Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le projet majeur africain de la Grande Muraille Verte

 | 
Abdoulaye Dia
, 
Robin Duponnois

Partie III. Réalisations

Expérience du Burkina Faso en matière de réalisation de la Muraille Verte. Le projet Front de Terre

Adama Drabo

Texte intégral

Introduction

1Le Burkina Faso, à l’instar des pays sahéliens, est confronté à une crise écologique caractérisée par une dégradation accélérée des ressources naturelles avec pour corollaire une raréfaction des terres cultivables et des aires de pâturage. Ceci est dû essentiellement à la conjugaison de facteurs climatiques et anthropiques, soutenue par une forte croissance démographique avec pour conséquence un accroissement des besoins en terres de culture, de pâturages et de produits forestiers.

2Cette situation, conjuguée à des pratiques agricoles inadaptées, à un mode d’élevage de type extensif et à une forte exploitation des ressources naturelles, a eu pour conséquence une baisse de la fertilité des sols et de la productivité agricole. Elle a entraîné un flux migratoire important des populations du Nord vers les zones qui regorgent encore des potentialités relativement importantes en ressources naturelles.

3Cette dégradation est plus particulièrement marquée dans les zones soudano-sahéliennes à sahéliennes, où l’on observe de vastes étendues de terres de glacis, devenues improductives et incultes avec les moyens aratoires traditionnels.

4C’est dans un tel contexte que le Projet « Front de Terre » a été initié par le Ministère de l’Environnement et du Cadre de Vie depuis 1998.

5Financé conjointement par une contribution importante de la République de Chine et le budget de l’Etat, le projet a permis de tester des systèmes de gestion intégrée des terroirs et des ressources naturelles basés sur l’approche participative et orientés essentiellement vers la restauration des espaces sylvo-pastoraux.

Zone de mise en œuvre du projet

Caractéristiques physiques

6La zone de mise en œuvre du projet se caractérise par deux types de climat :

  • Climat sahélien avec 3 à 4 mois de saisons de pluies et une pluviométrie variant entre 300 à 600 mm. C’est la partie du pays la plus soumise à l’influence des vents desséchant de l’harmattan. Cette sous-zone couvre les provinces du Yagha dans la Région du Sahel, de la Gnagna dans la Région de l’Est, du Namentenga et du Sanmatenga dans la Région du Centre-Nord.

  • Climat nord soudanien avec 4 à 6 mois de saisons de pluie et 600 à 900 mm de pluviométrie annuelle. La zone ici couvre les provinces du Passoré dans la Région du Nord, de l’Oubritenga dans la Région du Plateau Central, du Kadiogo dans la Région du Centre, et du Nayala, de la Kossi et des Banwa dans la Région de la Boucle du Mouhoun.

Figure 1. Localisation de la zone de mise en œuvre du projet.

Figure 1. Localisation de la zone de mise en œuvre du projet.

Burkina Faso : Localisation du projet Front de Terre

Contexte socio-économique et objectifs

7La zone d’intervention initiale du projet Front de Terre couvre ainsi 12 provinces réparties dans sept régions administratives du pays. La population de l’ensemble de la zone est estimée à 2683 596 personnes, soit un peu plus de 25 % de la population du Burkina Faso. Cette population est essentiellement rurale et pratique dans sa grande majorité les activités agro-sylvo-pastorales largement tributaires des aléas climatiques.

8L’objectif est de lutter contre la dégradation des terres en vue d’un accroissement de la productivité agricole dans la zone sahélo-soudanienne du pays.

9De manière spécifique, il s’agissait de réaliser une bande de végétation de 2 km de large sur environ 630 km de long dans la zone sahélienne du pays. Cette bande de végétation réalisée avec des essences forestières adaptées au milieu devait s’étendre, depuis le village de Mansila (frontière Burkina Faso-Niger) dans la province du Yagha (région du Sahel) au village de Tansila (frontière Burkina Faso-Mali) dans la province de la Kossi (Région de la Boucle du Mouhoun).

Modalités de mise en œuvre

Approche stratégique

10Le projet a été exécuté initialement à travers deux phases :

  • une phase pilote de 1998 à 2003,

  • une phase de consolidation de 2004 à 2007.

LA PHASE PILOTE

11La phase pilote a effectivement débuté au cours de l’année 1998 et s’est poursuivie jusqu’en 2003.

12Au début de cette phase seule une distance d’un seul tenant d’environ 20 km de long sur 2 km de large a été effectivement réalisée essentiellement dans la province de la Gnagna.

13L’approche a consisté à briser la carapace du sol à l’aide d’une sous soleuse sur des bandes parallèles mais perpendiculaires au sens de l’écoulement des eaux de ruissellement à raison de 3,5 m à 4m d’intervalles. Ceci a pour avantage de permettre le stockage des eaux de pluie et de faciliter ainsi le développement des plants.

14Les essences forestières locales adaptées à ce milieu sahélien et ayant une valeur économique intéressante ont été surtout utilisées le long de ce tracé. Ce sont essentiellement Acacia senegal et Acacia nilotica. Cependant quelques autres réalisations de faibles amplitudes ont été faites dans quelques villages le long du tracé notamment entre le Yagha et la Gnagna.

15Au regard de certaines difficultés dues à la problématique de la surveillance des plants dans les zones inter village, l’approche consistant à réaliser la bande de végétation fut revue à partir des années 2003

LAPHASE DE CONSOLIDATION

16La phase de consolidation a débuté à partir de 2004. L’approche consistant à réaliser la bande de végétation a été abandonnée. L’accent fut mis sur la récupération des terres dégradées et la réhabilitation des berges des cours d’eau dans les provinces concernées.

17Cette approche a pour avantage de traiter les sols incultes avec la sous-soleuse en y associant cette fois la production agricole et fourragère selon la prédominance des activités agro-sylvo-pastorales.

18Les glacis ainsi récupérés permettaient de produire les cultures vivrières entre les sillons traités et surtout facilitaient le travail du sol à l’avantage des plants mis en terre.

19Dans le cas de certains glacis, la strate herbacée reprenait graduellement au profit du bétail de la localité.

Le dispositif de protection des plants

20Dans le cadre du dispositif de protection des plans, il faut noter que toute la population est concernée par la protection des plants mis en terre. Néanmoins des comités villageois de surveillance ont été mis en place dans chacune des provinces. Les membres de ces comités se chargent d’assurer la protection des plants de manière rotative. Ils sont appuyés selon les cas par des gardiens ou l’ensemble de la population.

Les résultats enregistrés

21Au titre des grands résultats obtenus, on note entre autres que :

  • douze (12) provinces ont été touchées dans sept (07) régions administratives du pays ;

  • 62 sites ont été sous-solés sur une superficie totale de 3 320 ha ;

  • 1 218 037 plants, notamment Acacia senegal et Acacia nilotica, ont été effectivement plantés avec un taux de réussite variant entre 30 et 95 % selon les sites.

  • l’implication de 85 villages avec un effectif de 6 596 personnes ayant participé aux séances de sensibilisation et 258 villageois formés pour la conduite des activités, etc. ;

  • la mise en place de 45 comités de surveillance dans les localités concernées.

  • Au regard des acquis du projet et vu l’engouement de la population, une requête de financement d’un nouveau projet vient d’être initiée pour la poursuite et le renforcement des acquis déjà engrangés.

Le financement du projet

22La première phase du projet a été mise en œuvre à travers la coopération Chine–Burkina Faso et a coûté environ 800 millions de francs CFA avec une contrepartie nationale estimée à près de 100 millions de francs CFA.

23Il faut noter que deux unités de traitement du sol ont été acquises. Il s’agit de deux tracteurs de 180 CV de 4 charrues dont 2 charrues Delphine et 2 traîneaux. Le coût des plants ainsi que leurs mises en terre ont été supportés par le projet.

24La phase de consolidation a été prise en charge entièrement par l’Etat à travers les engagements nationaux de 2004 à 2008 pour un cumul de 164 millions de francs CFA, avec cependant trois années creuses (2003, 2004 et 2007)

25Quelques difficultés et contraintes ont émaillé l’exécution du Projet. On retient entre autres :

  • l’aberration dans l’estimation quantitative des objectifs initiaux du Projet ;

  • l’absence de document de projet au moment du lancement des activités ;

  • l’absence d’un cadre référentiel pour une appréciation et une évaluation objective des résultats ;

  • l’insuffisance d’études préalables ;

  • la variabilité de la méthodologie ou stratégie d’intervention du Projet ;

  • le pâturage dans les sites : en effet, la zone d’intervention actuelle du Projet est une zone à forte intensité d’élevage. Le cheptel (les animaux domestiques) est numériquement très important et a une incidence sur la végétation, notamment sur les sites boisés ;

  • les aléas climatiques : la pluviosité reste très faible et aléatoire dans cette zone, réduisant le taux de réussite des plants mis en terre ;

  • l’insuffisance des moyens logistiques (véhicules, motos) pour l’exécution et le suivi des activités du Projet ;

  • les moyens financiers limités pour suivre les exigences de l’évolution progressive du Projet ; l’enveloppe financière s’est révélée de plus en plus insuffisante pour faire face aux différents enjeux et défis.

Perspectives

26Les acquis engrangés par le projet s’avèrent intéressants. Tenant compte de ces résultats, il s’avère nécessaire de poursuivre les activités du projet à travers un financement conséquent.

27Les objectifs à atteindre pourraient s’articuler autour des points suivants :

  • contribuer à lutter contre la désertification pour la réduction de la pauvreté dans la zone d’intervention du Projet, tout en accroissant les productions agro-sylvo-pastorales par la récupération des terres dégradées et le renforcement des capacités de gestion des communautés locales ;

  • corriger les insuffisances de la mise en œuvre antérieure du projet, notamment par :

  • l’intégration du concept de Développement Local dans la stratégie d’intervention du Projet selon une démarche participative ;

  • l’extension du Projet dans les autres régions non couvertes, suivant une démarche « zone d’intervention » intégrant les terroirs villageois, en lieu et place d’une intervention suivant une bande végétale ;

  • l’élaboration de protocoles techniques et méthodologiques pour les actions de récupération des terres dégradées ;

  • la mise en place d’un système de programmation ascendant et d’un dispositif suivi-évaluation approprié, assorti d’une base de données.

  • sauvegarder et consolider les acquis.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Localisation de la zone de mise en œuvre du projet.
Légende Burkina Faso : Localisation du projet Front de Terre
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/2154/img-1.jpg
Fichier image/, 293k

Auteur

Ministère de l’Environnement et du Cadre de Vie. Ouagadougou, Burkina Faso

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540