Version classiqueVersion mobile

Un défi pour la planète

 | 
Patrick Caron
, 
Jean-Marc Châtaigner

Partie 3. De nouveaux modèles pour une économie équitable et durable

Chapitre 13. Processus d’industrialisation et évolutions à travers l’ODD 9

Patrick Jean Gilabert

Résumé

En 2017, la communauté internationale, à travers le « Forum politique de haut niveau pour le développement durable » (HLPF), procédera à l’examen de sept premiers Objectifs, dont l’Objectif 9. En cette même année, des politiques fortes de réindustrialisation s’affirment, tant aux États-Unis qu’en Europe, apportant une contradiction à l’universalité de l’Objectif de développement durable 9 et à sa mise en œuvre en faveur de la lutte contre la pauvreté dans le monde.
Depuis le début de la révolution industrielle, la croissance du secteur manufacturier est un facteur important de développement. Au cours de ces dernières années, la valeur ajoutée mondiale (VAM) a atteint des niveaux sans précédent, représentant plus de 18 % du produit intérieur brut (PIB) mondial. De ce fait, de nombreux pays en développement, notamment en Asie, ont pu sortir de la pauvreté. Et pourtant, de nombreux défis s’annoncent d’ici à 2030.
Les pays émergents ne peuvent plus rivaliser ni avec les fabricants à bas salaires des pays à faible revenu, ni avec les innovateurs de haute technologie des pays à revenu élevé et se trouvent ainsi coincés dans la trappe des pays à revenu intermédiaire. Les pays les moins avancés, dont la valeur ajoutée manufacturière par habitant est inférieure à 100 dollars par an, contre près de 5 000 dollars dans les régions développées, ont accumulé un retard structurel.
Enfin, un nouveau volontarisme politique au sein des pays développés souhaite engager un processus de réindustrialisation, ce qui génère un risque politique de diminution de l’aide publique au développement, mettant en péril l’atteinte des Objectifs de l’Agenda 2030, et particulièrement l’ODD 9.

Texte intégral

ODD 9 : « Bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourager l’innovation »

Introduction

1L’Agenda 2030 marque la volonté de la communauté internationale de créer un monde équitable, prospère et respectueux de l’environnement, symbolisant ainsi une transition vers une nouvelle ère dans la lutte mondiale contre la pauvreté.

2Par l’adoption de l’ODD 9, l’Agenda 2030 met en avant trois composantes majeures : les infrastructures, l’industrialisation et l’innovation. Les infrastructures fournissent les moyens matériels de base essentiels aux entreprises et à la société ; l’industrialisation dynamise la croissance économique et la création d’emplois, réduisant ainsi les inégalités de revenus ; et l’innovation améliore les capacités technologiques des secteurs industriels et permet d’acquérir de nouvelles compétences.

3On constate, au cours des dernières décennies, que certaines régions du monde, comme l’Asie du Sud-Est, ont réalisé des avancées importantes en matière de développement de leurs infrastructures, de l’industrialisation et des systèmes d’innovation. Ainsi, l’atteinte par tous les pays de l’ODD 9 d’ici à 2030 nécessitera la mise en œuvre de solutions innovantes, notamment pour les plus pauvres. Dans ce contexte, on constate que l’industrialisation a eu un effet particulièrement moteur et structurant en matière de développement et de lutte contre la pauvreté. Et des pays comme la Malaisie, la Thaïlande ou le Vietnam ont su en tirer largement parti.

4C’est pourquoi l’industrialisation occupe une place particulièrement importante dans l’ODD9, un positionnement confirmé par la communauté internationale dans le « Programme d’action d’Addis-Abeba de la troisième Conférence internationale sur le financement du développement » et dans l’accord de Paris sur le changement climatique.

5Ce chapitre présente les tendances récentes du développement industriel dans le monde. D’abord par la notion de valeur ajoutée mondiale (VAM), puis à travers le commerce, les exportations et l’emploi manufacturier. Une analyse est ensuite développée pour illustrer la particularité de certains groupements géographiques et la nécessité d’apporter des propositions spécifiques à leurs situations. En conclusion, je reviendrai sur les contradictions actuelles liées à l’universalité de l’Agenda 2030, et à la mise en œuvre de l’ODD 9. Cet Objectif induit une forte contradiction entre, d’une part, la nécessité de croissance et de renforcement industriel des pays en développement et, d’autre part, les nouvelles politiques de réindustrialisation des États-Unis, de l’Europe et du Japon, pays qui, par ailleurs, soutiennent par l’aide au développement l’industrialisation des premiers.

Tendances récentes du développement industriel dans le monde

  • 1 La croissance du secteur manufacturier doit être accompagnée d’un équilibre politique national et (...)

6Depuis le début de la révolution industrielle, la croissance du secteur manufacturier est un facteur important de réduction de la pauvreté1. C’est pourquoi la cible 9.2 est particulièrement intéressante, car elle fixe comme objectif la croissance d’une industrie inclusive et durable, et le doublement de cette croissance dans les pays les moins avancés. L’indicateur 9.2.1 mesure cette croissance à travers la valeur ajoutée mondiale (VAM), c’est-à-dire le niveau d’industrialisation d’un pays en pourcentage de son produit intérieur brut (PIB) par habitant.

Des niveaux actuels sans précédent de la valeur ajoutée mondiale

7Au cours de ces dernières années, la VAM a atteint des niveaux sans précédent, représentant plus de 18 % du produit intérieur brut (PIB) mondial, soit 7 390 milliards de dollars en 2010 (à prix constants 2005) et 9 228 milliards de dollars en 2014. On constate ainsi que la croissance industrielle mondiale a connu une forte hausse, à un rythme annuel moyen exceptionnel de 5,6 % de 1990 à 2010, soit un taux plus élevé que celui du PIB (4,8 %). En 2014, elle avait presque quadruplé, constituant ainsi une force motrice majeure de la croissance économique globale qui représente 61,2 % du PIB mondial.

8Dans les pays développés, la part de la VAM dans le PIB a baissé de 15,4 % en 1990 à 14,5 % en 2014. Alors qu’elle a augmenté de 16,2 % à 20,5 % dans les économies émergentes et en développement, présentant un niveau élevé de concentration, comme en Chine et en Inde et, dans une moindre mesure, au Brésil, en Indonésie et au Mexique. On constate que l’Asie et le Pacifique demeurent globalement les plus grandes régions de production, alors que la part de l’Afrique, avec seulement 2 % de la production mondiale, reste la moins importante.

Les produits manufacturés restent prépondérants dans les exportations

9Les produits manufacturés représentent 84 % de la valeur mondiale des exportations. Cette constante orientation de la production manufacturière vers l’exportation s’est traduite par une plus grande présence des pays en développement dans le commerce mondial des produits manufacturés.

10Les taux de croissance des exportations mondiales atteignaient une moyenne de 7,7 % par an de 2005 à 2013, et en 2013 le commerce mondial a atteint un montant record de plus de 18 000 milliards de dollars.

11Dans les pays industrialisés, les exportations de produits manufacturés ont augmenté de 5,2 % par an de 2005 à 2013, représentant 8 929 milliards de dollars en 2013.

12Dans le même temps, dans les pays en développement, les exportations de ces produits ont plus que doublé par rapport à 2005, soit une moyenne annuelle de 11,5 %, et elles ont culminé à 4 937 milliards de dollars entre 2005 et 2013. Ainsi, la part des économies émergentes dans le commerce mondial de l’industrie a fortement augmenté de 1990 à 2013, se traduisant par un taux de croissance élevé et par la consolidation d’une nouvelle classe moyenne mondiale.

13Cette tendance internationale devrait se poursuivre au cours des prochaines années. Néanmoins, cet équilibre risque d’être affecté par les changements de politiques économiques et commerciales que pourraient entraîner la mise en œuvre du Brexit et la nouvelle administration aux États-Unis, ainsi que les réactions de la Russie, de la Chine et de l’Union européenne. Au demeurant, la dépendance des pays émergents par rapport aux marchés des pays industrialisés devrait diminuer à mesure que leurs secteurs manufacturiers se modernisent, ce qui minimiserait l’impact négatif d’une version « dure » du Brexit ou d’une politique américaine isolationniste.

14Il est largement admis que les avantages de l’exportation de produits manufacturés sont supérieurs à ceux de l’exportation de produits primaires, principalement en raison de la création d’une valeur ajoutée plus élevée et d’un impact économique et social plus important et plus durable. Plus les structures de production d’un pays se complexifient, plus les possibilités de division du travail, d’apprentissage et de développement de la technologie, de diversification industrielle et économique, d’inclusion sociale et de modernisation des institutions sont importantes.

  • 2 L’OCDE définit la participation aux chaînes de valeur mondiales (CVM) comme la part des intrants i (...)

15En restant dans le mouvement actuel de la mondialisation, les économies en développement, en particulier celles d’Asie de l’Est, sont mieux intégrées dans les chaînes de valeur et les réseaux de production mondiaux2 et, de ce fait, ont un meilleur accès à la technologie, à l’information et aux marchés. Si les économies des pays émergents connaissent de bons résultats, c’est parce qu’elles se concentrent sur le commerce des produits manufacturés. Environ 58 % des exportations mondiales se composent aujourd’hui de produits de moyenne et haute technologie tels que les machines-outils, les produits et composants issus de l’industrie chimique et les produits électroniques et de communication.

16Il convient aussi de noter que les économies émergentes ont renforcé leurs capacités de production et d’exportation de produits technologiquement plus complexes. En effet, 52 % des exportations des produits de moyenne et haute technologie proviennent des pays émergents. Néanmoins, même si ces pays ont augmenté leur part de production de moyenne et haute technologie entre 2000 et 2013, les pays industrialisés ont conservé les activités créant la plus forte valeur ajoutée tout en externalisant les activités simples nécessitant une forte main-d’œuvre.

Chute préoccupante de l’emploi manufacturier depuis quarante ans

17La part mondiale de l’emploi du secteur industriel a chuté depuis 1970, passant de 18,7 % à 16,6 % entre 1970 et 1990, et de 14,4 % à 11,5 % entre 1991 et 2014. Cette baisse a été causée en grande partie par les pays industrialisés, qui connaissent une tendance marquée par la croissance rapide des services, ainsi que par la délocalisation toujours plus fréquente de l’industrie manufacturière dans les pays émergents pour réduire les coûts de la main-d’œuvre.

18En revanche, l’emploi manufacturier dans les économies émergentes et en développement est passé de 234 millions en 1991 à 304 millions en 2014. Avec pourtant une baisse de la part de l’emploi manufacturier dans l’emploi total au cours de la même période : cette part est passée de 12,7 % à 11,2 % dans ce groupe de pays.

19Cette baisse est préoccupante !

20Sachant que chaque emploi industriel génère 2 autres emplois dans les services, les emplois créés par l’industrie restent essentiels à la création de l’emploi. Cette tendance est également l’indicateur d’une désindustrialisation prématurée dans certains pays en développement. Si cela se poursuit, elle représentera une menace grave pour l’emploi et le renforcement des classes moyennes.

21On note également une forte tendance, depuis quarante ans, à l’augmentation de l’emploi informel, qui est passé de 27,1 % à 39,9 % de 1970 à 2010, alors que l’emploi formel a chuté de 53,4 % à 42 % au cours de la même période. L’absence de transformations structurelles et d’industrialisation des pays les moins avancés, notamment en Afrique, peut empêcher de grandes parties de la population de bénéficier des bienfaits de la croissance économique, et au final donner lieu à des inégalités croissantes.

Analyse des groupements géographiques

22L’atteinte de l’ODD 9 sera particulièrement difficile pour deux catégories de pays, ceux à revenu intermédiaire et les pays les moins avancés (PMA). Bien que les premiers offrent des perspectives positives à moyen terme, le défi majeur sera de franchir un cap technologique qui leur permettra d’atteindre et de maintenir une croissance inclusive et durable. Concernant les PMA, leur retard reste considérable, avec seulement 0,3 % de la valeur manufacturière mondiale en 2016. Seul un renforcement du nexus « infrastructures, industrialisation, innovation », tant au niveau national que régional, pourra créer un choc permettant d’aller vers une intégration au sein des chaînes de la valeur mondiale.

Les pays à revenu intermédiaire

23Les pays à revenu intermédiaire sont des moteurs essentiels de croissance, ils représentent environ un tiers (24 600 milliards de dollars en 2014) du produit intérieur brut mondial.

24En dépit de progrès notables, bon nombre de pays à revenu intermédiaire font face à d’importantes faiblesses structurelles. La part des entreprises compétitives à forte valeur ajoutée reste encore faible, et les exportations axées sur l’agriculture et les industries extractives à faible valeur ajoutée sont vulnérables aux fluctuations des cours mondiaux.

25Nombre de pays à revenu intermédiaire, ne pouvant rivaliser ni avec les fabricants à bas salaires des pays à faible revenu, ni avec les innovateurs de haute technologie des pays à revenu élevé, se trouvent ainsi dans la trappe des pays à revenu intermédiaire, la « middle income trap » que pourraient connaître certains pays d’Asie du Sud-Est.

26Le contexte mondial est caractérisé par une intensification de l’innovation, par une compression de la durée des cycles de production, par l’instabilité des avantages comparatifs et l’accélération du changement technologique. Il est donc important que les pays à revenu intermédiaire se dotent de capacités productives et de capacités d’innovation, augmentant ainsi leur efficacité énergétique et favorisant leur passage à des modes de production et de consommation à faible émission de carbone.

27L’aide publique au développement constitue encore un apport important pour ces pays, même si, en raison de l’augmentation de leurs revenus, ils ont moins accès que par le passé à ces mécanismes de financement. Le Programme d’action d’Addis-Abeba, adopté à l’issue de la troisième Conférence internationale sur le financement du développement tenue en juillet 2015, encourage la communauté internationale à apporter un soutien aux pays à revenu intermédiaire. Ces pays, de leur côté, doivent faire mieux travailler ensemble gouvernement, secteur privé, milieux universitaires et institutions de financement du développement.

Les pays les moins avancés (PMA)

  • 3 Voir la liste des PMA : http://www.un.org/en/development/desa/policy/cdp/ldc/ldc_list.pdf

28Les PMA3 représentent une catégorie de pays pour lesquels un appui spécifique et renforcé doit être maintenu. En effet, la valeur ajoutée manufacturière par habitant est inférieure à 100 dollars par an dans les PMA, contre près de 5 000 dollars dans les régions développées.

  • 4 a) Transformation des matières premières en produits ; b) autonomisation des communautés ; c) infr (...)

29Le Programme d’action d’Istanbul adopté en mai 2011 propose une approche tridimensionnelle4 permettant d’apporter un cadre concret pour une croissance inclusive, un développement industriel durable et, à terme, une transformation structurelle des économies des PMA.

30La communauté internationale, par le biais d’organismes tant bilatéraux (AFD, Cirad, IRD pour la France) qu’internationaux (Banque mondiale, FAO, Onudi, Cnuced, PNUE, Pnud, pour n’en citer que quelques-uns), fournit un large éventail de services spécialisés allant du renforcement des capacités commerciales à la création d’activités génératrices de revenus, du développement de l’agrobusiness et de l’agro-industrie à la promotion de l’utilisation d’énergies renouvelables et de méthodes de production plus propres, et à la sensibilisation à la protection de l’environnement.

31Ainsi l’Onudi (Organisation des Nations unies pour le développement industriel) aide les PMA à améliorer leur compétitivité en facilitant le développement de chaînes de valeur agricoles et non agricoles et en générant des revenus supplémentaires pour les petits producteurs, notamment les femmes et les jeunes. Au Burundi, l’Onudi collabore avec l’Agence norvégienne de coopération pour le développement et le Fonds européen d’investissement (FEI) dans le secteur du café. Des inspecteurs (80) ont été formés à la norme ISO/IEC 17020 et à la surveillance des marchés ; plus de 100 cadres ont été sensibilisés à la normalisation et la réglementation ; et 110 cadres d’unités de transformation ont reçu une formation sur la qualité des aliments. L’Onudi fournit une assistance similaire au Malawi, en Sierra Leone, en République unie de Tanzanie ainsi que dans des PMA asiatiques tels que le Cambodge, le Myanmar et la République démocratique populaire Lao.

32D’ici à 2030, d’importants investissements seront nécessaires dans les PMA pour stimuler les progrès technologiques et la croissance économique, et atteindre l’objectif de doubler la part industrielle dans le PIB de ces pays.

Conclusion

33Sans minimiser le rôle du développement des infrastructures et de l’innovation, ce chapitre montre le rôle moteur d’une industrialisation globalisée, qui, à travers la formation de chaînes de valeur mondiales et de réseaux de production, a un impact important sur la lutte contre la pauvreté.

34Auparavant essentiellement située dans les pays développés, la production industrielle a rapidement pris place dans les économies émergentes, les entreprises se délocalisant pour bénéficier de coûts de production plus faibles et de marchés en forte croissance.

35À mesure que leurs revenus augmentent et que leur secteur capitalistique se renforce, nombre d’économies émergentes et en développement se tournent vers un développement industriel axé sur l’innovation, seul moyen pour soutenir une croissance économique durable. Le succès économique du Japon, de la Corée du Sud ou encore de la Malaisie le montre bien. Ces succès ont été accompagnés d’une augmentation de la part du secteur industriel dans le PIB, d’une diversification des exportations, mais aussi d’une modernisation technologique. Pour la plupart, exportation et développement des investissements ont joué un rôle prépondérant dans la croissance à long terme, créant un cercle vertueux « investissement, innovation, réduction de la pauvreté ».

36La situation en Afrique est bien différente, car la main-d’œuvre est concentrée dans des secteurs où la productivité est la plus faible. Depuis les années 1960, les populations quittent les zones rurales pour renforcer le secteur des services, souvent informels, en milieu urbain. Faute d’industrie, la main-d’œuvre africaine a tendance à passer directement de l’agriculture aux services et, bien que ceux-ci aient connu une productivité plus élevée que l’agriculture, les gains de productivité globale au fil du temps se sont révélés très limités, ce qui constitue un frein important au développement économique de l’Afrique.

  • 5 Notamment la baisse du coût de l’énergie aux États-Unis.

37Concernant les pays développés, après plus de quarante ans de processus de désindustrialisation, l’Union européenne, les États-Unis et le Japon bénéficient de la combinaison de plusieurs facteurs favorables5 et d’un nouveau volontarisme politique affiché pour lancer un processus de réindustrialisation. Ce processus soutenu de réindustrialisation est encourageant, mais à relativiser. En effet, certaines entreprises feront toujours le choix de se relocaliser dans leur pays d’origine. Mais, bien qu’il soit hasardeux d’y voir un phénomène économique de fond, l’impact politique de cette réindustrialisation ne doit pas être négligé. Ce phénomène peut en effet fortement influencer les engagements de la communauté internationale par une baisse globale des financements internationaux et de l’aide publique au développement et, de ce fait, remettre en cause les perspectives de l’Agenda 2030, et spécifiquement de l’ODD9.

38Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur, elles ne représentent pas nécessairement celles de l’organisation pour laquelle il travaille.

Bibliographie

Références bibliographiques

The Brookings Institution, 2016 – Africa’s industrialization in the era of the 2030 Agenda : From political declarations to action on the ground. Washington, 23 September 2016. http://connect.brookings.edu/register-to-attend-africa-industrialization

Unido, 2013 – Industrial Development Report 2013 : Sustaining Employment Growth : The Role of Manufacturing and Structural Change. Vienna, 2013.

Unido, 2015 – Industrial Development Report 2016 : The Role of Technology and Innovation in Inclusive and Sustainable Industrial Development. Vienna, 2015.

United Nations, 2016 a – Industrial development cooperation. Note by the Secretary-General, A/71/264, General Assembly, 1 August 2016, New York.

United Nations, 2016 b – The Sustainable Development Goals Report 2016. http://unstats.un.org/sdgs/report/2016/The%20Sustainable%20Development%20Goals%20Report%202016.pdf

Industrie, Innovation et Infrastructures : pourquoi sont-elles importantes ? http://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/wp-content/uploads/sites/4/2016/10/Why_it_matters_Goal_9_French.pdf

Addis Ababa Action Agenda of the Third International Conference on Financing for Development, 13-16 July 2005, Addis Ababa, Ethiopia. http://www.un.org/esa/ffd/wp-content/uploads/2015/08/AAAA_Outcome.pdf

Committee for Development Policy, Development Policy and Analysis Division, Department of Economic and Social Affairs, List of Least Developed Countries (as of May 2016). http://www.un.org/en/development/desa/policy/cdp/ldc/ldc_list.pdf

Notes

1 La croissance du secteur manufacturier doit être accompagnée d’un équilibre politique national et international, d’un équilibre monétaire et d’un équilibre économique.

2 L’OCDE définit la participation aux chaînes de valeur mondiales (CVM) comme la part des intrants importés dans les exportations totales d’un pays et de ses exportations de biens et services utilisées comme intrants dans les exportations d’autres pays. Elle indique la participation d’un pays en tant qu’utilisateur d’intrants étrangers et en tant que que fournisseur d’intrants intermédiaires utilisés dans les exportations d’autres pays. Plus la valeur ajoutée étrangère incorporée dans les exportations brutes et la valeur des intrants exportés vers des pays tiers et utilisée dans leurs exportations sont élevées, plus la participation du pays à la chaîne de valeur est importante.

3 Voir la liste des PMA : http://www.un.org/en/development/desa/policy/cdp/ldc/ldc_list.pdf

4 a) Transformation des matières premières en produits ; b) autonomisation des communautés ; c) infrastructure industrielle régionale au service du développement des chaînes de valeur transfrontalières.

5 Notamment la baisse du coût de l’énergie aux États-Unis.

Auteur

Représentant adjoint, Organisation des Nations unies pour le développement industriel (Onudi), bureau de New York, États-Unis.

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search