires engagés dans la construction d’un avenir durable. Lors de la conférence Rio + 20 en 2012, les Nations unies ont réitéré leur soutien à cet agenda avec un programme d’actions (« Ten-Year Framework of Programmes on Sustainable Consumption and Production Patterns », 10 YFP) sur la production et la consommation durables, adopté à l’article 226 du texte final, « L’avenir que nous voulons ».

4Notre analyse exposera rapidement les enjeux auxquels l’ODD 12 entend répondre, tout en mettant en lumière leur extrême intrication. Nous réinterrogerons ensuite la notion même de durabilité au regard de la diversité de ses définitions, perceptions et interprétations ainsi que des débats idéologiques et politiques qui l’animent. Ces réflexions nous amèneront à questionner les modes de gouvernance et les processus de mobilisation des acteurs pour faire face à l’extrême complexité des enjeux identifiés, les intégrer et agir.

Production et consommation durables : nos modes de vie en question

5Les enjeux auxquels tente de répondre l’ODD 12 sont multiples et intriqués. D’un point de vue environnemental d’abord, l’objectif est de limiter les perturbations de l’ensemble de nos activités socio-économiques (procédés de production tout au long du cycle de vie, régimes alimentaires, modes d’habitat et de transport, etc.) sur les quatre principaux cycles naturels (eau, carbone, azote, phosphore). Cette question est déjà complexe : ce qui peut apparaître comme une politique efficace dans un domaine peut avoir des répercussions néfastes dans un autre. Par exemple, élargir l’offre de biocarburants pour substituer des énergies renouvelables à des énergies fossiles peut aussi contribuer à faire peser des pressions sur la terre, l’eau, les forêts ou la sécurité alimentaire.

6Les impacts croissants des activités humaines sur les quatre cycles naturels et, in fine, sur le climat et la biodiversité sont vérifiés de manière objective. Les rapports successifs du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) publiés depuis 1990 ont démontré sans ambiguïté que les activités humaines, notamment l’usage des énergies fossiles, ont conduit à une hausse exceptionnelle des émissions de gaz à effet de serre (GES), cause dominante du réchauffement observé depuis le milieu de xxe siècle, de l’évolution des précipitations et des systèmes hydrologiques, d’événements extrêmes de températures élevées et de fortes précipitations, de l’acidification des océans, etc.

7Les analyses historiques réalisées sur l’évolution de la biodiversité à l’échelle mondiale convergent aussi autour de conclusions préoccupantes (WWF, 2014). Depuis le début de l’ère industrielle, la réduction de la biodiversité terrestre a déjà conduit à la disparition d’environ 50 % de celle-ci (Berger et Theys, 2010) et à la forte diminution des ressources halieutiques. Cette tendance s’est accélérée au cours des cinquante dernières années avec les changements dans l’utilisation des sols (déforestation, urbanisation, infrastructures), la surexploitation des ressources, les pollutions locales et diffuses, les introductions d’espèces exotiques envahissantes et le changement climatique.

8Si les impacts sont clairement analysés, les mécanismes sous-jacents à ces évolutions et à leur accélération depuis la moitié du xxe siècle sont plus controversés (Chabason et Leyronas, 2016). La croissance démographique est l’un des principaux accélérateurs de l’utilisation des ressources naturelles. Parallèlement, l’amélioration des conditions de vie de l’homme au cours du siècle dernier coïncide avec l’utilisation accrue des ressources naturelles (OCDE, 2012). L’accès à la classe moyenne par une partie croissante de l’humanité a été l’un des phénomènes marquants de l’évolution des sociétés au cours du xxe siècle, aux États-Unis et en Europe, dans les pays de l’OCDE en général et désormais dans les pays en développement. Il s’agit d’une évolution bien souvent désirée par les acteurs publics et privés. L’accès à la classe moyenne se traduit par des changements radicaux dans les modes de consommation vers des modèles construits dans les pays industrialisés et fondés sur l’accès à l’automobile individuelle et aux biens semi-durables, par la modification du régime alimentaire pour une diète plus consistante en protéines animales, par l’accès aux services de loisirs et de tourisme ou encore par des phénomènes de dé-cohabitation. Le tout se traduisant par une augmentation absolue de la consommation des ressources naturelles.

9Toutefois, le taux de croissance de l’économie est supérieur à celui de l’utilisation des ressources naturelles (Rapport européen sur le développement, 2012). En effet, à mesure que les sociétés s’enrichissent, les progrès technologiques leur permettent d’utiliser les ressources plus efficacement. La tendance est à nuancer en fonction des ressources naturelles que l’on considère. Par exemple, cela aurait pu conduire à une dissociation entre le PIB et la consommation d’énergie, qui n’a cependant pas été observée, du moins jusqu’à récemment, en raison entre autres des effets rebond de la diffusion de ces technologies, qui entraînent une consommation en forte hausse (comme cela a été le cas successivement avec l’utilisation du charbon et du pétrole) ou l’abandon de modes d’exploitation durables arrivés à maturité (traction animale, utilisation du bois, du vent, de l’eau, etc.).

10L’augmentation de la demande en ressources limitées qui en découle exacerbe la concurrence entre les usages et les usagers. Les pressions pesant sur les ressources sont en outre complexifiées en raison des liens qui existent entre les différents types de demande.

11L’eau est par exemple nécessaire pour les usagers urbains, mais aussi industriels et agricoles, sans oublier les besoins élémentaires des écosystèmes pour se régénérer. Ces dérèglements opèrent avec, en toile de fond, le fonctionnement de plus en plus globalisé du monde et l’hyper-mobilité des biens, des personnes, de l’information et des capitaux financiers, qui facilitent les échanges mais accélèrent aussi la généralisation du modèle de développement des pays industrialisés et conduisent à une impasse environnementale.

12Les progrès technologiques ont permis en partie, jusqu’à aujourd’hui, de faire face à une demande accrue en remplaçant certaines ressources par d’autres (et bien souvent des combinaisons de ressources de plus en plus complexes) et/ou en juxtaposant leur utilisation (pétrole pour le transport, charbon et autres pour l’électricité, etc.), en augmentant leur transfert ou en les utilisant plus efficacement. Toutefois, les ressources naturelles n’ont pas les mêmes degrés de substituabilité (Rapport européen sur le développement, 2012), ce qui nous oblige à prendre en compte – et réévaluer en permanence, en fonction des progrès des sciences et technologies comme des modes de consommation – les limites physiques concernant l’espace de fonctionnement sécurisé pour la société humaine (Rockström et al., 2009).

13De plus, un raisonnement qui se limiterait à une optimisation de l’efficacité des usages des ressources, en intra- et en inter-usages, n’est pas satisfaisant : la réduction nette de l’impact de nos modes de vie sur les ressources est devenue une nécessité. Il s’agit de la lutte contre les gaspillages, du développement de l’économie circulaire, des politiques nutritionnelles orientant les comportements alimentaires vers une consommation plus durable et plus saine (consommation moins carnée, promotion de systèmes de production de viande moins coûteux en calories végétales), etc. De telles actions de maîtrise de la demande et de sobriété constituent des stratégies « sans regret » qui permettent de répondre simultanément à plusieurs enjeux : environnement, sécurité alimentaire et santé. Il en est de même dans tous les domaines : eau, énergie, transport, etc. De telles actions ne permettent pas de tout résoudre mais sont toujours gagnantes.

14Questionner les modes de consommation, au Nord comme au Sud, ouvre la voie à des interrogations plus profondes sur nos sociétés (Chabason et Leyronas, 2016). La fonction de consommation touche à des notions personnelles et sociétales (besoins, désirs, appartenances sociales, habitudes, influences religieuses, culturelles et professionnelles). Les gouvernements sont plus que réticents à s’aventurer dans la voie de politiques d’orientation de la consommation. De telles réticences se vérifient également à l’échelle globale : la négociation internationale sur le climat (les Conférences des Parties ou COP de la CCNUCC) comptabilise les émissions produites par chacun des pays, et non pas celles qui sont consommées.

15La construction de nouvelles utopies collectives, porteuses de trajectoires de développement et de modes de vie davantage durables, est ainsi devenue aussi indispensable qu’urgente. La tâche n’est pas aisée, d’autant que la notion même de durabilité, si souvent mise en avant, apparaît, sinon insaisissable, du moins floue.

La durabilité : une notion centrale mais relative et difficile à appréhender

16Avec l’ODD 11 (« Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables »), l’ODD 12 (« Établir des modes de consommation et de production durables ») est le seul à porter directement dans son libellé la notion de durabilité. Il s’avère ici utile d’interroger cette notion, si difficile à saisir et à décliner de manière opérationnelle, alors qu’elle est connue et plébiscitée depuis longtemps et que de nombreux acteurs et projets œuvrent à sa traduction concrète en politiques publiques, stratégies d’entreprise et programmes et projets sur le terrain.

17Le problème est probablement de deux ordres. Tout d’abord, il n’y a pas de cadre conceptuel incontestable du développement durable et, partant, des modes de production et consommation durables, que l’on pourrait découvrir par des efforts de recherche ou l’accroissement de nos connaissances. La diversité de points de vue est grande : entre les tenants d’approches technico-économistes (pas de protection de l’environnement ni de protection sociale sans une base économique forte), plus consensuelles (concilier protection de l’environnement, équité sociale et croissance économique), voire très écologiques (pas de pérennité du système humain sans prise en compte du support écologique), l’espace de discussion semble infini (Leménager et al., 2012).

18Chaque groupe porteur de durabilité agit pour une certaine définition de cette dernière, en relation avec le problème qui le préoccupe, avec la communauté dans laquelle il s’inscrit et avec le débat auquel il participe. Sur un fond d’analyses de plus en plus nourries mais toujours incomplètes, chaque acteur individuel ou collectif, doté de son système de valeurs et d’intérêts, qui évoluent par ailleurs au fil du temps, négocie pour définir ce qu’est le monde ou ce qu’il devrait être. Le développement durable n’apparaît pas comme une réponse déterministe à une vérité scientifique ou économique qui reste toujours en construction. Il ressemble plutôt à une invention en discussion permanente, plus ou moins dirigée par une vision et une volonté politiques, et par des arbitrages permanents entre intérêt local et global et entre le court et le long terme, permettant de gérer au mieux les multiples contradictions et incohérences d’un monde complexe, interconnecté et mouvant.

19Ainsi, lorsqu’une communauté d’acteurs contribue à la mise en œuvre de l’ODD 12 dans l’une ou l’autre de ses multiples dimensions (promotion du lien entre territoires et filières ; de la réduction, réutilisation et recyclage des déchets ; de la mobilité durable ; du commerce équitable ; de modes de production et consommation d’énergie durables ; de l’économie circulaire ou encore de la transition vers des modes de vie durables et des changements de comportements des producteurs comme des consommateurs), les débats sur les manières de faire sont incessants et les décisions prises régulièrement questionnées.

20Une deuxième difficulté concerne la nécessaire conciliation entre une multitude d’approches de production et consommation durables, du bas vers le haut, et les objectifs globaux de durabilité. Malgré la multiplication des bonnes volontés et la réalisation concrète d’actions perçues localement comme durables, leur addition – au demeurant impossible car correspondant à chaque fois à une définition particulière de la durabilité – ne suffit pas à résoudre une équation qui nécessite également une cohérence d’action globale. Un problème qui semble résolu à un endroit donné peut s’avérer en réalité reporté ailleurs (comme les effets rebond susmentionnés), et/ou générer des répercussions dans d’autres domaines, et/ou réapparaître sous une autre forme plus tard. Une vision holistique des modes de production et consommation durables, si tant est qu’elle puisse être définie à l’échelle d’une société, est encore loin d’être le principe directeur des politiques économiques et sociales.

Approches holistiques et gouvernance partagée : deux ingrédients essentiels

21Par définition, un développement « non durable » ne durera pas. Toute la question est de savoir si certains acteurs, notamment ceux en charge de politiques publiques, doivent prendre en charge les ajustements nécessaires ex ante ou si on laisse la crise provoquer ces ajustements. Deux arguments forts viennent à l’appui du volontarisme politique : d’une part, l’absence d’ajustements peut entraîner des évolutions irréversibles aux conséquences majeures ; d’autre part, les ajustements provoqués par les marchés ou par la nature sous forme de crises sont brutaux et entraînent des effets de répartition, conduisant à un accroissement des inégalités spatiales et temporelles souvent incompatibles avec l’impératif social et éthique des sociétés. Un cadre planétaire de discussion comme celui des processus onusiens depuis le sommet de la Terre en 1992, ayant abouti à l’élaboration des ODD et donc à l’ODD 12, s’avère ainsi plus que jamais nécessaire : les enjeux partagés au niveau mondial sont de plus en plus nombreux, y compris concernant les modes de production et consommation durables, et leur résolution s’impose comme une urgence commune.

22Mais ces dispositifs planétaires, aussi indispensables soient-ils, ne pourront à eux seuls résoudre l’équation d’un développement conciliant équilibre environnemental et réduction des inégalités. Ils peuvent même parfois devenir une solution de facilité pour les nombreux acteurs aux échelles nationales mais aussi et surtout locales, parce qu’ils y reportent la responsabilité de décisions compliquées à définir, à prendre puis à mettre en œuvre. Davantage de liens gagneraient à être tissés entre un cadre international renforcé et réformé, qui reste toujours aussi déterminant et doit servir d’aiguillon, et les acteurs et actions concrètes de terrain.

23Une partie de la solution à l’évolution de nos modes de consommation et de production est peut-être à trouver dans les Communs où acteurs et citoyens se réapproprient les enjeux sur leur territoire et cherchent des solutions spécifiques (Bollier, 2014). Dans la lignée des travaux d’Elinor Ostrom (Ostrom, 1990), les Communs proposent des modalités de gestion de ressources (traditionnellement eau, pâturages, forêts, mais aussi des services ou des ressources immatérielles, numériques) par des communautés d’usagers de ces ressources, offrant un espace de gouvernance entre les politiques publiques et les dynamiques de marché. Ils sont aussi, dans des travaux plus récents, et à un niveau plus normatif, des moyens de favoriser des projets sociétaux qui appellent des dynamiques de mobilisation des usagers et des citoyens (Bollier, 2014).

24L’ensemble des ODD, et en particulier l’ODD 12, mettent en avant l’importance d’une approche systémique (interdépendance des enjeux, indivisibilité des ODD, etc.), et les besoins de sortir de la logique des OMD, de contextualiser de façon fine, de combiner plusieurs niveaux d’analyse et d’intervention, et d’adopter une approche centrée sur les processus et le renforcement des acteurs. Les Communs, qui traduisent des réalités extrêmement diverses, invitent justement à appréhender les spécificités des contextes et des dynamiques sociales locales, à sortir d’une relation Nord-Sud à sens unique, à penser la gouvernance multi-acteurs – en intégrant la manière dont certaines décisions produisant des résultats de développement peuvent être prises par les acteurs en dehors des sphères de l’État et du marché –, à combiner plusieurs niveaux d’intervention et à favoriser les solutions différenciées et l’apprentissage par l’action.

25L’adoption de l’ODD 12 représente ainsi une opportunité particulièrement intéressante pour insuffler un changement de paradigme dans les politiques et stratégies globales concernant nos modes de vie, tout en les reliant aux déclinaisons sectorielles et aux dynamiques locales concrètes que les Communs nous enseignent.

Vers de nouvelles utopies collectives ?

26En réfléchissant davantage au contexte dans lequel chacun agit et aux multiples interdépendances entre les projets entrepris, les secteurs et le monde extérieur, en enrichissant et multipliant les manières de penser et d’agir, en repoussant les limites habituelles de raisonnement, tant dans l’espace (ce qui se passe ici a un impact ailleurs, qu’il faut savoir apprécier et intégrer dans toute action) que dans le temps (en considérant davantage le long terme dans les prises de décision), des espaces de débat s’ouvrent sur les nécessaires changements de modèle dans toutes leurs dimensions sociales, environnementales et économiques. Ce processus social, politique et institutionnel ne peut pas se décréter ni être défini de manière exclusivement scientifique ou économique, mais il est particulièrement important car porteur de compréhension davantage partagée d’enjeux complexes et, partant, générateur de nouveaux projets de société. Il gagne à être accompagné, à tous les niveaux.

27Faire évoluer nos modes de production et de consommation afin de progresser vers un « développement plus durable », c’est ainsi apprendre à déplacer, ne serait-ce que légèrement, notre regard sur le quotidien et sur autrui, avec une bonne dose d’optimisme et d’utopie. Les ODD et en particulier l’ODD 12 ont posé le cadre d’une utopie internationale pour nos modes de vie. À l’heure où la révolution digitale favorise l’éclatement des centres traditionnels de pouvoir et de décision vers des modalités de plus en plus diversifiées, informelles et parfois déterritorialisées, décliner cette utopie internationale en projets de société à l’échelle des territoires constitue l’un des défis majeurs du siècle.

Bibliographie

Références bibliographiques

Berger A., Theys J., 2010 – Quels scénarios réalistes pour préserver la biodiversité d’ici 2030 ? Horizons 2030-2050. MEEDDM (ministère français de l’Écologie, de l’Environnement, du Développement durable et de la Mer), multigr.

Bollier D., 2014 – La renaissance des communs. Pour une société de coopération et de partage. Paris, éditions Charles Léopold Mayer, 192 p.

Chabason L., Leyronas S., 2016 – « Analyse | Produire et consommer durable ». In : Regards sur la Terre, http://regardssurlaterre.com/analyse-produire-et-consommer-durablement.

Leménager T., Ahmin-Richard A., Mermet L., 2012 – Les organisations publiques d’aide au développement et la dialectique environnement-développement. Vertigo, 12 (1).

de Milly H., 2015 – Les Objectifs de Développement Durable : éléments d’analyses et impacts possibles pour les agences d’aide. Techniques Financières et Développement, 4/2015, 121 : 37-48.

OCDE, 2012 – Une classe moyenne émergente. L’Annuel de l’OCDE.

Ostrom E., 1990 – Governing the Commons : The Evolution of Institutions for Collective Action. UK, Cambridge University Press.

Rapport européen sur le développement, 2012 – Affronter la rareté : gérer l’eau, l’énergie et les terres pour une croissance inclusive et durable.

Rockström J., Steffen W., Noone K., Persson A., Chapin F. S., Lambin E. F., Nykvist B., 2009 – A safe operating space for humanity. Nature, 461 (7263) : 472-475.

WWF, 2014 – Rapport Planète vivante. Des hommes, des espèces, des espaces et des écosystèmes.

Auteurs

Chercheure, programme « Communs et gestion des ressources naturelles », Agence française de développement (AFD).

Conseiller Environnement-Développement à l’Agence française de développement (AFD).

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search