Version classiqueVersion mobile

Un défi pour la planète

 | 
Patrick Caron
, 
Jean-Marc Châtaigner

Partie 2. L'idéal d'une humanité épanouie

Focus. La Fondation ELLE

Notre devoir pour les femmes du monde

Karine Guldemann

Texte intégral

1En 2004, à l’initiative de la directrice de la rédaction du magazine Elle, et sous l’égide de ce grand magazine féminin, le groupe de médias Lagardère Active crée la Fondation d’entreprise ELLE pour l’éducation des femmes dans le monde. Pour Elle, il s’agit de prolonger son engagement pour les femmes. De passer « des mots à l’acte ». Une initiative fidèle à la volonté d’Hélène Lazareff, fondatrice de Elle, d’offrir à toutes les femmes un magazine pour accompagner leur émancipation et les aider à trouver leur juste place dans la société.

2Douze ans après, ce sont près de 80 projets qui ont été financés dans 27 pays du monde par la Fondation d’entreprise ELLE.

3Aide à la scolarisation des collégiennes au Maroc ; appui à la constitution de groupes d’entraide pour les femmes en Inde ; accompagnement vers l’emploi des femmes de plus de 45 ans en France ; soutien à la création d’entreprises des jeunes filles dans les quartiers d’Île-de-France ; création de coopératives artisanales au Burkina Faso ; participation à la création d’un magazine en Afghanistan et à la prison de Rennes ; soutien à la création d’activités génératrices de revenus pour les femmes en Tchétchénie ; lutte contre les mariages forcés et les mutilations génitales en Éthiopie… Autant de projets dont les maîtres mots sont « émancipation », « autonomie », « leadership », et finalement « liberté ».

4L’efficience d’une fondation, comme de toute organisation, réside principalement dans sa capacité à démontrer les résultats tangibles et mesurables des actions qu’elle soutient. Ainsi, la sélection des projets accompagnés par la Fondation ELLE est un prérequis auquel nous attachons une importance capitale. Nous disposons donc de procédures strictes à toutes les étapes de nos échanges avec les associations et ONG que nous sommes susceptibles d’accompagner financièrement dans la conduite et le développement de leurs projets. Ainsi le cadre logique est-il un point central dans les lignes directrices de présentation de projet, tout comme l’évaluation opérationnelle de mise en œuvre du projet. Par ailleurs, lors de la phase d’instruction des projets, nous prenons en compte les conseils et remontées d’informations des principaux opérateurs et institutionnels présents sur le terrain (Service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France, agences onusiennes, ONG). Par la suite, nous imposons à nos partenaires la rédaction d’un rapport poussé à mi-parcours et en fin de programme, qui conditionne la poursuite du soutien de la Fondation ELLE. Ces procédures sont pour nous essentielles. Elles sont un réel rempart contre les risques inhérents au travail de sélection de projets, surtout lorsqu’ils sont menés sur des terrains difficiles. Elles nous permettent également, grâce à la prise en compte de tous nos indicateurs, de ne pas être entraînés dans nos choix par une certaine subjectivité. Les projets pour les femmes sont en effet très nombreux, et même si les intentions sont la plupart du temps excellentes, la façon dont ils sont conduits n’est pas toujours optimale. Nous nous devons, par respect pour les femmes que nous accompagnons, d’exiger le meilleur et le plus efficace. C’est également un engagement que nous avons vis-à-vis de notre entreprise et de l’argent qu’elle confie à la Fondation pour soutenir les projets.

5Je dis souvent que travailler pour les femmes est un honneur et un bonheur. Parce que ça marche. Les femmes ont une capacité de résilience hors norme, un courage et une énergie sans limites. Certes, elles sont parfois leur pire ennemie, mais quand elles décident, elles réussissent. Et le plus souvent au bénéfice de l’ensemble de la communauté.

6Je suis donc bien plus que convaincue que la cause des femmes est essentielle. Qu’un monde plus juste ne pourra être ni se construire sans elles, à égalité avec les hommes. Être féministe est un honneur. Se battre pour les femmes, une responsabilité. Chaque jour qui passe depuis douze ans, j’en comprends la nécessité et surtout l’efficacité. Les femmes sont le meilleur outil de développement économique, social et politique d’un pays. C’est aussi le meilleur argument pour plus de démocratie.

7La Fondation ELLE se bat pour l’éducation des filles. C’est l’éducation que nous avons toutes et tous reçue qui nous a permis de faire nos choix et de conduire notre vie sur des chemins que nous avons souhaités et trouvés. Cette chance devrait être universelle. C’est la raison d’être de notre Fondation.

8Aujourd’hui, le secteur privé est en première ligne et de grandes entreprises s’engagent à la réussite des ODD. Des millions de dollars sont ainsi alloués à la promotion pour l’égalité des sexes. Y parvenir d’ici 2030 est certes très ambitieux, mais il faut y croire. Pour ma part, je crois profondément à l’impact des entreprises et du secteur privé. La France a pourtant « bien du mal » avec le rapprochement public-privé. Souvenons-nous des débats avec les ONG dans les années 1990. Elles n’étaient pas enthousiastes à l’idée de travailler avec des financements en provenance des entreprises du secteur privé. N’est-il pas en outre paradoxal de considérer comme innovant le fait de faire collaborer les entreprises, les collectivités, les ONG et les institutions nationales et internationales ? Ne dit-on pas qu’à plusieurs, on est plus « impactant » ? Pour ma part, je suis convaincue que l’agilité de l’entreprise, son adaptabilité, ses objectifs par essence économiques sont un formidable atout.

  • 1 Accor, ADP, Air France, Chanel, Elle, Engie, Kering, Orange, Raja-Danièle Marcovici, Sanofi, Sisle (...)

9Je prendrai donc l’exemple d’une très belle réussite sur un projet de sensibilisation du grand public, imaginé en 2016 par la Fondation ELLE, soutenu par 12 fondations d’entreprise en 2016 et 20171, produit par Imagissime (société de Lagardère Studios) et diffusé par France Télévisions : « ELLES ont toutes une histoire », deux fois 11 programmes courts qui parlent du droit des femmes, de leur capacité à réaliser leurs ambitions malgré les obstacles, en France et partout dans le monde, des violences dont elles sont victimes, des discriminations professionnelles, de leur combat pour l’égalité. Ce programme a été vu par plus de 22 millions de téléspectateurs en 2016. Un résultat exceptionnel selon France Télévisions. Un programme qui a surtout prouvé que ces entreprises si différentes sont heureuses de s’unir, à travers leur fondation, autour des mêmes valeurs de solidarité et d’engagement.

10Il faut aussi croire que chaque petit caillou posé sur ce chemin est un pas de plus vers notre objectif. Le monde auquel nous aspirons ne pourra se construire en laissant de côté la moitié du genre humain. C’est cette ambition qui nous guide et nous conduit dans les projets que nous choisissons pour les milliers de femmes que nous aidons avec notre Fondation.

Notes

1 Accor, ADP, Air France, Chanel, Elle, Engie, Kering, Orange, Raja-Danièle Marcovici, Sanofi, Sisley, Unilever.

Auteur

Déléguée générale de la Fondation ELLE.

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search