Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le projet majeur africain de la Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie III. Réalisations

La Grande Muraille Verte : un corridor de suivi de la dynamique d’établissement et des changements d’état de la biodiversité au Sahel

Brice Sinsin

Résumé

La plupart des stations dont disposent les scientifiques pour le suivi des changements d’état des ressources naturelles sont soit des stations naturellement établies depuis l’évolution de la planète soit de vieilles plantations à histoire peu connue en termes de processus des composants. L’initiative heureuse de l’implantation d’une Grande Muraille Verte au Sahel à l’échelle continentale est un idéal pour le monitoring de la biodiversité car plusieurs questions scientifiques pourront enfin trouver un champ expérimental à leur résolution. Quelle est l’influence de la longueur ou des effets de dimensions des plantations sur le recrutement de nouvelles espèces ? Quels sont les agents facilitateurs de l’augmentation de la biodiversité au sein de plantations artificielles en milieu aride ? Quels peuvent être les effets de cette grande bande verte sur les micro-ou méso-climats et les facteurs biotiques associés au Sahel ? Quels sont les groupes taxonomiques qui seront les pionniers à s’établir et pour combien de temps avant leur remplacement ? Quelles pressions subiront les espèces utiles (fruitières, fourragères, énergétiques, etc.) de la part des populations riveraines et quelles sont les réactions positives induites ? Ce sont autant de questions de monitoring qui seront répondues au cours du suivi écologique de la Grande Muraille Verte à partir d’une bonne maîtrise du temps à travers des modèles mathématiques enrichis de données sur le long terme. Cette communication est un plaidoyer pour inviter les scientifiques à prendre le train du bio-monitoring dès la gare de départ pour ne pas manquer le début des processus. Enfin, pour donner encore plus de renommée à cette impressionnante œuvre, le projet de la Grande Muraille Verte (GMV) est proposé pour être érigé en aire protégée de la Catégorie V de l’UICN dénommée : Aire Protégée Paysagère de la GMV Transfrontalière du Sahel.

Texte intégral

Introduction

1La mise en œuvre d’activités découlant d’objectifs spécifiques et projetées pour être réalisées, communément appelées « projets », est une décision qui est l’aboutissement d’un processus plus ou moins long de jeux d’hypothèses et d’activités conséquentes concourant à l’obtention de résultats escomptés selon les objectifs de projet. Il est souvent notoire que les données pouvant contribuer à l’évaluation des projets ne soient pas prises en compte au démarrage de leur mise en œuvre ce qui du coup crée des lacunes pour le jugement objectif de la pertinence et de la portée des résultats obtenus. De telles données ne peuvent être obtenues qu’à l’aide de protocole de suivi des projets sur le long terme (monitoring) pour éviter notamment les erreurs d’extrapolations temporelle et spatiale liées aux études ponctuelles de courte durée (Evans & Turnbull, 2004 ; Dale, 2003).

2Le suivi écologique des systèmes dynamiques nécessite de prévoir des dispositifs adéquats de collecte de données qu’il faut asseoir dès le début du processus censé prendre place au fil du temps, soit pour réajuster les actions prévues soit pour choisir des solutions alternatives (Ringold et al., 1996 ; Nyberg, 1998 ; Elzinga et al., 2001 ). Par exemple, l’un des domaines où la collecte régulière de données est bien utile, selon un dispositif bien élaboré et en adéquation avec les objectifs à long terme des projets, est celui des modélisations prédictive ou explicative (Dale, 2003). En effet, nombreux sont les auteurs qui se trouvent confrontés aux problèmes que posent les données manquantes lors de l’établissement du paramétrage de tels modèles (Evans & Turnbull, 2004).

3Le nouveau projet d’établissement d’une bande boisée sur toute la longueur de la zone du Sahel pour contrer la désertification progressive venant du Sahara, projet dénommé la « Grande Muraille Verte (GMV) » du Sahel, offre un cadre intéressant d’expérimentation du suivi des effets probables ou prédictibles de la dynamique naturelle qui y aura court à plus ou moins long terme. Au-delà de la croissance et du développement normal des espèces d’arbres qui y seront plantées, la couverture forestière ainsi créée servira très probablement d’habitats à nombre d’organismes de tous règnes comme cela a déjà été révélé ailleurs pour des cas similaires (Duff et al., 1986 ; Senanayake, 1987). L’environnement biophysique du Sahel en termes de climatope, d’édaphotope et d’écosystème est fortement soumis aux changements à tous les niveaux, aussi les effets qu’un tel projet de changement biophysique induira méritent-ils un suivi diligent pour en tirer un grand nombre d’enseignements scientifiques.

4En ce moment où ont lieu les discussions sur les modalités de mise en œuvre du projet de la GMV, le dispositif de collecte de données doit déjà intégrer les méthodologies de suivi de la biodiversité que l’on pourrait voir naître de cette œuvre biologique.

5Ce document a pour objectif de monter l’intérêt des plantations d’une manière générale et d’argumenter voire d’insister sur la nécessité d’asseoir un protocole de collecte de données pour le monitoring des plantations de la GMV en tant que milieu-cadre et milieu-ressource pour les organismes qui y viendraient enrichir la diversité biologique attendue.

Intérêts des plantations de la GMV pour le Sahel

6La domestication des essences forestières en termes de plantations remonte bien loin dans le passé comme l’ont rapportée Evans & Turnbull (2004) pour les plantations d’olive (Olea europaea) en Grèce vers l’an 4000 avant JC, de Commiphora myrrha ou de Boswellia sp. en Egypte vers 1500 avant JC. De nos jours, aussi bien les pays nantis en ressources forestières tels le Brésil ou l’Indonésie que ceux qui en sont démunis (Tchad ou Soudan) ont réalisé des plantations à plus ou moins grande échelle. Les estimations de la FAO (2001) indiquent que la couverture forestière et les plantations couvrent au niveau mondial environ 3869 millions d’hectares soit 30 % de la surface terrestre dont 187 millions d’hectares de plantations. Les top cinq grands pays de plantations au niveau mondial sont la Chine, la Russie, les USA, l’Inde et le Japon (Brown, 2006). Sous les tropiques, le rythme annuel de progression des plantations est de 4,5 millions d’hectares contre environ 80 mille hectares pour l’Afrique. Pour l’ensemble des pays tropicaux, l’Afrique vient en troisième position en termes de plantation (Tableau 1).

Tableau 1

Tableau 1

Superficies reboisées (x 1 000 ha) entre 1965 et 2000 sous les tropiques (y compris zones subtropicales) (27°N – 27°S) (FAO, 2001)

7Une bonne partie des plantations est de type industriel comme le montrent les données du Tableau 2 et les essences utilisées appartiennent à 4 principaux genres que sont Eucalyptus, Acacia, Tectona et Pinus (Tableau 3). Très peu d’espèces locales sont ainsi utilisées dans les plantations établies sur de vastes étendues.

Tableau 2

Tableau 2

Superficies totales couvertes par les plantations industrielles sous les tropiques en 1995 (Pandey & Ball, 1998)

Tableau 3

Tableau 3

Espèces utilisées pour les plantations forestières sous les tropiques (Evans &Turnbull, 2004)

8Au sein de l’Afrique, les cinq premiers pays de plantations sont l’Afrique du Sud, le Nigeria, le Soudan loin devant Madagascar et le Sénégal (Tableau 4).

9Par ailleurs, toutes les plantations ont une ou plusieurs raisons qui justifient leur réalisation. Ainsi, les plantations sont-elles destinées soit i) à produire du bois et autres produits dérivés du bois, ii) à ajouter de la valeur aux agrosystèmes, iii) à réhabiliter ou à protéger des sites dégradés ou vulnérables (dunes, terrains érodés), iv) à améliorer l’environnement (mitigation des effets de changement climatique, séquestration de carbone),v) à créer un environnement esthétique et une ambiance de forêt naturelle pour le tourisme ou à des fins récréatives, etc.

10Toutefois, la GMV sera implantée dans un environnement sahélien peu favorable à la productivité primaire en raison de : i) la disponibilité faible et erratique de l’humidité du sol, ii) l’effet fort desséchant et abrasif du vent saharo-sahélien souvent chargé de poussière et de sable, iii) températures extrêmes agissant comme facteurs limitants, iv) la mobilité du substrat (dunes) entraînant des cassures de racines, v) risques d’utilisations concurrentes au-delà des capacités de charge (prélèvements excessifs de fourrage, bois de chauffe, etc.), vi) l’effet forme ou de périmètre, ici plus en longueur ou ceinture verte ce qui exposera les bords de plantation aux agressions avec le risque d’aggravation de tels effets par la fragmentation subséquente.

Tableau 4

Tableau 4

Superficies reboisées (x 1 000 ha) dans divers pays du Sahel et au sud du Sahel de 1965 à 2000 (FAO, 2001).

11L’expérience de plantation écologique sur de longue distance est connue de la Chine avec son projet de ceinture verte pour protéger ses terres de l’avancée du désert de Gobi. Cette muraille verte, pendant de la Grande Muraille de Chine, est prévue pour atteindre 4 500 km allant de la banlieue de Pékin à la Mongolie-Intérieure pour un coût évalué à 8 milliards de dollars US (Brown, 2006).

12Il y a donc des avantages certains pour le projet de la GMV ; aussi peut-on noter entre autres :

  • Une opportunité pour les pays limitrophes du Sahel (Nigeria, Cameroun par exemple) ou typiquement sahéliens (Sénégal, Niger, Tchad, Soudan, etc.) d’entreprendre des actions concrètes à grande échelle pour contrer l’avancée du désert du Sahara vers l’équateur en érigeant une barrière d’arbres censée freiner certaines forces desséchantes telles que le vent, le rayonnement incident au contact du sol, les déplacements de sable et de poussière, etc.

  • Une opportunité de créer ou d’accroître la diversité biologique régionale par la régénération attendue des espèces végétales colonisatrices et l’arrivée d’autres organismes en raison des nouvelles niches. Des espèces déjà menacées en raison de l’absence de couvert végétal pourront être sauvées par la restauration d’un microclimat convenable.

  • Une opportunité pour donner plus de valeur esthétique au paysage du Sahel fort dégradé par la désertification et les effets pervers des excès d’exploitation de diverses ressources naturelles (pâturages, récolte de bois, etc.). La GMV, telle une galerie forestière en zone de climat contrasté, devrait faire effet d’art par le relief de verdure que représente une telle ceinture vivante dans un paysage jauni de dunes et brûlant en maints endroits découverts.

  • Une opportunité de disposer au démarrage d’un dispositif adéquat de collecte de données nécessaires pour le suivi des changements d’état et surtout pour l’élaboration de modèles robustes d’explication et de prédiction des effets de tels genres d’aménagement face aux changements climatiques.

13A chacune de ces raisons on peut trouver des objectifs de gestion ou de conservation qui orientent généralement des actions appropriées pour lesquelles des informations scientifiques et/ou techniques sont pour le moins utiles. Dès lors, on peut évaluer la pertinence des actions d’aménagement et/ou de gestion du projet de GMV en cours durant les phases de croissance et de développement des peuplements établis.

Les plantations, un désert biologique ou des sites d’enrichissement biologique ?

14Au regard des déterminants explicatifs de la diversité biologique, à savoir un grand nombre d’espèces co-existantes avec une régularité similaire d’individus (Magurran, 2004), les plantations souvent mono-spécifiques ou composées d’un petit nombre d’espèces abondamment plantées ne sauraient égaler les formations naturelles à ce propos. Même au sein des formations naturelles, les faciès mono-spécifiques y sont souvent moins riches en espèces végétales (Evans & Turnbull, 2004). D’une manière générale, les plantations sont moins performantes que les formations naturelles sur bien des aspects écologiques. Ces écarts sont plus ou atténués avec l’âge des plantations où l’on note une évolution croissante de la diversité biologique avec le temps. En particulier on peut rapporter à titre de comparaison :

  • Richesse spécifique des espèces végétales plus faible dans les plantations comparées aux formations naturelles (70 à plus de 100 espèces d’arbres par hectare dans les formations denses forestières).

  • Structure nettement plus simple des plantations comparées aux formations naturelles présentant souvent une complexité de strates de développement (espèces émergentes, dominantes, dominées, de sous-bois et de ras de sol).

  • Productivité primaire (taux de conversion de l’énergie solaire en matière organique par les végétaux) en bois stocké, plus élevée dans les plantations que dans les formations naturelles qui agissent comme un système fermé en équilibre dynamique.

  • Cycle biogéochimique : i) l’immobilisation de minéralomasse est croissante avec l’âge des plantations alors qu’elle est constante dans une formation stable, ii) le taux de décomposition de la litière est nettement plus lente sous plantation (20 à plus de 70 t/ha minéralisant au-delà de trois ans voire 17 ans et plus, Morris, 1993) qu’au sein d’une formation naturelle (5 à 15 t/ha minéralisant au bout de 2 à 6 mois, Egunjobi & Onweluzo, 1979).

  • Niche et richesse faunique : la diversité des formes de vie et celle des réseaux trophiques sont plus complexes au sein des formations naturelles où il existe une diversité plus élevée de niches et de chaînes trophiques qui y sont associées. En cela les plantations sont nettement moins riches en faune sauvage, mais elles deviennent avec l’âge des refuges attractifs pour plusieurs espèces animales et dans certains cas elles rivalisent en diversité faunique avec les formations naturelles voisines généralement plus perturbées ou dégradées (Evans & Turnbull, 2004).

15On peut donc faire le constat que les plantations sont écologiquement moins riches que les formations naturelles, mais elles ne sont pas pour autant des déserts biologiques, car il est bien démontré que les plantations peuvent faire renaître la diversité biologique notamment lorsqu’elles sont établies sur des terrains dénudés ou initialement très appauvris floristiquement.

Facteurs de dynamique de la biodiversité au sein des plantations

16Plusieurs facteurs induits par l’existence des plantations expliquent l’évolution progressive de la biodiversité que l’on y observe avec l’âge des plantations ; ce sont en particulier :

  • La couverture végétale qui créée, sert d’habitat ou de refuge à plusieurs organismes. L’effet du couvert végétal est en amont de plusieurs processus améliorateurs du milieu qui sont des facteurs déterminants de la biodiversité.

  • Le microclimat d’une plantation est bien notoire par la température qui y est plus constante et plus tempérée que la température extérieure. L’éclairement y est diffus. Dès lors les autres facteurs périodiques secondaires que sont l’humidité relative et le vent sont maintenus à des niveaux optima pour la vie de divers organismes forestiers qui ne tolèrent que difficilement des extrêmes plus prononcées de ces mêmes facteurs climatiques.

  • Les conditions de sol y sont meilleures : plusieurs études ont montré que les propriétés physico-chimiques des sols sous plantations (eau du sol, matière organique, CEC, structure, texture, porosité, etc.) sont améliorées durant la maturation des plantations. Cela vient du fait du cycle biogéochimique que l’on y observe en raison de la chute importante de litière et sa décomposition. Toutefois, d’autres études ont révélé une certaine tendance à l’acidification des sols avec une richesse floristique plus faible sous des plantations d’Eucalyptus camaldulensis (Djego & Sinsin, 2006).

  • Les chaînes trophiques (décomposeurs, minéralisateurs, producteurs, herbivores/frugivores, carnivores) naissent progressivement avec l’âge des plantations en réponse au couvert végétal, aux facteurs de microclimat forestier et à l’amélioration des propriétés du sol.

  • Les agents « disperseurs » de semences de divers groupes taxonomiques (oiseaux, chauves-souris, rongeurs, insectes, etc.) enrichissent les plantations par dépôt de semences, point de départ des régénérations de certaines espèces étrangères à la station ou dont le stock semencier du sol a été détruit suite aux utilisations antérieures à la plantation.

  • Les conditions ci-dessus citées étant remplies, les plantations fonctionnent comme les écosystèmes naturels et peuvent fournir des services équivalents à bien d’égards à ceux des formations naturelles (nourriture, pollinisation, divers produits forestiers, régulations diverses, etc.).

Le suivi ou monitoring écologique des changements du milieu

Justification/problèmes posés

17Comme il a été présenté dans les paragraphes précédents, une plantation naît, croît, arrive à maturité puis peut livrer des produits au cours de son développement ou à la fin de rotations successives. Une plantation change ainsi d’état au fil du temps et dès lors, nombreuses sont les questions qui se posent en rapport avec des faits établis (richesse notoire en faune avienne par exemple) ou en termes de recherche de causalité pour divers impacts ressentis ou prédictibles (modélisation). Malheureusement, les réponses à ces questions souffrent souvent de manque de données pertinentes collectées en temps opportun et suivant des méthodologies appropriées. Plusieurs raisons entre autres qui expliquent cet état de fait sont i) le manque de discussions approfondies sur divers aspects des projets avant leur mise en œuvre, ii) le manque d’évaluation des objectifs spécifiques aux grands axes stratégiques, notamment leur adéquation avec l’objectif global, et le risque majeur d’avoir pour un même projet des objectifs contradictoires voire compromettants, iii) l’absence de comité scientifique institutionnalisé pour coordonner les protocoles de collecte de données sur le long terme.

18Ces besoins en données sont bien ressentis au regard des lacunes que le monitoring écologique permet de combler, à savoir :

  • Absence de collecte de données explicatives des processus caractéristiques de la dynamique des plantations sous gestion.

  • Manque de données pour paramétrer et valider les modèles mathématiques explicatifs et prédictifs des changements d’état des plantations.

Intérêts d’un dispositif de monitoring écologique des plantations

  • Disponibilité de système d’alerte pour réadapter/ajuster la gestion en cours des plantations avant tout échec prévisible.

  • Disponibilité d’informations pour évaluer la pertinence et l’efficacité des actions d’aménagement entreprises.

  • Disponibilité de données au départ, sur l’état actuel et sur l’évolution future prédictible de certains facteurs-variables de dynamique des plantations.

  • Disponibilité d’informations pour révéler l’effet des pressions d’origine anthropique sur les plantations.

  • Disponibilité d’informations pour révéler des lacunes dans la gestion et les actions correctrices nécessaires.

  • Disponibilité de banque de données pour formuler des indicateurs de gestion et de biodiversité.

  • Disponibilité de données régulièrement accumulées pour l’analyse des séries temporelles et pour l’élaboration des modèles mathématiques.

Typologie de monitoring

19Le monitoring est l’ensemble des activités de collecte et d’analyse de séries d’observations ou de prises de mesures quantitatives en vue d’évaluer les changements au cours d’un processus évolutif dans le cadre d’objectifs mesurables d’aménagement et de gestion. Il est bon de remarquer que le succès du monitoring dépend de la précision et de la clarté des objectifs spécifiques de projet.

20On peut distinguer deux types de monitoring que sont i) le monitoring pour la gestion des ressources naturelles et ii) le monitoring pour la recherche d’accompagnement :

Monitoring dans le cas de gestion des ressources naturelles

  • Monitoring comme outil d’aide aux décisions alternatives : ce type de monitoring suppose que l’on dispose de solutions de rechange à un problème pressenti comme probable. Par exemple, si le monitoring révèle qu’une plantation de clones a engendré un taux élevé de mortalité suite à une sécheresse, alors on peut décider assez tôt soit de planter des provenances non clonées à qui l’on garde toute leur diversité génétique soit de changer d’espèce.

  • Monitoring pour la gestion adaptative : ici les effets de la gestion sont évalués et les résultats de ces évaluations sont pris en compte pour réajuster les actions futures “learning by doing” (Nyberg, 1998 ; Lee, 1999). Par exemple si l’objectif d’aménagement est de limiter la pression de prélèvement du fourrage aérien à 30 % et si les résultats de monitoring révèlent une pression supérieure à 30 % alors on peut décider d’accroître le budget de sensibilisation des éleveurs ou taxer la fréquentation des plantations.

Monitoring pour la recherche d’accompagnement

  • Monitoring des processus de dynamique temporelle (trend analysis) : l’évaluation des changements doit faire partie d’un cycle de gestion ou d’un aménagement adaptatif au cours duquel les résultats de monitoring doivent être utilisés à des fins d’ajustement. Ce type de monitoring permet d’étudier par exemple la manière dont les éléments de la biodiversité changent au fil du temps. En voici deux exemples :

  • Objectif n° 1 de projet : éviter que l’espèce exotique colonise spontanément plus de 10 % des terres adjacentes

  • Sous-objectif d’échantillonnage : s’assurer à 95 % que l’envahissement n’excède pas 10 ±1 % des terres adjacentes

  • Réponse : si l’envahissement excède 10 % alors entreprendre l’éradication mécanique de l’espèce exotique.

  • Objectif n° 2 de projet : limiter les dégâts des rongeurs aux jeunes plants à un maximum de 10 % à l’an 2

  • Sous-objectif d’échantillonnage : s’assurer à 99 % que les dégâts n’excèdent pas 10 % dans un intervalle de confiance de ±5 %

  • Réponse : si dégâts >10 % entreprendre lutte mécanique et si inefficace alors usage de raticide.

  • Monitoring pour établir des référentiels servant de « témoins » pour les actions futures : ce monitoring exige une caractérisation bien détaillée des conditions de départ pour servir de référence ou témoin “baseline” aux changements futurs. Plusieurs facteurs-variables sont pris en compte dans l’espoir de voir quelques-uns déterminants de certains effets ou impacts du projet dans le futur. L’objectif est d’étudier les variations naturelles des éléments de la biodiversité à travers des paramètres tels que les taux/vitesse des changements à la suite de processus naturels ou de perturbations.

Quelques précautions pour la collecte de données de monitoring

21En raison des usages qui peuvent découler des résultats de monitoring comme les outils d’aide à la décision, il est important de prendre du temps pour bien penser les protocoles afin de bien collecter et en quantité suffisante les données de base (Dale, 2003). Ainsi est-il nécessaire de i) écrire et de conserver le protocole dans ses moindres détails, ii) développer le ou les modèles a priori pour en connaître tous les facteurs-variables nécessaires pour générer les différents paramètres, iii) prévoir les types ou techniques de traitement des données selon le ou les dispositifs expérimentaux mis en place. Plus particulièrement les aspects ci-après sont recommandables :

  • Définir avec précision l’objectif global et les objectifs spécifiques pertinents de monitoring pour obtenir/connaître les valeurs des changements ou de dynamique du système. Les objectifs sont le fondement du processus de monitoring et doivent porter soit sur les éléments de la biodiversité (taille de la population, régénération, reproduction, indice de diversité, etc.) soit sur les attributs de changements de l’habitat, soit encore sur les indicateurs de menaces. La définition des objectifs peut être déclinée soit comme i) condition : par exemple limiter la pression de pâturage à 30 % du feuillage, soit comme ii) mesure de changement : par exemple déterminer les tendances évolutives de l’abondance des ravageurs, soit comme iii) sous-objectif de recherche fondamentale pour générer de nouvelles informations/connaissances : par exemple modéliser l’état d’équilibre du système diversité taxonomique induite

  • exploitation pastorale des plantations.

  • Définir avec précision les objectifs spécifiques d’échantillonnage pour le monitoring (pour élaborer un protocole pertinent et adéquat avec échantillonnage représentatif) en vue de mesurer et déterminer avec précision les attributs et paramètres des modèles de changement.

  • Écrire dans les moindres détails dans un style clair et facile, la méthodologie de collecte des données. Les dimensions, unités d’observation/mesure, taille des échantillons, etc. doivent être décrites et transcrites avec précision dans le document de collecte de données de monitoring.

  • Tenir compte de la représentativité des échantillons d’observation (combien de points/parcelles/fréquences d’observation pour détecter un minimum de changement ?).

  • Définir le protocole au regard des traitements prévus pour l’analyse des données.

  • Concevoir avant le démarrage des activités de monitoring le format de la base de données (méta-données) et former le personnel chargé de la collecte des données en conséquence.

  • Former tout le personnel, à tous les niveaux, impliqué dans la collecte des données pour respecter rigoureusement le protocole de collecte des données afin d’éviter les erreurs non liées à l’échantillonnage (erreurs idiosyncrasiques).

  • Préciser la gestion et l’administration de la base de données : responsable, conditions d’accès et d’échanges, etc.

Conclusion

22On peut retenir que le projet de la GMV du Sahel va connaître des développements au cours de son évolution. On s’attend donc à une masse importante de connaissances à acquérir de ce projet de plantation à grande échelle. Toutefois, afin d’apporter des données valides aux hypothèses qui en découleraient et pour en déduire des leçons pour la science, il est nécessaire d’élaborer, et ceci dès le démarrage des plantations, des protocoles de collectes de données en adéquation avec les objectifs spécifiques d’aménagement et de recherche. De la qualité du protocole de collecte de données dépendra la qualité des outils d’aide à la décision qui découleraient des modèles explicatifs et/ou prédictifs de la dynamique du système plantation-utilisations locales.

Recommandation

23Ériger la GMV en Aire Protégée Transfrontalière du Sahel dans la catégorie V de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) (Phillips, 2002).

24En effet,

  • Vu le fait que la communauté internationale recommande aux dirigeants africains davantage d’effort de création d’aires protégées dans les catégories de l’UICN selon les réalités de leur pays ;

  • Vu le fait que la catégorie des aires protégées paysagères de l’UICN (Catégorie V) autorise une gestion durable des ressources du paysage concerné (Amend et al., 2008) ;

  • Vu l’intérêt bénéfique que peut procurer une aire protégée de catégorie internationale à la communauté internationale en général et aux populations locales en particulier ;

  • Vu le fait que la GMV est destinée à augmenter et à conserver la biodiversité du Sahel ;

  • Vu le fait que la GMV est établie pour servir les générations actuelles et futures ;

  • Vu le fait que la GMV est destinée à l’exploitation durable avec partage équitable des coûts et bénéfices entre les peuples ;

  • Vu le fait que l’établissement de la GMV va améliorer la valeur paysagère du Sahel ;

25Il est proposé pour la GMV, le statut d’aire protégée de la Catégorie V de l’UICN dénommée : Aire Protégée Paysagère de la GMV Transfrontalière du Sahel.

Bibliographie

Amend T., Brown J., Kothari A., Phillips A. & Stolton S. (2008) Protected Landscapes and Agrobiodiversity values. IUCN/WCPA, Gland Switzerland.

Brown L.R. (2006) Rescuing a planet under stress and a civilization in trouble. Earth Policy Institute.

Dale V.H. (2003) Ecological modeling for resource management. Springer-Verlag.

Djego J. & Sinsin B. (2006) Impact des espèces exotiques plantées sur la diversité spécifique des phytocénoses de leur sous-bois. Syst. Geogr. Pl., 76: 191-209.

Duff A.B., Hall R.A. & Marsh C.W. (1986) A survey of wildlife in and around a commercial tree plantation in Sabah. Malaysian Forester, 47(3/4): 197-213.

Egunjobi J.K. & Onweluzo O. (1979) Litter fall, mineral turnover and litter accumulation in Pinus caribaea stands at Ibadan, Nigeria. Biotropica 11(4): 251-255.

Elzinga C.L., Salzer D.W., Willoughby J.W. & Gibbs J.P. (2001) Monitoring plant and animal populations. Blackwell Science.

Evans J. & Turnbull J. (2004) Plantation forestry in the tropics: The role, silviculture, and the use of planted forests for industrial, social, environmental, and agroforestry purposes. Oxfrid University Press.

FAO (2001) Global forest resources assessment 2000. FAO Forestry Paper 140. FAO, Rome, Italy.

Lee K.N. (1999) Appraising adaptive management. Conservation Ecology, 3: 3 Online URL: http//www/consecol.org/vol3/iss2/art3.

Magurran A.E. 2004 (2004) Measuring biological diversity. Chapman and Hall.

Morris A.R. (1993) Forest floor accumulation under Pinus patula in the Usutu Forest, Swaziland. Commonwealth Forestry Review, 72: 114-117.

Nyberg J.B. (1998) Statistics and the practice of adaptive management. In: V. Sit & B. Taylor (eds), Statistical methods for adaptive management studies. Land management handbook No. 42, pp 1-7. Victoria, British Columbia: research Branch, B.C. Ministry of Forests.

Pandey D. & Ball J. (1998) Teak: a global overview. Unasylva, 51(201): 3-13.

Phillips A. (2002) Management guidelines for IUCN Category V Protected Areas, Protected Landscapes/Seascapes. IUCN, Best Practices Protected Areas Guidelines Series no 9. IUCN/WCPA, Gland Switzerlands.

Ringold P.L., Alegria J., Czaplewski R.L., Mulder B.S., Tolle T. & Burnett K. (1996) Adaptive monitoring desing for ecosystem management. Ecological Applications, 6(3): 745-747.

Senanayake F.R. (1987) Analog forestry as a conservation tool. Tiger Paper; FAO, Bankok Forest Newsletter, 14(2): 25-30.

Table des illustrations

Titre Tableau 1
Légende Superficies reboisées (x 1 000 ha) entre 1965 et 2000 sous les tropiques (y compris zones subtropicales) (27°N – 27°S) (FAO, 2001)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2156/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 2
Légende Superficies totales couvertes par les plantations industrielles sous les tropiques en 1995 (Pandey & Ball, 1998)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2156/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 3
Légende Espèces utilisées pour les plantations forestières sous les tropiques (Evans &Turnbull, 2004)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2156/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 4
Légende Superficies reboisées (x 1 000 ha) dans divers pays du Sahel et au sud du Sahel de 1965 à 2000 (FAO, 2001).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2156/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

Auteur

Laboratoire d’Ecologie Appliquée, université d’Abomey-Calavi, 01 BP 526 cotonou, Bénin
bsinsin@gmail.com

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540