Version classiqueVersion mobile

Un défi pour la planète

 | 
Patrick Caron
, 
Jean-Marc Châtaigner

Partie 2. L'idéal d'une humanité épanouie

Chapitre 6. ODD 2 : le choix de réunir faim, sécurité alimentaire et agriculture durable

Alain Billand et Patrick Caron

Résumé

L’ODD 2 est innovant à plus d’un titre par les connexions nouvelles qu’il propose par le biais de l’agriculture durable entre, d’un côté, la sécurité alimentaire et, de l’autre, les questions environnementales comme le changement climatique, la dégradation des terres et l’érosion génétique. Sa formulation résulte de compromis complexes entre pays, opérateurs économiques et acteurs de la société civile. Elle traduit le choix d’un lien fort entre les trois thématiques « faim, sécurité alimentaire et nutritionnelle, agriculture durable », dont l’interdépendance n’est pas a priori actuellement évidente. Les déterminants de la faim sont aujourd’hui avant tout sociaux et politiques. L’épidémie mondiale de maladies liées à l’obésité modifie quant à elle profondément la problématique de la sécurité alimentaire, en en faisant un problème majeur de santé. La mise en avant de l’agriculture est certes nécessaire, mais demeure insuffisante pour résoudre les questions de sécurité alimentaire. Pour atteindre l’ODD 2, il devient ainsi nécessaire de concevoir de nouveaux systèmes alimentaires, localement et globalement, en ne contournant pas les sujets polémiques et les controverses (intrants chimiques, concurrences pour l’usage des terres, conflits d’intérêts et risque réputationnel, etc.).

Texte intégral

ODD 2 : « Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable »

1Les trois thématiques liées par l’ODD 2 « faim, sécurité alimentaire et nutritionnelle, agriculture durable » n’avaient jamais été encore assemblées dans un même Objectif à cette échelle globale des Nations unies. Les Objectifs du millénaire avaient précédemment souligné en 2000 la priorité d’associer la faim et la pauvreté dans l’Objectif classé le premier. La mention explicite de l’agriculture dans l’un des 17 ODD est donc un fait original. Ce triptyque signifie que l’agriculture durable est appelée à jouer un rôle majeur pour résoudre la faim dans le monde et, de façon plus large, la question de la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Dans un premier temps, on montrera dans ce chapitre que ces trois thématiques sont moins dépendantes l’une de l’autre qu’il n’y paraît et que leur association, loin d’être une évidence, correspond à un véritable choix. Dans un second temps, nous examinerons chacun de ces trois termes, en soulignant les points forts et inflexions apportés par l’ODD 2, de même que d’éventuelles lacunes ou omissions concernant la traduction de l’Objectif en « cibles » à atteindre.

Trois notions relativement dépendantes ?

2Nous montrerons ci-dessous qu’au-delà du bon sens et des évidences intuitives, l’assemblage de ces trois termes, pris deux à deux, traduit plusieurs choix, et que ces liens expriment des dépendances faites de représentations et de défis à relever.

Faim et sécurité alimentaire

3L’insécurité alimentaire conduit généralement à évoquer la faim. Cette dernière ne représente pourtant que l’une des formes, ô combien dramatique, de cette insécurité alimentaire. Depuis des décennies, le nombre de personnes qui en souffrent demeure constant, autour de 800 millions. D’autres formes existent et se développent de manière rapide et préoccupante, nous le verrons, comme les carences nutritionnelles (2 milliards de personnes) et les cas de surpoids et d’obésité (1,4 milliard de personnes). L’expression « triple fardeau » rend ainsi compte de l’insécurité alimentaire.

Faim et agriculture durable

4La relation entre la faim et l’agriculture est tout aussi ambivalente. Il pourrait sembler naturel de considérer que la responsabilité d’éradiquer la faim (et d’assurer une alimentation suffisante et équilibrée pour tous) incombe à la production agricole. Même si certaines ressources alimentaires ne sont ni domestiquées, ni cultivées (cueillette, viande de brousse et pêche), l’essentiel des aliments des humains provient de l’agriculture et de l’élevage. Mais ce lien n’a rien de naturel. Et il convient, au 3e millénaire, alors que la démographie n’est plus le principal moteur des transitions alimentaires (HLPE, 2016), de ne plus réduire la question de la faim à une insuffisance d’offre.

5En effet, la production agricole est aujourd’hui globalement suffisante pour couvrir les besoins alimentaires de la planète (FAO-Stat). Les populations en situation de sous-alimentation font surtout face à des problèmes d’accès à la nourriture. La pauvreté contraint les capacités d’acheter de la nourriture, et les situations de crises, temporaires ou récurrentes (conflits, incidents climatiques, épidémies), contraignent dramatiquement la distribution des aliments.

6L’agriculture durable quant à elle porte un double objectif : (1) garantir, au-delà de l’auto-approvisionnement, des revenus pour ceux qui souffrent le plus de ce fléau, à savoir parmi les agriculteurs familiaux (le quart de la population mondiale), ceux en situation de précarité et de pauvreté ; (2) contribuer à préserver et restaurer les écosystèmes terrestres (ODD 15).

Sécurité alimentaire et agriculture durable

7Est ainsi explicité, au-delà de la question de la faim, le besoin fondamental d’assurer une production d’aliments sains, exempts d’éléments néfastes à la santé humaine, en particulier de molécules de synthèse ou contaminants liés aux processus de culture ou de transformation.

La faim, un fléau difficile à mesurer autant qu’à éradiquer

8La faim est un fléau difficile à mesurer, dont les déterminants sont complexes et évoluent. L’argumentaire de l’ODD 2 met d’abord en avant le terme « hunger », « la faim », sans doute pour en hiérarchiser le caractère d’urgence et la dimension d’autant plus intolérable que la planète ne souffre pas d’un manque global de nourriture. L’éradication de la faim n’est pas une cible nouvelle, et globalement des progrès ont été réalisés, en particulier en Asie et en Amérique latine. Les dernières données disponibles montrent une atteinte partielle des Objectifs du millénaire pour le développement en 2000 avec un recul concernant les principaux indicateurs de résolution de la faim (793 millions de personnes chroniquement sous-alimentées en 2015, soit 214 millions de moins qu’en 1990-1992 ; prévalence de la sous-alimentation à 10,0 % en 2014-2016 contre 18,6 % en 1990-1992 (SOFI, FAO 2015). Il n’en demeure pas moins vrai qu’en termes d’effectifs (et non relatifs), le problème reste relativement stable depuis les années 1980.

Les dispositifs d’éradication dépendent de la façon de mesurer la faim

9La façon de mesurer la faim et le choix des mesures pour l’éradiquer ne sont pas indépendants. La promotion et la mesure de la réalisation de l’ODD 2 nécessitent des variables fiables, alors que l’une des difficultés vient de l’utilisation de variables issues de registres différents, et qui le plus souvent s’appuient sur des paramètres indirects.

10Une variable largement utilisée est d’ordre médical et porte sur le dénombrement des enfants en situation de retard de croissance au seuil de 1 000 jours ou de 5 ans. Une autre manière de mesurer la faim est de rendre compte du manque d’accès aux aliments, situation qui correspond le plus souvent en Afrique à des lieux de conflits armés ou aux territoires affectés par des évènements climatiques (sécheresses ou inondations) ou des épidémies (comme Ebola en Afrique de l’Ouest). Dans la plupart de ces cas, la production locale de nourriture est affectée, mais aussi les circuits de transformation et de distribution de l’alimentation. Au final, ces crises empêchent l’accès à la nourriture pour les populations, la nourriture locale devenant rare et la pauvreté empêchant d’acheter de la nourriture provenant d’autres régions. Une troisième voie porte sur la mesure de l’énergie fournie par les aliments, estimée par la disponibilité moyenne en calories par habitant. Ainsi la prospective Agrimonde propose des scénarios contrastés en 2030 (Paillard et al., 2011), selon la quantité de calories produites et consommées dans les différentes régions du monde et selon l’évolution de la proportion de viande dans la ration individuelle quotidienne.

11De ces trois paramètres (croissance des enfants, crises alimentaires, ration calorique), aucun n’est globalement représentatif de la situation de faim dans le monde. Les retards de croissance peuvent survenir sans faim, lorsqu’ils résultent de carences en micro-éléments fondamentaux (vitamines, iode, etc.). Les zones de crise alimentaire posent la question de la faim systémique, due à la pauvreté et à l’inéquité d’accès aux ressources dans un pays, à distinguer de la faim conjoncturelle en situation de crise. La longue durée de crises dans certains pays voit d’ailleurs les réponses temporaires, comme la distribution alimentaire ou la fortification des aliments, se faire chroniques. La seule satisfaction des besoins caloriques, si elle peut résoudre la question de la faim et assurer la survie, n’est pas suffisante pour assurer l’ensemble des besoins physiologiques et culturels des humains ; elle n’empêche par ailleurs pas l’expression d’autres formes d’insécurité alimentaire, carences nutritionnelles ou obésité.

12Ainsi, l’attention à une seule variable peut conduire à des réponses insatisfaisantes. La lutte contre le retard de croissance pourra par exemple conduire à enrichir artificiellement les aliments infantiles en micro-nutriments, générant une dépendance des familles envers des aliments industriels alors qu’elles n’ont pas la maîtrise ni la capacité financière de les acheter. La fourniture de nourriture à des populations en situation de famine répond à l’urgence, mais ne modifie pas les causes de ces carences et peut même les aggraver.

L’insécurité alimentaire est déterminée par les modes de consommation

13L’argument principal reliant l’agriculture à la faim couramment mis en avant est celui de l’accroissement démographique mondial, en soulignant qu’avec 2 milliards d’humains supplémentaires à alimenter en 2030, la production agricole devra être en mesure de suivre la demande. Cela n’est pas sans rappeler le retour de craintes malthusianistes exprimées lors des dernières décennies du xxe siècle. Et ce, alors que la démographie n’est plus le principal moteur de la faim et de l’insécurité alimentaire.

14Les émeutes dites « de la faim » qui ont affecté 37 pays début 2008 ont remis sur le devant de la scène la question de la pénurie alimentaire, et avec elle celle du secteur de l’agriculture, tombée en désuétude dans les sphères du développement (IBRD/World Bank, 2007). Un lien étroit a rapidement été établi entre les problèmes d’accès à l’aliment mis en exergue par l’actualité et un nécessaire soutien au secteur agricole, et il n’est donc pas surprenant de le retrouver inscrit dans l’ODD 2.

15Depuis les alertes de Malthus, qui observait une augmentation linéaire de la production agricole (Malthus, 1798) et préconisait un contrôle de la croissance démographique pour éviter les famines et les guerres, la population mondiale est passée de 1 à 7 milliards. Le cataclysme annoncé a finalement été évité : entre 1961 et 2003, en quarante ans, la production globale a été multipliée par 2,5 (Paillard et al., 2011) alors que dans le même temps la population « ne faisait que doubler », ce qui a conduit à une augmentation régulière du disponible alimentaire par habitant (données FAOStat). Grâce aux progrès techniques considérables dans le domaine de la chimie et de la génétique, à une mobilisation sans précédent des énergies fossiles et des ressources en eau, à une mécanisation accélérée, à un cortège de mesures politiques de soutien, la prophétie malthusienne s’est avérée caduque. Pour autant, ces progrès ne se sont pas produits partout ou pour tout le monde. De plus, l’augmentation nécessaire des productions et des productivités, traitée comme enjeu exclusif, a relégué aux oubliettes les autres fonctions et services de l’agriculture.

16Si l’on a pu multiplier par 2,5 la production en 40 ans, les recommandations de la FAO en 2010 d’augmenter la production de 60 % à l’horizon 2050 paraissent préoccupantes mais pas inaccessibles. Ce qui est devenu une injonction récurrente est au passage questionnable, tant ce que nous aurons à produire repose sur des spéculations quant à ce que nous consommerons, gaspillerons, recyclerons, et la FAO ayant elle-même revu à la baisse la conclusion du surplus à produire, de 100 % en 2008 à 60 % en 2010. En effet, des marges de manœuvre subsistent, comme le montre la prospective Agrimonde (Paillard et al., 2011), qu’il s’agisse de l’augmentation du rendement à mieux répartir dans le monde, de la mise en valeur de nouvelles terres dans certaines régions ou encore de limiter les pertes et gaspillages qui à eux seuls accaparent 30 % de la production alimentaire mondiale (FAO, 2011).

17Un récent rapport du HLPE sur le rôle de l’élevage pour la sécurité alimentaire (HLPE, 2016) souligne que la croissance démographique n’est plus le moteur premier de l’insécurité alimentaire. L’urbanisation et l’évolution des styles alimentaires qui l’accompagne exercent désormais l’influence la plus forte sur le système alimentaire dans sa globalité. L’augmentation tendancielle de la demande en produits d’origine animale exerce en particulier une forte pression et se traduit par une compétition croissante sur les terres de parcours, sur l’eau et pour la production d’aliments dédiés à l’élevage.

La faim, sous l’influence de déterminants financiers et sociaux

18Les émeutes de la faim, auxquelles la crise économique mondiale dite « des subprimes » a emboîté le pas, peuvent aujourd’hui se décrire comme une crise de l’accès à la nourriture, la spéculation financière sur certaines denrées alimentaires de base les ayant rendues hors de prix pour certaines populations, principalement urbaines. La quantité d’aliments disponibles globalement était largement suffisante à ce moment-là (HLPE, 2011).

19Les facteurs politiques, économiques et financiers qui régissent la construction des prix des aliments et permettent leur distribution satisfaisante auprès de l’ensemble des populations humaines apparaissent ainsi aujourd’hui comme des déterminants majeurs de la faim et de la sécurité alimentaire dans le monde. La mise en œuvre d’une agriculture durable est une condition nécessaire, répondant par ailleurs à d’autres enjeux et ODD, mais non suffisante. Ce point a été abordé par deux « cibles » de l’ODD 2 : la cible 2b porte sur la régulation du commerce international (même si la préconisation « d’éliminer toute forme de subvention aux exportations agricoles en accord avec le Doha Development Round » ne fera pas l’unanimité) ; la cible 2c vise à limiter la « volatilité extrême » des prix des aliments par des mesures de régulation des marchés des denrées et des produits financiers dérivés, en misant en particulier sur l’accès à l’information sur les réserves alimentaires.

20La faim doit également être interprétée au prisme de la diversité culturelle, dans un contexte de mondialisation, d’intensification des échanges de produits transformés et d’uniformisation des pratiques alimentaires. La satiété n’est pas uniquement une question de quantité d’aliments, ou d’équilibre de la ration alimentaire, et ce point est peu abordé par l’ODD 2. Les pratiques sociales et culturelles ont une importance majeure dans l’alimentation, et la sécurité alimentaire peut être atteinte au travers de régimes alimentaires très différents.

Les « quatre piliers » de la sécurité alimentaire dans un contexte de surpoids croissant

Concevoir de nouveaux systèmes alimentaires, localement et globalement

21Réduire le défi de la sécurité alimentaire à une seule question d’offre serait donc une erreur. Ce serait affirmer qu’il existe aujourd’hui une pénurie globale et que, tout en accompagnant les crises ici et là par des opérations de distribution, une simple augmentation du disponible pourrait le résoudre.

22Des stratégies locales et nationales, comme la satisfaction des besoins alimentaires ou la promotion de l’agro-exportation, peuvent légitimement justifier l’accent mis sur la croissance de l’offre, en particulier en Afrique subsaharienne, mais, à l’échelle globale, il convient de reformuler la question à traiter. Raisonner en termes d’offre ou de disponible par un soutien à la production ou une relance de celle-ci doit céder le pas à la conception de systèmes alimentaires (Ingram, 2011) contribuant au développement durable en général, à la sécurité alimentaire et aux régulations environnementales et climatiques en particulier.

23Mais aussi, et surtout, améliorer la sécurité alimentaire amène à « mettre fin à toutes les formes de malnutrition », comme timidement exprimé dans la cible 2.2 de l’ODD 2. Et c’est du côté du lien avec l’ODD 3 (« santé et bien-être ») qu’il convient également de se tourner, en reconnaissant que l’alimentation est aujourd’hui source de l’un des fléaux majeurs en termes de santé publique.

L’explosion du fardeau du surpoids et de l’obésité

24Que la faim soit ou non résolue, les déséquilibres alimentaires affectent aujourd’hui tous les groupes sociaux, et ce de manière croissante et préoccupante. Ce problème englobe l’accès adéquat à tous les nutriments nécessaires pour une croissance puis une vie adulte saine et équilibrée, ainsi que toutes les formes d’excès.

25Très orienté sur l’accès des plus pauvres à l’alimentation, l’ODD 2 met relativement peu l’accent sur l’explosion des problèmes nutritionnels dus à une alimentation certes accessible grâce à son prix bas, mais déséquilibrée au plan nutritionnel. Cette dynamique est à l’origine de maladies non infectieuses dues à des consommations excessives de corps gras, sucrés, salés et/ou de protéines animales, comme l’obésité, le diabète et les maladies cardio-vasculaires.

26Ces questions affectent tous les pays, y compris les plus pauvres de la planète. Parmi les 1,4 milliard de personnes actuellement considérées en situation de surpoids ou d’obésité, on relève une prédominance dans les pays émergents ou riches. Si les progressions sont marquées en Chine, au Brésil, en Inde ou au Moyen-Orient, 5 pays riches (États-Unis, Australie, Irlande, Royaume-Uni et Canada) rassemblent près de 25 % des cas dans le monde. Ce phénomène devenu global est aujourd’hui qualifié d’épidémie par l’OMS. Ces maladies liées au surpoids peuvent s’accompagner de carences en nutriments, chez les mêmes personnes ou dans les mêmes familles.

Une demande et une offre alimentaires en transformation

27Les transformations alimentaires sont connectées aux mutations des sociétés et aux habitus. Les classes moyennes urbaines éloignées du milieu rural disposent d’un pouvoir d’achat plus important, mais de moins de temps pour la préparation et pour les repas, et elles ont adopté un rythme de vie plus sédentaire. En réponse à cette demande se met en place une offre d’aliments de plus en plus transformés, conditionnés et élaborés pour faciliter leur préparation. Les entreprises industrielles proposent des produits standardisés qui s’insèrent dans toutes les cultures alimentaires et contribuent à les uniformiser (sodas, produits laitiers, etc.). Les gammes d’aliments industriels au plus bas prix ont fréquemment des qualités nutritionnelles réduites, ils sont à base de matières premières de moindre qualité, soutenues par des rehausseurs de goût ou d’aspect. Face aux politiques publiques qui visent à améliorer l’alimentation et la nutrition, l’impact négatif du marketing et du lobbying de l’industrie alimentaire sur les pratiques alimentaires (manger seul, manger vite) et leur influence sur la décision publique sont maintenant documentés.

28Les objectifs et cibles de l’ODD 2 abordent peu ces déterminants industriels et financiers et les pratiques alimentaires à l’origine de la pandémie actuelle de surpoids. En conséquence, ils ne proposent pratiquement aucune mesure à développer et aucun indicateur à atteindre sur la période, notamment à destination du secteur industriel de l’alimentation. Tout en reconnaissant l’augmentation globale de la population mondiale d’ici 2030, l’ODD 2 ne mentionne pas non plus la proportion croissante de la démographie urbaine ni les spécificités des modes de consommation des citadins qui exercent une pression majeure sur la production agricole.

L’agriculture durable est nécessaire mais insuffisante

Les trois partis pris de l’ODD 2

29Troisième composante de l’ODD2, la prise en compte de l’agriculture durable s’appuie sur trois partis pris, certes nouveaux à cette échelle mondiale, mais encore incomplets au regard des exigences du développement durable.

30La première posture, après l’Année internationale des agricultures familiales en 2014, est une reconnaissance par les Nations unies de l’importance de l’agriculture comme principale source d’emploi dans le monde. Ce secteur fait directement vivre 40 % de la population mondiale, au travers d’environ 500 millions d’exploitations familiales produisant plus de 80 % de la nourriture consommée dans le monde (Sourisseau, 2014). Or il se trouve que, dans les pays les moins avancés, ces producteurs, en famille ou salariés agricoles, font partie des couches sociales les plus démunies et les plus vulnérables. C’est là un facteur important d’insécurité alimentaire, établissant un lien avec les ODD 1, 8 et 10. En effet, ces producteurs pauvres ne disposent souvent pas des moyens suffisants pour subvenir à leurs besoins, qu’il s’agisse de produire ou d’acheter en complément. Leur production comme leurs conditions de vie et d’alimentation sont très sensibles aux aléas (climat, guerres, etc.). En outre, augmentation de la productivité et des revenus, et amélioration de la situation alimentaire et nutritionnelle ne vont pas toujours de pair, contrairement à ce que pourrait laisser entendre l’une des cibles : ainsi, en situation de boom agricole dans la zone cotonnière de Sikasso au Mali, l’amélioration des revenus agricoles dans la région s’est accompagnée d’une aggravation de l’insécurité alimentaire liée à celle des groupes sociaux les plus vulnérables (Dury et Bocoum, 2012).

31Le second parti pris porte sur la reconnaissance du fait que l’accroissement de la production agricole alimentaire ne pourra se faire d’ici 2030 sans une mise en œuvre des principes du développement durable. Néanmoins, on regrettera que, en ciblant l’agriculture, l’ODD 2 n’aborde que très partiellement les empreintes sociales et environnementales de ce secteur. En attirant l’attention sur le maintien des écosystèmes, notamment pour renforcer la capacité d’adaptation au changement climatique et améliorer la qualité des terres, il fait toutefois le lien avec les ODD 6, 12, 13 et 15 ; en liant production et alimentation, il renvoie également à l’ODD 12.

32Enfin, le troisième facteur fortement mis en avant est celui de la nécessité de lutter contre l’érosion génétique parmi les espèces animales et végétales cultivées et leurs apparentées sauvages. Des progrès sont particulièrement souhaités, menant vers de meilleures banques de gènes à toutes les échelles, mais aussi, dans l’esprit des accords de Aishi, vers un partage équitable des bénéfices issus de la valorisation des ressources et des connaissances traditionnelles.

Une prise en compte incomplète de la durabilité

33Une évolution dans l’usage en quantité et en qualité des intrants (fertilisants ou pesticides) n’est pas mentionnée, ni le soutien à des pratiques comme l’agro-écologie qui apporteraient une meilleure maîtrise de ces produits. Ainsi, les effets des intrants agricoles et des additifs alimentaires sur la santé des consommateurs ne sont pas abordés, ce qui pourtant constitue l’un des volets de la sécurité alimentaire. En ce qui concerne l’érosion du patrimoine génétique cultivé, le stockage en banques de gènes ne représente que l’une des réponses possibles, le maintien d’une diversité plus élevée au champ étant une autre voie peu mise en avant, ainsi que le rôle souvent décisif des petits producteurs dans le maintien de cette biodiversité agricole. Le maintien de la diversité génétique in situ dans des écosystèmes naturels préservés est également peu promu. Au plan de la sécurité alimentaire, les exigences de diversité génétique et alimentaire convergent : la diversification des aliments issus de la production agricole a toutes les chances de rediversifier les consommations alimentaires. Un dernier point non mentionné se rapportant à l’agriculture concerne la production agricole non alimentaire, notamment la production de biomasse pour l’énergie, qui, dans certaines conditions, peut entrer directement en compétition avec les terres à vocation de production alimentaire. Or les perspectives de développement des agrocarburants sont actuellement considérables et bénéficient du soutien de certaines politiques publiques, d’investisseurs et de secteurs industriels.

  • 1 http://www.worldagricultureswatch.org/

34Tous ces points renforcent le besoin de mieux décrire les transitions agraires (cf. World Agriculture Watch, Cirad, FAO, Fida1) ainsi que celles concernant l’alimentation et l’émergence de nouvelles exigences parmi les consommateurs. Les capacités croissantes d’action et de pression de ces derniers auprès des industriels et des décideurs publics à propos de la qualité des produits, en particulier à l’occasion de crises et scandales (lait en Chine, viande de cheval en Europe, abandon des œufs issus d’élevages en cage, etc.) font du risque réputationnel un enjeu majeur. Les entreprises transnationales emploient maintenant des cabinets de marketing spécialisés pour restaurer ou améliorer leur image de marque auprès des élus, des administrations, des consommateurs, des chercheurs…

En conclusion

35L’ODD 2 apparaît donc innovant à plus d’un titre, en particulier grâce aux interconnexions nouvelles qu’il propose entre, d’un côté, la faim et la sécurité alimentaire et, de l’autre, les grandes questions environnementales comme le changement climatique, la dégradation des terres et l’érosion génétique sous couvert d’agriculture durable. La formulation de l’ODD 2 exprime des choix qui résultent de compromis complexes entre pays, opérateurs économiques, acteurs de la société civile. Il reste toutefois incomplet, qu’il s’agisse des enjeux couverts ou des compromis exprimés. Verre à moitié vide, à moitié plein, les interactions avec les autres ODD (ne) permettent de compléter (qu’) en partie les insuffisances. L’Objectif 1 du millénaire en 2000 avait réuni la lutte contre la pauvreté et celle contre la faim : l’ODD 1 « pauvreté » de 2015 est étroitement lié à l’ODD 2. La compétition pour les terres entre cultures alimentaires et non alimentaires, à vocation de matériaux (cellulose/lignine, hévéa/latex) ou énergétique (agrocarburants) interroge l’ODD 7 sur l’énergie. L’ODD 6 s’intéresse aux usages de l’eau, dont l’agriculture est une consommatrice majeure, et les formes d’agriculture durable que l’ODD 2 appelle de ses vœux devront également être économes en eau, autant pour l’usage dans le domaine de l’irrigation que pour éviter la pollution des nappes et cours d’eau. La sécurité alimentaire soulève, comme nous l’avons vu, la question de l’empreinte sociale et environnementale des transformations du secteur agricole : ces dernières, longtemps ignorées, sont aujourd’hui au cœur des ODD 12, 13 et 15, même si le secteur agricole n’y est pas explicitement mentionné.

36La quasi-totalité des 17 ODD entretiennent bien des liens étroits avec l’agriculture et l’alimentation, qui, par voie de conséquence, se trouvent être de puissants leviers pour la réalisation de l’Agenda 2030. Mais pas à n’importe quelles conditions !

Bibliographie

Références bibliographiques

Dury S., Bocoum I., 2012 – Le « paradoxe » de Sikasso (Mali) : pourquoi « produire plus » ne suffit-il pas pour bien nourrir les enfants des familles d’agriculteurs ? Cahiers Agricultures, 21 (5) : 324-336 [The Sikasso (Mali) « paradox » : Why isn’t « producing more » a sufficient means for feeding the children of farmers’ families ? http://www.worldagricultureswatch.org/]

FAO, 2011 – Pertes et gaspillages alimentaires dans le monde.

FAO, 2015 – The State of Food Insecurity in the World.

IBRD/World Bank (The International Bank for Reconstruction and Development/World Bank), 2007 – World Development Report 2008, Agriculture for Development. http://siteresources.worldbank.org/INTWDR2008/Resources/WDR_00_book.pdf

HLPE, 2011 – Price volatility and food security. A report by the High Level Panel of Experts on Food Security and Nutrition of the committee on World Food Security, Rome, HLPE report, 1, CFS-HLPE, 83 p.

HLPE, 2016 – Sustainable agricultural development for food security and nutrition : what roles for livestock ? A report by the High Level Panel of Experts on Food Security and Nutrition of the Commwittee on World Food Security, Rome, 139. http://www.fao.org/fileadmin/user_upload/hlpe/hlpe_documents/HLPE_Reports/HLPE-Report-10_EN.pdf

Ingram J. S. I., 2011 – A food systems approach to researching interactions between food security and global environmental change. Food Security, 3 : 417-431. DOI : 10.1007/s12571-011-0149-

Paillard S., Treyer S., Dorin B., 2011 – Agrimonde : Scenarios and Challenges for Feeding the World in 2050. Versailles, Quae.

Sourisseau J.-M. (ed.), 2014 – Family Farming and the Worlds to Come. Springer, 360 p.

Notes

1 http://www.worldagricultureswatch.org/

Auteurs

Directeur du département Environnements et Sociétés du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad).

Président du Groupe d’experts de haut niveau (HLPE) du Comité des Nations unies sur la sécurité alimentaire mondiale (CSA). Chercheur au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad).

© IRD Éditions, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search