Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le projet majeur africain de la Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie IV. Synthèses

Végétations sèches des ceintures sahéliennes et soudaniennes du Sénégal à Djibouti

Rodolphe Spichiger

Texte intégral

Préambule

1Monod (1957) propose une revue comparative et critique de tous les systèmes de classification de la végétation africaine, y-c. les travaux encyclopédiques produits par la prolifique école biogéographique englérienne. Schnell (1976, 1977) donne à son tour une bibliographie intéressante pour le public francophone. Plus récemment, White offre une compilation exhaustive de la littérature traitant de la flore et de la végétation de l’Afrique subsaharienne (White, 1986). Nous n’avons donc pas l’intention de refaire cet exercice. Notre objectif est de décrire la végétation sèche subsaharienne au Nord de l’équateur, en utilisant des ouvrages synthétiques qui sont considérés comme les références majeures sur le sujet. L’ouvrage de White, par exemple, intègre aussi bien des travaux modernes que les grandes fresques encyclopédiques des pionniers de la botanique en Afrique, à notre avis inégalées. Le lecteur désireux d’approfondir ses connaissances trouvera sans peine ce qu’il recherche, soit directement dans la bibliographie ci-jointe, soit dans celles des ouvrages cités dans cette liste. Concernant plus spécifiquement les pays sahéliens (y-c la Somalie et Ogaden), nous avons choisi un ou deux auteurs de référence, sans que la modernité ne prime sur la qualité.

2Enfin, vu la relative hétérogénéité des typologies et nomenclatures utilisées par les spécialistes des différentes régions, nous avons suivi, pour la végétation, la classification des formations végétales d’Aubréville (1965, 1971) – qui est une amélioration de celle de Yangambi (Aubréville, 1957) – et pour la floristique, l’écologie et la chorologie, les travaux de Lebrun (1977, 1979), Lebrun & Stork (1991, 1992, 1995, 1997, 2003, 2006, 2008a, 2008b) ainsi que le « Check list of Flowering Plants of Sub-Saharian Africa » (Klopper et al., 2006).

Introduction

3Lorsqu’on lit la carte de la végétation d’Afrique dressée par White (1986), ou d’autres ouvrages produits par les classiques de la phytogéographie africaine (p. ex. Aubréville, 1950, Lebrun, 2001), on est frappé par la régularité et le parallélisme latitudinal du dessin des grands domaines. Contrairement à l’Amérique du Sud dont la végétation s’allonge verticalement ou diagonalement en fonction des grandes barrières montagneuses et des courants marins, la cartographie de la végétation africaine fait apparaître les corrélations latitudinales entre climat, végétation et sol.

4Cela se complique lorsqu’on arrive dans la Corne de l’Afrique. Là, grandes failles et massifs montagneux perturbent considérablement la représentation cartographique en la transformant en une mosaïque de taches de couleurs. L’altitude se substitue alors à la latitude comme facteur déterminant majeur. Les zones sèches s’incurvent brusquement vers le Sud, suivant les côtes de la Mer Rouge et de l’Océan Indien.

5Cette contribution vise trois objectifs :

61. Décrire les types de végétation sèche entre la côte sénégalo-mauritanienne et la Somalie. Puisqu’il faut bien se décider pour un ordre de présentation, nous suivrons plus ou moins fidèlement la classification de White (1986) qui est le produit d’un consensus mis en place par les africanistes à l’occasion de plusieurs congrès AETFAT (Association pour l’Etude Taxonomique de la Flore d’Afrique Tropicale). Des ouvrages récents, orientés plutôt vers la conservation de la biodiversité, proposent des variantes ou des tableaux synoptiques comparatifs (Burgess et al., 2004).

7Jusqu’au Soudan, la bande de végétation sèche est située à cheval sur :

  • au Nord, la ceinture sahélienne (selon White : phytochorie XVI, Zone de transition régionale du Sahel ; selon Lebrun Zone de transition saharo-soudanienne), à savoir des steppes plus ou moins densément boisées, généralement épineuses ;

  • au Sud, la ceinture soudanienne (selon White : phytochorie III, Centre régional d’endémisme soudanien ; selon Lebrun Souche d’endémisme soudanienne), c’est-à-dire une végétation de forêts denses sèches, de forêts claires et de savanes.

8A l’Est la ceinture sèche se transforme en une mosaïque comprenant, en plus des types de végétation ci-dessus, des forêts et fourrés de montagne (phytochorie VIII, région afro-montagnarde) et des fourrés arides de la région somalienne (phytochorie IV, région de la Somalie et du pays Massaï).

9On ajoutera à ces types de végétation des formations extrazonales induites par les cours d’eau et les reliefs, ou azonales d’origine édaphique ou humaine.

102. Décrire la végétation sèche par pays.

11Nous nous sommes limités à la description de la végétation des seuls pays traversés par la ceinture sahélienne et généralement considérés comme sahéliens : Sénégal, Mauritanie, Mali, Niger, Tchad, Soudan, Somalie et Ethiopie (Djibouti, Ogaden). L’extrême Nord du Burkina Faso, du Nigeria et du Cameroun étant aussi steppiques, cette végétation est mentionnée soit dans les généralités (chap. 1), soit dans le chapitre concernant les grands voisins sahéliens. La recherche conduite à partir de la Côte d’Ivoire nous a fourni beaucoup d’informations sur l’écologie des espèces xérophiles (Adjanohoun et Aké Asi, 1967, Aké Assi, 2001 et 2002, Guillaumet & Adjanohoun, 1971).

12Enfin, pour chacun des pays, nous avons étendu notre description non seulement à leur zone soudanienne mais encore aux aires susceptibles d’expliquer la distribution extrazonale de certaines espèces xérophiles, comme les massifs montagneux. Ce choix a pour but de mettre en évidence les espèces les plus prometteuses pour une politique de reboisement. Ces espèces seront traitées dans le chapitre 3.

133. Présenter certaines espèces xérophiles emblématiques.

14Pour cela on utilisera les travaux de Lebrun et de Lebrun et Stork (voir bibliographie) ainsi que la base de données des Conservatoire et Jardin Botaniques de la Ville de Genève qui constituent une somme d’informations continuellement mises à jour.

1. Types de végétation présents dans la bande sèche Sénégal-Djibouti

15Chevallier (1933) plaçait dans son domaine (ou région) soudanais une zone des steppes sahéliennes ou des épineux et une zone soudanaise proprement dite ou brousse-parc. Reprenant en partie la conception de Chevallier, Aubréville (1950) propose une classification des unités de végétation africaines qui sert de base à tout ce qui a été publié depuis. Schnell (1976) donne un aperçu didactique des formations xérophiles.

16Suivant la conception aubrévilléenne, Aubonnier énumère dans sa Flore des ligneux d’Afrique sèche (2002) le secteur saharo-sahélien, le secteur sahélien, le secteur sahélo-soudanien, le secteur soudanien et le secteur soudano-guinéen. Knapp (1974) décrit une zone des savanes à épineux (Vegetationzone der Dornsavannen ) correspondant plus ou moins au secteur sahélien septentrional ; une zone des savanes sèches (Trockensavannen) correspondant au secteur sahélo-soudanien ; et une zone des savanes humides (Feucht-Savannen) plus ou moins synonyme du secteur soudanais. En utilisant les méthodes statistiques modernes pour mettre en évidence les groupements floristiques de l’Afrique Sub-saharienne, Linder et al. (2005) ont fait apparaître deux groupements un peu différents en lieu et place des phytochorions soudanien et sahélien classiques : un phytochorion nord-soudanien, mélange d’éléments de la zone de transition sahélienne et d’éléments du secteur soudanien selon White (1986), et un phytochorion sud-soudanien, regroupant une partie du secteur soudanien et de la zone de transition guinéo-congolaise/soudanienne de ce même auteur. Au contraire, d’autres auteurs confirment les conceptions aubrévilléennes, entre autres sur la base de données palynologiques (Lézine et al, 2009).

17Nous considérons donc que les recherches actuelles ne remettent pas en cause la conception d’Aubréville (1950) reprise, entre autres, par White (1986) et Lebrun (2001).

1.1. Ceinture sahélienne : Zone de transition régionale du Sahel (selon White)

18Entre la ceinture soudanienne et le Sahara, sous un climat tropical aride à saison sèche marquée (8 à 10 mois) et à pluviomètrie variant entre 80 et 500 mm, s’étend une formation xérophile et xéromorphe souvent épineuse, à dominante herbacée. Chevallier (1933) et Aubréville (1950) nomment Zone sahélienne cette ceinture, homologue du domaine atlantico-nilotique de Monod (1957). Lebrun (2001) définit cette ceinture comme zone de transition saharo-soudanienne. La formation végétale la plus fréquente est la steppe à épineux. Dans sa traduction fraçaise, White n’utilise pas le terme de steppe, mais celui de formation herbeuse. Certains auteurs (Trochain, 1980) préfèrent utiliser le substantif « pseudo-steppes » réservant le terme de « steppe » aux formations extratropicales (euro-asiatiques ou nord américaines). Nous utiliserons néanmoins « steppe » dans le sens d’Aubréville (1965 et 1971).

19Les steppes se distinguent des savanes par un tapis herbacé discontinu, plus bas, et surtout constitué par une majorité de graminées annuelles, disparaissant lors de la saison sèche. Le tapis graminéen ne dépasse pas 80 cm de hauteur. Il est très clairsemé, cespiteux et prostré dans les régions les plus arides, seules les touffes de graminées pérennes restant visibles en permanence (Panicum turgidum p. ex.). Les steppes sont classées en fonction de leur physionomie : herbacées, arbustives, à épineux, à succulentes, etc. Les facteurs influençant prioritairement – et négativement – la végétation et la flore de la steppe sont l’élevage et le ramassage du bois de feu. Le feu de brousse est moins présent qu’en savane. Balanites aegyptiaca est une espèce envahissante caractéristique de tous les types de sols dans les zones atteintes par le feu, les défrichements ou le surpâturage. Les sols sahéliens sont ferrugineux, généralement sableux ou argileux (argiles pléistocènes), ou peu développés (cuirasses, affleurement rocheux, rocailles).

20Selon White (1986), sur 1 200 espèces, moins de 3 % sont endémiques, surtout des herbacées. 6 % de ces 1 200 espèces se prolongent dans la région de la Somalie et du Pays Masaï et en Asie (voir chap. 1 4.) ; 5 % ont une aire de répartition disjointe entre l’Afrique du Sud et le Sahel ; 14 % se retrouvent entre le Sud-Sahara et le Sahel. Parmi les sud-saharo-sahéliennes citons Leptadenia pyrotechnica, Maerua crassifolia, Panicum turgidum et, à l’étage montagnard, Olea laperrinei. Certaines espèces (26 %) se retrouvent aussi bien en zone soudanienne que sahélienne (Bauhinia rufescens, Piliostigmna reticulatum), et présentent même une distribution panafricaine (Diospyros mespiliformis, Abrus precatorius). 46 %, enfin, sont des espèces prédominantes du Sahel, p. ex de nombreuses espèces d’Acacia, genre emblématique des steppes à épineux.

21La région sahélienne n’est pas homogène. On y trouve des types de végétation spéciaux, liés à des conditions locales particulières d’ordre microclimatique, édaphique ou anthropique. Le Sahel septentrional est caractérisé par une steppe herbacée à Panicum turgidum et à Cenchrus biflorus (cram-cram), ou une steppe faiblement arbustive à épineux avec un même couvert graminéen. C’est la zone des grandes transhumances (camélidés, caprins, ovins). La steppe boisée à épineux constitue la formation zonale du Sahel méridional oú se pratiquent surtout l’agriculture et l’élevage sédentaire.

1.1.1. STEPPES SEMI-DÉSERTIQUES HERBACÉES OU ARBUSTIVES ÀÉPINEUX DU SAHEL SEPTENTRIONAL (UNITÉ CARTOGRAPHIQUE 54A SELON WHITE)

22Les régions au Nord de la bande sahélienne qui reçoivent moins de 250 mm de pluie sont caractérisées par une végétation herbeuse parsemée de ligneux qui du Sud au Nord deviennent de plus en plus rares et rabougris. Selon les auteurs et les régions, il est parfois difficile de faire la distinction entre flore nord-sahélienne et sud-saharienne.

23Dans les conditions les plus arides (100 mm), une steppe herbeuse ou pauvrement arbustive à Panicum turgidum se maintient, accompagnée de Acacia tortilis, Maerua crassifolia, Leptadenia pyrotechnica, Calligonum comosum et Euphorbia balsamifera. Les crêtes non stabilisées des dunes sont occupées par Stipagrostis pungens. Les affleurements rocheux sont colonisés par une population d’Acacia ehrenbergiana, et les sols hydromorphes saumãtres hébergent une végétation halophile à Salvadora persica et Tamarix. Panicum turgidum et Stipagrostis pungens sont des graminées typiques du Nord-Sahel et du Sud-Sahara qui disparaissent dans les régions plus méridionales. Acacia senegal, Commiphora africana et Balanites aegyptiaca sont moins xérophiles.

24Dans des conditions moins arides, entre 100 et 250 mm, on trouve une steppe buissonnante à épineux dont le recouvrement ligneux, inférieur à 10 % et d’une une hauteur moyenne de 2-3 m est composé de Acacia tortilis, Commiphora africana, Balanites aegyptiaca, Boscia senegalensis, Leptadenia pyrotechnica, Acacia laeta, A. ehrenbergiana, A. senegal. Certaines Graminées du Sahel septentrional peuvent descendre vers le Sud (Cenchrus biflorus -cram-cram -, Aristida stipoides, Tragus racemosus).

1.1.2. STEPPES ARBUSTIVES OU BOISÉES ÀÉPINEUX DU SAHEL MÉRIDIONAL (UNITÉ CARTOGRAPHIQUE 43 SELON WHITE)

25Ces formations occupent la partie moins aride de la bande sahélienne (250-500 mm). Les ligneux ont une taille variant entre 3 et 8 m. Leur densité varie en fonction de la pression anthropique. L’Acacia senegal est prédominant dans cette région. La large distribution dans les zones sèches de Faidherbia albida est une conséquence de son statut de plante-compagne. Ziziphus mauritiana forment des peuplements anthropo-zoogènes près des campements (Fortin et al., 2000). Du Sénégal au Soudan, les brousses tigrées ou tachetées sont fréquentes dans le Sahel méridional, Ce sont des arcs ou des bandes de végétation disposés parallèlement aux courbes de niveaux, sur les terrains à faible déclivité.

26La diversité ligneuse est constituée d’espèces déjà citées pour le Sahel septentrional – Acacia tortilis, A. senegal, A. laeta, Commiphora africana, Balanites aegyptiaca, Boscia senegalensis, Maerua crassifolia, Leptadenia pyrotechnica – mêlées à des taxa à affinités sahélo-soudaniennes (Combretum spp. ). Les herbacées prédominantes sont Cenchrus biflorus (cram-cram), Aristida stipoides, Schoenefeldia gracilis, Tragus racemosus. Andropogon gayanus est caractéristique des sols sableux profonds.

1.1.3. FORMATIONS SUR SUBSTRATPARTICULIER (UNITÉS CARTOGRAPHIQUES SELON WHITE : 43 ET 19B)

27Brousses tigrées ou tachetées : sur les pentes à faibles inclinaisons (voir chap. 1.1.2.)

28Fourrés rupicoles : sur les affleurements rocheux et le piémont des inselbergs, on trouve des fourrés à Commiphora africana, Acacia mellifera, Boscia senegalensis et Euphorbia candelabrum.

29Forêts basses broussailleuses sahélomontagnardes : certaines pentes rocheuses d’altitude hébergent des forêts basses broussailleuses dominées par un olivier, Olea laperrinei, accompagné de Boscia angustifolia, Maytenus senegalensis, Ficus spp. , Euphorbia candelabrum. Une savanne faiblement arbustive à grandes andropogonées est la forme secondarisée de ce genre de végétation exploitée depuis très longtemps.

30Végétations des rives et des mares : il s’agit de formations considérées comme extrazonales, c’est-à-dire à cheval sur les ceintures sahéliennes et soudaniennes (voir chap. 1.2). Elles seront décrites plus en détail dans les chapitres concernant les pays respectifs :

  • Végétations herbacées aquatiques composées d’hydrophytes,

  • Prairies aquatiques à Vetiveria nigritana et Echinochloa stagnina,

  • Prairies marécageuses à Typha et Phragmites,

  • Steppes à Palmiers doums (Hyphaene thebaica), poussant sur sols exondés,

  • Savanes boisées avec Bombax costatum, Parkia biglobosa, Prosopis africana,

  • Forêts-galeries et fourrés-galeries à Acacia nilotica et Mitragyna inermis.

31Une particularité des bassins du Tchad et du Haut-Nil, aussi bien en zone sahélienne que soudanienne, sont les argiles noires à fissures de dessiccation. Ces sols périodiquement inondés portent une mosaïque de végétation constituée de savanes ou de steppes plus ou moins boisées – en fonction de la qualité du drainage – et de formations herbacées hydromorphes.

1.2. Ceinture soudanienne : Centre régional d’endémisme soudanien (selon White)

32La région soudanienne s’étend de la côte sénégalaise jusqu’au piémont éthiopien. Son homologue au Sud de la zone des forêts humides guinéo-congolaises est la région zambésienne. L’altitude de la ceinture soudanienne ne dépasse généralement pas les 750 m. Seuls dépassent certains plateaux au Nord-Cameroun (le Mandara p. ex. à plus de 1 000 m), le Jebel Marra (3 057 m) – chaîne volcanique qui marque le partage des eaux entre le Tchad et le Nil –, et certains massifs cristallins à l’extrême Sud-Est du Soudan (l’Imatong p. ex. à 3 187 m).

33Cette ceinture est constituée par une végétation décidue s’épanouissant sous un climat tropical à une seule saison sèche bien marquée (4 à 7 mois) et à pluviosité regroupée sur les jours longs. On constate une élévation de la pluviosité annuelle du Nord au Sud (de 400 à 1 300 mm, et même jusqu’à 1 800 mm en situation de piémont). En plus de l’altitude et de la pluviométrie, d’autres facteurs influencent la végétation : l’homme, les feux de brousse, la dispersion des poussières terrigènes et des cendres, l’harmattan (Monnier, 1981). Même s’il est d’origine anthropique, le passage annuel des feux de brousse peut être considéré comme un facteur essentiel conditionnant les processus éco-physiologiques.

34Les types de végétation caractérisant cette ceinture se développent généralement sur des sols ferralithiques ou ferrugineux tropicaux selon la pédologie française (Duchaufour, 1970). Ce sont essentiellement des sols profonds, sablo-argileux, acides, pauvres en bases échangeables. Le lessivage et les températures élevées sont à l’origine de concrétions de fer ou d’alumine plus ou moins profondes. Des formations édaphiques particulières (savanes arbustives et herbacées, steppes, fourrés, végétations marécageuses) sont liées à des substrats particuliers tels que les cuirasses et les lithosols, les sols hydromorphes ou salés, etc. Ajoutons à cette énumération les formations azonales sur argiles noires à fissures de dessiccation caractérisant les bassins du Tchad et du Haut-Nil (voir chap. 1.1.3.).

35Certaines espèces soudaniennes xérophiles, par exemple les Combrétacées, pénètrent au Sahel. D’autres espèces hygrophiles se trouveront au contraire dans les forêts galerie, ou même les forêts denses humides semi-décidues mélangées à des espèces guinéo-congolaises (Adjanohoun, 1964, Guillaumet & Adjanohoun, 1971).

1.2.1. FORÊTS DENSES SÈCHES

36Les forêts denses sèches sont des peuplements ligneux élevés, fermés, caducifoliés ou partiellement sempervirents. Selon certains auteurs, elles constitueraient la formation climacique originelle du domaine soudanien. Ces formations se font rares et se réfugient dans des sites protégés des feux, de l’agriculture ou du pastoralisme. Dans l’ouest de la ceinture soudanienne, prédominent Anogeissus leiocarpa, Diospyros mespiliformis, Gilletiodendron glandulosum et Guigourtia copallifera. Les forêts claires et les forêts denses sèches partagent de nombreuses espèces mais Gilletiodendron glandulosum semble être une espèce strictement liée aux forêts denses.

1.2.2. LES FORÊTS CLAIRES, SAVANES BOISÉES ET ARBORÉES (UNITÉ DE VÉGÉTATION 29ASELON WHITE)

37La formation zonale la mieux représentée dans la ceinture soudanienne est la forêt claire. En réalité, la forêt claire ne répond pas à la définition des « forêts » selon la classification mondiale des types de végétation (UNESCO, 1973), mais appartient à la catégorie des « savanes ». Contrairement à une forêt dense, il y a toujours présence d’une strate graminéenne puissante et pérenne. Le terme anglais de Woodland, regroupant savanes boisées et forêts claires, nous semble mieux décrire ce genre de végétation.

38Les auteurs mettent en évidence deux types de forêts claires : les forêts claires à Isoberlinia doka, plus méridionales donc plus humides, et les forêts claires indifférenciées. Le type à Isoberlinia doka s’étend jusqu’à la vallée du Nil, à partir de laquelle I. doka se raréfie. Isoberlinia doka est accompagné de Daniellia oliveri, Burkea africana et Erythrophleum africanum. La forêt claire à I. doka est considérée comme une variante appauvrie de la forêt claire à Miombo de la région zambézienne, mais sans les deux genres caractéristiques du Miombo, Brachystegia et Julbernardia. A l’Est du Haut-Nil, et jusqu’en Ethiopie, s’étendent les forêts claires indifférenciées. Un facies plus sec que les forêts à I. doka et plus humide que les forêts indifférenciées se développe sur les collines rocheuses ou sur les plateaux sablonneux. Il s’agit de forêts basses à Isoberlinia doka, I. angolensis, Afzelia africana, Anogeissus leiocarpa, et des Combretacées et des Acacia.

39Près des villes et villages, la forêt claire est surexploitée. Isoberlinia doka et les autres espèces de forêts claires sont d’abord remplacées par des ligneux tels que Terminalia avicennioides, T. laxiflora et Vitellaria paradoxa. La sélection de certaines espèces arborées crée des paysages de savanes-vergers ou de savanes-parcs (savane à karité, à néré). A proximité des agglomérations, la végétation est réduite à des jachères à rejets de souche (Combretum spp. ), ou à des savanes herbacées. Guiera senegalensis a une grande potentialité d’envahissement des friches.

40Avec l’augmentation de l’aridité, on constate la transformation progressive des forêts claires et des savanes boisées en savanes arbustives. Cela s’accompagne d’un appauvrissement floristique de la strate ligneuse. Les Combrétacées (Terminalia spp. et Combretum spp. ) deviennent prépondérantes. Des épineux sahéliens s’implantent en savane.

1.2.3. FORMATIONS ÉDAPHIQUES ÀL’INTÉRIEUR DES CEINTURES SOUDANIENNES (UNITÉS CARTOGRAPHIQUES SELON WHITE : 19B, 33, 63, 64)

Les cuirasses ferrugineuses

41Les affleurements cuirassés – les « bowés » (sing. « bowal ») d’Afrique occidentale – sont occupés par des savanes herbacées (p. ex à Loudetia simplex, Ctenium newtonii) ou par une végétation marécageuse à Rhytachne rottboellioides, Lycopodium spp. , Xyris spp. , Utricularia spp. et Drosera spp. . Dans les dépressions marécageuses situées sur les sommets d’inselbergs du plateau centrafricain (« dembos ») une végétation marécageuse semblable à celle des bowés peut se développer.

Formations rupicoles

42Les fourrés rupicoles colonisant les affleurements rocheux ou encerclant les inselbergs peuvent être rattachés aux forêts denses sèches. Ils sont constitués d’espèces à large distribution qu’on retrouve jusqu’en zone guinéenne : Zanthoxylum xanthoxyloides, Erythroxylum emarginatum, Bombax costatum, Spondias mombin, Combretum spp. , etc. Sur les inselbergs du plateau de Jos au Nigeria on a décrit des fourrés à Euphorbia desmondii, E. kamerunica, E. poissonii (accompagnées de Carissa edulis, Dodonea viscosa, Diospyros abyssinica, D. ferrea, etc).

Formations liées aux cours d’eau

43Lorsque le substrat est bien drainé, les forêts ou fourrés-galeries de la zone soudanienne ont une physionomie et une flore de forêt dense sèche (voir chap. 1.3.2.). La forêt riveraine typique est souvent dominée par Syzygium guineense accompagné de Khaya senegalensis, Terminalia schimperiana, Vitex doniana, Diospyros mespiliformis, Acacia sieberiana, Tamarindus indica et Ficus glumosa.

44En bordure des plaines d’inondation herbacées (« Fadamas » au Nigéria) des forêts claires colonisent les bourrelets de rives épargnés par les crues. La composition floristique est essentiellement soudanienne avec quelques éléments sahéliens (Balanites aegyptiaca, Acacia sieberiana).

45Sur les sols hydromorphes, mal drainés ou périodiquement inondés, la végétation est disposée en fonction du substrat : savanes herbacées à Hyperthelia dissoluta et Brachiaria jubata, prairies aquatiques – bourgoutières au Niger, herbiers au Tchad –, savanes boisées à Terminalia schimperiana, T. macroptera, Borassus aethiopum, Mytragyna inermis. Une particularité des bassins du Tchad et du Haut-Nil sont les mosaiques de savanes boisées plus ou moins drainées et de savanes herbacées hydromorphes sur les argiles noires à fissures de dessiccation. (voir chap. 1.1.3.)

1.3. Centre régional d’endémisme morcelé afromontagnard (selon White : unités cartographiques 19a, 38)

46La bande de végétations sèches passe sur les contreforts de la pointe nord du Centre régional d’endémisme morcelé afromontagnard selon White. Dans l’ouest de l’Ethiopie on rencontre en basse altitude des forêts claires indifférenciées à Anogeissus leiocarpa, Combretum aculeatum, Boswellia papyrifera ainsi que des fourrés de bambous Oxytenanthera abyssinica. Pour les escarpements éthiopiens occidentaux Demissew et al. (2005) donne une diversité de 950 espèces dont au moins 27 endémiques.

47Friis (1992) propose les types de forêts suivants pour la zone montagneuse de la Corne de l’Afrique :

  • les forêts périphériques planitiaires semi-décidues guinéo-congolaises ;

  • la forêt ombrophile de transition entre 500 et 1 500 m, avec une pluviomètrie d’env 2 000 mm ;

  • la forêt ombrophile afromontagnarde avec un mélange de latifoliées et de Podocarpus (1 500-2 500 m) ;

  • la forêt afromontagnarde indifférentiée, ou forêt à Podocarpus-Juniperus ;

  • la forêt afromontagnarde sèche à prédominance de Juniperus procera et Olea europaea ssp. cuspidata (au Nord des hauts plateaux éthiopiens) ;

  • transition entre la forêt sèche à Juniperus et Olea et les fourrés ombrophiles et semi-décidus des escarpements orientaux éthiopiens et somaliens ;

  • les forêts riveraines et galeries, de souche guinéo-soudanienne, soudanienne et même sahélo-soudanienne ;

  • transition entre la forêt indifférenciée et les fourrés ombrophiles de Zanzibar-Inhambane, au sud-somalien.

48De grandes surfaces afromontagnarde sont secondarisées et colonisées par des Graminées à large amplitude qui forment des savanes herbacées d’altitude semblables aux formations équivalentes de plaine : Loudetia simplex, Monocymbium ceresiiforme, Themeda triandra, Elyonurus argenteus, Andropogon spp. , Brachiaria spp. , Hyparrhenia spp. etc

49Sur les contreforts orientaux bordant la Somalie, subsistent des lambeaux de forêts afromontagnardes xéromorphes, ainsi que des fruticées à Juniperus procera, Commiphora et Acacia.

1.4. Centre régional d’endémisme de la Somalie et du pays Massaï (selon White)

50(Nous ne traitons pas le Kenya (pays Massaï), mais seulement la végétation xérophile planitiaire de la Somalie et de l’Ogaden)

51Après avoir contourné la pointe nord du centre d’endémisme afromontagnard (voir chap. 1.3.), la végétation sèche suit les côtes de la Mer Rouge et de l’Océan Indien (Djibouti, Somalie). La végétation xérophile de la Corne d’Afrique (Somalie-Ogaden) appartient au sous-domaine somali du domaine somalo-ethiopien selon Monod (1957), ou au domaine sahélien oriental de la région soudano-zambésienne selon Lebrun (2001) et White (1986).

52Cette région se distingue des aires centrales et occidentales de la ceinture sahélienne par un taux d’endémisme estrêmement élevé, l’abondance des formes succulentes et des adaptations épigées et hypogées à l’aridité (qui les rapprochent physionomique-ment de certains matorales ou campos cerrados d’Amérique du Sud) et par une végétation en fourrés denses et en maquis, semblable à ce qu’on trouve dans les zones sèches de Madagascar.

53En exploitant par des méthodes numériques les données fournies par les 4 247 taxons compilés dans les 3 ouvrages fondamentaux sur la diversité floristique de la Corne de l’Afrique (Audru et al., 1994, Lebrun, 1977, 1979), Friis & al. (1992, 2005) fournissent un taux d’endémicité de 29 % pour la Somalie, 17 % pour l’Ethiopie, 7 % pour Erythrée et 3 % à Djibouti. Le taux d’endémisme élevé de la Somalie est expliqué par l’« effet-péninsule » créé par le profond découpage de la côte.

1.4.1. STEPPES SEMI-DÉSERTIQUES HERBACÉES OU ARBUSTIVES À ÉPINEUX DES CÔTES ÉTHIOPIENNES ET SOMALIENNES ET DE L’OGADEN (UNITÉ CARTOGRAPHIQUE 54B SELON WHITE)

54Les conditions climatiques y sont particulièrement arides (100 à 200 mm de pluies annuelles). Les sols sableux profonds hébergent des steppes herbacées à Eragrostis hararensis, Panicum turgidum. Les sols pierreux sont colonisés par des steppes sous-arbustives (ou arbustives naines) ou des steppes à succulentes composées des genres Aloe (A. breviscapa, A. scobinifolia, A. rigens), Euphorbia (E. cuneata, E. multiclava), Ipomoea (I. sultanii), Jatropha spp. , Lycium europaeum, Zygophyllum hildebrandtii. Les gypses portent des endémiques succulentes (Euphorbia columnaris, E. sepulta, E. mosaica, Dorstenia gypsophila, Pelargonium cristophoranum). Des steppes herbacées à Chrysopogon plumulosus sont incluses dans des forêts claires broussailleuses à Acacia bussei, ou dans des fourrés épineux à Acacia-Commiphora. On observe un embroussaillement des steppes herbacées à Chrysopogon plumulosus dans les zones à forte pression d’élevage.

1.4.2. FOURRÉS ET MAQUIS (UNITÉ CARTOGRAPHIQUE 42 SELON WHITE)

55Il s’agit soit d’un fourré épineux dont la canopée varie entre 3 et 5m avec de petits arbres émergents, soit d’une steppe buissonnante dense (maquis). Les genres dominant sont Acacia et Commiphora. Dans les zones plus humides, des émergents peuvent dépasser 10 m. Les Graminées sont clairsemées et généralement annuelles. Les Baobabs ne dépassent que rarement 10 m de haut dans cette région. Lorsque les fourrés et maquis sont surexploités, ils se transforment en semi-déserts qui peuvent semble-t-il se régénérer grâce aux Commiphora en cas de fortes pluies.

56La biodiversité est soit semblable, soit vicariante de celle des formations sahéliennes occidentales : Bridelia taitensis, Caesalpinia trothae, Combretum aculeatum, Grewia arborea, Grewia tembensis, Grewia tenax, Maerua denhardtiorum, etc. Les plantes succulentes sont présentes partout : Euphorbia robecchii, E. nyikae, E. quinquecostata, E. grandicornis, E. globosa, Adenium obesum, Calyptrotheca somalensis, C. taitense, Cissus quadrangularis, S. viminale, Sansevieria spp. , Aloe spp. Notons enfin des organes souterrains spectaculaires tels que les énormes tubercules d’Adenium obesum et Pyrenacantha malvifolia.

2. Végétations sahélienne et soudanienne par pays, y-compris les inclusions extrazonales ou azonales

2.1. Sénégal

57La monographie de Laweson (1995) propose une revue bibliographique ainsi qu’une histoire des études botaniques sur le pays. Rappelons aussi les références fondamentales que sont la « Contribution à l’étude de la végétation du Sénégal » (Trochain, 1940), et d’autres ouvrages plus récents de cet auteur. Les domaines et secteurs que Trochain propose servent encore de cadre aux classifications et aux descriptions actuelles.

58Les unités de végétation sèches appartiennent à la ceinture soudanienne (partie Sud du pays) et à la ceinture sahélienne (Nord) ; c’est-à-dire la majorité de la végétation sénégalaise sauf les unités de végétation humides de la zone de transition régionale guinéo-congolaise/ soudanienne. Laweson décrit plus de 40 unités de végétation ; nous proposons ci-après une énumération simplifiée intégrant par souci didactique certaines catégories de Frederiksen et Laweson (1993) et de Roberty (1940).

2.1.1. FORMATIONS DU SAHEL FLUVIAL (RÉGION DU FLEUVE SÉNÉGAL)

59Au Nord du pays, dans la région du fleuve Sénégal, on trouve une végétation de transition entre le Sahara et le Sahel constituée d’une steppe clairsemée influencée par de fortes contraintes écologiques : aridité, froid, salinités et crues du fleuve. Les terres cultivées dans les zones inondables du fleuve Sénégal sont nommées « Walo ». La végétation naturelle entre dans les catégories suivantes :

  • Steppes semi-désertiques herbacées à Sporobolus : dans la partie nord du Sénégal, on trouve des formations désertiques soumises aux crues du fleuve Sénégal. La très haute salinité édaphique de certains sols inondables argileux ou limono-argileux ne permet le développement que de rares graminées halophiles (Sporobolus spicatus, S. robustus).

  • Steppes semi-désertiques buissonantes et arbustives épineuses à Salvadorapersica et Hyphaene thebaica : lorsque le degré de salinité diminue, une steppe arbustive se maintient sur les buttes protégées des inondations (avec Bauhinia rufescens, Hyphaene thebaica, Acacia nilotica, Tamarix senegalensis, Balanites aegyptiaca, Parkinsonia aculeata.

  • Steppes semi-désertiques à succulentes : sur les sols limono-sableux du bas-Sénégal se développe une steppe à succulentes bien particulière caractérisée par une euphorbe-candélabre (Euphorbia balsamifera) accompagnée de Commiphora africana et Sclerocarya birrea. Ce type de formation se trouve aussi sur des sols rocailleux.

  • Forêts-galeries épineuses à Acacia nilotica, A. tortilis et Faidherbia albida : la strate ligneuse supérieure (10-12 m) est dominée par les Acacias alors que le sous-bois est constitué d’un peuplement dense d’arbustes sahélo-soudaniens (Maytenus senegalensis, Maerua crassifolia, Mitragyna inermis, Crateva adansonii, Tamarindus indica, Bauhinia rufescens). Après la crue, une strate graminéenne se développe en sous-bois.

  • Prairies aquatiques à Vetiveria nigritana et Echinochloa stagnina. Ces prairies sont aussi présentes le long des lits majeurs des grands courd d’eau au Mali (chap. 2.3.2., 2.3.5.) et au Niger (chap. 2.4.4)

2.1.2. STEPPES DU SAHEL SEMI-DÉSERTIQUE NON FLUVIAL (FERLO SABLEUX, CÔTE)

60Un peu éloignée du fleuve Sénégal, sur les sols sableux du Ferlo septentrional, une végétation semi-désertique sur sols arides drainés fait suite à celle des zones influencées par le fleuve. Le sable est apparent entre les touffes de graminées et les buissons.

  • Steppes semi-désertiques buissonnantes à Boscia senegalensis-Calotropis procera-Balanites aegyptiaca : la strate ligneuse y est inférieure à 2m, et les herbacées sont basses et éparses. La végétation est distribuée par taches. Le sol est sableux, dunaire. Quelques arbustes plus élevés peuvent se développer dans les dépressions (Sclerocarya birrea). Boscia senegalensis est très commun sur les sols sableux de la presqu’île du Cap Vert (Fortin et al., 2000). Une forme de dégradation de ce type de végétation est la steppe semi-désertique herbacée. Sur la côte il existe une telle végétation dominée par Calotropis procera et Adansonia digitata. Dans les zones littorales le Baobab aurait été propagé par l’homme (Fortin et al., 2000) ; on observe de très beaux peuplements dans les environs de Thiès.

  • Steppes semi-désertiques herbacées à Panicum turgidum : Roberty (1940) décrit ce genre de formation aride poussant sur les buttes sableuses. Certains auteurs rattachent ce type de végétation au domaine sud-saharien (Poilcot, 1999).

2.1.3. STEPPES SAHÉLIENNES (CENTRE-NORD)

61Sous un climat qualifié de sahélien-continental, dans la partie méridionale du Ferlo, on trouve les formations sahéliennes proprement-dit. Le substrat est généralement sableux. Trochain (1940) considère la steppe arbustive épineuse à Acacia tortilis (avec A. senegal, Balanites aegyptiaca, Boscia senegalensis, Ziziphus mauritiana, Capparis decidua, Leptadenia pyrotechnica) comme la végétation zonale sur sols sableux du Sahel septentrional sénégalais. Laweson (1995) affine la classification de la manière suivante :

  • Steppes buissonnantes et arbustives épineuses à Balanites aegyptiaca-Acacia tortilis : la strate ligneuse atteint 3-4 m avec un recouvrement inférieur à 10 %. Dans les stations les plus arides on peut y trouver des formations à Calotropis procera semblables à celles du Sahel subdésertique (chap. 2.1.2.) alors que dans des conditions moins contraignantes – failles, dépressions, etc. – des espèces soudaniennes (Anogeissus leiocarpa) peuvent s’y implanter.

  • Steppes boisées épineuses à Acacia tortilis : le peuplement ligneux y est dense et plus élevé que dans la formation précédente (Faidherbia albida, A. nilotica, Tamarindus indica, Adansonia digitata, Balanites aegyptiaca). La prédominance de Acacia tortilis est manifeste. Ce genre de formation est sensible au pâturage, aux feux, et à toute exploitation ; en cas de surpâturage et dans les jachères, Balanites aegyptiaca devient prédominante. Les steppes boisées épineuses à Acacia tortilis ne subsistent que dans des sites protégés et le long de la côte atlantique.

  • Fourrés steppiques épineux à Acacia senegal et Balanites aegyptiaca : cette formation très dense (variant autour de 4 m avec quelques rares émergents de plus de 7 m) peut être qualifiée de maquis ou mattoral (UNESCO, 1973). A côté des espèces précédemment nommées, on relève Acacia nilotica, Ziziphus mauritiana, Combretum aculeatum, Grewia bicolor. Les facies les plus secs sont caractérisés par Acacia senegal, A. seyal, Balanites aegyptiaca. Les facies plus humides hébergent de nombreuses espèces soudaniennes qui atteignent ainsi la limite septentrionale de leurs distributions : Anogeissus leiocarpa, Celtis toka, Sterculia setigera, Borassus aethiopum, Stereospermum kunthianum et Piliostigma thonningii.

  • Steppes herbacées halophytiques : ces formations azonales, liées à de fortes concentrations de sel se retrouvent dans différentes régions du Sahel sénégalais. Les rares ligneux qui résistent à ces conditions sont Phoenix reclinata et Tamarindus indica surmontant une strate clairsemée d’halophytes : Salsola imbricata, Sesuvium portulacastrum et Vetiveria nigritana près des cours d’eau.

2.1.4. STEPPES SAHÉLO-SOUDANIENNES DE TRANSITION (CENTRE)

62Il s’agit d’une zone de transition entre les phytochories sahélienne et soudanienne. Les sols sont ferralitiques ou ferrugineux, riches en latérites meubles ou indurées, parfois hydromorphes en profondeur. La région est caractérisée par la présence de nombreuses Combretacées : Guiera senegalensis et des Combretum. Les sols y sont généralement rocheux ou indurés. Combretum glutinosum et C. micranthum sont caractéristiques des terres argileuses et latéritiques et peuvent descendre jusqu’en zone soudano-guinéenne. Fortin et al. (2000) constatent que la végétation secondaire sur les terrains sabloneux défrichés est caractérisée par des peuplements étendus de Guiera senegalensis.

  • Steppes buissonnantes sahélo-soudaniennes à Boscia senegalensis-Commiphora africana : formations éparses liées aux sols indurés ou imperméables. Boscia senegalensis est très commun sur les sols compacts et rocailleux (Fortin et al., 2000). Les fameuses brousses tigrées appartiennent à ce groupement : il s’agit d’arcs ou de bandes de végétation se développant parallèlement aux courbes de niveaux.

  • Steppes boisées sahélo-soudaniennes épineuses à Acacia macrostachya. Ces formations étaient semble-t-il beaucoup plus étendues il y a une cinquantaine d’années. Les espèces sahéliennes (Boscia senegalensis, Guiera senegalensis, Acacia senegal, etc) y côtoient de nombreuses espèces soudaniennes (Anogeissus leiocarpa, Celtis toka, Bombax costatum, Terminalia avicennioides, Pterocarpus erinaceus, Cordia senegalensis, Piliostigma thonningii, Sterculia setigera, etc.). Laweson propose différents types en fonction des prédominants : type à Acacia macrostachya, à Grewia bicolor/Guiera senegalensis, à Pterocarpus lucens, à Acacia seyal/A. polyantha. Boscia senegalensis occupe préférentiellement les termitières dégradées (Fortin et al., 2000).

2.1.5. FORÊTS CLAIRES, SAVANES ET FOURRÉS SOUDANIENS (CENTRE, CASAMANCE, SUD-EST ET CÔTE)

63Cette flore soudanienne constitue des savanes ouvertes – herbacées, sous-arbustives ou arbustives – ou des peuplements plus fermés telles que les savanes arborées, les savanes boisées ou les forêts claires (voir Chap. 1.2.).

  • Savanes arbustives, sous-arbustives ou herbacées côtières : relevons l’abondance des Palmiers (Borassus aethiopum, Eleaeis gineensis) et des Combretacées (Combretum spp. ). La formation steppique à Calotropis procera descend très bas vers le Sud le long de la côte (voir 2.1.2.).

  • Forêts claires côtières : elles sont généralement dominées par Adansonia digitata qui cohabite selon la région avec Elaeis guineensis, Borassus aethiopum, Phoenix reclinata. Dans certaines régions le Baobab constitue des populations monospécifiques spectaculaires. Combretum micranthum constitue des peuplements denses sur les cuirasses latéritiques de Casamance maritime (Fortin et al., 2000).

  • Savanes boisées et forêts claires (Centre, Sud-Est, Casamance) : elles sont typiques du domaine soudanais, mais peuvent héberger en sous-bois des espèces guinéo-congolaises. La densité des ligneux diminue du Sud-Est au centre du pays. Les stations les plus sèches de la zone collinéenne du Sud-Est (Niokolo Koba) hébergent une savane boisée à Acacia dudgeonii. En Casamance, Miège et al. (1976) décrivent plusieurs types de forêts claires. Les bords sableux des rizières de Casamance portent de vastes peuplements de Faidherbia albida (Adjanohoun et al., 1980).

2.1.6. FORÊTS DENSES ET FOURRÉS SOUDANO-GUINÉENS (SUD-OUEST, CASAMANCE)

64Il y a dans ces forêts un mélange d’espèces soudaniennes humides et guinéo-congolaises irradiant depuis le Sud et le Sud-Est. La Casamance est un réservoir important pour la dispersion de ces espèces dans toutes les stations humides.

  • Fourrés hygrophiles soudano-guinéens : les dépressions, marais, mares permanentes ou temporaires, rivières et autres marigots sont généralement encerclés par des fourrés très denses. De nombreuses espèces soudaniennes méridionales s’y installent grâce au régime hydrique favorable des sols. Les fourrés à Raphia et à Pandanus colonisent les sols engorgés.

  • Forêts-galeries et forêts riveraines soudano-guinéennes : elles diffèrent des fourrés par une taille supérieure. Elles sont constituées d’espèces hygrophiles provenant des régions soudaniennes et guinéo-congolaises. Le facies à Diospyros mespiliformis, accompagné de Ceiba pentandra, Anogeissus leiocarpa et Spondias mombin se développe sur les sols humides et bien drainés. Il est caractérisé par de très grands émergents (Ceiba pentandra).

  • Forêts denses sèches soudaniennes : la canopée atteint une vingtaine de mètres, constituée de Afzelia africana, Pterocarpus erinaceus, Parkia biglobosa, Daniellia oliveri, Bombax costatum, Prosopis africana, Spondias mombin, Lannea acida, Diospyros mespiliformis, etc. La forêt de Bandia, près de Thiès (Schnell, 1977) est une forêt dense sèche constituée d’un mélange d’espèces de forêts claires (Parkia biglobosa, Adansonia digitata, Anogeissus leiocarpa) et de forêts fermées à affinités soudaniennes ou guinéo-congolaises (Khaya senegalensis, Morus mesozygia, Albizia zygia, Antiaris toxicaria, Ceiba pentandra).

  • Forêts denses humides semi-décidues soudano-guinéenne à Erythrophleum suaveolens et Dialium guineense : c’est une prolongation jusqu’en Casamance de la phytochorie guinéo-congolaise.

2.2. Mauritanie

65Depuis le littoral jusqu’à l’intérieur des terres, le secteur mauritanien du Sahara, comme d’ailleurs une grande partie du Sahara tropical, est occupé par une végétation particulière appelée par Quezel (1965) – auteur de référence pour le Sahara – Savane désertique à Acacia-Panicum. Cette formation colonise les substrats rocailleux. L’élément prédominant est Acacia Seyal. S’y ajoutent A. tortilis, Maerua crassifolia, Balanites aegyptiaca, Ziziphus mauritiana, Z. lotus, Capparis decidua. Quezel propose différentes associations, celle à Cassia italica ( =Cassia aschrek) et Panicum turgidum étant la mieux représentée de la Mauritanie au Tchad.

66La partie non saharienne de Mauritanie est colonisée par des steppes semi-désertiques, extension septentrionale de celles décrites pour le Sénégal. Schnell (1974) énumère :

  • des steppes herbacées semi-désertiques à Panicum turgidum parsemées d’Acacia ehrenbergiana, Ziziphus mauritiana, Boscia senegalensis et Maerua crassifolia ;

  • des prairies éphémères à Schoenefeldia gracilis, Aristida spp. , avec Acacia tortilis, A. senegal, et le cortège d’arbustes sahéliens ;

  • des steppes suffrutescentes halophytiques à Chenopodiacées ;

  • la vallée du Sénégal avec Acacia nilotica et des prairies aquatiques à Oryza barthii ;

  • des formations littorales et marécageuses.

67Quézel (1965) décrit des steppes à succulentes qu’on peut rapprocher des steppes semi-désertiques à Euphorbia balsamifera du Sénégal. Il s’agit de steppes pauvrement ligneuses caractérisées par la prédominance d’une Euphorbe-candélabre (Euphorbia balsamifera) accompagnée d’une strate sous-arbustive à Salvadora persica, Balanites aegyptiaca, Acacia tortilis. La strate herbacée est dominée par Panicum turgidum, Aristida spp. , avec de nombreuses Dicotylédones annuelles, parfois halophytiques (Salsola).

68Lebrun (1998) énumère la diversité végétale de la Mauritanie et du Sahara Occidental, fournissant de précieuses indications sur l’histoire des explorations botaniques, la distribution et l’écologie des espèces. Cet auteur relève la fréquence dans le Sahel mauritanien de Boscia senegalensis, Guiera senegalensis, Combretum glutinosum.

69Audry et Rossetti (1962) décrivent des brousses-tigrées dans la région d’Aouker (entre le 16e et le 17e parallèle). L’aspect de la végétation est dû aux ondulations du terrain. Les parties basses sont dépourvues de végétation alors que les parties plus élevées et les ruptures de pente sont colonisées soit par des prairies éphèmères d’herbacées prostrées (Aristida funiculata, Cenchrus biflorus, Chloris pilosa), soit par des fourrés à Commiphora africana, Prerocarpus lucens et Andropogon gayanus. Près des la région à brousses-tigrées, les affleurements gréseux hébergent un fourré à Grewia bicolor et Combretum glutinosum. Ces auteurs décrivent aussi des prairies éphémères et des steppes herbacées, buissonnantes et arbustives à épineux. Commiphora africana y est l’arbuste le plus fréquent, suivi par Acacia tortilis, Balanites aegyptiaca et Combretum glutinosum.

2.3. Mali (et nord du Burkina Faso)

70Le domaine sahélien occupe la partie nord et centre du Mali et l’extrême-nord du Burkina. La partie méridionale du Mali, le centre et le Sud du Burkina appartiennent au domaine soudanais. En ce qui concerne la végétation du Burkina Faso, Guinko (1984) est considéré comme la référence en la matière. Des travaux ont été recemment menés par cet auteur en zone soudanienne (Wittig & Guinko, 1998 a, 1998b). Dans ce traitement, on extrapolera au Burkina les données sur le Mali.

71En suivant plus ou moins la classification de Roberty (1940) et de Quezel (1965) on divise le territoire malien, du Nord au Sud en :

2.3.1. STEPPES DU SAHEL SEMI-DÉSERTIQUE SEPTENTRIONAL :

  • Steppe semi-désertique épineuse à Acacia seyal. Ce type de végétation correspond à ce que Quezel (1965) nomme savane désertique à Acacia-Panicum (voir 2.2.). Roberty parle de forêt-steppe à tamats (tamat : nom touareg pour l’Acacia seyal) ou, en langage phyto-sociologique : Acacietum seyalis.

  • Steppe désertique herbeuse à Panicum turgidum qui correspond à nos steppes semi-désertiques herbacées à Panicum turgidum (chap. 2.1.2.). Roberty nomme ce genre de formation aride steppes à markoubas (Panicum turgidum).

  • Steppe désertique rupicole à Euphorbia balsamifera que nous avons citée sous steppes semi-désertiques à succulentes (chap. 2.1.1.).

2.3.2. SECTEUR SAHÉLIEN-FLUVIAL ENTRE MOPTI ET TOMBOUCTOU (VOIR AUSSI 2.3.5.) :

  • Steppes semi-désertiques arbustives épineuses à Hyphaene thebaica, Salvadora persica et Acacia tortilis (chap. 2.1.1.). Poussant sur sols exondés, physionomique-ment caractérisées par Hyphaene thebaica, on les nomme aussi steppes à Palmiers doums. Quezel constate que cette association peut atteindre des stations fort septentrionales en profitant des conditions favorables offertes par certains massifs sahariens.

  • Prairies inondées à Vetiveria nigritana et à Echinochloa stagnina (les Bourgoutières du Niger selon Poilcot)

2.3.3. SECTEUR SAHÉLIEN SENSU STRICTO DONT LES TYPES DE VÉGÉTATION CORRESPONDENT PLUS OU MOINS À CEUX DÉCRITS POUR LE SÉNÉGAL (CHAP. 2.1.3.)

  • Steppes sous-arbustives à Commiphora africana ou steppes à halliers de dracé ( = Commiphora africana) selon Roberty, sur sols compacts ou rocailleux (correspondent aux steppes buissonnantes sahélo-soudaniennes à Boscia senegalensis-Commiphora africana décrites au Sénégal ; voir chap. 2.1.4.)

  • Steppes boisées épineuses à Acacia nilotica ( = A. arabica) et Balanites aegyptiaca : steppe à gonakié ( = A. nilotica) selon Roberty sur sols sableux profonds.

  • Steppes arborées épineuses à Acacia tortilis : forêt-steppe à Talha ( =A. tortilis) selon Roberty sur sols assez profonds et compacts. Cette formation recouvre plus ou moins les unités suivantes décrites au Sénégal : steppes boisées épineuses à Acacia tortilis et steppes arbustive épineuses à Balanites aegyptiaca-Acacia tortilis (voir chap. 2.1.3.)

  • Steppes herbacées halophytiques : formations azonales liées à de fortes concentration de sel.

2.3.4. SECTEUR SAHÉLO-SOUDANIEN

72Zone de transition occupée par les steppes boisées à épineux (décrites aux chap. 2.1.4), caractérisées par une forte pénétration d’éléments soudanais.

2.3.5. SECTEUR SOUDANIEN DELTAIQUE (SEGOU-BAMAKO)

73Ces formations extrazonales peuvent remonter jusqu’en zone sahélienne (voir 2.3.2.). En fonction du recouvrement ligneux, on distingue :

  • Des prairies inondées à Vetiveria nigritana et Oryza barthii correspondant à ce qu’on trouve en région sahélienne, mais enrichies d’espèces soudaniennes. Ce sont les prairies à Ba n’gassa (Vetiveria) de Roberty. Poilcot nomme ces formations Bourgoutières au Niger.

  • Palmeraies à Hyphaene thebaica et Borassus aethiopum : facies plus humide, beaucoup plus riche en espèces soudaniennes que les formes arides à Hyphaene thebaica du secteur sahélien fluvial de la région Mopti-Tombouctou (chap. 2.3.2.).

  • Fourrés hygrophiles et forêts galerie soudano-guinéens : les marais, rivières et autres marigots sont généralement encerclés par des fourrés très denses. Schnell (1974) décrit des forêts-galerie à Mytragyna inermis, Cynometra vogelii, Pterocarpus santalinoides, Piliostigma reticulatum, Salix mucronata. (voir aussi chap. 2.1.6.).

2.3.6. SECTEUR DES FORÊTS CLAIRES ET SAVANES BOISÉES SOUDANIENNES.

74Roberty propose la succession suivante :

  • dans les secteurs les moins secs, groupements dominés par Combretum adenogonium ( =C. ghasalense) (savane-brousse à Combretacées), Parkia biglobosa et Vitellaria paradoxa (savane à néré-karité), Terminalia avicennioides (savane-brousse à Karité-wolodié), Bombax buonopozense (savane à kapokier), Detarium senegalense (savane-brousse à Tambacoumba), Terminalia macroptera (savane à wolo-ba), Mitragyna inermis (savane-prairie à Dioun) ;

  • puis, dans les zones plus arides : Guiera senegalensis (brousse à kounié), Sclerocarya birrea (savane-parc à m’gouna), Vitellaria paradoxa (savane-parc à karité), Acacia seyal (savane-parc à zadié), Pterocarpus lucens (savane-parc à gala djiri), Acacia macrostachya (savane-parc des collines à épineux).

2.3.7. FORÊTS DENSES SÈCHES ET FOURRÉS SOUDANIENS ET SOUDANO-GUINÉENS

75On trouve sur les plateaux gréseux et latéritiques de l’Ouest du Mali (triangle Kita-Kayes-Kéniéba) une forêt dense sèche à prédominance de Gilletiodendron glandulosum et Guibourtia copallifera. Sur les escarpements rocheux un fourré de 5-6 m se substitue à la forêt dense sèche.

2.3.8. L’ADRAR DES IFORAS

76L’Adrar des Iforas offre des conditions particulières (sols, pentes, encaissement des vallées, protection contre les conditions extrêmes, etc.) permettant à certaines espèces typiquement sahéliennes, et même soudaniennes, d’atteindre leur limite septentrionale : Cadaba glandulosa, C. farinosa, Anogeissus leiocarpa, Crateva adansonii, Combretum glutinosum, C. aculeatum, Boscia senegalensis, Bauhinia rufescens, Albizia chevalieri, Acacia senegal (Sidiyene, 1996).

2.4. Niger

77L’ouvrage de Poilcot (1999) Les Poaceae du Niger nous servira de source principale pour la description des types de végétation de ce pays. Rappelons l’énorme impact de l’élevage sur cette région, comme d’ailleurs sur l’ensemble du Sahel.

2.4.1. SECTEUR SUD-SAHARIEN

78Poilcot considère les savanes désertiques à Acacia-Panicum (Quézel, 1965) comme appartenant au domaine sud-saharien planitiaire. En fonction de leur situation topographique la composition floristique du tapis herbacé change : Cyperus conglomeratus est prédominant sur les dunes, Aristida spp. sur les plateaux et, dans les vallées, Cymbopogon schoenanthus. Les ligneux sont Acacia tortilis et A. ehrenbergiana, Cordia sinensis, Maerua crassifolia et Grewia tenax. Ces formations de plaines, qui sont des formes de transition entre le Nord-Sahel et le Sud-Sahara, sont le plus souvent considérées comme sahélienne désertiques. Leurs facies de dégradation sont des steppes semi-désertiques herbacées à Panicum turgidum (voir chap. 2.3.1. et 2.2.).

79Le secteur sud-saharien montagnard de l’Aïr héberge des steppes épineuses plus ou moins boisées dont les strates arbustives sont constituées d’espèces sahéliennes : Acacia ehrenbergiana, A. tortilis, A. nilotica, Faidherbia albida, Balanites aegyptiaca, Maerua crassifolia, Salvadora persica, Leptadenia pyrotechnica, Calotropis procera, etc. Cette zone montagneuse ne semble pas constituer un bastion septentrional aussi propice aux espèces soudaniennes que l’Adrar des Iforas au Mali (voir chap. 2.3.8.).

2.4.2. SECTEUR NORD-SAHÉLIEN

80La végétation de cette région correspond aux steppes clairsemées fréquentes dans le Sahel semi-désertique (voir chap. 2.1.2 et 2.3.3.).

81La composition floristique ligneuse est représentée par Acacia tortilis, A. senegal, Faidherbia albida, Guiera senagalensis, Boscia senegalensis, Balanites aegyptiaca, Cordia sinensis, Combretum micranthum, Hyphaene thebaica, Leptadenia pyrotechnica, Salvadora persica, Commiphora africana, Calotropis procera, Sclerocarya birrea. En ce qui concerne le tapis herbacé notons Cenchrus biflorus, Aristida mutabilis, Panicum turgidum, Brachiaria spp. , etc. En fonction du substrat et de la topographie, on relève différents facies. En simplifiant, et de manière non exhaustive :

  • Steppes semi-désertiques boisées à Guiera senegalensis et Cenchrus biflorus (cram-cram) (avec Faidherbia albida, Boscia senegalensis, Combretum micranthum, Sclerocarya birrea) sur les sables ;

  • Steppes semi-désertiques buissonnantes et arbustives épineuses à Acacia tortilis, A. senegal et Balanites aegyptiaca (avec Hyphaene thebaica, Commiphora africana, Calotropis procera, Salvadora persica) sur les sables ;

  • Steppes semi-désertiques herbacées à Stipagrostis uniplumis sur les sols squelettiques ;

  • Steppes semi-désertiques épineuses à boqueteaux clairsemés de Commiphora africana, Combretum micranthum, Guiera senegalensis, Boscia senegalensis, Acacia senegal (avec Lannea microcarpa, Sclerocarya villosa, Grewia tenax et villosa) sur les sols rocheux ou argileux de l’Est ;

  • Steppes semi-désertiques arbustives épineuses à Acacia tortilis, Commiphora quadricincta, C. africana, Balanites aegyptiaca, avec tapis herbacé à Panicum turgidum dans les massifs sableux de la région de Zinder.

2.4.3. SECTEUR SUD-SAHÉLIEN

82Ce secteur correspond aux secteurs sahélien sensu stricto et au secteur sahélo-soudanien décrits pour le Sénégal (chap. 2.1.3., 2.1.4.) et le Mali (chap. 2.3.3.). Il touche aussi l’extrême Nord du Nigeria pour lequel Keay (1953) décrit une steppe épineuse arbustive à Acacia tortilis, A. senegal, A. laeta, Commiphora africana, Salvadora persica, Leptadenia pyrotechnica. Les steppes sud-sahéliennes ont un couvert végétal plus dense que dans le Nord, en particulier au niveau des ligneux qui constituent une strate arborée, boisée ou des fourrés. La diversité spécifique est enrichie par des espèces soudaniennes. Les sols sont généralement sableux. En cas de défrichements, des peuplements purs de Guiera senegalensis peuvent s’installer (Adjanohoun et al., 1980).

  • Brousses tigrées – ou tachetées – à Combretum micranthum (avec Acacia ataxacantha, Boscia senegalensis, Commiphora africana, Combretum nigricans, Lannea acida, Piliostigma reticulatum), sur les plateaux gréseux non ensablés de l’ouest.

  • Fourrés à Combretum micrantum, Sclerocarya birrea, Piliostigma reticulatum (avec Acacia spp. , Faidherbia albida, Boscia senegalensis, Ziziphus mauritiana et des espèces soudaniennes comme Anogeissus leiocarpa) sur les plateaux gréseux du centre. La steppe sous-arbustive à Combretum micranthum et Tinospora bakis en est un facies appauvri sur lithosol.

  • Fourrés à Hyphaene thebaica et Senna singueana (avec Piliostigma reticulatum et Leptadenia pyrotechnica) dans les dépressions interdunaires.

  • Fourrés-galeries à Acacia nilotica, A. seyal, A. sieberiana et Mitragyna inermis (avec un tapis herbacé de spécialistes des zones humides créées par les dépressions ou le ruissellement (Typha domingensis, Phragmites australis, Echinochloa stagnina, Cyperus spp. , Oryza spp, etc.). Les stations argilo-sableuses inondables sont colonisées par Acacia nilotica (Adjanohoun et al., 1980).

  • Steppes boisées épineuses à Acacia senegal, Anogeissus leiocarpa, Albizzia chevalieri, Hyphaene thebaica et Adansonia digitata en zone de piémont.

  • Steppes arbustives ou arborées épineuses à Faidherbia albida, Hyphaene thebaica (avec Acacia senegal, Balanites aegyptiaca, Salvadora persica, Maerua crassifolia et Piliostigma reticulatum) sur les terrasses gréseuses ou ferralitiques.

  • Steppes buissonnantes épineuses denses et fourrés à Acacia tortilis, Commiphora quadricincta (avec C. africana Balanites aegyptiaca, Salvadora persica, Maerua crassifolia) sur sols drainés sablo-argileux ou sur les ergs anciens (Zinder).

  • Steppes buissonnnantes à Combretum microcarpum, Bauhinia rufescens et Euphorbia balsamifera, en situation de piémont de collines gréseuses.

2.4.4. SECTEUR SAHÉLO-SOUDANIEN FLUVIAL : DÉVELOPPÉ SURTOUT DANS LE SUD-OUEST DU PAYS

  • Végétation herbacée aquatique des mares permanentes ou temporaires à hydrophytes (Oryza barthii, O. longistaminata, Echinochloa callopus, Nymphaea) et Graminées hygrophiles (Andropogon pseudapricus, Panicum subalbidum, Paspalum scrobiculatum, Vetiveria nigritana, Eragrostis spp. etc).

  • Prairies aquatiques à Vetiveria nigritana et Echinochloa stagnina, ou Bourgoutières, se développant dans le lit majeur du Niger sur les aluvions argilo-limoneuses. Des formations analogues, dominées par Vetiveria nigritana et Echinochloa stagnina sont signalées pour le Sénégal (chap. 2.1.1.) et pour le Mali (chap. 2.3.2, 2.3.5. ).

  • Prairies marécageuses à Sporobolus spicatus, Paspalidium geminatum, Typha domingensis, Phragmites australis dans la vallée du Foghat.

  • Savanes boisées sur les terrasses alluviales du fleuve Niger avec Bombax costatum, Parkia biglobosa, Prosopis africana, et en sous-bois Annona senegalensis, Hexalobus monopetalus, Maytenus senegalensis, Piliostigma reticulatum.

  • Fourrés-galeries à Acacia nilotica, A. seyal, A. sieberiana et Mitragyna inermis (avec un tapis herbacé d’hydrophytes : Typha domingensis, Phragmites australis, Echinochloa stagnina, Cyperus spp. , Oryza barthii, etc.). Il s’agit souvent d’un écotone entre les steppes – ou les savanes – et le cours d’eau.

  • Forêts-galeries soudano-guinéennes à Isoberlinia doka, Afzelia africana, Daniellia oliveri, Kigelia africana, Albizia zygia, avec un fourré de sous-bois constitué du bambou Oxytenanthera abyssinica.

2.4.5. SECTEUR DES FORÊTS CLAIRES ET ET DES SAVANES SOUDANIENNES AVEC LAMBEAUX DE FORÊTS DENSES SÈCHES

83Situé à l’extrême Sud du pays, elles se développent sur des des plateaux gréseux plus ou moins recouverts par des sables éoliens.

  • Forêts denses sèches à Combretum micranthum, C. nigricans, Anogeissus leiocarpa, Bombax costatum, Daniellia oliveri, Sclerocarya birrea, Stereospermum kunthianum, Sterculia setigera, avec un sous-bois lianescent. Ces forêts sont situées sur les plateaux latéritiques.

  • Forêts claires à Acacia macrostachya, Adansonia digitata, Anogeissus leiocarpa, Daniellia oliveri, Bombax costatum (avec encore Ficus platyphylla, Combretum spp. , Burkea africana, Piliostigma reticulatum, etc), sur les terasses sableuses.

  • Savanes boisées à Faidherbia albida, Annona senegalensis, Diospyros mespiliformis sur les sols ferralitiques de plateau avec le cortège habituel des arbres et arbustes soudaniens. Notons un facies drainé sur cuirasse démantelée à Pterocarpus erinaceus, Lannea acida, Combretum spp. , Pericopsis laxiflora et un autre facies sur les nappes phréatiques peu profondes caractérisé par Vitellaria paradoxa et Borassus aethiopum.

  • Savanes arborées peu denses sur sols hydromorphes à Neocarya macrophylla, Borassus aethiopum, Daniellia oliveri, Prosopis africana, Hyphaene thebaica.

2.5. Tchad

84Gillet (1968) distingue une zone nord-sahélienne, caractérisée par des steppes herbacées ou faiblement arbustives et l’omniprésence du cram-cram (Cenchrus biflorus) et une zone sud-sahélienne portant des steppes arbustives, arborées ou boisées à Acacias. Un cordon sableux descend jusqu’au 12e parallèle. Des cuirasses affleurantes ou à faible profondeur marquent le Sud du pays. Pias (1970) dresse une carte de la végétation du Tchad en la corrélant avec les sols. Gaston (1981) nous offre une revue bibliographique, ainsi qu’un bon descriptif de de la végétation du Tchad, se basant -entre autres -sur les travaux de Gillet.

2.5.1. SECTEUR SUD-SAHARIEN.

85Les savanes désertiques à Acacia-Panicum occupent le territoire tchadien au Nord du 16e parallèle. Ces formations de transition entre le Nord-Sahel et le Sud-Sahara, sont souvent considérées comme sahélienne désertiques (voir 2.4.1.). La Chenopodiacée Cornulaca monacantha est une indicatrice du domaine saharien.

86Selon Quézel (1965), le piémont sud-occidental du Tibesti constitue un milieu éminemment favorable au développement de la végétation, à cause de son exposition à la mousson. Dans les bas-fonds pousse une steppe épineuse à boqueteaux d’Acacia seyal et A. tortilis avec son tapis herbacé d’annuelles (Aristida spp. ) ; seul Panicum turgidum est pérenne.

2.5.2. SECTEUR SAHÉLIEN

87Cette région – Kanem, Goz Géfélé, Goz Chobou, Goz Bichini, Goz Almar, etc. – s’étend entre le 16e et le 13e parallèle, depuis le piémont du massif du Ouaddaï à l’Est, jusqu’au Lac Tchad ; elle est limitée plus ou moins par l’isohyète 400 mm. C’est une zone dans laquelle prédomine Acacia tortilis.

88La végétation zonale des sols bruns-rouges subarides est la steppe semi-désertique arbustive épineuse à Acacia tortilis, A. senegal, Balanites aegyptiaca, Leptadenia pyrotechnica, avec Aristida mutabilis et A. funiculata en strate herbacée. Une steppe sahélienne boisée s’installera plutôt dans les niches les moins arides.

89En fonction de la situation topographique on trouve les facies suivant :

  • Steppes semi-désertiques herbacées à Panicum turgidum et Cenchrus biflorus (cram-cram), avec une strate sous-arbustive très clairsemée de Calotropis procera sur les sables entre le lac Tchad et le Batha ainsi que dans les zones soumises au pâturage.

  • Steppes semi-désertiques arbustives épineuses à Acacia tortilis, Commiphora quadricincta, C. africana, Balanites aegyptiaca, avec un tapis herbacé à Panicum turgidum sur les dunes de Manga, prolongation de ce que l’on trouve dans les massifs sableux de la région de Zinder (voir chap. 2.4.2.)

  • Steppes semi-désertiques arbustives épineuses à Acacia tortilis, A. senegal typiques sur les plateaux sableux, avec une densité d’A. senegal augmentant du Nord au Sud.

  • Steppes arbustives épineuses denses et fourrés à Commiphora africana, Hyphaene thebaica, Maerua crassifolia, Salvadora persica, Boscia senegalensis, (avec Acacia spp. , Piliostigma reticulatum, Capparis decidua, Abutilon fruticosum et Pavonia triloba) au fond du sillon de Bahr el Ghazal et dans les dépressions inondables (ouaddis). La strate herbacée est hygrophile (Enteropogon prieurii, Echinochloa colona, Panicum laetum), et aquatique dans les zones à inondation prolongée : Marsilea, Schoenoplectus senegalensis, Typha domingensis, etc

  • Fourrés-galeries à Acacia nilotica croissant autour des zones humides de bas-fonds.

  • Steppes herbacées à Aristida mutabilis et Hyperthelia sur les plateaux du Harr et de Bir Louri.

2.5.3. SECTEUR SAHÉLO-SOUDANIEN

90Ce secteur s’étend entre le 13e et le 12e parallèle sur des sols bruns-rouges subarides. On passe progressivement d’une végétation de steppes sahéliennes à une végétation de savanes soudaniennes, les formations plus sèches se maintenant sur les parties hautes du paysage. On remarque la disparition de A. tortilis au profit de A. senegal.

91La secondarisation de ces formations provoque une induration des sols et l’uniformisation de la végétation qui se transforme en steppes secondaires épineuses à Acacia seyal et Balanites aegyptiaca.

92Formations épineuses sur substrat drainé :

  • Steppes arbustives épineuses à A. senegal, Balanites aegyptiaca, Leptadenia pyro-technica, avec Aristida mutabilis et A. funiculata en strate herbacée. Elles se trouvent sur sols sableux. Lorsque le sol devient plus compact, par exemple suite au surpâturage, Ziziphus mauritiana, Boscia senegalensis et Bauhinia rufescens apparaissent. Un autre faciès de dégradation est la steppe arbustive clairsemée à Salvadora persica.

  • Steppes arbustives épineuses à Acacia nilotica, Hyphaene thebaica, Salvadora persica (avec les espèces précédentes) aux alentours du lac Tchad. Formations inermes sur substrat drainé :

  • Steppes boisées à Sclerocarya birrea et Anogeissus leiocarpa (avec Commiphora africana, Salvadora persica, Hyphaene thebaica, Capparis decidua, Guiera senegalensis, Dalbergia melanoxylon) et tapis de graminées steppiques (Aristida spp. )

  • Steppes boisées à Terminalia avicennioides (avec une strate arbustive monospécifique de Hyphaene thebaica) Végétations sur substrat hydromorphe, avec prédominance de Acacia seyal et A. nilotica

  • Steppes arbustives épineuses hydromorphes à Acacia seyal, Acacia nilotica, Crateva adansonii, Dospyros mespiliformis (avec un tapis herbacé d’hydrophytes : Typha domingensis, Phragmites australis, Echinochloa stagnina, Cyperus spp. , Oryza barthii, Schoenoplectus senegalensis, Pistia stratioides, Heteranthera callifolia, etc.)

2.5.4. SECTEUR SUD-OUEST : LAC TCHAD ET LES FLEUVES (CHARI, LOGONE, GRANDE SIDO, NANA BARRYA)

Le système des Yaérés

93Les Yaérés sont des formations végétales submergées par les crues du Logone, au Tchad et au Nord-Cameroun. Elles se développent sur les argiles noires sahéliennes et soudaniennes se craquelant à la dessiccation. Cela donne un paysage de mosaïques formations boisées -formations herbacées. Les zones exondées, plus éloignées de l’influence des crues sont colonisées par des formations steppiques zonales à Acacia seyal et Balanites aegyptiaca (« Karal » ou « Firki ») ou à Acacia nilotica nilotica dans les dépressions. Ensuite, du plus aride au plus hydromorphes se succèdent :

  • les steppes épineuses arbustives à Acacia sieberiana et A. polyacantha ( =A. campylacantha) ;

  • les steppes arbustives à Pseudocedrela kotschyi et Acacia sieberiana ;

  • les steppes sous-arbustives à boqueteaux de Mitragyna inermis ;

  • les Yaérés proprement-dit, à savoir les savanes herbacées hydromorphes à Hyparrhenia rufa (avec Eragrostis atrovirens, Panicum anabaptistum, Echinochloa colonna, Vossia cuspidata, Setaria sphacelata, Sorghastrum stipoides, etc.)

94Les berges du Logone et du Chari sont occupées par une forêt-galerie soudanienne à Morelia senegalensis, Diospyros mespiliformis et Crateva adansonii.

Les « Naga »

95Une steppe très clairsemée à Balanites aegyptiaca, Lannea humilis, Dalbergia melanoxylon, Haphaene thebaica, Maerua crassifolia, Acacia seyal, Schoenefeldia gracilis se développe sur des sols argilo-sableux halomorphes lessivés le long du Chari. Ce genre de formation est homologue des Regs du Sud-Est (voir 2.5.5.).

Lac Tchad

96La végétation aquatique du lac est constituée d’herbiers à Potamogeton, d’îles flottantes, de Phragmitaies, de Typhaies, d’îlots-bancs de Phragmites australis et d’autres formes de végétation hydrophytique.

97La rive proprement dite est occupée d’abord par une prairie ripicole à Leptadenia hastata (Asclepiadacée typique de cette zone), Cyperus spp. , Scirpus spp. , et à Graminées hydrophytes, puis par une bordure flottante constituée de Vossia cuspidata ou Cyperus papyrus.

98Sur les terres exondées éloignées des rives, le lac est entouré de steppes herbacées ou de steppes arbustives épineuses à Acacia seyal, Acacia nilotica, A. sieberiana. Calotropis procera est le sous-arbuste pionnier des terrains exondés.

Grands cours d’eau du Sud-Est

99Lorsque le courant est faible et sur les bras-morts, une végétation aquatique semblable à celle décrite pour le lac Tchad peut s’installer.

Formations sahélo-soudaniennes

100– Fourrés-galeries à A. sieberiana, A. nilotica, A. polyacantha ( =A. campylacantha), A. seyal, Faidherbia albida et Mitragyna inermis. Formations riveraines discontinues le long du Chari et d’autres rivières, avec un tapis herbacé d’espèces hydrophiles : Vetiveria nigritana, Panicum anabptistum.

Formations soudaniennes

  • Savanes herbeuse ou faiblement arbustive à boqueteaux de Mitragyna inermis, Terminalia macroptera et Vitex doniana dans les lits-majeurs, avec une végétation graminéennes hygrophile.

  • Forêts-galeries à Morelia senegalensis, Diospyros mespiliformis, Crateva adansonii, Mitragyna inermis, Celtis toka, Kigelia africana, avec un sous-bois d’espèces humides comme Paullinia pinnata, Merremia pinnata

  • Végétations sous-arbustives ripicoles à Mimosa pigra, Sesbania sesban, Salix mucronata.

Formations soudano-guinéennes

101A l’extrême Sud du Tchad, on trouve une forêt dense semi-décidue soudano-guinéenne, fortement imprégnée d’espèces guinéo-congolaises

102– Forêts ripicoles ou fourrés denses ripicoles à Oncoba spinosa, Oncoba crepiniana, Psychotria vogeliana, P. psychotrioides, Opilia celtidifolia, avec un sous-bois à Oncocalamus acanthocnemis qui les rend quasiment impénétrables. Le sous-bois est constitué d’espèces humides : Paullinia pinnata, Smilax kraussiana, Cremaspora triflora.

2.5.5. SECTEURS SUD-EST : MASSIF DU OUADDAÏ ET CUIRASSES AFFLEURANTES OU ÀFAIBLE PROFONDEUR

103Les précipitations particulièrement élevées à l’intérieur du massif de l’Ouaddaï autorisent le développement de savanes arborées ou boisées dont la diversité est un mélange d’espèces soudaniennes (Anogeissus leiocarpa et Combretacées, Tamarindus indica) et sahéliennes (Acacia mellifera, A. laeta, A. senegal, Balanites aegyptiaca, Dalbergia melanoxylon ). Plus au Nord, la végétation ligneuse se raréfie.

104Le contraste est grand entre la végétation dense du massif et les contreforts occidentaux constitués de « regs », sols argilo-sableux halomorphes lessivés, qui n’hébergent qu’une steppe très clairsemée à Balanites aegyptiaca, Maerua crassifolia, Acacia seyal, Schoenefeldia gracilis.

105Les cuirasses au Sud du massif sont colonisées par des îlots denses de savanes arborées soudano-sahéliennes ou de fourrés profitant des failles ou du démantellement de la cuirasse. Lorsque le sol est absent, seules des savanes herbacées à Andropogonées ou de la végétation marécageuse peuvent se maintenir. Combretum aculeatum est un buisson caractéristique des affleurements latéritiques (Adjanohoun et al., 1980).

2.5.6. SECTEUR DES FORÊTS CLAIRES ET ET DES SAVANES SOUDANIENNES

106Au Sud du 12e parallèle, le secteur soudanais est occupé par des savanes arborées et des forêts claires. Entre le 12e et le 9e parallèle, les formations plus sèches sont :

  • Des savanes arborées àprédominance de Combrétacées : Anogeissus leiocarpa, Terminalia avicennioides avec Detarium senegalense, Prosopis africana, Sterculia setigera, sur sols ferrugineux lessivés.

  • Lorsque l’hydromorphie édaphique augmente on passe progressivement aux savanes arborées à Anogeissus leiocarpa et Pseudocedrela kotschii, puis aux savanes arbustives à Terminalia macroptera et Pseudocedrela kotschii.

107Les formations secondaires issues de ces types de végétation sont des savanes arbustives épineuses à Acacia seyal et Balanites aegyptiaca, des rôneraies (savanes à Borassus aethiopum), des doumeraies (savanes à Hyphaene thebaica), ou des savanes-parcs à Faidherbia albida.

108Au Sud du 9e parallèle, sur les sols ferrugineux drainés et profonds, on trouve :

  • les forêts claires à Isoberlinia doka, Burkea africana. Le tapis herbacé est caractérisé par les Andropogonées géantes : Beckeropsis uniseta, Andropogon gayanus, A. macrophyllus ;

  • les savanes boisées à Daniellia oliveri (avec Parkia biglobosa, Vitellaria paradoxa). Elles occupent les sols dont la cuirasse ferrugineuse est moins profonde. Lorsque la cuirasse est affleurante, une savane herbacée ou pauvrement arbustive s’y développe.

109L’exploitation et la pression pastorale sur les savanes et les forêts claires de la zone soudanienne les transforment en savanes à prédominance de Combretacées (Terminalia spp. , Combretum spp. ). Il y a uniformisation, banalisation des types de végétations. Ajoutons à cela l’exploitation à grande échelle de certaines espèces qui transforme le paysage en « savanes-verger » ou « savanne-parc » à Karité (Vitellaria paradoxa) ou à Néré (Parkia africana).

2.6. Soudan

110Le domaine sahélien occupe la partie nord et centre du Soudan. La partie méridionale du pays appartient au domaine soudanais et aux formations herbacées édaphiques du Haut-Nil disposées en mosaïques avec des savanes à Acacias. Le massif du Djebel Marra offre des conditions favorables à la végétation, modifiant considérablement le climat local. Du Nord au Sud on trouve les végétations suivantes. L’imagerie satellitaire et les études de terrain dans la région frontière avec l’Ouganda remettent partiellement en question la classification des formations soudaniennes et les limites de secteur tracés selon White (Friis & Vollesen, 2005).

2.6.1. STEPPES DU SAHEL SEMI-DÉSERTIQUE SUR SABLES ÉOLIENS

111Avec une pluviosité inférieure à 250 mm, on retrouve les formations zonales semi-désertiques, à savoir

  • Steppes semi-désertiques herbacées à Aristida spp. et Panicum turgidum dans les zones les plus arides.

  • Steppes semi-désertiques boisées épineuses à Acacia (A. tortilis, A. senegal), Faidherbia albida, Balanites aegyptiaca, Leptadenia pyrotechnica, Calotropis procera, Ziziphus spina-christi, Maerua crassifolia (avec Combretum aculeatum et Guiera senegalensis dans les dépressions interdunaires plus humides). L’abondance de Leptadenia pyrotechnica, Calotropis procera, Ziziphus spina-christi est un signe de forte pression pastorale sur les sols. En général les ligneux sont concentrés dans les dépressions.

2.6.2. STEPPES SAHÉLIENNES

112Entre 250 mm et 400 mm, Acacia senegal est d’autant plus présent dans les steppes qu’il est favorisé par les pratiques culturales (gomme arabique). Cependant l’épuisement des sols finit par l’éliminer et par favoriser une plante parasite nocive : Striga hermonthica. La végétation zonale est la steppe boisée épineuse à Acacia senegal dont le couvert ligneux se densifie lorsqu’on va vers le Sud. La composition floristique est la même que celle citée pour les steppes boisées du Sahel septentrional, avec les différences et particularités suivantes :

Formations sur sables éoliens

  • Acacia tortilis est plus abondant dans le Nord plus aride, A senegal dans le Sud.

  • Les fourrés de Lannea humilis sont une caractéristique du Nord.

  • Les steppes arborées épineuses à Albizia amara (avec A. nubica, Faidherbia albida, Balanites aegyptiaca et Maerua crassifolia) indiquent des anciennes jachères.

  • Les sols épuisés par la pression pastorale ne produisent plus que des steppes herbacées à Panicum turgidum.

  • Dans la zone méridionale plus humide on retrouve les savanes arborées à Acacia senegal, Combretum glutinosum, Terminalia brownii, Stereospermum kunthianum, Albizia amara, Terminalia laxiflora, Sclerocarya birrea.

Formations sur argiles

  • Sur sols de pédiplaine (sables superficiels épandus sur argile) : fourrés à Acacia mellifera, A. nubica, Commiphora africana, Boscia senegalensis (associées dans les dépressions avec des espèces soudaniennes : Cordia sinensis, Dichrostachys cinerea, Albizia amara, Terminalia brownii, Adansonia digitata, ).

  • Steppes à Zornia glochidiata dans les zones surpâturées.

  • Savanes arborées monospécifiques à Acacia mellifera sur argiles noires fissurées (associé à Boscia senegalensis, Albizia anthelminthica, Cadaba glandulosa, Balanites aegyptiaca et Dichrostachys cinerea).

2.6.3. SECTEUR SAHÉLO-SOUDANIEN

113Exploitée pour l’élevage et l’agriculture, cette zone ne porte plus que quelques rares lambeaux de forêts claires soudano-sahéliennes avec Combretum glutinosum, Albizia amara, Terminalia brownii, Dalbergia melanoxylon, Adansonia digitata, Balanites aegyptiaca, Sclerocarya birrea.

2.6.4. SECTEUR SOUDANIEN

114Certains vestiges de forêts denses sèches à Terminalia schimperiana, Albizia zygia, Vitex doniana, Anogeissus leiocarpa ont été décrits vers la limite orientale de la ceinture soudanienne, près des contreforts éthiopiens. Au Darfur et à l’Est, à la frontière avec l’Ethiopie, souvent sur des argiles noires, on trouve de la forêt claire à Anogeissus leiocarpa accompagné de Combretum glutinosum, Balanites aegyptiaca, Combretum collinum, Terminalia laxiflora, Sclerocarya birrea, Dichrostachys cinerea, Sterculia setigera, Lonchocarpus laxiflorus, Dalbergia melanoxylon ; des peuplements purs de Boswellia papyrifera occupent les crêtes rocheuses.

2.6.5. BROUSSES TIGRÉES, TACHETÉES, ETC.

115Dans le Darfur, le Kordofan et la vallée du Nil, les brousses tigrées et tachetées constituent un trait remarquable de la végétation (voir chap. 1.1.2., 1.1.3., 2.1.4., 2.4.3.). Ce sont des bandes ou des arcs de végétation se développant parallèlement aux courbes de niveaux sur de très faibles déclivités.

116Zones à pluviomètrie faible (moins de 250 mm)

  • Bandes graminéennes à Aristida spp. sur sols argilo-limoneux.

  • Brousses en œufs de grenouilles à Acacia mellifera sur sols sableux éoliens. Zones à pluviomètrie élevée (400-500 mm)

  • Brousses tigrées à Terminalia brownii (avec Albizia amara, Dalbergia melanoxylon, Grewia flavescens et G. tenax, Boscia senegalensis).

  • Brousses en dactylogrammes à Acacia mellifera en peuplement pur.

2.6.6. MOSAÏQUES SAVANES BOISÉES-SAVANES HERBACÉES INONDABLES SUR LES ARGILES NOIRES DU HAUT-NIL

117Ces formations sont l’équivalent des Yaérés du Tchad. Elles se développent elles aussi sur des argiles noires fissurées. Les savanes herbacées hydromorphes sont disposées en mosaïques avec des savanes boisées ou des fourrés denses à Acacia mellifera (dans les zones les plus arides) ou à Acacia seyal lorsque les précipitations dépassent 550 mm. Les écotones entre savanes herbacées et savanes à Acacia sont occupés par le Palmier-doum (Hyphaene thebaica) et le Rônier (Borassus aethiopum). Lorsque l’inondation est très importante seule subsiste une Savane herbeuse hydromorphe à Hyparrhenia rufa et Setaria incrassata.

2.6.7. JEBEL MARRA

118Le Massif du Jebel Marra dessine dans sa longueur la ligne de partage des eaux entre le Nil et le Tchad. S’élevant à plus de 3 000 m il est formé de laves basaltiques. Le massif est circonscrit par une pénéplaine sur schiste ou gneiss parsemée d’inselbergs. Sa situation centrale en Afrique sèche et des conditions environnementales variées ont créé les conditions favorables à l’installation de nombreuses espèces. Wickens (1976, 1977) cite plus de 1 000 espèces, le tiers de la flore du Soudan. Le climat régional est marqué par une pluviomètrie relativement élevée permettant l’installation d’une végétation sahélo-soudanienne et même soudanienne.

  • dans les parties les plus sèches des zones planitiaires : steppes arbustives ou arborées épineuses à Acacia mellifera, A. senegal, A. seyal, A. tortilis, Faidherbia albida, Balanites aegyptiaca, Commiphora africana, accompagnées d’espèces soudaniennes comme Anogeissus leiocarpa, Kigelia afrcana, Terminalia laxiflora, Combretum spp. , Pterocarpus lucens, Prosopis africana ;

  • sur les contreforts : forêts claires à Faidherbia albida, Balanites aegyptiaca et Ziziphus spina-cristi avec différentes espèces sahéliennes et soudaniennes ;

  • sur les sols volcaniques d’altitude : fourrés à Acacia mellifera, Commiphora africana, Euphorbia candelabrum, Grewia flavescens ;

  • dans les parties les plus humides des zones planitiaires et sur les limons cendrés des pentes : forêts claires àCombretacées (Anogeissus leiocarpa, Terminalia laxiflora, Combretum glutinosum) ;

  • forêts riveraines à Diospyros mespiliformis, Polyscias fulva, Albizia zygia, Syzygium guineense, Phoenix reclinata ;

  • sur les sommets : savanes herbacées avec quelques arbres résiduels.

2.7. Zones sèches et arides de la Corne de l’Afrique

119Selon Kuchar (1986), la formation climax de la Somalie planitaire aride (250-500 mm) est le fourré à Acacia-Commiphora (accompagnés de Grewia tembensis, G. tenax, G. villosa, G. bicolor, Boscia, Cadaba, Maerua, Cordia, Dalbergia, etc.), surcimé par des émergents arbustifs ou arborés (12 m) clairsemés appartenant aux genres Boswellia, Delonix, Gyrocarpus, Albizia. Les Acacia sont A. senegal, A. tortilis, A. reficiens, A. mellifera, et sur les sols périodiquement hydromorphes : A. drepanolobium, A. seyal, A. zanzibarica. Quant à Commiphora, on relève plus de 15 espèces différentes. La dégradation du fourré à Acacia et Commiphora conduit à un maquis ou à une steppe buissonnante naine.

120En Ogaden et dans la Somalie centrale, Les fourrés restent dominés par les genres Acacia et Commiphora. Néanmoins, les espèces endémiques d’Acacia (A. hamulosa, A. walwalensis, A. zizyphispina) et de Commiphora (C. horrida, C. stellatopubescens) se substituent aux espèces pansahéliennes.

121Dans les régions hyperarides (100-250 mm), on trouve des steppes semi-désertiques : herbacées, à succulentes et buissonnantes naines. La région hyperaride du Nord-Est est caractérisée par une steppe à succulentes (Euphorbia spp. , Adenium obesum, Cissus spp. , Cyphostemma sp., Aloes spp. ) parmis lesquelles on relève un grand nombre d’endémiques.

122Les versants montagneux exposés au Nord de la Somalie septentrionale hébergent une végétation méditerranéenne et ouest-asiatique bien différente du fond sahélo-soudanien. Enfin la zone côtière est couverte de steppes herbacées riches en plantes prostrées ou en coussinets adaptées aux vents qui donnent à ces formations végétales une physionomie de toundra.

Djibouti

123Audru et al. (1994) proposent la classification suivante pour Djibouti : Végétation des montagnes et des hauts plateaux :

  • Forêt dense sèche climacique à conifères à Juniperus procera (avec Olea europea ssp. africana, Buxus hildebrandtii), entre 800 et 1600 m. Cette formation, actuellement en forte régression, est apparentée aux forêts denses sèches d’Ethiopie (voir chap. 1.3.).

  • Forêt dense sèche à Terminalia brownii et Buxus hildebrandtii, entre 400 et 900 m. Formation moins dense que la précédente, mais plus diversifiée, composée essentiellement de feuillus.

  • Steppe arborée de montagne à Acacia etbaica et Aizoon canariense : formation provenant de la dégradation (feux, surpâturage) des forêts climaciques à Juniperus. Végétation de moyenne altitude et de plaine :

  • Steppes arborées et arbustives épineuses à Acacia mellifera dans les zones entre 250 et 700 m d’altitude. Dans les zones plus sèches A. tortilis se mêle àA. mellifera. Puis, lorsque le degré d’aridité augmente une steppe semi-désertique herbacée à Panicum turgidum et Lassiurus scindicus s’installe.

  • Steppes buissonnantes à Rhigozum somalense, à l’étage inférieur et sur les escarpements et les collines basses.

  • Steppes semi-désertiques buissonnantes à Acacia horrida dans les sites arides du Nord-Est.

124Végétation des zones humides (oueds, dépressions), avec des phréatophytes et des halophytes (Hyphaene thebaica, Acacia nilotica, Tanarix nilotica, Salvadora persica).

125Végétation du littoral : steppes herbacées plus ou moins halophytique.

3. Trois familles emblématiques de la ceinture sèche

126Nous présentons quelques espèces ligneuses emblématiques de la ceinture sèche sous l’angle de leur distribution, de leur écologie et de leur ethobotanicité. Ces espèces sud-sahariennes, sahéliennes ou soudaniennes, appartiennent à trois grandes familles intertropicales : Capparaceae, Combretaceae, Leguminosae. Notre choix n’est pas totalement arbitraire puisque les représentants de ces familles sont prédominants dans les végétations sèches. Nous aurions pu aussi illustrer notre propos avecdes bombacacées (Adansonia digitata, Bombax costatum), des rhamnacées (Ziziphus mauritiana et Z. spina-christi), Commiphora africana, Balanites aegyptiaca, Leptadenia pyrotechnica ou Salvadora persica, mais il fallait poser des limites. Les espèces choisies appartiennent à la liste d’espèces de reforestation proposée par Le Houérou (2009, p. 31). Cependant cette liste a été élaborée avec nos collègues J.P. Lebrun et A. Stork, les meilleures références actuelles en la matière. Les informations sur l’écologie et les cartes de distribution sont issues des publications de Lebrun et Stork (2003, 2006, 2008a, 2008b) dont les travaux alimentent la base de données sur les plantes à fleurs africaines des Conservatoire et Jardin Botaniques de la Ville de Genève :

127African Flowering Plants Database (version 3.1). Conservatoire et Jardin botaniques de la Villle de Genève and South African National Biodiversity Institute, Pretoria, “Retrieved [11.2009]”, from <http://www.ville-ge.ch/​musinfo/​bd/​cjb/​africa/​>.

128Nos informations ethnobotaniques proviennent de la compilation d’un choix d’ouvrage : Adjanohoun et al. (1979, 1980), Aké Assi & Guinko (1991), Dalziel (1937), Fortin et al. (2000), Kerharo & Bouquet (1950), Kerharo et Adam (1974) et Neuwinger (2000). Néanmoins le lecteur intéressé par l’ethnobotanique africaine complétera ses informations en consultant la bibliographie exaustive de chacun de ces auteurs.

3.1. Capparaceae :

Boscia senegalensis

Cadaba glandulosa

Crateva andasonii subsp. Andasonii

Cadaba farinosa subsp. Adenotricha

Maerua crassifolia

129Boscia senegalensis (Pers.) Lam.

130Arbuste ou petit arbre. Espèce sahélienne avec extensions saharo-sindienne et soudanienne. Signalée sur les anciennes termitières. Préfère les sols légèrement argileux près des zones humides. Accompagne Adansonia digitata sur les bourrelets de rive.

131Les jeunes feuilles sont consommées en légumes et les graines comme féculents ou en farine. La pulpe du fruit est comestible. On l’utilise parfois comme succédané du couscous.

132Les feuilles, l’écorce et les rameaux servent à purifier l’eau. Les feuilles sont utilisées en décoction (médecine vétérinaire et humaine) contre les ulcères, les eczémas, les troubles gastro-intestinaux et la bilharziose.

133Tous les organes sont utilisés pour soigner les rhumatismes et les maux de ventre (coliques, parasites), mélangés parfois avec Cadaba farinosa, Combretum glutinosum, Guiera senegalensis, Maerua crassifolia, Securinega virosa et Adansonia digitata.

134Cadaba farinosa Forssk.

135Arbuste très rameux, rarement arbre. Espèce xérophile à vaste distribution (jusqu’en Inde). Steppes sahéliennes et semi-désertiques. Souvent sur les anciennes termitières. Se trouve aussi en montagne.

136On fait une pâte alimetaire à partir des feuilles et des rameaux moulus, pâte que l’on mélange avec d’autres céréales. On la mélange avec le couscous.

137Les feuilles, réduites en cendres ou en décoction, sont utilisées contre les fièvres, la dysenterie, les parasites et les ulcères cutanés.

138Cadaba glandulosa Forssk.

139Arbuste ou sous-arbuste très rameux. Espèce xérophile allant jusqu’en Arabie.

140Steppes sahéliennes et semi-désertiques. Se trouve aussi en montagne.

141Les feuilles, broyées et mélangées à de l’eau, sont appliquées sur les morsures de serpent. On traite également les otites avec cette décoction. On soigne les blessures externes avec de la poudre de feuilles.

142Capparis decidua (Forssk.) Edgew.

143Arbuste ou petit arbre rameux avec épines stipulaires, défolié durant la floraison. Espèce xérophile du Sahel et du Sud-Sahara, jusqu’en Inde. Vallées et dépressions sableuses.

144Les fruits peuvent être consommés. Les pousses défeuillées sont broutées par les dromadaires.

145La macération d’écorce est utilisée contre les maladies sexuelles et vénériennes, contre les troubles intestinaux et ophtalmologiques.

146Crateva adansonii DC.

147Arbuste ou arbre inerme. Floraison avant l’apparition des feuilles. Espèce sahélo-soudano-zambésienne. Savanes, forêts galeries, lisières, souvent sur les anciennes termitières. Souvent plantée.

148Les jeunes feuilles sont consommées en potage. Le fruit, grillé, peut aussi être mangé. Ce sont plutôt plutôt des aliments de disette.

149Les bains de vapeur de feuilles (mélangées à la racine de Tinospora bakis) sont utilisés pour traiter les problèmes ophthalmologiques, les fièvres, la dysenterie, les parasites et les ulcères cutanés. Différentes parties de la plante sont utilisées pour soigner les troubles gastro-intestinaux et gynécologiques, les problèmes de foie (jaunisse) et les rhumatismes.

150Maerua crassifolia Forssk.

151Petir arbre rameux à houpier étalé. Espèce xérophile afro-asiatique. Steppes et fourrés semi-désertiques, souvent près des rivières. Sols sableux. Se trouve aussi en montagne.

152L’infusion de feuilles soigne les maux d’estomac. Les rameaux servent de cure-dent pour les soins dentaires et de la cavité buccale.

3.2. Combretaceae :

153Anogeissus leiocarpa (DC.) Guill. & Perr.

154Grand arbre à frondaison légère, verte claire. Espèce soudanienne à vaste spectre écologique.

155La cendre est utilisée en tannerie. Les feuilles ont des propriétés tinctoriales (couleur jaune) qui auraient favorisé les plantations de cet arbre près des villages.

Anogeissus leiocarpa

Combretum glutinosum

Combretum aculeatum

Combretum micranthum

Guiera senegalensis

Terminalia avicennioides

156Le décocté de différents organes est utilisé en bain de siège contre les hémorroïdes (parfois mélangé avec de l’écorce de Parkia biglobosa) ; la poudre d’écorce, mélangée à de la bouillie, est consommée jusqu’à guérison. Cette poudre entre dans la composition de préparations anti-lépromateuses. Les feuilles et l’écorce en décoction soignent diarrhées – et surtout les diarrhées infantiles – et les jaunisses. L’écorce en décoction agit contre les douleurs, les problèmes ophthalmologiques ou gynécologiques (avec Terminalia schimperiana). En poudre elle soigne les blessures et les ulcères externes.

157Combretum aculeatum Vent.

158Arbuste grimpant épineux (base des pécioles), parfois rampant. Espèce sahélo-somalienne, avec extension soudanienne. Espèce des formations steppiques épineuses à Acacia et Commiphora. Parfois en montagne.

159La partie épigée réduite en poudre est vermifuge. En décoction elle soigne les dysenteries et les maladies de foie. Les décoctions de feuilles réduisent les coliques et les maladies vénériennes. Les racines sont considérées comme un purgatif puissant. La sève des rameaux est utilisée en gouttes pour soigner les affections ophthalmologiques.

160Combretum glutinosum Perr. ex DC.

161Arbuste buissonnant ou petit arbre. Espèce sahélo-soudanienne de forêt claire, de savanne ou de steppe. Sols argileux et plateaux latéritiques. Grande amplitude écologique.

162Le bois, très résistant, est utilisé pour la fabrication de clotures et d’éléments de construction (madriers). Comme beaucoup de Combrétacées, c’est un bois de feux recherché. La cendre est utilisée pour teindre en indigo ; les racines et l’écorce pour le jaune.

163C’est une des plantes médicinales les plus utilisées par les tradipraticiens en Afrique de l’Ouest.

164Les racines traitent les affections hépatico-biliaires, urinaires, gynécologiques, les oedèmes, les maladies vénériennes et parasitaires. L’écorce est un analgésique ; elle est utilisée pour traiter la jaunisse et la fièvre jaune (mélangée avec Cocculus pendulus et Tinospora bakis) ; contre la bilharziose (avec Securinega virosa) et la lèpre (avec Acacia sieberiana et Strophanthus sarmentosus) ; pour traiter les maladies mentales (avec Balanites aegyptiaca).

165Les décoctions de feuilles sont utilisées pour les maux de dents, l’estomac, les dysfonctionnements gynécologiques et intestinaux, les maladies vénériennes, la pression artérielle, les voies respiratoires et le paludisme.

166C. micranthum G. Don

167Arbuste grimpant, buissonnant ou petit arbre. Espèce sahélo-soudanienne des plateaux latéritiques et des collines rocailleuses. Eléments constitutifs des brousses tigrées.

168Les tiges sont très solides et très souples. On les utilise pour construire des corbeilles et des récipients. On utilise le bois en charpenterie. On en fait du charbon.

169Les racines ont des propriétés antiparasitaires et désinfectantes (médecine humaine et vétérinaire). Le décocté de racine est vermifuge et désinfectant (blessures). Le décocté de feuilles a des nombreuses propriétés : gastro-intestinales (coliques, vomissements), anti-parasitaires, désinfectantes, fébrifuges, anti-rhumatismales, diurétiques. Il traite aussi les maladies vénériennes (mélangé à Salvadora persica), la toux, la bronchite, les problèmes de foie, les plaies. Les fruits séchés font mûrir les abcès et les chancres syphilitiques.

170Guiera senegalensis J.F. Gmel.

171Arbuste sempervirent couvert de ponctuations noires. Espèce sahélo-soudanienne secondaire des friches et autres végétations très dégradées. Sols secs sableux ou rocailleux.

172Cette espèce a beaucoup de propriétés communes avec Combretum micranthum. C’est une espèce médicale et vétérinaire (galactologue) très importante au Sénégal.

173Les décoctions de racines sont utilisées contre les maladies pulmonaires, les rhumatismes et les parasites. Les décoctions d’écorces et de feuilles soignent la dysentrie amibienne, la diarrhée, les maladies vénériennes et parasitaires. La poudre de racine et d’écorce, mélangée au mil, soigne les maux de ventre. La galle de la plante, broyée en poudre, guérit les dysfonctionnements urinaires et les maladies de peau. La décoction de feuilles (mélangée à des Combrétacées ou des légumineuses) soigne la toux, les maladies pulmonaires et la fièvre ; c’est aussi un anti-lépreux. En cataplasme, les feuilles peuvent soigner les ulcères, les chancres syphillitiques et le ver de Guinée. La poudre de feuilles est un antiseptique et un cicatrisant puissant.

174Terminalia avicennioides Guill. & Perr.

175Arbuste buissonnant ou petit arbre. Grégaire, fréquent dans les formations savaniennes secondaires et dans les facies les plus secs des forêts claires. Plaines sableuses.

176C’est un bois très apprécié, en particulier pour sa solidité. Le bois est utilisé pour faire des cannes ou des arcs. On en fait aussi du charbon.

177On utilise les racines et l’écorce pour traiter les maladies de foie. En décoctions, les racines peuvent soigner les parasitoses et les maladies gastro-intestinales. En poudre les racines et les feuilles ont un pouvoir cicatrisant sur les brûlures, les ulcères ou les blessures.

3.3. Leguminosae :

178Acacia ehrenbergiana Hayne

179Arbuste ou petit arbre épineux multicaule. Espèce sud-saharienne et nord-sahélienne allant jusqu’en Iran. C’est un des Acacia qui supporte les conditions le plus arides (avec A. tortilis). Souvent associé, à Panicum turgidum.

Acacia ehrenbergiana

180A. laeta R. Br. ex Benth.

181Arbuste ou petit arbre épineux. Espèce sud-saharienne, nord-sahélienne et somalienne allant jusqu’en Asie du Sud-Est. Souvent liée à des sols riches en particules fines (limon, argile).

182L’écorce en décoction ou réduite en poudre a des propriétés anti-lépreuses, anti-syphillitiques et contre la jaunisse. Elle est utilisée en cas de morsures de serpent, de troubles intestinaux (dysenterie, péritonite) et gynécologiques.

Daniellia oliveri

Piliostigma reticulatum

Bauhinia rufescens

Faidherbia albida

Pterocarpus lucens

183A. mellifera (Vahl) Benth.

184Arbuste ou petit arbre épineux multicaule. Espèce xérophile parfois grégaire à distribution afro-orientale : est-sahélienne, somalienne, zambésienne et namibienne, allant jusqu’en Asie du Sud-Est. Elle préfère les sols argileux. C’est une indicatrice du surpâturage et de la surexploitation des sols.

185Les fibres de l’écorce sont utilisées pour fabriquer des paniers.

186A. nilotica (L.) Willd. ex Delile

187Arbre épineux en forme de parasol. Habitats très variables, mais liés à l’eau (phréatophyte) ; l’espèce résiste aux inondations prolongées. Répandu dans les zones sèches africaines, y.c. Afrique du Nord (Lybie, Egypte), jusqu’en Inde.

188Le bois est utilisé pour faire des outils. Il aurait été apprécié dans l’Antiquité comme bois de menuiserie, de charpenterie ou de batellerie.

189Les feuilles soignent les troubles intestinaux, les pneumonies et autres affections broncho-pulmonaires. Les tiges et les rameaux sont utilisés pommade dermatologique anti-lépromateuse. L’écorce en décoction est administrée contre les dysfonctionnements gynécologiques, les maladies vénériennes, les troubles intestinaux ; en poudre, c’est un hémostatique appliqué sur les blessures. Les fruits en infusion servent contre les pneumonies, méningites et refroidissements ; en poudre, c’est un antiseptique et un antidysentrique. Les graines pilées soignent les hémorroides et les gingivites.

190A. senegal (L.) Willd.

191Arbuste (parfois sous-arbuste prostré) ou petit arbre épineux en forme de parasol, souvent grégaire. Répandu dans les zones sèches africaines, jusqu’en Inde. Apprécie les sols sableux drainés.

192Les fibres extraites de l’écorce des racines, extrêmement résistantes, sont utilisées pour fabriquer des cordes, des filets de pêche, des harnais, des chaussures. Le bois des racines est utilisé pour fabriquer des manches d’outil. Le jeune feuillage est un bon fourrage.

193La gomme arabique fait l’objet d’un commerce important dans le Sahel. A. senegal est parfois cultivé en verger pour la production de gomme. Un arbre peut produire de la gomme durant une vingtaine d’années. Consommée par les pasteurs sahéliens comme aliment médicinal mélangé au lait, la gomme soigne les maux de poitrine, de ventre et les maladies vénériennes. Elle est aussi utilisée en médecine vétérinaire. La poudre de gomme soigne diarrhées et maux d’estomac. La gomme arabique est utilisée en galénique pour la préparation de granulés, de comprimés et de dragées. Elle intervient aussi dans l’industrie alimentaire et des cosmétiques.

194Les décoctions de racine et d’écorce ont une action contre les maux gastro-intestinaux et contre les maladies vénériennes. L’écorce intervient dans les préparations anti-ictériques.

195A. seyal Delile

196Arbre épineux en forme de parasol, souvent grégaire sur des sols plutôt argileux (y.c. argiles noires craquelées, ou fissurées). Répandu dans les zones sèches africaines, jusqu’en Asie du Sud-Est. Se trouve aussi en zones montagneuses.

197La gomme est de moins bonne qualité que celle de A senegal. Elle est néanmoins consommée fraiche dans certaines régions pour ses propriétés aphrodisiaques. Le feuillage est un important fourrage pour le bétail. Les légumes sont utilisés pour engraisser les moutons ; ils sont parfois commercialisés.

198Le décocté de racine soigne la péritonite, les fièvres biliaires et la jaunisse. La poudre et la décoction d’écorce sont utilisées contre les maux de tête, la lèpre, les dysfonctionnements gynécologiques et les maladies vénériennes. La poudre est appliquée sur les morsures de serpent.

199Acacia tortilis (Forssk.) Hayne

200Arbuste ou arbre épineux à houppier applati. Espèce xérophile semi-désertique sud-saharienne-sahélo-somalienne à grande amplitude édaphique. C’est un des Acacias les plus xérophiles avec A. ehrenbergiana. La sous-espèce raddiana est plutôt occidentale.

201Les racines servent à fixer le sable en régions désertiques. Les rameaux feuillés servent de fourrage. Les gousses sont utilisées pour engraisser les moutons ; elles sont parfois commercialisées. Le bois, dur et flexible, a différents usages (enclos, bois de lance). On en fait aussi du charbon.

202Les racines macérées sont recommandées contre la fièvre et la malaria (mélangées avec Guiera senegalensis et Faidherbia albida). Le décocté d’écorce traite l’asthme et les troubles gynécologiques. La pâte de feuilles soigne les allergies et les oedèmes.

203Bauhinia rufescens Lam.

204Arbustes grimpant ou arbre muni de courts rameaux spinescents. Espèce sahélo-soudanienne des zones humides, des éboulis rocheux, des cuirasses latéritiques démantelées. Sa limite septentrionale semble être le masif du Ennedi où elle constitue des populations grégaires.

205On utilise la fibre de l’écorce pour faire des cordages. Le tanin intervient dans la préparation des cuirs. La plante a de nombreuses propriétés magiques.

206Les décoctions de racines et d’écorces traitent les problèmes urinaires, la lèpre et les états fébriles. En décoctions, les feuilles et les fruits sont utilisés contre les morsures de serpent et les troubles intestinaux. La poudre de feuille est est appliquée sur les morsures de serpent.

207Daniellia oliveri (Rolfe) Hutch. & Dalziel

208Arbre gégaire des savanes boisées et des forêts claires soudaniennes, souvent mêlé à Vitellaria paradoxa et Parkia biglobosa.

209Cet arbre fournit le « copal » ouest-africain. Cette résine a de nombreux usages : désinfection par fumigation, nettoyage, traitements contre les xylophages, vernis de surface. Le bois est très dur et sert à la fabrication d’outils, de récipients, d’éléments de construction, de pirogues, etc. En cas de disette les jeunes feuilles peuvent être consommées.

210Le décocté de racines soigne les problèmes urinaires et gynécologiques. Le décocté et la poudre d’écorce sont recommadés contre la dysenterie, la péritonite, les maux de dents, la lèpre et la tuberculose. Les feuilles sont recommandées en décocté contre les affections intestinales, et en poudre comme hémostatique, cicatrisant et anti-ictèrique. Les fumigations de résine calment migraines et maux de dents.

211Faidherbia albida (Delile) A. Chev.

212Arbre épineux parfois grégaire des zones sèches africaines : steppes sahéliennes, savanes soudaniennes, ouasis sahariens. Grande tolérance édaphique. Espèce souvent anthropogène.

213Cet arbre semble bénéficier de la protection de certains villages autour desquels il constitue des peuplements purs. Le fourrage (feuillage et fruits) qu’il offre au bétail durant la saison sèche – puisqu’il perd ses feuilles en saison des pluies et reste feuillé durant les jours courts – ainsi que l’enrichissement en azote du sol au-dessous du houppier, expliquent la faveur dont jouit l’espèce dans l’écologie du terroir. Le bois est utilisé pour faire des instruments de petite taille ou des récipients.

214L’écorce, les racines et les feuilles sont préparées en décoction contre les fièvres, la malaria, les maladies vénériennes, les parasitoses, les maladies pulmonaires, la toux et la diarrhée. Les fumigations sont prescrites contre les maladies mentales (avec Afzelia africana).

215Piliostigma reticulatum (DC.) Hochst.

216Arbuste ou petit arbre sempervirent. Espèce sahélo-soudanienne occidentale présente aussi bien sur les cuirasses latéritiques et les éboulis rocheux que sur les sols dunaires sableux ou sur les terrains inondables. Espèce secondaire formant des fourrés denses envahissant les friches.

217Les gousses sont consommées ou utilisées pour confectionner une boisson.

218Mélangé à Ximenia americana, il soulage les céphalées, les maux de dents, les maux de la cavité bucale et des gencives, les oreillons. La décoction d’écorce soulage les troubles gastro-intestinaux. Mélangée à Tamarindus indica, la poudre de feuille et d’écorce est un cicatrisant. La décoction de feuilles et d’écorces (mélangées à Guiera senegalensis et Securinega virosa) est utilisée contre les accès fébriles, la toux, la bronchite ; par voie externe, c’est un cicatrisant. Les décoctions de feuilles sont hémostatiques, anti-malariques, et agissent sur les troubles ophthalmologiques, gynécologiques et hépatico-biliaires. La décoction de racines et de tiges se prescrit en bain de siège et en boisson contre les hémorroïdes. Les fumigations et mastication d’écorce soulagent la toux.

219Pterocarpus lucens Lepr. Ex Guill. & Perr.

220Arbre sahélo-soudanien, zambésien, somalien et parfois montagnard, parfois grégaire, colonisant toutes sortes de substrats : éboulis rocheux, sols squelettiques, dépressions latéritiques, zones alluviales, dunes, etc.

221Les décoctions sont vermifuges (écorce) et soulagent les migraines (feuilles).

Bibliographie

Adjanohoun (1964) Végétation des savanes et des rochers découverts en Côte d’Ivoire centrale. Mémoire no 7, ORSTOM, Paris. 178 pp. 

Adjanohoun E. & L. Aké Asi (1967) Inventaire floristique des forêts claires subsoudanaises et soudanaises en Côte d’Ivoire septentrionale. Ann. Univ. Abidjan, fasc. sc. 3 : 89-147.

Adjanonoun E. & al. (1979) Médecine traditionnelle et pharmacopée.

Contribution aux études ethnobotaniques et floristiques au Mali. Agence de coopération culturelle et technique. Paris. 291 pp. 

Adjanonoun E. & al. (1990) Médecine traditionnelle et pharmacopée. Contribution aux études ethnobotaniques et floristiques au Niger. Agence de coopération culturelle et technique. Paris. 250 pp. 

Aké Assi, L. (2001) Flore de la Côte d’Ivoire : catalogue systématique, biogéographie et écologie, vol. 1. Boissiera 57. 396 pp. 

Aké Assi, L. (2002) Flore de la Côte d’Ivoire : catalogue systématique, biogéographie et écologie, vol. 2. Boissiera 58. 401 pp. 

Aubonnier, M. (2002) Arbres, arbustes et lianes des zones sèches d’Afrique de l’Ouest. CIRAD/MNHN, 2e éd. 573 pp. 

Aubréville, A. (1950) Flore Forestière soudano-guinéenne. Société d’Editions géographiques, Maritimes et coloniales. Paris. 523 pp. 

Aubréville, A. (1957) Accord à Yangambi sur la nomenclature des types africains de végétation. Bois et Forêts des Tropiques, 51 : 23-27.

Aubréville, A. (1965) Principe d’une classification des formations végétales tropicales. Adansonia, sér. 2, 153-196.

Aubréville, A. (1971) Vocabulaire de biogéographie appliquée aux régions tropicale. Adansonia, sér. 2, 439-497

Audry P. et C. Rossetti (1962) Observations sur les sols et la végétation en Mauritanie du sud-est et sur la bordure adjacente du Mali. Prospection Ecologique. Etudes en Afrique Occidentale. FAO. Rome. 267 pp. 

Audru, J. & al. (1994) Les Plantes Vasculaires de la République de Djibouti. Flore Illustrée. CIRAD, Département d’Elevage et de Médecine Vétérinaire. Volumes 1, 2.1 et 2.2.

Burgess, N. & al. (2004) Terrestrial Ecoregions of Africa and Madagascar. A conservation asessment. World Wildlaife Fund. Island Press. 501 pp. 

Chevallier, A. (1933) Le territoire botanique de l’Afrique tropicale nord-occidentale et ses subdivisions. Bull. Soc. Bot. Fr., 80: 4-26.

Dalziel, J.M. (1937) The useful plants of West Tropical Africa. An appendix to the Flora of West Tropical Africa. The Crown Agents for the Colonies. London, S.W.1. 612pp. 

Demissew, S & al. (2005) Diversity and endemism of the western Ethiopian escarpment – a preliminary comparison with other areas of the Horn of Africa In: Friis, I. & H. Balslev, Plant diversity and complexity patterns: local, regional and glbal dimensions. Proceedings of an international symposium. Biologiske Skrifter 55. Royal Danish Academy of Sciences and letters. Copenhagen, Denmark. 603 pp. 

Duchaufour, P. (1970) Précis de pédologie. Masson, Paris. 481 pp. 

Fortin, D. & al. (2000) Plantes médicinales du Sahel. Série Etudes et Recherches no 187-188-189. Enda-Editions. Dakar. 280 pp. 

Frederiksen, P. & J.L. Laweson (1992) Vegetation types and patterns in Senegal based on multivariate analysis of field and NAOO-AVHRR satellite data. J. Veg. Sc. 3: 535-544.

Friis, I. (1992) Forests and Forest Trees of Northeast Tropical Africa. Their natural habitats and distribution patterns in Ethiopia, Djibouti and Somalia. Royal Botanic Gardens, Kew. Kew Bulletin Additional Series XV. 396 pp. 

Friis, I. & K. Vollesen (2005) Flora of the Sudan-Uganda Border area East of the Nile. 2. Catalogue of vascular plants, 2nd part, vegetation and phytogeography. Biologiske Skrifter 51 (2): 399-855

Friis, I. & al. (2005) Patterns of plant diversity and endemism in the Horn of Africa In: Friis, I. & H. Balslev, Plant diversity and complexity patterns: local, regional and glbal dimensions. Proceedings of an international symposium. Biologiske Skrifter 55. Royal Danish Academy of Sciences and letters. Copenhagen, Denmark. 603 pp. 

Gaston, A. (1981) La végétation du Tchad (Nord-Est et Sud-Est du lac Tchad). Thèse de doctorat, Université de Paris XII. 333 pp. 

Gillet, H. (1968) Tchad et Sahel tchadien. Cons. Veg. Afr. South of the Sahara, Symp. AETFAT, Acta phyt. Suecica 54 : 54-58.

Guillaumet, J.L. & E. Adjanohoun (1971) La végétation de la Côte d’Ivoire In Le Milieu naturel de la Côte d’Ivoire. ORSTOM, Paris. 161-263.

Guinko, S. (1984) Sur la Végétation de la Haute Volta. Thèse de doctorat, Univ. Bordeaux III. 2 tomes.

Keay, R.W.J. (1953) Isoberlinia woodlands in Nigeria and their flora. Lejeunia 16 : 17-26.

Kerharo, J. & J.G. Adam (1973) La pharmacopée sénégalaise traditionnelle : Plantes médicinales et toxiques. Editions Vigot frères. Paris. 1011 pp. 

Kerharo, J. & A. Bouquet (1950) Plantes médicinales et toxiques de la Côte d’Ivoire-Haute Volta. Mission d’étude de la pharmacopée indigène en AOF. Paris. 295 pp. 

Klopper R.R. & al. (2006) Checklist of the Flowering Plants of Sub-Saharian Africa. An index of accepted names and synonyms. Southern African Botanical Diversity Network (SABONET) Report No 42. 894 pp. 

Knapp, R. (1974) Die Vegetation von Afrika. Vegetation Monographien der einzelnen Grossräume. Band 3. Gustav Fischer Verlag. Stuttgart. 626 pp. 

Kuchar, P. (1986) The plants of Somalia: an overview and checklist, CRDP Technical report series, no 16,

In: Louis Boger International and Central Rangelands Development Project. National Range Agency. Mogadishu. 335 pp. 

Laweson, J.E. (1995) Studies of woody flora and vegetation in Senegal. Opera Botanica 125. 172 pp. 

Lebrun, J.P. (1977) Elements pour un Atlas des Plantes vasculaires de l’Afrique sèche, vol. 1. Institut d’Elevage et de Médecine vétérinaire des Pays tropicaux, Etude botanique n° 4.

Lebrun, J.P. (1979) Elements pour un Atlas des Plantes vasculaires de l’Afrique sèche, vol. 2. Institut d’Elevage et de Médecine vétérinaire des Pays tropicaux, Etude botanique n° 6.

Lebrun J.P. (1998) Catalogue des plantes vasculaires de la Mauritanie et du Sahara Occidental. Boissiera 55. 322 pp. 

Lebrun J.P. (2001) Introduction à la Flore d’Afrique. Cirad, Ibis Press. 155 pp. 

Lebrun, J.P. & A. Stork (1991) Enumération des Plantes à Fleurs d’Afrique Tropicale. vol. 1 : Généralités et Annonaceae à Pandaceae. Conservatoire et Jardin Botaniques de la Ville de Genève. 249 pp. 

Lebrun, J.P. & A. Stork (1992) Enumération des Plantes à Fleurs d’Afrique Tropicale. vol. 2 : Chrysobalanaceae à Apiaceae.

Conservatoire et Jardin Botaniques de la Ville de Genève. 257 pp. 

Lebrun, J.P. & A. Stork (1993) Enumération des Plantes à Fleurs d’Afrique Tropicale. vol. 3 : Monocotylédones : Limnocharitaceae à Poaceae. Conservatoire et Jardin Botaniques de la Ville de Genève. 341 pp. 

Lebrun, J.P. & A. Stork (1997) Enumération des Plantes à Fleurs d’Afrique Tropicale. vol. 4 : Gamopétales : Clethraceae à Lamiaceae. Conservatoire et Jardin Botaniques de la Ville de Genève. 712 pp. 

Lebrun, J.P. & A. Stork (2003) Tropical African Flowering Plants, Ecology and distribution. vol. 1Annonaceae-Balanitaceae.

Conservatoire et Jardin Botaniques de la Ville de Genève. 797 pp. 

Lebrun, J.P. & A. Stork (2006) Tropical African Flowering Plants, Ecology and distribution. Vol. 2 Euphorbiaceae-Dichapetalaceae. Conservatoire et Jardin Botaniques de la Ville de Genève. 306 pp. 

Lebrun, J.P. & A. Stork (2008a) Tropical African Flowering Plants, Ecology and distribution. vol. 3 Momosaceae-Fabaceae (incl. Derris). Conservatoire et Jardin Botaniques de la Ville de Genève. 325 pp. 

Lebrun, J.P. & A. Stork (2008b) Tropical African Flowering Plants, Ecology and distribution. vol. 4 Fabaceae (Desmodium-Zornia) Conservatoire et Jardin Botaniques de la Ville de Genève. 289 pp. 

Le Houérou, H.N. (2007) Bioclimatilogy and Biogeography of Africa.

Springer Verlag Berlin Heidelberg. 241 pp. 

Lézine A-M. & al. (2009) Are modern pollen data representative of west Africa vegetation?
Review of Palaeobotany and Palynology 156: 265-276

Linder H.P. & al. (2005) A numerical re-evaluation of the subsaharian phytochoria of mainland Africa In: Friis, I. & H. Balslev, Plant diversity and complexity patterns: local, regional and glbal dimensions. Proceedings of an international symposium. Biologiske Skrifter 55. Royal Danish Academy of Sciences and letters. Copenhagen, Denmark. 603 pp. 

Miège, J. & A. (1976) Aperçu phytogéographique sur la Basse-Casamance. Origine des Flores Africaines et Malgaches. vol. 2. Boissiera 24b : 461-471.

Monnier, Yves (1981) La poussière et la cendre. Paysages, dynamique des formations végétales et stratégie des sociétés en Afrique de l’Ouest. Agence de coopération culturelle et technique. 248 pp. 

Monod, T. (1957) Les grandes divisions chorologiques de l’Afrique. Rapport présenté à la réunion de spécialistes sur la phytogéographie. (Yangambi, 29 juillet-8 août 1956). Londres. 146 pp. 

Neuwinger, H.D. (2000) African Traditionnal Medicine. A dictionary of Plant Use and Applications. Medpharm GmbH Scientific Publishers. Stuttgart. 589 pp. 

Pias, J. (1970) La végétation du Tchad. Ses rapports avec les sols. Variations paléobotaniques au Quaternaire.

Travaux et Documents de l’ORSTOM. ORSTOM. Paris. 47 pp + une carte 1/500’000.

Poilcot, P. (1999) Les Poaceae du Niger. Boissiera 56. 766 pp. 

Quézel, P. La végétation du Sahara, du Tchad à la Mauritanie. Geobotanica selecta, Band II. Gustav Fischer Verlag, Stuttgart, 355 pp. 

Roberty, G. (1940) Contribution à l’étude phytogéographique de l’Afrique Occidentale Française. Candollea 8 : 84-134.

Schnell, R. (1976) Introduction à la Phytogéographie des pays tropicaux. 3. La Flore et la Végétation de l’Afrique tropicale, 1re partie. Bordas, Paris. 459 pp. 

Schnell, R. (1977) Introduction à la Phytogéographie des pays tropicaux. 4. La Flore et la Végétation de l’Afrique tropicale, 2e partie. Bordas, Paris. 378 pp. 

Sidiyene, E.A. (1996) Des arbres et des arbustes spontanés de l’Adrar des Iforas (Mali). Etude ethnolinguistique et ethnobotanique. ORSTOM/CIRAD. 137 pp. 

Trochain, J. (1940) Contribution à l’Etude de la végétation du Sénégal. Mémoire de l’Institut français d’Afrique Noire, no 2. Paris. 433 pp. 

Trochain, J. (1980) Ecologie végétale de la zone intertropicale non désertique. Université Paul-Sabatier. Toulouse. 468 pp. 

Unesco (1973) International classification and mapping of vegetation. Ecology and conservation nr. 6. English, French and Spanish. Paris. 93 pp. + map.

White, F. (1986) La végétation de l’Afrique. Mémoire accompagnant la carte de végétation de l’Afrique UNESCO/AETFAT/UNSO. ORSTOM. UNESCO. 384 pp. 4 cartes.

Wickens, G.E. (1976) The Jebel Marra (Sudan Project). Origine des Flores Africaines et Malgaches. vol. 2. Boissiera 24b: 535.

Wickens, G.E. (1977) The flora of Jebel Marra (Sudan Republic) an dits geographical affinities. Kew Bul. Add. Ser., 5: 1-368.

Wittig, R. & S. Guinko (1998a) Etudes sur la Flore et la végétation du Burkina Faso et des pays avoisinants vol. 3. Studien zur Flora und Vegetation von Burkina Faso und seiner nachbarländern. vol. 3. Frankfort et Ouagadougou. 88 pp. 

Wittig, R. & S. Guinko (1998b) Etudes sur la Flore et la végétation du Burkina Faso et des pays avoisinants. vol. 4. Studien zur Flora und Vegetation von Burkina Faso und seiner nachbarländern. vol. 4.Frankfort et Ouagadougou. 44 pp. 

Table des illustrations

Légende Boscia senegalensis
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2159/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Cadaba glandulosa
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2159/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Crateva andasonii subsp. Andasonii
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2159/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Cadaba farinosa subsp. Adenotricha
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2159/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Capparis decidua
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2159/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Maerua crassifolia
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2159/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Anogeissus leiocarpa
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2159/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Combretum glutinosum
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2159/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Combretum aculeatum
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2159/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Combretum micranthum
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2159/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Guiera senegalensis
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2159/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Terminalia avicennioides
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2159/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Acacia ehrenbergiana
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2159/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Acacia mellifera
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2159/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Acacia senegal
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2159/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Acacia laeta
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2159/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Acacia nilotica
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2159/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Acacia seyal
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2159/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Acacia tortilis
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2159/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Daniellia oliveri
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2159/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Piliostigma reticulatum
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2159/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Bauhinia rufescens
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2159/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Faidherbia albida
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2159/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Pterocarpus lucens
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2159/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 167k

Auteur

Conservatoire et Jardin botaniques de Genève - 1 Ch de l’Impératrice.
PO Box 60. Postal code : CH-1292. Geneve. Switzerland

fr

377-420

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540