Version classiqueVersion mobile

Un défi pour la planète

 | 
Patrick Caron
, 
Jean-Marc Châtaigner

Partie 3. De nouveaux modèles pour une économie équitable et durable

Chapitre 15. Pas de développement durable sans réduction des inégalités

Marie Duru-Bellat

Résumé

Ce chapitre défend la thèse selon laquelle les inégalités mondiales actuelles sont incompatibles avec un développement durable, pour des raisons à la fois sociopolitiques et écologiques. Au niveau des personnes comme des pays, non seulement elles rendent les relations plus tendues, mais elles poussent à une course en avant pour combler l’écart avec les plus riches, ce qui est délétère en termes écologiques. Les inégalités mondiales posent aussi un problème de justice globale, dès lors que les droits humains les plus élémentaires s’en trouvent bafoués dans certaines parties du monde, davantage concernées par les périls environnementaux alors qu’elles en sont moins responsables.

Texte intégral

ODD 10 : « Réduire les inégalités dans les pays et d’un pays à l’autre »

1Le développement durable ne peut se réduire à une réduction de la pauvreté. Certes, on peut considérer que cette dernière est toujours un progrès, même si, dans le même temps, les plus riches continuent à s’enrichir. Et la réduction de l’extrême pauvreté figurait bien en bonne place parmi les Objectifs de développement du millénaire édictés en 2000 dans la perspective de 2015. Parmi ceux-ci figurait aussi l’accès de tous à un « environnement durable ». Aujourd’hui, dans la perspective de 2030, c’est de « développement durable » qu’il s’agit et les objectifs, toujours d’actualité, de réduction de la pauvreté coexistent avec un nouvel Objectif : « Réduire les inégalités dans les pays et d’un pays à l’autre ». Cet ajout, bienvenu, exprime la conviction que le développement ne saurait être durable si, les pauvres devenant moins pauvres, les riches continuent, à l’autre bout de l’échelle des revenus, de s’enrichir toujours plus. Il convient donc, et c’est nouveau, de s’intéresser tout autant aux inégalités entre riches et pauvres qu’au sort de ces derniers. Les organisations internationales admettent donc, après que les chercheurs l’ont démontré amplement depuis le tournant du siècle, que le maintien des inégalités (au-delà d’une « simple » réduction de la pauvreté) pose problème, que ce soit d’un point de vue éthique, économique, social ou écologique.

2D’un point de vue éthique, rien ne peut justifier que, selon l’endroit où vous avez la chance ou la malchance de naître, votre sort varie de manière aussi radicale. Pourtant, non seulement les inégalités sociales font l’objet d’une grande tolérance (au-delà des poussées d’indignation récurrentes), mais les économistes libéraux les ont longtemps défendues : dès lors que les chances de tous sont raisonnablement égales sur un marché où prévaut une concurrence non faussée, les inégalités sont plutôt un signe de bonne santé de l’économie et, de plus, l’enrichissement des riches tire les pauvres vers le haut et bénéficie à tous. Aujourd’hui, ces thèses sont largement discutées (voir notamment Stiglitz, 2012) : les inégalités non seulement ne seraient pas favorables à la croissance mais pourraient au contraire la freiner ; par ailleurs, celle-ci ne serait pas forcément suffisante pour réduire les inégalités. Parallèlement, de nombreuses études ont pointé les effets délétères multiformes des inégalités (Duru-Bellat, 2014) et la Banque mondiale parle aujourd’hui de « croissance inclusive » pour insister sur le fait que la croissance économique ne suffit pas à améliorer le bien-être des populations. Inscrire la réduction des inégalités dans la liste des ODD, c’est reconnaître qu’elles sont d’une telle ampleur qu’elles risquent de rendre inatteignables les autres ODD et in fine un développement durable. Il faut donc s’y attaquer non pas seulement en fonction de considérations de justice, mais pour préserver notre capacité à vivre ensemble, et également notre planète. Cela vaut à la fois pour les inégalités au sein des pays et pour les inégalités entre pays.

Les inégalités internes aux pays

Une menace pour la démocratie

3Au sein des pays, c’est avant tout eu égard à la cohésion sociale que les inégalités sociales sont jugées délétères ; les comparaisons internationales montrent que plus les inégalités de revenus sont importantes, moins le degré de cohésion sociale est élevé (Dubet et al., 2010). L’épidémiologiste R. Wilkinson (Wilkinson, 2005) a révélé, dans les États américains, des corrélations positives fortes entre inégalités économiques et homicides ou prégnance du racisme, ou encore, dans un sens négatif, entre inégalités et sentiment de confiance. Quand les inégalités sont importantes, les relations sociales sont imprégnées de logiques de différenciation, de domination. En outre, quand certains revenus atteignent des niveaux tels que le salarié moyen a du mal à imaginer ce qu’ils signifient, la légitimité des écarts de salaires s’en trouve ébranlée. Les politologues insistent également sur le fait que, dès lors que s’opposent des intérêts par trop contrastés, les démocraties connaissent de sévères difficultés de fonctionnement. L’inégalité donne aux acteurs en position dominante le pouvoir de promouvoir des politiques qui favorisent leur propre intérêt même quand elles ne vont pas dans le sens de l’intérêt général. De plus, les inégalités distordent les débats publics et les politiques mises en œuvre, car les plus riches ne peuvent guère comprendre la situation des plus pauvres.

Une menace pour la cohésion sociale

4Au niveau des personnes, Wilkinson démontre que leur bien-être psychologique et leur santé sont fortement liés à leur expérience subjective de la hiérarchie sociale. Dans les sociétés riches, où les préoccupations de survie matérielle sont minimes, l’anxiété quotidienne concerne avant tout la manière dont on pense que les autres nous perçoivent. Et en la matière, les statuts sociaux relatifs sont très importants. La violence va être plus répandue dans les sociétés inégales, dès lors que l’inégalité accroît la probabilité que les personnes du bas de l’échelle réagissent pour réaffirmer leur dignité et le sentiment de leur propre valeur. Wilkinson rejoint les analyses des économistes qui soulignent le rôle important que jouent l’estimation comparative des niveaux de vie et l’envie non seulement sur le désir de gagner plus et consommer plus, mais aussi sur le sentiment de bonheur. C’est avant tout le revenu relatif, en comparaison avec son « groupe de référence », qui importe : dès lors que les revenus de ce groupe augmentent aussi vite que les vôtres, le surcroît (absolu) de revenu qu’entraîne votre propre augmentation n’apporte pas de surcroît de satisfaction. Une société inégalitaire est donc une société d’éternels insatisfaits.

Entre pays, des inégalités insoutenables d’un point de vue socio-économique

5Les inégalités entre pays sont particulièrement marquées et leur caractère injuste est patent. L’économiste B. Milanovic (Milanovic, 2005 ; 2016) démontre qu’au niveau mondial, une part importante de votre revenu (environ 60 %) dépend du pays où vous avez la chance ou la malchance de naître : ce que vous gagnez est dû majoritairement à cette « prime » à la naissance, alors que vos efforts et votre mérite personnel ont un poids bien plus faible. De plus, particulièrement en ce qui concerne les inégalités mondiales, tout débat sur la justice inclut un questionnement en termes de responsabilité. Et, en l’occurrence, à la fois l’histoire et le fonctionnement actuel des marchés, ainsi que les politiques des institutions internationales, amènent à conclure, même si ces questions sont évidemment l’objet de débats, que nous ne sommes pas sans responsabilité dans cet état du monde.

6Mais, au-delà des arguments éthiques, pour convaincre de la nécessité de lutter contre les inégalités planétaires, il est nécessaire de mobiliser des considérations empiriques concrètes montrant que cela va dans le sens de nos propres intérêts. Les arguments sont à la fois de nature sociologique et de nature économique, mais aussi, perspective tout aussi pressante, de nature écologique.

7En ce qui concerne les effets délétères des inégalités entre pays sur les relations internationales, à partir du moment où ces inégalités sont aujourd’hui connues de tous, il est peu probable que cette prise de conscience laisse indifférent. Ces inégalités entraînent-elles, chez les plus pauvres, une volonté de ressembler aux plus riches de la planète ? Même si les analyses empiriques manquent sur ces questions, et même si les inégalités mondiales sont moins prégnantes que celles qui existent au sein des pays, il ne fait pas de doute que la globalisation change les références à l’aune desquelles on se juge (relativement) pauvre ; les habitants des pays pauvres risquent alors de se sentir de plus en plus pauvres.

8Dans un monde où les possibilités de déplacement sont nombreuses, on peut alors s’attendre à des mouvements migratoires importants, susceptibles de nourrir des politiques de repli parfois racistes ou xénophobes. Parmi les effets sociaux des fortes inégalités entre pays, on peut également évoquer des tensions politiques, certaines guerres liées à l’accès à des ressources naturelles rares, voire la montée des intégrismes religieux.

9Il reste que ce sont les effets économiques des inégalités globales qui sont le plus documentés. En particulier, les inégalités entre pays – notamment les différentiels importants de salaires et de pouvoir d’achat – engendrent un modèle économique du « pauvre vers le riche » (voir notamment Sévérino et Ray, 2011), un modèle qu’exploitent certains pays émergents en vendant aux riches les marchandises qu’ils produisent à bas coûts, en profitant précisément des inégalités entre pays riches et pays pauvres. Au sein de ces pays, ce modèle néglige à la fois les producteurs – mauvaises conditions de travail, salaires très faibles – et les consommateurs, le marché intérieur passant après les exportations. Dans les pays riches, si les consommateurs bénéficient de produits bon marché, les délocalisations et le chômage contrebalancent ce « bénéfice ». Pour les pays pauvres comme pour les plus riches, ce modèle ancré dans les inégalités entre pays est donc insoutenable.

Des inégalités insoutenables et injustes…

  • 1 Voir, en France, les travaux d’Eloi Laurent et, à l’échelle internationale, la dernière édition de(...)

10Ce même modèle l’est aussi si l’on se place au niveau de la planète : les inégalités constituent une menace écologique. Pour analyser les relations entre inégalités sociales et problèmes environnementaux, l’approche la plus répandue consiste à confronter, d’un côté, ceux qui profitent le plus des ressources environnementales, de l’autre, ceux qui pâtissent le plus des dégradations environnementales1. Au niveau international, on est aujourd’hui capable de confronter, en matière d’émissions de gaz à effet de serre, la géographie des émissions et la géographie des impacts, avec certes des problèmes de mesure lourds d’enjeux politiques (faut-il estimer les émissions par habitant ou globalement, faut-il tenir compte du passé et des effets d’accumulation, ou se caler sur la situation à l’instant t ?…). Dans tous les cas, il est clair que les pays qui souffrent le plus des dégradations climatiques ne sont pas ceux qui en sont le plus responsables, ce qui pose un problème de justice aujourd’hui bien perçu par les pays les plus pauvres (qui l’ont vigoureusement pointé lors de la Conférence sur le climat de 2015 à Paris et il est à présent débattu dans toutes les réunions internationales sur les questions climatiques) (Harris, 2010).

Le coût écologique et politique des inégalités

11Mais on peut aussi se focaliser sur la question de savoir dans quelle mesure les inégalités sociales elles-mêmes sont susceptibles d’accroître les problèmes environnementaux, alors qu’une société moins inégale – au sein des États comme au niveau de la planète – rendrait davantage possible leur résolution. Le raisonnement consiste alors à souligner que, tout comme l’inégalité pousse les individus à travailler ou à s’endetter toujours davantage, elle engendre au niveau collectif une spirale continue de croissance économique et de destruction des ressources. Dans un contexte mondialisé mettant en scène un certain style de vie, le risque est réel que les inégalités par rapport à cette norme nourrissent une course à la consommation catastrophique pour la planète. Cela alors que les interdépendances entre pays sont étroites, du fait de la globalisation, et que donc les consommations des riches ont un impact sur le sort des pauvres. C’est le cas par exemple quand, dans les pays riches, on choisit les agrocarburants pour les voitures, ou quand les classes moyennes chinoises imitent notre régime alimentaire carné : il en résulte par ricochet une augmentation du prix des céréales, avec à la clé des émeutes de la faim. Non seulement donc l’inégalité est socialement corrosive, mais elle constitue l’obstacle le plus significatif à un niveau d’activité économique soutenable en termes écologiques.

12De plus, les inégalités entre pays favorisent des jeux de pouvoir non neutres en matière environnementale. Ainsi, les pays riches ont le pouvoir et la capacité de transférer leurs pollutions dans les pays pauvres. Alors que, dans un contexte d’inégalités moindres et de réglementations internationales garantissant des marchandages et des accords moins déséquilibrés, on voit mal ce qui pousserait les pays pauvres à accepter d’accueillir sur leur sol tous les déchets des pays riches ou à brader à des firmes étrangères le droit d’exploiter leurs ressources naturelles. Et dans ce cas, les pays riches seraient incités bien plus qu’actuellement à limiter leur pollution.

13On peut ajouter que, tout comme les inégalités s’avèrent de manière générale nuisibles à un fonctionnement démocratique, l’atteinte d’un consensus mondial sur les questions environnementales et la gestion des biens communs est d’autant plus réalisable que les inégalités entre pays sont limitées.

Un enjeu de justice globale

14Dès lors que les dégradations découlant du changement climatique mettent en péril les droits humains les plus élémentaires dans certaines parties du monde, tandis que la responsabilité en revient largement aux pays riches, on est bien face à un problème de justice distributive globale : comment déterminer la répartition des coûts et des bénéfices environnementaux, face à des ressources rares ? Qui doit être protégé du changement climatique, qui doit payer, qui peut avoir le droit de polluer… ? Toutes ces questions sont sans conteste des questions de justice distributive, puisqu’il s’agit de répartir équitablement les droits et les devoirs. Devrait s’y adjoindre un souci de justice rétributive, focalisé quant à lui sur la réparation des torts causés. À l’évidence, ces questions doivent être posées au niveau global et, d’ores et déjà, tant les mobilisations autour des conférences sur le climat que le droit international de l’environnement débouchent sur certaines avancées : on admet à présent la notion de responsabilités différenciées eu égard au changement climatique, notamment selon l’histoire économique des pays, d’où découlent des contributions proportionnelles aux fonds dédiés à la « compensation climatique ». D’autres questions restent davantage polémiques (faut-il allouer des quotas d’émission en fonction du nombre d’habitants d’un pays par exemple ?), mais elles sont explicitement posées. Une difficulté vient évidemment des reclassements constants entre pays engendrés par la diversité des rythmes de développement : alors que dans une optique de justice distributive il convient d’identifier clairement les pays pollueurs par exemple, on sait que certains pays jadis « victimes » s’enrichissent et deviennent eux-mêmes « coupables »… Il reste que, dans la perspective de l’ODD 10, il est nécessaire de prendre en compte la dynamique spécifique qu’engendrent les inégalités. Car non seulement les problèmes environnementaux constituent un vrai défi de justice globale, mais une perspective de justice globale, dépassant le cadre des États, constitue la voie la plus pertinente pour affronter ces problèmes.

Que faire ?

  • 2 Sur ces débats, voir notamment la note « La croissance ne fait pas le bonheur : les économistes le (...)

15Tant que subsistent des inégalités massives entre pays, une course en avant vers plus de richesse ne peut que contrecarrer les avancées d’un développement soutenable. Dans un monde où le sort des riches n’est pas indépendant du sort des pauvres, l’impératif écologique se conjugue avec les enjeux économiques et sociaux, au-delà des considérations éthiques, pour donner la priorité à la lutte contre les inégalités. C’est évidemment moins consensuel que la lutte contre la pauvreté, car réduire les inégalités dans un monde où l’accroissement infini de la taille du gâteau est insoutenable exige de poser explicitement la question de la décroissance, polémique chez les économistes et taboue chez les politiques2. Quoi qu’il en soit, toute politique de décroissance, même prudente et nécessairement très sélective – elle ne saurait concerner pareillement les pays les plus riches et les pays les plus pauvres –, ne peut être envisagée sans des institutions, des régulations et des mobilisations se situant à des niveaux différents.

16Face à des questions globales, qui exigent des actions au niveau global, les modes d’intervention supra-étatiques sont indispensables, autant que problématiques… Il n’est pas impossible de renforcer la gouvernance mondiale via les institutions internationales existantes, même si elles sont couramment l’objet de vives critiques. On peut les rendre plus justes, notamment en y donnant plus de poids aux pays pauvres, on peut aussi chercher à y rendre plus démocratiques les prises de décision.

17Le rôle des régulations internationales est évidemment crucial dans des domaines comme le commerce et la finance. Mais dans une perspective de justice globale, c’est de manière systématique qu’il faut poser la question de l’effet qu’ont nos propres choix – politiques ou en matière de consommation – sur les autres, puisqu’on sait que nombre de nos politiques, généreuses à l’intérieur de nos frontières, sont extrêmement dommageables hors de nos frontières, pour les pays les plus pauvres notamment.

18Les États restent à tous les niveaux le pivot central, pour contraindre s’il le faut le secteur privé de respecter des objectifs d’intérêt général, et aussi pour réguler les activités polluantes de leurs citoyens. Les États ont aussi le pouvoir d’intervenir dans les institutions internationales, de leur donner mandat et d’en contrôler l’application.

19Cependant, la société civile reste le moteur ultime de tout changement. Mais, dès lors que tout appel à un ressort éthique est fragile, la mobilisation des personnes exige un ressort intellectuel. Cela passe par l’information, sur des thèmes tels que les causes de la pauvreté, le caractère global de l’économie mondiale et nos responsabilités à cet égard ainsi que sur les devoirs de justice distributive qui en découlent, sans oublier les intérêts propres que nous avons, nous habitants des pays riches, à voir s’atténuer les inégalités dans une planète qui n’est pas extensible. Les ressources discursives et les schémas interprétatifs dont les personnes peuvent faire usage affectent leurs opinions politiques. Ainsi, prendre conscience de notre interdépendance avec les pays plus pauvres et de notre implication dans leur pauvreté elle-même est nécessaire pour inciter les habitants des pays riches à agir, en particulier à pousser leurs gouvernants à des politiques de redistribution globale. Puisse cet ouvrage contribuer à cette tâche.

Bibliographie

Références bibliographiques

Dubet F., Duru-Bellat M., Vérétout A., 2010 – Les sociétés et leur école. Paris, Éditions du Seuil.

Duru-Bellat M., 2014 – Pour une planète équitable. L’urgence d’une justice globale. Paris, Éditions du Seuil.

Harris P., 2010 – World Ethics and Climate Change. Edinburgh, Edinburgh University Press.

Milanovic B., 2005 – Worlds Apart. Measuring international and global inequality, Princeton University Press.

Milanovic B., 2016 – Global Inequality. A New Approach for the Age of Globalization. Cambridge, Belkap Press of Harvard University.

Sévérino J. M., Ray O., 2011 – Le Grand Basculement. La question sociale à l’échelle mondiale. Paris, Odile Jacob.

Stiglitz J., 2012 – The price of Inequality, NY, Norton. [Le prix de l’inégalité. Paris, LLL.]

Wilkinson R., 2005 – The impact of Inequality. How to Make Sick Societies Healthier. Londres, Routledge. [L’égalité, c’est la santé. Paris, Demopolis, 2010].

Notes

1 Voir, en France, les travaux d’Eloi Laurent et, à l’échelle internationale, la dernière édition de Géopolitique du climat de François Gemenne (Colin, 2015).

2 Sur ces débats, voir notamment la note « La croissance ne fait pas le bonheur : les économistes le savent-ils ? », UCL, Regards économiques, no 38,2006 ; ainsi que la note de l’Institut Veblen, « La croissance non économique » (2012).

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search