Version classiqueVersion mobile

Un défi pour la planète

 | 
Patrick Caron
, 
Jean-Marc Châtaigner

Partie 3. De nouveaux modèles pour une économie équitable et durable

Focus. L’apport du secteur privé

Mettre la transformation digitale au service du développement

Stéphane Richard

Texte intégral

1Avec des indicateurs concrets comme les 17 Objectifs de développement durable (ODD) à l’horizon 2030, l’ONU invite tout un chacun à agir à son niveau pour le développement. Le Groupe Orange a décidé de répondre à cet appel.

2Car si les 155 000 salariés qui travaillent pour Orange sont très souvent engagés dans leur vie personnelle, ils attendent aussi, de façon légitime, que leur entreprise soit exemplaire en matière de responsabilité sociale et environnementale et, mieux encore, qu’elle décide de contribuer en apportant des changements concrets et positifs dans tous les pays où elle est installée.

3Cette vision inspire depuis longtemps notre stratégie d’entreprise. Nous considérons tout simplement comme un acte de bonne gouvernance le fait de réfléchir aux grandes évolutions économiques, sociétales et environnementales, et d’anticiper leurs impacts potentiels sur la performance de notre entreprise.

4Notre contribution sera certes « modeste » – comparée à l’échelle des enjeux –, mais elle sera loin d’être négligeable.

5D’abord parce qu’Orange est une grande entreprise, présente dans 28 pays du monde, en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient, avec dans chacun de ces pays des ancrages locaux forts du fait de l’étendue de nos réseaux, de la présence de nombreux collaborateurs sur le terrain et de l’importance de nos activités pour l’économie. Nous aurons investi, entre 2015 et 2018, 15 milliards d’euros pour étendre et moderniser nos réseaux de télécommunications et améliorer la connectivité pour nos 252 millions de clients : par leur ampleur, par l’activité économique qu’ils génèrent, par l’accès au numérique qu’ils apportent dans des territoires qui en étaient exclus, ces investissements sont déjà une clé de développement.

6Mais la contribution d’un opérateur de télécommunications comme Orange se révèle stratégique à un second niveau. En effet, la nature même de nos activités nous place au cœur de la révolution numérique, dont nous mesurons chaque jour un peu plus l’ampleur des conséquences, aussi bien dans les pays les plus avancés que dans les régions en développement : le numérique transforme tous les aspects de la société, les relations entre les individus, le travail, la mobilité, la santé, la culture, l’éducation, l’administration, l’agriculture, la banque, etc. Cette révolution est autant technologique qu’humaine par le foisonnement d’usages nouveaux qu’elle permet, les innovations qu’elle catalyse et les modèles économiques inédits qu’elle encourage.

7Aux côtés de ses pairs – opérateurs, acteurs de l’informatique et de l’Internet, équipementiers et industriels –, Orange peut jouer un rôle dans la mise à profit de cette révolution numérique au bénéfice de tous. Car si la technologie est neutre par définition, ce n’est pas le cas du sens que nous choisissons de lui donner. Par son métier, son histoire, ses investissements, l’expertise et les valeurs de ses équipes, une entreprise comme Orange peut concrètement participer à orienter cette transformation numérique dans un sens positif.

8En effet, dans toutes les dimensions du développement humain, on recense de multiples applications novatrices s’appuyant directement ou indirectement sur le numérique. Contre la faim, nous voyons déjà des solutions de « mobile-agriculture » contribuer à améliorer les pratiques et la productivité, particulièrement celles des petits exploitants agricoles des régions en développement. En matière de santé, l’organisation des soins et la circulation de l’information médicale entre professionnels commencent à bénéficier d’applications dédiées, tandis que les solutions de relation à distance avec les patients ou bien encore les services de micro-assurance accessibles sur mobile font émerger un modèle enfin soutenable pour les systèmes publics de santé des régions les plus pauvres du monde. Dans le domaine de l’éducation, le numérique est un précieux vecteur pour la circulation des savoirs et l’accès universel à la formation. En faveur de l’égalité entre les sexes, le mobile est désormais largement reconnu comme outil important d’émancipation des femmes. En témoignent les services essentiels diffusés par Orange dans le cadre de son programme mWomen : épargne-santé sur mobile via Orange Money au Mali (Sini Tonon), vente en ligne de produits agricoles transformés par des femmes au Sénégal (Sooretul), prévention médicale anonyme et confidentielle au Cameroun (My Health Line)… Les exemples abondent encore en matière de gestion des ressources naturelles, d’organisation des espaces et services publics, de production et de consommation responsables, sans oublier bien sûr l’essor de la bancarisation via le mobile dans les pays émergents.

9Évidemment, le numérique à lui seul ne peut pas tout. Aux opportunités qu’il ouvre et qu’il nous appartient de saisir correspondent des risques qu’il convient de maîtriser.

10Ainsi de l’équation environnementale : l’essor des services numériques s’accompagne d’un accroissement des besoins en énergie pour alimenter nos infrastructures, et des besoins en matières premières – certaines rares – pour fabriquer les équipements et terminaux. Chez Orange, nous avons conscience de ce défi, qui nous conduit à œuvrer activement au niveau de notre industrie à l’amélioration continue des standards énergétiques. Par ailleurs, nous consacrons une part importante de nos investissements et de nos capacités d’innovation à développer l’éco-conception des équipements, ainsi que les filières de collecte et de revalorisation des matériels en fin de vie. Par ailleurs, nous avons la conviction que le « retour sur investissement » environnemental sera largement positif grâce aux gains en efficacité énergétique et en gestion des ressources rendus possibles par le numérique : transports, smart cities, smart homes…

11Il ne dépend que de nous de puiser dans l’innovation et la technologie pour accélérer le développement humain dans les pays où nous opérons. L’approche d’Orange en la matière s’appuie sur une démarche alliant trois dimensions :

  • l’inclusion tout d’abord, c’est-à-dire notre capacité à innover avec et pour les communautés locales, en s’attaquant aux fractures géographiques, économiques, sociales, qui peuvent entraver l’accès au numérique et à ses applications ;
  • la co-construction ensuite, avec les gouvernements, les agences de développement, les ONG, les fondations et le secteur privé pour lancer des projets rencontrant une forte légitimité sur le terrain ;
  • l’expérimentation enfin, pour valider les projets à partir des retours du terrain, avant les déploiements à grande échelle.

12S’appuyant sur cette démarche, notre groupe met en œuvre trois leviers complémentaires dans la poursuite des Objectifs de développement durable.

13Le premier est le développement de la connectivité : accroître la couverture de nos réseaux et leurs débits moyens afin de rendre Internet accessible à tous, y compris dans les régions les moins favorisées ou les plus isolées. En facilitant l’accès au marché et en améliorant la productivité, les technologies de la communication jouent un rôle majeur pour le développement. C’est ainsi que la Banque mondiale estime que chaque palier d’augmentation de 10 % du taux de pénétration des télécoms dans les pays émergents génère, selon les types de réseau, une croissance supplémentaire du PIB comprise entre 0,7 et 1,4 point. Dans l’exemple du mobile au Sénégal, le déploiement de cette infrastructure et la diffusion des usages associés aura été à l’origine de 23 % de la croissance économique du pays sur la période 2005-2013. Des statistiques éclairantes sur le rôle économique et la responsabilité sociétale du secteur des télécommunications : en Afrique et au Moyen-Orient, par exemple, notre industrie est l’une des principales pourvoyeuses d’investissement après le secteur de l’énergie et, pour sa part, Orange s’est engagé à investir 1 milliard d’euros par an dans le déploiement de nouvelles infrastructures dans les 20 pays de la zone où nous sommes présents. Cet effort dans l’extension de la couverture des réseaux et dans leur montée en débit va de pair avec un travail contre les inégalités d’accès aux services, notamment Internet, à travers la conduite de programmes solidaires d’équipement en terminaux et d’offres adaptées pour les populations les plus démunies.

14Notre deuxième levier consiste en un soutien actif à l’entrepreneuriat local et à l’innovation, notamment en Afrique. Depuis quelques années, Orange multiplie les dispositifs d’accès au financement pour les start-up avec par exemple le fonds Orange Digital Ventures, doté de 100 M €, et qui a notamment investi dans plusieurs start-up tournées vers le continent africain comme Afrostream ou Afrimarket, ou la participation, via la filiale Sonatel, au premier fonds de capital-risque sénégalais, Terranga Capital, qui apporte une réponse aux besoins de financement des PME innovantes compris entre 75 000 et 300 000 euros.

15L’accompagnement des projets entrepreneuriaux est au cœur du soutien aux acteurs économiques générateurs de développement, en particulier par la création d’incubateurs, organisés selon un mode de gouvernance inclusive, associant secteur public, privé et société civile. L’objectif est ici de combler le manque de PME formelles en Afrique, pourtant essentielles au développement à long terme du continent. Ces incubateurs fonctionnent déjà dans cinq pays : Sénégal, Île Maurice, Niger, Mali et Guinée, et ils devraient continuer de s’étendre à d’autres pays du continent africain et du Moyen-Orient. Dans ce cadre, l’organisation du Prix Orange de l’Entrepreneur Social depuis 2011 a permis de soutenir financièrement une vingtaine de lauréats bénéficiant par ailleurs de centaines d’heures d’accompagnement pour les épauler dans le développement de leur entreprise…

16Le troisième levier, essentiel, réside dans les outils et ressources numériques que nous mettons à la disposition des parties prenantes engagées dans la poursuite des Objectifs de développement durable. Nous disposons en la matière d’un atout propre par l’étendue et la variété des données numériques que nous produisons ainsi que d’un savoir-faire dans leur exploitation et leur analyse. Notre groupe s’attache à figurer parmi les leaders dans le domaine du « Big Data » au service du développement. Nous avons ainsi été associés à l’International Expert Advisory Group (IEAG) mis en place par l’ONU en 2014 pour établir des propositions d’indicateurs permettant de mesurer l’atteinte des 17 Objectifs de développement durable, partant du constat que l’amélioration des politiques publiques passe par la maîtrise des grandes bases de données. Ces travaux ont abouti à la publication de recommandations (réunies dans le document A World that counts) sur la collecte, l’agrégation et la gestion des données pour matérialiser et suivre les Objectifs. Avant cela, nous avions également été à l’initiative des challenges « Data for Development », dans une logique d’innovation ouverte, en Côte d’Ivoire (2012-2013) et au Sénégal (2014-2015). À cette occasion, nous avons mis nos données d’opérateurs anonymisées à la disposition d’équipes de recherche internationales. Plus de 1 000 chercheurs, sur cinq continents, se sont impliqués dans ce programme qui a débouché sur près de 150 publications académiques portant sur de nombreux sujets, notamment dans les domaines du transport, de la mobilité et des infrastructures, mais aussi de la santé, des statistiques publiques, de l’agriculture et de l’énergie. « Data for Development » est ainsi l’une des premières grandes preuves de l’utilité concrète des données numériques au service du développement.

17Dépassant les obstacles techniques et institutionnels du passé, ces quelques exemples illustrent l’immense impact potentiel du numérique au service du développement et la pertinence de l’implication des grands acteurs de l’industrie.

18Notre conviction, chez Orange, est que le rôle d’opérateur dans le déploiement des réseaux doit aller de pair avec un engagement dans la démocratisation des usages du numérique. Car l’enjeu véritable derrière la technologie, c’est l’humain.

Auteur

Président-directeur général du groupe Orange.

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search