Version classiqueVersion mobile

Un défi pour la planète

 | 
Patrick Caron
, 
Jean-Marc Châtaigner

Partie 3. De nouveaux modèles pour une économie équitable et durable

Chapitre 11. L’accès de tous à l’énergie est-il un Objectif durable ? (ODD 7)

Gaël Giraud

Résumé

L’accès de tous à des services énergétiques fiables et durables est-il compatible avec la poursuite de la croissance du PIB et la lutte contre le réchauffement climatique, ainsi qu’avec les 14 autres Objectifs de développement durable (ODD) ? Cherchant à répondre à cette question, nous sommes conduits à interroger plus globalement la durabilité (au sens, par exemple, de l’empreinte écologique) des Objectifs eux-mêmes et leur compatibilité réciproque. Les droits de l’Homme et le projet démocratique seraient-ils, finalement, la référence – étrangement absente des ODD – susceptible de permettre à la communauté internationale de s’orienter au sein des 17 ODD et de les articuler, une fois consenti le deuil d’une harmonie préétablie qui les concilierait tous d’emblée ?

Texte intégral

ODD 7 : « Garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable »

  • 1 Transformer notre monde. Résolution de l’Assemblée générale des Nations unies du 25 sept. 2015, A/ (...)
  • 2 Cf. les communiqués de presse de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), fin 2016. Par communa (...)

1Que l’accès universel à l’énergie soit érigé en Objectif de développement durable à l’horizon 20301 est le signe d’une prise de conscience, encore trop lente, de la gravité de cette question. Elle prolonge l’initiative « Énergie durable pour tous » lancée par Ban Ki-moon et dont le Secrétaire général des Nations unies s’est fait particulièrement l’écho à l’occasion du sommet sur les « énergies d’avenir » d’Abu Dhabi, le 18 janvier 2016. Alors qu’il y a peu, l’énergie était encore considérée comme subalterne aux grandes questions, apparemment plus sérieuses, de la macro-économie financière globalisée (Blanchard et Riggi, 2009), désormais le renchérissement programmé des ressources énergétiques non renouvelables devient un sujet de préoccupation partagé par l’ensemble de la « communauté internationale »2. C’est dans ce contexte que, réunie à New York en septembre 2015, la communauté onusienne s’est fixé à elle-même comme objectif d’assurer « l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable » en 2030. En effet, une personne sur cinq sur Terre n’a pas accès à l’électricité moderne aujourd’hui, tandis que 3 milliards de personnes dépendent du bois, du charbon ou des déchets animaux pour la cuisson et le chauffage. Pour y avoir moi-même assisté dans le petit village de Balimba, dans le sud du Tchad, à la fin des années 1990, je peux témoigner que l’accès d’une population à l’électricité constitue un bouleversement anthropologique d’une ampleur telle que, en comparaison, les récentes « révolutions » des techniques de l’information sont d’une portée mineure : la « fée électricité » rend possible, en effet, l’éclairage nocturne grâce auquel les enfants pourront étudier, la permanence d’un moulin qui n’est plus tributaire des approvisionnements en pétrole et sans lequel les femmes sont condamnées à la corvée de piler le mil et le manioc à la main (3 heures par jour), la possibilité de conserver la nourriture dans un réfrigérateur, la construction d’une salle d’opération chirurgicale digne de ce nom dans la région, sans compter la diffusion de la télévision… Il ne fait donc pas l’ombre d’un doute que la visée de l’Objectif 7 est à la fois souhaitable et décisive. Mais les bonnes intentions dont il est l’expression ne peuvent occulter la question : une telle ambition est-elle réalisable au sein de l’Agenda 2030, et si oui, à quelles conditions ?

Énergie, croissance et climat : comment les concilier ?

  • 3 L’AIE le reconnaît dans le World Energy Outlook de 2010. Aujourd’hui, elle estime le pic de produc (...)
  • 4 Les huiles de schiste des États-Unis, les pétroles lourds (bitumineux) du Canada et le brut des gi (...)

2La prise de conscience du fait que les limites des réserves fossiles accessibles à l’humanité pourraient être atteintes dans un avenir plus ou moins proche ne date pas d’hier. Dès 1867, Karl Jevons (davantage connu, chez les économistes, pour avoir contribué à la « révolution marginaliste » de la décennie suivante) publiait un ouvrage inquiet sur l’avenir de l’extraction de charbon (Jevons, 1865). Et, plus généralement, la perspective ricardienne fonde l’essentiel de son analyse sur l’idée que les rendements de la terre iront décroissant. Il en va de même, mutatis mutandis, pour l’ensemble des ressources non renouvelables que nous extrayons du sous-sol (Bardi, 2015 ; Bihouix, 2014). Ainsi le pic mondial de pétrole extrait avec les techniques conventionnelles a-t-il été atteint dès 2006, situé autour de 87 millions de barils/jour3. Cela ne veut évidemment pas dire qu’il n’y a plus d’or noir dans le sous-sol terrestre, mais que, désormais, le débit d’huile arraché à la croûte terrestre ne pourra plus croître, du moins avec les techniques utilisées jusqu’au début de ce siècle. La question qui est actuellement en débat, entre ingénieurs du pétrole, est de savoir quand le pic du pétrole incluant les techniques non conventionnelles de fracturation hydraulique de la roche mère pourrait être atteint à l’échelle planétaire : quelque part entre 2020 et 2060 ? L’explosion récente des capex (des coûts en capital) de l’industrie pétrolière4 signale le rapprochement de ce second pic, vraisemblablement définitif. De même, la baisse continue de l’EROI (le rendement énergétique de l’investissement en énergie) associé à l’or noir est une autre manière de mesurer la raréfaction progressive de ce dernier (Fizaine et Court, 2015). Il est d’ailleurs vraisemblable – même si nous manquons encore de données et d’analyses pour étayer complètement cette assertion – que le fléchissement de la croissance mondiale à partir des années 1980 soit en partie dû à l’inflexion de la productivité des puits de pétrole à l’échelle planétaire. En tout état de cause, il ne peut pas s’expliquer par la dynamique des prix de l’énergie, puisque le contre-choc pétrolier de 1985 efface quasiment les deux « chocs » des années 1970, au moins jusqu’au milieu de la décennie 2000. Qui plus est, et contrairement à ce qu’affirme la vulgate du modèle de Hotelling, le prix des différentes énergies ne peut aucunement être considéré comme un indicateur fiable de la disponibilité géologique de la ressource, tant il est soumis à des mouvements indépendants de l’ajustement entre l’offre et la demande de pétrole.

3Bien sûr, il reste encore beaucoup de charbon dans le sous-sol terrestre, lequel peut être converti en pétrole notamment via le procédé Fisher-Tropsch, connu depuis la Seconde Guerre mondiale. Mais croire que le coal-to-liquid permettra de crever durablement le plafond du pic d’or noir, c’est courir le risque de négliger deux facteurs fondamentaux :

  • primo, le charbon est inégalement réparti sur la planète, compliqué à déplacer et sa liquéfaction est onéreuse. La géopolitique du charbon n’autorise guère à imaginer qu’il puisse durablement résoudre la raréfaction programmée du pétrole5 ;
  • secundo, l’impératif climatique (notamment l’ODD 136) interdit, de toutes les manières, le recours au charbon – la plus polluante des énergies fossiles – et exige une modification radicale du bouquet énergétique de la planète. En effet, la dissipation humaine d’énergie est responsable d’environ 60 % des émissions de gaz à effet de serre et 80 % de l’énergie primaire consommée au niveau mondial est encore d’origine fossile à ce jour. À ce sujet, il n’est pas inutile de rappeler que l’objectif de limitation « well below + 2 °C » de l’augmentation de température moyenne à la surface de la planète, adopté par les Nations unies lors de l’accord du Bourget en décembre 2015, est (à juste titre) extrêmement exigeant : les contributions nationales remises par les États-membres au président de la COP 21, M. Laurent Fabius, ne suffisent très probablement pas à atteindre pareil objectif. Au niveau mondial, la tarification carbone nécessaire pour y parvenir est très élevée (de l’ordre de 300 $ la tonne en 2040 ; Giraud et al., 2017) comparée aux quelques euros contre lesquels elle s’échange aujourd’hui sur le marché européen. L’ouverture du marché des droits à polluer depuis 2005 a d’ailleurs démontré son inefficacité en Europe et, compte tenu du caractère fictionnel des vertus supposées d’un marché décentralisé (Keen, 2013), ne peut guère constituer un outil efficace de politique publique. Du moins est-ce l’une des conclusions majeures du rapport rendu public au printemps 2017 par la commission Stern-Stiglitz, lancée à la fois par la ministre Ségolène Royal et la Banque mondiale à l’occasion de la COP 22 de Marrakech, en 2016. Dès lors, le recours à la loi et à des quotas semble indispensable en complément de la mise en place de taxes carbone.
  • 7 Selon l’AIE, les réserves « prouvées » restantes de pétrole, gaz et charbon représentent un potent (...)
  • 8 L’OCDE a pu être tentée, en 2014, de suggérer une telle procédure, en incluant notamment la prosti (...)

4Par ailleurs, quand bien même le pic du pétrole toutes techniques confondues serait atteint dans la prochaine décennie, cela ne suffira pas, malheureusement, à nous contraindre à la sagesse en matière d’émission de gaz à effet de serre : déstocker le pétrole encore disponible via les méthodes d’extraction non conventionnelles (a fortiori liquéfier le charbon) conduira la planète bien au-delà des + 2 °C7. C’est donc à l’humanité d’apprendre volens nolens la sobriété énergétique. Or, dans la mesure où nous sommes encore aujourd’hui incapables de faire l’expérience d’une croissance du PIB sans augmentation correspondante de la dissipation d’énergie, une telle limitation des flux d’extraction, voulue ou subie, promet de rendre très problématique la poursuite de la « croissance » dont presque tous les pays continuent de faire l’objectif indiscuté de toute politique publique. En effet, dans la plupart des pays de l’OCDE, l’élasticité du PIB à la consommation d’énergie primaire est probablement supérieure à 60 %, contrairement à l’opinion répandue selon laquelle elle plafonnerait en dessous de 10 % (Giraud et Kahraman, 2014). Quant à un découplage absolu et de longue durée entre la croissance du PIB et la consommation d’énergie primaire, il est rigoureusement impossible, sauf à modifier artificiellement le mode d’élaboration statistique du PIB8. Il est vrai que le PIB ou le revenu national sont eux-mêmes des construits statistiques : ainsi, en 2015, le PIB mondial nominal a-t-il chuté de - 5,9 % tandis que le PIB « réel » croissait de + 3 % environ. La raison de cet écart ? L’appréciation du dollar américain (qui réduit d’autant la contribution au PIB nominal des devises plus faibles comme la roupie indienne ou le yuan chinois) et le mode de calcul en parité de pouvoir d’achat du PIB « réel », qui efface cette appréciation. Quoi qu’il en soit, les deux premières lois de la thermodynamique suggèrent qu’il est physiquement impossible de produire ou de consommer quoi que ce soit sur Terre sans une dissipation énergétique correspondante.

  • 9 Cf. Giraud et al. (2017). L’annulation des émissions nettes serait envisageable avec le maintien d (...)
  • 10 Cette sensibilité est estimée par la communauté des climatologues se situer entre 1 et 6, avec une (...)

5En outre, sans une bifurcation rapide de nos sociétés vers des modes de production et de consommation beaucoup moins carbonés, voire sans une trajectoire volontariste qui convergerait vers l’annulation pure et simple des émissions nettes de CO2 autour de 2070 à l’échelle planétaire, nos enfants feront vraisemblablement l’expérience d’un monde au-delà des + 2 ° C9. Compte tenu de la non-linéarité du réchauffement et de l’incertitude qui continue de peser sur la sensibilité du climat à l’augmentation de la concentration de CO2 dans l’atmosphère10, un tel dépassement peut nous conduire en quelques décennies à + 6 °C, ce qui signifierait tout simplement l’avènement d’un monde hostile à la survie de l’humanité.

6Les contraintes géologiques qui pèsent sur l’approvisionnement en énergie fossile et, surtout, l’impératif climatique obligent donc la « communauté internationale » à choisir : les revenus de tous ne pourront pas croître indéfiniment. Une poursuite de la croissance telle qu’elle a été entendue jusqu’à ce jour impliquerait en particulier un doublement des revenus de l’économie mondiale d’ici une génération, compte tenu en particulier de la poussée démographique en Afrique subsaharienne. Un tel doublement n’aura vraisemblablement pas lieu. Soit parce que nous aurons la sagesse d’y renoncer afin de préserver le climat et les écosystèmes de l’unique planète sur laquelle nous vivons, soit parce que les contraintes d’extraction jointes aux dégradations infligées par un dérèglement climatique déjà fortement entamé empêcheront l’économie monde d’y parvenir. L’érosion des sols, la destruction des littoraux par la montée des eaux, la fonte des glaciers de l’Himalaya et des Andes, la réduction des ressources aquifères souterraines surexploitées sont des réalités largement irréversibles avec lesquelles l’humanité devra désormais composer (Brown, 2007). Or l’Objectif 8 entend promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous. À l’évidence, il ne sera pas possible de concilier les Objectifs 7, 8 et 13 sans abandonner le modèle extractiviste que nous a légué la révolution industrielle ni inventer un nouveau mode de prospérité économique. La question de savoir si ce dernier s’accompagnera d’une croissance durable du PIB, même pour les pays les moins avancés, reste ouverte, sachant que, dans tous les cas de figure, l’Objectif 13 est très probablement incompatible avec la poursuite d’une croissance du PIB pour tous. C’est à cet endroit que le pic du pétrole dans les prochaines décennies, bien qu’il ne suffise pas à nous contraindre à la sobriété, peut nous aider à adopter un style de production et de consommation qui ne dépende pas de la croissance de notre dissipation d’énergie fossile, en particulier pour ce qui concerne le transport.

Le « développement durable » est-il durable ?

7« Verdir » notre consommation d’énergie ne nécessite pas, à première vue, de prouesses techniques hors de notre portée : nous savons aussi bien construire un réseau centralisé d’électricité, comme celui qui fut élaboré en France au début du xxe siècle, que mettre en place des sources électriques entièrement décentralisées, à l’instar de l’éclairage public alimenté par du photovoltaïque local à Nzérékoré, en Guinée forestière. La vraie difficulté se trouve dans la simultanéité des deux qualifications – durable et à coût abordable – que les Nations unies ont ajoutées à l’objectif proprement dit d’un accès universel à l’énergie.

  • 11 La sécheresse qui a sévi en Syrie entre 2007 et 2010 et la mauvaise gestion de l’eau par le gouver (...)

8Or la soutenabilité écologique de l’Objectif 7 est pour le moins problématique. Une manière d’en prendre conscience a été proposée par Mathis Wackernagel (Wackernagel et al., 2016). La Bertelsmann Stiftung et le Sustainable Development Solutions Network (SDSN) ont proposé un indice de performance des ODD (Sachs et al., 2016) destiné à permettre de mesurer les progrès des nations vers l’Agenda 2030. À coup sûr, cet indicateur peut et doit être discuté, de même que l’ambition elle-même de quantifier le développement durable. Au moins cet indicateur a-t-il le mérite d’exister et de permettre d’engager un débat. Or, ce que montre l’analyse des « performances » des nations, mesurées à l’aune de cet indicateur, c’est que plus un pays est « développé » (en ce sens), plus son empreinte écologique est élevée. De nouveau, on peut (et l’on doit) discuter de la pertinence du concept d’empreinte écologique (van den Bergh et Grazi, 2012). Mais là encore, si imparfaite soit-elle, la mesure de la pression anthropique sur les écosystèmes terrestres que propose le concept d’empreinte écologique a la vertu suivante : elle permet à tout le moins de rendre compte de la possibilité d’un dépassement des limites physiques de la planète que les instruments de mesure habituels des économistes sont impuissants à détecter. La difficulté associée à ce concept provient du fait qu’il est possible de dépasser de telles limites sans qu’une société ne s’en rende compte immédiatement. C’est bien là le drame des civilisations disparues, dont Jared Diamond a montré qu’elles avaient toutes, d’une manière ou d’une autre, franchi un seuil irréversible (souvent lié à l’excès de déforestation) sans en subir immédiatement les effets (Diamond, 2006). Ainsi, lorsque la société pascuane a amorcé un rythme de déforestation supérieur à la vitesse de régénération de la forêt, elle n’a tout d’abord perçu aucune conséquence catastrophique d’une telle erreur. Et ce n’est sans doute que quelques décennies plus tard que les habitants de l’île de Pâques ont constaté l’effondrement du biotope qui avait assuré leur survie jusqu’alors. Peut-être même n’ont-ils jamais vraiment pris conscience de leur responsabilité dans leur propre malheur, de même que peu nombreux sont les observateurs qui comprennent le lien étroit entre la raréfaction de la ressource en eau potable au Proche-Orient et la guerre civile en Syrie11. Par analogie avec notre expérience quotidienne de la gravitation, ce phénomène est à rapprocher du « moment du coyote » : cet instant critique où le personnage d’un dessin animé, emporté dans sa course, s’élance dans le vide, et s’aperçoit – trop tard – qu’il a quitté le sol et que tout retour en arrière est impossible, avant de chuter pour de bon. C’est ce suspens dans le vide, qui précède l’effondrement effectif, que permet d’appréhender l’empreinte écologique. D’après cet indicateur, les civilisations humaines ont déjà franchi les limites de la capacité de charge de la planète depuis plusieurs décennies, et la poursuite d’un mode de vie occidental étendu à l’ensemble de la population humaine nécessiterait les services écologiques d’au moins trois planètes Terre.

9La plus ou moins grande proximité des nations à l’achèvement de l’Agenda onusien 2030 s’accompagne, aujourd’hui, d’une pression anthropique insoutenable, comme l’ont montré Wackernagel et al. (2016). Ces auteurs comparent en effet un indice du développement humain (établi à partir des critères de quantification des ODD introduits par l’équipe de Jeffrey Sachs mentionnée plus haut) avec l’empreinte écologique du pays concerné. La capacité de charge moyenne (pays par pays) de la planète en 2012 correspond à une empreinte globale égale à 2. Elle est inférieure à la capacité biologique de la planète en 1961, ce qui ne doit pas surprendre : depuis plusieurs décennies, nous dépassons les limites de ce que nos écosystèmes peuvent fournir de manière reproductible, ce qui accélère la dégradation des écosystèmes et contribue à les rendre encore moins capables de « supporter » l’activité humaine. Un développement humain véritablement « durable », d’après ces auteurs, devrait conjuguer un IDH supérieur à 8 et une empreinte inférieure à 2, la capacité de charge de la planète. Or aucun pays ne satisfait simultanément à ces deux critères. Et tous les pays qui peuvent s’enorgueillir aujourd’hui d’un IDH élevé ont aussi une empreinte écologique supérieure à la limite tolérable.

10Répondre que la prétention de réaliser simultanément l’ensemble des ODD est exorbitante (de sorte que nous pourrions nous contenter d’œuvrer, par exemple, à l’ODD 7 et uniquement pour un nombre restreint de pays) reviendrait à nier une autre prise de conscience forte qui caractérise la décision onusienne de septembre 2015 : celle du caractère systémique des 17 Objectifs. Aux yeux des Nations unies, ils ne sont ni sécables, ni interchangeables et s’imposent de manière universelle au Nord comme au Sud. De sorte que, si nous voulons remplir l’ODD 7, il conviendra bel et bien de tenter de satisfaire à l’ensemble de l’Agenda 2030. Ce caractère systémique est, pour partie, une évidence. Ainsi l’accès à l’électricité est-il, on l’a dit, une condition sine qua non pour l’éducation des enfants, et donc pour la réalisation de l’ODD 4 (qui exige l’accès à une éducation de qualité pour tous). De même, il faut le plus souvent une quantité significative d’énergie pour garantir un accès à l’eau potable aux populations résidant dans des zones (de plus en plus nombreuses) où celui-ci n’est pas garanti, de sorte que l’Objectif 6 (consacré à l’eau et l’assainissement) est étroitement associé à l’Objectif 7. De même, Matheus Grasselli et moi-même avons montré que, sur le long terme, l’accroissement des inégalités de revenus et de patrimoine s’accompagne nécessairement d’une moindre croissance, voire d’une décroissance du revenu national (Giraud et Grasselli, 2017). Ce qui implique que l’ODD 8, dédié à la croissance économique, est inséparable de l’Objectif 10, qui porte sur la réduction des inégalités.

11Si, à présent, la hausse de cet indice représentant les ODD ne peut s’obtenir qu’au prix du dépassement des limites d’absorption par la planète des dégâts environnementaux provoqués par nos activités, alors cela veut dire que certains de ces ODD ne sont pas « durables » : quand bien même la « communauté internationale » parviendrait à les mettre en œuvre, ce serait immanquablement au prix d’un dépassement des limites écosystémiques qui se traduirait nécessairement, tôt ou tard, par un « rattrapage » physique susceptible de ruiner l’ensemble de ce généreux programme. Que des pans entiers de l’économie mondiale puissent littéralement s’effondrer dans le demi-siècle qui vient ne doit pas surprendre : dès 1972, l’équipe de Meadows, au MIT, avait anticipé une telle possibilité. La mise à l’épreuve des scenarii de Limits to growth par le physicien australien Graham Turner en 2008 a montré que, hélas, les seules trajectoires compatibles avec le modèle World3 de Meadows et avec l’historique des trente dernières années sont celles qui conduisent à un effondrement dû soit à l’épuisement des ressources, soit à la saturation des puits d’absorption de notre pollution (Meadows et al., 2012 ; Turner, 2014). Les simulations menées à l’AFD en tenant compte du dérèglement climatique (absent de l’analyse de Meadows) n’ont pu que confirmer ce sombre diagnostic (Giraud et al., 2017).

12Or les Objectifs 14 et 15 sont explicitement dédiés à la préservation des écosystèmes marins et terrestres. L’ODD 15, en particulier, entend « préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des sols et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité ». Ce qui précède suggère qu’une telle ambition – par ailleurs indispensable – pourrait entrer en contradiction avec l’ODD 7 (et plusieurs autres). Plus généralement, l’examen des ODD révèle que la question de l’approvisionnement en ressources naturelles (tant l’eau que l’énergie, la nourriture ou les ressources minières) occupe une place mineure dans la logique des Objectifs. Un seul des trois indicateurs de l’Objectif 6 (eau et assainissement) porte sur la sécurisation de l’eau potable ; les deux autres sont formulés comme si la question de la raréfaction de l’accès à l’eau potable ne se posait pas. Il en va de même, dans le domaine de l’énergie, pour 2 indicateurs sur 4 à propos de l’Objectif 7. L’Objectif 11 (villes et communautés durables) ignore carrément le sujet, tout comme l’Objectif 12, pourtant dédié à la « consommation responsable ». Un seul des deux indicateurs de l’Objectif 13 (climat) porte sur la modération de notre usage des ressources naturelles (en vue, à juste titre, de réduire nos émissions de gaz à effet de serre). Et même les Objectifs 14 et 15 demeurent ambigus : 3 indicateurs sur 5 pour le premier, 1 sur 2 pour le second tiennent compte explicitement de l’épuisement des ressources. Au total, c’est moins du quart des indicateurs supposés permettre de piloter les ODD qui dépendent de la manière dont nous allons préserver – ou achever de détruire – les ressources planétaires. Pourtant, la chute de densité des gisements de cuivre encore accessibles aujourd’hui (elle est passée de 5 % il y a quelques décennies à 1 % aujourd’hui), par exemple, augure mal du succès de nos efforts pour décarboner l’énergie que nous consommons : les infrastructures nécessaires aux énergies renouvelables sont en effet beaucoup plus consommatrices de cuivre, en moyenne, que celles qui permettent d’extraire des énergies fossiles. Et le pic du cuivre pourrait être atteint dès la seconde moitié de ce siècle (Vidal et al., à paraître).

  • 12 Il y a, néanmoins, des exceptions, cf. inter alia Gaël Giraud (2017), Entropy dynamics and macro-e (...)

13La négligence du rôle des ressources naturelles dans la réalisation du « développement humain » n’en est que plus surprenante. Elle rejoint en partie le point aveugle d’une majorité de travaux issus des milieux universitaires en économie. Le « développement durable » et a fortiori la question de la sécurité d’approvisionnement en ressources vitales sont quasiment absents des articles de recherche des dix « meilleures revues académiques » (le top ten) en économie. Ils n’apparaissent que dans des revues tenues pour subalternes et, le plus souvent, sectorielles. De même, un étudiant en économie et en gestion peut, encore aujourd’hui, accomplir l’ensemble de sa formation supérieure sans jamais entendre parler (autrement que sur les réseaux sociaux ou dans la presse) de développement durable et, en particulier, de raréfaction des ressources naturelles. Quoi d’étonnant, dans ces conditions, si l’écrasante majorité des modèles que nous utilisons en économie violent allègrement les deux premières lois de la thermodynamique12 ? Cet « oubli » du côté de la profession des économistes ne peut que contribuer à l’ambivalence de la réflexion des décideurs politiques et diplomatiques, dont les ambiguïtés relevées dans la formulation actuelle des ODD sont l’une des traductions visibles.

En quête d’une cohérence : la démocratie et le droit

14Est-ce à dire, compte tenu de la solidarité architectonique qui les unit, que l’ensemble des ODD est incohérent ? À tout le moins, il est permis de poser la question et d’affirmer que la preuve de leur compatibilité réciproque est à fournir. D’autres indices de possibles tensions internes à la belle façade des 17 ODD ont été relevés. Ainsi que l’aura mis en lumière le colloque de l’Institut des études avancées de Nantes, consacré à une critique des Objectifs du développement durable (7-8 juin 2017), « l’objectif 8.2 visant à “mettre fin au travail des enfants sous toutes ses formes” assimile étourdiment le travail au travail dans la sphère marchande, car on ne voit pas bien comment on pourrait, sans faire travailler les enfants à l’école, atteindre l’Objectif 4 visant à “faire en sorte que toutes les filles et tous les garçons suivent, sur un pied d’égalité, un cycle complet d’enseignement primaire et secondaire”. L’un des problèmes majeurs posé à l’éducation des mineurs dans de nombreux pays – à commencer par de nombreux pays du Nord – est aujourd’hui bien au contraire leur exclusion de toute expérience du travail, dont on sait pourtant le rôle majeur dans la formation et l’éducation de tout être humain ».

15On ne saurait en déduire, bien sûr, qu’il faille renoncer à l’utopie qui sous-tend la formulation des ODD : la vision qui leur est sous-jacente reste l’une des rares formulations adoptées aujourd’hui par la « communauté internationale » d’un horizon humain qui ne se réduise pas à la mobilité du capital financier et à la flexibilité de la main-d’œuvre au sein des nations. Mais il faut à coup sûr en tirer la conclusion qu’un travail d’analyse critique des ODD est indispensable si ceux-ci ne veulent pas être abandonnés sur l’étagère des bonnes intentions bureaucratiques qui, in fine, endorment les consciences (« Le développement humain est en bonne voie, dormez tranquilles ») au lieu de mobiliser les énergies et les intelligences. Deux voies complémentaires (et, du reste, étroitement liées entre elles) demandent, me semble-t-il, à être explorées pour entamer ce travail critique et l’éventuelle résolution de contradictions structurelles, si celles-ci devaient se confirmer.

  • 13 Pour une comparaison de la place occupée par la « voix des pauvres » dans l’économie d’un document (...)
  • 14 Cf. inter alia le colloque du CNRS et d’ATD Quart Monde, “Construire les savoirs avec tou.te.s ? R (...)
  • 15 Les guillemets, ici, viennent rappeler que cette distinction nature/culture demande elle-même à êt (...)

16La première est celle d’une démarche participative avec les communautés directement concernées. L’aveuglement d’une partie de la profession des économistes et, concomitamment, les ambiguïtés de la « communauté internationale » ne pourront être surmontés qu’à condition que la parole soit donnée à celles et ceux qui, sur le terrain, vivent concrètement la raréfaction de l’accès à l’énergie et, plus généralement, aux ressources naturelles. Une telle démarche relève, à dire vrai, d’un réquisit minimal de démocratie – un concept entièrement absent du lexique des ODD13. Elle est mise en œuvre depuis longtemps par une organisation comme ATD Quart Monde et finit par se diffuser lentement au sein des milieux scientifiques14. Le développement humain est-il pensable et possible sans un renforcement de la démocratie qui, comme aimait à le rappeler Jacques Derrida, est toujours à venir et toujours menacée ? L’oubli des conditions très concrètes d’existence des populations (à la fois dans leurs relations avec la « nature » et dans leur « culture »15) pourrait bien participer de l’imaginaire d’une universalité hors-sol qui s’alimente à un possible déni (lui-même largement impensé) de démocratie. La Constitution équatorienne de 2008, en reconnaissant les Droits de la Nature, c’est-à-dire en comprenant cette dernière comme sujet de droit et notamment en lui accordant le droit d’être intégralement restaurée après destruction, a établi un point de repère qui ne peut qu’interroger la « communauté internationale ». Tout aussi importante est l’incorporation du concept de Pacha Mama dans ladite constitution, car elle marque la reconnaissance des « cultures » indigènes dans l’expression du droit. Plus généralement, la mouvance du buen vivir constitue l’un des terreaux, parmi d’autres, où l’Occident pourrait apprendre à identifier les lignes de force qui relient, et les contradictions qui opposent, les 17 Objectifs (Acosta, 2014) (la souveraineté énergétique y tient une place centrale). À condition de se mettre à l’écoute des populations indigènes et d’aménager, par conséquent, les conditions institutionnelles d’une « délibération participative » avec tous.

17En second lieu, s’il devait s’avérer, comme c’est probable, que nous ne disposons pas d’une harmonie pré-établie immanente au vivant (humain et non humain) qui réconcilie spontanément les 17 Objectifs, cela implique – aussi effrayant que cela puisse paraître – que la « communauté internationale » va devoir discerner entre ces différents Objectifs. À ce jour, ceux-ci sont énumérés sans qu’une priorité ne soit accordée à l’un plutôt qu’à l’autre. Il se pourrait que le réalisme nous contraigne, au contraire, à les ordonner. Quelle place faut-il accorder à la souveraineté énergétique des communautés par rapport à l’éducation, aux inégalités ou à l’accès à l’eau ? Faut-il privilégier la croissance du PIB ou la réduction des émissions de gaz à effet de serre ? On comprend que les réponses qui pourront être apportées à ces questions exigent absolument une démarche démocratique. Sans quoi la naïveté des ODD risquerait de se retourner en un catalogue d’intentions louables qui, sous les apparences de la neutralité axiologique, finiraient par dissimuler des choix adoptés sans concertation avec les populations concernées. Après tout, d’où savons-nous que l’Objectif 8 de croissance du PIB est partagé par l’ensemble des populations de la planète ? Qu’elles sont prêtes à en payer le prix très probable en termes de destruction programmée des écosystèmes qui nous maintiennent en vie ? Il y a fort à parier, au contraire, que, si c’est la contrepartie nécessaire pour sécuriser une vie décente pour les générations suivantes, les cultures indigènes andines et amazoniennes tout comme celles d’Afrique subsaharienne ou même la sagesse confucéenne s’accommoderaient fort bien d’une stagnation séculaire en termes de revenus nationaux, voire d’une décroissance, qui effraie tant les « sociétés-de-consommation-à-tout-prix » que sont devenus les mondes occidentaux. Le World Development Report publié par la Banque mondiale en février 2017 reconnaît l’échec partiel des politiques de « good governance » mises en œuvre par les institutions onusiennes de Washington dans les années 1990 avec les meilleures intentions, mais sans réelle concertation avec les populations concernées. Cet aveu tardif devrait servir d’avertissement à l’ensemble de la « communauté internationale ».

18On comprend aussi que cette dernière a dès aujourd’hui besoin d’une boussole pour organiser sa propre délibération sur l’ordonnancement des 17 Objectifs. Pareille boussole ne peut pas être immanente aux Objectifs eux-mêmes, puisque c’est leur cohérence systémique qui est en question. Où trouver un « dehors » aux 17 Objectifs, un repère transcendant capable de guider notre discernement collectif ? Les droits de l’Homme, étrangement absents eux aussi du lexique des ODD, fournissent certainement le repère le plus sûr. Sous les espèces de la déclaration onusienne, dite « universelle », de 1948 au palais de Chaillot, bien sûr, mais aussi dans leurs diverses acceptions « continentales ». Ainsi la Charte Africaine des droits de l’homme et des peuples (Nairobi, 1981) stipule-t-elle dans son art. 21 que :

  1. « Les peuples ont la libre disposition de leurs richesses et de leurs ressources naturelles. Ce droit s’exerce dans l’intérêt exclusif des populations. En aucun cas, un peuple ne peut en être privé.
  2. En cas de spoliation, le peuple spolié a droit à la légitime récupération de ses biens ainsi qu’à une indemnisation adéquate.
  3. La libre disposition des richesses et des ressources naturelles s’exerce sans préjudice de l’obligation de promouvoir une coopération économique internationale fondée sur le respect mutuel, l’échange équitable et les principes du droit internationale.
  4. Les États parties à la présente Charte s’engagent, tant individuellement que collectivement, à exercer le droit de libre disposition de leurs richesses et de leurs ressources naturelles, en vue de renforcer l’unité et la solidarité africaines.
  5. Les États parties à la présente Charte s’engagent à éliminer toutes les formes d’exploitation économique étrangère, notamment celle qui est pratiquée par des monopoles internationaux, afin de permettre à la population de chaque pays de bénéficier pleinement des avantages provenant de ses ressources nationales. »
  • 16 Les ODD ne font pas mention de la démocratie, de la rule of law ou encore de l’État de droit comme (...)
  • 17 Même si, bien sûr, la rédaction du droit est elle-même historiquement déterminée ; il ne s’agit nu (...)

19Cette réaffirmation du droit16, si elle s’effectue à l’intérieur de la démarche démocratique (« participative ») à laquelle il était fait allusion à l’instant, est probablement le seul canal par lequel la discussion internationale peut, et doit, sortir des pièges du calcul d’intérêt et de l’analyse coût-bénéfice dans lesquels l’enferme une vision étroite de l’économie. Car – s’il devait se confirmer que nos conditions physiques d’existence ne permettent pas de les honorer tous simultanément – l’arbitrage entre les différents Objectifs (ou différents indicateurs) ne saurait relever de tels calculs, toujours conditionnés par l’intérêt (réel ou supposé) des parties prenantes. Cet arbitrage sera forcément douloureux. Il appartient à une délibération centrée sur des principes qui s’imposent inconditionnellement17 et à la lumière desquels la place que l’accès à l’énergie doit occuper, à côté des autres Objectifs, peut être discutée. Discussion au terme de laquelle des décisions collectives devront s’imposer par la loi (hard law) tant il est vrai, comme nous l’avons vu, qu’en matière d’énergie, les incitations marchandes et la soft law sont restées à ce jour largement inopérantes.

Bibliographie

Références bibliographiques

Acosta A., 2014 – Le Buen vivir. Pour imaginer d’autres mondes. Paris, Les éditions Utopia.

Bardi U. (dir.), 2015 – Le Grand Pillage. Comment nous épuisons les ressources de la planète. Paris, Les Petits Matins/Institut Veblen, 427 p.

Bihouix P., 2014 – L’Âge des low tech. Vers une civilisation techniquement soutenable. Paris, éditions du Seuil.

Blanchard O. J., Riggi M., 2009 – Why are the 2000s so different from the 1970s ? A structural Interpretation of Changes in the Macroeconomic effects of Oil Prices. Journ. of the European Econ. Association, 11 (5) : 1032-1052.

Brown L., 2007 – Le Plan B. Pour un pacte écologique mondial. Paris, Calmann-Lévy, 415 p.

Diamond J., 2006 – Effondrement : Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie. Paris, Gallimard, coll. NRF essais.

Fizaine F., Court V., 2015 – Renewable electricity producing technologies and metal depletion : a sensitivity analysis using the EROI. Ecological Economics, 110 : 106-118.

Giraud G., Grasselli M., 2017 – Inequality in a monetary dynamic macroeconomic model. Working paper McMaster university, Toronto.

Giraud G., Kahraman Z., 2014 – How Dependent is Growth from Primary Energy ? The Dependency ratio of Energy in 33 Countries (1970-2011). Documents de travail du Centre d’économie de la Sorbonne, 2014.97.

Giraud G., Mc Isaac F., Bovari E., Zatsepina E., 2017 – Coping with the Collapse : A Stock-Flow Consistent Monetary Macrodynamics of Global Warming. AFD, Document de travail, 29 bis.

Jevons S., 1865 – The Coal question. An inquiry concerning the progress of the nation and the probable exhaustion of the coalmines. Londres et Cambridge, McMillan.

Keen S., 2013 – L’Imposture économique. Paris, Éditions de l’Atelier (trad. fr. A. Goutsmedt et G. Giraud).

Meadows D., Meadows D., Randers J., 2012 – Les Limites à la croissance (dans un monde fini). Paris, éditions Rue de l’Échiquier.

Sachs J., Schmidt-Traub G., Kroll C., Durand-Delacre D., Teksoz K., 2016 – SDG Index and Dashboards – Global Report. New York, Bertelsmann Stiftung and Sustainable Development Solutions Network (SDSN). http://www.sdgindex.org/

Turner G., 2014 – Is Global Collapse Imminent ? An Updated Comparison of The Limits to Growth with Historical Data. University of Melbourne Research Paper, 4.

van den Bergh J., Grazi F., 2012 – L’empreinte écologique et l’utilisation des sols comme indicateur environnemental : quel intérêt pour les politiques publiques ? AFD working paper, 127.

Vidal O., Rostom F., François C., Giraud G., à paraître – Prey-predator Dynamic Modelling of the 1900-2100 copper reserves, production, prices, revenues and costs of production. mimeo.

Wackernagel M., Hanscom L., Lin D., 2016 – Are the Sustainable Development Goals (SDGs) consistent with sustainability ? Document de travail du Global Footprint Network.

Notes

1 Transformer notre monde. Résolution de l’Assemblée générale des Nations unies du 25 sept. 2015, A/RES/70/1.

2 Cf. les communiqués de presse de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), fin 2016. Par communauté internationale, on entend ici, non pas un corps constitué de décideurs publics et privés, organisés, e.g., par le droit international du type onusien – cette « communauté »-là, comme l’a rappelé récemment Hubert Védrine, n’existe pas (cf. Le Monde au défi, Fayard, 2016) –, mais plutôt l’utopie d’une communauté à venir, que les dérèglements écologiques pourraient justement contribuer à faire émerger.

3 L’AIE le reconnaît dans le World Energy Outlook de 2010. Aujourd’hui, elle estime le pic de production du schiste nord-américain à 2020.

4 Les huiles de schiste des États-Unis, les pétroles lourds (bitumineux) du Canada et le brut des gisements offshore ultra-profonds du Brésil sont les pétroles les plus chers à produire.

5 Sans compter que les propriétés « statiques » du charbon ne sont pas étrangères au succès des conquêtes sociales depuis la seconde moitié du xixe siècle ; cf. Timothy Mitchell, Carbon democracy. Le pouvoir politique à l’ère du pétrole, La Découverte, 2013.

6 « Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions ».

7 Selon l’AIE, les réserves « prouvées » restantes de pétrole, gaz et charbon représentent un potentiel d’émissions de l’ordre de 2 900 GtCO2, dont plus de 1 000 GtCO2 pour les seuls pétrole et gaz. Or l’impératif des 2 °C nous interdit d’émettre plus de 1200 Gt CO2 d’ici à 2050.

8 L’OCDE a pu être tentée, en 2014, de suggérer une telle procédure, en incluant notamment la prostitution dans le calcul du PIB – avant d’y renoncer.

9 Cf. Giraud et al. (2017). L’annulation des émissions nettes serait envisageable avec le maintien d’un flux positif d’émissions brutes si des techniques de séquestration du carbone pouvaient être mises en place de manière systématique dans les décennies qui viennent.

10 Cette sensibilité est estimée par la communauté des climatologues se situer entre 1 et 6, avec une moyenne à 2,9 et une fourchette vraisemblable entre 1,5 et 4,5.

11 La sécheresse qui a sévi en Syrie entre 2007 et 2010 et la mauvaise gestion de l’eau par le gouvernement El Assad ont joué un rôle majeur dans l’éclatement de la guerre civile.

12 Il y a, néanmoins, des exceptions, cf. inter alia Gaël Giraud (2017), Entropy dynamics and macro-economic overshoot in a thermochemical setup, mimeo.

13 Pour une comparaison de la place occupée par la « voix des pauvres » dans l’économie d’un document de portée internationale comme l’encyclique catholique Laudato Si’, comparée à celle qu’elle (n’)occupe (pas) dans les ODD, cf. G. Giraud et Ph. Orliange, Laudato si’ et les Objectifs de développement durable, Études, janv. 2017.

14 Cf. inter alia le colloque du CNRS et d’ATD Quart Monde, “Construire les savoirs avec tou.te.s ? Recherches participatives avec les personnes en situation de pauvreté, 1er mars 2017, Paris.

15 Les guillemets, ici, viennent rappeler que cette distinction nature/culture demande elle-même à être interrogée et remise en chantier à la lumière de la façon dont d’autres cultures que celle de la mondialisation latine et anglo-saxonne envisagent le non-humain ; cf. Philippe Descola, Par delà nature et culture, Gallimard, 2005.

16 Les ODD ne font pas mention de la démocratie, de la rule of law ou encore de l’État de droit comme conditions nécessaires d’achèvement d’un « développement durable ». Pris par l’imaginaire d’une gouvernance par les nombres (cf. A. Supiot, La Gouvernance par les nombres, Fayard, 2015), qui voudrait ramener toute décision à un calcul et tout problème à une batterie d’indicateurs qu’il s’agirait de « piloter » à la manière dont on pilote l’atterrissage d’un avion, l’Objectif 16 entend « promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes à tous aux fins du développement durable, assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous ». Mais « l’efficacité » et « l’ouverture » ne sont pas des catégories juridiques.

17 Même si, bien sûr, la rédaction du droit est elle-même historiquement déterminée ; il ne s’agit nullement de glisser d’un fondamentalisme économique vers son alter ego juridique.

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search